Cerambyx cerdo: Menaces et gestion des populations


Statut de protection de l'espèce

Annexes IV de la Directive Habitats-Faune-Flore (JOCE du 22.07.1992).
Annexe II de la Convention de Berne (JORF du 28.08.1990 et du 20.08.1996).
Protection nationale (arrêté du 22.07.1993, JORF du 24.09.1993).

Mesures réglementaires dont bénéficie l'espèce

Cerambyx cerdo est présent dans sept Réserves Naturelles en France et deux Réserves Naturelles Volontaires. L'espèce est présente dans quatre sites gérés par le réseau des Conservatoires régionaux d'Espaces Naturels de France.

Etat des populations et menaces potentielles

Etat des populations

L'espèce a nettement régressé en Europe au nord de son aire de répartition (Luce J.M., 1997). En France les populations semblent très localisées dans le nord. L'espèce est commune, voire très commune, dans le sud.

Menaces

La régression des populations dans le nord de l'Europe semble liée à la disparition progressive des milieux forestiers sub-naturels (Luce J.M., 1997). Le statut de menace dans le nord de la France est à déterminer. Les populations ne sont pas menacées dans le sud du pays.

Proposition de gestion

Si l'inscription de cette espèce dans l'annexe II est un outil efficace pour la délimitation de Site d'intérêt Communautaire dans le nord de la France et de l'Europe, cet outil ne l'est plus en zone méditerranéenne car cette espèce y est commune voire très commune. En milieu anthropisé, l'espèce peut se révéler dangereuse pour la sécurité publique en provoquant la chute de grands chênes ornementaux. La lutte contre cet insecte (injection de polymères de renfort à propriétés insecticides dans les galeries larvaires) pose d'autre part un problème réglementaire pour une espèce protégée au niveau international. Dans le cadre de la rédaction d'un document d'objectif pour un Site d'Intérêt Communautaire, nous suggérons de ne pas prendre en compte cette espèce au sud du 45° nord (latitude de Bordeaux). Cependant, le maintient de vieux chênes sénescents dans toute son aire de répartition est bénéfique à un cortège de coléoptères saproxyliques souvent dépendants de ce xylophage pionnier.

Propositions relatives au biotope de l'espèce

Faire une cartographie des vieux chênes sur les sites.
Lorsque l'espèce se développe sur des arbres isolés, assurer le renouvellement des classes d'âges sur le site. Dans ces milieux, la taille des arbres en têtard favorise la ponte de Cerambyx cerdo (Barbey A., 1925).
Dans les massifs forestiers, mettre en place des îlots de vieillissement (Noblecourt T., 1996).

Propositions concernant l'espèce

Faire un suivi des adultes. Il n'existe pas de méthode standardisée mais l'emploi de pièges attractifs non destructifs (pièges à fruits par exemple) peut être envisagée.
Sensibiliser forestiers et promeneurs à la préservation des coléoptères saproxyliques, de manière à lutter notamment contre l'idée reçue qu'une forêt est mal gérée lorsqu'on y laisse des arbres morts ou du bois mort au sol.

Conséquences éventuelles de cette gestion sur d'autres espèces

La gestion orientée sur la conservation de l'habitat de Cerambyx cerdo est très favorable aux autres espèces saproxyliques (champignons et invertébrés notamment).

Evaluation des impacts économiques des mesures de gestion prises en faveur de l'espèce

Les dégâts causés par cette espèce sur le chêne sont très importants. Dans les régions du sud de la France, notamment, cette espèce est considérée comme un ravageur des forêts de chênes. L'impact économique des mesures de gestion proposée doit être évalué localement dans les régions où Cerambyx cerdo a une répartition très localisée.


Retour à la page de Cerambyx cerdo