Vers la page d'accueil d'OPIE-Insectes   

Lu pour vous 3
Suite des pages  Ouvrages signalés dans Insectes
1 et 2


Les textes sont, sauf mention contraire, de la Rédaction d'Insectes.
Sur fond vert pâle et en brun : Les albums de Lulu, par Stéphanie Massoir
Derniers inscrits (n° 178) en bas de page






Philosophie de l'insecte

Infimes, les insectes mais partout dans la pensée scientifique et philosophique et très présents dans l’avancée des sciences. Étranges créatures qui ont intrigué, passionné, nourri des débats sur la classification des êtres vivants autant que sur la définition d’une société ou la sélection naturelle. Inspiration pour des créateurs. Auxiliaires précieux mais aussi pestes dangereuses. Sujets d’interrogations sur l’éthique. L’auteur parcourt tous ces aspects, en montre clairement la profondeur historique et les liens.
Le discours est très bien construit, accessible à tous, l’ouvrage se lit avec intérêt et plaisir. On peut ignorer les très pesantes références bibliographiques.

Philosophie de l’insecte, par Jean-Marc Drouin.Le Seuil, coll. Science ouverte. 2004, 249 p.www.seuil.com

Jardin badin

Selon la règle désormais éprouvée de la collection Clés pour comprendre, l’ouvrage répond à une suite de questions (100, ici) traitées en un peu plus d’une page, illustrées d’une photo, en général. L’espace de jeu de l’auteur est le jardin et la nature de proximité dont il révèle, au fil des pages, les mystères de la vie des invertébrés. Ce livre répond à une large variété de questions, posées sur un ton humoristique : qui sont ces petites bêtes entraperçues dans mon jardin, qu’y font-elles, sont-elles bénéfiques ou faut-il s’en protéger, par qui sont laissées ces traces, etc ? Éléments de biologie, d’éthologie, d’écologie, de jardinage sont mêlés et l’ordre de lecture n’a pas d’importance. Mais bien qu’on apprenne forcément quelque chose, on regrette tout de même un véritable classement et l’absence d’index.

Mais que fait donc ce gendarme dans mon jardin ? 100 clés pour comprendre les petites bêtes du jardin par Patrice Léraut, 2014. – 159 p. – Éditions Quæ , RD 10, 78026 Versailles cedex. – Sur Internet à www.quae.com

Guide photo des araignées et arachnides d’Europe

Dans la série des « Guides Delachaux », bien connue par les naturalistes, voici un ouvrage richement illustré par de superbes clichés de l’auteur. Dans sa préface, celui-ci prévient judicieusement que ce n’est pas un ouvrage qui permettra d’identifier de manière certaine la majorité des espèces (pour une grande partie l’identification se fait sous loupe binoculaire en observant les pièces génitales), mais qui aidera les curieux à se familiariser avec un certain nombre d’espèces caractéristiques de toutes les familles présentes en Europe. Après une introduction générale sur la morphologie, la biologie et l’écologie, viennent les fiches des espèces, regroupées par familles. À chaque fois, de nombreuses indications sont données sur leur identification, les habitats, leur répartition et modes de vie. Un petit encadré met l’accent sur certaines caractéristiques. Enfin plus de 60 pages sont consacrées aux autres arachnides et aux Myriapodes.
C’est un ouvrage à conseiller à tout curieux de nature qui souhaite se familiariser au monde des Araignées. Il sera aussi un parfait complément à l’ouvrage de Michael Roberts pour les amateurs se lançant dans l’identification (Guide des Araignées de France et d’Europe, même collection, qui représente les pièces génitales des 450 espèces les plus simples à identifier).
M. de Flores
Par Heiko Bellmann, adaptation Philippe Jourde, 2014. – 430 p. - Coll. Guides Delachaux. – Delachaux et Niestlé, 13 rue Séguier 75006 Paris. – Sur Internet : www.delachauxetniestle.com

Papillons diurnes et nocturnes de Bourgogne

Un ouvrage richement illustré qui réconcilie papillons de jour et de nuit avec plus de 1 064 espèces recensées. La première partie traite des généralités sur les papillons notamment en Bourgogne. Viennent ensuite les Rhopalocères (Hespérides, Papilionidés, Piérides, Lycènes et Nymphalides), puis les Macro hétérocères (dont les Sésies avec – précision intéressante – les heures de vol, et les Zygènes) avec dans les 2 groupes pour chaque espèce sélectionnée un paragraphe sur les « généralités », sa « distribution spatiale » (on pourra regretter les seulement 22 cartes détaillées présentées), et « distribution temporelle » (intérêt non négligeable par rapport à un ouvrage national). Enfin, un dernier chapitre est consacré à un « Voyage dans le temps et l’espace en Bourgogne » riche en informations propres aux espèces en région (sélection d'excursions, espèces à rechercher...).
A. Borges
par Claude Dutreix, 2013. - 368 p. – Éditions de l'Escargot Savant, Le Thillot 21230 Viévy – Tél. 03 80 84 89 91 – Courriel : christian@escargotsavant.fr – Sur Internet à www.escargotsavant.fr

Pas Kafka, Disney

Rien de kafkaïen dans l’histoire du cafard Marvin, ami avec un jeune garçon solitaire, et de leurs familles respectives (décomposée pour le garçon : les cafards n’ont pas d’avocats, dixit la mère de Marvin). L’insecte anthropomorphisé a le génie du dessin à la patte : il reproduit les Dürer comme d’autres les petits pains. Il sait aussi nager, ouvrir les serrures..., assez de talents pour devenir le héros invisible d’une enquête du FBI, démasquer un voleur de toiles de maître et surtout aider son ami à grandir. Disney n’est pas loin : d’ailleurs c’est un roman américain. À partir de 11 ans.

Un drôle d’ami, par Elise Broach, trad. de l’anglais par Juliette Lê, ill. par Kelly Murphy, 2013. – 326 p. – Éditions Pocket jeunesse, 12 rue d’Italie 75627 cedex 13. – Sur Internet à www.pocketjeunesse.fr


Les couleurs de l’Azuré

À travers la découverte d’un papillon emblématique, l’Azuré des mouillères Phengaris (Maculinea) alcon alcon – cher à l’OPIE qui coordonne le Plan national d’actions en faveur des Maculinea  – ce livre permet de faire découvrir aux jeunes enfants toute la complexité d’un cycle biologique étonnant : la femelle pond sur les fleurs de gentiane, nourriture des jeunes chenilles ; celles-ci tombent au sol et doivent être « adoptées » par des fourmis pour finir de grossir au fond de leur nid.
Les belles aquarelles reproduisent avec précision la réalité morphologique des insectes et autres animaux présents dans le milieu. Pédagogiquement, il sera utile pour travailler sur les chaînes alimentaires, apprendre à découvrir différentes espèces animales. Un jeu de discrimination visuelle est proposé pour les plus jeunes où il s’agit de retrouver certaines images dans l’album en entier. Une double page propose des lieux à découvrir pour rencontrer le fameux papillon au cœur du parc des volcans d’Auvergne : le mieux à faire reste quand même de mettre ses chaussures de randonnée pour l’observer, le prendre en photos et compter ses œufs sur les gentianes. Album conçu avec le soutien de l’OPIE. À partir de 6 ans.


L’incroyable aventure d’un papillon nommé Azuré de Patricia Rochès, illustrations de Thierry Ballay, 2013. – [64 p.] - Éditions La Vache qui lit, Moncet 15100 Coren - Sur Internet à www.editionslavachequilit.com


Insectes de France et d’Europe

Nouvelle édition de ce petit guide, désormais classique, et qui conviendra particulièrement aux jeunes débutants. Plus de 400 espèces y sont décrites, offrant un large panorama des différents groupes au travers de leurs espèces caractéristiques et les plus fréquentes (généralement 5 à 6 par double page). Les illustrations de grande taille, en regard des notices concises (description, habitat, période, mœurs…), permettent une approche visuelle et un bon apprentissage de la morphologie. En introduction, un chapitre de généralités est complété par une clé des ordres et une description des principaux caractères de chacun d’entre eux. Glossaire, bibliographie et index.
 
par Wolfgang Dier et Werner Ring, 2014. – 239 p. – Coll. Guides Delachaux. – Delachaux et Niestlé, 13 rue Séguier 75006 Paris. – Sur Internet : www.delachauxetniestle.com

Viens dans mon jardin…

Les éditions de Saxe publient une collection d’ouvrages, traduits de l’anglais, consacrée à l’accueil des animaux au jardin. Habitations pour animaux du jardin propose une approche à la fois originale, appliquée et étendue de ces sujets basée sur la pratique d’un jardinage naturel. Les auteurs y détaillent en autant de chapitres et en partant du milieu naturel originel, les différents types d’habitats transposables au jardin : forestier, humide, de prairie et rocheux, pour finir par leur transposition (dans une certaine mesure) en conteneurs. À la différence d’autres ouvrages du même type, c’est le milieu qui est le sujet central et non la construction d’abris, sujet traité dans autre ouvrage de la collection. C’est un ouvrage très attractif, plein d’idées, abondamment illustré et regorgeant de conseils pratiques, qui aborde l’écologie et les réseaux trophiques, propose des listes de plantes adaptées à chaque milieu et donne bien sûr des conseils de culture.

Dans la même collection : Inviter les papillons dans son jardin, Nichoirs pour oiseaux, abeilles et bestioles et Inviter les oiseaux dans son jardin.

Par Josie Briggs (trad. de l’anglais Wildlife habitats for your garden), 2013. – 175 p. – Éditions de Saxe, 13 rue Jules-Vernes CS 40205, 69630 Chaponost. – Sur Internet à : www.edisaxe.com



Biomimétisme

De l’imitation pure et simple à la compréhension d’un mécanisme complexe qui aboutit à une découverte révolutionnaire, l’observation attentive des êtres vivants a toujours été source d’inspiration pour les hommes. C’est cette histoire que reprend ce bel et grand album, fruit d’un partenariat entre le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, l’Herbier de l’université de Montpellier-2 et l’Ecolab de l’université Paul-Sabatier à Toulouse, au travers d’une cinquantaine d’exemples de plantes et d’animaux. Ainsi, la bardane inspirant le velcro ou la Coquille Saint-Jacques, modèle moins connu de la tôle ondulée. Cet inventaire alphabétique commence avec Abeille et s’il s’achève avec Zèbre, les insectes et autres arthropodes y figurent en bonne place pour des « contributions » aussi variées que le papier, un moteur miniature, le vol battu, les yeux anti-reflets…

Quand la nature inspire la science : histoire des inventions humaines qui imitent les plantes et les animaux, par Mat Fournier, 2011. – 152 p. – Editions Plume de carotte, 28 impasse des Bons-Amis 31200 Toulouse – Tél. 05 62 72 08 76. – Courriel : contact@plumedecarotte.com. – Sur Internet à : www.plumedecarotte.com

Devenir un maître au verger

Dans la collection des Cahiers techniques de la Gazette des terriers, voici un excellent petit guide consacré à La Nature au verger. De l’histoire à la découverte des variétés fruitières, en passant par une initiation à la pomologie et « agir au verger toute l’année », la part belle est donnée à la biodiversité tant végétale (fruitiers et plantes accompagnatrices) qu’animale. Une large place y est consacrée aux insectes : parasitoïdes, cycle du ver de la pomme, pollinisation, abris et nichoirs… Pour les jardiniers, les naturalistes et… les gourmands.

La nature au verger, 2014. – 106 p. – Coll. Les cahiers techniques de la Gazette des terriers. – Fédération Connaître et protéger la nature, Maison des CPN, 13 rue du Moulin 08240 Boult-aux-Bois. – Tél. : 03 24 30 21 90. – Courriel : info@fcpn.org – Sur Internet à www.fcpn.org

Des souris et des ailes

Dans cette célèbre série, la famille Souris part cette fois à la découverte de la mare aux libellules. Prétexte à de nombreuses découvertes pour les petits rongeurs mais surtout pour les petits lecteurs qui découvriront les habitants de la mare : dytiques, libellules, demoiselles, ranatres, exuvies de libellules mais aussi certains moments comme l’accouplement des libellules ou bien leur ponte. Un album idéal pour accompagner une sortie scolaire au bord de la mare où les enfants pourront retrouver toutes les petites bêtes de l’histoire, écouter les bruits associés à ce lieu particulier ou encore s’émerveiller devant toutes les formes et les couleurs de libellules. C’est également un très bon support pour réaliser une fresque en classe et représenter une mare. Il sera intéressant de travailler avec les enfants sur le graphisme particulier de ce lieu : les lignes verticales des roseaux, des ronds concentriques de l’eau ou des lignes hachées des reflets. À partir de 4 ans.

La famille Souris et la mare aux libellules de Kazuo Iwamura, 2003 – [36 p.] – L’École des loisirs, 11 rue de Sèvres 75006 Paris. - Tél : 01 42 22 94 10. – Sur Internet à www.ecoledesloisirs.fr

Augmenter l’offre de logement

Accueillir les insectes et autres invertébrés au jardin est un acte bénéfique à la fois pour son équilibre et pour le maintien global de la diversité biologique. Les nichoirs et autres abris sont vantés par les protecteurs de la nature autant que par ceux qui cherchent à améliorer le fonctionnement de leur petit lopin de terre. Ce petit guide est une synthèse de ce que l’on peut offrir, pour une raison ou pour une autre, comme logement efficace à la petite faune. Vincent Albouy observe depuis longtemps le fonctionnement de ces dispositifs et a publié de nombreux articles sur les nichoirs et leur efficacité – qu’il a lui-même testée –, notamment dans Insectes. Après l’observation attentive des abris naturels préférés des petites bêtes et une « histoire des nichoirs », on apprend comment construire nichoirs et abris individuels et collectifs, puis quels sont les aménagements et les actions à réaliser pour un « jardin insecto-compatible », depuis la prairie fleurie à la mare indispensable, en passant par les conseils d’entretien de vos futurs nichoirs.

Loger et abriter les insectes au jardin, texte de V. Albouy, photographies d’André Fouquet, 2014. – 128 p. – Delachaux & Niestlé 18 rue Séguier, 75006 Paris - Tél. : 01 56 81 11 40. – Sur Internet à www.delachaux-niestle.com


La princesse aux petits points

Sam la Salamandre sert de fil conducteur à cette collection qui s’enrichit au fil de ses rencontres, ici à la Coccinelle à sept points (et inspiré de La princesse au petit pois). On y apprend que les coccinelles hivernent, que leur plat préféré se compose de pucerons ou qu’elles ne sont pas toutes rouges à pois noirs. Leur anatomie est détaillée et on aperçoit une vraie larve de coccinelle, et non une coccinelle petit format, comme on en voit dans de nombreux ouvrages ! Le mimétisme, trop rarement abordé, est ici très bien expliqué grâce à un escargot qui se peint la coquille en rouge et noir pour faire peur aux pucerons.
Grâce à cette histoire, de nombreuses pistes pédagogiques pourront être exploitées pour la connaissance du français : les expressions, les rimes, les « mots valise ». Enfin, chaque personnage qui s’exprime est introduit par une icône rappelant qui est en train de parler pour faciliter la lecture des plus jeunes. On pourra tester ses connaissances avec un quizz. À partir de 3 ans.

La coccinelle de Blandine Aubin, illustrations d’Émilie Vanvolsem, 2013. – [36 p.] – Collection Téquitoi. – Petite Plume de carotte, 28 impasse des Bons-Amis 31200 Toulouse. – Courriel : contact@poildecarotte.com. – Sur Internet à www.plumedecarotte.com

Là-haut sur la montagne…

Parmi les 100 monographies de ce premier guide consacré aux animaux de la montagne, les insectes, arthropodes et autres invertébrés ont la part belle auprès des mammifères, oiseaux, reptiles... Chaque espèce est ainsi
décrite : identification (selon des critères différents en fonction du groupe), habitat et distribution ; parfois quelques éléments d’écologie, et toujours une rubrique Le saviez-vous pour des informations insolites et originales. Enfin chacune est représentée par au moins une belle photographie. Les insectes sont réunis en « papillons », « libellules », « criquets et sauterelles » et « autres insectes » soit une trentaine d’espèces présentées.

100 animaux des montagnes par Frédéric Jiguet et Benoît Fontaine, 2014. – 167 p. – Delachaux et Niestlé, 13 rue Séguier 75006 Paris. – Sur Internet : www.delachauxetniestle.com
NB : même si vous jugez les insectes seuls dignes d’intérêt, ne manquez surtout pas de faire un détour par les pages 36-37 !



Là-haut sur la montagne (2)…

Uniquement des insectes ici, environ 70 espèces, pour un format plus réduit et donc des notices plus succinctes, mais bien illustrées (1 dessin + 1 photo par espèce). Quelques indications taxinomiques, la taille, fréquence, habitats principaux, étages et période de visibilité complètent un texte bref mêlant diverses informations d’identification, de comportement, etc. Un glossaire, un index précèdent un carnet de terrain en 2 courtes parties : la première pour aider à l’identification des insectes (notamment un utile calendrier d’apparition), la seconde pour noter vos observations de chacune des espèces présentées.

Insectes en montagne, par Blandine Delenatte, 2014. – 127 p. – Coll. Les mosaïques nature. – Glénat, 37 rue Servan 38000 Grenoble. 
Tél. : 04 76 88 75 75. – Sur Internet à www.glenat.com



Le cafard des navigateurs

Depuis que l’homme navigue, l’animal l’a accompagné à son bord. Tour à tour réserve de chair fraîche, mascotte, passager clandestin, prise de conquête ou trophée scientifique, nombreuses sont les espèces citées dans cet ouvrage rempli d’anecdotes ou de grands faits de l’histoire maritime. Un chapitre est consacré aux insectes. Autant dire qu’ils n’ont pas le beau rôle : pestes à bord pour les hommes et les autres animaux (poux et puces, punaises…), pour les marchandises (charançons, cafards…) ou pour les bois (xylophages) ou pestes en transit d’un continent à un autre (Phylloxera, doryphores…). L’ensemble est essentiellement constitué de nombreux extraits de textes anciens ou contemporains, d’écrivains de bord ou de navigateurs-écrivains.

Animaux à bord, par Marie-Haude Arzur, 2014. – 238 p. – Éditions Glénat, couvent Sainte-Cécile, 37 rue Servan 38000 Grenoble. – Sur Internet à www.glenatlivres.com


Les Coléoptères de France

Un tout petit ouvrage qui rassemble un peu plus d’une cinquantaine d’espèces de Coléoptères de France en autant de pages, après une brève présentation générale. Chaque espèce est illustrée d’une belle photographie et décrite 6 ou 7 lignes, pas plus, complétées de quelques informations : noms français et scientifique, famille et sous-famille, tribu, ainsi que la longueur.

Par Dominique Martiré, 2014. – 64 p. – Coll. Mémo Gisserot. - Éd. Jean-Paul Gisserot, 10 rue Gracieuse 75005 Paris. – Tél. 01 43 31 80 04 – Sur Internet à www.editions-gisserot.eu – Courriel : editions@editions-gisserot.com


J’observe les insectes

Vous rêvez de découvrir les insectes, mais vous ne savez pas par où commencer ou, plus exactement, « par quel bout les prendre »… Ce petit guide très pratique s’adresse à tout « insectologue » débutant en lui faisant gagner un temps précieux. Il énumère en 3 étapes les précautions, les techniques et les savoirs de base qui vous permettront 1/ d’organiser vos premières sorties et découvertes au fil des saisons 2/ de vous guider sur le terrain grâce à de nombreuses astuces, puis de commencer à identifier vos découvertes 3/ d’aller plus loin dans la connaissance des insectes avec la présentation des principaux groupes et de nouvelles pistes pour observer, découvrir et partager autour des petites bêtes ! Très richement illustré, un guide à conseiller à tous les débutants.

Par François Lasserre, 2014. – 143 p. – Les Guides de La Salamandre. - Éditions de La Salamandre, 17 rocade Georges-Pompidou, 25300 Pontarlier. – Tél. 03 81 39 24 24. – Sur Internet à www.salamandre.net


Papillons de France

Les ouvrages de Tristan Lafranchis sur les papillons de jour sont devenus des références. Celui-ci, bien plus qu’une simple réédition, reprend l’approche de Papillons d’Europe. S’il se limite aux espèces françaises, les zygènes et plus de 150 espèces d’Hétérocères volant le jour ont été ajoutées. Pour ces espèces, les informations sont plus succinctes mais leur ajout suscitera l’intérêt et encouragera à l’acquisition d’ouvrages spécialisés plus complets. Pour les Rhopalocères, une page entière est consacrée à chaque espèce. Elle est illustrée de grands clichés détourés et de cartes de répartitions précises ; la présentation est claire et homogène. Une clef est proposée au début de chaque famille difficile et, sur les illustrations, les critères déterminants sont pointés par des flèches.
Les nouvelles cartes, actualisées, s’appuient pour partie sur les dynamiques actuelles d’atlas régionaux et leurs cartes provisoires. Elles sont particulièrement intéressantes à l’échelle nationale et biogéographique et permettent désormais de se rendre compte du niveau de localisation de beaucoup d’espèces comme le Nacré de la bistorte, de l’Apollon ou de certains Maculinea, pour ne citer qu’eux. À une échelle plus fine, elles doivent cependant être appréhendées avec prudence et on leur préfèrera les cartes commentées issues d’atlas publiés.
Cet ouvrage de terrain s’annonce comme une excellente référence pour la détermination des Lépidoptères diurnes pour la France. Comme les précédentes productions de l’auteur, il contribuera certainement à la démocratisation de l’intérêt envers ces taxons et à l’augmentation nette de données produites par les amateurs généralement observée lors de leur parution !

Bastien Louboutin

Papillons de France : guide de détermination des papillons diurnes par Tristan Lafranchis, 2014. – 351 p. – Éditions Diathéo, 35 rue Broca 75005 Paris. – Sur Internet à http://diatheo.weebly.com - Courriel : lafranchis@yahoo.fr


Pour des fruits nature

Le sous-titre de cet ouvrage résume parfaitement son contenu : « Le meilleur des vergers d’hier et de l’arboriculture d’aujourd’hui pour bâtir les vergers de demain. » Quel avenir veut-on pour notre alimentation, pour notre agriculture, pour nos campagnes ? Riche de son expérience de collecte, de préservation et de diffusion du patrimoine fruitier du Sud-Ouest, l’auteur envisage un avenir pour l’arboriculture fruitière, respectueux à la fois des hommes (producteurs et consommateurs) et de l’environnement, loin de l’emploi massif de produits phytosanitaires qui caractérise de nombreuses pratiques actuelles. Un avenir où la maîtrise des strates végétales permet la reconstruction des écosystèmes favorisant la présence des auxiliaires… et en particulier de l’entomofaune. On parle donc là de tradition et de patrimoine et donc de génétique, mais aussi d’associations de plantes, d’interactions, d’agroécologie, de biodiversité, etc. Cet ouvrage très riche, bien illustré, intéressera un très large public.

La biodiversité, amie du verger, par Évelyne Leterme, 2014. – 207 p. – Éditions du Rouergue, 18 rue Séguier 75006 Paris. – Sur Internet à www.lerouergue.com


Le nez dans l’herbe

Dédié à la richesse entomologique des prés et prairies, ce nouveau guide vient compléter, du même auteur, le Guide des petites bêtes des villes et des jardins (2013, voir Insectes n°169). Sur le modèle précédent, il privilégie un texte dense et un véritable effort de présentation et d’aide à l’identification (clés simplifiées), sans pour autant négliger l’illustration. Une même espèce peut être présentée 4 fois sous différents angles pour, par exemple, pour montrer la différence mâle/femelle. Chaque texte réunit des éléments d’identification (une notice descriptive ainsi que Espèces proches et Confusions possibles), de biologie (cycle, apparition) et des conseils d’observation (milieu, habitudes de vol, etc.). À noter, les premières espèces traitées sont des larves et chenilles ce qui est rarement le cas dans de tels guides et est particulièrement utile. Un glossaire, un index et des orientations bibliographiques complètent utilement cet ouvrage.

Guide des insectes des prés et des prairies, par Vincent Albouy, 2014. – 240 p. – Coll. Guide des fous de nature. – Belin, 8 rue Férou 75278 Paris cedex 06. – Tél. : 01 55 42 84 00 – Sur Internet à www.editions-belin.com


Mouches à mort

L’entomologie médico-légale, bien loin des clichés des séries télévisées, a d’ores et déjà fait ses preuves et acquis ses lettres de noblesse sur de multiples scènes de crime. Cette science complexe se met au service de la justice pour aider à déterminer le moment de la mort en étudiant les insectes qui colonisent un écosystème bien particulier : le cadavre. Peu d’ouvrages lui sont consacrés. Celui-ci rassemble les écrits et réflexions de 36 spécialistes au carrefour des disciplines concernées : entomologie et médecine légale bien sûr, mais également criminologie, statistique, toxicologie, droit, etc. De nombreux aspects sont abordés de l’histoire de la discipline et ses pionniers aux derniers développements de l’entomologie forensique. Les grandes idées sont résumées, des questions de réflexions sont posées, des études de cas proposées. De nombreuses références bibliographiques sont proposées à la fin de chaque chapitre. Une excellente synthèse des connaissances actuelles, accessible au curieux et utile au professionnel.

Insectes, cadavres et scènes de crime : principes et applications de l’entomologie médico-légale, dir. par Damien Charabidzé et Matthias Gosselin, préf. de Jean-Pol Beauthier, 2014. – 261 p. – Éditions de Boeck, fond Jean-Pâques, 4, 1348 Louvain-la-Neuve, Belgique. – Sur Internet à www.deboeck.com


Chroniques du vivant

Ces Chroniques sont tirées de la chronique de François Letourneux intitulée La minute de la biodiversité, et diffusée dans une émission de Nathalie Fontrel sur France-Inter. Cependant les auteurs prennent ici le temps de développer et de mieux expliquer les points les plus difficiles. Ces 26 histoires courtes sont regroupées en 3 chapitres (Histoires de la vie, Histoires de stratégies et Histoires d’humains). S’appuyant sur des anecdotes du merveilleux quotidien qui nous est offert par la nature, elles remontent aux sources même de la vie pour explorer les relations des êtres vivants entre eux et avec leur milieu. Elles prennent racine dans les molécules, suivent tous les réseaux de la vie pour nous mener au spectacle complexe de la biodiversité. Elles n’oublient pas de rappeler que, bien que nous la regardions avec émerveillement, nous continuons à contribuer à son recul, jour après jour. Ce joli livre illustré est accessible à tous.

Chroniques du vivant : les aventures de la biodiversité, par François Letourneux et Nathalie Fontrel, 2014. – 128 p. – Buchet/Chastel, 7 rue des
Canettes 75006 Paris – Tél. : 01 44 32 05 60. – Courriel : informations@libella.fr – Sur Internet à www.buchetchastel.fr



Ça déménage !

Un charançon, Monsieur Balanin, fait visiter une série de « maisons » à un couple de coccinelles en quête d’un nouveau logis… Le fil conducteur de cet album très grand format (27 x 38 cm), plein d’humour, fera découvrir au lecteur une succession de milieux (la souche de l’arbre, sous la terre, le jardin potager…) ainsi que leurs habitants. On y apprend une foule de choses sur les petites bêtes, il suffit de lire les dialogues (sous formes de bulles) ou de regarder les images qui regorgent de détails à commenter : idéal pour faire des jeux de discrimination visuelle avec les plus petits qui pourront suivre avec le doigt (c’est tracé) le chemin parcouru tout au long de l’histoire par les 3 personnages principaux. Pour faciliter la lecture et le suivi, chaque personnage a sa propre couleur de bulle. Avec les plus grands, en français, le travail sur le champ lexical s’impose : sur les habitations, les bestioles, les fruits… ! Et pourquoi ne pas découvrir dans la nature avec les enfants, avant ou après la lecture, le milieu décrit sur chaque page ? Le petit plus : des autocollants représentant les personnages de l’histoire à coller où bon vous semble… Des heures de plaisir et de découvertes.
À partir de 4 ans.

Coccinelles cherchent maison, par Davide Cali et Marc Boutavant, 2011. – 32 p. – Éditions Sarbacane, 35 rue d’Hauteville 75010 Paris. Tél. : 01 42 46 45 06  Sur Internet à www.sarbacane-editions.com


Le point sur un sujet piquant

Les abeilles sont dans la tourmente. La plus emblématique d’entre elles, l’Abeille domestique, est l’objet d’une vive inquiétude au point que l’on s’interroge sur sa survie. À sa suite, le monde de l’apiculture est menacé, la pollinisation de nombre de plantes aussi, et demain, peut-être, notre alimentation. Hors de la tourmente médiatique, cet ouvrage reprend et analyse les faits. Mortalité, troubles du comportement, du développement et de la reproduction, troubles de la reine, baisse de production de miel, disparition pure et simple des abeilles… Les auteurs font le point sur les principaux suspects (les pesticides, les maladies, les parasites et les prédateurs) puis envisagent les « nouvelles pistes et problèmes émergents »… et montrent à quel point notre environnement – mais surtout leur environnement – est devenu défavorable aux abeilles. Alors, quel avenir pour les abeilles… et pour l’homme ?

Nos abeilles en péril par Vincent Albouy et Yves Le Conte, 2014. – 190 p. – Éditions Quæ , RD 10, 78026 Versailles cedex. Sur Internet à www.quae.com


Dis-moi quand tu fleuris

L’Abeille domestique est un insecte généraliste qui a besoin d’une grande diversité de plantes. De janvier-février à octobre, elle doit trouver de quoi s’alimenter, nourrir sa descendance et constituer ses réserves. Ce guide recense, au fil des mois, la floraison des principales plantes mellifères, ligneuses ou herbacées. En tout une centaine de plantes sont présentées avec leurs principales caractéristiques. Deux photographies, au moins, complètent la présentation et permettent leur identification. Ce guide, bien que destiné en priorité aux apiculteurs, sera apprécié par de nombreux naturalistes.

Les plantes mellifères mois par mois par Jacques Piquée, 2014. – 175 p. – Éd. Eugen Ulmer, 8 rue Blanche 75009 Paris. – Tél. : 01 48 05 03 03. – Sur Internet à www.editions-ulmer.fr


Pour nos petites têtes

La collection québécoise Les petits dégoûtants propose ce Pou destiné aux petits à partir de 4 ans. Le Pou, sa vie son œuvre (taille, déplacement, régime alimentaire, longévité…) en quelques informations choisies et justes, et quelques idées reçues démontées : par exemple, le pou ne sait pas sauter, il passe de tête en tête avec ses griffes en s’accrochant aux cheveux, et il se fiche que la tête soit propre ou sale ! Le texte, en grosses lettres colorées, est accessible pour les plus jeunes. Le petit pou qui accompagne la lecture joue le registre de l’humour et permettra de dédramatiser la situation si les poux arrivent à l’école ! Un support pédagogique intéressant pour la maternelle qui favorisera le dialogue entre enseignants et enfants pour aborder ce sujet parfois délicat. Info spéciale entomos : la nymphe des québécois est la larve de l’insecte ; en français de France, c’est le stade intermédiaire entre la larve et l’imago des insectes à métamorphose.

Le Pou par Elise Gravel, 2014. – [32 p.] - Éditions Le Pommier, 8, rue Férou 75278 Paris Cedex 6 - Sur Internet à www.editions-lepommier.fr/Jeunesse.asp


L’album qui fait le buzzzz

Ce grand album aborde, en 10 chapitres largement illustrés, la vie de l’Abeille domestique : son rôle de pollinisatrice, la vie de la ruche, la production du miel, les différents « métiers » de l’Abeille, l’essaimage, la communication. La pollinisation est bien expliquée grâce à des schémas et des illustrations commentées, ainsi que le mécanisme de récolte du pollen qui n’est pas souvent décrit dans les ouvrages pour la jeunesse. L’illustration, qui apporte son lot d’informations et de faits, s’amuse aussi avec les références cinématographiques, culturelles et historiques. À partir de 8 ans.


Tout sur l’abeille… et le reste, par Jack Guichard, illustrations Carole Xénard, 2013. – [58 p.] - Éditions Le Pommier, 8 rue Férou 75278 Paris Cedex 6 - Sur Internet à www.editions-lepommier.fr


Les petites bêtes

Cette mini-encyclopédie des insectes pour les tous petits utilise des supports différents (jeux visuels, expériences de mise en place d’élevage ou fabrication d’abris à insectes, roman photo, reportage, imagier, histoire) pour chacun des sujets traités (pollinisation, potager, communication, anatomie…). Illustré de dessins et photos. Album cartonné à partir de 4 ans.


Les petites bêtes par Pascale Hédelin, ill. Dankerleroux, 2014. – 64 p. – Coll. Wakou ma p'tite encyclo. - Milan, 300 rue Léon Joulin, 31101 Toulouse Cedex 9. Sur Internet à http://milanpresse.com


4 m2 de nature

4 m2, et 6 yeux pour les regarder : il n’en fallait pas plus pour qu’avec le talent de 3 amoureux de la nature, un photographe, un illustrateur et un animateur, sans compter une bande de copains, naisse un petit ouvrage qui a tout d’un grand. Même si ces 4 m2 là contiennent à tout le moins une forêt, un torrent, une prairie, pour remplir tant de pages de tant d’espèces aussi différentes, le message est bien là d’une nature magnifique et à portée d’yeux pour qui se donne la peine de la regarder. Et magnifique elle l’est, servie par de tels ambassadeurs : les photographies de Stéphane Hette et les dessins de l’artiste et naturaliste Marcello Pettineo, s’entremêlent ici comme dans les pages d’un carnet de notes, d’un herbier ou d’un livre ancien. Pages jaunies parées de taches de rousseur, vrais-faux tampons, agrafes et perforations, jusqu’à l’astuce des pages à couper soi-même pour retarder le plaisir de la découverte. On y entre par où l’on veut, on y revient pour relire comme dans un abécédaire les textes instructifs et tout autant les notes d’humour qui les parsèment. À découper absolument !


4 m2 de nature : trésors de la biodiversité champardennaise par Stéphane Hette, Marcello Pettineo et Emmanuel Fery, 2014. – 190 p. – Déclic éditions, 1 rue du Lavoir 51290 Outines. – Sur Internet à www.decliceditions.com


Le jardin secret des insectes…

…c’est l’insecte célébré dans une observation attentive du jardin, l’appareil photo à la main, des heures durant. Au premier regard, on voit de la lumière partout, et des prises de vue impeccablement maîtrisées. Pas de recherche du sensationnel ici – encore que toutes les photos le soient à leur manière – mais le grouillement familier d’un printemps survolté ! Car tous ces arthropodes nous sont connus ou presque. On les découvre mieux qu’ailleurs dans des scènes de leur vie quotidienne, sélectionnées pour montrer ce qu’il y a à voir des corps, des attitudes, des mouvements, des comportements. 450 clichés rassemblés – grands et petits – et des textes pour raconter, des dessins si besoin pour expliquer. Et on apprend beaucoup sur cette nature ordinaire, depuis les pièces buccales des insectes à la toile de l’araignée en passant par les ailes, la cuirasse, le développement. Il y a de la biologie, de l’éthologie, de l’écologie… C’est à la fois un beau livre et un livre didactique. Un bain de soleil entomologique.


Photographies de Monique Berger, textes de Michel Gaudichon, 2014. 192 p. – Éditions Ulmer, 8 rue Blanche 75009 Paris. – Sur Internet à www.editions-ulmer.fr


L’art et la matière

Pour rester dans le thème et dans le ton, ce petit ouvrage très instructif aurait pu s’appeler Le Monde animal vu depuis son trou de balle. Bouses, fientes, épreintes, chiures, crottes, merdes…  Là où on considère habituellement que tout finit, Marc Giraud nous montre que pour beaucoup d’espèces, c’est dans les déjections que tout commence. Et pas seulement pour ceux qui les consomment et les éliminent (de nombreux insectes), mais aussi pour ceux qui les émettent car elles interviennent par exemple dans la territorialisation, la transmission de bactéries utiles entre les générations, et on ignore souvent tout le pouvoir amoureux que possède la suave odeur du caca… Et ce n’est pas une blague, même si le sujet semble traité avec la légèreté du pet… tout est très sérieux, documenté, souligné par l’exemple et par les amusantes illustrations (jaune, vert, brun…) de Roland Garrigue. À recommander absolument, sauf peut-être au petit déjeuner.

Safari dans la bouse et autres découvertes bucoliques par Marc Giraud, ill. Roland Garrigue, 2014. – Delachaux et Niestlé, 13 rue Séguier 75006 Paris. – Sur Internet : www.delachauxetniestle.com


Noces de pollen

Mariés depuis la nuit des temps, les plantes et les insectes ont évolué en parallèle. À chaque innovation des premières, les seconds ont répondu avec le même génie évolutif. Ce long voyage commun  à travers le temps a produit une multitude d’adaptations de part et d’autre et une si riche histoire commune qu’aujourd’hui, pour la plupart, les unes ne pourraient pas vivre sans les autres. – et réciproquement. Avec pour support de magnifiques clichés de l’agence Biosphoto, Vincent Albouy présente 5 grands domaines d’interaction entre plantes et insectes : alimentation, réponse des plantes aux agressions des insectes, pollinisation entomophile, les plantes comme milieu de vie des insectes et enfin « La revanche des plantes » ou comment certaines se sont adaptées à la consommation d’insectes. Un des très beaux livres de cette fin d’année.


Plantes et insectes : des relations durables, par Vincent Albouy, 2014. 192 p. – Éditions Glénat, couvent Sainte-Cécile, 37 rue Servan 38000 Grenoble. – Sur Internet à www.glenatlivres.com


Un monde en soie

Les araignées sont de grandes mal aimées parmi les animaux.  Même parmi les arthropodes qui ne sont pas toujours cajolés, on arrive encore à les détester plus. Elles sont pourtant un des insecticides les plus efficaces… Et lorsqu’on essaie un peu de les découvrir, sans a priori, alors elles exposent une étonnante capacité de séduction. Le talent de Philippe Blanchot leur rend ici un juste hommage photographique. Saisies dans leur environnement naturel, elles semblent évoluer sous nos yeux, surprises par l’objectif dans les postures de leurs activités fascinantes. Christine Rollard, qui les connaît mieux que quiconque en France, nous raconte avec passion, au fil des pages, leur histoire naturelle. D’où viennent-elles, où vivent-elles, sont-elles protégées, comment chassent-elles, etc. Des épeires de nos jardins aux mygales australiennes, ce voyage étonnant révèle ce qui est encore « un autre monde parmi nous », fait tomber bien des préjugés et réhabilite ces animaux indispensables à l’équilibre écologique.

Portrait d’araignées, par Christine Rollard, photographies de Philippe Blanchot, 2014. – 125 p. – Éditions Quæ , RD 10, 78026 Versailles cedex. Sur Internet à www.quae.com


Les Souvenirs ne s’oublient pas…

Incontournable Fabre… Les Souvenirs entomologiques, avec leurs travers et leurs erreurs, reste l’œuvre majeure qui a amené de nombreuses générations vers l’histoire naturelle et révélé bien des vocations. Les jeunes amateurs d’aujourd’hui, futurs entomologistes de demain, ou ceux qui découvrent cette science quel que soit leur âge, ont l’occasion, grâce à ce bel ouvrage, de découvrir « l’Homère des insectes » ainsi que le surnommait Victor Hugo. L’ouvrage, après une présentation de Fabre et de son œuvre, propose une sélection d’extraits, commentés et richement illustrés de belles photographies en grand format, d’images d’archives et de gravures anciennes. Un beau cadeau abordable qui donnera, soyons-en certains, envie à ses lecteurs de redécouvrir l’intégralité de l’œuvre.

Les incroyables histoires naturelles de Jean-Henri Fabre, textes choisis et présentés par Yves Cambefort, préf. de Christine Rollard, photographies d’Yves Lanceau, 2014. – 192 p. – Éditions Gründ, 12 av. d’Italie 75013 Paris. – Sur Internet : www.grund.fr


Un renard sur le trottoir

La ville, refuge contre la nature hostile a longtemps rejeté celle-ci hors de ses murs. À partir de la fin du XIXe siècle, on assiste au retour du végétal le long des avenues puis dans les parcs. Aujourd’hui réimplantée à la faveur de la recherche d’une meilleure qualité de vie, favorisée par le recul de l’usage des pesticides, la nature semble devenue une constante essentielle d’une urbanisation de plus en plus dense. Elle se maîtrise parfois, mais s’installe et se développe souvent à son gré. Les plantes et leur cortège d’insectes phytophages, les insectivores, les prédateurs, les espèces sauvages et les domestiques… Certains sont appréciés et attirés, d’autres indésirables et pourchassés. Cette nature « déracinée », qui doit s’adapter à des conditions très particulières, est une source de plaisir ou de désagrément, elle constitue des ensembles complexes que nous nous efforçons de comprendre et de maîtriser. Ce nouvel ouvrage de la collection Clés pour comprendre des éditions Quæ propose, selon son principe, un panorama du sujet en 90 questions variées (« quelles sont les perce-bitume ? », « Y-a-t-il plus de moustiques en ville ? « Comment intégrer les corridors écologiques ? »...) auxquelles les auteurs, spécialistes de la biodiversité urbaines, apportent des réponses claires. 

Où se cache la biodiversité en ville ? par Philippe Clergeau et Nathalie Machon, 2014. 167 p. – Éditions Quæ , RD 10, 78026 Versailles cedex. – Sur Internet à www.quae.com


Les odonates menacés d’Île-de-France

Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, vient de publier la Liste rouge des libellules menacées de la région. Après les fascicules dédiés aux plantes et aux oiseaux nicheurs menacés d’Île-de-France, c’est la première publication d’une évaluation régionale concernant un groupe d’insectes. Les auteurs en détaillent le déroulement en décrivant la méthode utilisée et en commentant les résultats avec des cas concrets richement illustrés.
Cet outil, à destination d’un large public, a pour but d’informer et de sensibiliser les citoyens sur les pressions que peuvent subir les zones humides en se servant des libellules – dont le développement larvaire est aquatique – comme espèces « bio-indicatrices » pour lesquelles la diversité révèle l’état de santé des sources, rivières, mares et étangs franciliens. Il doit permettre d’agir en connaissance de cause, afin de préserver les habitats, empêcher les destructions et les dégradations, en commençant par ceux qui abritent les espèces les plus menacées.
Le travail réalisé en partenariat entre la Société française d’odonatologie (SfO) et l’OPIE regroupe les observations de plus de trois cents contributeurs et synthétise les réflexions du groupe bénévole des odonatologues franciliens. Ainsi, plus de 28 000 données ont été traitées puis analysées. Cette synthèse fixe un premier état des lieux des « risques d’extinction » des libellules franciliennes en utilisant une méthode reconnue et validée internationalement (conçue par l’UICN, Union internationale pour la conservation de la nature).
Le résultat de l’évaluation établit qu’un quart des espèces de libellules actuellement connues en Île-de-France sont menacées ou ont déjà disparu. En effet, sur les 59 espèces ayant été observées dans cette région entre 1992 et 2012, une (l’Agrion orangé, Platycnemis acutipennis) est considérée comme « régionalement éteinte » et treize autres sont directement menacées. De plus, huit autres sont considérées comme « quasi menacées » si à moyen terme rien n’est entrepris pour stopper les atteintes qui sont portées à leurs habitats.
Il nous tient à cœur de souligner que cette Liste rouge n’aurait pu voir son aboutissement sans l’impulsion de Jean-Louis Dommanget (président d’honneur et fondateur de la SfO) qui, depuis la fin des années 1970, a patiemment animé le réseau des odonatologues et diffusé sans relâche la connaissance sur les Libellules franciliennes.

Le document est disponible en version PDF ici


Papillons de A à Z

Sur le principe de l’abécédaire, ce bel album présente 26 papillons du monde, illustrés par des aquarelles originales et de belle taille, en position étalée et en situation naturelle. Pour chaque papillon sont indiqués le nom vernaculaire, le nom latin, les famille et sous-famille, la répartition géographique, le type d’habitat, la plante nourricière et l’envergure. Un court texte rapporte une anecdote liée à cet insecte. L’origine du nom est expliquée, souvent issue de la mythologie, de personnages historiques ou encore inspirée par la couleur et les motifs qui couvrent les ailes. Outre l’intérêt direct représenté par le contenu, on pourra reprendre le principe avec les enfants pour construire des abécédaires sur d’autres thèmes. À partir de 7 ans.

Par Vincent Albouy, illustrations Laurianne Chevalier, 2014. – 32 p. – Éd. Circonflexe, 12 rue de la Montagne-Sainte-Geneviève 75005 Paris. – Tél. : 01 46 34 78 78 – Sur Internet à www.circonflexe.fr


Le goût des insectes

Savez-vous que 2,5 millions d’êtres humains mangent des insectes ? Sur ce sujet à la mode voici un album visuellement original (détourner des emballages alimentaires connus pour présenter des « insectes » consommés aux 4 coins du monde) si on fait abstraction des quelques incohérences et inexactitudes qui nous font toujours dresser le poil à l’OPIE (la mygale en couverture, ni insecte ni… tarentule ; la larve blanche représentée avec le yaourt n’est pas une chenille, ni même un insecte d’ailleurs, nombre de pattes oblige. Blurpppsss… Attention à l’indigestion). Cet obstacle facilement passé, reste un album façon pop art, très flashy, et plutôt drôle dans son principe qui permet de découvrir les habitudes alimentaires de quelques peuples. Comment l’utiliser ? En essayant de comprendre le détournement effectué par l’auteur (exemple : phasme = bâtons chocolatés Mikado) ou en ouvrant sur le monde pour découvrir qui – et où – sont les consommateurs de ces arthropodes que, par ailleurs, on pourra lister et classer. À partir de 5 ans.

Par Frédéric Marais, 2014. – 48 p. – Gulf Stream éditeur, impasse du Forgeron CP 190 44806 Saint-Herblain cedex. Tél. 02 40 48 06 68. – Sur Internet à www.gulfstream.fr


 « Les animaux font leur show »

Le geste, l’attitude, le regard, la parure… Marc Giraud nous apprend et nous montre, par de très nombreuses photos accompagnées de courts textes efficaces, comment l’observation attentive des comportements animaux peut nous renseigner sur leurs modes de vie : au fil des saisons, nous apprenons à observer comment ils se procurent leur nourriture, comment ils la consomment ou la stockent, comment ils s’aiment, ou interagissent simplement les uns avec les autres, survivent, s’amusent ou fuient… Conçu comme une suite à La nature en bord de chemin, ce très bel ouvrage est éclairé par la même belle lumière qui à elle seule donne envie de tout laisser en plan pour s’adonner à la balade en pleine nature ! Ouvrir les yeux, et découvrir en bord de chemin que ces animaux qui nous entourent, sauvages ou domestiques, sont aussi doués d’intelligence et de sensibilité.

Les animaux en bord de chemin, par Marc Giraud, 2015. – 255 p. – Delachaux et Niestlé – 18 rue Séguier, 75006 Paris – Tél. : 01 56 81 11 40. – Sur Internet à www.delachaux-niestle.com

Insectes
  n° 176


Des moustiques et des hommes

Depuis des temps immémoriaux, les moustiques accompagnent les hommes dans leurs migrations vers les villes où ils trouvent des gîtes propices à leur développement. Ce faisant, ils apportent avec eux les maladies souvent mortelles dont ils sont vecteurs : paludisme, fièvre jaune, dengue, etc. Pendant ce temps, dans les campagnes, l’agriculture a paradoxalement favorisé leur prolifération. L’auteur explique, dans un petit ouvrage limpide, la longue histoire commune des moustiques et des hommes, leur évolution combinée qui aboutit aujourd’hui à faire de ces insectes une grave menace pour demain. Urbanisation intensive, changements climatiques globaux, crise de la biodiversité, l’Homme a-t-il créé lui-même les conditions qui vont mener à une inévitable pullulation ? L’auteur explore les pistes qui pourraient nous permettre d’y résister à condition de mettre en place une politique concertée entre santé publique et agriculture. Un petit ouvrage riche et éclairant accessible à tous les publics. Bibliographie.

Des moustiques et des hommes : chronique d'une pullulation annoncée, par Frédéric Darriet, 2014. – 136 p. – Coll. Didactiques. – IRD diffusion 32 avenue Henri-Varagnat 93143 Bony cedex. – Courriel : diffusion@bondy.ird.fr
Insectes  n° 176

Bienvenus au jardin

La recherche d’un équilibre au jardin est le plus sûr moyen d’éviter le recours aux pesticides. Mais quel équilibre ? Il ne s’agit pas de « marcher sur la tête » : l’expression est de mise quand on voit ces jardiniers qui continuent de tuer la vie là où elle devrait être des plus florissantes, tout en s’empoisonnant eux-mêmes. Au jardin bio, il s’agit au contraire de favoriser la vie, celle de tous les auxiliaires qui vont former la barrière la plus efficace contrer les indésirables (pas si nombreux d’ailleurs) et qui, en plus, contribueront à décomposer, enfouir, polliniser, nourrir…Qu’ils soient invertébrés, oiseaux, reptiles ou petits mammifères, s’ils trouvent leur place chez vous, vous serez tranquilles. Cet ouvrage dresse la liste de ces indispensables, en donne une description précise tout en détaillant leurs rôles. Il explique aussi, dans une large partie, comment les accueillir en leur offrant « le gîte et le couvert ». Largement illustré, ce guide sera aussi utile au jardinier qu’au naturaliste qui a toujours le nez dans l’herbe de son jardin !

Des auxiliaires dans mon jardin ! Les attirer, les loger, les nourrir, par Blaise Leclerc et Gilles Leblais, 2015. – 130 p. – Ed. Terre vivante, domaine de Raud 38710 Mens. – Tél. 04 76 34 84 02. – Courriel : info@terrevivante.org. – Sur Internet à www.terrevivante.org
Insectes  n° 176

Atlas des Miridae de Belgique

Les Miridés rassemblent 231 espèces de punaises parmi les plus de 600 connues de Belgique, lesquelles sont encore peu étudiées malgré une grande diversité de modes de vie et de formes. Outre les données de répartition, cet atlas fournit des informations sommaires sur l'écologie, l'habitat et le statut des espèces.
Cette première compilation pour la Belgique, fruit d’un travail considérable, est avant tout un atlas de répartition géographique. Pour chaque espèce, il fournit deux cartes à l’échelle nationale (avant et depuis 1980), une carte à l’échelle européenne et un phénogramme. D’après l’éditeur, « c'est un ouvrage de référence pour les naturalistes passionnés et les chercheurs, notamment dans le domaine de l'agriculture, sachant que certaines espèces de Miridae peuvent être nuisibles aux cultures, alors que des espèces prédatrices peuvent être utilisées dans la lutte biologique. » Comprend une bibliographie faunistique complète des Miridés de Belgique, un index des noms scientifiques, un index des plantes-hôtes, des annexes. Seules quelques espèces sont illustrées.

Atlas des Miridae de Belgique (Insecta : Heteroptera), par Benrend Aukema, Frédéric Chérot, Gaby Viskens et Jos Bruers, 2014. – 311 p. couleurs. Faune de Belgique. – Éd. Institut royal des sciences naturelles de Belgique, 29 rue Vautier 1000 Bruxelles. – Contact : commandes@sciencesnaturelles.be
Insectes  n° 176

Mère de l’écologie

Maria Sybilla Merian est célèbre en Allemagne et aux Pays-Bas, bien moins connue en France. Issue de la petite bourgeoisie protestante, cette naturaliste du temps de Louis XIV au destin exceptionnel, a été une des premières femmes entomologistes à marquer l’histoire de cette science, et ce, en allant à l’encontre des contraintes sociales, religieuses et de la condition féminine de son époque. Cette biographie en bande dessinée témoigne de la vie exceptionnelle d’une femme sans concession qui entreprit un voyage au Surinam à l’âge de 52 ans et consacra la plus grande partie de sa vie à étudier les insectes et à les dessiner. C’est un plaisir de découvrir son histoire au travers de ces planches.

Maria Sybilla Merian : la mère de l’écologie, par Yannick Lelardoux, 2014. – 76 p. – Coll. Grands destins de femmes. Naïve, 9 rue Victor-Massé 75009 Paris. – Sur Internet à www.naivelivres.com
Insectes  n° 176

Je bubulle, tu drenses, elle margaute…

On apprend beaucoup de choses dans ce petit ouvrage consacré au langage animal. Pour être exact : en premier lieu les verbes qui désignent ce langage chez de nombreux animaux dans la langue française. Ce n’est pas une simple liste : beaucoup de comportements y sont décrits et autant l’amateur de mots que le biologiste pourront se sentir concernés. On y découvre aussi la diversité des expressions régionales, de l’étymologie, de l’histoire, en partie puisés dans les dictionnaires anciens. Comme le suggère le titre, c’est plein d’humour : dans l’écriture comme dans les faits souvent surprenants, et les dessins de Roland Garrigue sont également parfaitement… éloquents. Quelques arthropodes viennent se faire entendre dans ce tinta… marrant mais je préfère vous faire entendre un morceau de sanglier quand « il grogne entre ses dents : on dit qu’il groumasse. Il grumelle ou groumelle, et même frende. » Et si vous l’embêtez, avant de charger, il claquera violemment des dents : « On dit alors "qu’il casse la noisette" ». Un index des verbes et des noms d’animaux bien pratique pour s’y retrouver clôt l’ouvrage. Cette petite collection est décidément pleine de bonnes surprises.

La fourmi cro-onde : le bla-bla des animaux, par Anne-Marie Lauras, illustré par Roland Garrigue, 2014. – 126 p. - Delachaux et Niestlé, 13 rue Séguier 75006 Paris. – Sur Internet : www.delachauxetniestle.com
Insectes  n° 176

Fini les mouches (dans le potage) !

L’impact sur les activités humaines (hors agriculture) des « nuisibles » de tous poils, plumes ou chitine, a toujours été considérable. Les arthropodes ont bien toute leur place dans cet ouvrage sur l’hôtellerie et la restauration – qu’ils partagent avec les rongeurs et les oiseaux. L’auteur donne un aperçu de la biologie des différentes pestes concernées, détaille les méthodes de lutte. Spécialiste de la 3D (dératisation, désinsectisation, désinfection), il livre un ouvrage très complet aussi bien en termes de normes et de réglementation que de piégeage, de méthodes chimiques ou électriques, de stockage des produits, de plan de lutte raisonnée, etc. Un regret, la mise en page et les illustrations ne sont pas à la hauteur du projet. 3 autres titres sont disponibles dans la collection Manuel de lutte raisonnée contre les nuisibles […] en milieu industriel ; dans les industries agroalimentaires (IAA) et contre les nuisibles ou bioagresseurs urbains.     

Manuel de lutte raisonnée contre les nuisibles dans l’hôtellerie et la restauration, par Pierre Falgayrac, 2014. – 511 p. – Lexitis, 76 rue Gay-Lussac 75005 Paris. – Sur Internet à www.lexitiseditions.fr. – Contact : commande@lexitis.fr
Insectes  n° 176

Un guide, pour le guide ?

Un grand nombre d’espèces d’insectes parmi les plus communs en Europe, en peu d’espace (2 espèces par page) avec des informations multiples et des photos (détourage partiel) pour chacune. Cette accumulation est intéressante mais elle est aussi préjudiciable car tout ne peut pas être dit en trop peu de mots, ce qui mène à des approximations (en particulier sur la répartition, souvent confondue avec l’habitat) ou au contraire à l’usage de termes pointus qui ne sont pas expliqués (il manque un glossaire)… et les photos sont bien petites. Cela reste un ouvrage intéressant par son étendue et sa diversité, qui pourra convenir au débutant et à l’amateur. L’auteur, grand spécialiste des insectes, y donne des informations pratiques pour l’identification, mais il faudra avoir déjà quelques notions pour les trouver vite. 
  
450 insectes par Heiko Bellmann (trad. de l’allemand), 2015. – 256 p. – Coll. Les indispensables nature. – Delachaux & Niestlé, 13 rue Séguier 75006 Paris. – Sur Internet : www.delachauxetniestle.com
Insectes  n° 176

De la pupe au pupitre

L’école des bestioles arrive tout droit de Chine où elle a fait un tabac. Dans ce premier opus : La classe des Coléoptères, 11 chapitres font alterner une histoire dessinée et un mini-dossier (les différentes espèces de mouches, le bousier et sa boule, la division du travail chez les abeilles...) Les histoires mettent en scène des personnages insectes, élèves et professeurs, avec humour et un certain respect de la réalité entomologique qui attribue à chacun – en début d’histoire – les caractéristiques propre à son espèce. On joue beaucoup sur les mots (« fine mouche », « prendre la mouche », « papillonner », « minute, papillon !»…). Un bon moyen, traité avec humour et sérieux, d’aborder la diversité spécifique chez les insectes.

L'école des bestioles par Ji An, 2014. – 160 p. – Editions Chours, Rue des Bains, 61 – 1205 Genève, Suisse – Sur Internet à www.chours.com
Insectes  n° 176

Rire majuscule !

La célèbre série TV Minuscule est désormais déclinée en mini-romans dans une collection de petits livres de poche destinés aux primo-lecteurs. Chacun des 5 tomes comporte 4 histoires d’une vingtaine de pages, reprenant un épisode de la série humoristique avec tous ses petits personnages : araignées, mouches, fourmis, sauterelles, escargots, chenilles et bien d’autres. Les images extraites des films (muets) servent de support à l’histoire, racontée avec des mots simples et grand renfort d’onomatopées, restituant tout l’humour de la série. Autre avantage pour initier les enfants au monde des petites bêtes, celles-ci sont souvent représentées avec une grande justesse. On peut donc s’en servir pour rebondir sur des leçons de sciences naturelles. À lire aux plus petits ou à laisser lire (à partir de 7 ans).

Minuscule (1. La toile infernale, 2. Mouche au chocolat, 3. La fourmi sifflera trois fois, 4. La sauterelle qui ne savait pas sauter, 5. L’effet papillon), 2015. – Coll. Glénat poche. – Éd. Glénat, couvent Sainte-Cécile, 37 rue Servan 38000 Grenoble. – Sur Internet à www.glenatlivres.com
Insectes  n° 176

Punaises et Cie

Cet ouvrage vient combler un manque dans la littérature francophone consacrée aux Hémiptères d’Europe occidentale. Avec environ 8 000 espèces en Europe, 100 000 décrites dans le Monde, c’est un vaste groupe, dont la biologie est parfois encore mal connue, hétérogène, qui rassemble en son sein des taxons aussi différents que les cochenilles, les pucerons, les punaises, les cicadelles ou les cigales et concerne à ce titre de nombreuses disciplines, de l’agriculture à la santé en passant par la conservation de la nature. La première partie est une présentation générale : morphologie, bioacoustique, évolution et systématique, suivie d’une clé illustrée des sous-ordres et des principales familles. Quelques pages présentent l’écologie et la conservation, les méthodes d’étude, de collecte et d’observation, notamment la photographie. La seconde partie présente les principales familles d’Hémiptères d’Europe classées par sous-ordres : présentation générale, caractères, faunistique, espèces fossiles et renvoi vers les plus de 80 fiches espèces correspondantes qui constituent la troisième partie de l’ouvrage. Celle-ci regroupe des espèces représentatives : traits biologiques marquants, importance économique, particularités phylogénétiques. Les fiches sont plus ou moins détaillées (systématique, répartition, description, biologie, écologie, notes, bioacoustique le cas échéant) selon les connaissances que l’on a de l’espèce dans ce groupe où beaucoup reste encore à découvrir. Elles sont bien illustrées, de photos en nature ou issues des collections du MNHN, souvent réalisées spécifiquement. Un système de pictogramme précise le statut de l’espèce (invasive, protégée), le milieu de vie et le régime alimentaire. Pour chacune, des ressources électroniques externes (sites web du MNHN, base en ligne Hembase, sonothèque…) sont proposées sous forme de flashcodes, une première pour un ouvrage naturaliste francophone selon l’auteur. En annexes : glossaire, bibliographie, index des noms scientifiques et des noms vernaculaires.

Hémiptères de France, de Belgique, du Luxembourg et de Suisse, par Romain Garrouste, 2015. – 318 p. – Coll. Guides Delachaux. – Delachaux et Niestlé, 18 rue Séguier, 75006 Paris – Tél. : 01 56 81 11 40. – Sur Internet à www.delachaux-niestle.com

Insectes  n° 178

Unes Insèctes de tria de Lengadòc Naut

En 2012-2013, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc, a confié à l’OPIE, antenne Languedoc-Roussillon, la réalisation d’un diagnostic entomologique qui est venu compléter les inventaires passés et en cours sur la faune et la flore du parc. À partir de ce travail, une brochure vient d’être réalisée afin de faire partager et découvrir la richesse et la diversité de ce parc au travers de quelques-unes des espèces phares qu’il abrite comme la Magicienne dentelée, le Nacré de la sanguisorbe, l’Agrion de Mercure ou le Criquet palustre. Magnifiquement illustré, ce document bénéficie également d’une traduction partielle en occitan.   

Les insectes remarquables du Haut-Languedoc, par Stéphane Jaulin et Bastien Louboutin, aquarelles de Nicolas De Faveri, 2015. – 10 p. – Parc du Haut-Languedoc, 1 place du Foirail, BP 9, 34220 Saint-Pons-de-Thomières. – Courriel : accueil@parc-haut-languedoc.fr . – Sur Internet à www.parc-haut-languedoc.fr

Insectes  n° 178

Derrière le miroir

Qui ne regrette le temps de l’innocence, de la crédulité, de l’enfance ? Fermez un peu les yeux, laissez au vestiaire notre in-imaginaire d’adulte pour retrouver vos idées folles du temps jadis. Ne plus être l’entomologiste-à-la-loupe, celui ou celle qui voit du dehors, mais revêtir l’habit de l’elfe émerveillé que nous avons tous été pour rouvrir les yeux sur un monde à l’échelle de ses petits habitants… Tout est question de regard, il suffit d’y croire et de se laisser porter par les photographies poétiques de Stéphane Hette. En parallèle, les textes de François Lasserre nous livrent l’identité réelle de ses modèles : vous pensiez avoir affaire à de simples insectes ? Que nenni, c’est une galerie de portraits de fées… Elles sont 65, choisies parmi des milliers, au jardin, au bord de l’eau, à la lisière de la forêt… Fée éphémère, Fée gendarme, chacune a ses secrets : un pouvoir naturel bien réel, et un pouvoir magique… qu’il suffira peut-être simplement de tester pour s’assurer de son authenticité ! Pourquoi pas ? Tout est question de regard… Un vrai livre cadeau pour passer derrière le miroir !   

Les vraies fées de la nature, par François Lasserre et Stéphane Hette, 2015. – 144 p. – Éditions Plume de carotte, 28 impasse des Bons-Amis 31200 Toulouse. – Tél. 05 62 72  08. – Courriel : contact@plumedecarotte.com. – Sur Internet à www.plumedecarotte.com

Insectes  n° 178

L’école des grands

Nous avons déjà présenté (Insectes n°176, p. 7) cette série originale made in China qui propose aux enfants de découvrir de manière ludique les habitudes et caractéristiques de certains insectes (les Coléoptères dans ce premier cycle). Après les 7-12, ce second tome vise les plus de 12 ans. Il reprend le même principe et les mêmes histoires, mais sous forme d’un album de textes encore très illustrés (« roman » selon l’éditeur) en lieu et place des bandes dessinées du premier. Dommage, la « partie scientifique » qui suit chaque chapitre n’est pas augmentée et reste identique pour les 2 niveaux d’âge.

L’École des bestioles, 1er cycle : les Coléoptères. 1- Une classe très agitée (roman), par Xiangmin Wu, Ji’An Xia et Jianyu Zhuang, 2014. – Trad. du chinois. – 125 p. – Editions Chours, Rue des Bains, 61 - 1205 Genève, Suisse – Sur Internet à www.chours.com

Insectes  n° 178

« Rien ne ressemble à une âme, comme une abeille », Victor Hugo (Quatre-vingt-treize)

L’animal omniprésent traverse la littérature comme il traverse l’histoire humaine. De toutes les formes, de tous les milieux, si nombreux ! Et pourtant comme s’il n’y suffisait pas, l’homme en crée d’autres dont il peuple son imaginaire et ses écrits. Ce dictionnaire original se limite autant que possible à la littérature francophone non sans références aux textes fondamentaux comme la Bible, aux œuvres de l’Antiquité, à certains incontournables étrangers. Tous les genres y sont abordés, du bestiaire au roman, en passant par la poésie, la littérature de jeunesse, les chansons, les fables, les contes… On y traite, de nombreux extraits à l’appui, de la manière dont sont décrits les animaux au fil des œuvres, des époques, quelles sont leurs places et leurs fonctions, qu’ils soient réels ou imaginaires. C’est savant mais abordable, étymologique, biologique, symbolique, historique, passionnant. Deux tomes, classés par ordre alphabétique divisent les animaux en Hôtes des airs et des eaux et en animaux terrestres (à paraître). Quelques entrées principales ont été retenues mais des références et des renvois ouvrent des pistes sur d’autres espèces, tout ne pouvant être traité ici. Parmi les arthropodes de ce premier opus figurent : Abeille ; Cigale ; Coccinelle ; Mouche ; Moustique ; Papillon. Dans le second : Araignée ; Fourmi ; Mante religieuse ; Pou et Morpion ; Puce. Le tout est largement illustré de gravures anciennes.    

Dictionnaire des animaux de la littérature française : hôtes des airs et des eaux, dir. par Corinne Füg-Pierreville, Claude Lachet et Guy Lavorel, 2015. – 488 p. – Coll. Les dictionnaires. – Éditions Honoré Champion,
3 rue Corneille 75006 Paris. – Tél. 01 46 34 07 29. – Courriel : champion@honorechampion.com. – Sur Internet à www.honorechampion.com


Insectes  n° 178

Dard-dard

Cet ouvrage collectif, très complet, rédigé par une trentaine de spécialistes, a bénéficié de l’expérience des cours annuels sur les animaux venimeux dispensés depuis 1981 par le MNHN. Après une introduction consacrée aux généralités (historique, définitions, etc.) et un premier chapitre dédié à la mesure de la toxicité et la neutralisation par les antidotes, l’ouvrage est divisé en 2 parties : animaux venimeux actifs possédant un dispositif d’inoculation  (successivement soies urticantes, dards et stylets, morsures) et animaux venimeux passifs (venins à sécrétion externe et interne, sans dispositif). On y traite par groupe zoologique des aspects biologiques des appareils vulnérants et de l’envenimation, des venins eux-mêmes (toxicologie), de la symptomatologie, des traitements, de l’épidémiologie, etc. Les insectes et arthropodes en général (Arachnides, Myriapodes) sont très largement représentés : on connaît les piqûres des Hyménoptères, les morsures des Araignées et des Chilopodes, il y a aussi les soies urticantes des Lépidoptères, les sécrétions des insectes vésicants, les piqûres des Scorpions… C’est un ouvrage interdisciplinaire, mais cependant facile d’accès, qui intéressera autant le grand public (naturalistes, populations exposées, voyageurs) que les étudiants, les professionnels de santé, etc. Bibliographie attenante à chaque chapitre, glossaire et index.
 
La fonction venimeuse, sous la dir. de Christine Rollard, Jean-Philippe Chippaux et Max Goyffron, 2015. – 448 p. – Éditions Lavoisier Tec & Doc, 14 rue de Provigny 94236 Cachan Cedex. – Sur Internet à www.lavoisier.fr


Insectes  n° 178

Conquérants bizarres et lumineux

Ces Histoires insolites sont au service de la collection Carnets de sciences des éditions Quae, qui propose à un large public d’acquérir les bases d’une culture scientifique. Elles dessinent ici un panorama curieux et érudit – mais accessible – du monde des insectes. En réalité le fil à suivre ici est ténu et si la suite des Histoires ne constitue pas une véritable trame, elle permet de découvrir de nombreux aspects de la biologie et de la diversité de ces « conquérants » « bizarres » et « lumineux » pour reprendre les intitulés de certains chapitres dont le dernier est plus particulièrement consacré aux rapports de l’homme avec les insectes. L’auteur, lui-même chercheur, a contribué à plusieurs découvertes évoquées dans l’ouvrage et est l’auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation sur les insectes.

Les insectes : histoires insolites, par Patrice Léraut, 2015. – Coll. Carnets de sciences. – 119 p. – Éditions Quæ, RD 10, 78026 Versailles cedex. - Sur Internet à www.quae.com

Insectes  n° 178

Ah ! L’Amour…

Ce livre de photographies se concentre sur le moment sensible – l’accouplement – de la reproduction, objet essentiel de la vie des insectes adultes (et de quelques autres petites bêtes). Avant, pendant, après, des préliminaires à la ponte, en passant par « l’instant X » et « quelques positions fétiches », nous découvrons au fil des pages les particularités de plusieurs groupes au travers d’« une succession de petites histoires individuelles propres à chaque espèce ». Les clichés sont grands, souvent pleine page et de très bonne qualité (l’auteur est photographe et naturaliste), les légendes sont généreuses et riches en informations, les textes plein d’humour. Le regard très légèrement anthropomorphique assumé et quelques dessins naïfs ajoutent au charme des commentaires. Un thème original pour un beau livre à offrir !

Kama-sutra des petites bêtes, par Lorraine Bennery, 2015. – 118 p. – Oiseau plume éditions, 149 rue des Bresses 38510 Saint-Victor-de-Morestel.
Tél. 04 74 18 37 57. – Sur Internet à www.oiseauplume-editions.com


Insectes  n° 178

Un bath guide

Nous sommes largement redevables aux chauves-souris de leur contribution inestimable au contrôle des populations d’insectes… Il est donc juste de signaler ici ce nouveau guide, qui, plus de 15 ans après la dernière publication du même type (le « Schober et Grimmberger »), prend en compte les innombrables progrès et découvertes de la science chiroptérologique européenne réalisés depuis. De nombreuses menaces pèsent en effet sur ce groupe animal dont l’importance n’est plus à démontrer et ce malgré l’intérêt croissant qu’il suscite et sa prise en compte dans les programmes de protection.
Un tiers du guide traite de la biologie, des études et de la protection. Suivent les techniques de détermination : clé des poils de guano, clé animal en main et clé de détermination photographique. Puis sont proposées les fiches de 79 espèces (Europe, Afrique du Nord, Turquie), très détaillées pour la plupart des espèces : répartition, caractères distinctifs, mensurations, espèces similaires, cris d’écholocalisation, habitat, gîtes, comportement et reproduction, mode de chasse et régime, utilisation de l’espace, menaces et enfin, questions en suspens. L’ouvrage comporte 700 photos, plus de 50 croquis et 44 cartes de répartition. Il est complété par un index, un glossaire et une bibliographie.

Chauves-souris d’Europe : connaître, identifier, protéger, par Christian Dietz et Andreas Kiefer, 2015. Trad. De l’allemand. – 400 p. – Coll. Guides Delachaux. – Delachaux et Niestlé, 18 rue Séguier, 75006 Paris.
Tél. : 01 56 81 11 40. – Sur Internet à www.delachaux-niestle.com

Insectes  n° 178

À Noël, les moucherons...

Il fut un temps – que les satellites de moins de 20 ans ne peuvent pas connaître – où l’observation attentive de la nature tenait lieu de prévision météo. Les déductions empiriques qui en découlaient alimentaient la tradition orale en dictons et proverbes parfois justes, parfois improbables… pas toujours faciles à interpréter. Que valent ces oracles à la lumière de nos connaissances naturalistes actuelles ? C’est la question que s’est posée l’auteur face à quelques dizaines de dictons familiers (Araignée du soir…) ou non (Cri du huard…) où les insectes en tout genre sont bien représentés. Entre les imbroglios superstitieux et les interprétations hasardeuses de nos ancêtres, la vérité – quand elle se fait jour – n’est pas toujours où on l’attend ! Et si on apprend beaucoup de choses ici, on le doit plus à l’argumentaire de l’auteur qu’à la science de ces dictons un peu désuets. Soulignons l’illustration humoristique, marque de cette petite collection qui s’étoffe.

Araignée du soir, espoir. Et autres dictons animaliers incertains, par François Lasserre, ill. par Ronan Badel, 2015. – Coll. L’Humour est dans le pré. – 127 p. – Delachaux et Niestlé, 18 rue Séguier, 75006 Paris. Tél. : 01 56 81 11 40. – Sur Internet à www.delachaux-niestle.com



Tout en carton

Trois petits albums à pages cartonnées et solides pour découvrir le monde des insectes avec les tous petits. Plantes, animaux et environnement sont représentés sous des formes simples, sans détails superflus, et ont des couleurs agréables et des motifs attrayants. La plupart des pages sont découpées ou ajourées permettant une approche ludique. On y découvre les grandes lignes de la vie des petites bêtes, la vie en colonie, la ruche et le nid, ce qu’elles mangent ou récoltent et leur développement : en particulier la suite œuf-larve ou chenille-adulte. Ce sont des livres à décrire, à questionner avec les enfants et à faire deviner grâce au jeu des ajours (qu’y a-t-il derrière ?). Très bien pour une première approche, qui plus est, chez un éditeur sensible à la nature. À partir de 2-3 ans.

Le Papillon, par Olivia Cosneau, 2014. La Fourmi et L’Abeille, par Magali Attiogbé, 2015. – [16 p.] – Coll. Ma Petite nature. – Amaterra, 6 C rue des Capucins 69001 Lyon. – Sur Internet à www.amaterra.fr

Insectes  n° 178

Insectes à la tirette

Pour les  « moins petits » (à partir de 3 ans selon l’éditeur mais les animations sont un peu fragiles), un livre animé pour aller un peu plus loin et organisé en 10 pages thématiques : la rencontre (reproduction et développement), les déplacements, les ailes, les bouches, manger et être mangé, etc. Les animations sont essentiellement des systèmes de tirettes avec effets de mouvements, de découverte et de substitution d’images. Les petites bêtes sont essentiellement des insectes : mais on découvre aussi limace, escargot, araignée, mille-pattes ou grenouille.  Les textes courts sont pour la plupart les légendes des illustrations. On découvre la diversité des petits animaux au travers de différents modes de vie (développement, déplacement…) ou de particularités anatomiques (nombre de pattes, forme des ailes…). Un bon documentaire pour accompagner la découverte des petites bêtes.

Les petites bêtes, par Anne-Sophie Baumann et Géraldine Cosneau, 2015. – [10 p.]. – Coll. Anim’DOC. - Tourbillon, 10 rue Rémy-Dumoncel 75014 Paris. – Tél. 01 43 21 24 84. – Sur Internet à www.editions-tourbillon.fr


Insectes  n° 178



Retour à la page d'accueil d'/opie-insectes/