vers la page d'acceuil de
HYPP Pathologie


Monographella nivalis (Schaffnit) E. Müller et v. Arx. x Graminées
Micronectriella nivalis (Schaffnit) Booth

Mycologia, ASCOMYCOTINA, SPHAERIALES, AMPHISPHAERIACEAE .

Cultures attaquées: Ivraies, .


[R]Noms communs :

Pourriture des neiges,

Maladie significative surtout en Europe du Nord, en Europe centrale, dans les régions de culture des principales céréales dès l'apparition de conditions climatiques favorables.

Identification, Description, Biologie, Epidémiologie, Traitement, Confusion possible, Images


[R]Identification
Sur milieu de culture, le champignon développe un mycélium de couleur blanc à abricot.

[R]Description
A la base des 1ère et 2ème feuilles apparaissent des lésions ovales légèrement concaves de couleur brun-rouge avec une bordure marron foncé. Une forte attaque de Pourriture des neiges se caractérise par un rougissement et un fort brunissement des feuilles. Lors du dégel, des foyers de plantes mortes apparaissent et lors d'attaques importantes apparaît également une décomposition de la tige.
Les taches foliaires brunes, apparaissant toute l'année, sont économiquement insignifiantes, mais entraînent avec l'effet d'autres champignons ( Fusarium culmorum et des espèces de Phytium ), la présence de zones .
nues dans la culture.

[R]Biologie
La semence peut être source d'infection.
L'agent pathogène survit sur les restes de chaumes et peut se conserver de manière saprophytique dans le sol et sur les résidus de culture. Le champignon ne forme pas de chlamydospore et les conidies formées sur les tissus en décomposition représentent la principale forme de dissémination.
Les ascospores n'apparaissent que lors des années particulièrement humides (formation de périthèces sur les feuilles et sur les gaines à partir de la mi-juillet).
Le champignon s'étend de la base des plantes jusqu'aux feuilles supérieures et à l'épi.

[R]Epidémiologie
Lors d'enneigements importants et de longue durée, une attaque de Pourriture des neiges peut se déclarer.
La croissance saprophytique du champignon est favorisée par des températures de l'ordre de 10 C. L'attaque a également lieu à basse température et forte hygrométrie.
Une forte concentration de CO2 sous la couche de neige, avec un sol toutefois non gelé, stimule la croissance du champignon.
La présence de zones nues dans la parcelle et une température de 5 à 10 C. lors d'un ensemencement provoquent l'infection du semis.
Par contre, le développement mycélien dans la plante requiert des températures comprises entre 16 et 24 C.
Les ascospores, elles, n'apparaissent qu'en année particulièrement humide et ne sont libérées qu'en présence d'un taux d'hygrométrie élevé, le plus souvent entre 18 et 22 heures. Les conditions optimales pour la germination des conidies et l'infection se situent en dessous de 18 C. et à Hygrométrie très élevée.

[R]Traitement
Utiliser des semences saines et traitées.
Eviter les parcelles souvent enneigées défavorables à la culture.
Maîtriser la fumure azotée.

[R]Confusion possible
A différencier au microscope optique des autres Fusarium , par la forme, la taille et la couleur des sporodochies.

[R] Images


lire cette page en Anglais

Consulter HYP3 en ligne : Especes (nom scientifique), Maladies (noms communs), Glossaire, Cultures.

vers la page d'acceuil de HYPP Pathologie