vers la page d'acceuil de
HYPP Pathologie


Erwinia carotovora (Jones) Bergey et al. subsp. carotovora x Artichaut
Pectobacterium carotovorum (Jones) Waldee

Bacteria, GRACILICUTES, EUBACTERIALES, ENTEROBACTERIACEAE .

Cultures attaquées: Artichaut .


[R]Noms communs :

Pourriture bactérienne des racines de l'Artichaut

La maladie a été signalée en Italie, Grèce et Turquie.

Identification, Description, Biologie, Epidémiologie, Traitement, Confusion possible, Images


[R]Identification
Maladie détectable par ses aspects macroscopiques.
La bactérie peut être isolée et cultivée sur milieu nutritif artificiel. Caractères morphologiques, culturaux et biochimiques spécifiques à l'agent pathogène.

[R]Description
Cette maladie intéresse surtout les cultures pluriannuelles. L'appareil aérien des plantes atteintes montre un flétrissement et un dessèchement progressifs à partir des feuilles extérieures.
L'appareil racinaire et le collet sont le siège d'une pourriture qui commence avec des brunissements de la moelle et aboutit à la désagrégation totale des tissus ; ces derniers exhalent une odeur pestilentielle.
Au fur et à mesure de l'extension de l'épidémie, la parcelle présente de grandes zones dépourvues de plantes.

[R]Biologie
Cette espèce cosmopolite peut survivre dans le sol soit sous forme libre, soit sur les débris marcescents de plantes atteintes, soit encore dans les de plusieurs insectes.
L'infection se fait par blessures. Après une phase de multiplication dans les tissus parenchymateux ou les espaces intercellulaires, la bactérie produit des enzymes pectolytiques et, en moindre mesure, cellulolytiques : les premiers causent la rupture de la lamelle moyenne et par conséquent la désagrégation des tissus et des organes (pourriture molle). Sur ceux-ci s'installent aussi d'autres micro-organismes protéolytiques, responsables de l'odeur pestilentielle.

[R]Epidémiologie
L'eau d'irrigation constitue le principal véhicule de dissémination de plante à plante et d'une parcelle à l'autre. La maladie sévit surtout dans les terrains lourds, asphyxiques ou très riches en humus, et se manifeste surtout au cours des mois chauds (d'août à octobre), avec un optimum de développement de l'agent pathogène aux températures de 30 à 35 C.

[R]Traitement
Rotations appropriées pour éviter le retour trop fréquent de la culture sur la même parcelle (rotation biennale au maximum).
Emploi d'oeilletons sains, provenant de plantations non infectées, ou mieux, désinfectés avec des produits cupriques.

[R]Confusion possible
les "pourritures du collet" dues à Sclerotinia sclerotiorum , Sclerotium rolfsii et Rhizoctonia solani .

[R] Images


lire cette page en Anglais

Consulter HYP3 en ligne : Especes (nom scientifique), Maladies (noms communs), Glossaire, Cultures.

vers la page d'acceuil de HYPP Pathologie