Vers la page d'accueil d'OPIE-Insectes    


Les insectes de la Belle Époque

Ci-dessous, quelques exemples d'articles de vulgarisation parus dans les toutes premières années du XXe siècle  (ou un peu avant) : certains très bien faits, illustrés de gravures très précises, ne mériteraient, pour se voir acceptés cent ans plus trard dans Insectes (par exemple), qu'une légère réécriture. D'autres - le lecteur les repérera sans difficultés - sont impubliables.

Une rubrique qui s'enrichira au fur et à mesure de nos trouvailles. 

Les articles parus dans Insectes sont à retrouver sur la page des sommaires.
Dernière entrée (en bas de la pile), le 28 juillet 2017.

Les bestioles qui se font porter (par Henri Coupin, La Nature, 1905, trente-troisième année, premier semestre : n°1651 - pp. 145-147)
Bien qu'ignorant les beautés du taximètre, certaines bestioles ont trouvé le moyen de se faire voiturer sans fatigue jusqu'au lieu précis où elles doivent aller, et cela sans donner la moindre adresse à leur cocher, lequel est en même temps leur cheval. Quelques exemples vont mieux faire comprendre ce dont il s'agit, que cette donnée succincte qui n'a rien de fantaisiste, comme on pourrait le croire. Il y a, d'ailleurs, plusieurs cas à considérer
. [...]

La ténacité de la vie chez les fourmis  (par Henry de Varigny, La Nature, 1905, trente-troisième année, premier semestre : n°1647 - p. 35)
Un naturaliste américain qui s'occupe beaucoup des fourmis, Mlle A.M. Fielde, a fait connaître tout dernièrement le résultat d'expériences diverses portant sur la ténacité de la vie chez ces insectes. Ses expériences ont été nombreuses et variées ; mais je ne retiendrai que les principales. Voici, d'abord, ce que Mlle Fielde a constaté en ce qui concerne la résistance à l'asphyxie par submersion. [...]

Le Minotaure typhée (par Henri Coupin, La Nature, 1907, n°1803 - pp. 17-18).
Ce n'est pas du monstre de la légende qu'il s'agit, mais d'un humble insecte, auquel le public ne fait guère attention, bien qu'il soit d'une taille assez forte, mais que connaissent bien les collectionneurs de Coléoptères. II est intéressant, en effet, en ce que le mâle est pourvu en avant d'un trident, une sorte de fourche à. trois branches, tandis que la femelle n'en possède pas
. [...]

Les taches solaires et les invasions de sauterelles (par le Dr Caphan, La Nature, 1901, vingt-neuvième année, deuxième semestre, p. 74).
On sait que les départements de la Charente et de la Charente-Inférieure sont, en ce moment, ravagés par des nuées de sauterelles qui, tout comme en Algérie ou dans l'Amérique du Sud, dévorent tout ce qu'elles rencontrent. Les cantons de Villefagnon, Aigre, Rouillac, les communes de Matha, Puy-du-lac, Tonnay-Charente et Rochefort sont particulièrement dévastés. [...]

Les araignées (par Félix Hément. La Nature, 1890, dix-huitième année, deuxième semestre, p. 203-206). I.
Dans un angle du plafond, une araignée a fait sa toile, ou mieux, son filet. La ménagère a pris bien vite la tête de loup, et brutalement, elle a enlevé ce petit chef-d'œuvre. Ce terme de chef-d'œuvre fera sourire de pitié le lecteur qui n'a jamais connu que les toiles d'araignées salies par les poussières, n'a jamais vu l'animal à l'œuvre ni observé le réseau sortant de ses… pattes ; pour un peu, nous allions dire de ses mains.[...]

Étude générale sur les moyens à employer pour combattre les espèces nuisibles (In Lécaillon M.A., 1903. Insectes et autres invertébrés nuisibles aux plantes cultivées et aux animaux domestiques. Min. Agriculture, Paris, 151-152).

Protection des animaux insectivores (In Lécaillon M.A., 1903. Insectes et autres invertébrés nuisibles aux plantes cultivées et aux animaux domestiques. Min. Agriculture, Paris, 153-159).

Suicide des guêpes. (par M. Henry, La Nature, 1895, vingt-troisième année, premier semestre, p. 382)
Une guêpe en quête d'aventure est entrée un jour dans mon atelier et est venue se promener lentement sur mon établi, flairant tous les objets les uns après les autres, pour voir s'il n'y aurait pas un bon larcin à faire. Mal lui en prit [...]

Les parasites des criquets (par B. I.,  La Nature, 1895, vingt-troisième année, premier semestre, p. 380-382)
[...] sous la protection du gouvernement, des stations entomologiques, où l'on fait de l'Entomologie appliquée, se sont fondées et les savants officiels acceptent volontiers la mission d'aller sur place étudier les mœurs et les métamorphoses de ces ennemis si petits part la taille, si redoutables par le nombre, qu'on nomme les insectes et s'efforce de rechercher les meilleurs moyens de les détruire. N'est-ce pas une consolation pour le cultivateur de savoir qu'en haut lieu on s'inquiète à ce point de vue, de ses intérêts, et que des hommes compétents et dévoués consacrent leur science et leurs études à le seconder dans une lutte parfois trop inégale où le tout petit l'emporte souvent sur nous ? [...]

La momie d'une guêpe (La Nature, 1882, dixième année, deuxième semestre, p. 379).
[...] un insecte qui aurait ses papiers bien en règle et dont l'état civil fait remonter la mort à 3 350 ans.

Mineurs et moustiques (La Nature ,1903, trente et unième année, deuxième semestre, p. 317).
Le sort des mineurs excite aisément la compassion, et l'imagination populaire se représente avec quelque vivacité les dangers qu'ils courent, les souffrances qu'ils endurent. [...] Mais il n'est sans doute jamais venu à l'idée d'aucun lecteur que, dans certains districts miniers, le moustique, le bourdonnant et lancinant moustique, fût, pour le travailleur qui cherche l'or ou extrait le fer, un ennemi redoutable.
[...]

Le hannetonnage (par Félix Hément, La Nature, 1889, dix-septième année, premier semestre, p. 391-394)
C'est par centaines de milliers de francs qu'il faut évaluer les pertes causées à l'agriculture par le hanneton. M. Blanchard l'affirme dans un rapport qu'il vient de faire au nom de la Section d'histoire naturelle agricole. Or, M. Blanchard, membre de l'Institut, professeur au Muséum, est sur ce point, comme d'ailleurs sur bien d'autres, d'une compétence indiscutable. On peut le croire sur parole. Le hanneton, voilà l'ennemi ! [...]

Pour détruire les moustiques / Pour détruire les mouches (sans indication d'auteur, L'Année scientifique et industrielle, 1909, pp. 437-439)
[...] le docteur Sauzeau de Puyberneau, chef du service de santé au Gabon, a entrepris des recherches en vue de voir s'il n'y aurait pas moyen de remplacer le pétrole par quelque autre substance moins instable.
Je suis sûr de faire plaisir à beaucoup de monde et à ne déplaire à personne en indiquant ici un nouveau moyen de se débarrasser des mouches dont l'inventeur, un médecin-major, dit merveille.

La soie parisienne (sans indication d'auteur, L'Année scientifique et industrielle, 1909, pp. 439-441)
[...] À quand l'apparition de la soie parisienne - rien de commun avec la soie végétale ou artificielle pondue par de vrais vers, entre la Madeleine et la Bastille ? Car, - notez ceci -: il suffirait de grimper, au moment psychologique, aux arbres de nos boulevards ou de nos squares - mais, hélas ! ce sport est interdit ! - pour recueillir d'édifiants échantillons d'Attacus cynthia.

Les insectes résiniers (par Henri Coupin, La Nature, 1899, vingt-septième année, deuxième semestre, p. 18-19)
La résine, cependant si répandue dans la nature, est très rarement employée par les animaux pour l'édification de leurs demeures. Cela tient sans doute à ce que, malgré sa plasticité, elle adhère très fortement et se détache difficilement de l'organe qui l'a récoltée ; elle présente aussi l'inconvénient de durcir très lentement. Il y a néanmoins des insectes qui l'utilisent : ce sont surtout des Hyménoptères appartenant au genre Anthidie. L'espèce la mieux connue à cet égard est l'Anthidie à sept dents dont nous allons succinctement relater l'histoire.

Le Sphinx à tête de mort (par A.-L. Clément, La Nature, 2e semestre 1903, pp. 199-202)
Toutefois ce n'est pas seulement ce gros corps qui le rend remarquable : il l'est surtout par d'autres particularités qui ont attiré depuis longtemps sur lui l'attention et lui ont acquis une très ancienne célébrité : son dos est marqué d'une tache étrange qui figure très exactement une tête de mort ; il possède un cri plaintif, et enfin son goût effréné pour le miel le fait redouter des abeilles et aussi des apiculteurs. Il mérite donc à tous égards une étude quelque peu attentive.

Le Braula cœca  (par A.-L. Clément, La Nature, 2e semestre 1905, pp. 221-222)
C'est un insecte bien curieux que cette mouche minuscule, aveugle et sans ailes, qui vit en commensale sur notre abeille domestique.

Dispersion des mollusques (par V. Brandicourt, La Nature, 2e semestre 1898 , pp. 154-156)
Les cas de dissémination par les insectes sont plus rares, plus difficiles à observer ; mais ils n'en sont que plus curieux pour cela et M. Kew en a recueilli un certain nombre.

Les insectes employés en bijouterie (par Jacques Boyer, Le Magasin pittoresque, n°1833, pp. 46-48, 1912)
On voit depuis quelque temps à Paris d'artistiques bijoux, confectionnés avec des insectes naturalisés. On utilise surtout, pour cet usage, les Coléoptères exotiques dont les élytres aux chaudes et chatoyantes couleurs se prêtent aux multiples applications de la joaillerie.

Les Insectes et les grands Fléaux de l'Humanité (par le Dr Marie, Le Magasin pittoresque, n°1833, 1904, pp. 88-90)
On dirait que pour les guerres iniques, la nature fait parfois cause commune avec les hommes qui défendent le sol de leur patrie. C'est ainsi qu'on a vu à Cuba les Américains aux prises avec les moustiques après avoir vaincu Espagnols et Cubains.

Vers blancs et hannetons (par Cyrille de Lamarche, Le Magasin pittoresque, 1907, pp. 207-209)
Pour détruire les vers blancs il y a plusieurs moyens : le plus pratique est de les récolter en faisant suivre la charrue au moment des labours par des enfants qui ramassent ceux que le soc a retournés ou par des poules qui en sont très friandes.

Les insectes : résistance  à la mort par  décapitation ou submersion (par V. Baudricourt, La Nature, 1901, pp. 359-362)
Tout le monde. sait qu'après chaque exécution capitale le corps du décapité est généralement remis aux membres de l'Académie de médecine de Paris pour faire, diverses expériences, entre autres sur la persistance des mouvements du corps après que la tète a été séparée du tronc.
Un savant italien, M. Canestrini, s'est proposé de faire des recherches semblables sur des insectes.

De l’instinct et de l’intelligence chez quelques insectes (Par H. de Chavannes de la Giraudière, 1889. Les petits naturalistes. Alfred Mane et fils, Tours, pp. 54 et sqq.)
[...] Le savant crut que l'insecte avait renoncé à son projet, et il allait continuer sa promenade, lorsqu'à son profond étonnement il vit le nécrophore reparaître avec trois de ses camarades de son espèce, auxquels il était probablement allé raconter son aventure, et qui avaient consenti à l'accompagner pour lui prêter main-forte.

Une invasion de papillons (par Lucien Rudaux,  La Nature, 2e semestre 1904, p. 133)
Pendant les journées des 10 et 11 juillet, la surface de la mer entre les îles Chausey et Granville, a été littéralement envahie par d'immenses nuées de papillons.

L'art factice chez l'Abeille domestique. La cire gaufrée. (par A.-L. Clément, La Nature, 2e semestre 1904, pp. 20-22).
Et voilà comment les abeilles, simples ouvrières de l’homme, deviennent artistes malgré elles et construisent parfois leurs gâteaux de miel dans des formes vraiment curieuses : couronnes, étoiles, fleurs, imitations de fruits, par exemple, [...]

La faune des cadavres (ouvrage de Pierre Mégnin présenté - en 3 pages illustrées - par Lucien Cuénot, Revue générale des sciences pures et appliquées, 1894, t. 5, 834-836)
[...] ce sont ces gaz perçus par les Insectes, souvent à des distances prodigieuses, qui leur indiquent le degré auquel est arrivée la putréfaction et leur permettent de choisir celui qui est le plus convenable à leur progéniture.

Le tamanoir ou grand fourmilier (par E. Oustalet,  La Nature, 1891)
[...]  Un Tamanoir vient facilement à bout d'un Chien de forte taille, mais il ne saurait résister à un homme armé d'un fusil. La chasse de cet animal ne présente donc pas grand danger et devrait offrir d'autant moins d'attraits que, comme le dit des Marchais, la Tamanoir est un être éminemment utile, et que sa chair a un goût de Fourmis fort désagréable.

L'origine des insectes (in Louis Ménard : Rêveries d'un païen mystique. 2e éd., Alphonse Lemerre, 1886)
[...]  II prit un rayon de soleil et anima cette poussière, puis il présenta, comme échantillons de ses œuvres, une mouche, un scarabée, une fourmi, une abeille, une sauterelle et un papillon. Les anges se mirent à rire. 

Les insectes frappeurs (par Dr Z, La Nature, 2e semestre 1891, p. 64).
Il a pu arriver à tout le monde d’entendre dans les appartements des coups, frappés par séries, que certaines gens d’imagination attribuent aux esprits frappeurs, et que les naturalistes font remonter à des causes moins merveilleuses.

L'emploi des insectes et des plumes d’oiseaux dans les travaux d’art (Le Magasin Pittoresque, 1879, p. 230) 
Enfin, les diptères et les hyménoptères servent encore quelquefois à donner aux fleurs artificielles une plus grande apparence de vérité. Leur faible structure ne permettant pas de les monter en bijoux, on se contente d'imiter leurs formes et leur brillant coloris [...]

Baromètres vivants (par A.-L. Clément, La Nature, 1er semestre 1901, p. 404-406)
[...]  Mon expérience croit reconnaître dans l’état du ciel l’annonce d’un beau lendemain. Les Géotrupes sont d’un autre avis. Ils ne sortent pas. Qui des deux aura raison ? L’homme ou le bousier ?

Les plantes cruelles (par V. Brandicourt, La Nature, 1894, 2e semestre 1894, p. 41-42)
[...] Les innocents papillons sans défiance plongent leur trompe si délicate dans la corolle de la fleur espérant y puiser un délicieux nectar, et les imprudents se trouvent pris comme une souris dans un piège.

La mouche savante (par D. Lebois, La Nature, 2e semestre 1898, p. 368)
S’il faut en croire le Scientific American, de New York, un mathématicien d’imagination a trouvé le moyen de rendre les mouches savantes instantanément par un artifice qu’il est permis de dévoiler.

Les vers du biscuit de troupe (par Ch. Decaux, La Nature1er semestre 1893, p. 75-76)
Le biscuit constitue la base de l’alimentation du soldat en campagne, c’est donc un produit dont la conservation et la qualité doivent être parfaites. Malheureusement il est en grande partie avarié par des vers qui le souillent, et sont la principale cause de la répugnance du troupier pour cet aliment. 

Une fourmi providentielle (par Henry de Varigny, La Nature, 2e semestre 1904, p. 326-327)
[...] Mais s’il s’attaque aux insectes utiles aussi, la satisfaction des agriculteurs sera moindre. A vrai dire, pour le moment, le « kelep » semble très bien comprendre ce qu’on attend de lui. Il massacre les Anthonomes [...]

Un papillon géant : Papilio antimachus (par Paul Tetrin et Edmond Bordage.  La Nature, 1er semestre 1893. 248-250)
[...]  Le chasseur devait commencer à perdre patience, lorsqu’une pluie torrentielle se mit à tomber, et le Papillon Antimaque, fuyant devant ce déluge, se dirigea vers M. Rogers qui le captura du premier coup de filet. Inutile de dépeindre la joie de l’heureux possesseur d’un trésor semblable. 

L’amour maternel chez les insectes (par G. Labadie-Lagrave). Le Magasin pittoresque, 1896, p. 363-365.
Les poètes ont calomnié les papillons. Ils les ont représentés comme des insouciants dont l'existence éphémère se passe à butiner de fleur en fleur et à profiter de l'heure présente sans se préoccuper du lendemain. Pour avoir été tra¬duit en vers dans toutes les langues ce préjugé n'en est pas moins injuste.

La Bruche des pois (par J.-H. Fabre). La Nouvelle Revue, 1901, p. 421-430.
[...]  Avant l'écuelle de bouillie, avant le pain des forts, le nourrisson a le laitage. La partie centrale du pois ne serait-elle pas la mamelle du nouveau-né de la bruche ? [...]  

À propos d'abeilleLa Nature,  1888, 1889, 1897.
Pigeons voyageurs et abeilles,  Piqûres d’abeilles et rhumatismes, La poste aux abeilles.

Les Araignées sociales (par Henri Coupin). La Nature, 1er semestre 1900, p. 308-310
[...]  Si les araignées n’étaient pas si répugnantes à la vue, combien leurs mœurs seraient intéressantes à observer !

Le ciron à la mine (par Gaston de Pawlowsky). Inventions nouvelles et dernières nouveautés. ca 1900
Une importante fabrique de crayons vient de dresser spécialement plusieurs milliers de ces intelligents insectes appelés cirons  [...]  

Conseils aux amateurs d’histoire naturelle. La chasse aux papillons (par Maurice Maindron). La Nature, 1er semestre 1888,
Le chasseur de papillons doit avoir bon pied, bon œil ; légèrement équipé, libre de ses mouvements, le meilleur bagage est pour lui le plus léger ; ses armes sont peu nombreuses, peu lourdes et peu dispendieuses.

Conseils aux amateurs d’histoire naturelle (suite).

La ponte des insectes (par Jules Meunier). La revue scientifique, n°11, septembre 1891.
[...]  On dirait que, absolument libre de faire son choix, chaque insecte a adopté, suivant ses aptitudes particulières, son goût et son ingéniosité, un mode de ponte inédit. [...]  

Le ver à soie du chêne en Chine. (par Henri Coupin). La Nature, 2e semestre 1895, p. 59-60.

La lumière du ver luisant et les rayons X (par Jacques Boyer). La Nature, 1897, 2e semestre, p. 180-181.

La propreté chez les insectes (par Henri Coupin). La Nature. 1er sem. 1900, p. 66
 [...] On prend un diptère de grande taille, le Taon des bœufs, par exemple, et on lui arrache la tête. L’insecte décapité se met incontinent à sa toilette.

Les mangeurs de pucerons (par Henri Coupin). La Nature, 2e sem. 1904, p. 263-266.
[...] Mais sans doute est-ce là un soin superflu et, peut-être, en se garnissant de la dépouille de ses victimes, la larve ne songe-t-elle qu’à se parer, de même que le Huron se nouait autour de la ceinture les chevelures des ennemis scalpés.

Le ver à soie brésilien (par Maurice Girard). La Nature, 1er sem. 1874, p. 408 à 410.
[...] on sera en possession de nouvelles espèces de vers à soie, et leur soie, bien que souvent inférieure, trouvera toujours son emploi. L'industrie a besoin de matières textiles variées, pour obéir à ces caprices multiples de la mode qui donnent le pain à des milliers de familles.

Le ver à soie des pins (par Maurice Girard). La Nature,  1er sem. 1877,  p. 147.
[...] Les caprices continuels de la mode peuvent donner de la valeur à des étoffes de qualité inférieure, si elles se prêtent à certaines combinaisons de nuances, d'éclat, de résistance ou de souplesse. Il y a là des essais à continuer.  *

Indifférence ou hostilité des Insectes et des FleursÀ travers le monde vivant (par Edmond Perrier), E. Flammarion (Paris), 360 p. (1916)
[...]  Finalement, tout le mal que se serait donné la nature pour former entre les insectes et les fleurs un ménage régulier aurait eu pour objet d'assurer aux plantes les bénéfices de là fécondation croisée et d'empêcher les mariages consanguins qui sont une cause d'affaiblissement pour les races les mieux trempées.

Rôle agronomique des Apiens pour la fécondation des fleurs. Les abeilles : organes et fonctions, éducation et produits, miel et cire (par Maurice Girard), J.-B. Baillière et fils (Paris), 296 p., 1887.
[...]  La France tient un rang de premier ordre comme contrée agricole, et je suis certain que des encouragements efficaces à l'apicultureauraientun résultat agronomique de grande valeur en augmentant le rendement de beaucoup de nos récoltes.

Chasse électrique des insectes (par Flamel). La Nature , 1er sem.  1897, p.  400.
[...] Mais dans les mares, même dans certains étangs, avec la permission du propriétaire, on peut bien allumer sa lanterne et entreprendre des chasses fructueuses d’insectes, de larves de Coléoptères, d’Hémiptères, de Monoptères, de Diptères.

Le poison volant (par le docteur Louis Planchon). Foyer protestant, Nîmes, 1914.
Je ne crois pas me tromper, cher lecteur, en affirmant que tu n'aimes pas les Mouches ; encore que tous les goûts soient dans la nature, celui-ci serait bien étrange ! Ta répulsion instinctive est d'ailleurs augmentée dès que tu réfléchis. Non, tu n'éprouves aucune joie à voir les Mouches se débattre dans ton lait, baver sur ton sucre, ou se peigner au-dessus de ta confiture !  [...]  

Une chenille utile (par Henri Coupin). La Nature, 1er sem. 1895, p. 93-94. 
Il y a peu d’animaux sur la terre qui aient une aussi mauvaise réputation que les chenilles. Il ne faudrait pas croire cependant que tous les représentants de cette corporation soient nuisibles : il en est de très utiles [...] De ce nombre sont les chenilles de l’Erastria scitula [...]  

Le Lucane à tâtons dans l’ombre morale... (divers auteurs).

Un objet souvent détourné de ses fonctions (par Henri Coupin). Histoire d'une tache d'encre : étude pittoresque des objets servant aux études des écoliers et des écolières. R. Roger et F. Chernoviz (Paris), 1913.

Un geste de chasse du fourmilion (par J.-G. Millet). La Nature, 2e sem. 1926, p. 415-416.

La destruction des fourmis (par A.-L. Clément). La Nature, 2e sem. 1902, p. 155-157.

La Scolopendre géante (par Henri Gadeau de Kerville). La Nature, 2e sem.1882, p. 120-122.

Les Ptérocrozes (par Henri Gadeau de Kerville). La Nature, 1er sem. 1882. p. 385-386.
C’est assurément dans l’ordre des Orthoptères que nous trouvons les insectes aux formes les plus singulières, et cependant ils ont été presque complètement négligés par les entomologistes, qui leur ont préféré les Coléoptères et les Lépidoptères, dont l’élégance des formes et des couleurs attirent tous les regards [...]

Le Père Cafard (par Guy Tomel). La Science illustrée, t. 14, n° 340,  1894,  p. 131-133.
[Ledain] jugea, en homme pratique, que le métier de cafardier lui réservait dans l'avenir des ressources plus lucratives que la fabrication des pains de quatre livres.
Certes, l'issue n'a pas trompé ses espérances.


Les libelluliens et leurs chasses (par Maurice Girard), La Nature 1876 : 1er sem. 1876,  p. 69-70.
[...] La richesse du vêtement, la taille svelte et élancée, la légèreté et la grâce du vol, soit rapide à la façon de l’hirondelle, soit doux et comme moelleux, expliquent le nom poétique de Demoiselles, appliqué par le vulgaire aux libelluliens ou odonates des entomologistes.

Insectes bibliophages (par  Albert Cim). Le Magasin pittoresque, 1901, p. 629-630
[...] les livres fréquemment battus, journellement remués et maniés, sont à l'abri de ces myriades d'imperceptibles et infatigables rongeurs. Selon le joli mot de Charles Nodier, « la bibliothèque des savants laborieux n'est jamais attaquée des vers. »

Un insecte aéronaute (par Henri Coupin). La Nature, 1903 : 2e sem. n°1567 à 1592 , p. 27.
MM. J. M. Aldrich et L. A. Turley ont découvert en Amérique un curieux insecte qui, d’après eux, aurait la propriété de fabriquer de petits ballons et de s’en servir pour ses déplacements aériens. [...]

Guêpes et guêpiers (par Maurice Girard).  La Nature, 1880. pp. 310-314.

L'origine des insectes (par Louis Ménard). Rêveries d'un païen mystique. A. Lemerre (Paris),
1886. p. 109-113.
[...] Il prit un rayon de soleil et anima cette poussière, puis il présenta, comme échantillons de ses œuvres, une mouche, un scarabée, une fourmi, une abeille, une sauterelle et un papillon. Les anges se mirent à rire. [...]

Une larve paradoxale (par A. Acloque). La Nature, n°1643, novembre 1904, p. 400.
[...] Cette larve n’a pas de bouche, et son anus est une filière ; ses mandibules sont percées à leur pointe d'un très petit trou, et leur intérieur est creux. [...]

Fourmis dévalisées par des moustiques (par Guyenot). La Nature, 1911.

 
La destruction des hannetons. La Nature, 1892.
[...] C’est que, depuis plus de vingt ans, mon village a le bonheur de posséder un instituteur actif, intelligent, dévoué, qui s’occupe avec beaucoup de succès des questions agricoles. [...]

Le grillon thermomètre. La Jeunesse illustrée, 1912.
[...] C’est ainsi qu’un observateur, possédant une oreille suffisamment musicale, pourrait mesurer la température rien qu’en écoutant chanter les grillons

Sur un vol d'Harpales observé l'été dernier (par l'abbé J. Dominique). Bulletin de la Société des sciences naturelles de l'Ouest de la France, 1896.
[...] En un clin d'œil, planchers, murs, chaises, lits, armoires fourmillèrent d'horribles bêtes noires, courant dans toutes les directions avec une rapidité fantastique, semant une véritable panique parmi les spectateurs. [...]

Chez l’entomologiste J.-H. Fabre (par le Dr Biot). Annales de l'Académie de Mâcon, 6 novembre 1913.

Un nid d’araignées employé comme piège à mouches. (
par Henri Coupin). La Nature, n° 1918. 26 février 1910.

Extraits choisis d'Inventions nouvelles et dernières nouveautés, (par Gaston de Pawlowski) . Fasquelle (Paris), 1916.
[...] La chenille, qui a horreur de la poudre dentifrice, s'agite en tous sens, parcourt toutes les dents, cherchant une issue; elle essaie de passer par toutes les fentes, et, en quelques minutes, les dents se trouvent entièrement nettoyées. [...]

La Mouche acrobate (par H. Percy Smith) film, 1910.


[R]  O

En bleu,  à la suite de l'article, quelques mises au point et commentaires éventuels.

Les articles parus dans Insectes sont à retrouver sur la page des sommaires.

Vers la page d'accueil d'OPIE-Insectes