Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA


Les anciennes nouvelles de la vache folle
2002

S'accumuleront ici les informations mises en ligne dans la rubrique "Dernières nouvelles de la vache folle", en tête de la page principale Vache folle en ligne, rubrique alimentée par Yves Le Pape.

Archives : les premières nouvelles de 2004 ; celles de 2003, de  2002, de 2001,  2000, de 1999, de 1998 ; les très anciennes nouvelles  de 1997.


Le 27 décembre 2002

Dans Libération, un article de Pascal Virot daté du 26 décembre : La France cède au syndrome Nimby «Pas dans mon jardin», phénomène né aux Etats-Unis.

Un article de Didier Ghacham sur le site de Que Choisir, le 27 décembre : L'étiquetage des viandes bovines devient obligatoire dans la restauration.
En vertu du décret n° 2002-1465 du 17 décembre 2002 (J.O.19 février 2002), l'étiquetage des viandes bovines est désormais obligatoire en France dans les établissements de restauration. Les professionnels de ce secteur sont donc obligés, sous peine d'amende, d'étiqueter les "plats contenant un ou plusieurs morceaux de viande bovine" ou "de la viande hachée" destinés aux consommateurs. Ces derniers auront ainsi connaissance de l'origine ainsi que du lieu d'élevage et d'abattage des bovins dont sont issues les viandes présentes dans leurs assiettes ou leur emballage "à emporter". Un texte qui prévaut pour tous les établissements proposant des repas à consommer sur place, à emporter et à livrer.

Brève

Paris - Les dirigeants de Buffalo Grill mis en examen les 18 et 19 décembre pour "homicides involontaires", ont lancé une contre-offensive judiciaire destinée à annuler ces poursuites et à rétablir l'image du groupe soupçonné d'importation frauduleuse de viande britannique. AFP, vendredi 27 décembre 2002, sur Yahoo!

----------

Un article de Marie-Amélie Lombard dans Le Figaro du 26 décembre : La guerre de procédure a commencé.
Une arme procédurale va être utilisée par la défense de Buffalo Grill pour tenter de bloquer le dossier d'instruction. Avant la fin de la semaine, les avocats doivent déposer une requête visant à faire annuler les mises en examen des quatre dirigeants du groupe.

Un article M.-A. Lombard et D. Moreau dans Le Figaro du 26 décembre : La défense de Buffalo Grill dénonce "une instruction à charge".
Selon nos informations, les dirigeants n'ont pas reconnu l'existence d'un trafic de viande lors de leur garde à vue.

A lire dans l'hebdomadaire L'Expansion, en date du 26 décembre : Buffalo Grill contre-attaque.
Buffalo Grill veut contre attaquer et ses avocats examinent la moindre faille pour riposter.

Brèves

Paris, 26 déc - L'Union syndicale CGT du Commerce et des Services a appelé jeudi les salariés de la chaîne de restauration Buffalo Grill à "un rassemblement vendredi" à Paris, pour "défendre leurs emplois et leurs conditions de travail". AFP sur La  Recherche.

Paris, 26 déc - La stratégie de leurs avocats se situe à plusieurs niveaux. En premier lieu, ils veulent éviter les déclarations pouvant nuire à l'image de la chaîne de restaurants. AFP sur La Recherche.

Paris, 26 déc - Les avocats des quatre mis en examen dans l'affaire Buffalo Grill vont déposer jeudi ou vendredi au plus tard une requête en annulation des mises en examen de ces derniers. AFP sur La Recherche.

----------

Un article de Dominique Richard dans le quotidien Sud-Ouest du 26 décembre : Boeuf britannique. Questions sur un embargo.
L'embargo décrété en France entre 1996 et 2002 n'a pas toujours été respecté. Mais les enquêtes n'ont jamais vraiment abouti .
Un embargo violé : Quelles que soient les suites qui y seront données, le dossier Buffalo Grill pose, une nouvelle fois, la question du respect de l'embargo sur le boeuf anglais décrété entre mars 1996 et octobre 2002.
A la question a-t-il été violé, la réponse est oui ! A l'époque où le rosbif britannique avait été mis à l'index, les éleveurs d'outre-Manche réalisaient un chiffre d'affaires à l'exportation de 900 millions d'euros.

Sur TF1 : Une étiquette trouble le Noël de Buffalo Grill.

Brèves

Paris (AFP) - "J'ai fourni à la justice de nouvelles preuves", affirme jeudi Noël Trocellier, l'employé de Buffalo Grill qui a fait éclater le scandale en fournissant aux enquêteurs l'étiquette d'une société anglaise prélevée en 1998.Dans "Le Parisien", il déclare que ces "nouveaux éléments (...) vont amener des rebondissements dans cette affaire" et confie comprendre "qu'on cherche à (le) discréditer", mais que "les choses vont continuer d'évoluer dans le bon sens". AFP sur La Recherche.

Paris (AFP) - Les avocats des quatre mis en examen dans l'affaire Buffalo Grill vont déposer jeudi ou vendredi au plus tard une requête en annulation des mises en examen de ces derniers. Selon les avocats, la jurisprudence de la cour de cassation établit que l'on ne peut à la fois mettre en examen une personne pour "homicides involontaires" et "mise en danger de la vie d'autrui", ce qui est le cas de quatre dirigeants. Pour eux, ces poursuites devraient de ce fait être annulées. AFP sur La Recherche.

----------

Un article paru dans Le Monde daté du 26 décembre : La chaîne Buffalo Grill n'impose aucun chômage partiel à ses salariés. Le PDG continue à nier toute fraude.
L'heure est au soulagement. Les salariés de la chaîne de restauration Buffalo Grill éviteront le chômage partiel. "Il n'y a pas péril en la demeure", a indiqué, mardi 24 décembre, François Picart,

A lire dans La Voix du Nord du 25 décembre : Ça reprend depuis hier...
Stéphane a 31 ans et travaille depuis dix ans comme cuisinier chez Buffalo Grill. « L’affaire a beaucoup choqué les salariés, ils sont touchés dans leur fierté, explique-t-il. Depuis dix ans, je travaille la viande et je sais bien que celle que nous proposons est de qualité... Je n’ai jamais vu de viande anglaise. »

Buffalo Grill : indice sur l'étiquette ?  Dans Le Nouvel Observateur permanent du 26 décembre : Le Parisien publie une étiquette britannique retrouvée chez la filiale Districoupe. Selon l'AFSSA, "la contamination est impossible à prouver".

----------

Bruxelles, le 24 décembre (JOCE) : Décision 2002/1003/EC de la Commission du 18 décembre 2002 établissant des prescriptions minimales pour l'étude des génotypes de la protéine prion pour les races ovines.

Bruxelles, le 24 décembre (JOCE)  : Lignes directrices de la Communauté concernant les aides d'État liées aux tests EST, aux animaux trouvés morts et aux déchets d'abattoirs.

Tout sur une enquête controversée - un article de Julien Dumond dans Le Parisien du 25 décembre, en ligne ce jour.
Les gendarmes du groupe santé de la section de recherche de Paris ont recueilli les témoignages spontanés de trois employés de Districoupe, la filiale de Buffalo Grill chargée de l'achat et de la transformation des viandes.
La crédibilité de ces témoignages est-elle sujette à caution ? « On a retenu 1 % de ce qu'il a livré à la justice mais ce 1 % suffit », estime une source proche du dossier.
Les explications des cadres lors de leur garde à vue ont-elles pesé dans la balance ? « Sur les quatre mis en examen, Daniel Batailler, Francis Coutre et Nicolas Viguié, les trois responsables de Districoupe, ont reconnu avoir écoulé des stocks de viandes anglaises après l'interdiction de 1996, confie une source proche de l'enquête. Coutre et Viguié ont également admis l'importation après l'embargo. »

Buffalo Grill : l'étiquette au coeur du scandale .Un article de Julien Dumond dans Le Parisien du 25 décembre, en ligne ce jour .
Pourquoi alors les gendarmes et la juge d'instruction ont-ils mis en examen quatre dirigeants de Buffalo Grill là où la répression des fraudes n'avait pas jugé utile de dresser le moindre procès-verbal ? « Cette pièce n'est pas la seule du dossier, confie un magistrat. Certes, sa validité est "soumise à discussion". Mais elle est accréditée par le témoignage concordant de trois employés et un certain nombre de soupçons sur lesquels nous continuons de travailler. » ...Au moins deux des cadres du groupe mis en examen la semaine dernière ont reconnu sur procès-verbal l'importation de viande anglaise. Le dossier pourrait cependant rapidement connaître des rebondissements liés à des irrégularités de procédure.

« Nous n'avons jamais importé de viande anglaise » - un article d'Elisabeth Fleury dans Le Parisien du 25 décembre, en lignne ce jour.
François Picart. J'essaie d'être positif et d'aller de l'avant. Le secrétaire d'Etat au Commerce a clarifié la situation, hier : après 285 contrôles, on constate que Buffalo Grill n'a en aucun cas violé l'embargo. Le procès-verbal de publicité mensongère qui nous visait a été classé sans suite. C'est bien la preuve que nous sommes en règle.

Dans Le Monde daté du 25 décembre : Buffalo Grill : Renaud Dutreil relance la polémique.
Quatre jours après la mise en examen de Christian Picart, président du conseil de surveillance de la chaîne de restaurants Buffalo Grill, Renaud Dutreil, secrétaire d'Etat aux PME, au commerce, à l'artisanat, aux professions libérales et à la consommation, a relancé la polémique sur ce dossier déjà complexe. S'exprimant sur RMC, M. Dutreil a affirmé qu'une publicité affichée dans les restaurants du groupe, après l'instauration de l'embargo sur la viande britannique en mars 1996, précisait que le groupe n'avait jamais vendu de viande britannique.

Sur TF1, le 23 décembre : Buffalo Grill : le gouvernement intervient.
Le secrétaire d'Etat au Commerce Renaud Dutreil a tenté de calmer le jeu lundi dans l'affaire Buffalo Grill. Après avoir affirmé que la chaîne avait bien vendu de boeuf britannique avant l'embargo de mars 1996, il a assuré qu'aucune infraction n'avait été relevée depuis.

Brèves

Paris, 25 déc (AFP) - Un ancien employé de Buffalo Grill accusant le groupe d'avoir importé frauduleusement du boeuf britannique a fourni aux enquêteurs l'étiquette d'une société anglaise, retrouvée selon lui en 1998 sur des cartons de boeuf dans les entrepôts de Buffalo Grill, selon Le Parisien mercredi. AFP sur La Recherche.

Paris, 25 déc (AP) - "Nous n'avons jamais importé de viande anglaise ni avant ni après l'embargo" de 1996, a réaffirmé le président du directoire de Buffalo Grill, François Picart, dans un entretien au "Parisien" de mercredi qui publie par ailleurs une étiquette d'une société britannique d'exportation de boeuf "au coeur de l'enquête".

----------

Dans Le Monde daté du 25 décembre : Buffalo Grill : Renaud Dutreil relance la polémique.
Quatre jours après la mise en examen de Christian Picart, président du conseil de surveillance de la chaîne de restaurants Buffalo Grill, Renaud Dutreil, secrétaire d'Etat aux PME, au commerce, à l'artisanat, aux professions libérales et à la consommation, a relancé la polémique sur ce dossier déjà complexe. S'exprimant sur RMC, M. Dutreil a affirmé qu'une publicité affichée dans les restaurants du groupe, après l'instauration de l'embargo sur la viande britannique en mars 1996, précisait que le groupe n'avait jamais vendu de viande britannique.

Un article de Marie-Amélie Lombard et Delphine Moreau dans Le Figaro du 24 décembre 2002 : Juge en vacances, accusation difficile à prouver, un ministre qui s'en mêle : les zones d'ombres de l'enquête contre l'empire du steak.
[...] La qualification d'homicide involontaire s'imposait pour des motifs de procédure. Elle était en effet indispensable pour pouvoir interroger les protagonistes sur cet aspect du dossier. Mais les magistrats concernés reconnaissent qu'un lien entre importation et maladie sera effectivement très délicat à démontrer.

Dans Libération du 24 décembre, par Renaud Lecadre : Buffalo Grill : deux ministres s'en mêlent.
Pour Dutreil, la chaîne ne serait responsable que de publicité mensongère.
Renaud Dutreil, l'a bruyamment démenti sur RMC : Buffalo Grill a bien importé de la viande britannique avant l'instauration de l'embargo, au printemps 1996. Selon ses services de contrôle, 17 % des achats de la chaîne de restauration provenaient d'outre-Manche durant l'année 1995, suivi d'une pointe à 25 % au premier trimestre 1996, juste avant l'interdiction.

Brève

Paris, 24 déc ) - Le président du directoire de Buffalo Grill, François Picart, a maintenu mardi sur Europe 1 que son groupe n'avait "jamais importé de viande d'origine britannique avant et surtout après" l'embargo de 1996.  AFP sur La Recherche.


Le 20 décembre 2002

Dans Le Monde daté du 21 décembre, par Benoît Hopquin : Le fondateur de Buffalo Grill mis en examen pour "homicides involontaires"
Ses restaurants auraient servi de la viande britannique, alors sous embargo en raison de la maladie de la vache folle.
Christian Picart, fondateur du groupe Buffalo Grill, et Daniel Batailler, directeur des achats de la chaîne de restaurants, ont été mis en examen, jeudi 19 décembre, par la juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy, pour "homicides involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui, tromperie sur la nature, l'origine et la qualité de la marchandise", "faux et usage de faux".

----------

Brève

Marseille, 20 déc (AFP) - Le directeur d'une filiale de Sodexho à Marseille a été condamné vendredi à 5.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Marseille pour "tromperie et publicité mensongère" sur la qualité du boeuf servi dans les cantines scolaires en pleine crise de la vache folle. AFP sur La Recherche.

----------

Dans Le Figaro, le 20 décembre : Buffalo Grill : la direction mise en examen.
Le PDG de Buffalo Grill, Christian Picart, a été mis en examen hier à l'issue de sa présentation au juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy mais laissé en liberté sous contrôle judiciaire.

----------

Paris, 19 déc - Les éleveurs français doutent de l'efficacité des contrôles effectués par les autorités sur le boeuf britannique pendant l'embargo, a affirmé jeudi le président de leur fédération à la suite de la mise en cause de Buffalo Grill. AFP sur la Recherche.

Paris, 19 déc - Le porte-parole de l'Office de la viande de Grande-Bretagne, Rémi Fourrier, s'est étonné jeudi de l'amalgame fait entre "une affaire frauduleuse, une maladie humaine et la viande de boeuf britannique", dans le cadre de l'affaire Buffalo Grill. AFP sur La Recherche.

----------

Sur La Voix du Nord, en ligne ce 20 décembre : Alors que le gouvernement vient de publier le décret sur la mention d’origine de la viande bovine
Buffalo Grill : le dossier devient une affaire.
Controverse, réactions en chaîne, silence de l’entreprise : en moins de 48 heures, les poursuites engagées contre quatre dirigeants du groupe Buffalo Grill, soupçonné d’avoir frauduleusement importé de la viande britannique sous embargo, ont fait naître une nouvelle affaire, déclenchant controverse et réactions en chaîne.

----------

Brèves

Paris, 19 déc - Le groupe Buffalo Grill a affirmé jeudi que "les règles d'hygiène, de traçabilité et de contrôle sanitaire sont scrupuleusement respectées chez Buffalo Grill" et que si une fraude antérieure était prouvée les individus seraient "sévéremment sanctionnés". AFP sur la Recherche.

Paris, 19 déc - Les poursuites engagées contre quatre dirigeants du groupe Buffalo Grill, soupçonné d'avoir frauduleusement importé de la viande britannique sous embargo, ont en moins de 48 heures, déclenché controverse et réactions en chaîne. AFP sur la Recherche.

----------

Dans Libération, le 20 décembre, par Fabrice Tassel : Buffalo Grill sur des charbons ardents.
Quatre dirigeants mis en examen, le titre n'est plus coté.

Sur TF1, le 20 décembre : Le fondateur de Buffalo Grill dénonce "les fadaises".
Christian Picart a été mis en examen jeudi et assigné à résidence en Suisse. Son groupe est suspecté d'avoir importé du bœuf britannique malgré l'embargo sanitaire pendant la crise de la vache folle.

Sur Agrisalon, le 20 décembre : L'OVF se réjouit du net recul des cas de vache folle en Suisse en 2002.
Les cas de vache folle en Suisse sont cette année en net recul par rapport à 2001: 22 cas diagnostiqués contre 42 en 2001, selon le bilan dressé par l'Office vétérinaire fédéral.

Dans Le Paysan Breton, Hebdomadaire n° 2486 - 20 décembre : Projet d'incinérateur à Cornillé : Un débat a réuni les «pour» et les «contre».
Son maire en tête, la petite commune de Cornillé en Ille-et-Vilaine, refuse en bloc le projet d’incinérateur de farines animales prévu sur son territoire. Les opposants dénoncent le manque d’information et souhaiteraient que des solutions alternatives soient mises en place. Bernadette Malgorn, préfète de région, chargée de prendre la décision, ne s’y oppose pas mais évoque le manque de données sur ces solutions alternatives.

----------

Brèves

Paris, 19 déc - Le fondateur de Buffalo Grill, Christian Picart, qui s'exprimait pour la première fois depuis le début de ses ennuis judiciaires, a salué jeudi soir la décision du juge qui l'a laissé en liberté, et il affirmé que son groupe n'avait jamais importé de viande anglaise."Cette décision prouve une chose, c'est que ma responsabilité n'est pas mise en cause et qu'il manque des éléments au dossier" a-t-il déclaré. AFP sur la Recherche.

Paris, 19 déc - Le PDG du groupe de restauration Buffalo Grill, Christian Picart, a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire après s'être vu notifier sa mise en examen jeudi à Paris, a annoncé son avocat. AFP sur la Recherche.


Le 19 décembre 2002

----------

Dans Le Monde, le 19 décembre : Buffalo Grill dans la tourmente judiciaire.
Selon l'ensemble des sources proches du dossier, rien ne permet de dire que les malades contaminés par la maladie de Creutzfeldt-Jakob l'ont été chez Buffalo Grill.
Le président de Districoupe, filiale du groupe Buffalo Grill, soupçonné d'avoir importé frauduleusement de la viande britannique, a été écroué mercredi soir 18 décembre à Paris, et l'un des directeurs placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Dans La Dépêche du Midi, le 19 décembre, un article de Patrice Scoccia : Carcassonne (11) - Certains Buffalo grill dans le collimateur de la justice.
Turbulences autour des steaks de boeuf .
A Buffalo grill, le grand spécialiste de la viande grillée, on ne compte plus les sales coups du destin. Tout a commencé en 1996, puis en l'an 2000 avec la crise de la vache folle. Pour une chaîne de restaurants qui fait tout son chiffre d'affaires avec de la viande, ça fait mal.

Dans Libération, le 19 décembre, un article de Fabrice Tassel : Buffalo aurait grillé du steak à la vache folle.
Deux dirigeants du groupe déjà mis en examen pour «homicide involontaire».
Hier, la vie des affaires, de la justice et de la santé publique se sont brutalement croisées. Au moment du déjeuner, la Bourse de Paris a mis un terme à la dégringolade du cours de l'action Buffalo Grill.

Dans La Voix du Nord, en ligne ce 19 décembre : Deux de ses responsables, soupçonnés d’avoir approvisionné illégalement en viande britannique interdite, mis en examen .
Le groupe Buffalo Grill dans la tourmente.
UN PDG en garde à vue avec un de ses collaborateurs, deux cadres mis mis en examen : le groupe de restauration Buffalo Grill, 6 000 personnes, était hier au centre d’une tourmente judiciaire déclenchée par des soupçons d’importation frauduleuse de viande anglaise.
Égalements dans La Voix du Nord, sur Buffalo Grill : 18 implantations dans la région.
Le concept. – En 1980, au sud de Paris, sur le thème du steak house, le premier restaurant Buffalo Grill ouvre ses portes. Très facilement identifiable par ses deux cornes blanches sur un grand toit rouge : le concept Buffalo Grill est né.

----------

Bruxelles, le 17 décembre 2002 : Les États membres approuvent les propositions de la Commission de lutte contre l'EST touchant les ovins et les caprins.
Les États membres de l'Union européenne ont accepté hier les propositions du commissaire David Byrne visant à introduire un nouveau programme d'éradication et de prévention de la tremblante du mouton. Les propositions de M. Byrne visent à réduire l'incidence de l'encéphalopathie spongiforme transmissible (EST) chez les ovins et les caprins grâce à des programmes d'élevage destinés à améliorer la résistance des animaux, une politique d'éradication plus stricte et de nouvelles règles en matière d'importation. La seule EST dont l'existence est confirmée chez les ovins et les caprins est la tremblante, qui est comme depuis plusieurs siècles et n'a, à ce jour, jamais eu d'incidence sur la santé humaine. L'ESB, qui est une forme d'EST, peut théoriquement avoir infecté les ovins et les caprins, mais aucun élément concret ne peut le confirmer. Les États membres ont soutenu ces propositions lors d'une réunion du comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale, composé d'experts issus des États membres.

----------

Au Journal officiel n° 295 du 19 décembre 2002, parution du décret n° 2002-1465 du 17 décembre 2002 relatif à l'étiquetage des viandes bovines dans les établissements de restauration. (source Bruno Peiffer, liste Hygiène)

Sur RTL : Deux leaders de Buffalo Grill mis en examen.
Deux leaders, dont le PDG en garde à vue, deux autres mis en examen, le groupe de restauration Buffalo Grill est depuis mercredi soir au coeur d'une enquête judiciaire sur la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Ils sont soupçonnés d'avoir violé l'embargo sur la viande bovine bitannique mis en place par l'UE à cause de la crise de la vache folle.

Sur TF1, le 19 décembre : Buffalo Grill : le président d'une filiale écroué.
Le président de Districoupe, filiale du groupe soupçonné d'avoir importé frauduleusement de la viande britannique, a été écroué mercredi soir à Paris, et l'un des directeurs placé sous contrôle judiciaire.

----------

Brèves

Paris, 19 déc - Le président de Districoupe, filiale du groupe Buffalo Grill soupçonné d'avoir importé frauduleusement de la viande britannique, a été écroué mercredi soir à Paris, et l'un des directeurs placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier. AFP sur La Recherche.

Paris, 18 déc - Un PDG en garde à vue, deux cadres mis en examen: le groupe de restauration Buffalo Grill, 6.000 personnes, était mercredi soir au centre d'une tourmente judiciaire déclenchée par des soupçons d'importation frauduleuse de viande anglaise. AFP sur La Recherche.


Le 18 décembre 2002

Sur Le Nouvel Observateur, le journal permanent : McDo va afficher les premières pertes de son histoire.
Le numéro un mondial de la restauration rapide révèle qu'il devrait enregistrer une perte nette par action de 5 à 6 cents lors du dernier trimestre 2002. (...) Le groupe est dans une mauvaise passe depuis l'an 2000, avec la crise de la vache folle en Europe suivie de l'épizootie de fièvre aphteuse, qui a poussé les clients à déserter le temple du boeuf haché.

Dans Libération, le 18 décembre : Buffalo Grill tombe sur un os.
La justice soupçonne le groupe d'avoir importé du bœuf britannique entre 1996 et 2000, malgré l'embargo.
Quatre de ses dirigeants sont en garde à vue.
Le groupe Buffalo Grill, qui pèse quelque 260 restaurants en Europe, a-t-il importé du bœuf britannique lorsque celui-ci était sous embargo? C'est la question à laquelle la justice tente de répondre depuis mercredi matin. Quatre dirigeants de la chaîne, son PDG, Christian Picart, son directeur des achats, et deux cadres de sa filiale Districoupe, qui fournit l'ensemble des restaurants de la chaîne en viande, ont été placés en garde à vue dans la matinée.

Sur Le Nouvel Observateur, journal permanent : Deux cadres de Buffalo Grill devant le juge.
La chaîne aurait importé du boeuf britannique après l'interdiction édictée en 1996. Le PDG Christian Picart était toujours entendu par les gendarmes.

Sur TF1 : Creutzfeld-Jacob : Buffalo Grill dans le collimateur judiciaire.
Quatre dirigeants du groupe de restauration sont en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la contamination par l'équivalent humain de la maladie de la vache folle. Ils sont soupçonnés d'avoir importé du bœuf britannique malgré l'embargo.

----------

Brèves

Paris - Deux cadres de Distrigroupe, une filiale d'approvisionnement en viande de la chaîne de restaurants "Buffalo Grill", devaient être mis en examen mercredi par le juge d'instruction en charge de l'enquête sur le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ), a-t-on appris mercredi de sources judiciaires. AP sur Yahoo!

Paris, 18 décembre (Reuters) - Quatre dirigeants de la chaîne de restauration Buffalo Grill sont actuellement en garde à vue et deux d'entre eux doivent être déférés mercredi devant le Parquet de Paris qui les soupçonne d'avoir importé frauduleusement de la viande britannique après l'embargo de 1996, apprend-on mercredi de source judiciaire.Les deux autres seront "vraisemblablement" déférés devant le juge d'instruction jeudi, ajoute-t-on. Reuters sur Yahoo!

Paris, 18 déc - L'avocat des victimes du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, qui avaient porté plainte en l'an 2000, a déclaré mercredi à l'AFP qu'aucune d'entre elles n'a pu être contaminée en consommant de la viande après 1996, notamment chez Buffalo Grill. AFP sur La Recherche.

Paris, 18 déc - Deux responsables du groupe de restauration Buffalo Grill, placés lundi en garde à vue, doivent être présentés mercredi à une juge d'instruction chargée de l'enquête sur la contamination du nouveau variant humain de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, a-t-on appris de source judiciaire. AFP sur La Recherche.

Paris, 18 déc - La cotation de l'action du groupe de restauration Buffalo Grill était suspendue mercredi midi à la Bourse de Paris, dans l'attente d'un communiqué, après une dégringolade du titre de plus de 90% en quelques minutes, a annoncé Euronext à l'AFP. AFP sur La Recherche.

----------

Dans La Dépêche du Midi, le 17 décembre : Lannemezan (65) - Ferso Bio : Entretien avec Jean-Louis Fanlo, enseignant à l'Ecole des Mines d'Alès, expert en « odeurs et composés organiques » : Les nuisances olfactives et leurs nuances

----------

Brèves

Londres, 17 déc - Les familles de deux adolescents atteints au stade terminal de la forme humaine de l'encéphalie spongiforme bovine (ESB, ou "maladie de la vache folle") ont obtenu mardi de la justice britannique le droit de tester sur eux un traitement expérimental. AFP sur La Recherche.

Oak Brook (Etats-Unis), 17 déc - Le numéro un mondial de la restauration rapide McDonald's a une nouvelle fois laissé ses actionnaires sur leur faim en prévenant mardi qu'il devrait afficher la première perte de son histoire au 4e trimestre et que le temps des vaches maigres n'est peut-être pas révolu. AFP sur La Recherche.

Rennes, 17 déc - Le tribunal administratif de Rennes a suspendu l'organisation dimanche d'un référendum communal sur le projet d'incinérateur à Cornillé (Ille-et-Vilaine), mais la mairie de Cornillé a annoncé mardi qu'elle maintenait son organisation, a-t-on appris auprès de la mairie. AFP sur La Recherche.

----------

ESB Info, le 17 décembre 2002
Année 2002 = 228 cas confirmés
40 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
118 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
70 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 17 décembre : Les États membres approuvent les propositions de la Commission de lutte contre l'EST touchant les ovins et les caprins.
Les États membres de l'Union européenne ont accepté hier les propositions du commissaire David Byrne visant à introduire un nouveau programme d'éradication et de prévention de la tremblante du mouton.

AESA/EFSA, 11 dec 2002 : L’adoption du budget par le conseil d’administration de l’Autorité européenne de sécurité des aliments soulève des protestations.
Retransmission web de la 5e réunion du Conseil d'Administration

----------

Sur Agrisalon, le 17 décembre : 2 cas d'ESB respectivement dans les départements de Haute-Saône et du Jura et 1 cas en Belgique.
La DGAL a enregistré, le 17 décembre, deux cas d'ESB, le 8ème cas détecté en Haute-Saône et le 10ème cas du Jura, un cas supernaïf. De son côté, l'AFSCA a enregistré un 36e cas.

----------

Brève

Paris, 17 déc - Quatre dirigeants du groupe de restauration Buffalo Grill, dont son PDG, ont été placés en garde à vue lundi et mardi dans le cadre de l'enquête judiciaire sur la contamination du nouveau variant humain de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, a-t-on appris mardi de source proche du dossier. AFP sur La Recherche.


Le 16 décembre 2002

C'est à écouter sur le site de France-Culture
Bœufs anglais et bœufs hongrois : les peurs alimentaires au XVIIIe et XIXe siècles, une émission du 14 décembre 2002
Faut-il avoir peur de la vache folle ? Notre comportement contemporain vis-à-vis de la nourriture connaît il des précédents ? En compagnie de Madeleine Ferrières, Jean-Noël Jeanneney revient, entre discordance et concordance, sur deux moments topiques de ces peurs alimentaires : la maladie du bœuf hongrois au XVIIIe siècles et celle du bœuf anglais au XIXe siècle. Madeleine Ferrières est l'auteur notamment de « Histoire des peurs alimentaires : du Moyen Age à l’aube du XXe siècle » aux éditions du Seuil.

----------

Dans Le Figaro du 16 décembre, un article de Nathalie Bougeard : Farines animales : Un projet d'incinérateur soumis à référendum.
Cornillé (Ille-et-Vilaine) :
«Nous sommes mis devant le fait accompli sans aucune information ni concertation. Plusieurs de mes administrés envisageaient une manifestation de protestation. Mais à cause des débordements possibles, je préfère organiser un référendum», explique Arsène Jeuland, maire de Cornillé depuis 1995. Cette commune de 800 habitants, située à quarante kilomètres de Rennes (Ille-et-Vilaine), vient d'être retenue par la Mission interministérielle d'élimination des farines animales (MIEFA) pour accueillir une usine d'incinération de déchets d'abattoirs mais aussi de farines animales

Dans Le Bien Public (Dijon), le 16 décembre : La « vache folle » : Nouvelle variante.
La maladie dite de la « vache folle » n'est qu'une nouvelle variante d'une maladie connue depuis le début du siècle dernier : la maladie de Creutzfeld-Jakob.
La maladie de Creutzfeld-Jakob ou encéphalopathie spongiforme subaiguë est une maladie extrêmement rare qui atteint de l'ordre de 0,5 à 1 individu par million d'habitants et dont l'évolution est encore à ce jour strictement fatale.

Dans Le Bien Public (Dijon), le 16 décembre, un article de Lauranne Voiron : Creutzfeldt-Jakob : Un Côte-d'Orien raconte.
Si le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob a largement défrayé la chronique à l'heure de la crise de la vache folle, on oublie que cette pathologie cérébrale très rare a des formes anciennes. Témoignage du fils d'une victime de la maladie.


Le 13 décembre 2002

A lire dans la revue Médecine / Sciences, deux articles scientifiques :
- dans le n°11, volume 18 de novembre 2002 : Épidémie de nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob au Royaume-Uni : anatomie et physiologie des modèles prédictifs. signé par Annick Alpérovitch et Jérôme Huillard d’Aignaux.
- Dans le n°12, volume 18 de décembre 2002 : Nouveaux aspects de la biologie de la protéine prion. Par Alain Mangé et Sylvain Lehmann.

----------

Parution au Journal officiel n° 290 du 13 décembre 2002 de l'Arrêté du 4 novembre 2002 fixant les procédures de décontamination et de désinfection à mettre en oeuvre pour la protection des travailleurs dans les lieux où ils sont susceptibles d'être en contact avec des agents biologiques pathogènes pouvant être présents chez des animaux vivants ou morts, notamment lors de l'élimination des déchets contaminés, ainsi que les mesures d'isolement applicables dans les locaux où se trouvent des animaux susceptibles d'être contaminés par des agents biologiques des groupes 3 ou 4

----------

Brève

Vesoul, 13 déc - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, ou maladie de la vache folle) a été détecté dans un troupeau de Haute-Saône, a-t-on appris vendredi auprès de la direction départementale des services vétérinaires. AFP sur La Recherche.


Le 11 décembre 2002

Dans Le Monde du 11 décembre, un article de Jean-Claude Ribaut : La deuxième vie du ris de veau.
Chassé des étals pendant la crise de la vache folle, le plus recherché des abats revient sur les tables des gourmets qui apprécient sa finesse et son onctuosité. Le ris de veau est de retour ! Cet abat a toujours enflammé l'imagination des cuisiniers et aussi – hélas ! – l'orteil des goutteux. Les amateurs s'en réjouiront. Les autres se borneront à constater que l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments a fait son travail en toute indépendance. Ce n'était pas une mince affaire.
Le retour du ris de veau se fait donc dans le clair-obscur de pratiques industrielles et commerciales sur lesquelles fort heureusement veillent les autorités sanitaires. On ne sera pas étonné de voir les prix atteindre ceux de la poularde de Bresse en raison de la rareté de l'offre, d'une demande pressante et de l'approche des fêtes.

----------

Bruxelles, DG XXIV, Comité scientifique directeur, mise à jour du point de vue sur les gélatines, adopté lors de la réunion des 5 et 6 décembre 2002 (en anglais, au format pdf)

Dans La Dépêche du Midi du 11 décembre : Lannemezan, Farines animales, Entretien avec Hubert Brugère, qui a tenu une conférence sur l'ESB au local Ferso-Bio.
« Personne ne dit qu'on détruit complètement le prion »
Dans le cadre de ses réunions d'information hebdomadaires, la société Ferso Bio, dont une exposition permanente est visible aux Galeries pyrénéennes (centre-ville de Lannemezan), a invité Hubert Brugère. Cet enseignant/chercheur en hygiène et industrie des denrées alimentaires d'origine animales à l'Ecole vétérinaire de Toulouse, a fait le point (devant un petit public) des recherches scientifiques sur l'EESB, agent infectieux qui serait à l'origine de la maladie de la vache folle.

Première réunion du groupe de travail Ferso
Communiqué du Conseil Général de Lot-et-Garonne : Lors de la dernière session de l'Assemblée départementale, celle-ci a décidé de créer un groupe de travail chargé d'établir l'existence ou non de nuisances consécutives à l'éventuelle implantation d'un incinérateur de farines animales en Lot-et-Garonne. News Press sur Yahoo.

----------

Brève

Angers, 11 déc - Le collectif Vérité ESB, un organisme créé par des éleveurs confrontés au problème de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), a salué mercredi la publication au JO d'un arrêté permettant de passer à l'abattage partiel des troupeaux, lorsqu'un cas de vache folle est détecté. AFP sur La Recherche.


Le 11 décembre 2002

Sur Agrisalon, le 10 décembre : ESB : La Confédération paysanne se félicite de la décision d'appliquer l'abattage sélectif dans les troupeaux où un cas d'ESB a été détecté.

OIE : Nombre de cas d'ESB signalés dans le monde hors Royaume-Uni, mise à jour le 11 décembre 2002.

Allemagne, le 9 décembre, situation des cas d'ESB : le dernier cas est né en juillet 1996.

Belgique, AFSCA, le 10 décembre, ESB : Point de la situation - le 35e cas en 2002 est une vache née en mars 1997.

Un document de synthèse sur la Maladie du dépérissement chronique est publié, en anglais, dans la revue scientifique EMBO (Reports vol. 3, no. 12, pp 1117-1119, 2002) sous le titre "Mad deer : The North American version of prion disease" et la signature de Holger Breithaupt.

----------

Brève

Rennes, 10 déc - La préfète de la région Bretagne, Bernadette Malgorn, a demandé au tribunal administratif d'annuler l'arrêté "illégal" du maire de Cornillé (Ille-et-Vilaine) sur l'organisation d'un référendum local sur le projet d'incinérateur pour l'élimination des farines animales, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 10 décembre 2002

Sur Agrisalon, le 10 décembre : ESB : l'arrêté concernant l'abattage partiel est paru.
Le nouvel arrêté, modifiant celui du 3 décembre 1990 et fixant les mesures de police sanitaire relatives à l'encéphalopathie spongiforme bovine a été publié au Journal officiel du 10 décembre

----------

Au Journal Officiel du 10 décembre, parution de l' Arrêté du 29 novembre 2002 modifiant l'arrêté du 3 décembre 1990 fixant les mesures de police sanitaire relatives à l'ESB.

Bruxelles : Journal Officiel du 7 décembre !
Arrêt de la Cour du 22 octobre 2002 dans l'affaire C-241/01 (demande de décision préjudicielle du Conseil d'État): National Farmers' Union contre Secrétariat général du gouvernement ("Agriculture — Lutte contre l'encéphalopathie spongiforme bovine — Décisions 98/692/CE et 1999/514/CE mettant fin à l'embargo sur la viande bovine en provenance du Royaume-Uni — Possibilité, pour un État membre destinataire de ces décisions, d'en contester la légalité en dehors des délais de recours ou d'invoquer l'article 30 CE pour refuser de mettre fin à l'embargo").

Office de santé publique suisse, le 9 décembre 2002, Rapport annuel 2001 de la commission fédérale d’experts pour la sécurité biologique (CFSB).
Au sommaire notamment : Diagnostic de l'ESB : classification et mesures de sécurité


Le 9 décembre 2002

Sur Agrisalon, le 6 décembre : La DGAL a confirmé le 6 décembre 6 nouveaux cas d'ESB parmi lesquels 1 supernaïf.

----------

Brèves

Un douzième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine a été détecté cette année en Maine-et-Loire comme suite à un test en abattoir. News Press sur Yahoo.

Bruxelles, 6 décembre - Des eurodéputés conservateurs britanniques ont demandé au président français Jacques Chirac de régler une facture de quelque 30 millions de livres sterling (47 millions de dollars) en raison du retard pris par la France dans la levée de l'embargo sur le boeuf britannique. Reuters sur Yahoo.

Cagnes-sur-mer (Alpes-maritimes), 9 déc - Entre peurs de la listeria et de la vache folle, les cuisiniers et hôteliers ont donné naissance à un nouveau métier de vérification et de conseil, auquel ont adhéré restaurants étoilés, palaces de la Côte d'Azur et chaînes hôtelières prestigieuses. AFP sur la Recherche.

Sain-Etienne, 6 déc - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la vache folle) a été détecté dans un troupeau de la Loire, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur la Recherche.


Le 6 décembre 2002

ESB-Info, le 6 décembre 2002 :
Année 2002 = 226 cas confirmés
40 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
116 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
70 cas " dépistage systématique à l’abattoir "
----------

Dans le cadre du séminaire de recherche "Histoire culturelle de la France au XXe siècle" sous la direction de Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli :
Lundi 6 janvier de 17 h à 19 h : L'histoire des peurs alimentaires par Madeleine Ferrières (université d'Avignon)
Renseignements par e-mail à dea.20siecle@sciences-po.fr

DGCCRF : 25e Atelier de la consommation, 19 décembre 2002, de 14h30 à 18h00
La sécurité dans l'alimentaire et le non-alimentaire : des histoires parallèles ?
Présidence : Michel Setbon, Sociologue, LEST-CNRS, Aix-en-Provence

----------

Brève

Angers, 5 déc - La cour d'appel d'Angers a confirmé jeudi la condamnation d'un éleveur à un an de prison dont 9 mois avec sursis pour avoir tenté de tromper l'administration lors d'une contre-expertise ADN pour confirmer un cas d'ESB. AFP sur La Recherche.


Le 5 décembre 2002

Dans Libération, le 5 décembre, par Catherine Coroller : Le juste prix des farines carnées.
Le coût de la destruction devrait diminuer.
Le coût d'élimination des farines carnées va continuer de croître avant de peut-être diminuer à partir de 2005. La création de quatre usines d'incinération et de valorisation énergétique (Libération du 4 décembre) est une bonne nouvelle. Elle va permettre, à partir du premier semestre 2005, date à laquelle ces unités commenceront à fonctionner, de réduire les stocks accumulés depuis l'interdiction de l'emploi des farines dans l'alimentation animale, le 14 novembre 2000. Sur les 800 000 tonnes de farines produites par la France chaque année, ces usines devraient en éliminer à terme 220 000, les cimentiers continuant d'en brûler 400 000. Le solde, 140 000, étant incorporé dans l'alimentation des animaux de compagnie.

Dans le Télégramme du 5 décembre : Farines animales. Feu vert à quatre incinérateurs.
Depuis deux ans qu'elle les a interdites dans l'alimentation du bétail, la France s'organise pour se débarrasser définitivement des farines animales qu'elle produit. Elle privilégie, pour l'instant, l'incinération comme voie d'élimination. Quant au paiement de la facture, le contribuable devrait progressivement passer le flambeau au consommateur.

Dans le Républicain Lorrain, du 5 décembre : Novacarb va brûler des farines animales .
Brûler des farines animales pour fabriquer de l'énergie afin de remplacer partiellement le charbon, c'est le projet de Novacarb, le numéro deux français du carbonate de sodium.
Novacarb, implanté depuis cent cinquante ans à La Madeleine, près de Nancy, a signé un accord de partenariat avec Inova, un groupe Suisse leader dans le traitement et l'élimination des déchets. Un projet à 70 MEur, financé par Inova et soutenu par la France et l'Europe.

----------

Brèves

Paris, 4 déc - Quatre projets ont été retenus pour l'incinération et la valorisation énergétique d'une partie des stocks de farines animales, leur construction nécessitant un investissement de 200 millions d'euros et devant encore être soumise à l'accord des autorités communautaires. AFP sur La Recherche.

Niort, 4 déc - Le projet d'implantation d'un incinérateur à Melle (Deux-Sèvres), l'un des quatre sites retenus par la Mission interministérielle pour l'élimination des farines animales (MIEFA), a été dénoncé par des élus de gauche de la région, dont la députée socialiste Ségolène Royal. AFP sur La Recherche.

Rennes, 4 déc - Le projet d'implantation d'un incinérateur à Cornillé (Ille-et-Vilaine), l'un des quatre sites retenus par la Mission interministérielle pour l'élimination des farines animales (Miefa), provoque l'hostilité du maire et des mouvements locaux de protection de l'environnement. AFP sur La Recherche.

Lannemezan (Hautes-Pyrénées), 4 déc - Une manifestation a réuni mercredi environ 70 opposants à un projet de création d'une usine d'incinération de farines animales de la société Ferso bio, aux portes du site d'Atofina (groupe TotalFinaElf) de Lannemezan, partenaire pressenti de l'opération, a constaté un journaliste de l'AFP. AFP sur La Recherche.

Nancy, 4 déc - L'usine d'incinération de farines animales d'Inova France et Novacarb à Laneuveville-devant-Nancy (Meurthe-et-Moselle), un des quatre sites retenus par la Miefa, pourrait être mise en service d'ici début 2006, ont indiqué mercredi les deux entreprises. AFP sur La Recherche.

Paris, 4 déc - Quatre sites ont été retenus pour incinérer une partie des stocks de farines carnées accumulés depuis l'interdiction de leur utilisation dans l'alimentation animale il y a deux ans, mais ces projets sont critiqués par des associations de défense de l'environnement. AFP sur La Recherche.

Alençon, 4 déc - L'usine d'incinération de farines animales de Caillaud SA à Saint-Langis-les-Mortagne (Orne), un des quatre sites retenus mercredi par la Miefa, pourrait être mise en service d'ici fin 2005, a-t-on appris auprès de l'entreprise. AFP sur La  Recherche.


Le 4 décembre 2002

INRS, le 3 décembre : Le point des connaissances sur...les prions d'origine animale en milieu de travail.
Centres d'équarrissage - pourquoi et comment évaluer les risques biologiques.

Bruxelles, le 3 décembre : Décision 2002/945/EC de la Commission du 28 novembre 2002 modifiant les décisions 2001/730/CE et 2001/854/CE en ce qui concerne l'attribution de la participation financière de la Communauté à des programmes de surveillance des EST présentés par les États membres pour l'année 2002

Les tests ESB en Europe pour le mois de septembre 2002, en ligne sur le site de la DG XXIV.

Belgique, AFSCA , le 3 décembre : ESB : le 33e cas en 2002, une vache Pie rouge née en août 1997.

----------

Brève

Rome, 3 déc - Deux nouveaux cas d'ESB ont été détectés en Italie, portant à 83 le nombre de bovins touchés dans la péninsule, a annoncé mardi le centre de référence national pour l'ESB de Turin (nord). AFP sur La Recherche.


Le 3 décembre 2002

Bruxelles : le discours (en anglais) de David Byrne au sujet de l'ESB au Conseil Agricole européen du 28 novembre 2002, en ligne sur le site de la DG XXIV.

Bruxelles : Nomination du responsable de l’Autorité de sécurité des aliments. Il s'agit de Geoffrey Podger, directeur de la Food Standards Agency britannique depuis sa création en 2000.

ESB-Info, le 3 décembre 2002
Année 2002 = 220 cas confirmés
39 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
112 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
69 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Institut national de Veille Sanitaire, Réseau national de surveillance des maladies de Creutzfeldt-Jakob et maladies apparentées : Nombre de cas certains ou probables de MCJ en France. Mise à jour du 29 novembre 2002

----------

Belgique, AFSCA, le 2 décembre : ESB : 32e cas en 2002, une vache Pie noire née en octobre 96.

Belgique, AFSCA, le 2 décembre : EST chez les moutons et les chèvres : 5e cas en 2002.

----------

Brèves

Le-Puy-en-Velay (Haute-Loire), 2 décembre - Un nouveau cas d'ESB a été détecté dans un troupeau de Haute-Loire, a-t-on appris lundi auprès de la préfecture.Le bovin atteint, né en 1995, appartient à un cheptel laitier d'une soixantaine d'animaux de l'arrondissement d'Yssingeaux. Le cas d'ESB a été confirmé mercredi, à la suite d'un test en abattoir. AFP sur La Recherche.

Paros, 2 décembre (Reuters Santé) - Des experts scientifiques de renom, parmi lesquels le Pr John Collinge de l'université de Londres, qui a découvert que la consommation de viande malade pourrait provoquer des cas sporadiques de maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), et le Pr Stanley Prusiner, de l'université de Californie à San Francisco, qui a établi un lien entre les prions et la MCJ et l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), estiment que la forme humaine de la maladie de la vache folle, la maladie de Creutzfeldt-Jakob, pourrait toucher beaucoup plus de gens que prévu.


Le 2 décembre 2002

Dans l'Humanité en ligne ce 2 décembre, on peut lire une Tribune Libre de la rubrique Science, à propos de " la Génisse et le Pythagoricien", expérience théâtrale écrite à quatre mains par Jean-François Peyret et Alain Prochiantz : "Voici donc la nymphe Io violée par Jupiter et transformée en génisse par l'épouse jalouse, Junon. Retrouvera-t-elle apparence humaine ou mourra-t-elle folle comme ses descendantes ? Et le prion dans tout ça ?"

----------

C'est à lire : de Madeleine Ferrières, Histoire des peurs alimentaires. Du Moyen Age à l'aube du XXe siècle. Paris, Seuil, Univers Historique, octobre 2002, 480 p.
Un extrait est disponible sur le site de Lire.

ESB-Info, le 29 novembre :
Année 2002 = 219 cas confirmés
39 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
111 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
69 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon : 15 cas d'ESB en novembre 2002 contre 31 en novembre 2001
La DGAL a enregistré 7 cas d'ESB, le 29 novembre, ce qui porte à 15 le nombre de cas confirmés en novembre 2002, soit moitié moins qu'en novembre de l'année dernière.

Bruxelles : Journal Officiel du 29 novembre : Décision 2002/934/EC de la Commission du 28 novembre 2002 portant approbation des programmes de surveillance des EST de certains États membres pour l'année 2003 et fixant le montant de la participation financière de la Communauté.

----------

Brève

Londres, 1er décembre - Tous les Britanniques devraient faire l'objet de tests pour déterminer s'ils sont porteurs de l'agent du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvMCJ), la forme humaine de la maladie de la vache folle, a estimé dimanche le prix Nobel américain Stanley Prusiner. AFP sur La Recherche.

----------

Sur Plein Champ, le 29 novembre : L’ESB causerait deux types de maladies de Creutzfeldt-Jacob. L’impact de l’ESB sur l’homme aurait été sous-évalué, d'après de nouvelles recherches britanniques.

Variant de la MCJ: tous les Britanniques devraient être testés.
Londres - Tous les Britanniques devraient être testés pour déterminer s'ils sont porteurs de l'agent du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvMCJ), la forme humaine de la maladie de la vache folle. C'est ce qu'estime le prix Nobel Stanley Prusiner. Sur Edicom.

----------

Brèves

Suisse: 1 nouveau cas de vache folle, 22 depuis le début de l'année.
Berne, 30 novembre - Un nouveau cas d'ESB a été découvert dans le canton d'Argovie (nord), ce qui porte à 22 le nombre de cas identifiés en Suisse depuis le début de l'année, a annoncé samedi l'Office vétérinaire fédéral (OVF). AFP sur La Recherche.

Chambéry, 29 novembre - Un nouveau cas d'ESB a été détecté en Savoie sur une vache de race abondance âgée de sept ans, née et élevée en Haute-Savoie et ayant rejoint un troupeau savoyard depuis un an, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 29 novembre 2002

Tremblante caprins : Confédération paysanne contre un nouveau projet d'arrêté
Paris, 28 nov (AFP) - La commission caprine de la Confédération paysanne a fait connaître jeudi "son opposition radicale" au nouveau projet d'arrêté sur la tremblante des caprins.Le syndicat considère dans un communiqué que le projet est "quasi identique à l'ancien" et "ne prend en compte ni les réactions des éleveurs aux textes précédents, ni les préconisations de l'avis de l'Afssa du 7 novembre 2002".
Le syndicat a également indiqué qu'il ne participerait pas à la réunion d'information sur le nouveau projet d'arrêté organisée vendredi par la Direction générale de l'alimentation du ministère de l'Agriculture .
AFP sur La Recherche.


Le 28 novembre 2002

Une publication de l'équipe de John Collinge (EMBO J. 2002;21 6358-6366), évoque la possibilité que l'ESB pourrait être à l'origine de cas de MCJ classiques et non pas seulement du vMCJ. L'article est intitulé "BSE prions propagate as either variant CJD-like or sporadic. CJD-like prion strains in transgenic mice expressing human prion protein".

Il provoque de nombreuses réactions dans les médias britanniques (en anglais) et en particulier dans The Guardian , The Independent http://news.independent.co.uk/uk/health/story.jsp?story=356501, et à la BBC.

---------

Brève

Privas, 27 nov - Un nouveau cas d'ESB, le deuxième en Ardèche depuis le début de 2002, a été détecté dans un cheptel laitier à Coucouron, sur une vache de race Montbéliarde née en 1995, a-t-on appris mercredi auprès de la direction départementale des services vétérinaires. AFP sur La Recherche

----------

Dans Les Echos, par Marie-Josée Cougard, le 27 novembre : Vache folle : Bruxelles interdit les aides à l'élimination des déchets d'abattoir.
L'épidémie de vache folle déclinant, la prise en charge de la destruction des déchets d'abattoir, des cadavres et des tests de dépistage ne se justifie plus.

Sur Agrisalon, le 27 novembre : Nouvelles règles pour les aides d'État à l'élimination des déchets d'abattoirs et des animaux trouvés morts, ainsi qu'aux frais de dépistage des EST.
La Commission de Bruxelles a adopté aujourd'hui de nouvelles lignes directrices concernant les aides d'État à l'élimination des déchets d'abattoirs et aux animaux trouvés morts, ainsi qu'aux frais de dépistage des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST).


Le 27 novembre 2002

Communiqué du conseil général de l'Allier : Métiers de campagne
Mercredi 27 novembre à partir de 19 h 40, TF1 diffusera dans son émission "Métiers de campagne" un reportage sur la traçabilité et la sécurité de la viande bovine française. Il a été tourné en partie grâce au laboratoire d'analyse départemental de l'Allier et à la direction des services vétérinaires de l'Allier.


Le 26 novembre 2002

Dans Libération, le 26 novembre, par Catherine Coroller : L'europe à 25. Ces normes de l'Est tombées dans notre assiette.
Bio, nucléaire... une adhésion soumise à la réglementation.
L'argumentaire polonais tient en deux points : si les Européens de l'Ouest ont été contraints de durcir les normes qu'ils nous imposent aujourd'hui, c'est parce que leurs méthodes de production intensives ont provoqué l'apparition de pathologies, telle l'ESB. Quant aux autres normes, le niveau d'exigence en Pologne est égal à celui de l'Union européenne dans certains domaines et souvent supérieur.

----------

Dans Le Jura Agricole et Rural, du 18 novembre : La résistance s’organise. Tremblante ovine.
Depuis le début de l’année 1996, 436 élevages ont été concernés par une suspicion de tremblante, dont 298 diagnostics ont été confirmés.

Sur Agrisalon, le 26 novembre : Nouveau cas d'ESB en Suisse.
L'OVF, Office vétérinaire fédéral suisse a confirmé le 26 novembre, le 22e cas d'ESB détecté dans la Confédération depuis le début de l'année 2002.

L'ESB en Europe, les statistiques de Jan Braakman, mises à jour le 24 novembre.

Espagne, le 23 novembre : Situation de l'ESB, le dernier cas est né en mars 1998.


Le 25 novembre 2002

Etats-Unis : une prise de position de la FDA (Food and Drug Administration) à propos de la Maladie du dépérissement chronique et de ses conséquence en alimentation du bétail, en ligne sur le site de la FDA.

----------

Brève

Bourg-en-Bresse, 22 nov - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), le quatrième depuis le début 2002, a été détecté dans une exploitation du Bas Bugey, dans l'Ain, sur une vache de race Montbéliarde née en 1994, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 22 novembre 2002

Dans La Dépêche du Midi, du 21 novembre : Lannemezan (65) - Farines animales
Première ouverture, hier, des Galeries pyrénéennes où trône la maquette d'un incinérateur
Rencontre entre Ferso-Bio et la population curieuse
Certains y entrent d'une manière franche, d'autres, plus timides, marquent le pas à l'entrée des Galeries pyrénéennes, un coup à droite un coup à gauche, puis s'enfoncent dans le local loué par la société Ferso-Bio, en plein centre de Lannemezan (face à la poste). A l'intérieur du local au plafond haut: un stylisme sobre fait de panneaux d'affichage avec de multiples informations sur le traitement des farines animales, d'une vidéo de la société dirigée par Jacques Surles (PDG) qui tourne en boucle sur un écran, chaises pour ceux qui veulent regarder tranquillement, maquette de l'incinérateur (projet Sovalis en miniature).

Dans La Dépêche du Midi du 21 novembre : Toulouse - Semaine internationale de la sécurité et de la qualité (SISQA)
Risques alimentaires : l'état des lieux
La crise de la vache folle est-elle derrière nous ? (...) « La crainte, c'est qu'aujourd'hui la maladie se transmette de l'homme à l'homme par le biais de la transfusion sanguine et de la greffe d'organes. Il est donc urgent de détecter systématiquement la maladie dans les dons de sang », demande Jacques Grassi, chef du service de pharmacologie et d'immunologie au Commissariat à l'énergie atomique.

----------

AFSSA, le 21 novembre : Avis complémentaire à l'avis du 4 novembre 2002 concernant les mesures de police sanitaire relatives à la tremblante des ovins et des caprins

Sur Agrisalon, le 21 novembre : L'AFSSA rend son avis relatif à la mise sur le marché d’animaux provenant d’exploitations atteintes de tremblante ovine et caprine .
L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments a été saisie le 29 octobre 2002 par la DGAL d’une demande d’avis complémentaire concernant les projets d’arrêté fixant les modifications visant à autoriser pour la consommation certains animaux provenant d’exploitations atteintes de tremblante ovine et caprine.

----------

AFSSA, le 21 novembre : Données actualisées relatives au protocole "délimonage" chez les ovins :
- résultats de l'étude du laboratoire de référence de l'AFSSA-Lyon (pdf)
- avis du comité d'experts spéclialisé sur les ESST sur ces résultats (pdf)

Sur Agrisalon, le 21 novembre : Délimonage chez les ovins : le prion anormal résiste.
Un document rendu public ce 21 novembre par l'AFSSA montre que la technique de délimonage est d'une efficacité limitée et qu'elle ne peut être considérée comme une technique d'élimination de l'infectiosité de l'intestin grêle du mouton atteint de tremblante naturelle.


Le 21 novembre 2002

----------

Nouvelles perspectives thérapeutiques des maladies à prions
Un colloque international consacré aux nouvelles perspectives thérapeutiques des maladies à prions se tiendra à Paris, du 1er au 3 décembre 2002. Les interventions seront présentées en anglais, sans traduction simultanée. Ce colloque est organisé par Sylvain Lehmann, Institut de génétique humaine, CNRS – Montpellier et Philippe Sol, président de l’Association de lutte contre les maladies à prions (ALMP). Sur NewsPress.

----------

Sur Terre-Net, le 20 novembre : Tremblante - Les éleveurs caprins veulent des explications du ministère.
Mécontents des niveaux d'indemnisation décidés par les pouvoirs publics pour les élevages atteints de tremblante, les éleveurs caprins de Poitou-Charente et de Vendée ont décidé de solliciter leurs élus. Un des deux plus gros élevages caprin de France est concerné, avec 2500 chèvres (et 1500 chevrettes, chevreaux et boucs).

Suisse : Nouvelles normes pour stériliser les instruments chirurgicaux.
Berne, 20 nov - Dès le 1er janvier, le matériel chirurgical devra être stérilisé à 134 degrés sous pression de vapeur durant 18 minutes. Le Conseil fédéral a emis cette ordonnance afin de réduire les risques de transmission de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Les hôpitaux devront adapter leurs appareils de stérilisation aux nouvelles prescriptions d'ici début 2004. Sur Swissinfo.


Le 20 novembre 2002

Dans Le Parisien, en ligne ce 20 novembre : Nantes (Loire-Atlantique) - Malgré l'interdiction, la société utilisait des farines animales.
Les enquêteurs de la répression des fraudes n'en reviennent pas : en menant une inspection de routine, ils ont découvert que la société Matralan, installée à Saint-Aignan-Grandlieu, dans la banlieue de Nantes, avait utilisé des farines animales, pourtant formellement interdites depuis novembre 2000, pour les incorporer dans des aliments destinés aux chiens, aux chevaux, aux lapins et... aux bovins !

----------

Brève

Nantes, 19 nov (AFP) - Une société basée en Loire-Atlantique a vendu des aliments pour animaux contenant des farines carnées après les interdictions prises pour lutter contre la propagation de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), a-t-on appris mardi auprès de la Répression des fraudes. AFP sur La Recherche.


Le 19 novembre 2002

Sur Agrisalon, le 19 novembre : Un mouton de génotype PrP code ARR/ARR développe l'ESB.
Le ministère britannique de l'Agriculture et des Affaires rurales annonce dans un communiqué qu'un mouton de génotype PrP code ARR/ARR est succombé après avoir développé une encéphalopathie spongiforme bovine suite à l'inoculation de matériel cérébral provenant d'une vache infectée par l'ESB.

Le communiqué du ministère de l'Agriculture du Royaume-Uni (DEFRA) daté du 18 novembre est en ligne (et en anglais) sur le site du Ministère sous le titre "Emerging sheep research findings"

Sur ce même sujet un article (en anglais) de James Meikle dans le Guardian du 19 novembre, sous le titre "BSE-resistant' sheep succumbs to disease in lab test"

----------

Sur Agrisalon, le 18 novembre : La Suisse publie son rapport annuel sur l'agriculture.
L’année 2001 a été moyenne pour l’agriculture suisse, du point de vue économique. La production finale de l’ensemble du secteur a été, selon l'Office fédéral de l'agriculture de 4% inférieure à celle de la moyenne des trois années précédentes. Cela s’explique avant tout par des résultats moins bons en production végétale et par les problèmes liés à l’ESB indique l'Office.

Dans Les Echos, le 18 novembre : Nippon Meat laminé par le scandale.
Le producteur de viande nippon a vu son bénéfice s'effondrer de 81,5% au premier semestre 2002.
Les fraudes à l'étiquetage dont Nippon Meat Packers s'est rendu coupable pour toucher indûment des aides publiques ont presque anéanti son bénéfice sur les six premiers mois de l'année. Le numéro un de la fabrication de saucisses a enregistré un résultat net de 1,79 milliard de yen (14,87 millions d'euros) en baisse de 81,5%.

----------

La chronique de Jean-Yves Nau dans Médecine Hygiène : Contaminations interhumaines potentielles outre-Manche.
Depuis Londres : Des instruments de chirurgie, mis en contact avec l’agent pathogène du variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob ont été ultérieurement utilisés pour des interventions sur 29 malades, vient d’annoncer le gouvernement britannique. Ces instruments, qui auraient dû être mis de côté en sécurité, ont été employés dans des actes chirurgicaux au Middlesbrough General Hospital, dans le nord-est de l’Angleterre.


Le 15 novembre 2002

Comuniqué de la Commission européenne
Langues de boeuf, vautours et risque géographique d'ESB à l'ordre du jour du Comité scientifique directeur
Lors de sa réunion des 7 et 8 novembre, le Comité scientifique directeur (CSD), qui conseille la Commission sur les questions scientifiques, a examiné le risque d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) provenant du tissu de tête de bovin et a conclu qu'un nouvel examen des pratiques d'abattage était nécessaire. Le CSD a à nouveau confirmé le statut sûr de la Nouvelle Zélande en ce qui concerne son risque géographique d'ESB (RGE). L'avis du comité scientifique espagnol sur les charognards en tant que transmetteurs possibles de l'ESB a été évalué et il a été déterminé que ces risques étaient négligeables. Le CSD a adopté un protocole pour évaluer les tests pratiqués sur des tissus d'ovins et de caprins, et élaboré un modèle préventif provisoire pour évaluer le risque géographique d'ESB chez les ovins, bien que le comité ne voie aucun risque d'ESB chez les ovins.

Dans La Voix du Nord, en ligne ce 15 novembre : Farines animales (Hornaing), A la SNET, une deuxième phase d’essais. – La préfecture du Nord a fait savoir hier à la centrale thermique d’Hornaing qu’elle était autorisée à entreprendre une nouvelle phase d’essais de cocombustion de farines animales.

L' ESB en Europe (Jan Braakman), mise à jour du 14 novembre.

----------

Brève

Bruxelles, 14 nov - Les 20 000 vautours espagnols ont des "risques faibles" de véhiculer des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), comparables à la maladie de la vache folle ou à la tremblante du mouton, et peuvent continuer à être nourris à partir de carcasses de ruminants, ont tranché les experts européens. AFP sur La Recherche.

----------

Bruxelles, 13 novembre 2002 : Boeuf britannique : la Commission se déclare persuadée que le droit communautaire est désormais respecté.
La Commission européenne a terminé son analyse de la loi française transposant la décision 98/256/CE, telle que modifiée par les décisions 98/692/CE et 1999/514/CE, qui permet l'exportation de bœuf britannique dans des conditions strictement réglementées, dans le cadre du "régime d'exportation sur la base de la date". Sa conclusion est que les dispositions françaises de transposition remplissent les exigences de la législation de l'UE. La Commission est donc convaincue que le respect du droit communautaire a été obtenu.

Belgique, AFSCA, 13 novembre : EST chez les moutons et les chèvres : point de la situation.
L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire réalise des tests rapides de dépistage des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) sur un échantillonnage représentatif de la population des moutons et chèvres âgés de plus de dix-huit mois, sur base annuelle :
-. dans les abattoirs, sur quelque 3.750 animaux abattus pour la consommation humaine ;
-. au clos d’équarrissage, sur quelque 450 animaux morts.


Le 14 novembre 2002

----------

Bruxelles, DG XXIV, Office alimentaire et vétérinaire : Extraits de rapport d'une mission effectuéée par l'OAV au Royaume-Uni (Irlande du Nord) du 24 au 28 juin 2002 pour évaluer la mise en oeuvre de certaines mesures communautaires pour l'éradication, le contrôle et la prévention des EST.

----------

Brève

Bruxelles - La Commission européenne a mis un terme mercredi au conflit qui l'opposait à la France sur le boeuf britannique, en renonçant à demander une mise à l'amende de Paris, après la levée effective de l'embargo français sur la viande bovine en provenance du Royaume-Uni. AFP sur Terre-Net, le 13 novembre.

----------

La levée de l'embargo permet à la France d'échapper aux pénalités européenes. Cette décision de Bruxelles provoque des réactions très négatives au Royaume Uni comme le montre ces articles (en anglais) du Financial Times , de la BBC , ou du quotidien écossais The Scotsman.

----------

ESB-Info, le 13 novembre 2002 :
Année 2002 = 209 cas confirmés
39 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
107 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
63 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 13 novembre : La DGAL a confirmé, le 13 novembre, 2 cas d'ESB, parmi lesquels on compte un supernaïf.

----------

Brève

Dublin, 13 nov - Le ministère irlandais de l'Agriculture a ordonné la saisie d'une cargaison de céréales en provenance des Etats-Unis en vertu des contrôles destinés à lutter contre la maladie de la vache folle, a annoncé mercredi un porte-parole du ministère.Des traces d'os d'animaux et d'arêtes de poissons ont été trouvées dans les céréales. AFP sur La Recherche.


Le 13 novembre 2002

OIE : Informations sanitaires (8 novembre 2002, vol. 15 - no 45) : ESB en Pologne : 4e cas.

OIE : Tremblante en Finlande.

----------

Sur Agreste : Bovins : une production de vaches et de génisses soutenue en 2002 (novembre 2002).
La crise bovine qui s’était déclenchée à l’automne 2000 avait contraint les éleveurs à conserver de nombreux animaux dans leurs exploitations, faute de débouché sur les marchés. Ce fut le cas de nombreux broutards, qui auraient dû être commercialisés à l’automne 2000.


Le 12 novembre 2002

Suisse, c'est à lire dans le Magazine de l'Offfice vétérinaire fédéral (5/02) :
Contrôle ESB avant l’abattage par Franz Geiser
Les tests rapides ESB par Cathy Maret
N’attendons pas que l’alarme soit donnée: soyons vigilants, par Franz Geiser
Masquer l’ignorance par des analyses des risques? par Eric Breidenbach

Sur Agrisalon, le 12 novembre, 2 nouveaux cas d'ESB en Suisse.
L'OVF, Office vétérinaire fédéral suisse a enregistré ce 12 novembre 2 nouveaux cas d'ESB, ce qui porte à 21 le nombre de cas détecté dans la Confédération depuis le début de l'année 2002.


Le 8 novembre 2002

Mission d'animation des agrobiosciences
Organisées par le conseil régional de Midi-Pyrénées, sous la maîtrise d'œuvre de la MAA, les Deuxièmes Rencontres agriculture, aAlimentation et société se sont déroulées les 4 et 5 décembre 2001 au centre de congrès international Diagora, Labège Innopole. Pour cette édition, la thématique guidant les deux journées était centrée sur "Sécurité des aliments : croire et savoir", évoquant les deux aspects que conjuguent ces Rencontres : l'information et l'opinion.
A l'occasion des Troisièmes Rencontres qui auront lieu le jeudi 21 novembre 2002 au centre Diagora à Labège-Toulouse, les huit cahiers issus de ces ateliers sont disponibles sur simple demande auprès de la MAA.
- Cantines scolaires : Quelle sécurité et quelle qualité alimentaires au menu des enfants ?
- Gestion des crises : un débat collectif à réinventer
- L'industrialisation de la production des viandes : marketing, transparence, traçabilité…
- L'expert : sa formation, son statut, sa rémunération…
- Une Europe, des consommateurs ?
- Forces et failles du cadre réglementaire
- Qu'est-ce que l'opinion publique ? Comprendre ses réactions face à la sécurité alimentaire
- Information des citoyens et mise en débat : jusqu'où aller et comment ?

----------

AFSSA, le 7 novembre : Avis concernant les mesures de police sanitaire relatives à la tremblante des ovins et caprins
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments a été saisie le 1er octobre 2002 par la Direction générale de l'Alimentation d'une demande d'avis concernant deux projets d'arrêtés modifiant l'arrêté du 15 mars 2002 fixant les mesures de police sanitaire relatives à la tremblante des petits ruminants.

Sur Agrisalon, le 7 novembre : Tremblante des ovins et caprins, l'AFSSA dit ne pas pouvoir donner d'Avis mais propose une alternative
L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments saisie le 1er octobre 2002 par la Direction Générale de l’Alimentation d’une demande d’avis concernant deux projets d’arrêté visant à modifier les mesures de police sanitaire relatives à la tremblante des petits ruminants a le 7 novembre rendu publiques ses conclusions.

----------

Brève

Paris, 7 nov - L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) recommande un nouveau dispositif de surveillance de la tremblante des ovins et caprins, moins contraignant que celui en vigueur et réalisé sur des animaux vivants. Dans son avis publié jeudi, l'agence préconise d'utiliser les nouveaux tests en circulation pouvant être réalisés sur animaux vivants. Il s'agirait de les utiliser sur les animaux appartenant à un troupeau au sein duquel un animal a été détecté malade de la tremblante. AFP sur La Recherche.


Le 7 novembre 2002

----------

Belgique, AFSCA , le 6 novembre 2002 : Point de la situation - 31e cas en 2002.
Un nouveau cas d’ESB a été détecté à l’abattoir sur une vache blanche née le 3 janvier 1997 et élevée depuis sa naissance dans une exploitation viandeuse située à Herinnes-Lez-Pecq en Province de Hainaut ; cette exploitation compte un cheptel de 87 bovins.

Sur Terre-Net, le 6 novembre : Le test Bio-Rad a obtenu l¹autorisation de biologie vétérinaire du ministère de l'Agriculture des États-Unis pour la détection de la Maladie du dépérissement chronique (MDC) chez le cerf mulet.

Ministère de la Santé du Royaume-Uni (DOH) : Les statistiques mensuelles du vMCJ en Grande-Bretagne (5 novembre 2002) :
Total des cas certains ou probables du vMCJ (décédés et en vie) : 128.

----------

Brève

Cusset 7 nov (AFP) - Le tribunal correctionnel de Cusset (Allier) a ordonné jeudi la mise sous surveillance judiciaire de l'usine d'équarrissage Saria de Bayet (Allier), reconnue coupable d'avoir gravement pollué la rivière Sioule à plusieurs reprises, provoquant la mort de 200.000 poissons. AFP sur La Recherche.


Le 6 novembre 2002

L'incidence de la MCJ en Europe dans le bulletin Eurosurveillance Weekly (en anglais) du 31 octobre 2002.

Bruxelles, le 5 novembre : Extrait du rapport d'une mission menée par l'Office alimentaire et vétérinaire en Suède du 27 mai au 31 mai 2002 en vue d'évaluer la mise en oeuvre de certaines mesures communautaires visant l'éradication, le contrôle et la prévention des Encéphalopthies Spongiformes Transmissibles.

Sur Agrisalon, le 6 novembre : Le test Bio-Rad autorisé par l'USDA pour le dépistage de la Maladie de dépérissement chronique chez le cerf mulet. Le test Bio-Rad est le premier kit de détection rapide à recevoir l'autorisation du Ministère de l'Agriculture des États-Unis (USDA) pour la MDC.

----------

ESB-Info, le 5 novembre 2002
Année 2002 = 207 cas confirmés
39 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
105 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
63 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 5 novembre : La DGAL a enregistré, le 5 novembre, 3 nouveaux cas d'ESB, dont le 12e supernaïf* né en 1997.

Dans Les Echos, le 5 novembre : Bio-Rad autorisé à lancer son test de dépistage des cerfs «fous» aux Etats-Unis.
Les laboratoires américains ont obtenu le feu vert de l'USDA pour leurs tests de dépistage d'une maladie affectant le cerveau des cerfs, proche de la maladie de la vache folle.

----------

Brève

Rome, 5 nov - Le prince Charles est arrivé mardi à Rome où il devait assister dans la soirée au "gala du boeuf anglais" destiné à redorer le blason de la viande britannique après l'affaire de la vache folle, a-t-on appris auprès de l'aéroport de Ciampino. AFP sur La Recherche.


Le 5 novembre 2002

Un test de la société Bio-Rad validé aux Etats-Unis pour le diagnostic de la maladie du dépérissement chronique (chronique wasting disease, CWD) (information en anglais)

----------

Sur Terre-Net, le 5 novembre : Tremblante ovine - Hervé Gaymard souhaite une revalorisation des indemnités.
Le ministre de l'Agriculture, Hervé Gaymard, s'est engagé devant les responsables de la Fédération nationale ovine (FNO) à obtenir auprès de ses collègues du gouvernement la revalorisation d'une partie des indemnités versées aux élevages victimes de tremblante.

----------

Dans La Dépêche du Midi du 4 novembre, un article de Valérie Cusset : Ariège - Inauguration à Pamiers du laboratoire Bioqual.
Le label, mais pas pour l'ESB.
« Ils sont 53 labos à être accrédités ESB en France, et l'Etat considère que c'est suffisant pour le moment. Mais il est question d'étendre les analyses aux ovins, et nous verrons peut-être alors de nouvelles autorisations. En attendant, nous sommes à la recherche d'autres débouchés, pourquoi pas en partenariat avec le laboratoire départemental. » explique Pascal Eychenne.

Institut de Veille Sanitaire
Nombre de cas certains ou probables de MCJ en France, mise à jour du 4 novembre 2002.

Belgique : Communiqué de presse de l'AFSCA
ESB : Point de la situation - 29e cas en 2002.

----------

Sur Agrisalon, le 4 novembre : Un premier cas de tremblante a été découvert en Finlande le 1er novembre, annonce l'OIE.


Le 4 novembre 2002

Ministère de l'Agriculture : La tremblante des petits ruminants : statistiques mises à jour le 28 octobre

----------

Varsovie, 31 oct (AFP) - Un quatrième cas d'ESBa été découvert en Pologne, dans le sud-est du pays, a annoncé jeudi le médecin vétérinaire en chef du pays, Piotr Kolodziej. AFP sur La Recherche.


Le 30 octobre 2002

Sur Agrisalon, le 29 octobre : L'Office vétérinaire fédéral suisse a confirmé ce 29 octobre 3 nouveaux cas d'ESB, ce qui porte à 19 le nombre de cas enregistré depuis le début de l'année dans la Confédération.

Bruxelles : mise à jour des statistiques de l'ESB et résultats mensuels des Etats-membres pour l'ESB et la tremblante.

----------

Brèves

Londres, 30 oct (AFP) - Des instruments de chirurgie, mis en contact avec le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ), ont été par la suite utilisés pour des interventions sur 29 malades, a annoncé mardi soir le gouvernement britannique.  AFP sur La Recherche.

Amiens, 29 oct (AFP) - Un cas d'ESB a été détecté dans la commune de Rue, dans la Somme, sur une vache de race Prim'Holstein née en 1995, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 30 octobre 2002

ESB-Info, le 29 octobre 2002 :
Année 2002 = 204 cas confirmés
39 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
103 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
62 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 29 octobre : La DGAL a enregistré le 29 octobre 2 nouveaux cas d'ESB, parmi lesquels le 7e cas détecté dans la Somme.

----------

Sur Agrisalon, le 28 octobre : IIe Conférence internationale sur les ESST.
Regard sur la deuxième conférence internationale sur les Encéphalopathies Spongiformes Subaiguës Transmissibles qui aura lieu à Paris le 14 novembre prochain, organisée par Bio-Rad LaboratoriesINC, spécialiste de la sécurité alimentaire.


Le 28 octobre 2002

Caen, 26 oct (AFP) - Des manifestants, 1 200 selon les organisateurs, 700 selon la police, ont défilé samedi matin dans le centre-ville de Caen pour protester contre l'implantation d'un site de stockage de farines carnées à Fierville-Bray (Calvados). AFP sur La Recherche.

Le-Puy-en-Velay (Haute-Loire), 25 oct (AFP) - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la vache folle), a été détecté dans un troupeau de Haute-Loire, qui a été abattu lundi dernier, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. Le cas concerne un bovin originaire du Doubs et appartenant à un cheptel de vaches laitières de l'arrondissement du Puy-en-Velay, dont la totalité a été abattu à la demande de l'éleveur. AFP sur La Recherche.


Le 25 octobre 2002

Sur Agrisalon, le 25 octobre : Levée de l'embargo sur les viandes britanniques, c'est officiel.
L'arrêté permettant, sous certaines conditions, l'introduction en France de viandes fraîches, de viandes hachées, de préparations de viandes et de produits à base de viande obtenus à partir de bovins abattus au Royaume-Uni est paru au JO du 25 octobre.

A lire dans Le Parisien, un article en ligne ce 25 octobre : Le succès du test de la vache folle.
Le prion, le gêne responsable de la maladie de la vache folle, est une vieille connaissance du CEA. Les chercheurs nucléaires s'y étaient intéressés, car cet agent résistait aux rayonnements ionisants ! En s'appuyant donc sur des techniques directement issues du nucléaire, le CEA s'est mis en tête de concevoir un test de dépistage de l'ESB. Le résultat n'a pas tardé à venir. Aujourd'hui, plus de 80 % des dépistages de la vache folle pratiqués dans le monde utilisent le test breveté à Saclay et commercialisé depuis juillet 2000 par la societé Bio-Rad France.

Dans La Dépêche du Midi, le 24 octobre : Lannemezan (65) - Farines animales : le projet de Jacques Surles entre le Lot-et-Garonne et les Hautes-Pyrénées.
Ferso Bio obtient sa validation pour le Sud-Ouest.
Ferso Bio, énième épisode. Le projet (Sovalis) de construction d'une usine d'incinération de farines animales pose toujours la question de sa localisation.

----------

L'ESB en Europe (Jan Braakman) : Mise à jour du 23 octobre.

Belgique, AFSCA : EST chez les moutons et les chèvres : Point de la situation.
L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire réalise des tests rapides de dépistage des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) sur un échantillonnage représentatif de la population des moutons et chèvres âgés de plus de dix-huit mois.
Le 98e cas d'ESB de l'année 2002 est un animal né le 18 juin 1997.

Sur Edicom, le 24 octobre : Suisse : les paysans font recours contre la Confédération.
Berne - Les paysans veulent que la Confédération reconnaisse sa responsabilité dans la crise de la vache folle. Cinq ans après le dépôt d'une plainte, 2206 agriculteurs, qui réclament 300 mios de francs, vont recourir contre le rejet de leurs prétentions.

----------

Sur Edicom, le 23 octobre : Suisse : plainte contre la Confédération dans la crise de l'ESB rejetée.
Berne - La plainte civile contre la Confédération dans la crise de l'ESB a été rejetée par les trois offices concernés. 2206 paysans réclament 300 millions de francs de réparations.

Sur Agrisalon, le 23 octobre : Nouveaux cas d'ESB en Belgique.
L’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire, AFSCA a enregistré les 27e et 28e cas d'ESB détectés en Belgique depuis le début de l'année 2002.

----------

Brèves

Copenhague, 23 oct - Les autorités vétérinaires danoises ont annoncé mercredi le onzième cas de vache folle recensé dans le pays depuis 1992.Le diagnostic de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été établi suite à un test de routine pratiqué sur le cadavre de la bête, une vache laitière de 7 ans et demi originaire d'une ferme de Nordjylland, dans le nord du Danemark. AFP sur La Recherche.

Paris, 23 oct - Vache folle, listeria ou dioxine ont laissé de mauvais souvenirs aux consommateurs et la question de la sécurité alimentaire, évoquée au Salon international de l'alimentation (SIAL), est au coeur des préoccupations avec l'entrée de nouveaux pays dans l'Union européenne. AFP sur La Recherche.


Le 23 octobre 2002

En ligne ce 23 octobre sur le site du Quotidien du Médecin : Un test plus sensible pour détecter les prions chez le bétail.
Un test diagnostique plus sensible pour détecter les prions dans le cerveau des bovidés et cervidés a été développé par l'équipe de Stanley B. Prusiner, prix Nobel de médecine en 1997 pour sa découverte du prion. Son utilisation permettrait de réduire l'exposition de l'homme aux prions des animaux, selon les chercheurs, qui publient leur étude dans Nature Biotechnology.
L'article cité par le Quotidien du Médecin s'intitule "Measuring prions causing bovine spongiform encephalopathy or chronic wasting disease by immunoassays and transgenic mice ". Il est signé notamment de Jiri G. Safar et Stanley B. Prusiner. Le résumé en anglais est en ligne sur le site de Nature Biotechnology.

----------

ESB-Info, le 22 octobre :
Année 2002 = 202 cas confirmés
37 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
103 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
62 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 22 octobre : 2 nouveaux cas d'ESB confirmés en France.
La DGAL a enregistré le 22 octobre 2 nouveaux cas d'ESB, dont un supernaïf.

Sur Plein Champ, le 22 octobre : La gaffe de la ministre de l'Agriculture au SIAL émeut les éleveurs.
La ministre travailliste de l'Agriculture Margaret Beckett s'est attiré mardi les foudres des éleveurs et de la presse britanniques en refusant la veille de goûter au steak britannique devant les caméras au Salon international de l'alimentation à Paris.« Les éleveurs de bœuf britanniques seront surpris d'apprendre que lors d'une séance de photos destinée à promouvoir le steak britannique, la ministre n'a pas goûté à ce produit", a noté mardi le Syndicat national des agriculteurs britanniques (NFU).


Le 22 octobre 2002

Dans La France Agricole, en ligne ce 22 octobre : 400 kg de viande bovine britannique en dégustation au SIAL.
Pour la première fois depuis six ans, la viande bovine britannique est de retour en France. Les visiteurs professionnels du Salon international de l'alimentation (Sial), ouvert depuis dimanche 20 octobre à Paris-Nord Villepinte, vont pouvoir la déguster.
400 kg de viande sont présents sur le stand « British Meat ». Ceux-ci ont fait l'objet d'une dérogation d'importation, l'arrêté officialisant la levée de l'embargo français sur le bœuf britannique (imposé en 1996) n'ayant pas encore été publié.

Sur Agrisalon, le 21 octobre : Des aides pour les entreprises intervenant dans la destruction de certains déchets et sous-produits des industries des viandes .
Parution au JO du 20 octobre d'un décret instituant une aide financière, dégressive et limitée dans le temps, au bénéfice des entreprises traitant des déchets et sous-produits des industries des viandes et des produits de la mer et d'eau douce ou des farines d'origine animale

Dans Transrural, le 22 octobre : Un principe de précaution juridiquement incertain.
Une application du principe de précaution pose le problème des incidences juridiques et économiques de sa mise en oeuvre

----------

Dans Télérama, par Sophie Cachon : Sur France 3, mardi 22 octobre 2002 à 22 h 55, documentaire français de Denis Chegaray (2002) : La vie en question.
Entre les masses de publications scientifiques et les innombrables articles de presse, tout semble avoir été dit sur la maladie de la vache folle et ses conséquences sur l'être humain. (...) Tout a été cerné, expliqué, commenté pour stopper contamination et scandale. Mais quid du sort des victimes et de leur entourage? Ont-elles été aussi diligemment accompagnées? Ce documentaire présente l'autre versant de la maladie, celui qui débute au diagnostic (véritable arrêt de mort, la maladie étant à ce jour incurable) et ne se termine pas, faute d'interlocuteurs. (...) Ce documentaire souligne avec pertinence les avatars du système médical, capable des meilleures avancées en matière de recherche et des pires négligences dans le quotidien - même les résultats des autopsies sont difficiles à obtenir. Dommage qu'il ne titille pas plus les spécialistes rencontrés, qui semblent pressés de retourner dans leur tour d'ivoire.

ESB-Info, le 18 octobre :
Année 2002 = 200 cas confirmés
37 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
102 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
61 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Dans Les Echos, le 18 octobre : La viande britannique en France pour la première fois depuis six ans.

Dans Le Télégramme, en ligne ce 21 octobre : Viande : le bœuf anglais est de retour.
Six ans après, la viande bovine britannique est de retour sur le marché français. La première livraison est arrivée hier au Salon international de l'alimentation (SIAL) à Paris.
Sur son stand de 400 m², l'office des viandes de Grande-Bretagne, le MLC (Meat and Livestock Commission), accompagné d'organismes de promotion écossais et gallois, met les petits plats dans les grands. Un chef boucher et un cuisinier proposent des dégustations aux visiteurs professionnels. Il s'agit de reprendre pied sur le marché français et de redorer une image bien ternie par l'ESB.

Dans Les Echos : Bruxelles affecte 132 millions d'euros à la lutte contre la maladies animales.
La Commission européenne financera la lutte contre la maladie de la vache folle, la tremblante et la salmonellose en 2003.
La sécurité alimentaire demeure une priorité dans l'Union européenne. Bruxelles a décidé de débloquer une aide de 94 millions d'euros pour la surveillance de la maladie de la vache folle et la tremblante du mouton.

----------

Brève

Paris, 20 oct - Pour la première fois depuis six ans, le steak britannique est de retour en France, où les visiteurs professionnels du Salon international de l'alimentation (SIAL), ouvert dimanche à Paris-Nord Villepinte, vont pouvoir le déguster. AFP sur Terre-Net.


Le 18 octobre 2002

Sur Plein Champ (AFP - 18 octobre) : Reprise des importations de boeuf britannique.
Il s'agit de la première livraison depuis six ans, date à laquelle la France avait imposé un embargo sur ce boeuf pour cause sanitaire.

Sur Agrisalon, le 18 octobre : 132 millions d'euros pour lutter contre les maladies animales.
La Commission européenne a approuvé une aide financière pour lutter contre les encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) et d'autres maladies animales dans l'Union européenne en 2003.

Jean-Yves Nau dans Le Monde daté du 18 octobre : Vache folle : fin de l'abattage systématique des troupeaux.
Le ministre de l'Agriculture devrait signer "très rapidement" l'arrêté.Le gouvernement Raffarin fonde sa décision sur le dernier avis rendu par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments : l'abattage partiel des troupeaux infectés ne ferait plus peser "un risque accru pour le consommateur."

La chronique de Jean-Yves Nau dans Médecine Hygiène : Six ans après, l’embargo est levé.
Ainsi donc, c’est fait : les viandes bovines britanniques vont pouvoir être proposées aux consommateurs français. Les gazettes en plaisantent. Préférez-vous : «Ze steack is back» ou «Le rosbif retraverse la Manche» ? Etranges moments où l’on tente de rire d’un sujet qui affolait les foules il n’y a pas deux hivers.

----------

Science publie cette semaine, sur son site Science Express, deux importants articles sur le prion signés par J. Ma et S. Lindquist. Ces artilcles sont analysés et commentés (en anglais) notamment par le New Scientist sous le titre "Prion diseases' deadly action revealed" et dans Nature par Tom Clarke sous le titre "Out of place prions trash cells"

Atlanta (Etats-Unis), 17 oct - Une enquête est en cours sur un cas de forme humaine de la maladie de la vache folle chez une personne habitant en Floride (sud-est), ont annoncé jeudi les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) d'Atlanta (Géorgie).Il s'agit d'un cas déjà mentionné par les CDC le 18 avril, touchant une femme qui "a probablement été exposée à l'agent de l'ESB lorsqu'elle était en Grande-Bretagne où elle est née et a vécu jusqu'en 1992", lit-on dans la publication hebdomadaire des CDC. AFP sur La Recherche.
Cette information provient du CDC d'Atlanta qui publie (en anglais) dans son "Morbidity and Mortality Weekly Report" un article intitulé "Probable Variant Creutzfeldt-Jakob Disease in a U.S. Resident --- Florida, 2002" ()

L'ESB en Europe, les statistiques de J. Braakman, sont mises à jour en date du 16 octobre tandis que l'Italie confirme sont 76e cas d'ESB.

Les Britanniques annoncent de leur côté (en anglais) la première exportation de viande bovine à destination de la France depuis 6 ans.


Le 17 octobre 2002

A l'Assemblée Nationale , le mercredi 16 octobre 2002 : Question de Dominique Richard, député du Maine-et-Loire (UMP) à Hervé Gaymard, ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales sur l'abattage partiel du troupeau .

Sur Agrisalon, le 16 octobre : Renforcement de la responsabilité des producteurs d'aliments pour animaux en Suisse.
Le Conseil fédéral suisse vient de modifier ses ordonnances sur les aliments pour animaux de rente. Ces modifications visant des améliorations à la production et à la mise en circulation concernant les aliments pour animaux de rente.

----------

Brève

Paris, 16 oct - Le ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard a annoncé mercredi qu'il signera "très rapidement" l'arrêté permettant de passer à l'abattage partiel des troupeaux lorsqu'un cas de vache folle est découvert."Je signerai très rapidement l'arrêté qui permettra de passer à l'abattage de la cohorte", a dit M. Gaymard lors de la séance de questions d'actualité à l'Assemblée nationale. AFP sur La Recherche.


Le 16 octobre 2002

Dans Le Jura Agricole, le 14 octobre : La France rentre dans le rang : Embargo sur le bœuf britannique.
Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a décidé le 2 octobre de lever l’embargo sur la viande bovine britannique, faisant ainsi «rentrer la France dans le rang». Mais, l’Union européenne n’est pas encore à l’unisson sur les tests de dépistage.

Agence Science-Presse, le 14 octobre : Deux fois plus de vaches folles.
Est-il possible que nous ayons tous sous-estimé l'importance de la maladie de la vache folle? C'est ce que prétendent des scientifiques britanniques, qui n'y vont pas avec le dos de la cuiller: en Grande-Bretagne, l'épidémie des années 1980 et 1990 aurait été deux fois plus importante que ce que laissent croire les chiffres officiels.

Dans Le Télégramme du 15 octobre, en ligne aujourd'hui, un article de Samuel Uguen : Glomel. Menaces avec un fusil : deux mois avec sursis requis.
« Ca me coûte beaucoup d'être ici, ça me touche. Je ne peux pas dire que j'ai oublié les faits, je les vis encore. » Ce responsable de la SIFFDA, société d'équarrissage de Plouvara, était hier encore bouleversé par les faits qui se sont produits le 17 juin dernier.
Ce jour-là, le bovin d'un agriculteur de Glomel, suspecté d'ESB, a été enlevé pour être abattu. Désemparé, l'homme fait tout pour retrouver le lieu où la bête a été emmenée. Après recoupements, il découvre qu'elle a été conduite à Plouvara. Il s'y rend donc, accompagné de son frère. Ivre de colère et pris de boisson, il fait une entrée tonitruante dans l'usine. A grands cris, il demande qu'on lui remette la tête de la bête, puis son cuir.

----------

Brève

Berne, 15 oct - Deux nouveaux cas d'ESB ont été découverts dans les cantons de Vaud (ouest) et St-Gall (est), ce qui porte à 16 le nombre de cas identifiés depuis le début de l'année, a indiqué mardi l'Office vétérinaire fédéral (OVF), dans un communiqué. AFP sur La Recherche.


Le 15 octobre 2002

Sur Futura-Sciences, vendredi 11 octobre 2002 : Avancée dans la compréhension des protéines ''chaperon''.
Chorée de Huntington, maladie de Parkinson, maladie d'Alzheimer, encéphalopathies spongiformes, mucoviscidose, une pléthore de maladies sont provoquées par un dysfonctionnement cellulaire.
Un des dysfonctionnements concerne des protéines qui se déforment ; celles-ci s'arrêtent de fonctionner normalement et forment des grappes qui attirent des protéines saines. (...) Un article publié dans Nature Cell Biology résume le travail d'une équipe de chercheurs en biologie moléculaire de Northwestern University qui a conçu une technique, utilisant le marquage fluorescent, pour surveiller le travail de ces protéines dans des cellules de vers de terre.

Sur Agrisalon, le 11 octobre : Abattage partiel : trois précisions accompagnent l'avis favorable de l'AFSSA
Dans un communiqué en date du 11 octobre, l'AFSSA apporte des précisions quant à son avis favorable sur le projet d’arrêté du ministère de l’agriculture qui envisage de passer à un abattage plus ciblé des troupeaux dans lesquels un cas d’ESB est détecté.

Sur Agrisalon : 6e cas d'ESB confirmé dans l'Oise.
La DGAL a enregistré le 11 octobre 3 nouveaux cas d'ESB parmi lesquels le 6ème cas détecté dans le département de l'Oise, un supernaïf né en août 1998.

L'ESB en Espagne : 97 cas en 2002.

----------

Brève

Boeuf dans les cantines: amendes requises contre la Sodexho pour "tromperie".
Marseille, 11 oct - Une amende de 37 500 euros a été requise vendredi contre deux responsables de la Sodexho qui comparaissaient pour "tromperie et publicité mensongère" devant le tribunal correctionnel de Marseille, accusés d'avoir menti sur la nature de la viande bovine servie dans les cantines de la ville, en pleine crise de la vache folle. AFP sur La Recherche.

L'AFSCA confirme qu'un nouveau cas d'ESB a été détecté en Belgique, ce qui porte à 26 le nombre de cas détecté depuis le début de l'année. Agrisalon le 10 octobre.


Le 11 octobre 2002

ESB-Info, le 11 octobre 2002 :
Année 2002 = 198 cas confirmés
37 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
101 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
60 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Un article de Jean-Yves Nau dans Le Monde daté du 11 octobre : L'épidémie de la vache folle serait très sous-estimée.
Selon une étude publiée mercredi 9 octobre, à Londres, dans les Proceedings of the Royal Society, l'ampleur de l'épidémie d'ESB dans le cheptel bovin britannique a jusqu'à présent été très largement sous-estimée. Officiellement, on a, depuis quinze ans, recensé, outre-Manche, près de 180 000 cas d'ESB. De plus, on estimait généralement à 900 000 le nombre total des bovins infectés par le prion pathologique responsable de l'ESB qui dans le même temps sont entrés dans les chaînes alimentaire britannique et européennes.

Dans Le Télégramme du 11 octobre 2002 : ESB. Avis favorable à l'abattage partiel du troupeau.
L'AAFSSA a rendu hier un avis favorable sur l'abattage partiel des troupeaux lorsqu'un cas de vache folle y est détecté, a annoncé le ministère de l'Agriculture

----------

Avis de l'Agence concernant un projet d'arrêté modifiant l'arrêté du 3 décembre 1990 relatif à la police sanitaire de l'ESB, le 11 octobre 2002 : L'AFSSA rend public ce jour un avis concernant un projet d'arrêté modifiant l'arrêté du 3 décembre 1990 relatif à la police sanitaire de l'ESB.
Le communiqué et l'avis sont téléchargeables : L'avis ; le Communiqué.

----------

La Food Standard Agency britannique publie un rapport important sur les viandes séparées mécaniquement (Agency study reports on historic use of Mechanically Recovered Meat in food 1980-1995) qui pourraient être à l'origine du vMCJ. Ce rapport est abondamment commenté par les journalistes britanniques, comme Graham Hiscott dans The Independent, James Meikle du Guardian et Geraint Smith de l'Evening Standard.

Dans Les Echos, Marie-Josée Cougard, le 10 octobre : Vache folle : les scientifiques pour la fin de l'abattage systématique.
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) propose de limiter à un abattage partiel les troupeaux où un cas de vache folle a été identifié.

Sur RTL, Virginie Garin, le 10 octobre : Vers la fin de l'abattage systématique
Interview: Paul Vielle, éleveur en Vendée, président du collectif "Vérité ESB"
Reportage: Pierre Libo, éleveur dans le Jura, attend l'avis de l'AFSSA avec impatience.

Sur Terre-Net, le 10 octobre : François Dufour - "L'abattage total a été un gâchis financier et psychologique!".
L'un des porte-parole de la Confédération Paysanne réagit à l'avis favorable de l'AFSSA sur l'abattage partiel de troupeau, transmis le 10 octobre à Hervé Gaymard. Pour lui, l'abattage total n'a jamais été justifié.

Sur Terre-Net, le 10 octobre : François Aussant - "Pourquoi j'ai choisi d'entrer en résistance contre l'abattage total de mon troupeau".

Depuis la crise de l'ESB de 2000, les Français consomment davantage de viande de jeune bovin (octobre 2002).
En 1996, la crise liée à l’ESB s’est développée au Royaume-Uni, puis s’est étendue aux autres pays européens, alors qu’en 2000 la crise a éclaté en France, d’où elle a gagné le reste de l’Europe. Des mesures de résorption des excédents ont été prises dans les deux cas, cependant elles ont été de nature différente. La recomposition du commerce extérieur engendrée par ces deux contextes n’a pas eu les mêmes effets sur le rétablissement de l’équilibre du marché. Ces crises ont modifié la répartition de la consommation par type de viande bovine. Sur Agreste.

Dans Le Figaro, le 10 octobre : Les progrès en matière d'agriculture des pays candidats sont très inégaux.
Les pièges et contraintes de la politique agricole commune.
(...) Autre grand sujet de préoccupation, l'état d'avancement des candidats dans le domaine vétérinaire, et en particulier en matière de lutte contre la vache folle, qui continue à être pour les Européens un traumatisme.


Le 10 octobre 2002

Paris, 10 oct - L'AFSSA a rendu jeudi un avis favorable sur l'abattage partiel des troupeaux lorsqu'un cas de vache folle y est détecté, a annoncé le ministère de l'Agriculture.
Le comité scientifique de l'AFSSA "considère que le passage à une stratégie d'abattage par cohorte (partiel, ndlr) ne ferait pas peser un risque accru pour le consommateur", précise le ministère dans un communiqué.L'abattage partiel ou sélectif consiste à abattre, dans un troupeau où un cas d'ESB est découvert, les bovins nés douze mois avant et douze mois après le cas considéré, ainsi que sa descendance.
Le ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard "va maintenant engager la concertation sur la base de cet avis", ajoute le communiqué, précisant que les associations de consommateurs et les professionnels devaient être reçus ce jeudi avant la prise d'une décision. AFP sur La Recherche.

L'AFSSA a rendu ce jeudi un avis favorable à un nouvel assouplissement de l'abattage partiel des bovins en cas de découverte d'un cas de maladie de la vache folle dans un troupeau, a annoncé le ministère de l'Agriculture.Le ministre, Hervé Gaymard, avait récemment saisi l'Agence française de sécurité sanitaire d'un projet d'arrêté visant à "modifier les règles d'abattage du troupeau au vu des connaissances scientifiques actuelles".
"L'AfSSA a remis un avis favorable au ministre", souligne le ministère de l'Agriculture dans un communiqué intitulé: "ESB : vers un abattage partiel du troupeau". Reuters sur Yahoo!

Bientot en ligne sur le site de l'AFSSA :
Le communiqué du ministère de l'Agriculture daté du 10 octobre : " ESB : vers un abattage partiel du troupeau "

----------

Brèves

Paris, 9 oct - Des chercheurs allemands sont en train de développer un nouveau système de test qui, espèrent-ils, pourrait permettre un jour de détecter rapidement dans le sang la forme humaine de maladie de la vache folle, selon la revue de vulgarisation scientifique britannique New Scientist. AFP sur La Recherche.

Stockholm, 9 oct - Le prix Nobel de chimie 2002 a été attribué à trois chercheurs, un Américain, un Japonais et un Suisse, pour des travaux constitutifs de la protéomique, "la science des protéines" dont les avancées permettent aujourd'hui de diagnostiquer le paludisme ou de dépister des cancers à un stade précoce. AFP sur La Recherche.

----------

Zurich - Le Suisse Kurt Wüthrich a reçu le prix Nobel de chimie. (...) M. Wüthrich, 64 ans, est primé pour le développement de la spectroscopie par résonance magnétique nucléaire. (...) Ses travaux ont notamment été appliqués dans la recherche sur les maladies à prions, comme la maladie de la vache folle (ESB) ou celle de Creutzfeld-Jakob (MCJ), sa variante humaine. Grâce aux images obtenues par RMN, les chercheurs peuvent distinguer avec une plus grande précision les prions «dégénérés», soupçonnés de déclencher la maladie.
Responsable de l'Institut de biologie moléculaire et de biophysique de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), Kurt Wüthrich avait notamment fait parler de lui en juillet 2000, en démontrant que l'ESB pouvait être transmissible à l'homme. Sur Edicom.


Le 9 octobre 2002

Vache folle : plus deux millions de bovins britanniques auraient été infectés
PARIS, 9 oct (AFP) - La maladie de la vache folle, identifiée en 1986 en Grande-Bretagne, aurait touché plus de deux millions de bovins britanniques au total, selon une étude à paraître dans les comptes rendus de l'académie des sciences britannique, la Royal society. AFP sur La Recherche.
L'article à paraître, cité dans cette dépêche de l'AFP, est largement commenté ce matin par les médias britanniques (en anglais) et notamment par James Meikle du Guardian, la BBC , Patricia Reaney de Reuters mais aussi par Helen Pearson sur le site de la revue Nature.

----------

Les statistiques du vMCJ en Grande-Bretagne mises à jour au mois d'octobre sont en ligne sur le site du minsitère de la Santé britannique(DOH) : 128 cas au total dont 117 décédés.

Première grande exportation de bovins suisses vers un pays de l'UE
Berne, 8 oct (AFP) - Trois-cent-trente bovins suisses ont pris le chemin de l'Irlande le week-end dernier, dans la première grande exportation de ces animaux vers un pays de l'Union européenne depuis la crise de la vache folle, a indiqué mardi l'Office vétérinaire fédéral (OVF) suisse dans un communiqué. AFP sur La Recherche.


Le 8 octobre 2002

La chronique de Jean-Yves Nau sur Médecine Hygiène : Premier cas de la forme humaine en Italie
Et toujours, lancinant, ce sentiment de bombe à retardement. Au rayon des Research letters, The Lancet du 28 septembre 2002 publie un article signé Vincenzo La Bella, Federico Piccolli (Institut de neuropsychiatrie, Université de Palerme), John Collinge (Hôpital national pour la neurologie et la neurochirurgie, Londres) et Maurizio Pocchiari (laboratoire de virologie, Institut supérieur de la santé, Rome).


Le 7 octobre 2002

Bruxelles, le 2 octobre : David Byrne se félicite de la levée de l'embargo sur le boeuf britannique par la France.
David Byrne, commissaire responsable de la santé et de la protection des consommateurs, a commenté aujourd'hui la décision du gouvernement français de lever l'embargo sur le boeuf britannique: "Je me félicite de la décision du gouvernement français de lever l'embargo. Je suis heureux de voir la validité de l'avis scientifique de l'UE ainsi confirmée."

----------

Brève

Nantes, 4 oct - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle) a été détecté en Loire-Atlantique, a annoncé vendredi la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 4 octobre 2002

L'embargo français sur la viande de boeuf britannique sera effectivement levé au plus tard dans une dizaine de jours, compte tenu des délais de procédure, a indiqué l'entourage du Premier ministre. Reuters sur Yahoo!

Comuniqué de la FNSEA et de la FNB : Levée de l'embargo sur le bœuf britannique : Les éleveurs posent leurs conditions.

D'autres réactions, en ligne ce 4 octobre sur le site de Terre-Net :
Pierre Chevalier (FNB) : "Nous serons vigilants sur l'harmonisation des tests et l'étiquetage en restauration collective".
Michel Joly (Jeunes Agriculteurs) : "Les pouvoirs publics devront communiquer clairement".
Jean-Baptiste Galloo, éleveur - "La levée de l'embargo va inciter à acheter directement chez le producteur !" .
Coordination Rurale : "La levée de l'embargo est un mauvais coup pour les éleveurs.

Et, en anglais, la réaction des agriculteurs britanniques de la NFU : Bon appétit- french lift illegal beef ban "Reacting to the much-anticipated announcement, NFU President Ben Gill said that even though the French have lifted the ban, they must not go unpunished" ...les Français ne doivent pas rester impunis !!!!

----------

ESB-Info, le 4 octobre :
Année 2002 = 195 cas confirmés
35 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
101 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
59 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Sur Terre-Net, le 4 octobre : Franck Riboud, PDG de Danone - "Le consommateur doit être informé de l'origine de la viande qu'il achète."
Un industriel de l'agro-alimentaire doit-il être inquiet de la levée de l'embargo sur la viande bovine d'origine britannique ? Pour le savoir, nous avons rencontré Franck Riboud, le PDG du groupe Danone.

----------

Brèves

Copenhague, 2 oct - Des examens préliminaires se sont avérés négatifs sur un premier cas suspect de tremblante du mouton au Danemark, a indiqué mercredi l'Institut vétérinaire d'Etat, dans un communiqué. AFP sur La Recherche.

Prague, 3 oct - Un quatrième cas suspect d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle) a été signalé mercredi en République tchèque, deux jours seulement après la confirmation d'un troisième cas, a annoncé jeudi le porte-parole de l'Administration vétérinaire d'Etat (SVS). AFP sur La Recherche.

----------

Dans Sud-Ouest, le 3 octobre, par Gilbert Garrouty : L'interdit levé.
Douze jours après l'avis de l'AFSSA qui ouvrait la porte au retour de la viande britannique, le gouvernement, par la voix de Jean-Pierre Raffarin, qui, semble-t-il, s'est entretenu du sujet par téléphone avec Tony Blair, a décidé de mettre fin à l'embargo sur la viande de boeuf britannique.

Communiqué de la Confédération Paysanne
Levée de l'embargo sur le boeuf britannique : Il faut tirer des leçons de cette crise.
Des mesures sanitaires drastiques permettent à nouveau de garantir la qualité sanitaire du bœuf britannique. C'est le sens de l'avis rendu par l'AFSSA le 20 septembre et de la décision du gouvernement français de lever l'embargo sur le bœuf britannique.
La Confédération paysanne prend acte et se prononce en faveur de la poursuite des efforts d'harmonisation des règles sanitaires à l'échelle européenne. La traçabilité et les contraintes sanitaires doivent être étendues aux viandes transformées.

Sur Terre-Net, le 3 octobre : Collectif Vérité ESB : "Les contrôles européens sont indispensables dans les abattoirs de tous les Etats"
Après la décision du gouvernement français, le collectif Vérité ESB, qui dénonçait "un embargo non justifié sur la viande fraîche anglaise", réaffirme la nécessité de contrôles européens dans les abattoirs de tous les Etats de l'Union européenne.

En ligne ce 4 octobre sur le site du Figaro : Hervé Gaymard souligne le rôle du consommateur.
«C'est le consommateur français, et non le ministre, qui déterminera s'il y a un marché» en France pour le boeuf britannique, a déclaré mercredi le ministre de l'Agriculture, Hervé Gaymard, suite à l'annonce de la levée de l'embargo français.

En ligne ce 4 octobre sur le site du Figaro : Bruxelles satisfaite de la décision française.
La Commission européenne s'est «félicitée» mercredi de la décision de la France de lever son embargo sur le boeuf britannique.

En ligne ce 4 octobre sur le site du Figaro : Les Anglais pour une levée rapide de l'embargo.
La ministre britannique des Affaires rurales et de l'alimentation Margaret Beckett s'est dite mercredi «très satisfaite» de la décision française de levée de l'embargo sur le boeuf britannique mais a demandé qu'elle s'applique «le plus vite possible».


Le 3 octobre 2002

Communiqués du Premier ministre, le 2 octobre
Le Premier ministre a pris connaissance des conclusions de la réunion du Comité national de sécurité sanitaire (CNSS) qui s’est réuni ce matin sous la présidence de Jean-François Mattei, ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées, Hervé Gaymard, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales et Renaud Dutreil, secrétaire d’Etat aux Petites et Moyennes Entreprises, au Commerce, à l’Artisanat, aux Professions libérales et à la Consommation.
Le communiqué est en ligne sur le site du Premier ministre.

Sur TF1 : le gouvernement a décidé mercredi de lever l'embargo sur la viande de boeuf britannique qui était en place depuis 1996. Il a ainsi suivi l'avis que l'Afssa avait rendu quelques semaines auparavant.
Mis en ligne le 2 octobre 2002.

Sur Ouest-France, en ligne ce 3 octobre : L'embargo sur le boeuf britannique est levé.
La France a décidé, hier, de lever l'embargo sur le boeuf britannique qu'elle imposait depuis mars 1996, en raison de l'épidémie de vache folle.

Dans Libération du 3 octobre, un article d'Eric Favereau : Le rosbif retraverse la manche.
Raffarin a levé hier l'embargo sur le boeuf britannique.
Comme une lettre à la poste. Le boeuf britannique revient dans nos assiettes sans aucune polémique. Pas mê me une question hier à l'Assemblée lors des questions d'actualité.
Dans le même quotidien, un article de Catherine Coroller : Les associations font la fine bouche.
Les groupements de consommateurs réclament des garanties.
Un oui du bout des lèvres. Pour les associations de consommateurs, le retour du boeuf britannique n'est pas une bonne nouvelle. «Mais il fallait bien qu'un jour ou l'autre l'embargo soit levé», soupire Marie-José Nicoli, la présidente de l'UFC-Que Choisir. «Cette levée doit être accompagnée d'assurances afin que la sécurité et l'information des consommateurs soient garanties», insiste-t-elle.

Dans La Tribune : Fin de l'embargo sur la viande britannique.
Le gouvernement français a décidé de suivre l'avis rendu par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments. Cette décision met fin à un embargo décidé en 1996.

Sur RTL, par Virginie Garin : Paris lève l'embargo.
Le bœuf anglais bientôt de retour dans les assiettes françaises: le gouvernement a annoncé mercredi sa décision de lever l'embargo sur la viande bovine britannique. Une décision conforme à l'avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments qu'a saluée Bruxelles. Le gouvernement l'a assortie de mesures de précaution.

Dans La Dépêche du Midi : Carcassonne - L'éventuelle levée de l'embargo ne changera rien.
Pas de boeuf anglais dans les cantines.
Il y a eu cette cochonnerie de crise de la vache folle et la psychose du bovin contaminé qui a suivi. Les éleveurs ont pris de plein fouet la fuite des consommateurs. Le boeuf a déserté les tables et les cantines. La ville n'a pas tardé à réagir afin de préserver la santé des enfants. Mais sans tirer à vue sur tous les éleveurs. Depuis l'an dernier, les éleveurs locaux et régionaux ont été favorisés et tout boeuf servi aux élèves dans les cantines avait sa carte d'identité. Scolarest, la cuisine centrale sous contrat avec Carcassonne et plusieurs villages de la communauté d'agglomération, a joué le jeu de la qualité.

Dans Le Télégramme, en ligne le 3 octobre : Bœuf britannique . La France rouvre ses frontières.
La France a accepté h i er de lever l'embargo imposé depuis six ans sur le b œ uf britannique, une décision qui apparaît dans un premier temps plus politique qu'économique.

Dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, en ligne ce 3 octobre : Boeuf britannique : l'étiquetage suivra la levée de l'embargo.
« La mesure entrera en vigueur dès la publication d'un arrêté interministériel au Journal officiel », précise un communiqué de Matignon. Le gouvernement veut « parallèlement » publier « dans les meilleurs délais » un décret concernant l'étiquetage de la viande bovine consommée hors domicile (cantines, restaurants, etc.), « qui complétera le dispositif en vigueur ».


Le 2 octobre 2002

A la une du site du Monde, ce 2 octobre : Levée de l'embargo sur le boeuf britannique.
Le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin a annoncé, mercredi, la levée de l'embargo sur le boeuf britannique. Cette décision suit un avis favorable de l'Afssa.

AFP sur Voila : La France a décidé de lever son embargo sur le boeuf britannique.
02/10 14:34 La France a décidé mercredi de lever l'embargo qu'elle imposait depuis mars 1996 sur la viande bovine britannique, a annoncé le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin dans un communiqué.
"La mesure entrera en vigueur dès la publication d'un arrêté interministériel au Journal officiel", précise le communiqué.
M. Raffarin a déclaré qu'il a pris la décision de lever l'embargo imposé en 1999 par Paris "au vu" des conclusions du Comité national de sécurité sanitaire (CNSS), réuni mercredi matin sous la présidence des trois ministres en charge du dossier (Santé, Agriculture et Consommation) et de l'avis récent de l'AFFSA.
Parallèlement, le gouvernement veut également publier "dans les meilleurs délais" un décret concernant l'étiquetage de la viande bovine consommée hors domicile (cantines, restaurants, etc), "qui complètera le dispositif en vigueur".
En outre, le ministre de l'Agriculture, Hervé Gaymard, va proposer "dès cette semaine" à la Commission européenne d'harmoniser au niveau européen "le test sur les animaux âgés de plus de 24 mois et destinés à la consommation".

----------

La France a décidé de lever l'embargo sur le boeuf britannique ce 2 octobre 2002
Dans Le Monde daté du 3 octobre, par Jean-Yves Nau : La France va lever l'embargo sur les viandes britanniques.
Le gouvernement français devait annoncer, mercredi 2 octobre, la levée prochaine de l'embargo qui, depuis trois ans, vise les viandes bovines d'origine britannique considérées comme pouvant être potentiellement contaminées par le prion responsable des formes animale et humaine de la maladie de la vache folle. Assortie de certaines conditions cette décision, très attendue par Londres, devait être prise par l'Hôtel Matignon au terme du Conseil national de sécurité sanitaire. Il a réuni, mercredi, Jean-François Mattei, ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Hervé Gaymard, ministre de l'agriculture, et Renaud Dutreil, secrétaire d'Etat à la consommation.

----------

ESB-Info, le 1er octobre 2002 :
Année 2002 = 193 cas confirmés
35 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
100 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
58 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 1er octobre : En septembre 2002, 14 cas d'ESB ont été déclarés contre 29 en septembre 2001.
Sur les 14 cas d'ESB déclarés en septembre 2002, on compte 3 "supernaïf".

Dans Le Parisien, en ligne le 2 octobre, un article d'Eric Giacometti : La crise de la vache folle est enfin derrière nous.
Après six ans d'interdiction, le boeuf anglais devrait aujourd'hui être autorisé à revenir dans nos assiettes. Le gouvernement doit annoncer la levée de l'embargo, suite à un avis positif émis la semaine dernière par l'Afssa, l'Agence française de sécurité sanitaire.
Dans le même numéro du Parisien, en ligne ce jour :
- Les éleveurs restent vigilants
Pour les éleveurs, l'enjeu de cette décision est considérable. C'est celui du retour à la confiance des consommateurs : avec un taux d'achat de viande de boeuf de - 2 %, c'est déjà (presque) le bonheur comparé aux - 40 % à l'apogée de la crise.
- « Il ne faut plus hésiter à manger de la viande », un entretien avec Jeanne Brugère-Picoux

Dans La Voix du Nord, un dossier en ligne ce 2 octobre : Le retour du beef dans nos assiettes ?
Page réalisée par Joëlle Jacques et Yves Smague
En 1999, un restaurateur français, Pierre-Georges Pauchet, installé en Grande-Bretagne, dans le Suffolk, clamait, devant son pub, sa confiance dans le boeuf britannique.
Dans le même numéro : - Beef contre boeuf ?


Le 1er octobre 2002

Dans la Voix du Nord, le 1er octobre : Beef contre boeuf ?
POURQUOI le beef britannique veut-il à tout prix rejoindre le boeuf français sur les étals de l’Hexagone ?
En 1995, les agriculteurs britanniques ont exporté 274 000 tonnes de leur beef dont 80 000, soit près du tiers, en France. Selon la Meat and Livestock Commission (MLC, la Commission de la viande et du bétail), ce marché a rapporté aux éleveurs d’outre-Manche 281 millions d’euros (1 843 MF). Ce n’est pas rien.

Sur Agrisalon, le 1er octobre : Ris de veau , l'arrêté est paru au JO.
Suite à l'avis favorable de l'AFSSA du 5 septembre dernier, le thymus des bovins ou ris de veau, va, selon les conditions du nouvel arrêté, pouvoir revenir dans nos assiettes.

----------

L'INRA publie, dans le Journal of Molecular Biology du 27 septembre (322(4):799.), sous la signature de Rezaei H, Choiset Y, Eghiaian F, Treguer E, Mentre P, Debey P, Grosclaude J et Haertle T., un article intitulé "Amyloidogenic Unfolding Intermediates Differentiate Sheep Prion Protein Variants" .

----------

Dans le Nouvel Observateur, jeudi 26 septembre 2002  : Elans fous.
Le CWD, équivalent de la maladie de la vache folle chez les cerfs et les élans, continue de se propager dans l’ouest des Etats-Unis.

----------

Brèves

Varsovie, 30 sept. - Un troisième cas d'ESBa été découvert en Pologne, dans le sud-ouest du pays, a annoncé lundi le médecin vétérinaire en chef du pays, Piotr Kolodziej."La vache provenait d'un grand troupeau de la région de Kluczbork (Silésie). Elle descendait d'une mère importée de Pays-Bas qui est toujours en vie et ne présente aucun symptôme de la maladie", a déclaré M. Kolodziej. AFP sur La Recherche.

Angers, 27 sept. - Un cas d'ESB a été détecté à Ecuillé, le neuvième en 2002 dans le département du Maine-et-Loire, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

Prague, 27 sept .- Un troisième cas suspect d'ESB en République tchèque a été découvert sur une vache abattue mercredi à Brno (est), a annoncé vendredi à Prague un porte-parole de l'Administration vétérinaire d'Etat (SVS). AFP sur La Recherche.


Le 27 septembre 2002

Dans Les Echos, Marie-Josée Cougard, le 26 septembre : Budget : sécurité alimentaire et monde rural, priorités de Gaymard.
(....) Les moyens accordés à la recherche sanitaire sont en hausse de 4,4%, en grande partie en faveur de l'Agence de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), qui est également financée par les ministères de la Santé et de la Consommation. L'Agriculture augmente sa contribution à l'Agence de 3,8% à 38,5 millions d'euros en 2003. L'effort d'identification des animaux est maintenu afin de restaurer la confiance du consommateurs après les épisodes de vache folle et de fièvre aphteuse.

La situation de l'ESB en Espagne : 90e cas en 2002

L'ESB en Europe (J. Braakman), statistiques mises à jour du 25 septembre.

Communiqué : Les Verts Européens - Alliance Libre Européenne
Farines animales et déchets de cuisine ; Le Parlement européen demande des règles strictes

----------

Brève

Le gouvernement se prononcera la semaine prochaine sur l'embargo sur le boeuf britannique
Paris, Le gouvernement annoncera en début de semaine prochaine sa décision sur la levée de l'embargo sur la viande bovine britannique, a annoncé jeudi l'Hôtel Matignon. AP sur Yahoo, jeudi 26 septembre 2002


Le 26 septembre 2002

Brèves

Le Commissariat du plan préconise une refonte de la gestion des risques.
Paris, 24 sept - Les pouvoirs publics doivent réviser leur politique d'évaluation et de gestion des risques alimentaires, sanitaires et environnementaux qui "parvient mal" à répondre à l'anxiété des populations, estime le Commissariat général du Plan. AFP sur la Recherche.

Strasbourg (Parlement européen), 24 sept - Le Parlement européen a définitivement approuvé mardi un règlement instaurant des règles de traitement applicables aux sous-produits animaux qui ne sont pas destinés à la consommation humaine.Ce règlement vise à prévenir le recyclage dans la chaîne alimentaire de cadavres d'animaux et interdit également toute forme de "cannibalisme" au sein d'une même espèce animale. AFP sur la Recherche.

----------

Communiqué : "La décision publique face aux risques", mardi 24 septembre 2002
Cultures génétiquement modifiées, maladie de la "vache folle", changement climatique, vaccination contre l’hépatite B, et aussi dangers de la téléphonie mobile ou maladies nosocomiales : nos sociétés sont exposées à des risques mal connus et difficiles à anticiper. Souvent, ces risques font irruption dans le débat social sous forme de crises qui parfois réduisent durablement la confiance de la population dans les gouvernants. On attend de plus en plus des pouvoirs publics qu’ils inventent des méthodes nouvelles pour instruire la décision, débattre avec l’opinion et exercer la vigilance.

Rapport du séminaire "Risques" animé par Michel Matheu : La décision publique face aux risques.

A la Documentation Française : La décision publique face aux risques : rapport du séminaire "Risques" animé par Michel Matheu. France. Commissariat général du plan, Paris; La Documentation française, 2002, 167 p.
Le débat sur les formes que pourrait revêtir une gestion plus ouverte et plus transparente des risques s'ouvre dans trois directions : mettre en oeuvre une instruction contradictoire de la décision qui permette d'entendre les experts venus d'horizons divers, rechercher des compromis négociés qui évitent tant l'excès de prudence, coûteux et nuisible à la croissance, que le risque inconsidéré, menaçant pour les générations présentes et susceptibles de générer des irréversibilités, organiser la traçabilité et procéder à des contrôles garantis par des autorités impartiales. L'ambition du rapport est d'alimenter ce débat de façon à améliorer la capacité collective à organiser cette "société du risque" qu'annonçait Ulrich Beck dès 1986.

Rapport sur le projet commun, approuvé par le comité de conciliation, de règlement du Parlement européen et du Conseil établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux non destinés à la consommation humaine

Sous-produits animaux non destinés à la consommation humaine
Projet commun, approuvé par le Comité de conciliation, de règlement du Parlement européen et du Conseil établissant les règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux non destinés à la consommation humaine.
Procédure : Codécision, troisième lecture
Débat : 23 septembre 2002, Vote : 24.septembre.2002  Le Parlement européen a adopté ce rapport.

----------

Alimentation des animaux : vers une sécurité alimentaire totale.
Le Parlement européen vient d'adopter un règlement qui fixe des règles pour l'alimentation animale, proche de celles adoptées pour l'alimentation humaine.
Le nouveau règlement définit les traitements obligatoires à appliquer aux matières animales exclues de la chaîne alimentaire et prévoit de nouvelles options en matière d'élimination, comme la transformation de ces matières en biogaz, par exemple. Seuls les produits issus d'animaux sains, mis à mort en abattoir, et destinés à la consommation humaine pourront être utilisées dans l'alimentation des animaux. Sur Univers nature.

Dans la Dépêche du Midi, du 25 septembre : Aveyron - La possible levée de l'embargo inquiète les parents.
Du boeuf anglais à la cantine ?
Depuis le 1er janvier 2001, les utilisateurs des cantines scolaires du Grand Rodez et des services hospitaliers sous contrat avec la cuisine centrale de Rodez sont assurés, lorsque le boeuf est au menu, de ne consommer que de la viande française labellisée « Aubrac ». Il n'est pas certain qu'en d'autres circonstances moins tourmentées, l'industrie de la restauration collective précipitée dans la crise de la vache folle ait spontanément souscrit à ce niveau de qualité qui impacte naturellement sur les coûts de production.


Le 25 septembre 2002

Sur Terre-Net, le 24 septembre : Une étude envisage la possibilité de produire du bétail résistant au prion.
Selon une étude dirigée par le professeur Stanley Prusiner (San Francisco), une mutation de la protéine responsable de la maladie de la vache folle et de son équivalent humain, le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, peut aider à prévenir le développement de ces maladies chez le bétail.

L'avis de l'AFSSA du 5 septembre 2002 sur le ris de veau
Avis de l'Agence modifiant l'arrêté du 17 mars 1992 relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs d'animaux de boucherie pour la production et la mise sur le marché de viandes fraiches.

Sur Agrisalon, l'AFSSA libère le ris de veau.
L'AFSSA vient de rendre public son avis rendu le 5 septembre concernant un projet d'arrêté visant à modifier les conditions d’entrée dans la chaîne alimentaire des thymus de bovins

IPSOS, le 23 septembre : La viande de bœuf britannique : quel accueil pour les consommateurs français ?
S’appuyant sur les résultats de l’Observatoire de la sécurité alimentaire, Benoît Tranzer, Directeur Général d’Ipsos Observer, imagine un accueil des consommateurs Français réservé au bœuf britannique, si la levée de l'embargo était confirmée.

Commission Européenne : David Byrne se félicite des nouvelles règles en matière de sous-produits animaux.
Le Commissaire David Byrne, en charge de la santé et de la protection des consommateurs, s'est félicité de l'adoption par le Parlement européen d'un règlement qui contient des règles exposant clairement les traitements obligatoires et autorisés à appliquer aux matières animales exclues de la chaîne alimentaire, ...

L'ESB en Europe : Les statistiques de Jan Braakman mises à jour du 23 septembre.

Sur Agrisalon : 2 nouveaux cas d'ESB chez nos voisins européens.
L'Espagne et la Belgique ont confirmé ce 24 septembre respectivement le 91ème et le 24ème cas d'ESB de l'année 2002.


Le 24 septembre 2002

ESB-Info, le 24 septembre 2002 :
Année 2002 = 191 cas confirmés
35 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
99 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
57 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Washington, 23 septembre (AFP) - Une mutation de la protéine responsable de la maladie de la vache folle et de son équivalent humain, le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ), peut aider à prévenir le développement de ces maladies chez le bétail, selon une recherche américaine à paraître mardi.
L'article signalé par l'AFP est intitulé :"Dominant-negative inhibition of prion replication in transgenic mice". Il est signé de Veronique Perrier, Kiyotoshi Kaneko, Jiri Safar, Julie Vergara, Patrick Tremblay, Stephen J. DeArmond, Fred E. Cohen, Stanley B. Prusiner et Andrew C. Wallace.
Il doit doit paraître ce mardi dans les PNAS.

La France Agricole : Le retour de la viande bovine britannique. L'agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a rendu vendredi un avis favorable à la levée de l'embargo sur la viande bovine britannique.

Plein Champ, le 23 septembre : La Coordination demande le maintien de l’embargo
« Compte tenu de l’impact catastrophique de la levée de l’embargo pour l’élevage bovin et dans l’intérêt des consommateurs », la Coordination Rurale demande le maintien de l’embargo sur les viandes bovines anglaises.

----------

Brève

Tremblante caprine: abattage sélectif de 138 chèvres dans les Deux-Sèvres. Niort, 23 sept (AFP) - Les services vétérinaires des Deux-sèvres ont procédé lundi à l'abattage sélectif d'un total de 138 chèvres sur deux troupeaux de ce département après 5 cas de tremblante caprine, alors que les textes actuels préconisent l'abattage total, a-t-on appris auprès de ces services. AFP sur La recherche


Le 23 septembre 2002

ESB-Info, le 20 septembre 2002 : Année 2002 = 187 cas confirmés
34 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
99 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
54 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Agrisalon, le 20 septembre : 3 nouveaux cas d'ESB confirmés par la DGAL
La Direction Générale de l'Alimentation a enregistré le 20 septembre 3 cas d'ESB, parmi lesquels le 6ème cas détecté en Aveyron.

Agrisalon, le 20 septembre : Un suédois président de l’Agence européenne de sécurité des aliments

Libération du 21 septembre, Philippe Pons : Visa en vue pour le boeuf britannique
Paris rechigne mais pourrait lever prochainement l'embargo.
Prudence, prudence. Alors que l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) vient de donner son feu vert à la levée de l'embargo qui frappait les importations de viande bovine britannique depuis 1996 (Libération de vendredi), le gouvernement semble décidé à prendre son temps.

Le Monde daté du 21 septembre, Jean-Yves Nau : Vache folle : Paris pourrait lever l'embargo sur les viandes britanniques
Les experts français de l'Afssa jugent, dans un avis rendu public vendredi 20 septembre, que leur importation " n'est pas de nature à remettre en cause le niveau de sécurité actuellement garanti au consommateur en France ". Le gouvernement se prononcera dans les dix jours

La Tribune, édition electronique du 20 septembre : L'Afssa favorable à la levée de l'embargo sur le boeuf britannique
Considérant que le niveau de sécurité de la filière bovine britannique s'est nettement amélioré, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments opte pour la levée de l'embargo.

Le Parisien : Allons-nous remanger du steak anglais ?
Petit à petit, les craintes s'estompent dans la crise de la vache folle.
(....) Du côté des associations de consommateurs, la prudence est de mise. « La levée de l'embargo ne doit pas se faire dans la précipitation, il faudra être sûr des contrôles effectués en Grande-Bretagne si les cadences d'exportation se mettent à augmenter dans les mois qui viennent, analyse Marie-José Nicoli, présidente de l'UFC-Que Choisir, le nombre de cas de vaches folles est toujours aussi élevé là-bas, avec sept à dix fois plus de cas de vaches malades que chez nous. »

TF1 : Boeuf anglais, le retour
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments a rendu un avis favorable à la levée de l'embargo français sur la viande britannique. Cet embargo est en vigueur depuis 1996. Le gouvernement prendra une décision dans "un délai maximal de 10 jours".
* L'embargo sur le boeuf aura-t-il un prix ?
* Réactions en France après la levée de l'embargo sur le bœuf britannique
* Les français s'interrogent sur la qualité du bœuf britannique

Le Figaro, Marie-Christine Tabet : L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments se déclare favorable à la levée de l'embargo
Le boeuf britannique bientôt dans nos assiettes. Le steak britannique devrait bientôt retrouver les assiettes françaises après le feu vert donné vendredi par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) à la levée de l'embargo imposé par Paris depuis plus de six ans sur la viande bovine britannique.

----------

Brève

Londres salue l'avis favorable en France et attend la levée de l'embargo
La Grande-Bretagne a salué vendredi l'avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) favorable à la levée de l'embargo sur la viande bovine britannique. Londres attend maintenant la levée par le gouvernement français de cet embargo. "Nous saluons la décision" de l'Afssa, "une très bonne décision, en notre faveur", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère britannique de l'Agriculture, de l'Environnement et des Affaires rurales. AFP sur Voila, le 20 septembre.


Le 20 septembre 2002

Réponse de l'Afssa à la saisine du 13 juin 2002 relative à la sécurité de la viande bovine britannique.
L'afssa rend public ce jour la réponse à la saisine du 13 juin 2002 sur "l'évaluation comparative du risque portant sur la sécurité respective de la viande bovine et des produits bovins britanniques et de la viande bovine et des produits bovins français.
* Méthodologie et questions soumises à l'expertise (note de l'Afssa du 4 juillet)
* Avis du comité d'experts spécialisé sur les encéphalopathies spongiformes subaigues bovines
* Rapport du groupe de travail "Epidémiologie des ESST"
* Conclusions de la réponse de l'Afssa

L'AFSSA rend un avis favorable à la consommation de boeuf britannique. Paris (AP) - L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) a remis au gouvernement un avis favorable à la consommation de boeuf britannique, ouvrant la voie à une levée de l'embargo imposé par la France à la Grande-Bretagne depuis 1996. AP sur Yahoo

Feu vert de l'Afssa à la levée de l'embargo sur le boeuf britannique. Paris (AFP) - L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a rendu vendredi un avis favorable à la levée de l'embargo sur la viande bovine britannique, qui était imposé par la France depuis 1996.
Dans son avis, l'Afssa considère que "la possibilité d'importer des viandes bovines britanniques ne serait pas de nature à remettre en cause le niveau de sécurité actuellement garanti au consommateur en France". AFP sur Yahoo

Le Monde, en ligne le 20 septembre : Vache folle : Paris pourrait lever l'embargo sur les viandes britanniques
Les experts français de l'Afssa jugent, dans un avis rendu public vendredi 20 septembre, que leur importation " n'est pas de nature à remettre en cause le niveau de sécurité actuellement garanti au consommateur en France ". Le gouvernement se prononcera dans les dix jours

Libération du 20 septembre, un article de Julie Lasterade : A nous les petites vaches anglaises!
L'Afssa devrait donner son feu vert à la levée de l'embargo.
Il était interdit de territoire depuis six ans. Le boeuf britannique pourrait faire son come-back sur le sol français. Aujourd'hui, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) devrait annoncer qu'elle n'est pas contre son retour dans l'Hexagone. Si, comme il l'a fait jusqu'à présent, le gouvernement écoutait cet avis, il devrait signer la levée de l'embargo sur la viande britannique. Trois ans après les autres pays européens.
Viande bovine très surveillée
Pour rendre sa viande bovine appétissante aux yeux des pays importateurs, la Grande-Bretagne a mis en place un régime d'exportation en cinq points pour la garantir. C'est le «Dated Based Export Scheme» (DBES).

Dans Les Echos, le 20 septembre, Marie-Josée cougard : L'Afssa favorable à la levée de l'embargo sur le bœuf britannique
Le gouvernement prendra sa décision dans dix jours au plus tard
« A la lumière de (son) analyse (...) , et en l'absence d'information nouvelle pouvant remettre en cause les données (...) , l'Agence considérerait que, désormais, la possibilité d'importer des viandes bovines britanniques ne serait pas de nature à remettre en cause le niveau de sécurité actuellement garanti au consommateur en France .»

Dans le Midi Libre du 20 septembre : Un sixième cas d’ESB dans le département
Un nouveau cas d’ESB (encéphalite spongiforme bovine) a été détecté en Aveyron. Il s’agit d’une vache née en août 1995 (soit avant que les mesures concernant les farines animales soient prises), de race Prim’Holstein, appartenant à un troupeau de 130 bovins installé à Saint-Christophe, dans le canton de Marcillac-Vallon. L’euthanasie dans la ferme a été faite par un vétérinaire en août 2002. De plus, l’animal n’était nullement destiné à la consommation.

AFP, 20 septembre, 08h48. Feu vert de l'Afssa à la levée de l'embargo français sur le boeuf britannique
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a rendu vendredi un avis favorable à la levée de l'embargo sur la viande bovine britannique, qui était imposé par la France depuis 1996.
Dans son avis, l'Afssa considère que "la possibilité d'importer des viandes bovines britanniques ne serait pas de nature à remettre en cause le niveau de sécurité actuellement garanti au consommateur en France".

Dans Le Parisien du 20 septembre : Vache folle. Besoin urgent de tests humains en Grande-Bretagne
Selon des chercheurs qui publient une étude, demain, dans le « British Medical Journal », des tests à grande échelle sur les amygdales sont urgents pour préciser la proportion de Britanniques contaminés par la forme humaine de la maladie de la vache folle.

A lire, l'article de James Ironside et son équipe dans le BMJ (BMJ 2002;325:633-634, 21 September ) qui s'intitule "Urgent need for more research into prevalence of CJD".

Paris, 20 septembre (AFP) - Forme humaine de la vache-folle : urgent besoin de tests à grande échelle.
Des tests à grande échelle sur les amygdales sont "urgents" pour préciser la proportion de la population britannique contaminée par la forme humaine de la maladie de la vache folle, estiment des spécialistes. Ces chercheurs avancent une "première estimation" du nombre de porteurs de l'agent de cette maladie mortelle. Selon eux, plusieurs milliers de Britanniques pourraient être ainsi porteurs sans le savoir, de l'agent du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ). AFP sur La Recherche.

Rodez, 19 septembre (AFP) - Sixième cas d'ESB en Aveyron, l'abattage pourrait être plus sélectif.
Un sixième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la vache folle) a été détecté en Aveyron, a annoncé jeudi la préfecture en précisant que l'éleveur pourrait bénéficier des nouvelles modalités d'abattage sélectif actuellement en discussion. AFP sur La Recherche.


Le 19 septembre 2002

Dans Le Parisien du 19 septembre : Maladie de la vache folle. L'enquête rebondit à Morangis
Les gendarmes de la section de recherche de Paris ont minutieusement perquisitionné, hier matin à Morangis, les bureaux de Districoupe, filiale de Buffalo Grill, qui fournit à cette chaîne de restaurants la totalité de sa viande conditionnée. Les militaires agissent sur commission rogatoire de la juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy, qui enquête depuis deux ans sur les cas de cinq personnes décédées de la maladie de Kreutzfeld-Jacob, dite maladie de la vache folle.

Dans La Dépêche du Midi, du 18 septembre : Lannemezan (65) - Conseil Municipal : Les élus lannemezanais se réunissent, samedi 21 septembre, pour approuver douze dossiers
Premier test de communication pour Ferso Bio
Le dossier Ferso Bio ouvrira les débats du prochain conseil municipal de Lannemezan qui se tiendra samedi 21 septembre, à 10 heures, au premier étage de l'hôtel de ville. Ce chapitre de l'économie locale, baptisé Sovalis - qui se traduit par le projet d'implantation d'une usine d'incinération de farines animales sur le secteur de Lannemezan - soulève, d'ores et déjà, une vague de protestations.


Le 18 septembre 2002

Dans Les Echos, par Marie-Josée Cougard, le 17 septembre : ESB : les experts européens concluent à l'innocuité des boyaux de mouton.
Les boyaux de mouton, utilisés dans la fabrication des saucisses et merguez, sont sans danger pour le consommateur. «Enfin une bonne nouvelle», se félicite la Fédération nationale de l'industrie et des commerces en gros des viandes.

Sur Plein Champ, le 17 septembre : Les boyaux de mouton sans risque.
Les boyaux de mouton ne présentent pas de risque de contamination par l'encéphalite spongiforme bovine, a conclu le Comité scientifique directeur de l'Union européenne lors de sa dernière session du 12-13 septembre.


Le 17 septembre 2002

Bruxelles, le 17 septembre 2002 : ESB: Conclusion du Comité scientifique directeur.
Lors de sa réunion des 12 et 13 septembre 2002, le Comité scientifique directeur (CSD) a examiné les données les plus récentes relatives à la sécurité, au regard de l'ESB, des boyaux de mouton et a conclu qu'il n'y avait aucune preuve supplémentaire nouvelle justifiant l'inclusion éventuelle des boyaux de mouton dans la liste des matériaux à risques spécifiés.

Sur Agrisalon : Sursis pour les boyaux de mouton.
Lors de sa réunion des 12 et 13 septembre 2002, le Comité scientifique directeur européen (CSD), après examen des données les plus récentes relatives à la présence éventuelle de l'agent pathogène de l'ESB dans les boyaux de mouton, a conclu qu'il n'y avait aucune preuve supplémentaire nouvelle justifiant l'ajout des boyaux de mouton dans la liste des matériaux à risques spécifiés.
L'avis mentionné ci-dessus est disponible, mais en anglais, sur le site de la DG XXIV à Bruxelles :
Complement to the SSC opinion of 4-5 April 2002 on safe sourcing of small ruminant materials (with special reference to the safety with regard to BSE risks of sheep intestines and casings), adopted on 12-13 September 2002.
Sur le même site on trouve également les documents suivants :
Updated opinion on the safety with regard to TSE risks of gelatine derived from ruminant bones or hides (adopted on 12-13 September 2002).
Opinion on the implications of the recent papers on transmission of BSE by blood transfusion in sheep (Houston et al, 2000; Hunter et al, 2002), adopted on 12-13 September 2002.

Sur Terre-Net, le 17 septembre : Tremblante caprine - Une réglementation à revoir.
Les cas de tremblante caprine qui ont touché dernièrement différents cheptels hexagonaux ont mis en évidence les conséquences disporportionnées de la réglementation et le manque d'études et de connaissances sur cette forme d'encéphalopathie.

----------

AESA/EFSA : Questions et Réponses concernant l'Autorité européenne de sécurité des aliments.

Le métier d'éleveur sur TF1
À partir du 16 septembre et jusqu'en décembre, TF1 diffusera avant le journal de 20 heures une série de 60 courts métrages intitulés "Métiers de campagne, portraits d'éleveurs".
Le CIV (Centre d'information des viandes) et le CIDIL (Centre de documentation et d'information laitière) ont collaboré à la préparation technique de ces émissions.


Le 16 septembre 2002

Dans Institut de l'Elevage Hebdo, période du 10 septembre au 13 septembre 2002, à lire notamment :
Eradiquer la tremblante du mouton par la sélection génétique

ESB : l'abattage pourrait être limité à la cohorte
Nutrition animale : un guide pour reconquérir une image positive au sein de la chaîne alimentaire

----------

Sur Radio Intensité, vendredi 13 septembre 2002 : ESB : l'Etat et le Département d'Eure-et-Loir au secours des frères Hardy.
L’affaire de la vache folle qui avait éclaté cet été à Ressuintes, dans l’élevage des frères Hardy, va bientôt trouver son épilogue. Rappelons que 92 bêtes avaient été abattues après la découverte d’un cas d’ESB.
Après de multiples réunions en préfecture de Chartres, l’État a consenti des efforts financiers importants, « au-delà des barêmes imposés », a précisé le sous-préfet de Dreux.


Le 13 septembre 2002

Bruxelles, le 12 septembre 2002 : Le conseil d'administration de la nouvelle Autorité européenne de sécurité des aliments se réunira pour la première fois la semaine prochaine.
La première réunion du conseil d'administration de la nouvelle Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) se tiendra les 18 et 19 septembre prochains à Bruxelles. Elle sera principalement consacrée à l'approbation des règles de fonctionnement du conseil et à la nomination de ses président et vice-président. La mise en place de la nouvelle autorité contribuera grandement à garantir que les futures décisions de l'Union en matière de sécurité alimentaire reposent sur les données scientifiques les plus récentes et les plus fiables provenant d'Europe et du reste du monde. La tâche initiale la plus importante du conseil d'administration au cours des prochains mois consistera à nommer le directeur exécutif, qui sera responsable de la gestion quotidienne de l'autorité.

Dans Le Bien Public, le 12 septembre : L'AFSSA étudie la possibilité d'instaurer une politique d'abattage partiel des troupeaux quand un cas de vache folle est découvert.

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne : L'abattage sélectif bovin : Une victoire pour les éleveurs et la Confédération Paysanne.
La Confédération Paysanne se félicite de la décision d'abattage sélectif des troupeaux que le Gouvernement s'apprête à prendre.
Le Gouvernement rejoint la revendication de la Confédération Paysanne en s'apprêtant à prescrire seulement l'abattage d'une cohorte au sein d'un troupeau atteint d'ESB. Cohorte constituée de l'animal et ses descendants, des bovins nés 12 mois avant la naissance de l'animal malade et ceux nés dans les 12 mois suivants.

Un an après, le point sur l'ESB au Japon, un article en anglais sous le titre "A year after, BSE blues" dans le quotidien japonais Asahi Shimbun.


Le 12 septembre 2002

Une publication scientifique, en anglais dans European Journal of Neurology de septembre 2002 (Volume 9, Issue 5, Page 457) est signée par P. Beaudry, P. Parchi, K. Peoc'h, P. Desbordes, J.-F. Dartigues, A. Vital, C. Vital, S. Capellari, P. Gambetti, N. Delasnerie-Lauprêtre, J. Y. Mary et J.-L. Laplanche. Elle s'intitule : "A French cluster of Creutzfeldt-Jakob disease : a molecular analysis". Le résumé, en anglais est en ligne sur le site de la revue.
L'équipe de Jean-Louis Laplanche a analysé trois cas de MCJ : deux sont apparus en 1998 dans le même village ; le troisième date de 1995 et a été diagnostiqué dans un village voisin. L'analyse ne permet pas de faire apparaître une possibilité de contamination d'origine identique pour ces trois cas.

Sur Agrisalon, le 12 septembre. Dans le cadre du SPACE 2002, Isabelle Palhière de la station d'Amélioration génétique des animaux de l'INRA-Toulouse, a fait le point sur l'état des connaissances en matière d'éradication de la tremblante du mouton par la sélection génétique et sur l'application aux populations ovines.
Texte de la conférence tenue au SPACE de Rennes le 11 septembre 2002

----------

Caen, 11 sept - La préfecture du Calvados a réuni mercredi les principaux protagonistes concernés par un projet de stockage de farines carnées à Fierville-Bray (Calvados), projet pour lequel la date de début de l'enquête publique est fixée au 23 septembre, a-t-on appris auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

----------

Commission européenne, Bruxelles, le 10 septembre 2002 : Élargissement de l'Union européenne : questions et réponses sur la sécurité alimentaire.
La sécurité alimentaire fait partie intégrante de la politique de l'Union européenne en matière de santé et de protection des consommateurs. Son approche "de la ferme à la table" doit donc aussi être adoptée par les pays candidats à l'adhésion. Le défi à relever est de taille. Des progrès ont été accomplis à cet effet mais des efforts restent à faire.
Extrait :
L'ESB pose-t-elle un problème particulier aux pays candidats ?
Tous les pays candidats reconnaissent que le risque d'ESB est réel et mettent en œuvre graduellement des mesures de gestion de ce risque. Ils se sont tous déclarés d'accord pour se conformer pleinement à l'ensemble de la législation communautaire au moment de l'adhésion. Cela implique une surveillance active de l'ESB, le retrait des MRS de la chaîne alimentaire lors de l'abattage, la mise en œuvre effective des interdictions d'utiliser des farines animales et des systèmes d'identification des bovins et des produits d'origine bovine.
Huit pays ont déjà lancé des tests de dépistage à grande échelle de l'ESB et les autres prévoient de commencer ces tests pour la fin de 2002. Certains pays ont toutefois demandé de bénéficier de périodes transitoires pour se conformer aux dispositions relatives au traitement des déchets animaux.
Pour ce qui est de l'exercice d'évaluation du risque géographique d'ESB, les pays qui ont fait l'objet d'évaluations jusqu'à présent ont été classés au niveau III (présence probable ou confirmée de l'ESB à un faible niveau). C'est le cas de la Slovénie, de la République tchèque, de la Slovaquie, de Chypre, de la Hongrie et de la Lituanie, de l'Estonie, de la Pologne et de la Roumanie. Quatre de ces pays (République tchèque, Slovaquie, Slovénie et Pologne) ont trouvé un ou plusieurs cas confirmés d'ESB.
David Byrne, Commissaire en charge de la santé et de la protection des consommateurs, a écrit à plusieurs pays candidats pour leur faire part des inquiétudes suscitées par leur situation actuelle et de la nécessité de procéder d'urgence à des améliorations. Aucun compromis n'est possible à ce sujet.

----------

Sur Agrisalon, le 11 septembre : Sécurité alimentaire et élargissement .
La sécurité alimentaire fait partie intégrante de la politique de l'Union européenne en matière de santé et de protection des consommateurs. Son approche "de la ferme à la table" doit donc aussi être adoptée par les pays candidats à l'adhésion.


Le 11 septembre 2002

L'INRA publie :

Dans Biochemistry de septembre 2002 Sep (41(36):11017-24), un article signé de P K Nandi, E Leclerc et D Marc, intitulé : "Unusual property of prion protein unfolding in neutral salt solution". L'article est en ligne sur le site de la revue.

Dans le Journal of Molecular Biology de septembre 2002 (322(1):153), un article signé de P Nandi, E Leclerc, J Nicole et M Takahashi, intitulé : "DNA-induced Partial Unfolding of Prion Protein Leads to its Polymerisation to Amyloid"

----------

ESB-Info, le 10 septembre 2002 :
Année 2002 = 184 cas confirmés
34 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
98 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
52 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Un nouveau cas d'ESB confirmé dans le Maine-et-Loire. La DGAL a enregistré le 10 septembre le 8e cas d'ESB détecté en 2002 dans le département du Maine-et-Loire. Sur Agrisalon.

----------

Brève

Tokyo, 10 sept - Un groupe d'éleveurs japonais portera plainte en octobre contre le gouvernement japonais pour réclamer des indemnités en raison des pertes subies à cause de la crise de la vache folle qui sévit dans le pays depuis l'automne 2001, a indiqué une agence mardi.Il s'agit du premier recours de ce type depuis l'apparition en septembre de l'an passé d'un premier cas d'ESB, selon l'agence de presse Kyodo, qui cite des sources agricoles. AFP sur La Recherche.


Le 10 septembre 2002

Premier cas d'ESB chez une Salers dans le Cantal, berceau de la race.
Aurillac, 9 sept - Cent cinquante vaches Salers  et Aubrac ont été abattues lundi matin, à la suite de la découverte du premier cas d'ESB chez une salers dans le Cantal, berceau de cette race à viande, a-t-on appris auprès de la préfecture du Cantal. (....) Cent cinquante des quelque 200 vaches du troupeau auquel appartenait la bête malade, en majorité des Salers mais aussi vingt-deux Aubrac, nées avant le 1er janvier 2002, ont été abattues lundi matin dans un centre d'équarrissage d'Agen (Lot-et-Garonne), selon la DDSV. AFP sur La Recherche.

Communiqué de la préfecture du Maine-et-Loire, le 9 septembre : Un nouveau cas d'ESB en Maine-et-Loire à Saint-Saturnin-sur-Loire. L'animal atteint, une vache de race Prim'holstein née en octobre 1996, fait partie d'un troupeau de 167 bovins à Saint-Saturnin-sur-Loire dont 149 seront abattus ultérieurement.

Aujourd'hui, à Rennes, ouverture du SPACE, le Salon des productions animales en France. Au programme Jeudi , 10 h-12 h 30, salle B Club Internaltional : Lancement du Guide de Bonnes Pratiques de la fabrication d'aliments composés (SYNCOPAC et SNIA).


Le 9 septembre 2002

Brève

Paris, le 8 septembre - Le ministère de l'agriculture a soumis en fin de semaine à l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) un projet d'arrêté destiné à assouplir une nouvelle fois l'abattage des troupeaux en cas de découverte de cas de vache folle, a-t-on appris dimanche auprès des services du ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard. AP sur Yahoo.

----------

ESB-Info, le 6 septembre 2002
Année 2002 = 183 cas confirmés
34 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
98 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
51 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Dans Le Télégramme du 9 septembre : Space de Rennes. Un salon sur fond de crises agricoles.
Un dossier réalisé par Frédérique Le Gall et Yves Drévillon avec , en particulier, un article intitulé :"Viande bovine. Un secteur fragilisé".
La viande bovine est un secteur clé de l'économie bretonne. La Bretagne représente 13 % du cheptel bovin et 20 % des abattages français. C'est aussi la première région française pour le veau de boucherie avec 600 000 veaux produits par an Au total 25 000 éleveurs produisent de la viande bovine dont un bon millier est spécialisé.

SPACE : à l'occasion du Salon de la Production Agricole-Carrefour Européen 2002, qui se tient à Rennes, une équipe de l'INRA interviendra le mercredi 11 septembre, de 14h à 16h, "Espace Région Bretagne ", salle n° 2 :
Eradication de la tremblante du mouton par la sélection génétique : état des connaissances et application aux populations ovines, présentée par Isabelle Palhière de la Station d'amélioration génétique des animaux de l'INRA de Toulouse.

Sur Agrisalon, le 7 septembre : Nouveau décret concernant l'étiquetage en alimentation animale .
Un décret publié au Jo du 7 septembre vient modifier le décret du 15 septembre 1986. Ce décret modifie les conditions d'étiquetage, de conservation des aliments composés et élargit les compétences réglementaires au Ministère de la Santé

----------

Brèves

Paris, 7 sept - L'AFSSA étudie la possibilité d'instaurer une politique d'abattage partiel des troupeaux quand un cas de vache folle est découvert, a-t-on appris samedi au ministère de l'Agriculture. AFP sur La Recherche.

Tokyo, 6 sept - Les autorités japonaises ont annoncé vendredi que 37 vaches allaient être abattues d'une ferme de la région de Tokyo où un cinquième cas de maladie de la vache folle avait été détecté en août, par crainte qu'elles ne soient elles aussi malades. AFP sur La Recherche.

Annecy, 6 sept - Deux nouveaux cas d'ESB ont été détectés en Haute-Savoie, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 6 septembre 2002

A l'occasion du Salon de la Production agricole-Carrefour européen 2002, qui se tient à Rennes, une équipe de l'INRA interviendra le mercredi 11 septembre, de 14h à 16h, "Espace Région Bretagne ", salle n° 2, sur :
Eradication de la tremblante du mouton par la sélection génétique : état des connaissances et application aux populations ovines, présentée par Isabelle Palhière de la Station d'amélioration génétique des animaux de l'INRA de Toulouse.

La Vach'mag de septembre est en ligne, c'est le bulletin des "adorateurs de la vache".

----------

Brèves

Tokyo, 6 sept - Les autorités japonaises ont annoncé vendredi que 37 vaches allaient être abattues d'une ferme de la région de Tokyo où un cinquième cas de maladie de la vache folle avait été détecté en août, par crainte qu'elles ne soient elles aussi malades. AFP sur La Recherche.

Annecy, 6 sept - Deux nouveaux cas d'ESB ont été détectés en Haute-Savoie, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

----------

AFSSA, le 5 septembre : communiqué rectificatif d'un résultat dans le cadre du dépistage de l'ESB : l'AFSSA indique que le bovin né en mars 1999 annoncé comme positif (....) s'avère négatif.

Sur Agrisalon, le 6 septembre : Dans le département de l'Ardèche, la vache croisée née en mars 1999, annoncée, le 1août dernier, comme positive, s’avère négative pour la recherche de l’ESB, indique l’AFSSA dans une communication en date du 5 septembre.

Dans la Dépêche du Midi, le 5 septembre : Ariège - Vache Folle : Un taureau de race limousine premier cas ariégeois confirmé. Cent dix mille bovins parfaitement sains.
Le premier cas avéré d'ESB de l'Ariège est donc confirmé. L'animal concerné était un taureau de race limousine appartenant à une exploitation agricole de la Basse Ariège, âgé de 6 ans et demi. Porteur de la maladie sans en présenter les symptômes cliniques (les fameux signes extérieurs qui traduisent la perte d'équilibre et les difficultés motrices de l'animal), le taureau victime de l'ESB doit rester un cas isolé, qui ne traduit pas une situation de péril pour le cheptel ariégeois. Et encore moins pour la santé publique alimentaire départementale.

----------

Le 5 septembre 2002

Les entreprises des filières viandes ne veulent pas être victimes des arbitrages budgétaires.
Communiqué de presse en ligne sur le site MHR-Viandes, communiqué conjoint de : FNCBV - FNICGV - FNEAP - SNIV - SNCP - FIA.

----------

Dans Le Télégramme du 5 septembre, un article de Frédérique Le Gall : Farines animales. L'Etat dégraisse ses aides.
La prise en charge par l'Etat du coût du stockage et de la destruction des farines et graisses animales a du plomb dans l'aile. La décision gouvernementale de revoir à la baisse, prochainement, son régime d'indemnisation suscite déjà de vives réactions dans le monde de l'industrie des viandes.

Sur Agrisalon, le 4 septembre : Les entreprises de la filière viande refusent d'être "les victimes" des arbitrages budgétaires.
Dans un communiqué commun l'ensemble des entreprises de la filière viande s'insurge contre la baisse de 75% des indemnisations qui ont fait suite à l'interdiction des farines animales et demande au gouvernement de revoir sa copie.

Dans la Dépêche du Midi du 4 septembre, un article de Christophe Lachaise : Ariège - La maladie frappe dans un troupeau de limousines.
Premier cas de vache folle.

Dans Les Echos : Un cas de vache folle identifiée chez un animal anglais né en 1998.
Une vache «folle» née le 21 juillet 1998, soit près de deux ans après le renforcement des mesures de contrôles sur l'alimentation animale, l'abattage et le retrait de la chaîne alimentairedes bovins de plus de 30 mois, a été découverte en Grande-Bretagne, indiquent les autorités britanniques.

Dans Les Echos du 4 septembre : UE : L'agriculture ne consomme pas les crédits qui lui sont alloués.
Malgré la crise de la vache folle, l'agriculture européenne n'a jamais consommé son enveloppe budgétaire depuis la réforme actée en 2000 par les Accords de Berlin.

----------

Brève

Paris, 4 septembre - L'industrie de la viande s'inquiète de la prochaine suppression de l'indemnisation versée par l'Etat aux équarrisseurs et qui va se traduire par un surcroît de charges pour la filière et une hausse des prix de la viande, selon un communiqué diffusé vendredi. AFP sur Terre-Net.


Le 4 septembre 2002

ESB-Info, le 3 septembre 2002
Année 2002 = 181 cas confirmés
34 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
95 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
52 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 4 septembre : La DGAL a enregistré 3 nouveaux cas d'ESB le 3 septembre, parmi lesquels le premier cas détecté dans le département de l'Ariège.

Sur Agrisalon, le 3 septembre : Traces de moelle épinière sur du boeuf importé de France et d'Allemagne, découvertes en Grande-Bretagne.
L'agence britannique de sécurité alimentaire (FSA), annonce ce 3 septembre la découverte de traces de moelle épinière sur des quartiers de viande provenant de l'abattoir Soviba de Saint-Maixent

Sur Agrisalon, le 3 septembre : Un nouveau cas d'ESB en Suisse.
L'OVF, l'Office vétérinaire fédéral suisse confirme ce 3 septembre un 14ème cas d'ESB en 2002.

----------

Les statistiques du vMCJ en Grande-Bretagne du mois de septembre font apparaître un total de 127 cas (Total number of definite or probable vCJD (dead and alive): 127)

Le New York Times du 3 septembre évoque l'augmentation des cas de la Maladie de Dépérissement Chronique (http://vetolavie.chez.tiscali.fr/bse/details/essentiel/rang2/cwd.htm), une maladie à prion qui touche certains cervidés aux Etats-Unis. Un article en anglais signé de Sandra Blakeslee.(Brain Disease Rises in Deer, Scaring Hunters)

----------

ESB-Info, le 30 août :
Année 2002 = 178 cas confirmés
34 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
93 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
51 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Institut de l'élevage, l'hebdo. Au sommaire, notamment :
ESB : 687 cas recensés en 10 ans
Ofival : Statistiques sur les primes animales
Alimentation animale, la réglementation apparaît, globalement, bien appliquée

----------

Brèves

Dans le Télégramme du 2 septembre : Un sixième cas d'ESB a été détecté début août, dans le Cantal, a-t-on appris hier auprès de la préfecture. L'animal est une vache laitière de race Prim'holstein, née en 1995 en Bretagne et acquise par l'éleveur en 1998.

Beauvais, 30 août - Un cas d'ESB a été décelé à la mi-août à Mennerval (Seine-Maritime), a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture de l'Oise, département où se trouve une partie du cheptel. AFP sur La Recherche.


Le 30 août 2002

Sur Terre-Net : Tremblante caprine - Dans un communiqué du 23 août, la Confédération paysanne réaffirme "son opposition à tout abattage systématique de troupeau" en cas de tremblante caprine, une mesure qu'elle juge "brutale" et "sans réelle justification scientifique".

----------

Dans Le Parisien du 30 août : Un nouveau cas d'ESB près de Songeons.
L'Oise enregistre officiellement depuis hier son cinquième cas de vache folle. Un cas plutôt à part, puisque l'animal en cause, une vache laitière de race prim'holstein de près de six ans, n'a pas vécu dans l'Oise, mais porte une immatriculation oisienne.


Le 29 août 2002

Ambassade de France en Allemagne : L'Allemagne face à la crise de la vache folle.
Un rapport d'août 2002, de Philippe Gonin, 6 pages, disponible gratuitement au format PDF (envoyé par courriel).

Le 80e cas d'ESB en Espagne pour l'année 2002 est un animal né en mars 1997.

----------

Brève

Rome - Un 71e cas de la maladie de la vache folle a été diagnostiqué en Italie, sur un bovin de la région de Reggio Emilia, dans le Nord. AP sur Yahoo.


Le 28 août 2002

C'est à lire dans le quotidien Sud Ouest du 28 août, un article de Rémi Monnier intitulé "On brûle bien les taureaux".
Face aux menaces de la maladie de la vache folle, les taureaux des corridas de Bayonne sont voués à l'équarrissage. Parce qu'ils sont nés au Portugal...

----------

Dans le revue Vetrinary Reseach Communications (2002 , juin, 26(4), 263-71) est parue une communication scientifique britannique intitulée : "Studies on the putative interactions between the organophosphorus insecticide Phosmet and recombinant mouse PrP and its implication in the BSE epidemic", dont le résumé annonce que ce travail met sérieusement à mal la thèse de M.Purdey sur l'influence du Phosmet dans l'apparition d' ESB en Grande-Bretagne.

Sur Agrisalon, le 27 août : 4 cas d'ESB confirmés par la DGAL, dont un supernaïf.
La DGAL, Direction générale de l'alimentation, a enregistré, le 27 août 2002, 4 nouveaux cas d'ESB, ce qui porte à 175 le nombre de cas détectés depuis le début de l'année.

Dans la Dépêche du Midi, le 27 août : Lannemezan (65) - Les élus de La Barthe-de-Neste souhaitent un débat public sur l'incinération des farines animales.
Le projet Ferso-Bio sous certaines conditions.
Le projet Ferso-Bio, une usine d'incinération de farines et de matières crues d'origines animales (basée au Passage, près d'Agen), a refait surface sur le Plateau.


Le 27 août 2002

----------

ESB-Info, le 27 août 2002 :
Année 2002 = 175 cas confirmés
34 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
90 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
51 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Financement pour mettre sur le marché un test de dépistage de la maladie du dépérissement chronique.
Denver (États-Unis), 21 août 2002 - GeneThera, Inc. a annoncé qu'elle avait obtenu un engagement de la part de BioTech Research Fund (....) relativement à une ligne de crédit de 1 million de dollars qui servira à financer le processus de validation continu ainsi que la mise en marché de son test de la maladie du dépérissement chronique. Le Bulletin des agriculteurs.

----------

Brève

Onzième cas d'ESB en Slovaquie, 11 animaux seront abattus.
Bratislava, 26 août - Le onzième cas d'ESB), dépisté mercredi dernier sur une vache de douze ans provenant d'une ferme située à Hostovce près de Nitra (Ouest), a été confirmé par une nouvelle analyse, a annoncé lundi l'agence Tasr. AFP sur La Recherche.

----------

La chronique de Jean-Yves Nau sur Médecine Hygiène : Du veau sous la mère aux poissons maritimes.
Avouons-le sans fard. Tenir la chronique hebdomadaire de la vache folle n’est pas toujours affaire aisée. Une actualité fadasse ; des problématiques salement récurrentes ; plusieurs questions scientifiques de la plus haute importance toujours – et sans doute pour longtemps – insondables ; une hésitation grandissante quant aux scénarios des décennies à venir. Comment avancer dans un tel paysage ? Comment écrire sans s’interroger sur la possible lassitude de celui qui nous lit ? Maintenir le même rythme ? Ne plus écrire que lorsque l’actualité, ce tyran, le commandera ? Ecrire en marge, faire le pari de l’étrange, de la poétique, du bizarre ?

L'ESB en Europe : mise à jour des statistiques le 25 août 2002.

----------

Brève

Tokyo, 22 août - Un cinquième cas de vache folle sur un animal de l'espèce Holstein âgé de 80 mois, abattu à Tokyo, a été découvert à la suite d'un test, a annoncé jeudi le ministère japonais de la Santé. AFP sur la Recherche.


Le 22 août 2002

ESB-Info, le 21 août 2002 :
Année 2002 = 171 cas confirmés
33 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
89 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
49 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

L'ESB en Europe, les statitiques de J. Braakman. Mise à jour le 20 août.

Terre-Net, le 20 août

Royaume-Uni - Evolution de l'ESB.
La lettre d'information de l'Office de la viande de Grande-Bretagne (MLC) et de British Meat, datant de juillet-août 2002, fait le point sur l'évolution de l'ESB, les plans d'abattage et l'évolution de la maldie de Creutzfeldt-Jakob au Royaume-Uni.

----------

Brève

Berne - Les exportations de bovins suisses sur pieds ne redémarrent que lentement. De plus en plus de pays rouvrent leurs frontières, mais cela ne suffit pas à compenser la crise de la vache folle, les restrictions aux importations et les frais d'exportation. Edicom, le 20 août.


Le 21 août 2002

ESB-Info, le 20 août :
Année 2002 = 170 cas confirmés
33 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
88 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
49 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Au Journal officiel du 20 août, publication de l'Arrêté du 12 août 2002 modifiant l'arrêté du 10 août 2001 relatif à l'interdiction d'importation de certains tissus de ruminants à risques au regard des encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles destinés à l'alimentation humaine.

----------

Brèves

La DGAL a enregistré, le 20 août 2002, 6 nouveaux cas d'ESB, ce qui porte à 170 le nombre de cas détectés depuis le début de l'année. Agrisalon.

Mont-de-Marsan, 20 août - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la vache folle) a été détecté dans les Landes, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

Périgueux, 20 août (AFP) - Un troisième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la vache folle) a été détecté en Dordogne, a annoncé mardi la préfecture de ce département. AFP sur La Recherche.


Le 20 août 2002

Brèves

Un arrêté paru au JO du 20 août modifie l'arrêté du 10 août 2001 relatif à l'interdiction d'importation de certains tissus de ruminants à risques au regard des encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles destinés à l'alimentation humaine. Agrisalon, le 20 août .

Nouveau cas d'ESB confirmé en Suisse. L'OVF, Office Vétérinaire Fédéral suisse a enregistré le 13e cas d'ESB découvert dans le pays en 2002. Agrisalon, le 20 août.

----------

L'Allemagne a enregistré son 200e cas d'ESB, le 68 éme de l'année 2002.

L'Espagne a enregistré 75 cas d'ESB en 2002 , l'Irlande 213 alors que la France en était à 164 cas le 13 août .

----------

Lu dans Le Parisien de ce jour
TF 1, 20 h 55/ mardi 20 août : « La Vache et le Président » tout en bons sentiments.
Lucas, un jeune garçon de 8 ans, orphelin de mère, vit seul avec son père, Romain, éleveur de vaches en Bretagne. L'une des bêtes du troupeau présente les symptômes de la maladie de la vache folle. Le vétérinaire condamne à mort tout le troupeau, y compris Maeva, la vache écossaise pour laquelle Lucas s'est pris d'affection. Celui-ci n'accepte pas cette injustice et demande à sa voisine, une journaliste au « grand coeur », de l'aider... Les voilà en route pour la capitale, certificats médicaux en poche, prêts à demander au président de la République la grâce de Maeva.

----------

Brève

Grenoble, 19 août - Trois nouveaux cas d'ESB ont été détectés dans l'Isère, a-t-on appris, lundi, auprès des services vétérinaires de ce département. AFP sur La Recherche.


Le 19 août 2002

Brèves

Copenhague, 15 août - Les autorités vétérinaires danoises ont annoncé jeudi un dixième cas de vache folle portant sur une vache exportée le 17 août 2001 au Portugal, et qui s'est avérée atteinte de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). C'est le 10e cas de vache folle au Danemark. AFP sur La Recherche.

Le-Puy-en-Velay (Haute-Loire), 15 août - Un nouveau cas d'ESB a été détecté en Haute-Loire, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 15 août 2002

ESB-Info,  le 13 août 2002, :
Année 2002 = 164 cas confirmés
33 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
83 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
48 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 14 août : Premier cas d'ESB sur un bovin né en 1999.
La DGAL a enregistré, à la date du 13 août 2002, 3 nouveaux cas d'ESB, dont le premier supernaïf né en 1999.

Par Jean-Yves Nau, dans Le Monde daté du 11 août : Selon une étude britannique, la maladie de la vache folle peut se transmettre par le sang, La France affirme avoir prévenu ce risque.
C'était une crainte, c'est désormais une certitude : le prion pathologique responsable des formes animale et humaine de la maladie de la vache folle peut, dans certaines conditions, se transmettre par voie sanguine. La démonstration vient d'en être apportée par un groupe de chercheurs britanniques. Révélés par The Guardian, samedi 3 août, ces résultats ont conduit le ministère britannique de la santé à annoncer qu'il pourrait bientôt prendre de nouvelles mesures destinées à prévenir le risque de contamination interhumaine.

----------

Brèves

Toronto, 8 août - La maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) liée au nouveau variant de cette pathologie a fait un mort au Canada, a annoncé jeudi le département de la santé en précisant qu'il s'agissait du premier décès dans le pays résultat de cette forme de maladie neurodégénératives mortelles. AFP sur La Recherche.

Le ministère de la santé canadien confirme, dans un communiqué, qu'une autopsie réalisée sur un patient ayant fait plusieurs séjours en Grande-Bretagne, a permis aux spécialistes de confirmer le diagnostic de la variante de la MCJ. Agrisalon, le 8 août.  

----------

La chronique de Jean-Yves Nau sur Médecine Hygiène : De Toulon à Fondettes (Indre-et-Loire)
Le temps passe-t-il ? L’été 2002 s’installe dans la canicule ; la torpeur gagne ; les mêmes questions taraudent. Nous rentrons de Toulon où vient de se tenir le symposium international consacré au VIH et aux maladies émergentes, organisé par le docteur Alain Lafeuillade.

Dans Le Quotidien du Médecin du 25 juillet : Prions : une voie de prophylaxie après contamination
Dans le Lancet, une équipe allemande envisage une prophylaxie postexposition à l'agent prion infectieux, basée sur une stimulation de l'immunité naturelle par des oligodéoxynucléotides CpG.


Le 8 août 2002

Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS ) : Risque ESST et produits sanguins
Dans le cadre de la veille sanitaire vis à vis du risque des encéphalopathies spongiformes transmissibles (ESST) et en particulier du risque du variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (v-MCJ) et produits sanguins, l’AFSSAPS apporte les informations suivantes :
Un groupe d’experts de l’Agencea procédé en décembre 2000 à une analyse du risque de transmission du v-MCJ par les produits sanguins. Cette évaluation prenait notamment en compte les résultats préliminaires d’une étude publiée en septembre 2000, mettant en évidence la transmission, par voie sanguine, de l’agent bovin (ESB) dans un modèle ovin.

ESB-Info, le 6 août :
Année 2002 = 161 cas confirmés
33 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
81 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
47 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 6 août :: La Direction générale de l'alimentation du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales a enregistré, ce 6 août 2002, 2 nouveaux cas d'ESB.

Au Journal officiel du 6 août, Arrêté du 31 juillet 2002 établissant des mesures particulières applicables à certains produits d'origine bovine expédiés du Portugal.

Sur Agrisalon, le 6 août : La viande bovine portugaise interdite en France.
Un arrêté paru au Jo du 6 août interdit l'introduction en France de viandes fraîches, de viande! s hachées, de préparations de viandes et de produits à base de viande obtenus à partir de bovins ayant été abattus au Portugal.

Sur Agrisalon, le 6 août : Un nouveau cas d'ESB confirmé en Suisse.
L'OVF, Office vétérinaire fédéral suisse confirme ce 6 août 2002, le 12ème cas d'ESB détecté cette année dans la Confédération.

----------

Brève

La maladie de la vache folle purrait être transmise par le sang, selon une nouvelle étude britannique.
Londres - Le gouvernement britannique a annoncé samedi qu'il envisageait d'interdire aux personnes ayant subi une transfusion sanguine de donner leur sang, après la publication d'une nouvelle étude apportant de nouvelles preuves selon lesquelles la forme humaine de la maladie de la vache folle pouvait être transmise par le sang. AP sur Yahoo.


Le 7 août 2002

Londres, 3 août (AFP) - Le risque de contracter la forme humaine de la maladie de la vache folle (le variant Creutzfeldt-Jakob, MCJ) lors d'une transfusion sanguine est "bien plus élevé qu'on ne le soupçonnait", a rapporté samedi le Guardian."Les résultats de tests effectués sur des brebis suggèrent que le risque est bien plus élevé qu'on ne le soupçonnait", écrit en première page le quotidien en rappelant que le gouvernement avait qualifié jusqu'à maintenant ce risque de purement "théorique".Une brebis sur six ayant subi une transfusion de sang infecté développe la maladie, selon les tests effectués par l'Institute of Animal Health, ce qui permet de qualifier le risque pour l'homme de "considérable", selon le Guardian. AFP sur La  Recherche.

Plus d'infos en anglais  :
- The Guardian : Tests reveal CJD blood risk, James Meikle, health correspondent, Saturday August 3, 2002
- Transmission of prion diseases by blood transfusion", contributed by Nora Hunter, James Foster, Angela Chong, Sandra McCutcheon, David Parnham, Samantha Eaton, Calum MacKenzie & Fiona Houston.

----------------

Mise à jour des données du Réseau national de surveillance de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob et maladies apparentées. (1er août 2002)

----------------

Sur Agrisalon, le 31 juillet : 21 cas d'ESB enregistrés en juillet en France.
La Direction générale de l'alimentation du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales a enregistré, 21 cas d'ESB du 2 au 30 juillet, parmi lesquels on compte 7 supernaïf.


ESB-Info du 30 juillet :
Année 2002 = 159 cas confirmés
33 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
79 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
47 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 31 juillet : 21 cas d'ESB enregistrés en juillet en France.
La Direction générale de l'alimentation du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales a enregistré, 21 cas d'ESB du 2 au 30 juillet, parmi lesquels on compte 7 supernaïf*.


Le 31 juillet 2002

ESB-Info du 30 juillet :
Année 2002 = 159 cas confirmés
33 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
79 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
47 cas " dépistage systématique à l’abattoir "


Le 30 juillet 2002

----------

Les nouveaux cas d'ESB en Espagne : 70 cas en 2002

Une équipe italienne évoque la possibilité d'utiliser des antibiotiques dans les maladies à prion. Sous le titre "Tetracyclines affect prion infectivity" (l'article est paru sur le site des PNAS le 29 juillet).

----------

Brève

Tokyo, 29 juil (AFP) - Les autorités japonaises ont annoncé lundi qu'elles allaient augmenter dès mardi les taxes douanières sur le porc importé pour huit mois, afin de protéger les éleveurs japonais alors que les importations ont fortement progressé, en raison de la peur suscitée par les cas de vache folle au Japon. AFP sur La Recherche.

----------

Sur Agrisalon, le 25 juillet : L'AFSSA rend public son rapport d’activités 2001/2002
A l'occasion de l'inauguration de ses nouveaux locaux, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments a rendu public le 23 juillet dernier son rapport d’activités 2001/2002 et présenté ses priorités pour la période 2002-2005

Dans La Voix du Nord, le 26 juillet : Epizootie, par Julien Carpentier  : ESB : l’interminable attente
Deux cas d’ESB en mars et mai dans des troupeaux à Beaufort et Vieux-Reng. Ils devaient être abattus, mais rien ne bouge. Et deux éleveurs sont privés d’outil de travail.

Dans La Voix du Nord, le 26 juillet : Les services de la préfecture du Pas-de-Calais ont rendu public, hier, un nouveau cas d’ESB détecté dans une exploitation de vaches laitières du Ternois, dans la région de Saint-Pol-sur-Ternoise. De race montbéliarde, l’animal était mort de cause naturelle chez l’éleveur.

Agence canadienne d'inspection des aliments, le 26 juillet : Des Buffles d'Inde en quarantaine au Canada
En janvier 2000, l’exploitation Fairburn Farm située sur l’île de Vancouver (Colombie-Britannique) importait du Danemark 18 buffles d’Inde originaires de la Bulgarie. Le Danemark était considéré exempt de l’ESB au moment de leur importation, mais pendant la quarantaine des animaux, un cas confirmé d’ESB était signalé dans ce pays chez un animal indigène. En octobre 2000, l’Agence canadienne d’inspection des aliments ordonnait que soient abattus les buffles d’Inde, mais en janvier 2001, les propriétaires des animaux obtenaient gain de cause dans une contestation de l’ordonnance de destruction devant les tribunaux. Conformément à la décision rendue par la Cour fédérale, l’Agence remettait une décision modifiée de gestion des risques aux propriétaires le 23 janvier 2002. La notification ordonne la destruction et la mise à l’épreuve des 18 animaux importés du Danemark en raison du risque d’introduction de l’ESB au Canada.

BE Bresil (Mensuel - n° 25 - juin/juillet 2002 - Ambassade de France à Sao Paulo / CenDoTeC / Agence pour la Diffusion de l'Information Technologique
(ADIT) - Lutte contre la dissemination de la maladie de la vache folle
Source : Embrapa, 18 juin 2002.
Embrapa Ressources Genetiques et Biotechnologie a mis au point une nouvelle methodologie utilisant la spectrometrie de masse a haute sensibilite (Malfitof) pour determiner si des proteines animales sont presentes dans les rations alimentaires.

----------

Brève

Dainville (Pas-de-Calais), 26 juillet - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté dans le Pas-de-Calais, sur une vache de race montbéliarde, a-t-on appris vendredi auprès de la direction départementale des services vétérinaires.  AFP sur La Recherche.


Le 26 juillet 2002

Sur Terre-Net, le 24 juillet : Tremblante du mouton - La Coordination rurale dit "non aux propositions de l'AFSSA".
Dans un communiqué, la Coordination rurale juge "scandaleuses" les préconisations de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) concernant la tremblante du mouton.

----------

Brève

Huitième cas de vache folle en Loire-Atlantique depuis le début de l'année. Nantes, 25 juillet - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté en Loire-Atlantique, sur une vache de race Prim'Holstein, a indiqué jeudi la préfecture à Nantes. AFP sur La Recherche


Le 24 juillet 2002

Sur Agrisalon, le 23 juillet : 5 cas d'ESB confirmés en France.
La Direction générale de l'alimentation du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales a enregistré, le 23 juillet, 5 nouveaux cas d'ESB, dont 1 supernaïf* né en 1998.

AFSSA, le 24 juillet : Visite Ministérielle / Nouveaux locaux de l'AFSSA / Rapport d'activité 2002.
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments a rendu public le 23 juillet 2002 son rapport d'activités 2001/2002 en présence de Jean-François Mattei, ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées, de Hervé Gaymard, ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires Rurales et de Renaud Duteil, secrétaire d' État aux Petites et Moyennes Entreprises, au Commerce, à l'Artisanat, aux Professions libérales et à la Consommation.

----------

ESB-Info, le 23 juillet :
Année 2002 = 156 cas confirmés
32 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
79 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
45 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Dans le Télégramme : Abattoir. La ville préfère jeter l'éponge.
Saint-Brieuc. La ville était l'une des toutes dernières en Bretagne à posséder encore un abattoir municipal. La crise de l'ESB était passée par là, et les 11 428 tonnes de viandes abattues de 1992, année record d'exploitation, n'était plus qu'un souvenir.

Le véto était de mèche, Fabienne Maleysson, Que Choisir.
Un éleveur qui trafique les signes d'identification (cartes, boucles) des bovins en pleine crise de la vache folle, ça fait désordre. Mais quand un vétérinaire titulaire du mandat sanitaire - c'est-à-dire accomplissant des missions pour le compte de l'État - est complice de ces agissements, cela devient vraiment inquiétant.

La Chine attache une importance à la sécurité de l'alimentation.
En Chine, les professionnels chargés de la sécurité de l’alimentation ont atteint plus d’un million. C’est ce qu’on a appris le 20 juillet auprès du département intéressé de la Chine.


Le 22 juillet 2002

Dans Le Paysan Breton, n° 2465 du 19 juillet : GIE Lait-Viande Bretagne : Concilier filières et attentes sociétales
La nécessaire adaptation du GIE Lait Viande Bretagne aux nouvelles donnes politico-économico-environnementales de l’agriculture a été évoquée lors de l’assemblée générale le 12 juillet à Mûr de Bretagne. Cette adaptation résulte du mixage des préoccupations sociétales et des problématiques de filières.

Fenêtre sur l'Europe, vendredi 19 Juillet 2002 :  Viande britannique: l’embargo français bientôt sanctionné financièrement ?
La Commission européenne a demandé à la Cour de Justice de Luxembourg d’imposer une astreinte journalière à la France jusqu’à ce qu’elle lève son embargo sur le boeuf britannique.


Dans Le Monde du 20 juillet, un article de Jean-Yves Nau : Vache folle : des failles subsistent dans les abattoirs
La réglementation sur l'élimination des tissus bovins à risque n'est pas toujours appliquée
Dans un avis rendu public jeudi 18 juillet, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) dénonce des failles importantes dans les mesures visant à réduire le risque de contamination par l'agent de la vache folle pour les consommateurs de viande bovine.

Dans Le Monde du 19 juillet, un article de Jean-Yves Nau : Vache folle : la France est menacée de sanctions financières
Bruxelles demande à la Cour de justice de condamner l'embargo sur les viandes britanniques
Le triple étau, sanitaire, juridique et financier, ne cesse de se resserrer. Pressée depuis plusieurs mois par la Grande-Bretagne, la Commission a, le 17 juillet, demandé à la Cour de justice de l'Union européenne d'infliger, au plus vite, à la France une astreinte quotidienne de 158 250 euros. Aux yeux de Bruxelles, Paris demeure coupable de maintenir, depuis trois ans, un embargo sur les viandes bovines britanniques, pour des raisons de santé publique liée à l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la vache folle).

Dans Le Figaro du 19 juillet, sous la plume de Martine Pérez : L'Afssa publie les résultats de contrôles de carcasses de bovins effectués dans les abattoirs
ESB : les organes à risque encore mal éliminés
Des contrôles réalisés par les services vétérinaires et rendus publics hier par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) relèvent que l'élimination des organes à risque des bovins dans les abattoirs pourrait être améliorée. De nouvelles enquêtes actualisées sont nécessaires cependant puisque les techniques d'éviction de la moelle épinière évaluées dans ces contrôles ne sont plus en cours théoriquement depuis le 1er janvier 2002.

Un article de Julie Lasterade dans Libération du 19 juillet : Des traces de moelle épinière sur des carcasses d'abattoirs
L'Afssa, qui a mené l'enquête dans 32 établissements, explique qu'il n'y a pas de risque pour le consommateur.
Descentes dans les abattoirs. En 1996, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) avait interdit la mise sur le marché du crâne, des amygdales, de la moelle épinière, du thymus et de tous les matériaux à risques spécifiés (MRS) des bovins de plus de 12 mois. Ces mesures censées éliminer au maximum les tissus préférés de l'agent infectieux responsable de la vache folle, étaient-elles effectivement appliquées dans les abattoirs ?

Dans Le Télégramme de Brest  du 19 juillet : Vache folle. Petites failles dans le dispositif sanitaire
A la suite d'une enquête menée par les services vétérinaires, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a révélé hier que des résidus de moelle épinière, un des matériaux à risque spécifiés (MRS) obligatoirement retirés à l'abattoir, ont été retrouvés sur 10 % des 1.000 carcasses de bovins examinées.
Toutefois, il faut préciser que cette enquête a été conduite avant la date de retrait de la moelle épinière par la technique d'aspiration, au 1 e r janvier dernier, procédé réputé plus sûr.

Sur Terre-Net, le 18 juillet : Boeuf britannique - La France, menacée de fortes amendes, attendra l'avis de l'Afssa
La France, contre laquelle la Commission européenne a réclamé mercredi une amende journalière de 158 250 euros, ne devrait pas décider immédiatement de la levée de l'embargo sur le bœuf britannique avant d'avoir entendu l'avis de l'Afssa. C'est ce qu'a laissé entendre le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Sur Plein Champ , le 11 juillet : La Commission enquête sur la taxe d’équarrissage française
Bruxelles a décidé d’ouvrir une procédure d’examen sur certains aspects du système français d’équarrissage. Plusieurs plaintes ont été déposée à la Commission sur le caractère distorsif de ce système.

Sur Agrisalon, le 18 juillet : Enquête sur le retrait des matériels à risque spécifié (MRS) de bovins en abattoirs, un avis de l'AFSSA
L'Agence française de sécurité alimentaire a rendu public ce 18 juillet un avis concernant les résultats d'une enquête menée par les services vétérinaires français sur le retrait des matériels à risque spécifié (MRS) de bovins en abattoirs.

Dans Les Echos du 18 juillet : 10% des carcasses de bovins non satisfaisantes
L'Agence française de sécurité alimentaire a publié le 18 juillet les résultats d'une enquête menée par les services vétérinaires français sur le retrait des matériels à risque spécifié (MRS) de bovins en abattoirs.

Dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace du 17 juillet : Boeuf britannique: menace de sanctions financières contre la France
Bruxelles a accru mercredi la pression sur la France en demandant à la justice européenne de lui infliger une astreinte de 158.250 euros par jour si elle persistait dans son refus de lever l'embargo sur le boeuf britannique, mais l'affaire peut encore se régler avant d'en arriver là.

----------

Brèves

Septième cas de vache folle en Loire-Atlantique depuis le début de l'année. Nantes, 18 juillet - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté en Loire-Atlantique, sur une vache de race normande, a indiqué jeudi la préfecture à Nantes. AFP sur La recherche


Le 18 juillet 2002

----------

AFSSA, le 18 juillet : Avis de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments relatif aux résultats de l'enquête menée par les services vétérinaires sur le retrait des MRS bovins en abattoirs

Sur Agrisalon, le 18 juillet : ESB : 20ème cas en Belgique
L’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire de Belgique vient d'annoncer la présence de l'ESB dans une exploitation laitière située à BOSSIERE, province de NAMUR

Dans Les Echos, du 17 juillet : Embargo sur le bœuf britannique : la Cour de justice saisie une 2e fois
La Commission européenne a décidé de déférer une deuxième fois la France devant la Cour de justice pour « non-exécution de l'arrêt de la Cour relatif à la viande bovine britannique ».

Sur Agrisalon, le 17 juillet : Viande bovine britannique, la France à nouveau devant la Cour de justice européenne
La France n'ayant pas accepté de suspendre son embargo se retrouve une deuxième fois devant la Cour de justice européenne. La Commission a également décidé de demander à la Cour d'infliger à la France une astreinte journalière de 158 250 €.

Sur TF1, le 17 juillet : L'embargo sur le boeuf aura-t-il un prix ?
158.250 euros, c'est le montant de l'amende journalière que la Commission européenne voudrait voir infligée à la France aussi longtemps qu'elle refusera de laisser commercialiser le boeuf britannique sur son territoire. Paris décidera en septembre, au plus tôt.

Sur Net-Iris, le 17 juillet : Seconde saisine de la CJCE à propos de l'interdiction d'importation de viande bovine britannique en France

Dans La Dépêche du Midi du 16 juillet : Tarn - Les activités du laboratoire d'hygiène explosent
La vache folle dope le labo
Depuis un an et demi, l'activité du laboratoire départemental d'hygiène situé dans la zone d'Albitech a considérablement augmenté. La maladie de la vache folle, les contrôles sanitaires dans le secteur hydrologie-environnement, l'application du principe de précaution en hygiène alimentaire... Autant de phénomènes qui font progresser le nombre d'analyses.

Sur Edicom, le 17 juillet : Vache folle: la Pologne importe à nouveau des bovins suisses
Berne - La Pologne importe à nouveau des bovins suisses. Varsovie a levé le 4 juillet l'interdiction prononcée en 1996 à titre de mesure de protection contre l'encéphalopathie spongiforme bovine. L'Allemagne, la France, le Portugal et l'Irlande l'ont déjà fait.

----------

Brèves

Résidus de moëlle épinière sur 10% des carcasses de bovins contrôlées (Afssa). Paris, 18 juillet - Des résidus de moëlle épinière, un des matériaux à risque spécifiés (MRS) obligatoirement retirés à l'abattoir, ont été retrouvés sur 10% des 1000 carcasses de bovins examinées dans le cadre d'une enquête menée par les services vétérinaires.

Moëlle épinière: risque de contamination à l'ESB limité à un cas par an. Paris, 18 juillet - L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), qui a publié jeudi un avis à la suite d'une enquête sur les matériaux à risques spécifiés (MRS) retirés sur les bovins en abattoir, précise que le risque de trouver une carcasse contaminée à l'ESB par des résidus de moëlle épinière ne concernerait qu'un cas par an.


Le 17 juillet 2002

Conférence Internationale - Paris 1er-3 décembre 2002 : "Nouvelles perspectives thérapeutiques pour le prion"

Visite du Premier ministre à Londres
Le Premier ministre britannique Tony Blair a indiqué pour sa part à la presse avoir évoqué avec M. Raffarin le refus de la France de lever son embargo sur le boeuf britannique, imposé depuis le début de la crise de la vache folle en mars 1996. Le gouvernement français a indiqué ne pouvoir prendre aucune décision avant septembre, dans l'attente d'une nouvelle expertise demandée à l'Afssa sur la sécurité de la viande de boeuf britannique. Sur Yahoo!

Par un décret paru au Journal officiel du 16 juillet , M. Paul Vialle est nommé président du conseil d'administration de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA).

Bruxelles (Reuters) - La Commission européenne demandera mercredi à la Cour de justice de l'UE d'infliger une importante astreinte quotidienne à la France pour son refus de lever l'embargo sur la viande bovine britannique.

----------

Brève

Lisbonne, 16 juillet - Quarante-neuf cas de maladie de la vache folle (ESB, encéphalopathie spongiforme bovine) ont été enregistrés au cours des six premiers mois 2002, huit de plus que dans la même période de l'année précédente, a indiqué mardi la Direction générale de Vétérinaire. AFP sur La Recherche.


Le 16 juillet 2002

Sur Edicom, le 16 julllet : La maladie de Creutzfeldt-Jakob a fait dix morts cette année.
Berne - Dix personnes sont mortes en Suisse de la maladie de Creutzfeldt-Jakob au cours du premier semestre 2002. Ces chiffres confirment l'augmentation du nombre de décès constatée l'an passé. La hausse pourrait être due à un intérêt accru porté à la maladie.

Sur Yahooo!, lundi 15 juillet 2002 : L’incidence des cas de maladie de Creutzfeldt-Jakob en augmentation en Suisse.
Le nombre de nouveaux cas de maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) en Suisse a été multiplié par deux en 2001, indique une étude publiée dans la revue médicale The Lancet. Cette tendance à la hausse tend à se confirmer en 2002 si l’on considère les chiffres disponibles jusqu’à aujourd’hui. La cause de cette augmentation est encore floue mais les cas ne semblent pas dus à la transmission de l’agent de l’ESB.


Le 15 juillet 2002

Dans Le Télégramme, en ligne ce 15 juillet : Viande bovine. Contradictions des consommateurs.
Quelle viande veulent donc les consommateurs ? Ils réclament de la qualité, de la sécurité, de la diversité dans leur alimentation, mais achètent au plus bas prix.
Les éleveurs bretons sont déconcertés. Ils l'ont fait savoir hier, lors de l'assemblée générale du groupement d'intérêt économique lait-viande de Bretagne, à Mûr-de-Bretagne (22). Leurs efforts en matière de traçabilité ne sont pas payés en retour, alors que des viandes d'importation (en bovins mais aussi en volailles), ne répondant aux mêmes garanties, franchissent allégrement les frontières européennes.

ESB-Info, le 12 juillet 2002 :
Année 2002 = 146 cas confirmés
27 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
77 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
42 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 12 juillet : 19e cas en Belgique en 2002.
L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire de Belgique vient d'annoncer la présence de l'ESB dans une exploitation laitière située à OREYE en province de Liège.


Le 12 juillet 2002

Sur Agrisalon, le 12 juillet : Destruction des bovins, ovins et caprins accidentés, du nouveau pour l'indemnisation.
Un nouvel arrêté paru au Jo du 12 juillet fixe le montant de l'indemnisation de l'indemnisation liée à la destruction des ovins et caprins euthanasiés dans un délai maximal de quarante-huit heures par un vétérinaire sanitaire.

----------

Bruxelles : «Vers une agriculture durable»
La Commission présente la révision à mi-parcours de la politique agricole de l'UE.
Extrait :
"Dans le secteur de la viande bovine, une importante simplification du système des paiements directs devrait amener les producteurs à prendre davantage en considération les exigences du consommateur en matière de qualité et de sécurité des produits."

Dans Libération du 11 juillet : Chacun s'accroche à sa PAC.
La France réaffirme son opposition à la réforme de l'aide agricole européenne.
Par Frédéric Pons et Jean Quatremer (à Bruxelles)
«La crise de la vache folle (...) nous a poussés vers une réforme plus hardie que prévue.» Romano Prodi, président de la Commission.

Sur Edicom (Suisse), le 10 juillet : Les descendants d'une vache folle ne seront plus abattus d'office.


Le 11 juillet 2002

----------

ESB-Info, le 9 juillet 2002 :
Année 2002 = 144 cas confirmés
27 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
76 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
41 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon : 4 "supernaïf" parmi les 6 derniers cas d'ESB enregistrés en France.
La Direction générale de l'alimentation du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales a enregistré, le 9 juillet, 3 nouveaux cas d'ESB, qui s'ajoutent aux 3 cas enregistrés le 2 juillet, parmi lesquels on compte 4 supernaïf, dont le 2e né en 1998.

----------

Brèves

Londres, 10 juillet - Le nombre de personnes atteintes par la forme humaine de la maladie de la vache folle (le variant Creutzfeldt-Jakob, MCJ) pourrait doubler d'ici quatre ans au Royaume-Uni, selon le rapport annuel d'un comité d'experts conseillant le gouvernement britannique et publié mercredi. AFP sur La Recherche.

Chaumont (Haute-Marne), 9 juillet - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, vache folle) a été détecté en Haute-Marne, dans une exploitation de l'arrondissement de Langres, a indiqué mardi la préfecture. AFP sur La Recherche.

Genève, 10 juillet- La Suisse assouplit à compter de janvier 2003 ses critères d'abattage en cas de diagnostic de vache folle, en n'abattant plus tous les descendants de la vache atteinte, mais seulement les descendants nés au cours des deux années précédant le diagnostic, a annoncé mercredi à Berne l'Office vétérinaire fédéral (OVF). AFP sur La Recherche.


Le 10 juillet 2002

Sur Agrisalon, le 9 juillet : Suite à l´article de presse qui signale que l´Autorité de Sécurité alimentaire irlandaise interdirait l´importation de viande de poulet saumurée aux Pays-Bas, l´AFSCA de Belgique publie une mise au point.


Le 9 juillet 2002

Cour de justice des Communautés européennes, Conclusions de l'Avocat général, M. Jean Mischo, présentées le 2 juillet 2002.
Affaire C-241/01, National Farmers' Union contre Secrétariat général du gouvernement [demande de décision préjudicielle formée par le Conseil d'État (France)]
«Agriculture - Lutte contre l'encéphalopathie spongiforme bovine - Décisions mettant fin à l'embargo sur la viande bovine britannique - Principe de précaution - Article 30 CE»
1. En décidant, dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire déclenchée par l'apparition de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ci-après l'«ESB»), d'appliquer sur son territoire des mesures de prévention allant au-delà de ce que jugeaient nécessaire les autorités communautaires, le gouvernement français s'est mis en situation de devoir affronter simultanément des contestations dans différents fors.
La suite du document est en ligne sur le site de la Cour Européenne de Justice

----------

Dans les Echos, le 8 juillet : Le Royaume-Uni importe des volailles traitées aux protéines bovines.
Les Britanniques importent depuis cinq ans de très grandes quantités de poulets congelés brésiliens et thaïlandais, traités aux protéines bovines par les Pays-Bas, susceptibles de transmettre la maladie de la vache folle, indique le quotidien The Guardian. Une pratique frauduleuse, qui consiste à injecter dans la viande une solution à base de protéines de bovins, pour que la volaille absorbe plus d'eau et gagne d'autant en poids.

En Espagne, 61 cas d'ESB en 2002.

Le 68e cas d'ESB, au total en Italie.

----------

INVS, Nombre de cas certains ou probables de MCJ en France. Mise à jour du 27 juin 2002 : "à ce jour 6 cas de v-MCJ certains ou probables ont été identifiés en France."


Le 8 juillet 2002

La Tribune, le 8 juillet, Louis-François Caillaud, à Poitiers. Poitou-Charentes - La tremblante fait trembler la filière caprine
La région Poitou-Charentes s'inquiète de la récente réglementation obligeant à abattre tout un troupeau de chèvres dès que la tremblante est diagnostiquée.

Historia, un article signé Anne Le Duigou : Le mouton dans tous ses états
Depuis trois siècles, la tremblante du mouton malmène les troupeaux. Paradoxalement, il aura fallu attendre la crise de la vache folle pour qu'elle sorte de l'ombre et que les chercheurs tentent d'établir des liens avec les autres formes de maladie.

Japon : le projet de traçabilité d'Hokkaido (source ADIT et MHR Viandes)
La Horuken Federation of Agricultural Coopératives, responsable de la majeure partie de la production agricole d'Hokkaido, mettra en place au cours de l'année une procédure de management de l'hygiene basée sur la méthode HACCP (Hazard Analysis Critical Control Points) pour les éleveurs de bétail de la région.

Cette mesure est destinée à regagner la confiance des consommateurs, la réputation du bœuf d'Hokkaido ayant fortement décliné depuis la crise de l'ESB de septembre dernier. Le plan d'hygiène en question comprendra des inspections régulières d'élevages et des normes en termes de conditions d'élevage, d'alimentation et de respect du terroir.

----------

Brève

Risque d'ESB avec des poulets traités aux protéines bovines (presse)
Londres, 8 juillet - D'importantes quantités de poulets congelés importés en Grande-Bretagne après avoir été traités aux Pays-Bas avec des protéines d'origine bovine, présentent un risque de transmission de l'ESB, a révélé lundi le quotidien britannique The Guardian. AFP sur La recherche

INVS, Nombre de cas certains ou probables de MCJ en France, Mise à jour du 27 juin 2002
"à ce jour 6 cas de v-MCJ certains ou probables ont été identifiés en France."


Le 5 juillet 2002

Dans Sud-Ouest, le 7 juillet, un article de Florent Loiseau : Malgré les trois cas de tremblante portant sur des chèvres dans la Vienne et les Deux-Sèvres, les éleveurs caprins veulent rassurer les consommateurs ; L'élevage caprin en question.

----------

Dans Le Télégramme, le 5 juillet : Equarrissage. Amende requise contre la Saria.
Saria Industries et le directeur de son usine d'équarrissage de Plouvara étaient, hier, sur le banc des prévenus. Ils comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc pour des faits de pollution du Leff ainsi que des dépassements réguliers du tonnage traité, sans autorisation.

Dans Le Parisien, le 5 juillet : Vache folle Retour du bétail à la ferme des Rothschild.
Trois mois après l'abattage des 500 têtes de son troupeau pour cause de vache folle, la ferme des 30 Arpents, propriété des Rothschild, renaît de ses cendres.


Le 4 juillet 2002

Dans Le Figaro du 4 juillet, par Catherine Petitnicolas : Prion : Un colloque à Maisons-Alfort.
Tremblante du mouton : la grande traque.
Quatre mille chèvres réparties dans trois élevages, deux dans la Vienne et un autre dans les Deux-Sèvres, devraient être abattues car trois cas de tremblante ont été décelés sur ces trois troupeaux, dans le cadre du programme de surveillance active à l'abattoir. Quant aux mille moutons faisant partie de ces mêmes élevages, ils ne devraient pas tous subir le même sort. Car depuis le dernier arrêté du 15 mars 2002, seuls ceux qui montrent une sensibilité génétique à la maladie au sein du cheptel où un cas de tremblante a été confirmé devraient être abattus et les éleveurs indemnisés. Les autres moutons pourront être laissés en vie. En revanche, comme il n'y aurait pas de résistance génétique à la tremblante chez la chèvre, tous les animaux devront tous être éliminés.

Dans Sud-Ouest, le 3 juillet : Poitou. - A la suite de trois cas de tremblante dans la Vienne et les Deux-Sèvres, 4 000 chèvres et 1 000 moutons seront abattus selon le principe de précaution. Les éleveurs redoutent l'amalgame.
La tremblante a frappé trois élevages caprins.

----------

Brève

Bratislava, 3 juil - Un dixième cas suspect d'ESB en Slovaquie a été découvert mardi dans une ferme située près de Nove Zamky (ouest), a annoncé mercredi l'agence Tasr. AFP pour La Recherche.


Le 3 juillet 2002

Dans Le Télégramme du 3 juillet : Farines animales. Les élus disent non pour Plénée-Jugon
L'implantation d'une usine d'incinération pour éliminer des farines animales sur la zone des Vallées à Plénée-Jugon (22) ne verra pas le jour. C'est, en tout cas, la décision prise par les élus du conseil des communes lundi soir à Jugon-les-Lacs.

ESB-info, le 2 juillet 2002 :
Année 2002 = 141 cas confirmés
27 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
74 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
40 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Washington, 2 juillet - Un vaccin a permis de retarder le déclenchement chez les souris d'une maladie neurodégénérative similaire à celle de la vache folle et son équivalent humain, selon une étude à paraître mercredi aux Etats-Unis. AFP sur La Recherche.
On trouvera une analyse de cette information sur le site du New Scientist, en anglais (Vaccine tackles BSE-type brain-wasting disease) .


 Le 2 juillet 2002

Mise à jour mensuelle des statistiques de v-MCJ en Grande-Bretagne : 2 nouveaux cas ce mois ci.

Dans la Charente Libre du 2 juillet : La tremblante menace les troupeaux de chèvres.
Depuis la découverte de quatre cas de tremblante dans la région, les professionnels caprins vivent dans l'angoisse et craignent la réaction des consommateurs.

----------

Brève

Poitiers, 1er juillet - Quatre mille chèvres et un millier de moutons provenant de trois élevages, deux de la Vienne, et un des Deux-Sèvres, seront abattus en raison de trois cas de tremblante portant sur une chèvre dans chacun des troupeaux, a annoncé la préfecture de la région Poitou-Charentes. AFP sur La Recherche.


Le 1er juillet 2002

AFSSA, le 1er juillet. Avis de l'Agence concernant deux projets d'arrêté relatifs à la mise en place du retrait de la moelle épinière de petits ruminants.
L'Afssa a rendu public ce jour un avis concernant deux projets d'arrêté relatifs à la mise en place du retrait de la moelle épinière de petits ruminants.

----------

Brèves

Nouveau cas de vache folle dans l'Ain. Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté en fin de semaine chez un éleveur de l'Ain, portant à onze le nombre de cas de vache folle dans le département, a-t-on appris dimanche auprès des services vétérinaires de la préfecture. AFP sur AOL

Manifestation à Caen de 400 personnes contre le stockage de farines carnées. Caen, 29 juin - Quelque 400 personnes ont manifesté samedi à Caen contre les projets de stockage de farines animales par la société Sanifa sur les communes de Fierville-Bray et de Cheux dans le Calvados, a constaté un correspondant de l'AFP. AFP sur La recherche


Le 28 juin 2002

Dans Les Echos du 27 juin, par Marie-Josée Cougard : Embargo sur le bœuf britannique : Bruxelles retarde son ultimatum à la France
Le ministre français de l'Agriculture, Hervé Gaymard a convaincu la Commission européenne d'assouplir l'ultimatum de 15 jours qu'elle lui avait posé pour lever l'embargo sur la viande bovine. David Byrne, commissaire européen chargé de la Santé et de la Sécurité des consommateurs, a expliqué qu'il attendait néanmoins des explications détaillées de la France dans les deux semaines.

Dans Sud-Ouest du 28 juin : Station d'épuration. Les eaux usées de l'abattoir empêchent toute valorisation des boues. Un manque à gagner pour la régie municipale
Le coût de la vache folle : Epandage interdit. Valoriser les boues, c'est tout simplement les épandre sur les terres cultivables en guise d'engrais. Un moyen idéal de recycler les déchets et de faire de substantielles économies. Mais du fait du traitement des eaux usées de l'abattoir, la maladie de la vache folle impose un principe de précaution qui oblige à détruire ces déchets par incinération. Stockées depuis quatre ans, les boues partent aujourd'hui sur le site du GEID, au niveau du péage de Saint-Selve, unique site pour tout le département.

Dans Le Télégramme, en ligne le 28 juin : Embargo sur le bœuf : Paris obtient un délai
David Byrne s'est dit prêt, hier, à accorder un délai à Paris. Le ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard a annoncé hier qu'il se rendrait prochainement à Londres pour rencontrer son homologue britannique Margaret Beckett.
« Courant septembre »
M. Gaymard a confirmé attendre pour « courant septembre » la nouvelle expertise demandée à l'Autorité française de sécurité sanitaire des aliments sur la sécurité de la viande de bœuf britannique, « enrichie des informations » fournies « dernièrement » par les autorités sanitaires de Londres.

Dans La Voix du Nord du 27 juin, Des perquisitions ont eu lieu dans un secteur d’activités peu contrôlées jusqu’alors
Creutzfeldt-Jakob : les équarrisseurs en ligne de mire
L’enquête judiciaire sur la contamination du nouveau variant humain de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, ouverte en décembre 2000, se concentre désormais sur les équarrisseurs et fabricants de produits pour animaux. Leurs activités ayant été très peu contrôlées durant de nombreuses années. Hier la justice s’est rattrapée en envoyant 200 gendarmes perquisitionner chez les entreprises d’équarrissage, Saria (filiale du groupe allemand Rethmann) et Caillaud, qui détiennent environ 75 % du marché français.

Le Télégramme, en ligne ce 28 juin : Creutzfeldt-Jakob. L'équarrissage visé
L ' enquête judiciaire sur la contamination du nouveau variant humain de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, ouverte en décembre 2000, se concentre désormais sur les équarrisseurs et fabricants de produits pour animaux, aux activités très peu contrôlées pendant de nombreuses années.

Le Quotidien du Médecin, édition du 28 juin : ESB : enquête chez les équarrisseurs

Libération, le 28 juin, un article de Renaud Lecadre : Perquisition géante dans la filière des farines animales
L'enquête vise à établir des fautes dans la propagation de la vache folle.
Quelque 200 gendarmes ont été déployés mercredi dans l'ouest de la France et en région parisienne, pour une vaste perquisition chez les principaux équarrisseurs (Saria, Caillaud...) et fabricants d'aliments pour bétail (Glon-Sanders, Guyomarc'h...).

Dans La Tribune du 28 juin : Le groupe Caillaud veut investir 45 millions d'euros dans une nouvelle usine de traitement des déchets animaux.
Une nouvelle usine alliant traitement des déchets animaux et destruction de farines animales devrait voir le jour à Challans (Vendée) en 2005. Le groupe Caillaud, basé dans l'Orne et spécialisé dans l'équarrissage et la production de protéines et de farines animales, vient en effet de déposer un projet de construction d'un site industriel permettant l'incinération des farines animales sur place.

Dans le Monde du 28 juin : Vache folle : la France sous pression
La commission a adressé, mercredi 26 juin, un "avis motivé" au nouveau gouvernement français, lui donnant un délai de quinze jours pour appliquer le jugement de la Cour de justice, qui avait enjoint en décembre à la France de lever l'embargo qu'elle seule maintient sur les importations de viande bovine britannique en raison de la maladie de la vache folle.

----------

Le 27 juin 2002

Dans le Monde du 27 juin : Viande bovine : la France a quinze jours pour lever son embargo
La Commission européenne a donné mercredi un délai de quinze jours à Paris pour lever son embargo sur les importations de viande bovine britannique, faute de quoi elle pourrait demander à la Cour européenne de justice (CEJ) d'imposer une amende à la France.

Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales
Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées
Secrétariat d'Etat aux PME, au Commerce, à l'Artisanat et aux Professions libérales
Paris, le 26 juin 2002
En décembre 1999, la France a décidé de maintenir l'embargo sur la viande et les produits bovins britanniques conformément à l'avis rendu le 6 décembre 1999 de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments.

Bruxelles, le 26 juin 2002  : Avis motivé adressé à la France pour non-exécution de l'arrêt de la Cour relatif à la viande bovine britannique
En vertu de l'article 228, paragraphe 1, du traité CE, les États membres sont tenus d'exécuter les arrêts de la Cour de Justice des Communautés européennes. Le 13 décembre 2001, la Cour a déclaré illicite le refus de la France de suspendre son embargo sur la viande bovine et les produits bovins britanniques satisfaisant aux critères du régime DBES (affaire C-1/00). La France est donc tenue d'appliquer les règles européennes appropriées et de permettre la reprise des importations en France de la viande bovine et des produits bovins britanniques correctement marqués ou étiquetés qui satisfont aux critères du régime DBES.

Dans Les Echos, le 26 juin, par M.-J. Cougard : Bœuf britannique : Bruxelles intime l'ordre à la France de lever son embargo sous 15 jours.
La Commission européenne a lancé un ultimatum à la France : Paris a quinze jours pour lever son embargo sur les importations de viande bovine britannique. Si la France refuse d'obtempérer, Bruxelles menace de saisir à nouveau la Cour de justice européenne. Une éventualité qui risque de se concrétiser compte tenu de la position française.

Bruxelles, le 26-06-2002 : Viande bovine: Bruxelles donne 15 jours à la France pour lever son embargo.
La Commission européenne a donné mercredi un délai de 15 jours à Paris pour lever son embargo sur les importations de viande bovine britannique, faute de quoi elle pourrait demander à la Cour européenne de Justice (CEJ) d'imposer une amende à la France. AFP sur Voila.

Sur Agrisalon, le 26 juin : Embargo viande britannique, le gouvernement attendra l'avis de l'AFSSA qui sera rendu en septembre.
Suite à la mise en demeure par Bruxelles faites ce jour à la France pour lever l'embargo sur le boeuf britannique dans les 15 jours, les autorités françaises, étudieront ce dossier "à la lumière de l'avis de l'AFSSA qui sera rendu probablement en septembre" indique un communiqué du gouvernement.

Dans Le Parisien, le 27 juin : L'enquête sur la vache folle rebondit.
Coup d'accélérateur dans l'enquête sur la vache folle et la contamination de six personnes, dont quatre sont décédées. Des perquisitions ont été menées hier par les gendarmes dans 47 centres d'équarrissage, dans le Grand Ouest et en Ile-de-France.

Dans Le Télégramme, le 27 juin : Creutzfeldt-Jakob. L'équarrissage visé.
L ' enquête judiciaire sur la contamination du nouveau variant humain de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, ouverte en décembre 2000, se concentre désormais sur les équarrisseurs et fabricants de produits pour animaux, aux activités très peu contrôlées pendant de nombreuses années.

Sixième cas de vache folle en Loire-Atlantique depuis le début de l'année. Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), a été détecté en Loire-Atlantique sur une vache laitière dépistée à l'équarrissage, portant à six le nombre de cas dans ce département depuis le début de l'année, a annoncé mercredi la préfecture à Nantes. AFP pour AOL.

Sur Agrisalon, le 26 juin : Suisse : Présence de farines animales dans de l'aliment pour animaux et dans des farines alimentaires.
Un fragment d'os a été découvert dans de la farine destinée à la consommation humaine et des fragments d'os dans des aliments pour animaux, indique dans un communiqué l'Unité ESB de la Confédération helvète.

----------

Brèves

Paris, 26 juin - L'enquête judiciaire sur la contamination du nouveau variant humain de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, ouverte en décembre 2000, se concentre désormais sur les équarrisseurs et fabricants de produits pour animaux, aux activités très peu contrôlées pendant de nombreuses années. AFP sur La Recherche.

Paris, 26 juin - Les perquisitions menées mercredi matin dans toute la France chez des équarrisseurs et des fabricants de produits pour animaux de ferme, dans le cadre de l'enquête sur la contamination du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, se sont terminées vers 20h30, a-t-on appris auprès de la gendarmerie. AFP sur La Recherche.


Le 26 juin 2002

Brève

Paris, 26 juin - Les gendarmes procédaient mercredi à des perquisitions chez des équarrisseurs basés notamment en région parisienne et en Bretagne dans le cadre de l'enquête sur la contamination du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.
Ces perquisitions, qui visent également les fabricants de produits pour animaux de ferme, sont menées sur commission rogatoire de la juge d'instruction parisienne Marie-Odile Bertella-Geffroy, en charge de cette affaire depuis décembre 2000. AFP sur La Recherche.

----------

Dans le Monde, par Jean-Yves Nau, le 25 juin : Nipponne, mystérieuse victime de la vache folle dans un lycée agricole.
Fondettes (Indre-et-Loire) de notre envoyé spécial. Tout était prêt pour le vêlage de Nipponne, belle vache laitière pie noire de 5 ans, l'une des 80 têtes du cheptel de la ferme du Grand-Parré, élevage modèle du lycée agricole de Fondettes (Indre-et-Loire). La mise bas s'est révélée plus délicate que prévu, Nipponne avait le train arrière paralysé et le vétérinaire a décidé l'abattage, accompagné, comme le veut la réglementation depuis deux ans, d'un test de dépistage de l'ESB.

Dans Sud-Ouest, le 26 juin : Suite à la plainte déposée par le MODEF, une enquête judiciaire a été ouverte. La justice s'en mêle.
« Le bonheur est dans le pré. » Voilà un slogan dont les publicitaires du Gers risquent de devoir se passer tant celui-ci ne colle plus avec la réalité d'un département qui compte aujourd'hui sept cas d'ESB. C'est du moins l'avis de Paul Capéran, le président du MODEF 32 et maire de Valence-sur-Baïse. Lequel a, dans ce dossier de la vache folle, déposé plainte contre X auprès du tribunal de grande instance d'Auch, le 1er octobre dernier.

Dans Le Midi Libre (source Agrisalon), un article de Jean-Pierre Amarger, le 26 juin : Le prion est pourchassé au laboratoire de Mende.
Le conseil général de la Lozère l’avait promis. Les analyses en matières d’ESB pour l’abattoir de Marvejols devaient être réalisées en Lozère.

----------

Agrisalon : Le 10e cas d'ESB confirmé ce 25 juin, a été détecté dans le cadre du programme de surveillance ciblée qui est effectué en Suisse depuis le début de 1999 et qui consiste à examiner au moyen d'un test de dépistage agréé toutes les vaches péries ou tuées.

ESB-Info, le 25 juin 2002
Année 2002 = 138 cas confirmés
27 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
72 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
39 cas " dépistage systématique à l’abattoir "


Le 25 juin 2002

Johannesbourg, 24 juin - Un patient sud-africain suspecté d'avoir contracté la forme humaine de la maladie de la vache folle (le variant Creutzfeldt-Jakob) serait en réalité victime de la forme classique de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, a rapporté lundi la clinique où il a été admis.L'état de Jan Stokes, 27 ans, est stable mais critique. La clinique Cuyler de Uitenhage (province du Cap oriental) a annoncé qu'il était plongé dans un profond coma depuis le 21 juin.M. Stokes a subi une greffe de membrane cervicale il y a 11 ans. AFP sur La Recherche.

----------

La Food Standard Agency britannique propose aux Européens l'interdiction des intestins ovins (communiqué en anglais mis en ligne le 24 juin 2002).

Dans la Dépêche du Midi, un article signé Gladys Kichkoff du 22 juin : Aveyron - Les industriels de la nutrition animale étaient réunis, hier, à Rodez. La confédération paysanne s'est invitée. La conf' ne veut pas être roulée dans la farine.

----------

Dans Le Télégramme, en ligne ce 25 juin : Viande. Bruxelles optimiste.
Devant le congrès de la Fédération nationale des industries et du commerce en gros des viandes (FNICGV), à La Baule, un représentant de la Commission européenne a annoncé un retour de la consommation à ses niveaux antérieurs dès l'année prochaine.

Sur Agrisalon  : Un premier cas d'ESB confirmé en Ardèche.
La DGAL a enregistré le 21 juin, 5 nouveaux cas d'ESB, dont le premier cas détecté en Ardèche.

Afrique du Sud : selon l'agence Reuters (en anglais) les autorités sud-africaines déclarent que le cas de MCJ diagnostiqué en Afrique du Sud n'est pas un variant mais une MCJ classique.

Bruxelles, DG XXIV : mise en ligne d'un rapport d'évaluation (en anglais) de cinq tests rapides pour le diagnostic de l'ESB daté du 27 mars 2002.

----------

Brève

Bruxelles, 24 juin (AFP) - Neuf Européens sur 10 estiment que la politique agricole commune (PAC) doit d'abord permettre de leur assurer une alimentation "saine et sûre" et 88% lui demandent de "promouvoir le respect de l'environnement", indique un sondage à paraître mercredi.Selon ce sondage Eurobaromètre effectué auprès de 16.041 personnes dans les 15 Etats membres de l'UE, la qualité de la nourriture et les préoccupations environnementales arrivent en tête des objectifs fixés à la PAC. AFP sur La Recherche.


Le 24 juin 2002

ESB-Info, le 21 juin 2002
Année 2002 = 136 cas confirmés
27 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
70 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
39 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Dans Sud-Ouest, le 24 juin : Agriculteurs, consommateurs, industriels, professionnels de l'agriculture et de la santé en débat. Le monde agricole se justifie.

----------

Brèves

Johannesbourg, 21 juin - Un Sud-Africain de 27 ans résidant dans le sud du pays est tombé dans un profond coma après avoir, semble-t-il, contracté la forme humaine de l'ESB, a-t-on appris vendredi de source hospitalière. AFP sur La Recherche.

Un nouveau cas d'ESB en Charente maritime. La Rochelle, 22 juin, (....) La vache malade était âgée de huit ans. Le cheptel, qui compte 84 bovins, sera abattu le 1er juillet. AFP sur La Recherche.


Le 21 juin 2002

Brève

PARIS (Reuters) - La France n'envisage pas de lever l'embargo sur la viande de boeuf britannique pour le moment et attend pour se prononcer de nouvelles études scientifiques, indique l'entourage du Premier ministre.

----------

Sur Mairie Info, le 20 juin 2002 : Retour du bœuf britannique : l’AFSSA doit rendre ses conclusions fin juin.
On saura à la fin du mois de juin si les cantines scolaires pourront ou non remettre à nouveau à leur menu du bœuf d’origine britannique. C’est en effet à cette date que seront connus les résultats d’une étude menée par l’AFSSA.
Parmi les 67% de communes qui, en novembre 2000, avaient retiré le bœuf (britannique ou non) des cantines du primaire, 64% avaient réintroduit du bœuf (non britannique) depuis, selon une étude du cabinet Sylab-Ypsis, rendue publique début février dernier par le Centre d'information des viandes (CIV), qui représente la filière bovine. Fin 2000, de nombreux parents d'élèves, inquiets, avaient fait pression auprès des élus locaux pour que cette viande soit retirée des assiettes de leurs enfants.

----------

Dans La Dépêche du Midi du 21 juin : GERS - Des espoirs de reprise pour les Gersois.
Tout doucement, les éleveurs remontent la pente.
« Les élevages, toutes viandes confondues, ont payé un lourd tribut à l'ESB, lançait Rémy Fourcade, président de l'Etablissement départemental de l'élevage (EDE). Le stockage de bovins pendant plus d'un an a largement entamé les réserves en fourrage des éleveurs sans leur apporter un centime de revenu!»

----------

Brève

Tours, 20 juin (AFP) - Un deuxième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté en Indre-et-Loire, dans un élevage du lycée agricole de Fondettes, sur une vache laitière de race Prim'Holstein née en juin 1997, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

----------

Selon une dépêche Reuters du 20 juin, on dément à Paris que le gouvernement ait l'intention de lever l'embargo sur le boeuf britannique.

----------

Sur Les Echos, le 20 juin : Bœuf : Chirac donne un espoir à Blair sur la fin de l'embargo.
Les Britanniques ont à nouveau l'espoir que la France lève l'embargo sur leur viande de bœuf. Le président de la République, Jacques Chirac a indiqué lors d'un dîner privé à Tony Blair, le Premier ministre britannique que la question serait revue, après l'avis de l'AFSSA à la fin du mois, sur la qualité du bœuf britannique.

----------

Sur Agrisalon : Assemblée Générale du SNIA " La Confédération paysanne se trompe de cible".
Pour le syndicat professionnel "La crise de l'ESB n'est pas due aux fabricants d'aliments, mais a une matière premiére, les farines de viande." Le SNIA demande " Que l'on recherche alors les véritables responsables."


Le 20 juin 2002

INRA, Productions Animales : Stratégies de démarcation par la qualité : quelle place pour les viandes bovines limousines dans les linéaires de la grande distribution ?
Les crises sanitaires qui ont affecté l'élevage bovin ont conduit les producteurs et les distributeurs à s'engager dans des démarches certifiant la qualité des viandes. Le type racial de l'animal, laitier ou à viande, et les conditions ou la région d'élevage sont des critères permettant de différencier l'offre. La majeure partie de la viande étant commercialisée par les hypermarchés et supermarchés, différencier l'offre suppose de réorganiser le circuit de production-distribution et les relations entre les différents opérateurs. (2002, INRA Prod. Anim., 15, 135-145)

Selon la presse britannique, la levée de l'embargo sur le boeuf britannique aurait été évoquée hier lors d'une rencontre entre Jacques Chirac et Tony Blair. Un avis de l'AFSSA est attendu à ce sujet d'ci la fin du mois. On pourra lire, en anglais, l'article publié à ce sujet dans The Guardian de Londres (France reviews ban on British beef ) (), sous la signature de J.Henley, correspondant à Paris du quotidien britannique.


Le 19 juin 2002

Dans l'Est Républicain, en ligne le 19 juin : Restauration-filière bovine : un contrat de transparence.
Bientôt les clients des restaurants pourront demander l'origine de leur steak au chef.
Mont-sous-Vaudrey. Le décret est « dans le tuyau », le changement de gouvernement n'y.changera rien. Bientôt les clients des restaurants seront informés sur l'origine des viandes qu'ils consomment. C'est une nouvelle étape dans la politique de transparence appliquée par la France puis par l'Europe suite au cataclysme de la vache folle.
Le sujet a été évoqué hier dans le Jura lors d'un colloque consacré à la viande bovine en restauration collective, à l'initiative des organisations agricoles et de Bevifranc l'association régionale interprofessionnelle qui réunit toute la chaîne bovine de l'éleveur au boucher.
Terre d'élevage touchée par sept cas d'ESB, le Jura a vécu durement la crise de confiance du consommateur et la chûte des cours. Au point qu'en décembre le conseil général lançait l'opération « le boeuf faites en tout un plat » en réintroduisant la viande bovine locale dans toutes les cantines scolaires et les restaurants de collectivités. Ce fût un succès.

Dans le Télégramme du 19 juin : Aviculture. La CFDT inquiète pour trois sites Doux dans le Grand Ouest.
Selon la FGA, au moins trois sites du groupe Doux pourraient fermer dans le Grand Ouest, conséquence de la crise qui frappe l'aviculture du fait de la baisse de la consommation et de l'augmentation des importations, mais aussi du contrecoup de la crise de la vache folle, qui avait bénéficié au secteur.

----------

ESB-Info, le 18 juin 2002
Année 2002 = 131 cas confirmés
26 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
67 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
38 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 18 juin : 7 cas d'ESB confirmés en 7 jours, dont un supernaïf.
La cellule ESB du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales a enregistré ce jour, 3 nouveaux cas d'ESB, s'ajoutant aux 4 cas enregistés le 14 juin, ce qui porte à 18 le nombre de cas confirmés depuis début juin 2002.


Le 18 juin 2002

Dans Les Echos, 17 juin, un article de Marie-Josée Cougard : Vache folle : Londres recommande d'interdire les intestins de mouton
L'Agence de sécurité sanitaire britannique conseille à la Commission européenne d'interdire l'utilisation des intestins de mouton dans la fabrication des saucisses.

Sur Agrisalon, le 17 juin : Les anglais recommandent à l'Europe d'interdire les boyaux de moutons
L'Agence de sécurité sanitaire britannique conseille à la Commission européenne d'interdire l'
utilisation des intestins de mouton dans la fabrication des saucisses indique le DEFRA dans un communiqué.

----------

Le 17 juin 2002

Sur Agrisalon, le 17 juin : Les Français prêts à modifier leurs comportements alimentaires en cas de crises
Une majorité de la population française a déjà modifié, ou est prête à modifier ses comportements alimentaires si des risques apparaissent dans la qualité des aliments ou des produits qui leur sont proposés. C'est l'un des principaux enseignements de cette première vague de l'Observatoire de la Sécurité Alimentaire () d'Ipsos Observer dont les résultats viennent d'être publiés.

----------

Dans Le Figaro, du 17 juin, un article de JM Bader : Creutzfeldt-Jakob : la maladie reste un mystère
L'épidémie humaine consécutive à la transmission par l'alimentation de l'agent de l'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) est encore devant nous. Les experts, les médecins et les industriels le savent. Et cela est vrai aussi bien du point de vue du diagnostic que de l'épidémiologie ou des moyens de protection sanitaire. L'agent transmissible n'a livré aucun de ses secrets moléculaires, il n'existe pas de tests permettant le dépistage du vivant des sujets suspects ou du sang de donneurs. D'autres souches que le prion bovin britannique sont peut-être encore inconnues et à l'oeuvre chez l'homme. La situation ressemble à celle du sida au milieu des années 1980.

----------

Brève

Un nouveau cas de vache folle dans l'Indre
Chateauroux, 15 juin (AFP) - Il s'agit d'une vache de race limousine, âgée de sept ans, élevée dans deux exploitations différentes.Les deux cheptels, qui comptaient au total 385 bovins, devaient donc être abattus, à l'exception de 125 animaux nés après le 1er janvier 2002.Il s'agit du 3e cas d'ESB détecté dans l'Indre depuis le début de l'épizootie. AFP sur La recherche


Le 13 juin 2002

Sur Agrisalon, le 12 juin : 18e cas d'ESB en Belgique en 2002.
L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire de Belgique vient d'annoncer la présence de l'ESB dans exploitation laitière située à Minderhout en province d’Anvers.


Le 12 juin 2002

----------

Dans Le Télégramme du 12 juin : Incinérateur à Dolo. Quinze élus s'opposent au projet.
Jugon-les-Lacs. Quinze des 90 élus que compte le canton de Jugon-les-Lacs viennent de prendre clairement position contre le projet d'incinérateur de farines animales qui pourrait être implanté sur la commune voisine de Dolo

Sur Agrisalon, le 12 juin : Le SNIA et le SYNCOPAC viennent de finaliser leur « Guide de bonnes pratiques de la fabrication d'aliments composés pour animaux", qui a été présenté le 6 juin aux principaux représentants des organisations d’élevage et de l’aval, et va être communiqué courant juin à tous les fabricants adhérents du SNIA et du SYNCOPAC qui pourront ainsi "se l’approprier et le mettre en application progressivement".

----------

ESB-Info, le 11 juin 2002 :
Année 2002 = 124 cas confirmés
24 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
63 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
37 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon, le 11 juin : 3 cas d'ESB confirmés en France le 11 juin.
La cellule ESB du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales a enregistré ce jour, 3 nouveaux cas d'ESB, ce qui porte à 11 le nombre de cas confirmés depuis le début de ce mois de juin 2002.

Sur Agrisalon, le 11 juin : Un communiqué du SNIA annonce le report au 30 janvier 2003 du procès prévu le 27 juin prochain et qui l'oppose à José Bové et Jean-Claude Jaillette.

----------

Dans Le Quotidien du Médecin du 12 juin : Vache folle et tremblante : les dernières données épidémiologiques.
C'est en 1996 que la tremblante des petites ruminants (ovins et caprins) a reçu le statut de maladie réputée contagieuse. Depuis lors, 325 foyers (élevages où au moins un cas a été diagnostiqué) ont été confirmés. Depuis le début de cette année, 33 cas ont été totalisés dans 27 nouveaux foyers grâce à la campagne de dépistage. Elle a porté à ce jour sur 10 548 animaux (4 876 par sondage en abattoirs, 5 672 en équarrissage, 10 par surveillance clinique).

Dans Le Quotidien du Médecin du 12 juin, un article de Christian Delahaye : Prion chez le mouton : l'AFSSA choisit Biorad.
L'AFSSA préconise l'utilisation d'un seul test dans le cadre du programme de recherche sur la tremblante du mouton. Mais, dans la campagne d'épidémiosurveillance sur l'ESB, le recours aux deux tests concurrents (Biorad et Prionics) reste pour le moment de mise.


Le 11 juin 2002

Sur le site du Centre d'information des viandes : La viande bovine en restauration collective et commerciale.
La crise de l’ESB a légitimement soulevé des inquiétudes quant à l’origine, la traçabilité et la composition des produits à base de viande bovine consommés en restauration collective et commerciale, appelée Restauration Hors Domicile (RHD). Dans ce contexte, il était normal que les associations de consommateurs, les fédérations de parents d’élèves et les municipalités demandent à ce que les informations disponibles sur les viandes bovines dans les points de ventes puissent être mises à la disposition de la RHD et de ses convives.

----------

Dans Les Echos du 11 juin : Sécurité alimentaire : Les Quinze réclament des contrôles étroits des pays de l'Est.

----------

Brève

Berne, 11 juin - Un nouveau cas de maladie de la vache folleencéphalopathie spongiforme bovine) a été enregistré dans le canton d'Argovie (nord), a indiqué mardi l'Office vétérinaire fédéral (OVF). AFP sur La Recherche.


Le 10 juin 2002

AFSSA, le 10 juin 2002 : L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments a rendu public un avis concernant le choix entre les tests de dépistage des ESST chez les petits ruminants. Cet avis est téléchargeable sur le site de l'Agence.

Dans L'Est Républicain du 10 juin : La viande se refait une santé.
Le secteur viande est affranchi de ses problèmes mais toujours soucieux de transparence.
Nancy. Il y a deux ans, la psychose rôdait autour de la vache folle. Les habitudes des français avaient connu un changement radical, la consommation de viande rouge chutant de 40 % au début de 2001. La seule solution pour résoudre ce problème de taille fut, pour les éleveurs de travailler, à l'image de marque de leur corporation.

----------

Brève

Paris, 10 juin - L'AFSSA a recommandé l'utilisation du test Biorad pour le dépistage de la tremblante du mouton, dans un avis publié lundi. AFP sur La Recherche.


Le 7 juin 2002

Conséquences en élevage et pour le consommateur du remplacement des farines et des graisses animales. INRA, Productions animales, 15, 87-96.
L'emploi des farines animales (à l'exception des farines de poissons et leurs dérivés sous certaines conditions) et de la majorité des graisses animales est désormais interdit dans l'alimentation de toutes les espèces animales (Arrêtés des 14 novembre 2000 et 13 février 2001). Les différentes matières premières susceptibles de les remplacer n'ont pas les mêmes propriétés technologiques pour la fabrication des aliments composés ni les mêmes valeurs nutritionnelles que les farines et graisses animales. Par ailleurs, leur utilisation n'est pas sans conséquence sur l'environnement et la qualité des produits animaux. Enfin, leur traçabilité n'est pas toujours satisfaisante : des contaminations chimiques ou biologiques sont possibles, augmentant les risques sanitaires pour l'animal mais aussi pour le consommateur humain.

La chronique hebdomadaire de Jean-Yves Nau dans Médecine-Hygiène : Le prion pathologique sur les frontières de l’Est européen.
La Pologne, ce cher et vieux pays qui veut entrer dans l’Union européenne et qui souhaite qu’une référence à Dieu soit faite dans le futur traité constitutionnel de l’Union, vient d’entrer dans le club de moins en moins fermé des pays comptant des cas de vache folle.

----------
ESB Info,  le 7 juin 2002
Année 2002 = 121 cas confirmés
23 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
61 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
37 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon : Test ESB, une mise au point de AES Laboratoire Groupe
Suite à une information publiée dans le Figaro du 5/06/2002 selon laquelle l’AFSSA recommanderait l’utilisation du test Biorad , AES Laboratoire Groupe publie un communiqué que nous publions.

Sur Agrisalon : Les agriculteurs vus par les Français.
Dans le cadre de Défi Blé 2002, 4e Rencontres Internationales du Blé et des Céréales, le groupe Céréaliers de France a réalisé avec l’Institut Ipsos AgriFood une étude sur les perceptions des céréaliers par les français et vient d'en révéler les premiers éléments.

----------

Brève

Tokyo, 7 juin - Le Japon va dépêcher deux responsables agricoles aux Pays-Bas pour examiner des produits à base de graisse animale dans le cadre d'une enquête visant à déterminer la manière dont la maladie de la vache folle est arrivée au Japon, a-t-on appris auprès du ministère de l'Agriculture. AFP sur La Recherche.


Le 6 juin 2002

----------

Un communiqué d'AES Laboratoire.
Concernant l'information publiée dans le Figaro du 5 mai 2002 selon laquelle l'AFSSA recommanderait l'utilisation du test Biorad, AES Laboratoire Groupe tient à apporter les précisions suivantes : [...]
La suite est à lire sur le site Company News

----------

Les statistiques du mois de juin du v-MCJ en Grande-Bretagne sont en ligne sur le site du ministère de la Santé britannique.
Le nombre de cas s'élève désormais à 122.

C'est à lire dans Sud-Ouest du 6 juin : Vache folle, la maladie avait été détectée dans un élevage Bords. La totalité du cheptel a été incinérée. La FDSEA dénonce l'abattage systématique.
Un nouveau troupeau éliminé.
Fin mars, un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (le cinquième en Charente-Maritime) était détecté dans un élevage laitier de Bords. Mais ce n'est qu'hier matin, deux mois plus tard, que les 122 bêtes du troupeau ont été incinérées au centre d'équarissage de Benet. Ce délai anormalement long s'explique par le fait que l'exploitation en question est une ferme d'accueil.

Dans les Echos, par Marie-Josée Cougard : La vache folle fait son apparition en Israël. Sur cette information, on peut lire également (en anglais) l'article du New Scientist.

A lire dans Les Echos, à propos de l'actualité japonaise : Snow Brand Milk Products tente de se remettre sur les rails.
Violemment secouée par deux scandales, dont le deuxième a conduit sa filiale Snow Brand Foods à la liquidation, le japonais Snow Brand Milk Products tente depuis plusieurs mois de remonter le courant.

Vach'mag de juin, le magazine des "adorateurs de la vache" est en ligne.


Le 5 juin 2002

ESB-Info, le 4 juin 2002 :
Année 2002 = 117 cas confirmés
22 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
59 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
36 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Dans Le Télégramme, en ligne le 4 juin :
Calvados. Un projet de stockage de farines carnées attendra.


Le 4 juin 2002

Jérusalem - Un premier cas d'ESB a été diagnostiqué en Israël, a annoncé mardi le ministère israélien de l'Agriculture, qui a lancé d'urgence un programme destiné à contenir la maladie. AP sur Yahoo.

----------

Institut de veille sanitaire
Nombre de cas certains ou probables de MCJ en France (mise à jour du 31 mai 2002) :
"à ce jour 6 cas de v-MCJ certains ou probables ont été identifiés en France. Ces cas, répondant à la définition de variante de la MCJ, présentent les caractéristiques suivantes : 3 cas de v-MCJ certains (décédés respectivement en 1996, 2000 et 2001) et 3 cas de v-MCJ probables (2 vivants, déclarés respectivement en 2001 et 2002 et un décédé en 2002 pour lequel les examens de confirmation sont en cours). Il s'agit de 4 hommes et 2 femmes, dont la médiane des âges lors du décès ou lors de la notification est de 30 ans (entre 20 et 37 ans). Trois personnes résident ou résidaient en Ile-de-France et trois en province. Tous sont homozygotes Met-Met pour le codon 129 et ne présentent aucun facteur de risque identifié pour les autres formes reconnues de MCJ.

----------

Le quotidien Ha'aretz évoque la première suspicion d'ESB en Israël (en anglais).

Dans Le Parisien, en ligne ce 4 juin, un article signé Céline Jappé : Le retour du brie de Meaux dans les assiettes.
Trois mois après la découverte d'un cas de vache folle dans son troupeau, la ferme et la fromagerie des Trente-Arpents de Favières croit à nouveau en l'avenir. En milieu de semaine, quatre cent vingt premiers fromages sortiront des caves à affiner, direction le marché de Rungis (Val-de-Marne).

----------

Brève

Caen, 3 juin - Une trentaine d'élus et représentants communaux du Calvados ont manifesté lundi à 11h00 devant la préfecture du département à Caen pour s'indigner d'un projet de centre de stockage de farines carnées sur leur territoire, au sujet duquel ils n'avaient pas été informés, a constaté l'AFP. AFP sur La Recherche.


Le 3 juin 2002

ESB-Info, le vendredi 31 mai  :
Année 2002 = 113 cas confirmés
21 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
57 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
35 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Sur Agrisalon le 31 mai : Nouvelle campagne sur la viande bovine issue de races à viande.
Cette campagne cofinancée par l'Ofival va être réalisée très rapidement pour pouvoir démarrer avant la fin du mois de juin indique Interbev.

Dans La Charente Libre, le 3 juin, un article de Christophe Esnard : Les éleveurs bovins partent en reconquête.
Les amateurs étaient invités samedi à un «rallye de l'élevage». Etape à Yviers chez un éleveur de veaux de Chalais, avec dégustation et explications par le menu.
Vache-ment bon !» Celui qui n'a jamais mangé un quasi (l'équivalent du rumsteak) grillé ne sait rien du goût inimitable du veau de Chalais, exclusivement nourri au lait tété au pis. Dégusté à la bonne franquette à côté du barbecue, sur un coin de la table du salon de jardin de l'éleveur, dans la cour de la ferme et sous le chaud soleil d'un matin de juin, c'est encore bien meilleur.

----------

Brèves

Aurillac, 2 juin - Un nouveau cas d'ESB a été détecté il y a une dizaine de jours chez un éleveur de Rouziers, dans le sud du Cantal, portant à cinq le nombre de cas de vache folle dans le département, a-t-on appris dimanche auprès de la préfecture. AFP sur La recherche.

Lyon, 31 mai - Le tribunal correctionnel de Lyon a relaxé vendredi un ancien PDG de Panzani Lionel Zinsou accusé de "tromperie sur les qualités substantielles, l'origine et les contrôles" de ses produits d'origine bovine, estimant n'avoir pas été valablement saisi des faits. AFP sur La Recherche.

Paris, 2 juin - Saumon et truite, deux des poissons favoris des Français, proviennent en quasi totalité de l'élevage. L'aquaculture, en fort développement dans certains pays, est elle-même grande consommatrice de poissons sous forme de farine et d'huile dont elle nourrit ses élevages. (....) Depuis novembre 2000, l'utilisation de farines de viande issues d'animaux terrestres est interdite dans l'alimentation des poissons d'élevage, une décision liée à la crise de la vache folle. Mais les truites, bars, dorades et turbots, dont 52.000 tonnes sont produites par l'aquaculture française, restent des carnassiers.  AFP sur Yahoo.


Le 31 mai 2001

AFSCA, Belgique, le 24 mai : EST chez les moutons et les chèvres : point de la situation

Sur Agrisalon : La Tremblante chez nos voisins belges.
L'AFSCA, Agence fédérale belge de sécurité de la chaîne alimentaire, vient de faire le point sur la situation des EST, particulièrement de la tremblante chez les moutons et les chèvres en Belgique.

----------

Brève

Orléans, 31 mai - Un cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été décelé mercredi dans un élevage de Nibelle (Loiret), sur une vache de race Prim'Holstein née en juillet 1996, a annoncé vendredi la préfecture. AFP sur La Recherche.

----------

Dan la Dépêche du Midi du 30 mai, un article de Gérard Camier : Une unité de Ferso Bio, installée à Agen, pourrait être transférée à Lannemezan.
Une société d'incinération de farines animales intéressée par le site d'Atofina
Depuis quelques jours, circule une information qui semble embarrasser les acteurs d'un projet de transfert d'une unité de la société Ferso Bio, installée à Agen et dans le Gers et spécialisée dans l'incinération de farines animales, vers le site d'Atofina à Lannemezan.

La chronique hebdomadaire de Jean-Yves Nau dans Médecine Hygyene : Les bovins suisses sont autorisés à venir en France.
C’est fait. Ou presque. Dans un avis daté du 16 avril, l’AFSSA ne s’oppose plus à la «réintroduction sur le territoire national de bovins vivants originaires de Suisse». Une affaire bien intéressante qui nous en dit long sur le système bien tardivement mis en place pour faire front à la dissémination dans l’Hexagone – et dans les départements d’outre-mer – du prion pathologique.

Discours du ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales à la LXXe Session générale de l'Office international des épizooties.


Le 30 mai 2002

Dans Libération du 30 mai, un article de Julie Lastérade : Tremblante: on compte les moutons.
Seize bêtes infectées sur les 7 000 testées.
Ce sont les premiers résultats. Seize moutons de plus de 18 mois se sont révélés positifs pour la tremblante sur les quelque 7 000 bêtes testées depuis le mois d'avril. C'est peu, mais la campagne de surveillance «active» de cette encéphalopathie spongiforme du mouton n'est pas terminée. Le programme prévoit d'en étudier encore au moins le double. Objectif : avoir une idée précise de l'ampleur de la maladie sur le territoire.

Ministère de l'Agriculture :
Le dossier tremblante
et statistiques mises à jour au 27 mai 2002.

Dans le Parisien, en ligne ce 30 mai : Cantines Deux arrondissements servent du boeuf bio aux élèves.
Une première dans la capitale ! Deux arrondissements, le II e et le V e , viennent de décider de servir de la viande de boeuf bio dans les cantines scolaires.


Le 29 mai 2002

Brèves

Paris, 28 mai (AFP) - Dix-huit cas de tremblante du mouton ont été diagnostiqués en France depuis le lancement, début avril, de la campagne de dépistage par tests rapides qui doit concerner quelque 100.000 ovins et caprins, selon des statistiques publiées mardi sur le site internet du ministère de l'Agriculture. AFP sur Terre-Net.

Varsovie, 28 mai - Le gouvernement polonais a annoncé lundi l'élargissement à huit nouveaux pays de l'interdiction des importations et du transit de boeuf sur pied et de produits dérivés.
Ces nouvelles mesures concernent l'Italie, l'Autriche, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, la Finlande, le Japon et la Grèce alors que les premières interdictions visaient la France, la Belgique, les Pays-bas, l'Espagne, l'Allemagne, le Luxembourg, le Lichtenstein, la Grande Bretagne, l'Irlande et la Suisse. AFP sur La Recherche.

----------

Dans l'Est Républicain (source Agrisalon) : Nouveau cas de vache folle en Haute-Saône.
Vesoul. L'exploitation familiale de Bernard Gaudinet, agriculteur et maire de la commune de Liévans, entre Lure et Vesoul, vient d'être touchée par un cas de vache folle. Une analyse de suspicion, réalisée il y a dix jours, a été confirmée hier matin par la direction des services vétérinaires de Haute-Saône.


Le 28 mai 2002

Dans Les Echos, par Marie-Josée Cougard, le 27 mai : L'Australie victime de la crise de la vache folle au Japon.
L'Australie s'apprête à vivre un important choc en retour avec la confirmation du quatrième cas de vache folle au Japon. L'empire du Soleil Levant est le deuxième débouché des éleveurs de bovins australiens et de l'industrie de la viande. Or la confiance du consommateur nippon est plus que sérieusement ébranlée.

----------

AFSSA, le 28 mai : ESB: Epidémiologie active et épidémiologie clinique : données chiffrées.

Sur Agrisalon, le 28 mai : 6 cas d'ESB enregistrés dont 1 supernaïf né en 1998.
La cellule ESB du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales a enregistré 6 nouveaux cas d'ESB, dont 1 dans les Deux-Sèvres sur une vache née en janvier 1998.

----------

Bruxelles, DG XXIV, le 28 mai 2002, Document de travail des services de la Commission sur la transformation, l'élimination et l'utilisation de sous-produits animaux dans les États membres (daté du 20 novembre 2001).

ESB-Info, le 28 mai
Année 2002 = 109 cas confirmés
20 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
55 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
34 cas " dépistage systématique à l’abattoir "


Le 27 mai 2002

C'est à lire dans l'hebdomadaire Le Point daté du 24 mai :Vache folle - Les faux papiers de la polonaise
Maya Szymanowska (à Varsovie)
La première vache en Pologne infectée par l'ESB a alimenté pendant plusieurs jours un petit feuilleton. Mais d'où venait-elle donc ? Pas facile à savoir : l'origine de l'animal malade, muni de faux papiers (comme 70 % des bovidés en Pologne), était impossible à retracer. On a cru d'abord qu'elle s'appelait Krasula et était slovaque. Mais, après enquête, il s'avère que l'animal malade provenait bel et bien d'un élevage polonais. Du coup, le ministre de l'Agriculture, Jaroslaw Kalinowski, a promis de vérifier jusqu'à la fin de l'année les papiers de toutes les vaches en Pologne.

----------

Brève

Découverte de cas de tremblante du mouton en Israël: 1.000 ovins abattus
Jérusalem, 27 mai - Le ministère israélien de l'Agriculture a fait abattre mille ovins à la suite de l'apparition de cas de tremblante du mouton dans le pays, a-t-on appris lundi auprès du ministère. AFP sur La Recherche.

----------

Agenda

Agropolis Montpellier : le Printemps de bouses, 1er et 2 juin 2002.


Le 24 mai 2002

Dans le Parisien du 24 mai : Pas de levée de l'embargo sur le boeuf britannique.
Deux semaines après son arrivée, et après avoir reçu les syndicats agricoles, Hervé Gaymard, qui commence à « s'immerger » dans les dossiers, a confirmé, hier, qu'il n'était pas question pour le moment de lever l'embargo sur la viande bovine britannique, malgré la décision contraire en décembre dernier de la Cour européenne.

Dans le Télégramme du 24 mai : L'embargo sur le bœuf britannique maintenu.
Extrait :
Dernier épisode en date : la France vient de réclamer un délai supplémentaire, arguant du fait que l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments a demandé à son homologue britannique de nouvelles précisions sur la situation sanitaire en Grande-Bretagne.
En attendant, Londres a indiqué hier qu'il va continuer à demander à la Commission européenne l ' imposition d 'amendes à la France .

Dans le Républicain Lorrain (source Agrisalon) : La filière viande en colère.
Nancy.- Le fait de publier un article général sur les problèmes de sécurité alimentaire en évoquant la filière viande est-il de nature à diffamer l'ensemble de la profession ? Telle était la question posée hier à la cour d'appel de Nancy appelée à statuer dans le différend qui oppose le directeur de la petite revue du centre Meuse, éditée à Saint-Mihiel, à cinq organisations, dont « l'association lorraine interprofessionnelle du bétail et des viandes » et la FDSEA de la Meuse.

----------

Brèves

Londres, 23 mai - L'agence de sécurité alimentaire britanique a mis en garde mercredi les consommateurs contre les risques d'infection des ovins par l'ESB, notamment dans les saucisses et la nourriture pour bébés.L'Union européenne devrait ajouter les abats d'ovins à la liste des produits à éliminer pour risque d'encéphalopathie spongiforme bovinemaladie de la vache folle), selon l'agence, qui ne recommande pas l'arrêt de la consommation de mouton et d'agneau. AFP sur La Recherche.

New York, 23 mai (AFP) - McDonald's, le numéro un de la restauration rapide, songe à acquérir des enseignes qui cuisinent autre chose que des hamburgers pour donner du tonus à ses ventes aux Etats-Unis, rendues de plus en plus difficiles par la saturation du marché. AFP sur La Recherche.


Le 23 mai 2002

Paris, 23 mai - Le nouveau ministre de l'Agriculture, Hervé Gaymard, a indiqué jeudi qu'il n'était pas question de lever "pour l'instant" l'embargo français sur les importations de viande bovine britannique. AFP sur La Recherche.

----------

ESB-Info, le 21 mai 2002
Année 2002 = 103 cas confirmés
20 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
52cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
31 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Brèves

Sur Agrisalon, le 23 mai : La cellule ESB-info a enregistré, le 21 mai 2002, 3 cas d'ESB détectés dans le département de Vendée.

Bruxelles, 22 mai (AFP) - L'Union européenne (UE) pourrait assouplir dans les mois à venir les restrictions imposées à la commercialisation des T-Bone steaks à la suite de la crise de la vache folle, selon des sources européennes concordantes.Dans un avis rendu public mercredi à Bruxelles, le comité scientifique directeur de l'UE a jugé "faible" le risque d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle) pour les bovins nés après l'entrée en vigueur de l'interdiction des farines animales le janvier 2001. AFP sur La Recherche.

Londres, 22 mai - L'agence de sécurité alimentaire britannique a mis en garde mercredi, dans un nouveau rapport(http://www.food.gov.uk/news/newsarchive/66452), les consommateurs sur les risques d'infection des ovins par l'ESB, sans leur interdire pour autant de manger du mouton et de l'agneau. AFP sur La Recherche.

Vesoul, 22 mai (AFP) - Deux cas d'encéphalopathie spongiforme bovinevache folle) ont été détectés sur des vaches laitières de race Montbéliarde originaires de Haute-Saône, a-t-on appris mercredi auprès de la direction des services vétérinaires.

----------

Sur Terre-Net, le 22 mai : ESB - Le comité scientifique directeur publie un avis sur le retrait de la chaîne alimentaire de la colonne vertébrale des bovins
Le comité scientifique directeur (CSD), qui conseille la Commission européenne, notamment sur les questions relatives à l'ESB, a publié aujourd'hui un avis adopté lors de sa réunion de la semaine passée, examinant l'âge actuel de 12 mois pour le retrait de la chaîne alimentaire humaine de la colonne vertébrale des bovins ("T-bone").

----------

Brève

Paris, 21 mai - Le nombre des cas de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) provoqués par des injections d'hormones de croissance humaine pourrait s'élever, estime une équipe de médecins néerlandais en faisant état d'une incubation-record de trente-huit ans, dans la dernière livraison du Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry. AFP sur La Recherche.


Le 22 mai 2002

MHR, le 21 mai : Géographie française de l'ESB

Sur Agrisalon, le 21 mai : La sécurité sanitaire des produits agricoles, une attente forte des Français envers les agriculteurs.
Selon un sondage effectué par l’Institut BVA à la demande de la Société des agriculteurs de France, un tiers des Français (37%) attribue comme mission principale aux agriculteurs la sécurité sanitaire des produits agricoles, et les deux-tiers (62%) comme une des deux principales missions.

Dans Le Télégramme : Elevage bovin. Sur une courbe un peu plus favorable
Affectée par la crise de l ' automne 2000, la production bovine française s' est en partie rétablie l ' an dernier, soutenue par les mesures de dégagement des marchés, qu ' il s ' agisse du retrait des animaux de plus de 30 mois ou d ' achats spéciaux, selon un bilan du ministère de l ' Agriculture.
Avec 1,8 million de tonne équivalent-carcasse (TEC) en 2001, la production bovine a retrouvé un niveau proche de 1999, mais est restée inférieure de 0,7 % en poids.

http://www.beskid.com/wmview.phpb?ArtID=770, le 22 mai 2002 : La vache folle en Pologne.

----------

Brève

Avesnes-sur-Helpe (Nord), 17 mai (AFP) - Un cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle) a été détecté dans le département du Nord, sur une vache laitière à Beaufort, près d'Avesnes-sur-Helpe, a-t-on appris vendredi auprès de la sous-préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 16 mai 2002

Dans le Télégramme : Un entretien avec Jean-louis Hurel (SARIA)
Propos recueillis par Frédérique Le Gall
Le Télégramme.- L'état de vos usines s'est-il amélioré depuis l'affaire Doussal ?
Jean-Louis Hurel.- « Excepté celle de Saint-Denis, que nous allons fermer, la situation s'est totalement assainie sur l'ensemble de nos 14 usines françaises. Depuis 1996, nous avons investi plus de 150 millions d'euros et nous poursuivons nos efforts afin que nos usines soient irréprochables. Aujourd'hui, nous traitons tout ce que nous collectons et nous ne stockons rien. Toutes les farines que nous fabriquons à partir de déchets à hauts risques - cadavres d'animaux et matériaux à risques spécifiés - partent directement à l'incinération. Quant aux farines à bas risques interdites depuis le 14 novembre 2000, elles rejoignent sans délai les sites de stockage de l'État ou éventuellement des cimenteries quand ces dernières en ont les capacités ».

Dans Le Figaro du 16 mai, un article de Muriel Frat : L'amer bilan de l'Institut de l'environnement
Naufrage de l'Erika, accident du tunnel du Mont-Blanc, tempêtes exceptionnelles, catastrophe de Toulouse, crise de la vache folle, inondations dans la Somme : la troisième édition de « L'Environnement en France » couvre une période particulièrement « riche » en événements violents.

Bruxelles, le 13 mai 2002 : Fischler et Byrne Dernière table ronde sur l'agriculture et l'alimentation.
Aujourd'hui, David Byrne, commissaire chargé de la santé et de la protection des consommateurs, et Franz Fischler, commissaire responsable de l'agriculture, du développement rural et de la pêche, ont mis un terme à une année de discussion stratégique sur la réforme de la politique en matière d'agriculture et d'alimentation en Europe.

Sur le site de l'INRS, rubrique "risques biologiques" des Dossiers : Compte-rendu détaillé de l'audition d'experts "Risque biologique à l'abattoir" du 12 mai 2000. Documents pour le médecin du travail n° 84 du 4e trimestre 2000, pp. 415-434 (format pdf - 200 ko)

----------

Brève

Copenhague, 15 mai - Les autorités danoises ont annoncé mercredi un neuvième cas de vache folle après un dernier test positif de l'Institut vétérinaire sérologique sur un échantillon du cerveau d'une bête d'un élevage écologique de l'île de Bornholm (en mer Baltique). AFP sur La Recherche.


Le 15 mai 2002

Dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, en ligne ce 15 mai uniquement, un article signé Philippe de Casabianca : Danger alimentaire : tuer la peur dans l'oeuf.
La vache folle et la tremblante du mouton ont renforcé la méfiance des consommateurs à l'égard de l'alimentation et de ses normes. Aussi, les députés européens ont-ils débattu hier d'une refonte de l'hygiène alimentaire, de quoi éloigner le spectre des salmonelles et autres corps infectieux indésirables.


Le 14 mai 2002

ESB-Info, le 14 mai 2002
Année 2002 = 100 cas confirmés
20 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
50 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
30 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

La chronique hebdomaire de Jean-Yves Nau dans Médecine-Hygiène : Embargo : la France a demandé un nouveau délai à Bruxelles
Extrait :
"Et la coïncidence veut que le dernier arbitrage interministériel rendu – dans la soirée du vendredi 19 avril – par le gouvernement de Lionel Jospin concernait la question du maintien ou de la levée de l’embargo français sur les viandes bovines britanniques. "

Sur Agrisalon, le 14 mai : Les consommateurs prêts à payer le prix de la qualité selon le CREDOC
Les résultats de l’enquête du CREDOC montrent que les Français sont prêts à payer plus cher un produit de qualité à condition qu’il possède des caractéristiques objectives de solidité, de fiabilité et de durée de vie

Sur Agrisalon, le 14 mai : Les éleveurs de bovins spécialisés dans la production de viande sont-ils différents des autres agriculteurs ?
Agreste vient de consacrer une étude à ces 78 000 éleveurs spécialisés dans la viande bovine, dont l’effectif diminue moins vite que celui des autres exploitants mais qui est aussi la population agricole qui compte le plus fort taux de célibataires.

----------

Signalé par Terre-Net, c'est à lire "Les Vaches de la République", un livre écrit par Bertrand Vissac, chercheur-agronome, et publié par l'INRA (http://www.inra.fr/Editions). Ce livre retrace un demi-siècle de recherches sur l'élevage bovin : hier, base de l'autosubsistance puis fer de lance des Trente Glorieuses, les vaches sont aujourd'hui tout à la fois symbole des excès du productivisme et de la reconquête des territoires ruraux. Autant qu'une somme impressionnante de résultats d'expériences, cet ouvrage est un plaidoyer pour une vision systémique de l'élevage qui lie la reproduction, la sélection et l'alimentation animales à l'aménagement des territoires et à la qualité des produits.

Le Vach'mag de mai est en ligne.

----------

Brèves

Tokyo, 13 mai - Le scandale de la vache folle a pris un tournant tragique lundi avec le suicide d'une responsable des inspections de la viande dans l'Hokkaido après la confirmation d'un quatrième cas d'ESB. AFP sur La Recherche.

Bruxelles, 13 mai (AFP) - L'apparition en Pologne d'un premier cas de maladie de la vache folle sera sans conséquence sur les négociations d'adhésion de Varsovie à l'Union européenne, selon la Commission européenne."Cela ne bloque en rien l'adhésion", a déclaré lundi David Byrne, commissaire européen chargé de la santé et de la protection des consommateurs, lors d'une conférence de presse. AFP sur La Recherche.


Le 13 mai 2002

http://www.beskid.com/wmview.phpb?ArtID=713, le 8 mai, dans le premier magazine francophone consacré à la Pologne : Vache folle – suite et certainement pas fin
Le vétérinaire en chef de la région de la Petite Pologne a déclaré ce lundi, au cours d’une conférence de presse, que l’enquête a permis de découvrir l’origine de la vache malade, mais il n’a pas communiqué le nom du village en question, sauf que c’est dans la région et que le bête ne venait pas de la Slovaquie.
Selon les sources journalistiques, la vache proviendrait d’un élevage de Rzepiennik Strzyzewski, la bête serait descendante d’une vache provenant de la région d’Opole, mais serait née chez l’éleveur incriminé et aurait été alimentée avec de la nourriture exclusivement naturelle. L’éleveur déclare avoir vendu la vache à un intermédiaire et que deux génisses provenant de la bête malade vivent dans son élevage. La vache était âgée de 10 ans. L’enquête se poursuit pour retrouver les traces de toute la descencence de la vache contaminée. Les services vétérinaires prévoient l’abattage de tout le troupeau de l’élevage et l’éleveur sera indemnisé pour sa perte d’exploitation.
Selon certaines sources, le Procureur de Tarnow ne semble pas convaincu que l’origine de la bête soit clairement déterminée. Il y aurait eu des faux en matière de documents concernant les animaux abattus le jour J dans l’abattoir en question, des poursuites pour faux et usage des faux avec danger pour la santé publique pourraient être engagées contre l’intermédiaire et la personne chargée d’établir les documents d’identité des animaux.

Les statistiques du v-MCJ en Grande-Bretagne, mise à jour le 7 mai
Le total des cas certains ou probable s'élève à 121

ESB-Info le 7 mai 2002
Année 2002 = 99 cas confirmés
20 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
49 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
30 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Eradication de la tremblante du mouton par la sélection génétique : les bases scientifiques
Le programme d’éradication de la tremblante récemment lancé par le gouvernement français repose en grande partie sur la sélection génétique : chez les ovins, les animaux sont plus ou moins sensibles à la tremblante selon leurs caractéristiques génétiques, ce qui n’a pas été montré pour les bovins face à l’ESB. L’INRA a contribué à l’élaboration des connaissances sur cette variabilité génétique de la résistance/sensibilité à la tremblante depuis 1992, à partir d’observations réalisées en fermes et dans ses propres domaines expérimentaux (domaine de Langlade notamment).
Sur Agrisalon.

Sur Plein Champ, le 7 mai : Tremblante, un nouvel arrêté sanitaire
La tremblante du mouton occupe, depuis peu, le devant de la scène médiatique. Une polémique est née autour d’une éventuelle présence d’ESB chez le mouton et a conduit le Ministère à demander une étude approfondie sur cette question auprès de l’AFSSA.
L’avis rendu par les experts de l’AFSSA, le 5 mars dernier, qui précise qu’aucune donnée nouvelle n’est à la disposition des chercheurs à ce jour, a néanmoins conduit à la publication d’un nouvel arrêté de police sanitaire le 20 mars. En parallèle, une campagne de tests de grande envergure en abattoir et à l’équarrissage va démarrer en avril prochain. 62 000 tests sont prévus. A noter que si le prion de la tremblante est détecté par ces tests, les mesures de police sanitaire du nouvel arrêté s’appliquent.

Sur Agrisalon, le 7 mai : Les bovins suisses à nouveau acceptés en France
La France, 4e marché pour les bovins suisses, a levé, le 3 mai 2002, l'interdiction d'importation qui frappait les bovins suisses depuis 1996.
La Suisse peut donc à nouveau exporter ses bovins vers la France, à condition qu'ils soient nés après le 1er janvier 2001.

----------

Brèves

Tokyo, 11 mai - Un quatrième cas de vache folle a été détecté au Japon par l'université agricole et vétérinaire d'Obihiro, située dans l'île d'Hokkaido, selon le ministère japonais de la santé cité samedi par l'agence Kyodo. AFP sur La Recherche.

Bucarest, 7 mai - La Roumanie a suspendu mardi les importations de viande bovine en provenance de Pologne en raison de la découverte la semaine dernière d'un cas de vache folle dans ce pays, a annoncé le ministère roumain de l'Agriculture. AFP sur La Recherche.

Moscou interdit la viande coréenne et polonaise, Kiev suit son exemple.
Moscou, 7 mai - La Russie a suspendu mardi les importations de bétail et de produits animaux de Corée du Sud en raison de l'épizootie de fièvre aphteuse qui y sévit, ainsi que celles de certains types de viande, notamment bovine, de Pologne après la découverte, la semaine dernière, du premier cas d'ESB dans ce pays."L'entrée sur le territoire de la Fédération de Russie de toutes les catégories d'animaux et de produits animaux de Corée du Sud est interdite jusqu'à l'éclaircissement de la situation d'épizootie dans ce pays", a indiqué le ministère russe de l'Agriculture dans un communiqué.Des milliers d'animaux, notamment 8 700 cochons et 45 vaches, ont été abattus en Corée du Sud après la découverte de l'épizootie de fièvre aphteuse.La Russie a également interdit "jusqu'à nouvel ordre", en raison de la découverte la semaine dernière d'un cas de vache folle en Pologne, l'importation de ce pays de "viande bovine sur os, de mouton, de sous-produits ainsi que d'autres produits dérivés des animaux ruminants", selon un autre communiqué du ministère.L'Ukraine a également interdit mardi les importations de bovins et de moutons polonais ainsi que de leurs produits dérivés, a indiqué à Kiev le chef des services vétérinaires Petro Verbitsky. AFP sur La Recherche.


Le 7 mai 2002

----------

Varsovie, 7 mai - L'Estonie a interdit mardi les importations de boeuf et de produits dérivés polonais à la suite du dépistage en Pologne du premier cas d'ESB, ont indiqué les services vétérinaires estoniens. AFP sur La Recherche.

----------

Agreste, les statistiques du ministère de l'Agriculture
Note de conjoncture n°5 du 7 mai :
La production bovine de l’Union européenne reprendrait en 2002 (mai 2002)
Alimentation animale : le tourteau de soja remplace les farines carnées (mai 2002)

----------

Brèves

Vache folle: feu vert à la reprise des exportations de bovins suisses vers la France

Berne (AP sur Yahoo) - La Suisse peut à nouveau exporter ses bovins vers la France. Paris a levé l'embargo décrété en 1996 dans le cadre de la lutte contre l'ESB a annoncé lundi l'Office vétérinaire fédéral (OVF).

Varsovie - La police polonaise a interpellé deux hommes dans le cadre de l'enquête liée à la récente découverte du premier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, dite "maladie de la vache folle") dans le pays. AP sur Yahoo.

----------

A lire sur Terre-Net, le 7 mai : Consommation - 2001, l'année où la volaille dépassa la viande bovine.
2001 restera l'année où, pour la première fois, la volaille a été davantage consommée en France que le bœuf : 26 kg consommés par habitant et par an, soit 900 g de plus que la viande de bœuf.

----------

Brèves

Bruxelles, 6 mai - La Commission européenne ne prévoit "pas de nouvelle mesure" vis-à-vis de la Pologne après la découverte dans ce pays d'un premier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), a indiqué lundi le commissaire européen chargé de la santé et des consommateurs, David Byrne. AFP sur La Recherche.

Varsovie, 6 mai - La Lituanie a temporairement interdit lundi les importations de boeuf et de produits dérivés polonais à la suite du dépistage en Pologne du premier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle), ont indiqué les services vétérinaires lituaniens. AFP sur La Recherche.


Le 6 mai 2002

Beskid Infos, le 5 mai 2002 : Premier cas de vache folle en Pologne
Durant les analyses de routine, les chercheurs du super-moderne laboratoire de Cracovie ont découvert le premier cas de vache folle à Cracovie. La bête impliquée est un animal âgé de plus de 30 mois. Les résultats des analyses ont été confirmés par un autre laboratoire de Pulawy.
L’abattoir de Machnaczka Wyzna, aux environs de Krynica, en Petite Pologne, où la vache a été abattue, a été complètement désinfecté le samedi. Les services vétérinaires polonais sont en état d’alerte.
Cette situation suscite beaucoup de controverses en Pologne, l’annonce de ce premier cas polonais vient 3 mois après la note des services de l’Union Européenne contenant les rapports des experts européens qui ont inspecté, fin 2001, les services vétérinaires des 9 des 12 pays candidats, dont la Pologne.

----------

Dans les Dernières Nouvelles d'Alsace datées du 5 mai, en ligne uniquement ce 6 mai, un article signé Odile Weiss : Farines animales : du port au four
L'évacuation des farines animales stockées depuis janvier 2000 au Port du Rhin, à Strasbourg, a commencé. Elles sont désormais utilisées comme combustible de substitution par les cimenteries de Héming et de Xeuilley.

----------

Brèves

Varsovie, 6 mai (AFP) - Les origines d'une vache, chez laquelle le premier cas en Pologne d'ESB a été dépistée la semaine dernière, confirment qu'il ne s'agissait pas d'un animal importé, a-t-on appris lundi auprès des services vétérinaires. AFP sur La Recherche.

ROME (AP) - Un 62ème cas d'ESB a été découvert dans le nord de l'Italie, diagnostiqué sur un bovin âgé de cinq ans dans la province de Bolzano, près de la frontière autrichienne, a annoncé vendredi le ministère de la Santé. AP sur Yahoo, le 3 mai.

----------

Varsovie, 4 mai - Un premier cas d'ESB a été dépisté en Pologne, dans la région de Cracovie (sud), a annoncé samedi le médecin vétérinaire en chef du pays Piotr Kolodziej."Ce premier cas a été dépisté à l'occasion de tests réalisés dans des laboratoires à Cracovie et confirmé par la suite par une série de tests à l'Institut vétérinaire à Pulawy (est)", a précisé le médecin, cité par l'agence PAP."L'animal chez qui le cas a été dépisté avait 9 ans", a-t-il indiqué. AFP sur La Recherche.


Le 3 mai 2002

La chronique hebdomadaire de Jean-Yves Nau dans Médecine Hygiène : Le ris de veau est de retour sur les tables de France (2)
Ainsi donc le carcan sanitaire se desserre tandis que souvenirs et plaisirs gustatifs reviennent. Après cinq ans de privation, les amateurs de ris de veau sont comblés ; le thymus des jeunes bovins est à nouveau à portée des papilles humaines. Avec, il est vrai, quelques restrictions qui viennent à nouveau nous dire que tout n’est pas rose dans les étables de France et de Navarre. C’est ainsi que le ministère de l’Agriculture prend soin de souligner que si le feu vert est bien donné aux ris, les veaux nourris à partir de «lactoremplaceurs» restent interdits à la vente et à la consommation.

Institut de l'Elevage : A lire dans la Circulaire de l'Elevage n° 2597 du 26 avril 2002 :
- ESB : abattage sélectif et indemnisation
- Tremblante : pas de plan sans financement
- Un délai pour l'embargo sur les viandes britanniques


Le 2 mai 2002

ESB-Info, le 30 avril 2002
Année 2002 = 91 cas confirmés
17 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
47 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
27 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Dans la Tribune du 2 mai : Ille-et-Vilaine - SVA veut investir 35 millions d'euros pour brûler les farines animales.
La Société Vitréenne d'Abattage a mis à l'étude un projet d'incinérateur de farines animales d'une capacité de 80.000 tonnes par an.
Dans le même numéro : Les géants du fast-food n'aiguisent pas l'appétit des repreneurs.
Le numéro deux de la restauration rapide, Burger King, a été officiellement mis en vente par Diageo en février. C'est au tour du belge Quick, numéro trois, de chercher un repreneur.


Le 30 avril 2002

Sécurité du citoyen et risques alimentaires
L'interministérialité au niveau local

ENA : Séminaire d'administration comparée de la promotion Mandela (1999-2001)
Contexte :
Les consommateurs, depuis la crise de la "vache folle", expriment à l'égard de l'aliment une méfiance accrue, malgré l'amélioration objective de la sécurité alimentaire. Lors des crises, les décideurs sont donc incités à gérer tout autant la crainte du risque que le risque lui-même. Dans le même temps, les responsabilités pénale et politique des décideurs publics sont de plus en plus susceptibles d'être mises en causes.


Le 29 avril 2002

ESB-Info, le 26 avril 2002 :
Année 2002 = 89 cas confirmés
17 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
45 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
27 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

AFSSA : Avis de l'Agence relatif aux bovins originaire de Suisse - 26/04/2002
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments a rendu un avis portant sur la réintroduction sur le territoire national de bovins originaires de Suisse. Cet avis est téléchargeable sur le site de l'Agence

Sur Médecine-Hygiène : Le ris de veau est de retour sur les tables de France (1)
Dimanche de Pâques 2002. Que retiendra-t-on demain de cette fête ? (....) On retiendra, dans ce journal, la décision gouvernementale publiée dans le Journal Officiel au matin pascal et concernant les ris de veau dorénavant de retour sur les tables républicaines de France

----------

Brèves

Bayonne, 26 avril - Un quatrième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté vendredi dans le département des Pyrénées-Atlantiques, sur une vache allaitante de 5 ans, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

Rennes, le 27 avril : "A l'origine des difficultés de la filière, ont-ils expliqué, se trouve la surproduction qu'a engendré la crise de la vache folle, en provoquant un doublement des importations de volaille, pour l'essentiel du Brésil et de Thaïlande, à des prix très concurrentiels que n'ont pas compensé des taux de douane très réduits." AFP sur Voila.


Le 26 avril 2002

Dans le Bien Public (de Dijon) du 25 avril : Bientôt à l'étal et dans les assiettes. Le grand retour du ris de veau.
Exclus de la chaîne alimentaire depuis la dernière crise de la « vache folle », les ris de veau peuvent de nouveau être commercialisés, sous certaines conditions. Au plus grand bonheur des gourmets.
Toujours dans le même journal : Sur les marchés dijonnais. Des consommateurs heureux.
Chantal. - « Le ris de veau ? J'adore çà ! Je suis très contente qu'il revienne sur le marché. Je m'en sers par exemple pour faire des quenelles, mais j'en achète de temps en temps seulement, car c'est un plat qui reste cher ».

----------

Brève

Pékin, 26 avril - Une dizaine de produits cosmétiques européens et japonais suspectés de contenir des produits d'origine animale interdits ont été retirés des rayons de plusieurs grands magasins pékinois, a rapporté vendredi la presse chinoise. AFP sur La Recherche.

Sur Agrisalon, le 26 avril http://www.agrisalon.com/06-actu/article-5454.php

La santé humaine par la santé animale.
A la veille de la Journée mondiale vétérinaire, Bernard Vallat a présenté les missions de l'Office international des épizooties (OIE), l'organisation mondiale de la santé animale qu'il dirige.
Et une brève histoire de l'OIE, sur le site de cette organisation.


Le 25 avril 2002

De David Larousserie, dans Science et Avenir de mai 2002, "Prion, l'insaisissable" (pp. 34-36). Chez votre marchand de journaux.

----------

Dans le Télégramme du 25 avril : Cantines. Une campagne pour ne plus nourrir d'inquiétudes.
Lorient (56). L'Institut national de la consommation (INC) a lancé hier à Lorient sa quatrième campagne d'éducation sur la sécurité alimentaire. Intitulée « Votre enfant mange à la cantine », elle a pour objectif d'apporter une information aux parents d'élèves, de répondre à leurs inquiétudes sur la sécurité alimentaire ou l'équilibre nutritionnel des repas.
Dans un contexte marqué par la crise de la vache folle, la listériose, la salmonellose, les OGM ou encore les pesticides, mais aussi des problèmes d'allergies ou d'obésité (dont les cas chez les enfants de 5 à 12 ans sont passés de 6 à 12 % en 15 ans)... les parents d'élèves sont nombreux à s'interroger sur la qualité des repas servis dans les cantines scolaires.


Le 24 avril 2002

Dans l'Est Républicain du 24 avril, un article signé Frédéric Jimenez (signalé par Agrisalon) : ESB : un éleveur de Vennes refuse l'abattage de son troupeau.
Yves Vivot se bat pour préserver la valeur génétique de son troupeau, fruit du travail de quatre générations d'éleveurs et surtout de vingt années de sélection rigoureuse.

Sur Plein Champ, le 23 avril : Boeuf britannique : la France demande un délai supplémentaire pour lever l'embargo.
La Cour européenne de justice a condamné la France à la fin 2001 à lever l’embargo sur le bœuf britannique. Paris veut des précisions sur la police sanitaire de l'ESB en Grande-Bretagne.

Sur Agrisalon, le 24 avril : Revenu agricole dans l'UE15, estimations révisées à la hausse pour 2001.
En 2001, le revenu agricole réel par actif a augmenté de 3,3 % dans l'UE15, selon les estimations révisées publiées aujourd'hui par Eurostat, l'Office statistique des Communautés européennes à Luxembourg. Dans la zone euro4, le revenu agricole par actif a progressé de 3,0 %.

----------

Sur le site de l'AFSSAPS : Rapport préliminaire sur l'utilisation de la mépacrine.


Le 23 avril 2002

Dans Le Monde du 18 avril, un article de Jean-Yves Nau : La maladie de Creutzfeldt-Jakob résiste.
Echec du premier essai clinique de traitement médicamenteux.
Philippe Duneton, directeur général de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), vient de rendre public un rapport préliminaire concernant le premier essai clinique de traitement médicamenteux expérimental des différentes formes de la maladie neuro-dégénérative de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) à partir de mépacrine, antiparasitaire qui a été utilisé dans le traitement du paludisme. Parmi les vingt malades inclus dans cette étude, quatorze sont décédés et les six encore en vie n'ont bénéficié d'aucune amélioration, même transitoire, de leur état de santé.

----------

Dans Le Monde des Livres du 19 avril, une analyse de Paul Benkimoun : Remèdes à l'insécurité sanitaire
Un médecin et un haut fonctionnaire pour une même philosophie : il faut apprendre à vivre dans un monde plein d'incertitudes.
Les crises de sécurité sanitaire ont envahi notre vie quotidienne. Coup sur coup paraissent deux livres dont la lecture est indispensable à qui s'intéresse à ce sujet éminemment politique, dans le sens le plus noble du terme. Tous deux sont écrits par des hommes jouant un rôle-clé dans le dispositif de sécurité sanitaire : le professeur Jacques Drucker, qui vient d'abandonner ses fonctions de directeur de l'Institut de veille sanitaire (InVS), dont il était le fondateur, et Martin Hirsch, dont le mandat de directeur général de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) est tout juste renouvelé pour trois ans.

Dans Le Monde du 10 avril, un article de Philippe Pons : Le bœuf de Kobé troublé par la vache folle
Ce soir-là, chez Oi, le plus ancien restaurant de "bœuf de Kobé" - cette viande marbrée dont les Japonais s'enorgueillissent de penser qu'elle est la meilleure du monde -, la salle était quasi vide. Chez Moriya, filiale de l'autre boucherie historique de la ville, il y avait un peu plus de clients mais l'atmosphère n'était guère euphorique : "Depuis novembre, notre chiffre d'affaires est tombé de 25 %", dit son gérant, Hiroshi Moritani.

----------

Parution au Journal officiel du 21 avril de l' Arrêté du 12 avril 2002 modifiant l'arrêté du 10 août 2001 relatif à l'interdiction d'importation de certains tissus de ruminants à risques au regard des encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles destinés à l'alimentation humaine

----------

Dans Le Télégramme du 23 avril : Bœuf britannique : la France demande un délai
La France a écrit à la Commission européenne pour demander un délai supplémentaire avant de lever l ' embargo sur le bœuf britannique comme la justice européenne l ' a demandé

Dans Le Quotidien du Médecin du 23 avril : Premier cas probable de nvMCJ aux Etats-Unis.

Sur Agrisalon, le 23 avril : Vers un Fonds vétérinaire de l'Union européenne.
Le président en exercice du Conseil des ministres de l'agriculture, Monsieur Miguel Arias, a présenté hier au Luxembourg le mémorandum élaboré par la Présidence au sujet du Fonds vétérinaire de l'Union européenne. Le président en exercice du Conseil des ministres de l'agriculture, Monsieur Miguel Arias, a présenté hier au Luxembourg le mémorandum élaboré par la Présidence au sujet du Fonds vétérinaire de l'Union européenne.


Le 22 avril 2002

Dans le Figaro du 22 avril : OGM, ESB, atome, comment gérer l'incertain ? Les suggestions d'un chercheur de l'Ecole des mines.
Nouveaux risques : l'expertise à réinventer
Propos recueillis par Yves Miserey .
Maladie de la vache folle, OGM, retombées du nuage de Tchernobyl, insecticide Gaucho, les experts scientifiques se trouvent maintenant placés au coeur des controverses qui agitent notre société. Pour Armand Hatchuel, directeur adjoint du Centre de gestion scientifique à l'Ecole des mines de Paris, et coauteur d'un ouvrage collectif, Expertise et débat public, les crises actuelles sont dues avant tout au fait que l'action publique n'a pas su s'adapter à ces nouvelles questions posées à notre monde. Les raisons sont politiques avant d'être scientifiques. Il pointe du doigt les lacunes et ouvre quelques pistes.

----------

Brève

Orlando (Etats-Unis), 19 avril- Une Britannique de 22 ans vivant aux Etats-Unis souffre probablement de la forme humaine de la maladie de la vache folle, ce qui serait le premier cas de cette maladie aux Etats-Unis, ont annoncé les responsables de la santé de Floride (sud-est). AFP sur La Recherche.

----------

Dans le Figaro, le 20 avril : Une jeune Britannique vivant en Floride serait atteinte de la forme humaine de la maladie de Creutzfeldt-Jakob liée à l'ESB.
Prion : un premier malade aux États-Unis
Dr Catherine Petitnicolas
Les autorités sanitaires nord-américaines viennent d'annoncer la découverte du tout premier cas probable de forme humaine de la maladie de la vache folle, chez une jeune Britannique de 22 ans vivant en Floride. Pour éviter toute panique, elles ont aussitôt insisté sur le fait qu'il s'agit probablement d'un cas importé de Grande-Bretagne, le pays le plus touché par la maladie.

----------

La chronique hebdomadaire de Jean-Yves Nau dans Médecine Hygiène : vMCJ : mauvaise nouvelle thérapeutique
Souvenons-nous. Août 2001 : l’Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) est chargé d’«étudier la mise en place, dans les meilleurs délais», d’un essai thérapeutique en France de deux molécules susceptibles d’avoir un effet thérapeutique dans le traitement de la forme humaine de la maladie de la vache folle, ont annoncé Elisabeth Guigou, ministre de l’Emploi et de la Solidarité, et Bernard Kouchner, ministre délégué à la Santé, dans un communiqué commun. Cet essai sera conduit par le Dr Annick Alperovitch, en concertation avec des équipes européennes.

----------

Ministère délégué à l'industrie, aux petites et moyennes entreprises, au commerce, à l'artisanat et à la consommation
Ministère de l'agriculture et de la pêche
Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes
Direction générale de l'alimentation
Mise en évidence d'un transport frauduleux de déchets animaux
- Paris, le 11 avril 2002
Un contrôle réalisé conjointement par la direction départementale des services vétérinaires (DDSV) et la direction départementale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DDCCRF) de Saône-et-Loire le 10 avril, a permis de mettre en évidence des pratiques frauduleuses en matière de transports de matériels à risque spécifiés (MRS). L'entreprise incriminée assurait des transports alternés de MRS et de céréales destinées à l'alimentation humaine alors que la réglementation interdit strictement cette pratique.

Dans le Quotidien du Médecin, 18 avril : ESB : fraude au transport de déchets
Une entreprise de Saône-et-Loire qui assurait des transports alternés de céréales destinées à l'alimentation humaine et de matériels à risques spécifiés (MRS) en violation avec la réglementation, vient d'être mise en cause à la suite de contrôles conjoints de la direction départementale des Services vétérinaires (ministère de l'Agriculture) et de la direction départementale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF).


Le 18 avril 2002

----------

L'avis "ris de veau" de l'AFSSA daté 28 mars 2002 est en ligne sur le site de l'Agence depuis le 10 avril : "Sujet : Avis de l'Agence concernant deux projets d'arrêtés modifiant l'arrêté du 17 mars 1992 et l'arrêté du 10 août 2001".


Le 17 avril 2002

A lire dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, en ligne seulement ce 17 avril : Farines animales : de Strasbourg vers les cimenteries.
Les premiers camions-citernes ont pris la route, et les farines animales stockées depuis la fin de l'année 2000 dans un entrepôt du port de Strasbourg devraient être évacuées d'ici à la mi-septembre.

----------

ESB-Info, mise à jour des statistiques le 16 avril :
Année 2002 = 88 cas confirmés
17 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
44 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
27 cas " dépistage systématique à l’abattoir "


Le 16 avril 2002

La chronique hebdomadaire de Jean-Yves Nau dans Médecine Hygiène : Les petits ruminants (2)
Poursuivons un instant la lecture du document que l’AFSSA vient d’adresser au gouvernement que dirige, pour quelques semaines encore, Lionel Jospin (Médecine et Hygiène du 20 mars 2002) et qui réclame une meilleure prise en compte de l’éventualité de la contamination des moutons et des chèvres par le prion pathologique de la vache folle.

Sur le site de l' OCHA : Façons de penser, façons de manger, l’OCHA vous propose d’explorer la relation que nous entretenons avec nos aliments. Une approche pluridisciplinaire pour comprendre à la fois le mangeur éternel et le mangeur contemporain d’ici et d’ailleurs.
Symposium international « Alimentation, Corps et Santé, une approche transculturelle » Paris, 25 septembre 2002. Programme définitif.

Institut de l'Elevage, l'hebdo, période du 10 avril au 12 avril 2002 :
"Brie de Meaux" fermier AOC : l'ESB interrompt la production
Versement des aides bovines

----------

Sur Terre-Net, le 15 avril : Actualité Prim'Holstein - L'embryon serait protégé de la "folie" de sa mère vache !
La maladie de la vache folle n'a toujours pas livré tous ses secrets. S'il est un fait confirmé que l'ESB est provoqué par l'ingestion d'aliments contenant des protéines issues de farines de viandes et d'os contaminés, nous ne disposons aujourd'hui que de peu de certitudes sur cette maladie des bovins et, en particulier, quant à ses modes de transmission.

Dans Le Parisien, le 16 avril : L'espoir renaît à la ferme des Trente-Arpents.
«C'est un super challenge pour nous. L'Etat nous met à terre mais on va se relever. » Stéphane, fromager à la ferme des Trente-Arpents de Favière, a retrouvé le sourire et du travail. Plus de deux mois après la découverte d'un cas d'ESB qui s'est soldée par l'abattage de cinq cents vaches (dont 250 laitières) et la fermeture de la fromagerie, le lait va de nouveau couler dans les cuves de la ferme.

Dans Sud-Ouest, le 16 avril, par François Blazy : Restauration collective. La profession a été sensibilisée hier aux qualités de la viande bovine.
La preuve par boeuf
Au plus fort de la crise dite « de la vache folle », plus des trois quarts des responsables de restauration collective avaient supprimé la viande bovine de leurs repas. Au bout de quelques semaines, ce pourcentage a commencé à diminuer. A la fin de l'année 2001, il était tombé à 3 %. Il est vrai que la profession n'a pas ménagé ses efforts pour donner le maximum de garanties à ses clients.


Le 15 avril 2002

Brève

Périgueux, 12 avril - Un deuxième cas d'ESB a été détecté en Dordogne, dans un élevage du nord-est du département, a annoncé vendredi la préfecture. AFP sur La Rcherche.

----------

C'est à lire dans l'hebdo de l'Institut de l'élevage, période du 30 mars au 9 avril 2002 : Alimentation animale :
le SYNCOPAC défend la transparence.
ESB - L'accord interprofessionnel sur le coût des tests
Le ris de veau réhabilité
La consommation de bœuf et les actions du CIV

Le n°78 de la Lettre d'information de l'OFIVAL est paru.

Sur le site de la FNSEA, en date du 8 avril : Les dépenses alimentaires des ménages en perte de vitesse.
L'INSEE vient de publier une étude sur l'évolution de la consommation des ménages depuis 40 ans. L'importance et la structure des dépenses de consommation des ménages ont fortement évolué avec l'évolution du niveau de vie.

----------

Saint-Denis - Le maire annonce la fermeture de l'usine d'équarrissage Saria.
Le maire (PCF) de Saint-Denis, Patrick Braouzec, a annoncé hier l'interruption le 30 avril de l'atelier de dégraissage d'os de l'usine d'équarrissage Saria, entraînant la fermeture définitive de l'usine fin mai. Les Echos- La Tribune.


Le Comité scientifique directeur a publié plusieurs avis (en anglais) sur le site de la Commision à Bruxelles.

Le DEFRA annonce à Londres un cas d'ESB diagnostiqué sur un animal né en février 1998
alors que l'Italie annonce son 61e cas d'ESB

----------

Sur Agrisalon, le 10 janvier : Nouveau cas d'ESB en Belgique.


Le 10 avril 2002

ESB-Info : mise à jour des statistiques le 9 avril :
Année 2002 = 82 cas confirmés
17 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
39 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
26 cas " dépistage systématique à l’abattoir "


Le 9 avril 2002

Agence de Presse Médicale, Reuters, le 8 avril. Maladie de Creutzfeldt-Jakob : la Quinacrine, inefficace selon les premières données françaises.
Paris - Il n'existerait pas actuellement d'indication majeure à utiliser la quinacrine dans le traitement de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), a déclaré lundi Philippe Duneton, directeur général de l'Agence française pour la sécurité sanitaire des produits de santé (AfSSAPS).

Pékin, 9 avril - Des cosmétiques européens et japonais suspectés de contenir des produits d'origine animale récemment interdits en Chine ont été saisis à Pékin, a déclaré mardi un responsable du Bureau d'inspection, de quarantaine et de contrôle de la qualité de la capitale chinoise. AFP sur La Recherche.


Le 8 avril 2002

Le Monde daté du 9 avril, publie un article de Jean-François Caltot : Le troupeau du domaine de Favières a été abattu. La dernière fromagerie de brie de Meaux fermier cesse sa production.
Le troupeau de 500 vaches laitières du domaine des Trente-Arpents, à Favières, en Seine-et-Marne, l'un des plus beaux de l'élevage français, n'existe plus. De même que n'existe plus la fromagerie de brie de Meaux fermier - seule et unique en France - qui y était associée. Les camions ont manœuvré dimanche 7 avril, entre 2 et 6 heures du matin.
Quelques gendarmes discrets, un inspecteur des RG, ouvraient l'œil. Les 260 dernières bêtes qui avaient survécu à l'abattage du 24 mars (Le Monde du 25 mars) ont ainsi été liquidées. Motif : un cas d'ESB détecté en janvier sur une génisse de 1996 à l'abattage.

----------

OIE, le 8 avril : Absence de transmission de l'ESB par les embryons de bovins.
Les résultats d'une expérimentation approfondie portant sur la collecte d'embryons à partir de bovins infectés par l'agent de l'ESB ont été récemment publiés dans une revue scientifique à comité de lecture (Wrathall et al., Veterinary Record, 2002, 150 [12], 365-378).

Bruxelles (DG 24) le 8 avril : Rapport concernant une mission de l'Office alimentaire et vétérinaire en France du 17 au 21 septembre 2001 afin d'évaluer la mise en oeuvre des mesures de prot"ection renforcées contre l'ESB.
- extraits et conclusion en français.
- rapport complet en anglais.

----------

Dans Le Figaro du 5 avril, un article de Martine Pérez : Les arguments scientifiques ont bon dos.
« Le refus de lever l'embargo sur la viande anglaise n'a toujours pas de réelles justifications scientifiques, mais s'appuie sur l'hypothèse d'une mauvaise application des mesures de gestion du risque par les Britanniques, estime le professeur Gérard Pascal, président du comité scientifique directeur européen. Même s'il semble un peu plus cohérent aujourd'hui qu'en 1999, au fond, il s'agit encore maintenant comme avant de gérer les craintes de l'opinion publique. »

Dans Libération du 6 avril, par Pierre-Henri Allain : Bretagne: après l'eau et le sol, il y a de l'orage dans l'air.
Les projets polluants se multiplient.
Après la pollution de l'eau et des sols, l'atmosphère bretonne est-elle menacée ? C'est en tout cas le sentiment des défenseurs de l'environnement qui, réunis au sein d'un nouveau réseau Air et Nuages de Bretagne, dénoncent la multiplication des projets d'usines d'incinération dans la région. Cinq constructions de grande capacité (200 000 tonnes par an) destinées à détruire les farines animales seraient ainsi programmées dans les trois prochaines années, notamment en centre Bretagne.

----------

Brève

Genève, 6 avril - Deux nouveaux cas de maladie de la vache folleencéphalopathie spongiforme bovine) ont été enregistrés au mois de mars dans les cantons de Berne et de Vaud, portant à huit le nombre de cas enregistrés depuis le début de l'année en Suisse, a indiqué samedi l'Office vétérinaire suisse. AFP sur La Recherche.

----------

Dans La Voix du Nord : A nouveau commercialisable... mais introuvable.
Le retour du ris de veau . La commercialisation du ris de veau est de nouveau autorisée en France à la plus grande joie des chefs qui souhaitent dès que possible remettre à leur carte un des mets les plus appréciés des gastronomes.

Sur Agrisalon, le 5 avril : Le versement du soutien financier aux éleveurs de bovins a, selon F.Patriat, débuté dès l'accord de la Commission.
La Commission européenne a autorisé le 3 avril le gouvernement français à verser les aides nationales prévues dans le plan d'aide aux éleveurs fragilisés par la crise de la viande bovine. Le versement des aides directes forfaitaires par l'OFIVAL a aussitôt démarré.

----------

Sur Terre-Net, le 4 avril : ESB - L'accord interprofessionnel sur le coût des tests devrait être reconduit.
De source professionnelle, François Patriat, le ministre de l'Agriculture, a donné son accord à la reconduction de l'accord interprofessionnel qui fait reposer sur le consommateur le coût du dispositif de dépistage des bovins.

Dans Le Télégramme du 5 avril, par Pierre Langault : Alimentation. Les coopératives jouent la transparence.
La sécurité alimentaire, la transparence, la place de l'alimentation animale dans la chaîne alimentaire, les OGM, autant de sujets proposés à la réflexion de l'Assemblée générale du SYNCOPAC, (fédération des coopératives d'alimentation animale).

----------

Brèves

Paris, 4 avril - La commercialisation du ris de veau est de nouveau autorisée en France, à la plus grande joie des chefs qui souhaitent dès que possible remettre à leur carte un des mets les plus appréciés des gastronomes, qu'ils voient déjà accompagnés de purée aux truffes ou d'asperges. AFP sur La Recherche.

Paris, 4 avril - Entre vache folle et fièvre aphteuse, l'AFSSA, dont le directeur général, Martin Hirsch, vient d'être renouvelé pour un mandat de trois ans, n'a connu aucun répit depuis sa création en 1999. AFP sur La Recherche.

Paris, 4 avril - L'industrie de l'alimentation pour animaux, montrée du doigt après les crises sanitaires de ces dernières années, veut restaurer la confiance et son image et entend désormais être "irréprochable". AFP sur La Recherche.

Laval, 5 avril - Un trente-deuxième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté dans le département de la Mayenne, sur une vache laitière de race Prim'holstein née en août 1995, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

Tokyo, 5 avril - Les parlementaires de la coalition au pouvoir au Japon ont voté vendredi contre une motion de censure qui demandait la démission du ministre de l'Agriculture Tsutomu Takebe pour mauvaise gestion de la crise de la vache folle apparue dans le pays à l'automne. AFP sur La Recherche.


Le 4 avril 2002

Dans Le Télégramme, on trouve un dossier : "Farines animales. Des solutions au casse-tête", en ligne ce 4 avril sur le site du quotidien.
- Le 14 novembre 2000, la France a interdit l'autorisation d'incorporer des farines et graisses animales dans l'alimentation du bétail.
- Eviter les contaminations croisées
Le gouvernement français, qui a été suivi peu de temps après par l'Union européenne, a pris cette décision radicale pour enrayer le phénomène des fameuses contaminations croisées, souvent mis en avant pour expliquer la propagation de la maladie de la vache folle.
- Incinération ou valorisation. Une dizaine d'usines en projet
La France n'a pas les capacités d'incinération suffisantes pour éliminer toutes les farines qu'elle produit. En mars 2001, le ministère de l'Environnement a lancé deux appels à propositions : l'un en vue de réaliser de nouvelles unités d'incinération (une capacité supplémentaire de 600.000 tonnes est visée); l'autre afin de susciter des projets de valorisation des farines ou des déchets crus dans des filières autres qu'énergétiques (aujourd'hui, pour faciliter le stockage, la transformation des déchets crus en farines reste une étape obligée).
- Un entretien avec Annie Leroy. « Les riverains devant le fait accompli ».
Annie Leroy, présidente de la Coordination des associations de riverains des usines d'équarrissage, dénonce depuis plusieurs années les pollutions et nuisances dues à la filière des déchets animaux.
- Question. Comment s'en débarrasser ?
Depuis leur interdiction dans l'alimentation du bétail, les farines animales sont devenues des déchets qu'il faut éliminer.
Actuellement, 520 000 tonnes de farines animales dites à bas risques dorment dans les quelque 28 sites de stockage réquisitionnés en France depuis le 14 novembre 2000. Et chaque semaine qui passe, au gré des évolutions de la production française de viande, ces stocks continuent de gonfler.
- Pet-food. Une alternative
L'interdiction totale des farines carnées ne concerne pas la nourriture pour chiens et chats et 10 à 20 % des farines à bas risques produites en France partent vers les pet-food. Mais que maîtres et maîtresses se rassurent, croquettes et pâtés achetés dans le commerce seraient parmi les aliments les plus sûrs.

Dans La Tribune du 4 avril : Seine-et-Marne - Le seul producteur français de brie de Meaux AOC fermier (fabriqué à la ferme), le Domaine des 30 Arpents, propriété de Benjamin et Edmond de Rothschild, "envisage de cesser sa production" après avoir dû abattre son troupeau où a été détecté un cas de vache folle.

----------

Brèves

Paris, 2 avril - La Direction générale de l'alimentation (DGAL) a lancé il y a quelques semaines une enquête sur les risques de contaminations croisées lors du transport des farines de viandes, un même camion pouvant transporter alternativement des farines animales puis une matière première. AFP sur La Recherche.

Paris, 2 avril - Le thymus (ris) des veaux nourris avec des lactoremplaceurs incorporant des suifs restent interdits à la consommation pour le moment, seuls pouvant être consommés les ris des veaux élevés au lait maternel ou avec de la poudre de lait, a précisé mardi le ministère de l'Agriculture. AFP sur La Recherche.

Berlin, 3 avr (AFP) - Les autorités britanniques ont à nouveau renvoyé une livraison de viande de boeuf allemand, affirmant y avoir trouvé des traces de moelle épinière, a indiqué mercredi le ministère allemand de l'Agriculture. AFP sur La Recherche.


Le 3 avril 2002

Bruxelles, le 3 avril 2002 : ESB: La Commission autorise l'octroi d'aides en faveur des éleveurs en France.
La Commission européenne a autorisé aujourd'hui la France à verser une aide nationale d'un montant d'environ 75,5 millions d'€ aux éleveurs de bovins qui ont subi des pertes consécutives à la crise de l'ESB. Le dispositif constitue la deuxième mesure de ce genre en France, la première ayant été autorisée par la Commission en juillet 2001 (IP/01/1087). L'octroi de l'aide a pour objet de compenser les pertes de revenu essuyées par les éleveurs de bovins entre novembre 2000 et décembre 2001. En temps normal, il n'est pas permis aux États membres d'octroyer des aides de cette nature. La Commission prend cependant acte du caractère exceptionnel de la crise sur le marché de la viande bovine et justifie ainsi l'attribution de l'aide.

Dans La Nouvelle République du Centre-Ouest, le 3 avril : Enquête sur le transport des farines animales.
La Direction générale de l’alimentation (DGAL) a lancé il y a quelques semaines une enquête sur les risques de contaminations croisées lors du transport des farines de viandes, un même camion pouvant transporter alternativement des farines animales puis une matière première. Cette enquête a été lancée à la suite de contrôles inopinés qui ont permis de constater la négligence de certains transporteurs, notamment en matière de nettoyage.

Des chercheurs britanniques seraient sur la voie d'un test du vMCJ basé sur l'analyse du rythme cardiaque des animaux atteints. La revue New Scientist annonce cette nouvelle, en anglais, le 3 avril (Hearbeat clue for early vCJD diagnosis) .

Sur Terre-Net, le 3 avril : Tremblante en Grande-Bretagne - Une vidéo pour informer les éleveurs.
Afin de renforcer la surveillance de la tremblante, le ministère de l'agriculture anglais, le "Department for environnement, food and rural affairs" (DEFRA), vient de réaliser une vidéo afin de permettre aux éleveurs de repérer plus facilement les signes cliniques de la tremblante.

----------

Ministère de l'Agriculture et de la Pêche
Ministère délégué à la Santé
Ministère délégué à l'Industrie, aux PME, au Commerce, à l'Artisanat et à la Consommation
ESB : le ris de veau de nouveau autorisé à la consommation, sous certaines conditions - Paris, le 2 avril 2002
Les ris (ou thymus) de veaux étaient jusqu'alors inscrits sur la liste des matériels à risque spécifiés (MRS), et donc exclus de la chaîne alimentaire. A la suite de l'avis favorable rendu par l'AFSSA le 28 mars, un arrêté publié au Journal Officiel le 31 mars autorise à nouveau, depuis hier, la mise sur le marché du thymus des veaux nés après le 1er janvier 2002 qui ont été nourris exclusivement au lait maternel ou avec de la poudre de lait. Le respect de ces conditions sera contrôlé et attesté par un certificat délivré par un vétérinaire titulaire du mandat sanitaire.

----------

La chronique de Jean-Yves Nau sur Médecine et Hygiène : Le prion est dans la viande (Acte I).
C’est fait. Après des années d’affirmations, de certitudes proclamées, de démonstrations tenues pour définitives, la copie doit aujourd’hui être totalement revue. Contrairement à tout ce qui était tenu pour irrémédiablement acquis, une équipe de scientifiques travaillant sous la férule du Pr Stanley B. Prusiner – prix Nobel de médecine 1997 – nous apprend, depuis la Californie, que les prions pathologiques peuvent être présents dans le tissu musculaire et se répliquer en son sein.
La suite est à lire sur le site de la revue suisse Médecine et Hygiène.

Sur Agrisalon, le 2 avril : un communiqué commun des ministères de l'Agriculture, Consommation et Santé apporte des précisions sur la ré-autorisation de la consommation du ris de veau.

Le 2 avril 2002, mise à jour d'ESB-Info
Année 2002 = 78 cas confirmés
16 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
37cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
25 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Mise à jour des statistiques du v-MCJ en Grande-Bretagne.
Au 2 avril : 117 cas sûrs ou probables ont été diagnostiqués.


Le 2 avril 2002

L'arrêté "ris de veau" au Journal officiel n° 77 du 31 mars 2002 page 5743
Ministère de l'agriculture et de la pêche
Arrêté du 28 mars 2002 modifiant l'arrêté du 17 mars 1992 relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs d'animaux de boucherie pour la production et la mise sur le marché de viandes fraîches et déterminant les conditions de l'inspection sanitaire de ces établissements.

----------

Brèves

Tokyo, 2 avril - Un comité indépendant a critiqué la gestion de la crise de la "vache folle" par le ministère japonais de l'Agriculture dans un rapport publié mardi, estimant qu'il a commis "une grave bourde" en n'interdisant pas les farines animales dès 1996. AFP sur La Recherche.

Bratislava, 2 avril - Le neuvième cas d'ESB depisté mercredi sur une vache de 72 mois dans une ferme située près de Moldava-nad-Bodvou (est), a été confirmé par une nouvelle analyse, a-t-on appris mardi auprès des autorités vétérinaires. AFP sur La  Recherche.

----------

Le prion pourrait transiter en camion. Sa propagation envisagée via des remorques mal nettoyées. Un artilce de Renaud Lecadre dans Libération du mardi 2 avril.
On croyait le problème définitivement réglé. En novembre 2000, la France, puis l'UE, ont interdit l'utilisation des farines et graisses animales dans l'alimentation de tout type d'élevage (bovins, volailles...). Après dix ans d'atermoiements, le principal véhicule de propagation du prion (une protéine à l'origine de l'ESB chez les ruminants et de la maladie de Creutzfeldt-Jakob chez les humains) semblait stoppé net. Désormais, la seule destination de ces farines est l'usine d'incinération. La Direction générale de l'alimentation (DGAL), qui dépend du ministère de l'Agriculture, a pourtant lancé une enquête sur les risques de «contaminations croisées», dans une note du 25 février. Par camions interposés, demeurerait un risque résiduel de propagation...


Le  31 mars 2002

Dans Le Parisien du 30 mars : Creutzfeldt-Jakob : une sixième victime.
Hier, l'Institut national de veille sanitaire a annoncé officiellement l'existence d'un sixième cas de maladie de Creutzfeldt-Jakob nouveau-variant, la forme humaine de la maladie de la vache folle. Il s'agit d'un homme d'une trentaine d'années dont la maladie a été diagnostiquée en province.

Dans La Dépêche du Midi, en ligne le 31 mars : Un septième cas d'ESB dans le Gers. Une centaine de bovins abattue.
«C'est un coup terrible pour cet éleveur et pour tout l'élevage du département, expliquait, hier en fin d'après-midi, Bernard Verdier, maire et conseiller général de Castelnau-Magnoac. J'ai appris la nouvelle hier matin. Le préfet lui-même m'a appelé pour m'expliquer qu'un cas d'ESB détecté dans le Gers allait entraîner l'abattage d'un troupeau d'un de mes administrés. Ensuite, l'éleveur est venu me l'annoncer. Pour nous, aujourd'hui, il est primordial de le soutenir et de l'aider dans un moment aussi difficile. »

Dans Le Télégramme du 31 mars, en ligne ce jour : Dinan. Troupeau saisi : Environ 150 personnes, agriculteurs et sympathisants, ont participé , hier après-midi , à un barbecue organisé à Dinan ( 22 ) en soutien à Mme Chartier, agricultrice à Plélan-le-Petit. Son troupeau de 156 vaches avait été saisi le 7 mars dernier, avec intervention des forces de l ' ordre , et conduit à l'équarrissage. Seuls huit veaux, nés après le 1er janvier 2002, avaient été laissés.

----------

Brève

Paris, 31 mars - Le ministère de l'agriculture a publié dimanche au Journal Officiel un arrêté réautorisant la commercialisation dans des conditions contrôlées du thymus des bovins, utilisé en cuisine pour faire les ris de veau. AFP sur La Recherche.

Dinan (Côtes d'Armor), 30 mars - Près de 200 personnes ont participé samedi après-midi à un barbecue organisé à Dinan (Côtes d'Armor) en soutien à une agricultrice, dont le troupeau de bovins, victime d'un cas d'ESB contesté par l'exploitante, a été saisi par les gendarmes, a-t-on appris samedi auprès de son comité de soutien. AFP sur La Recherche.

Auch, 29 mars (AFP) - Un septième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté jeudi dans le département du Gers, sur une vache allaitante née en février 1994, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 29 avril 2002

Brève

Paris, 29 mars - Un sixième cas de la maladie de Creutzfeldt-Jakob lié au nouveau variant de cette pathologie a été annoncé vendredi par l'Institut national de veille sanitaire (InVS) qui s'est refusé à donner toute précision sur ce malade. AFP sur La Recherche.

----------

Par Marie-Josée Cougard, sur Les Echos/Yahoo e 28 mars : Volaille : "tous les clignotants au rouge", selon l'industrie.
"Les coûts de production en France ont été majorés par l'interdiction des farines de viande dans l'alimentation animale, suite à la crise de la vache folle.

----------

Dans Le Monde daté du 29 mars, sous la signature de Jean-Yves Nau : Vache folle : pas de prion dans la viande.
Une étude de l'AFSSA contredit celle du professeur Stanley Prusiner.
Martin Hirsch, directeur général de l'AFSSA, a rendu publics, mercredi 27 mars, les premiers résultats des expériences menées depuis une semaine et visant à déterminer si le prion pathologique, associé à l'ESB, était ou non présent dans les tissus musculaires des animaux contaminés.
Et également, dans le même numéro du Monde : La position française confortée.
"Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il n'y a pas de véritables divergences entre les résultats obtenus par le professeur Stanley Prusiner et ceux obtenus au terme de nos premiers tests de dépistage, explique Martin Hirsch, directeur général de l'AFSSA. Nous avons, d'un côté, une étude fort bien conduite à partir d'un modèle expérimental poussé à l'extrême et, de l'autre, la confirmation, obtenue de manière classique, que, dans notre politique de précaution, nous ne sommes pas passés à côté d'un phénomène physiopathologique inconnu."

----------

Par Marie-Christine Tabet, dans Le Figaro du 29 mars : Creutzfeldt-Jakob Un sixième cas français.
Un nouveau cas probable du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob devrait être annoncé dans les jours à venir par l'Institut national de veille sanitaire (INVS). C'est un homme d'une trentaine d'années qui a développé la maladie, communément baptisée « vache folle » car liée vraisemblablement à la consommation de produits de bovins contaminés par l'agent de l'ESB. Les différents examens permettant de poser le diagnostic dont la biopsie des amygdales viennent de livrer leurs résultats.

Dans Le Parisien, en ligne le 29 mars : Etampes : La SARIA investit pour ne plus polluer.
Epinglée pour pollution dans le réseau d'eaux pluviales, la Saria a fait l'objet d'une motion votée, mercredi soir, par le conseil municipal d'Etampes. Lors d'une réunion avec le député-maire de la ville, le directeur de la société d'équarrissage, installée sur la zone industrielle, s'est engagé à moderniser son usine.

En Belgique, un communiqué de l'´Agence fédérale pour la Sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) daté du 27 mars :
Un nouveau cas d´ESB a été détecté au clos d´équarrissage sur une vache pie rouge née le 30/01/1997 et élevée depuis sa naissance dans une exploitation mixte située à ATH en province du Hainaut ; cette exploitation compte un cheptel de 148 bovins. La valeur de ces animaux a été déterminée, puis ils ont été transférés à l´usine de destruction pour y être mis à mort et ensuite incinérés. Parmi eux, les bovins âgés de plus de vingt-quatre mois seront aussi soumis aux tests de dépistage de l´ESB. Depuis 1997, 78 cas d´ESB ont été détectés dans le pays.

Sur TF1, le 28 mars : Prion : les tests sur les muscles de bovins sont négatifs.
Les tests effectués par les autorités sanitaires françaises sur des animaux infectés par l'agent de l'encéphalopathie spongiforme bovine pour déterminer si la présence de prion dans le muscle peut être contaminante pour l'homme se sont révélés négatifs.
En anglais, on peut lire les commentaires sur les résultats des test de l'AFSSA sous la signature d' Andy Coghlan dans le New Scientist en date du 27 mars.

Au Journal Officiel des Communautés européennes du 28 mars, publication au format pdf de deux décisions :
- Décision 2002/248/EC de la Commission du 27 mars 2002 modifiant la décision 2000/766/CE du Conseil et la décision 2001/9/CE de la Commission concernant les encéphalopathies spongiformes transmissibles et l'utilisation de protéines animales dans l'alimentation des animaux.
- Décision 2002/246/EC de la Commission du 27 mars 2002 modifiant les décisions 2001/730/CE et 2001/854/CE sur les programmes de surveillance des EST pouvant bénéficier d'une participation financière de la Communauté en 2002 .

----------

Brève

Bratislava, 28 mars - Un neuvième cas suspect d'ESB en Slovaquie a été découvert mercredi sur une vache de six ans dans une ferme située près de Moldava-nad-Bodvou (est), a annoncé jeudi l'agence Tasr.  AFP sur La Recherche.


Le 28 mars 2002

Communiqué de l'AFSSA daté du 27 mars : détection du prion dans le muscle (Publication de S. Prusiner). Le communiqué relatif à la détection du prion dans le muscle est téléchargeable au format pdf sur le site de l'Agence.

Dans Ouest-France, en ligne ce 28 mars : Prions dans les muscles : tests négatifs.
De nouveaux tests après la découverte de souris infectées .
Pas de prions dans les muscles d'un bovin atteint d'ESB : les résultats des derniers tests réalisés à la demande de l'AFSSA se sont révélés négatifs.

Dans Le Télégramme, en ligne le 28 mars, un article de Pierre Langault : Bœuf. La consommation est bien repartie.
La consommation de bœuf poursuit sa reprise plus vite que les prix.
Le Conseil de direction de l'OFIVAL a constaté hier un quasi retour à la normale pour la consommation française de bœuf. En revanche, pour ce qui est des prix, ils accusent encore pour la moyenne nationale, un retard de 11 % par rapport à 2000 (la période 2001 n'étant pas significative compte tenu de la crise d'alors).

Dans Sud-Ouest, le 28 mars : Un cas d'ESB vient d'être détecté en Charente-Maritime dans le cadre du Réseau national de surveillance. Il frappe un élevage laitier de Bords. Il s'agit du cinquième cas dans le département. Une vache laitière née en août 1996 frappée par l'ESB.

----------

Dans le Figaro du 28 mars, un article de Martine Pérez : ESB : De nouvelles expériences rassurantes en France. Il n'y aurait pas de prion dans le muscle.
Les expérimentations conduites tout récemment en France à la demande de l'AFSSA ne mettent pas en évidence la présence de l'agent de la maladie de la vache folle – le prion – dans le muscle de bovins atteints d'ESB. La viande rouge reste donc sûre, a priori.

Dans Libération du 28 mars, un article de Julie Lastérade : Test au prion : la viande de boeuf a tout bon.
Les vérifications de l'AFSSA et du CEA,après l'étude britannique sur les souris, se sont révélées négatives.
«Il n'y a pas de souci pour le consommateur.» Jean-Philippe Deslys, spécialiste de la détection des prions au CEA .
Aucune trace de prion n'a été détectée dans les muscles de vaches folles. Pas plus dans ceux de leurs pattes arrière que dans leur nerf sciatique ou dans les tissus lymphoïdes presque indissociables des muscles. Pas de trace non plus dans les muscles de moutons ou de chèvres infectés par l'agent de la tremblante ou par l'agent de la maladie de la vache folle. Les muscles de souris atteintes d'ESB semblent également indemnes.

Sur Les Echos, le 27 mars
Agriculture : La viande de veau épargnée par la crise de la vache folle.
Sécurité alimentaire : L'AFSSA n'a pas trouvé de prion dans la viande bovine.

----------

RTL, le 27 mars, V.Garin. Pas de prions dans la viande de boeuf.
Les résultats de tests menés par l'AFSSA révèlent qu'il n'y a pas de prions dans les muscles de vaches. La semaine dernière, un Prix Nobel de médecine américain avait jeté le trouble en affirmant avoir réussi à déceler le prion dans le muscle d'une souris de laboratoire. Les chercheurs français restent néanmoins prudents.
A lire :
- Les ventes de boeuf résistent
- Révélations RTL
A écouter : Récit : La consommation de boeuf n'a pas chuté - V.Garin.

----------

Brève

Paris, 27 mars - Les nouveaux tests effectués par les autorités sanitaires françaises après les révélations de chercheurs américains mettant en évidence la présence du prion dans les muscles de la souris se sont révélés négatifs, de nature à rassurer le consommateur. AFP sur La Recherche.


Le 27 mars 2002

Paris, 27 mars - Les tests effectués par les autorités sanitaires françaises sur des animaux infectés par l'agent de l'ESB pour déterminer si la présence de prion dans le muscle peut être contaminante pour l'homme se sont révélés négatifs, a annoncé mercredi l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA). AFP sur La Recherche.

La Rochelle 27 mars - Un cinquième cas d'ESB a été détecté dans le département de Charente-Maritime, a annnoncé mercredi la préfecture dans un communiqué. AFP sur La Recherche.

----------

ESB-Info, mise à jour du mardi 26 mars
Année 2002 = 72 cas confirmés
15 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
35 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
22 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

C'est à lire aujourd'hui dans Le Parisien daté du 26 mars : Saint-Denis SARIA : Braouezec met l'Etat au pied du mur.
Dans son combat contre la SARIA, Patrick Braouezec a décidé d'user de tous ses pouvoirs. Le député-maire communiste de Saint-Denis a pris hier un arrêté municipal de suspension de l'activité et de fermeture de l'entreprise de traitement de déchets animaliers qui empeste ses administrés depuis des lustres. A l'origine de cette mesure, la lecture, hier, d'un article du quotidien Libération, qui révèle que le groupe SARIAa bio-industrie aurait bénéficié pendant plusieurs années d'une véritable protection de l'Etat, dans le seul but de maintenir sa rentabilité économique au détriment des impératifs de santé publique et de protection de l'environnement.

----------

Brèves

Bobigny, 26 mars - Le député-maire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Patrick Braouezec (PCF), a pris mardi un arrêté municipal de suspension de l'activité et de fermeture de l'entreprise d'équarrissage Saria, a-t-on appris dans un communiqué. AFP sur La Recherche.

Limoges, 26 mars - Un huitième cas de vache folle a été détecté en Haute-Vienne dans le cadre du dépistage de l'ESB sur des animaux morts ou euthanasiés pratiqué à l'usine d'équarissage de Dun-le-Palestel (Creuse), a annoncé mardi à Limoges la préfecture. AFP sur La Recherche.

PRline, le 26 octobre : Le Groupe Buffalo Grill renoue avec sa typologie d'entreprise à forte rentabilité qui la caractérise depuis la création de son enseigne phare. - Un chiffre d'affaires en hausse en dépit de l'impact de la crise de "la vache folle" au 1er semestre.


Le 26 mars 2002

Dans Le Monde daté du 27 mars, un article signé François Grosrichard et Benoit Hopquin : Le casse-tête de l'élimination des farines animales.
Les centres de stockage sont en voie de saturation ou sont contestés par les riverains. L'incinération ne donne pas les résultats escomptés. Un appel d'offres européen a été lancé pour entreposer 400 000 tonnes de ces déchets.

Dans le même numéro du Monde un article de Jacques Fortier : Une association strasbourgeoise obtient le déménagement d'un stock de 3 700 tonnes.
Le préfet du Bas-Rhin, Philippe Marland, dispose de six mois pour évacuer les quelque 3 700 tonnes de farines animales qui sont entreposées dans la zone portuaire de Strasbourg. Sur requête d'une association de quartier, le tribunal administratif de la ville a, en effet, annulé, le 22 février, les arrêtés qui avaient permis de les entasser dans un vaste hangar du port.

----------

L'avis du CNA sur l'abattage des troupeaux où un cas d'ESB a été détecté (n°35 du 11 février 2002) est en ligne au format pdf sur le site du ministère de l'Agriculture.

C'est à lire dans Le Parisien du 26 mars, en ligne ce jour : Favières : L'éleveur frappé par l'ESB cherche des solutions.
«Je ne comprends pas que l'on supprime la totalité de mes bêtes. Il n'y a pas de raisons objectives et scientifiques à cette décision. En temps normal, chaque animal qui part à l'abattoir pour en faire de la viande subit un test systématique et individuel. C'est une garantie pour le consommateur. » Plus que le découragement, c'est la colère qui s'est emparée de Jacques Cochaud, éleveur à la ferme des Trente-Arpents à Favières, au lendemain du drame qui vient de le frapper

----------

Dans Libération du 26 mars, un article de de Renaud Lecadre : Farines animales : omerta d'Etat.
Un rapport révèle la protection accordée à la société Saria.
'Etat français, producteur de farines animales, complice potentiel de la propagation de l'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine). On savait les pouvoirs publics mis en cause pour n'avoir pas su freiner, d'un point de vue législatif ou réglementaire, l'épizootie de la vache folle. La juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy, en charge d'une plainte pour empoisonnement et homicide involontaire déposée par quatre familles dont l'un des membres a été atteint de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), vient d'annexer à son dossier un rapport concernant Saria Industries, premier équarrisseur français. Sa conclusion : «La forte implication des pouvoirs publics, les retards pris ont permis de favoriser le maintien de la rentabilité des sociétés d'équarrissage.»

Et dans le même numéro de Libération, un autre article de Renaud Lecadre : Inertie et entraves au ministère de l'Agriculture.
L'Inspection des finances n'a cessé de souligner les erreurs et les retards.

----------

Brève

Bratislava, 25 mars - Le huitième cas d'ESB en Slovaquie dépistée samedi sur une vache de 67 mois d'une ferme de Sasa (centre) a été confirmé par une contre-analyse de l'Institut de neuroimmunologie de l'Académie des sciences à Bratislava, a annoncé lundi l'agence Tasr. AFP sur La Recherche.


Le 25 mars 2002

Dans Le Parisien du 25 mars, en ligne ce jour, un article de Céline Jappé : « Et voila comment dix ans de travail sont foutus en l'air... » Entre rage et désespoir, Jacques Cochaud, 52 ans, regarde depuis la nuit dernière ses vaches laitières partir par dizaines aux abattoirs.

----------

ESB-Info, mise à jour du 22 mars
Année 2002 = 67 cas confirmés
14 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
31 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
21 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Ministère de l'Agriculture : le Gouvernement lance un programme d'éradication de la tremblante ; le dossier technique est en ligne sur le site du Ministère à la date du 20 mars.

Bruxelles : la lettre de mise en demeure adressée à la France pour non-exécution de l'arrêt de la Cour relatif à la viande bovine britannique.

Journal officiel du 21 mars : Arrêté du 15 mars 2002 modifiant l'arrêté du 4 décembre 1990 fixant les mesures financières relatives à la police sanitaire de l'encéphalopathie spongiforme bovine (fac-similé).

Rapport d'une mission menée parr l'Office alimentaire et vétérinaire aux Pays-Bas du 24 au 28 septembre en vue d'évaluer l'application des mesures de contrôle aux fins de protection contre l'ESB (extraits et conclusion en français - rapport complet en anglais).

Un site à visiter, celui du Comité SOS-ESB de Plélan-le-petit.

----------

Brèves

Sur Edicom, le 21 mars : Rome refuse toujours de lever son embargo sur les bovins suisses.

Plélan-le-Petit (Côtes-d'Armor), 22 mars - En quelques jours, une agricultrice bretonne de 63 ans est devenue sans le vouloir, après la saisie musclée de son troupeau de bovins, une figure emblématique pour de nombreux éleveurs, qui, comme elle, ont été ou craignent de devenir "victimes" de l'ESB.  AFP sur La Recherche.

Auch, 23 mars - Un sixième cas d'ESB vient d'être détecté dans le département du Gers, sur une vache allaitante née en novembre 1995, a-t-on appris samedi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

Melun, 23 mars - Le président de la Maison de l'élevage d'Ile-de-France, Jean-Marie Dupré, a indiqué samedi à Coulommiers (Seine-et-Marne) que le département était pour la première fois touché par l'ESB. AFP sur La Recherche.

Chateauroux, 22 mars - Un deuxième cas d'ESB a été détecté dans le département de l'Indre depuis le début de l'épizootie, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

Bratislava, 23 mars (AFP) - Un huitième cas suspect d'ESB en Slovaquie a été signalé samedi dans un institut vétérinaire à Zvolen (centre), 24 heures après la confirmation du 7e cas, a annoncé l'agence Tasr. AFP sur La Recherche.

Bratislava, 22 mars - Le septième cas d'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine), dépisté mardi en Slovaquie sur une vache de six ans et demi d'une ferme de Nova Lubovna (nord), a été confirmé par une nouvelle analyse, a annoncé vendredi la porte-parole du ministère slovaque de l'Agriculture. AFP sur La Recherche.

Tokyo, 22 mars - Le ministre japonais de l'Agriculture a minimisé vendredi la portée d'une étude américaine montrant que les prions pouvaient se concentrer dans les muscles de la souris, affirmant que le boeuf commercialisé au Japon était sûr.  AFP sur La Recherche.

Tokyo, 22 mars - Une commission d'experts japonais épingle le ministère de l'Agriculture dans sa gestion de la crise de la vache folle au Japon pour avoir négligé la protection des consommateurs, selon le quotidien Yomiuri Shimbun de vendredi. AFP sur La Recherche.

Bruxelles, le 21 mars. La France pourrait être condamnée à une astreinte maximale d'environ 630 000 euros par jour si elle persistait dans son refus de lever l'embargo sur les importations de boeuf britannique. AFP sur Yahoo.


Le 22 mars 2002

Bratislava, 21 mars - Le septième cas probable d'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) a été dépisté mardi sur une vache de six ans et demi d'une ferme située à Nova Lubovna (nord), près de la frontière slovaco-polonaise, a annoncé jeudi l'agence Tasr. AFP sur La Recherche.


Le 21 mars 2002

Par Marie-José Cougard dans Les Echos, le 20 mars : Patriat décide d'éradiquer la tremblante du mouton par "précaution".
François Patriat, nouveau ministre de l'Agriculture, a présenté aujourd'hui un plan de lutte contre la tremblante du mouton, qui ressemble fortement au dispositif de sécurité appliqué aux troupeaux atteints par la vache folle. L'ambition du gouvernement en la matière est d'éradiquer cette maladie, qui toucherait 2% du cheptel français.

Dans Le Quotidien du Médecin, le 21 mars : Un plan pour éradiquer la tremblante du mouton.
Le gouvernement lance un plan d'éradication de la tremblante du mouton, maladie dont 298 cas ont été recensés depuis la mise en œuvre de la déclaration obligatoire en 1996. Il répond à l'éventualité d'une relation entre la maladie de la vache folle (transmissible à l'homme) et la tremblante du mouton (non transmissible), même si, à ce jour, la présence d'ESB chez le mouton n'a jamais été mise en évidence dans les élevages.

Frédéric Pons écrit dans Libération du 21 mars : La tremblante du mouton peut trembler.
Un plan d'éradication lancé pour écarter le risque de prion chez les ovins et caprins.
Le célèbre « principe de précaution » avant tout. Nul ne sait avec certitude si la tremblante du mouton peut masquer, chez des bêtes malades, l'agent de la maladie de la vache folle. Mais François Patriat, le nouveau ministre de l'Agriculture, estimant qu'on n'est jamais trop prudent, a présenté hier un « plan d'éradication de la tremblante du mouton ». Réservé aux 9,3 millions d'ovins et au gros million de chèvres du cheptel français, ce dispositif sanitaire suit de près les dernières recommandations de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments : le 18 février, elle estimait ne pouvoir écarter totalement le risque de présence du prion, l'agent infectieux de la vache folle, chez les ovins et caprins atteints de tremblante (Libération du 6 mars 2002). Coût : 15 millions d'euros en 2002

----------

Bruxelles, le 20 mars 2002  : Lettre de mise en demeure adressée à la France pour non-exécution de l'arrêt de la Cour relatif à la viande bovine britannique.
En vertu de l'article 228, paragraphe 1, du traité CE, un État membre est tenu d'exécuter un arrêt de la Cour de Justice des Communautés européennes. Le 13 décembre 2001, la Cour a déclaré illicite le refus de la France de mettre fin à l'embargo sur la viande bovine britannique (affaire C-1/00). La France est donc tenue de mettre en œuvre la législation européenne et de créer les conditions juridiques permettant la reprise des importations de viande bovine britannique en France. Jusqu'ici, la Commission européenne n'a été informée d'aucune mesure d'exécution de cet arrêt. Aussi a-t-elle adressé aujourd'hui à la France une lettre de mise en demeure mentionnant l'infraction qui lui est reprochée par l'arrêt de la Cour. La France dispose de 30 jours pour présenter ses observations.

----------

Prévention des EST : le Gouvernement lance un programme d'éradication de la tremblante - Paris, le 20 mars 2002.
Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, Ministère délégué à la Santé, Ministère délégué à l'Industrie, aux PME, au Commerce, à l'Artisanat et à la Consommation
Conformément aux orientations qu'il avait prises en juillet dernier dans le cadre de sa politique de prévention des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), et compte tenu de l'évaluation des risques chez les ovins et caprins réalisée par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) dans ses avis des 8 novembre et 18 février derniers, le Gouvernement met en œuvre un programme national d'éradication de la tremblante chez les petits ruminants, et plaide à Bruxelles pour une harmonisation de la liste des matériels à risque spécifiés (MRS). Le risque d'une contamination du mouton par l'agent de l'ESB demeure hypothétique en l'état actuel des connaissances scientifiques ; les mesures prises le sont par conséquent au titre du principe de précaution.

Parutions aux Journal officiel du 20 mars :
- Arrêté du 15 mars 2002 fixant les mesures de police sanitaire relatives à la tremblante ovine et caprine ;
- Arrêté du 15 mars 2002 fixant les mesures financières relatives à la police sanitaire de la tremblante ovine et caprine.

dans La Dépêche du Midi du 20 mars : Après les affirmations de chercheurs américains sur l'ESB « Ils veulent tuer l'élevage ».
« On est en train de nous refaire le coup de la vache folle ». Les éleveurs de bovins, comme les marchands de bestiaux d'ailleurs, manifestent un ras-le-bol allant crescendo après les considérations émanant d'un groupe de chercheurs américains.

Le point de vue du CIV sur l'article de l'équipe de Prusiner est en ligne sur son site. En voici la conclusion :
- L’expérimentation devra être confirmée par d’autres études ; elle est probablement importante pour la connaissance des différentes souches de prion.
- Cette expérimentation ne concerne pas la souche ESB.
- Cette expérimentation ne remet pas a priori en cause les connaissances actuelles concernant le muscle bovin.
Consultez l'ensemble de l'analyse sur le site du CIV.

Sur Agrisalon, le 20 mars : ESB, le Centre d’information des viandes (CIV) édite un nouveau document : Encéphalopathie spongiforme bovine : comment sommes-nous protégés ?, conçu pour répondre aux interrogations des consommateurs.

Au sommaire de Vach'mag n° 50 de mars 2002, le magazine des "adorateurs" de la vache, en autres :
- ESB : fin des abattages systématiques
- Le prix de la vache, avec toutes les options llivre : "vaches, je vous aime"
- Chanson : j'ai 2 grands boeufs dans mon étable
- Un économiseur d'écran alpage.net

----------

Brève

Paris, 20 mars - Le plan d'éradication de la tremblante du mouton lancé par le gouvernement coûtera 15 millions d'euros à l'Etat français en 2002, a indiqué mercredi le ministre de l'Agriculture, François Patriat, lors de la présentation de ce plan. AFP sur La Recherche.


Le 20 mars 2001

----------

En ligne sur le site du Parisien le 20 mars : Vache folle : pourquoi il ne faut pas paniquer.
Quatre questions pour y voir clair dans ce nouvel épisode dans l'affaire de la vache folle. Scientifiques et pouvoirs publics prennent les nouvelles informations au sérieux, mais assurent qu'en France en particulier, la viande est sûre.

En ligne sur le site du Télégramme le 20 mars : ESB. "Aucune raison de revoir notre dispositif", selon François Patriat.
Il n'y a "pour l'heure, aucune raison de revoir notre dispositif de protection sanitaire" après les révélations de chercheurs américains mettant en évidence la présence de l'agent infectieux de l'encéphalopathie spongiforme dans les muscles de la souris, a estimé aujourd'hui le ministre de l'Agriculture François Patriat.

----------

En ligne ce 20 mars sur le site d'Ouest-France : Vache folle : l'étude qui sème le doute.
Des prions dans les muscles de souris de laboratoire.
Selon une étude américaine, signée par un ancien prix Nobel de médecine, le prion peut se concentrer dans les muscles d'un mammifère. L'expérience a porté sur une souris, mais il est trop tôt pour dire si ses résultats peuvent être extrapolés à d'autres animaux, les bovins par exemple.

Dans Le Télégrame du 20 mars : Recherche. Un enjeu économique ?
« C'est une expérimentation de laboratoire qui ne correspond pas du tout aux conditions d'élevage des bovins » s'exclame Pierre Chevalier, président de la Fédération nationale bovine.

Dans Le Télégramme du 20 mars, un entretien de Frédérique Le Gall avec Jeanne Brugère-Picoux : ESB. « La souris n'est pas le bovin ».
La découverte des chercheurs américains a surpris la communauté scientifique. C'est le cas de Jeanne Brugère-Picoux, professeur de pathologie du bétail à l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort, spécialiste de l'ESB, membre du comité Dormont et de l'AFFSSA.
Dans le même numéro, à lire également : L'AFSSA a annoncé hier qu'elle allait rechercher la présence de prion, l'agent infectieux de l'ESB, dans les muscles d'une vache malade et retirée de la chaîne alimentaire.

Dans Libération, le 20 mars, un article de Corinne Bensimon : La souris au prion ne fait pas peur à la vache.
La viande de boeuf est saine, rassure l'Etat. L'AFSSA fait des tests.
Extrait : "(...) y a-t-il lieu de considérer avec méfiance les étals de viande bovine? Non. Par un effet heureux de la crise de la vache folle, le boeuf provient, sauf fraude ou négligence, d'animaux qui ont subi après leur abattage un test rapide permettant de dépister la présence de prions dans le cerveau d'animaux malades."
Dans le même journal : Questions prudentes chez consommateurs et producteurs.
Le ministre de l'Agriculture, François Patriat, s'est voulu rassurant hier, en parlant de risque qui «n'existe, a priori, pas». Il n'empêche: les travaux de Prusiner ont semé l'émoi dans les associations de consommateurs.

Sur Agrisalon, le 19 mars : Travaux de Stanley Prusiner, la commission se donne le temps d'évaluer.
Le Comité scientifique directeur va évaluer les résultats des travaux de Stanley Prusiner, déclare Beate Gminder, porte-parole du Commissaire européen David Byrne

Sur Infoscience, le 19 mars : Du prion dans le muscle.
"La raison pour laquelle les prions se concentrent plus efficacement dans les muscles des membres inférieurs plutôt que dans d'autres n'est pas connue. Mais les chercheurs avancent l'hypothèse d'une "protéine X", facteur cellulaire qui serait indispensable à la propagation des prions et présent en concentrations différentes selon les muscles. "

Sur Agrisalon, le 20 mars : Tremblante ovine et caprine, deux nouveaux arrêtés.
Les arrêtés fixant les mesures de police sanitaire ainsi que les mesures financières relatives à la tremblante ovine et caprine publiés au Journal officiel du 20 mars

Dans Le Télégramme du 20 mars : Tremblante du mouton. Un plan d'éradication.
Le plan d'éradication de la tremblante du mouton mis en œuvre par le gouvernement, repose sur l'élimination des animaux génétiquement sensibles à la maladie, sur une campagne de dépistage et un programme d'amélioration génétique des races.

----------

Brèves

Sur Plein Champ, le 19 mars : Embargo sur le bœuf britannique : Bruxelles met la France en demeure.
Nouvelle étape dans le différend qui oppose la France à l’UE sur l’embargo sur le bœuf britannique : la Commission engage une procédure d’infraction contre la France.

Sixième cas de vache folle en Suisse depuis le début de l'année.
Berne, 19 mars - Un nouveau cas de maladie de la vache folleencéphalopathie spongiforme bovine) a été découvert début mars dans le canton de St-Gall (est), a indiqué mardi l'Office vétérinaire suisse.L'animal est né en février 1997... AFP sur La Recherche.

Montreal, 19 mars - Quelque 330 wapitis d'élevage ont été récemment abattus dans une province canadienne afin de prévenir le risque de propagation de l'encéphalopathie spongiforme des cervidés, une maladie proche de celle de la vache folle, a indiqué mardi l'Agence canadienne d'inspection des aliments. AFP sur La Recherche.

----------

Vache folle : des prions dans les muscles de souris
Une expérience américaine montre, pour la première fois, que des prions pouvaient se concentrer dans les muscles. L'expérience a été menée sur des souris mais la question se pose désormais pour les bovins. Explications en images.
Sur TF1, en vidéo, une chronique de Pierre Li et Viviane Jungfer.

La presse internationale commente longuement la publication de l'équipe Prusiner dans les PNAS.
Par exemple,  le New York Times, le 19 mars : Sandra Blaskee (Research Leads to Call for Quick Testing of Mad-Cow-Infected Animals) y insiste sur l'appel lançé par Prusiner en faveur d'une campagne de test massive.
- en Italie, dans La Stampa du 19 mars, sous le titre "Mucca pazza: uno studio individua i prioni anche nei muscoli", une étude qui découvre des prions dans les muscles.

----------

Brèves

PARIS, 19 mars - Les associations françaises de consommateurs ont réclamé mardi des explications, après les révélations de chercheurs américains mettant en évidence la présence de l'agent infectieux des encéphalopathies spongiformes dans les muscles de la souris. AFP sur La Recherche.


Le 19 mars 2002

Dans le Monde daté du 20 mars, un article de Jean-Yves Nau : Vache folle : les prions pathologiques pourraient être présents dans la viande.
Une découverte du professeur Stanley Prusiner soulève de nouvelles questions de sécurité sanitaire des aliments. Rebondissement dans l'histoire de la compréhension des maladies à prions comme dans celle de la lutte contre la dissémination de ces agents pathogènes non conventionnels à l'espèce humaine. Le professeur Stanley B. Prusiner et son équipe de l'Université de Californie révèlent qu'ils ont mis en évidence la présence de prions pathologiques dans des tissus musculaires.

Sur France 2 (à la une du journal de 13 heures) : ESB-bovins : muscles contaminants ?
Les prions peuvent se concentrer dans les muscles de la souris, selon le prix Nobel américain Stanley Prusiner.
Réaction des autorités françaises.
Suite à la diffusion de cette information, les autorités sanitaires françaises vont procéder "rapidement" à des tests sur des carcasses consignées de bovins contaminés sur différents muscles, et notamment sur les muscles des membres postérieurs des animaux, a déclaré l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA). Il s'agit de vérifier s'ils sont susceptibles d'être contaminants.

Dans La Dépêche du Midi du 19 mars : La maladie de Creutzfeld-Jacob peut-elle aussi passer par le bifteck et l'entrecôte ? Selon l'étude de deux chercheurs américains, dont le professeur Prusiner, prix Nobel de médecine, les prions peuvent se concentrer dans les tissus musculaires et pas seulement dans les neurones ou les cellules lymphatiques comme on le pensait jusqu'à présent.

Dans La Voix du Nord, en ligne le 19 mars : Après des travaux expérimentaux menés aux Etats-Unis
ESB : les muscles de bovins testés
LES autorités sanitaires françaises vont procéder « rapidement » à des tests sur des carcasses consignées de bovins contaminés, sur différents muscles et notamment sur ceux des membres postérieurs des animaux, pour vérifier s’ils sont susceptibles d’être contaminants, selon l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA).

----------

Sur Europe 1, le 19 mars : ESB : la France va muscler sa surveillance !
Les autorités sanitaires vont effectuer des tests sur les muscles de différentes carcasses de bovins contaminés. Décision prise après l'annonce d'un chercheur américain : selon ses travaux sur les prions, l'agent infectieux est présent dans certains muscles de souris infectées de façon expérimentale.
A écouter :
- L'avis de Marc Eloit, président du comité d'experts de l'ESB à l'AFSSA ;
- Les précisions sur l'étude de Fabrice Papillon.

Sur RTL, le 19 mars : Inquiétantes découvertes sur le prion.
C'est une véritable bombe que vient de lancer le Prix Nobel de médecine américain Stanley Prusiner. Dans une étude publiée mardi, il démontre que les prions, responsables de la maladie de la vache folle et de sa forme humaine, se concentrent dans certains muscles de la souris. Les autorités sanitaires françaises ont immédiatement commandé des tests sur le bétail.
La France reprend les tests sur les muscles des bovins. Les scientifiques pris à contrepied .
A écouter :
- Explications: Du prion dans le muscle d'une souris. S.Aurenche  ;
- Thierry Baron, du service de virulogie de l'Afssa de Lyon: "Lancement de nouveaux tests sur des bovins". C.Laporte-Many ;
- Jeanne Brugière-Picoud, de l'Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort, reste dubitative. S.Aurenche ;
- Louis Orenga, directeur du Centre d'information des viandes: "Il n'y a pas de nouvelle crise".

----------

Brèves

Bruxelles, 19 mars - La Commission européenne a accueilli avec prudence mardi les résultats d'une étude américaine montrant que les prions pouvaient se concentrer dans les muscles de la souris, en soulignant qu'aucune recherche n'avait conduit à un résultat de ce type sur des bovins atteints de la maladie de la vache folle.Si le constat fait sur les souris était également valable pour les tissus musculaires du boeuf ou du mouton, la découverte remettrait en cause la théorie actuelle selon laquelle seuls les tissus cérébraux et lymphatiques du bétail sont potentiellement contaminants pour l'homme. AFP sur La Recherche.

Le plan d'éradication de la tremblante du mouton, qui sera annoncé mercredi par le gouvernement, repose sur l'élimination des animaux génétiquement sensibles à la maladie, sur une campagne de dépistage et un programme d'amélioration génétique des races. AFP sur La recherche.

----------

Dans Libération du 19 mars, un article de Corinne Bensimon : Biologie. Pour la première fois, l'agent pathogène découvert dans du muscle.
Le prion aime le steack de souris.
"Des prions dans le muscle". Le titre de l'article scientifique publié aujourd'hui dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) a de quoi frapper le lecteur à l'estomac, d'autant plus qu'il est signé par l'Américain Stanley Prusiner, prix Nobel, découvreur de la «protéine infectieuse».

Dans Le Télégramme, en ligne ce 19 mars : Création d'un comité « SOS-ESB »
Plélan-le-Petit. Une trentaine d'éleveurs mais aussi de consommateurs, artisans et syndicalistes agricoles ont créé, hier après-midi, à Plélan-le-Petit, un comité « SOS-ESB ».
Outre le soutien de Mme Chartier, dont le troupeau a été abattu, il y a quinze jours, ce comité a pour but de « promouvoir d'autres méthodes d'éradication de l'ESB ».
Première ambition : aider Marie-Thérèse Chartier à gérer la période d'après-abattage de son bétail. Outre un soutien moral, le comité entend accompagner l'exploitante dans ses dossiers d'indemnisation. « On aimerait que l'administration éclaire quelques points de procédure, notamment s'agissant d'erreurs matérielles portant sur les dates et références », explique Marcel Faucheur, membre du comité.

----------

Dans les Echos du 19 mars 2002, à la rubrique "Agroalimentaire" : Sécurité alimentaire, Vache folle : des chercheurs demandent l'examen des muscles des bovins contaminés.
Le débat sur les modes de contamination de la maladie de la vache folle rebondit aujourd'hui avec le compte-rendu d'une étude montrant la présence de prions dans certains muscles de souris infectées de manière expérimentales par cet agent infectieux. Prix Nobel de médecine pour ses découverte sur les prions, le professeur Stanley Prusiner et son équipe ont en effet prouvé que des souris ayant reçu des injections intramusculaires de tissus cérébraux de souris infectées ont accumulé des doses importantes de prions dans différents muscles, et notamment dans leur pattes arrières.

Dans Le Figaro du 19 mars 2002, par Martine Perez : Des prions dans le muscle de souris.
Une étude publiée aujourd'hui dans le journal de l'Académie des sciences américaines risque de susciter un grand émoi. Dans ce travail, l'équipe du professeur Stanley Prusiner, de l'université de Californie, vient en effet de montrer, contre toute attente, qu'il est possible de retrouver le prion dans le muscle de souris contaminées expérimentalement par l'agent de la tremblante du mouton, une affection de la même famille que l'ESB (encéphalopathie bovine spongiforme). Derrière cette découverte, c'est bien sûr le risque de transmission de l'agent de la vache folle à l'homme par la consommation de viande de boeuf qui est soulevé. Mais, à l'heure actuelle, aucune expérimentation n'a jamais mis en évidence la présence d'agents infectieux dans le muscle de bovins contaminés.

---------

Brèves

Barcelone, le 15 mars -- Tony Blair est revenu à la charge vendredi sur le dossier de la vache folle en exhortant dès l'ouverture du Conseil européen de Barcelone ses partenaires à faire pression sur la France pour obtenir une levée de l'embargo sur le boeuf britannique. AP sur Yahoo.

Dax, 19 mars - Un troisième cas d'ESB a été détecté dans le département des Landes, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture.L'animal né en 1995 est une vache allaitante faisant partie d'un troupeau de 96 bêtes.Les vétérinaires s'interrogent sur le mode de contamination de cette vache, dont la viande est labellisée "Boeuf de Chalosse". AFP sur La Recherche.

Plélan-le-Petit (Côtes-d'Armor), 18 mars - Un comité a été créé en soutien à une agricultrice de Plélan-le-Petit, près de Dinan, dont le troupeau de bovins, victime d'un cas d'ESB contesté par l'exploitante, a été saisi par les gendarmes, a-t-on appris lundi auprès du comité. AFP sur La Recherche.

----------

Brèves

Washington, 18 mars - Des chercheurs américains ont découvert que les prions peuvent se concentrer dans les muscles de la souris, les poussant à appeler d'urgence à l'étude du tissu musculaire du bétail pour déterminer les risques de contamination par ces protéines responsables de la maladie de Creutzfeldt-Jakob et son nouveau variant, la forme humaine de la vache folle. AFP sur La Recherche.

Paris, 18 mars - Les autorités sanitaires françaises vont procéder "rapidement" à des tests sur des carcasses consignées de bovins contaminés sur différents muscles et notamment sur les muscles des membres postérieurs des animaux pour vérifier s'ils sont susceptibles d'être contaminants, selon l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa)."On devrait avoir une première idée d'ici quelques jours", a déclaré à l'AFP Marc Eloit, président du comité d'experts spécialisés des encéphalopathies spongiformes transmissibles de l'AFSSA. AFP sur La Recherche.


Le 18 mars 2002

La chronique hebdomadaire de Jean-Yves Nau dans Médecine-Hygiène : Les petits ruminants (1)
Nouvelle et importante étape de l’histoire politico-sanitaire de la maladie de la vache folle. A Paris, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) vient de demander au gouvernement de mieux prendre en compte l’éventualité de la contamination des moutons et des chèvres par le prion pathologique de la vache folle. Pour la première fois aussi la question de l’innocuité du lait est de facto officiellement soulevée.

ESB-Info, le 15 mars 2002
Année 2002 = 63 cas confirmés
14 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
30 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
19 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Dans Le Figaro daté du 18 mars on peut lire un article de Marie-Christine Tabet : Le premier ministre veut faire jouer la « solidarité nationale » en faveur des victimes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.
Vache folle : l'Etat plaide non coupable.
Dans l'affaire du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) – plus connue sous le nom de maladie de la vache folle –, l'État ne se considère pas responsable mais redevable. « Au regard des données scientifiques disponibles durant cette période... Il ne m'apparaît pas établi que les mesures qui ont alors été prises révéleraient une carence fautive de l'État... J'estime (...) que le préjudice soumis est au nombre de ceux pour lesquels la solidarité nationale doit s'exprimer. » Cette discrète réponse du premier ministre est parvenue aux familles des victimes, le 29 janvier dernier, sous la forme d'un pli par porteur dont Le Figaro s'est procuré une copie.


Le 15 mars 2002

Dans Le Monde du 14 mars, par Gaelle Dupont : La France lance un plan de lutte contre la tremblante du mouton
François Patriat, ministre de l'agriculture, a dévoilé, mardi 12 mars, les grandes lignes du plan de lutte contre la tremblante du mouton qui sera mis en place dans les prochains jours. Connue depuis plus de deux siècles, cette maladie endémique voisine de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la vache folle) n'était pas, jusqu'à présent, considérée comme un problème de santé publique. On ignore toutefois si certains cas de tremblante ne sont pas dus au passage vers le mouton de l'agent pathogène responsable de l'ESB. Le ministère de l'agriculture souligne ainsi que les mesures de lutte contre la tremblante du mouton sont aussi destinées à prévenir le risque éventuel d'apparition d'ESB chez les ovins et les caprins. En 2001, 34 troupeaux ont, en France, officiellement été touchés par la tremblante en France.

Dans L'Institut de l'Elevage, l'hebdo : ESB chez les ovins-caprins : toujours pas d'éléments scientifiques nouveaux
La viande est toujours le premier poste du budget alimentaire. Viande bovine : les prix peinent à suivre la reprise de la demande. Consommation : en voie de retrouver un niveau normal


Le 14 mars 2002

----------

Bruxelles, le 13 mars 2002 : Le commissaire David Byrne a exprimé sa déception face au résultat du vote du Parlement européen sur la proposition de règlement concernant les déchets animaux. En deuxième lecture, le PE a adopté une position sur les déchets de cuisine et de table qui entraînera le report de l'adoption du règlement. Ce règlement est, après celui sur les EST adopté l'année dernière, le deuxième grand volet de la stratégie déployée par la Commission pour combattre et éradiquer l'ESB. Il est indispensable pour exclure les cadavres d'animaux et les autres matériels déclassés de la chaîne alimentaire animale et assurer la transformation sûre des 16 millions de tonnes de sous-produits animaux produits chaque année dans l'Union.

----------

Sur Les Echos, le 12 mars : La France ne lèvera pas avant 3 mois l'embargo sur le boeuf britannique.
La France ne lèvera pas dans les trois mois qui viennent son embargo sur le boeuf britannique, a déclaré le tout nouveau ministre de l'Agriculture, François Patriat. Ce dernier, qui remplace Jean Glavany, devenu directeur de campagne du candidat Jospin, a expliqué que le gouvernement n'avait pas encore la garantie que le boeuf britannique était exempt de toute contamination par l'ESB. La Cour européenne de Justice a pourtant condamné en décembre dernier la France à lever l'embargo qu'elle observe depuis mars 1996 sur les importations de viande de boeuf anglais.

Sur Agrisalon, le 13 mars : Le règlement sur les déchets animaux, reporté.
En deuxième lecture, le Parlement européen a adopté, le 13 mars 2002, une position sur les déchets de cuisine et de table qui entraînera le report de l'adoption du règlement les concernant. David Byrne, commissaire européen en charge de la santé et de la protection des consommateurs, a exprimé dans un communiqué sa déception face au résultat du vote du PE.

----------

Brève

Tokyo, 13 mars - Deux experts en agriculture organique, un Français et un Américain, ont vivement critiqué mercredi à Tokyo les mesures adoptées par le Japon après l'annonce de trois cas de vache folle, à l'automne dernier."Dire qu'il n'y a que trois cas c'est une plaisanterie, c'est comme l'Allemagne qui s'est mise à faire de vraies analyses après un premier cas et maintenant elle en a autant qu'en France (274)", a déclaré à l'AFP William Vidal, président d'Ecocert, après une présentation devant le club de la presse étrangère de Tokyo. AFP sur La Recherche.

----------

Brèves

Paris, 13 mars - Les crèmes et autres bâtons de rouge à lèvres fabriqués en Europe ne contiennent aucun extrait de tissu de boeuf, de mouton ou de chèvre, ont rappelé mercredi des professionnels français qui s'interrogent sur l'interdiction par la Chine de cosmétiques européens. AFP sur La Recherche.

Paris, 13 mars - La France doit annoncer "en milieu de semaine prochaine" le plan "d'éradication de la tremblante du mouton", incluant des mesures d'abattage des animaux génétiquement sensibles à cette maladie, qui pourrait être liée à celle de la vache folle (ESB), a précisé mercredi le ministère de l'Agriculture. AFP sur La Recherche.

Vesoul, 13 mars - Un nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle) a été détecté sur une bête originaire de Haute-Saône, a-t-on appris mercredi auprès de la direction des services vétérinaires. AFP sur La Recherche.


Le 13 mars 2002

Dans Le Télégramme, en ligne ce 13 mars ou peut lire : La France veut éradiquer la tremblante du mouton.
Le ministère de l'Agriculture est sur le point d' annoncer un plan « d ' éradication de la tremblante du mouton ».
Le dispositif prévoit, lorsque plusieurs animaux d ' un même cheptel sont atteints, de tester la « sensibilité génétique » à la maladie de l ' ensemble du troupeau pour abattre les bêtes qui s ' avèrent les plus exposées . A l ' heure actuelle, lorsque des cas non isolés de tremblante sont décelés dans un cheptel, il est seulement prévu d ' écarter de la chaîne alimentaire les matériaux à risques des autres bêtes du troupeau .

A lire dans Le Parisien, en ligne ce 13 mars : La cervelle d'agneau bientôt interdite.
C'est la fin programmée de la petite « cervelle d'agneau meunière ». Le ministre de l'Agriculture, François Patriat, a annoncé hier un « plan de lutte contre la tremblante » du mouton qui prendra notamment en compte les recommandations récentes de l'Agence française de sécurité alimentaire (AFSSA) sur le retrait des matériaux à risques spécifiques (MRS) pour les ovins à partir de 6 mois, en particulier la cervelle et la moelle épinière, en attendant l'interdiction des intestins et d'autres abats.

Dans L'Est Républicain, ce 13 mars : Second cas de vache folle à Fougerolles.
L'animal a été vendu voici plus de cinq ans. Le test révélateur de l'ESB a été effectué il y a deux semaines, dans l'Isère.

Dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, en ligne ce 13 mars : Vaches folles : abattage imminent.
La FDSEA du Bas-Rhin a annoncé hier dans un communiqué que le cheptel de la famille Keller de Gerstheim, touché par un cas de vache folle, sera abattu dans les prochains jours, à l'exception des animaux nés après le 1er janvier 2002, ainsi que le prévoit la nouvelle réglementation.

----------

Brève

Pékin, 13 mars - La Chine a interdit des cosmétiques fabriqués avec des ingrédients d'origine animale en provenance de 18 pays, principalement européens, par crainte qu'ils soient contaminés par la "maladie de la vache folle", a annoncé le gouvernement chinois. AFP sur La Recherche.


Le 12 mars 2002

Brèves

Paris, 12 mars - La France ne lèvera pas dans les trois mois à venir l'embargo qu'elle a décrété unilatéralement sur les importations de viande bovine britannique, a déclaré le ministre de l'Agriculture François Patriat. Reuters sur Yahoo.

La France devrait annoncer "normalement mercredi" un plan "d'éradiction de la tremblante du mouton" incluant des mesures d'abattage des animaux génétiquement sensibles à cette maladie, qui pourrait être liée à celle de la vache folle (ESB), a indiqué mardi le ministère de l'Agriculture. AFP sur La Recherche.

Sur Agrisalon, le 12 mars : La Commission européenne a pris acte du caractère exceptionnel de la crise actuelle sur le marché de la viande bovine liée à la découverte de cas d'ESB, et justifie ainsi l'attribution d'une aide, non autorisée en temps normal, afin de compenser les pertes de revenu que les éleveurs de bovins ont essuyées entre novembre 2000 et mars 2001.

----------

C'est à lire dans Le Quotidien du Médecin, signé par Christian Delahaye : Deux livres sur la sécurité sanitaire :
Martin Hirsch : dans l'oeil du cyclone sécuritaire
Ces peurs qui nous gouvernent, sécurité sanitaire : faut-il craindre la transparence ?, Albin Michel, 300 p.
Successivement directeur de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), directeur de cabinet de Bernard Kouchner et directeur général de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), Martin Hirsch décrit côté coulisses les jeux du principe de précaution et des crises sanitaires, à la croisée des mondes politique, technocratique, scientifique et journalistique. Anecdotes et questions essentielles à la clé.
Par le dr Dominique Brillaud : Jacques Drucker : une santé publique attentive aux vrais risques
Les Détectives de la santé, Jacques Drucker)
Si nous sommes capables aujourd'hui de rire de nos ancêtres les Gaulois, « effrayés à l'idée que le ciel puisse leur tomber sur la tête », il nous arrive pourtant de manifester des craintes dont les fondements ne sont pas beaucoup plus solides et, à l'inverse, de méconnaître des risques bien réels, tout particulièrement dans le domaine sanitaire. Pour Jacques Drucker, fondateur et directeur de l'Institut de veille sanitaire, il est temps de promouvoir chez les Français, et en particulier chez les professionnels de la santé, une culture de santé publique.

Dans Libération du 12 mars, un article de Catherine Coroller : Saint-Denis : l'usine fera-t-elle de vieux os ?
La Saria, qui traite les déchets d'abattoirs et empeste, poursuivie par les riverains.
C''est une usine de transformation de déchets d'abattoirs située en pleine zone urbaine à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Quand on vit à côté de la Saria, on ne peut pas ouvrir ses fenêtres. Les odeurs sont pestilentielles. Longtemps, les riverains ont bataillé dans le désert : le maire PCF Patrick Braouezec était soupçonné de privilégier l'emploi et la taxe professionnelle avant tout. Mais samedi, lors d'une réunion publique organisée par l'association Saint-Denis Environnement, l'élu a annoncé un changement de cap : «Nous allons porter plainte avec vous contre la Saria au pénal et devant le tribunal administratif», a-t-il promis.

Dans Le Parisien du 11 mars, un article de Julien Constant : Saint-Denis/Usine Saria - Les mauvaises odeurs poussées devant le tribunal.
L'association Saint-Denis Environnement et la mairie veulent vraiment en finir avec les mauvaises odeurs de l'usine Saria. Elles ont annoncé lors d'une réunion publique, samedi à la bourse du travail de Saint-Denis, leur intention de porter plainte contre l'usine de traitement des déchets d'animaux devant le tribunal correctionnel de Bobigny.


Le 11 mars 2002

Sur le site de l'Observatoire législatif du Parlement européen non peut consulter une fiche de synthèse sur la procédure d'adoption de la police sanitaire en matière de "sous-produits animaux non destinés à la consommation humaine, protéines animales",
ainsi qu'une fiche consacrée à la police sanitaire en matière de " déchets et sous-produits animaux"

Le site de l'Office international des épizooties (OIE) a mis en ligne, le 6 mars, un rapport sur la situation en matière d'ESB en Autriche.
Sur ce même site on peut également consulter un tableau présentant le Taux d'incidence annuelle de l'ESB dans le monde (nombre de cas autochtones par million de bovins âgés de plus de 24 mois) à la date du 12 novembre 2001.

----------

Brève

Sur Agrisalon, le 11 mars : L'AFSCA, Agence fédérale belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire, a confirmé le 8 mars un nouveau cas d'ESB.


Le 8 mars 2002

Agenda

Le « Collectif vérité ESB » invite à une conférence débat, vendredi 15 mars, à 13 h, au Juraparc de Lons-le-Saunier.

----------

Dans La Tribune du 8 mars : Les Restaurants La Boucherie ont fini de payer leur tribut à la crise de la "vache folle".
Après une très mauvaise année 2001, le groupe angevin se remet progressivement de la crise de la viande bovine. Le programme d'ouverture de restaurants qui a ralenti l'an dernier prévoit une dizaine de nouvelles implantations en 2002.

----------

En ligne ce 8 mars sur le site du Télégramme, un article signé Hervé Queillé : Cas d'ESB à Plélan-le-Petit : un escadron de gendarmerie saisit le troupeau.
Le troupeau de vaches de Mme Chartier, agricultrice à Plélan-le-Petit (22), a été saisi, hier matin et 142 bêtes ont été conduites à l'équarrissage de la SIFDDA à Plouvara. Un cas d'ESB y avait été détecté en avril dernier. L'opération a mobilisé un escadron complet de la gendarmerie...

A lire dans Sud-Ouest du 8 mars, sous la signature de jean-Pierre Tamisier : Les colonnes vertébrales aussi.
La Ferso Bio, en charge du service public de l'équarrissage souhaite moderniser le centre de transfert qu'elle possède à Haut-Mauco, près de Mont-de-Marsan, où elle fait également transiter, depuis le 1er janvier les colonnes vertébrales de bovins.

Dans Paysan Breton, hebdomadaire du 8 mars 2002 : Viande bovine : Redonner confiance au consommateur.
La reconquête du consommateur, où qu’il se trouve, reste l’élément clé de l’amélioration du marché de la viande bovine. C’est l’objet d’une communication forte et plus offensive. Elle passe aussi par une amélioration de la qualité (âge des animaux) et par un ensemble de cahiers des charges pour informer et rassurer. Malgré cela la production va rester largement excédentaire en Europe dans les mois à venir.

Sur Terre-Net, le 7 mars : La Commission européenne s’intéresse aux derniers éléments que lui a adressés l’UFC-Que Choisir pour étayer sa plainte (déposée en 1999) à l’encontre du Royaume-Uni, portant sur la gestion de la crise de l’ESB.

Sur Agrisalon, le 7 mars : La vache laitière, meilleure race à viande !
Monsieur Jean-Claude Guesdon, de l'Institut de l'élevage, livre des statistiques très parlantes .

Dans Le Quotidien du Médecin du 7 mars : ESB chez le mouton : en attendant les preuves.
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) persiste et signe : dans l'avis qu'elle vient de publier sous la signature du Pr Marc Eloit, président du comité d'experts spécialisés sur les encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles (ESST), elle continue de recommander que soit prise en compte l'éventualité de la présence de l'agent de l'ESB pour l'évaluation et la maîtrise des risques liés aux ESST chez les petits ruminants, à savoir le mouton et la chèvre.

Sur Les Echos, le 5 mars, par Marie-Josée Cougard : AFSSA : pas d'élément nouveau sur la transmission de l'ESB aux ovins.
Les scientifiques ne disposent aujourd'hui d'aucun élément nouveau leur permettant de confirmer ou d'infirmer le risque de contamination des moutons et des chèvres par l'encéphalopathie spongiforme bovine. Les recherches vont néanmoins se poursuivre car la tremblante, qui affecte les ovins, provoque des symptômes proches de ceux de l'ESB, et les scientifiques se demandent si dans certains cas, l'une ne masquerait pas l'autre. Dans l'immédiat, Bruxelles va lancer très prochainement un programme de dépistage de la tremblante plus efficace que ce qui est fait actuellement.

Brève

Angoulême, 7 mars - Le préfet de Charente, Jacques Gérault, a appelé les élus locaux à favoriser la consommation de viande bovine dans les cantines scolaires et dans les restaurants collectifs, quitte à augmenter les coûts d'approvisionnement, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 7 mars 2002

Dans la revue suisse Médecine et Hygiène, "Le journal de la Vache Folle", chronique hebdomadaire de Jean-Yves Nau : A Nouzilly, la première ferme française aux prions.
Extrait :
"L’«installation nationale protégée pour la recherche sur les ESST» a pour prétention d’héberger et d’entretenir 6 000 souris, 200 moutons et 30 bovins qui serviront, dans un premier temps, aux recherches fondamentales et appliquées sur la maladie de la vache folle et sur la tremblante du mouton. L’hébergement durant des années de moutons et de bovins infectés par des prions pathologiques soulève, on le comprend sans mal, de nombreuses difficultés. Cette animalerie à haute protection sera ainsi constituée d’installations dites «de classe 3». Ces dernières assureront un contrôle total de tous les éléments susceptibles d’en sortir (air, échantillons pour analyses, déchets solides, effluents liquides) tout en garantissant la sécurité des membres du personnel. "

Sur Agrisalon, le 6 mars : Selon une étude de l’INSEE, la viande reste le premier poste du budget alimentaire (environ un quart), même si son poids est en léger retrait depuis une dizaine d’années.

----------

Brève

Dinan (Côtes d'Armor), 7 mars - Un troupeau de plus de 130 bovins a été saisi par les gendarmes jeudi matin à Plélan-le-Petit (Côtes-d'Armor) pour être abattu, malgré le refus de son propriétaire, après la découverte d'un cas d'ESB, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.  AFP sur La Recherche.


Le 6  mars 2002

L'avis de l'AFSSA sur le risque d'ESB chez les petits ruminants est en ligne sur le site de l'Agence.

ESB-Info, le 5 mars 2002:
Année 2002 = 56 cas confirmés
11 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
29 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
16 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Terre-Net, le 5 mars : ESB et moutons - Le SNIA fait le point sur les farines animales et l'alimentation des ovins.
Réagissant aux réflexions des experts sur la possible transmission de l'ESB aux moutons, le Syndicat national des industries de la nutrition animale (SNIA) rappelle qu'il recommandait à ses adhèrents, en novembre 1989, l'arrêt d'utilisation des farines de viandes dans l'alimentation des ruminants. Par ailleurs, pour le Snia, il apparait très peu probable que les ovins aient consommé des farines de viande avant que cele ne leur soit interdit (arrêté du 20 novembre 1994), compte tenu de la sensibilité des ovins à une alimentation riche en phosphore ou en cuivre.

Sur Agrisalon, le 5 mars : Les ovins ont-ils consommé des farines animales avant 1994 ? Improbable déclare le SNIA.
C'est la réponse du syndicat professionnel à l'une des questions formulées par les réflexions des experts sur une possible contamination des moutons par l'ESB.

----------

Brèves

Auch, 5 mars (AFP) - Un cinquième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) vient d'être détecté dans le département du Gers, sur une vache laitière née en novembre 1995, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.

Dijon, 5 mars - Un cas d'encéphalopathie spongiforme bovinevache folle) a été détecté dans le département de Saône-et-Loire sur une bête née dans l'Yonne en décembre 1995, a-t-on appris auprès de la direction des services vétérinaires de l'Yonne. AFP sur La Recherche.

----------

C'est à lire dans Libération du 6 mars, signé de Julie Lastérade : Ovins : le risque d'ESB anticipé.
L'Afssa indique les mesures à prendre en cas de contamination.
ous les experts réunis hier pour présenter leur avis sur le mouton étaient formels : «Il n'y a pas à ce jour de présence d'ESB (maladie de la vache folle, ndlr) chez le mouton. Pas plus aujourd'hui qu'hier.» Cela dit, «envisager l'hypothèse de l'agent responsable de l'ESB chez l'ovin ne veut pas dire que le mouton est fou. Et le risque ne sera pas plus grand après cet avis, a insisté Martin Hirsch, président de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Mais nous espérons que le risque, s'il existe, pourra être réduit.»


Le 5 mars 2002

Sur Agrisalon, le 5 mars : L'AFSSA rend public un avis sur l'analyse des risques liés aux encéphalopathies spongiformes transmissibles dans les filières petits ruminants.
L'agence continue de recommander que soit prise en compte l’éventualité de la présence de l’agent de l’ESB pour l’évaluation et la maîtrise des risques liés aux ESST chez les petits ruminants

----------

Brèves

Bratislava, 5 mars - Un sixième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle) en Slovaquie, signalé la semaine dernière à Rimavska Seca (centre), a été confirmé par une nouvelle analyse, a-t-on appris mardi auprès des autorités vétérinaires à Bratislava. AFP sur La Recherche.

PARIS, 5 mars (AFP) - L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) a publié mardi un avis dressant une évaluation des risques liés pour le consommateur à une éventuelle présence de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) chez les moutons et les chèvres. AFP sur La Recherche.

----------

Les dernières statistiques de la v-MCJ en Grande-Bretagne sont en ligne sur le site du ministère de la Santé britannique.

Salon de l'Agriculture : 600 000 visiteurs pour l'édition 2002
Paris, le 3 mars -- L'édition 2002 du Salon international de l'Agriculture, qui a fermé ses portes ce dimanche soir à Paris, a connu le succès avec 600.000 visiteurs, selon Béatrice Collet, directeur du SIA. Les 1 300 exposants de cette 39e édition, qui se tenait depuis le samedi 23 février au parc des Expositions de la porte de Versailles, ont constaté une augmentation de leur chiffre d'affaires allant de ''30 à 80''', a-t-elle expliqué. Selon elle, le Salon de l'agriculture s'est déroulé cette année ''dans un climat de sérénité retrouvée''. Si les éleveurs ne sont pas encore complètement sortis de la crise provoquée par la chute de la consommation de boeuf, conséquence de la maladie de la vache folle, Béatrice Collet estime que ''les consommateurs ont repris confiance''. AP sur Yahoo.

Sur Agrisalon, le 4 mars : Fischler propose des quotas d'importation pour la viande bovine de qualité.
À la suite d'une réunion avec le ministre argentin de l'agriculture, M. Miguel Angel Paulón, à Barcelone, M. Franz Fischler, membre de la Commission européenne responsable de l'agriculture, du développement rural et de la pêche, a annoncé son intention de proposer un quota d'importation spécial autonome pour la viande bovine de qualité.

Sur Agrisalon, le 4 mars : Sécurité sanitaire des aliments et bien-être animal désormais dans le champ d'activités de l'OIE.
En intégrant dans ses préoccupations la sécurité sanitaire des aliments et le bien-être animal, l'OIE, Organisation internationale des épizooties, s'implique dans une stratégie de contrôle alimentaire "de l'étable à la table".


Le 4 mars 2002

Dans Libération, le 2 mars, un article d'Eric Favereau : La sécurité sanitaire sort de l'opacité.
Un livre détaille les difficiles rapports experts-politiques. Les hauts fonctionnaires de la sécurité sanitaire auraient-ils changé? Sortant de leur langue de bois administrative, se mettraient-ils enfin à raconter ce qui se passe dans leur administration? En tout cas, le changement est spectaculaire.

Dans Sud-Ouest, le 2 mars : Un quatrième cas de vache folle dans le Gers.
Hier après-midi, la préfecture du Gers a envoyé un court communiqué pour annoncer que « dans le cadre du programme d'épidémiosurveillance réalisé sur les bovins à risque, un cas d'ESB vient d'être détecté dans le Gers, sur une vache de race laitière, née en mars 1993.

Sur Agrisalon, le 2 mars : Bientôt des tests ESB pour les ovins ?
Présentant ses résultats financiers AES Laboratoire a déclaré s'attendre à une extension des tests ESB aux ovins.
A l'occasion de la présentation de ses résultats l'entreprise a indiqué qu'elle s'attendait à une extension des tests ESB aux ovins dans les prochaines semaines. Ces tests pourraient porter, dans un premier temps sur 100 000 animaux.

----------

Brèves

Nouveau cas de vache folle dans le Puy-de-Dôme: deux troupeaux abattus. Clermont-Ferrand, le 2 mars - AFP sur La Recherche.

Rassemblement en soutien à un éleveur victime de l'ESB près de Cholet. Begerolles-en-Mauges (Maine-et-Loire), 2 mars - AFP sur La Recherche.


Le 1er février 2002

Dans la revue suisse M&H n° 2381 : Le journal de la vache folle de Jean-Yves Nau.
Cette semaine : Une note de l'ambassade de France au Royaume-Uni (2).-Y. Nau .

ESB-Info, le 1er mars
Année 2002 = 52 cas confirmés
11 cas " réseau d'épidémiosurveillance clinique "
26 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
15 cas " dépistage systématique à l'abattoir "

----------

Brève

ESB : le Modef réclame un "réel abandon" de l'abattage systématique des troupeaux. Angoulême, le 28 février . AFP sur La Recherche.


Le 28 février 2002

----------

Sur Les Echos, le 28 février, par M.-J. Cougard : Vache folle : le seul vecteur probable est l'alimentation, selon une étude britannique.
Le seul vecteur probable de propagation de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) est l'alimentation animale, en particulier les farines carnées, selon une étude britannique qui exclut la voie de la transmission materno-foetale.

Sur Les Echos, le 27 février, par M.-J .Cougard : ESB : Le congrès américain juge insuffisantes les protections prises.
Il n'y a toujours officiellement aucun cas d'encéphalopathie spongiforme bovine aux Etats-Unis. Pourtant l'idée court depuis plusieurs semaines que le dispositif de sécurité mis en place ne suffit pas à garantir une réelle protection contre un risque de contamination.

----------

Dans Le Télégramme daté du 27 janvier : Salon de l'agriculture. Incidents au stand du ministère.
José Bové et une cinquantaine de militants de la Confédération paysanne ont occupé le stand du ministère de l'Agriculture pendant quelques heures, ce mercredi. Ils entendaient protester contre l'abattage de troupeaux lors de la découverte de cas d'ESB.

Sur TF1, le 27 février : Bové joue les trouble-fête au salon de l'agriculture.
Le train-train du salon de l'agriculture a été légèrement perturbé ce matin. La Confédération paysanne, emmenée pas José Bové, a occupé le stand du ministère en attendant de rencontrer le nouveau ministre de l'agriculture, François Patriat. Las.


Le 27 février 2002

Belgique, le 26 février : Huitième cas d'ESB de 2002 découvert à Torhout. Vache pie noire née le 15 août 1996. Source : Belcast.

----------

Dans Libération du 27 février, un article de Julie Lastérade : Encephalopathie. Une étude britannique relance la polémique sur les cas récents d'ESB.
Chez les vaches, la folie n'est pas héréditaire. Pour John Wilesmith du laboratoire vétérinaire central de Weybridge (Grande-Bretagne), la cause est entendue. Il l'a annoncé lundi à la BBC et ses démonstrations devraient être publiées dans les semaines à venir dans la revue Veterinary Record: il n'y a pas de transmission possible de l'ESB de la vache au veau. Les quelques centaines de vaches folles encore enregistrées l'année dernière en Grande-Bretagne n'ont pas pu être infectées par un de leur parent malade.

ESB Info, le 26 février 2002
Année 2002 = 48 cas confirmés
10 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
23 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
15 cas " dépistage systématique à l’abattoir "


Le 26 février 2002

Rappel : à la télévision sur France 5 ce 26 février à 14 h 05, un documentaire sur "Le prix du boeuf".

Paris, 25 février- Vache folle, dioxine, fièvre aphteuse, OGM, viticulture: Jean Glavany, qui laisse le ministère de l'Agriculture et de la Pêche pour devenir directeur de campagne de Lionel Jospin, a été confronté à une succession de crises qui ont modifié les relations entre les Français et leur alimentation. AFP sur La Recherche.


Le 25 février 2002

Dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, en ligne ce 25 février : Vers une nouvelle clé des champs ?
Après bien des crises et scandales alimentaires s'est ouvert ce week-end un nouveau salon de l'agriculture. Où certains mots n'ont peut-être plus le même sens. Témoignage de Bernard Schaal, directeur d'Alsace Qualité, organisme d'accompagnement des entreprises et filières.

A lire sur Ouest-France, en ligne ce 25 février : Le Salon veut tourner la page des crises.
La plus grande ferme du monde redouble de pédagogie. Le Salon de l'agriculture semble s'extirper de la pesante morosité des crises alimentaires. Il redouble de transparence et d'efforts pédagogiques pour restaurer un climat de confiance durable avec les consommateurs.

----------

Sur TF1, le 22 février : La folie vache nous envahit !
Vaisselle, t-shirt, briquet, sites internet,chansons... la vache se décline sous toutes les formes. Plus on s'en méfie dans son assiette et plus on l'aime dans les prés.

Sur Plein Champ, le 22 février : Le nombre de cas d'ESB a doublé en 2001 sur le continent.
Près de 2000 cas d'ESB ont été recensés dans l'UE en 2001, dont la moitié au Royaume-Uni. Sur le continent, le renforcement du dépistage a doublé l'incidence de la maladie. Les cas se multiplient chez des animaux jeunes.

Sur Agrisalon, le 22 février : Un décret paru au JO du 22 février vient de modifier l'organisation des services vétérinaires en France.

Au Journal officiel du 22 février 2002 :
- Décret no 2002-234 du 20 février 2002 portant création de directions départementales des services vétérinaires et modifiant le décret no 84-1191 du 28 décembre 1984 relatif à l'organisation des services extérieurs du ministère de l'agriculture
- Décret no 2002-235 du 20 février 2002 relatif à l'organisation et aux attributions des directions départementales des services vétérinaires.

----------

Agenda : à la télévision, sur France 5, le 26 février à 14 h 05 : Un documentare sur "le prix du boeuf" réalisé par Jean-Marie Bertineau.
"Ce documentaire met en lumière les paradoxes de l'élevage français:  «Nous avons la meilleure race à viande du monde, nous avons les meilleurs pâturages, et nous livrons nos veaux à 9 mois ». "

ESB-Info, le 22 février 2002
Année 2002 = 47 cas confirmés
10 cas " réseau d'épidémiosurveillance clinique "
23 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
14 cas " dépistage systématique à l'abattoir "

AFSSA, le 21 février : Avis ESST ovins
L'agence française de sécurité sanitaire des aliments rendra public le 5 mars 2002 un avis sur l"analyse des risques liés aux encéphalopathies spongiformes transmissibles dans les filières petits ruminants, les forces et faiblesses du dispositif actuel et les possibilités d'évolution".

Dans Libération, le 23 février, par Nicole Gauthier : 3 700 tonnes de farines animales indésirables à Strasbourg.
Principe de précaution oblige, la justice exige le transfert.

Dans Le Parisien, le 22 février : Les agriculteurs à la reconquête des consommateurs.
La grand-messe paysanne se tient à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 3 mars à la porte de Versailles, à Paris. Un rendez-vous phare que le monde agricole, veut placer sous le signe de la qualité et de la sécurité alimentaire.
Et également, par Jean-Michel Lemétayer : « Il nous faut redonner confiance ».

Dans Le Monde du 22 février : La vache, un passage obligé pour l'homme politique.

Reuters, le 22 février, Paule Bonjean : Un salon de l'Agriculture sous le signe de la "transparence".

Sur Les Echos, le 22 février, par M;-J. Cougard : Japon : Après la fraude aux subventions, Snow Brand Food sera démantelé.
Snow Brand Food, cinquième producteur de viande au Japon, n'aura pas survécu au scandale, qu'il a provoqué en détournant à son profit des subventions prévues pour les éleveurs victimes de la crise de la vache folle.


Le 22 février 2002

Dans Ouest-France du 22 février 2002 à la rubrique Economique et social, un article de Olivier-Imré Bertrand : Vache folle : l'abattage total aboli. L'arrêté ne concerne que les animaux nés après le 1er janvier.

Dans le Télégrammme du 22 février 2002, ESB : La France adopte officiellement l'abattage sélectif.

----------

Brèves

Reims, 21 fev (AFP) - Absent des cantines scolaires depuis septembre 2000 pour cause d'ESB, le boeuf est de nouveau sur les tables jeudi à Reims, sous la forme de steaks hachés à l'échalotte servis aux bambins champenois.

Paris, 21 fév (AFP) - La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) ont exprimé jeudi leur satisfaction après que le gouvernement français a adopté officiellement l'abattage sélectif des troupeaux lors de la découverte d'un cas de vache folle.

Laon, 21 fev (AFP) - La préfecture de l'Aisne a indiqué jeudi qu'un cas d'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) avait été confirmé dans le canton de Moy du département.

Cf Science actualités


Le 21 février 2002

----------

Au Journal Officiel du 21 février 2002, publication de l'Arrêté du 20 février 2002 modifiant l'arrêté du 3 décembre 1990 fixant les mesures de police sanitaire relatives à l'encéphalopathie spongiforme ovine. (en .pdf)

Paris, 21 février - La France a adopté officiellement l'abattage sélectif des troupeaux lors de la découverte d'un cas de vache folle, selon un arrêté publié jeudi au Journal officiel, ont annoncé les ministères de l'Agriculture, de la Santé et de la Consommation dans un communiqué commun. AFP sur La Recherche.

Sur Agrisalon, le 21 février : Abattage sélectif des troupeaux touchés par I'ESB : les animaux nés depuis le 1er janvier 2002 sont épargnés.
Un arrêté publié ce jour au journal officiel modifie les mesures de police sanitaire relatives à l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) en vigueur depuis décembre 1990.

----------

Brève

Hong Kong, 21 février - Une femme de Hong Kong qui vivait en Grande-Bretagne au plus fort de l'épidémie de maladie de la vache folle est morte de la forme humaine de cette dégénérescence du cerveau, ont déclaré jeudi les autorités sanitaires. AFP sur La Recherche.

---------

Le 20 février 2002 : Avis du Conseil national de l'alimentation sur l'abattage des bovins appartenant à un troupeau dans lequel un cas d'ESB a été constaté.


Le 20 février 2002

Dans le Télégramme du 20 février 2002, un article d' Yves Drévillon : ESB : second feu vert à l'abattage sélectif
Le Conseil national de l'alimentation (CNA) s'est prononcé en faveur d'un abattage sélectif des troupeaux,qui épargne les bovins nés après le 1 janvier 2002 lorsqu'un cas d'ESB (maladie de la vache folle) a été diagnostiqué. L'arrêté gouvernemental mettant en œuvre progressivement cet abattage sélectif va être publié prochainement.
----------

AFSSA, SIA 2002. L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments sera présente du 23 février au 3 mars 2002 au Salon international de l'agriculture, à la Porte de Versailles : le 28 février , espace Conférences du Salon (salle Océanie) - 1er mars, à partir de 10h30 : ESB.

Dans Le Quotidien du Médecin, le 19 février : Les peurs alimentaires reculent.

Au Parlement enropéen, une question écrite posée par Hedwig Keppelhoff-Wiechert (PPE-DE) à la Commission (21 décembre 2001) Objet : Sous-produits animaux non destinés à la consommation humaine : méthodes de substitution pour la valorisation des farines de viande et d'os

----------

Brève

Vache folle - La France va adopter l'abattage sélectif des troupeaux. AFP sur Terre-Net, le 19 février.


Le 19 février 2002

Au Journal officiel des Communautés européennes, le 16 février : Arrêt de la Cour du 13 décembre 2001 dans l'affaire C-1/00 : Commission des Communautés européennes contre République française ("Manquement d'État - Refus de mettre fin à l'embargo sur la viande bovine britannique").

Au Journal officiel des Communautés européennes, le 16 février : Arrêt de la Cour du 13 décembre 2001 dans l'affaire C-93/00 : Parlement européen contre Conseil de l'Union européenne ("Règlement (CE) n°2772/1999 - Système d'étiquetage de la viande bovine - Compétence du Conseil").

Sur Agri-hebdo, le 15 février : La tremblante chez les moutons.

ESB-Info : Mise à jour des indicateurs statistiques au 15 février 2002.

----------

Brèves

Paris, 19 fév . - Le Conseil national de l'alimentation (CNA) s'est prononcé en faveur de l'abattage sélectif des troupeaux épargnant les bovins nés après le 1er janvier 2002 lorsqu'un cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été diagnostiqué. AFP sur La Recherche.

Tests défaillants d'ESB: MacDonald's retire de la viande de boeuf de ses stocks. AFP sur La Recherche, le 17 février.

Premier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine recensé en Tarn-et-Garonne. AFP sur La Recherche, le 16 février.

Sur Agrisalon, le 18 février : 43 cas d'ESB confirmés depuis le début de l'année 2002.


Le 18 février 2002

Dans Le Figaro du 15 février, un article de Marie-Christine Tabet : Creutzfeldt-Jakob : une quatrième victime française.
La quatrième victime française du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob est décédée dimanche dans le centre la France. Ce père de famille d'une trentaine d'années, qui était hospitalisé, avait ressenti les premiers symptômes de la maladie de la vache folle en juillet 2000. Le patient avait brièvement suivi le traitement compassionnel mis au point par l'équipe américaine du professeur Stanley Prusiner, prix Nobel de médecine 1997, à partir de la quinacrine. En vain.

Sur RTL, le 15 février : Un quatrième décès recensé.
Un homme d'une trentaine d'années, atteint du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, a succombé dimanche dernier, portant à quatre le nombre des décès en France liés à cette maladie. L’épouse de la victime avait porté plainte contre X pour "empoisonnement" en novembre dernier.

Sur TF1, le 15 février : Creutzfeldt-Jakob : 4e décès en France.
La maladie de Creutzfeldt-Jakob a fait une nouvelle victime en France, portant à quatre le nombre des décès liés à cette pathologie. Il s’agit d’un jeune trentenaire, dont la famille a porté plainte.

Sur Terre-Net, le 15 février : Dépistage - Bio-Rad lance la deuxième génération de son test ESB.
Bio-Rad, spécialiste des sciences de la vie et du siagnostic, a mis eu point une plate-forme complète d’outils de dépistage de l’ESB, de la phase de détection à la confirmation des résultats.

Les rendez-vous du Salon de l'Agriculture, du 23 février au 3 mars 2002 :
- sur le stand OFIVAL/INTERBEV : Le point sur l'ESB, mardi 26 février à 13 heures ;
- sur le stand de l'AFSSA : l'ESB, le 1er mars à partir de 10 h 30 ;
Et des conférences :
- mardi 26 Février, après-midi : Viande : la confiance retrouvée ? Les progrès de la sécurité alimentaire, La traçabilité, l'étiquetage, Le risque zéro existe-t-il ?
- mercredi 27 Février, après-midi : L'image de l'agriculture , La perception de l'agriculture par les Français, L'image qu'en donnent les médias, Comment les agriculteurs communiquent-ils ?


Le 15 février 2002

Décès d'un homme atteint du variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob
Paris, 15 février - Un homme d'une trentaine d'année atteint du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob est mort à la fin de la semaine dernière, portant à quatre le nombre des décès en France liés à cette maladie, a indiqué vendredi à l'AFP l'association des victimes de cette maladie (AVMCJ). AFP sur La recherche

Le point sur la situation en Belgique : un 6ème cas en 2002, une vache Pie Noire née le 13 août 1997

Bruxelles le 14 février. Augmentation des tests EST chez les ovins et caprins
Le Comité vétérinaire permanent a voté en faveur d'une modification du règlement sur les encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), augmentant le niveau des tests de dépistage des EST chez les ovins et les caprins dans les États membres. Dans l'Union européenne, le nombre total de tests annuels passera de 164.000 à 560.000. Les dérogations à certaines obligations en matière d'EST accordées à la Finlande et à l'Autriche ont également été revues.

La Tribune du 15 février : Rhône - Un laboratoire pour des tissus d'animaux contaminés
Ce laboratoire entre dans le cadre du programme national de recherches sur les maladies à prions.
Une "bibliothèque" de tissus d'animaux contaminés par des maladies graves sera implantée près de Lyon (Rhône), a confirmé, hier, l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaires des produits de santé). Ce laboratoire, qui entre dans le cadre du programme national de recherches sur les maladies à prions, sera classé P3. Soit l'avant-dernier degré sur l'échelle évaluant le niveau de protection de l'environnement immédiat et des personnels des établissements affectés à l'étude des zoonoses (maladies animales transmissibles à l'homme).

A la télévision sur France 5
Les grandes questions scientifiques : Tous fous, 60 minutes, 3 documentaires et un débat avec Mrs Deslys (CEA), Jaillette (Marianne) et un éleveur breton.
L'histoire de la tremblante et de l'ESB, les tests, l'abattage des troupeaux, l' ESB ovine ..., le 17 février à 15H5 et le 18 février à 14H5

Au Journal Officiel du 15 février, parution de l'Arrêté du 4 février 2002 modifiant l'arrêté du 9 juin 2000 relatif à l'abattage des animaux de boucherie accidentés
Extrait : "Art. 2. - A l'article 3 de l'arrêté du 9 juin 2000 susvisé, deuxième alinéa, les mots : « - tout animal accidenté des espèces bovine, ovine et caprine, ... » sont remplacés par les mots : « - tout animal accidenté des espèces ovine et caprine, sans distinction d'âge, tout animal accidenté de l'espèce bovine âgé de plus de vingt-quatre mois,  ...."
Le texte est en ligne sur le site Légifrance

Le Parisien du 14 février : Saint-Denis Saria : Patrick Braouezec demande la fermeture
A Saint-Denis, la polémique qui vise la Saria, usine (tristement) célèbre de traitement de déchets animaliers qui empeste des milliers de riverains à des kilomètres à la ronde, est un feuilleton sans fin, nourri d'épisodes qui se suivent et se ressemblent. Dans le dernier en date, Patrick Braouezec est l'acteur le plus en vue. Pour lui et ses nombreux supporters, la puanteur s'échappe toujours de la société de la rue Charles-Michels. Voilà pourquoi il préconise la manière forte. Le député-maire PC de Saint-Denis demande au préfet de Seine-Saint-Denis de fermer immédiatement l'usine d'équarissage « tant qu'une solution garantissant la suppression totale des nuisances n'a pas été mise en oeuvre ».

Les Dernières Nouvelles d'Alsace le 14 février : Vache-folle: Tokyo met en cause des farines animales italiennes
Le Japon a mis en cause l'importation de farines animales italiennes insuffisamment stérilisées comme possible élément ayant provoqué l'arrivée de la maladie de la vache folle dans l'archipel."Après avoir suspecté que des farines italiennes n'avaient pas été stérilisées selon les normes que nous avions imposées avant le 1er juin 1998, nous avons enquêté via l'ambassade italienne sur les méthodes de stérilisation", a indiqué le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

----------

Brève

Vache folle: nouveau cas d'étiquetage frauduleux sur du boeuf au Japon.
Tokyo, 15 février - Une entreprise agro-alimentaire japonaise a étiqueté du boeuf étranger comme étant du boeuf japonais, qui se vend à un meilleur prix, ont révélé les autorités vendredi alors que le Japon est traumatisé par la découverte de trois cas de vache folle. AFP sur La recherche


Le 14 février 2002

INRA-Tours : Mise à jour du dossier ESST de Sylvie Courtault.
Actualités
Les liens

Bruxelles, le 13 février 2002 : Viande bovine: la Commission autorise une aide au revenu d'un montant de 8,94 millions d'euros en faveur des éleveurs autrichiens ainsi que des mesures d'aides visant à protéger les consommateurs contre l'ESB en Belgique et en Allemagne.
La Commission européenne a autorisé aujourd'hui l'Autriche à verser une aide au revenu d'un montant total d'environ 8,94 millions d'euros aux éleveurs de bovins qui ont subi, entre janvier et juin 2001, des pertes consécutives à la crise de l'ESB. En temps normal, il n'est pas permis aux États membres d'octroyer des aides de cette nature. La Commission prend cependant acte du caractère exceptionnel de la crise actuelle sur le marché de la viande bovine et justifie ainsi l'attribution de ces aides. La Commission a en outre autorisé le versement d'aides d'État en Belgique et en Allemagne, qui sont axées, par exemple, sur les tests de détection de l'ESB et sur la destruction des matériels à risque. En Allemagne, ces aides s'élèvent à quelque 51 millions d'euros. En Belgique, la mesure prise se traduit par l'établissement d'un droit à acquitter, qui couvrira en partie le coût des tests de détection de l'ESB..

Sur Agrisalon, le 14 février : Le Comité vétérinaire permanent européen a voté en faveur d'une augmentation du niveau des tests de dépistage des EST chez les ovins et les caprins dans les États membres.

----------

Brève

Lyon, 14 février - Le ministre de la Recherche, Roger-Gérard Schwartzenberg, vient d'approuver l'implantation près de Lyon d'une "bibliothèque" de tissus d'animaux contaminés par des maladies graves, classée P3, dans le cadre d'un programme national de recherches sur les maladies à prions, a-t-on appris jeudi auprès de l'AFSSA. AFP sur La Recherche.

----------

Dans Libération du 14 février, un article de Lorraine Millot, correspondante à Berlin : Vache folle: négligences allemandes.
Des dizaines de milliers de bovins mal testés ont été mis sur le marché.
Un laboratoire qui teste sans autorisation, d'autres qui ne déclarent pas les cas suspects, et des semaines, voire des mois, qui s'écoulent avant que l'on retrace où est partie la viande suspecte: une fois encore, l'Allemagne se distingue par une accumulation de négligences inquiétantes en matière de dépistage de l'épidémie de vache folle.

----------

Brèves

Agra sur Terre-Net , le 14 février : Insémination - Les crises animales ont « plombé » les résultats des coopératives.

Tokyo, 14 février - Le Japon a mis en cause l'importation de farines animales italiennes insuffisamment stérilisées comme possible élément ayant provoqué l'arrivée de la maladie de la vache folle dans l'archipel, a-t-on appris jeudi de sources officielles. AFP sur La Recherche.

----------

C'est à lire : Revue Française du Marketing (n°183-184 - 2001/3-4 ). Un numéro spécial très dense intitulé "Marketing et peurs alimentaires".

Dans Le Bien Public du 13 février : Caisse locale du Crédit agricole : Quarante prêts spéciaux ESB mis en place.
"Quarante et un dossiers " prêts spéciaux ESB " ont été mis en place ce qui montre le partenariat du Crédit agricole avec le monde rural. "

Dans Le Journal de Saône-et-Loire du 13 février : Syndicat des éleveurs de Prim'Holstein de Saône-et-Loire.
2001 a été une année difficile en raison de l'ESB. L'assemblée générale du syndicat des éleveurs «Holstein» de Saône-et-Loire qui s'est tenue à Saint-Christophe-en-Bresse, a été teintée d'amertume à la suite d'une année 2001 très néfaste pour l'élevage.

A lire dans le quotidien La Tribune du 13 février : Isère - La chaussure de qualité résiste à la crise de la vache folle.
"La crise de la vache folle a mis en danger les fabricants de chaussures isérois. Richard-Pontvert (220 salariés), qui fabrique à Izeaux les célèbres Paraboot, Hardrige (40 salariés), installé à Sillans, et Christian Pellet (110 salariés), implanté à Pont-Evêque, ont dû faire face à une pénurie de peaux, qui s'est traduite l'an dernier par une augmentation des prix allant de 30 % à 70 %."

----------

Brèves

Sur Agrisalon, le 12 février : Bruxelles a annoncé, le 13 février, avoir autorisé l'Allemagne (Bavière) à accorder 3,5 millions d'euros pour l'introduction d'un nouveau label de qualité, au cours de l'année 2002.

Tokyo, 13 février - Un supermarché du sud du Japon a été rappelé à l'ordre mercredi pour avoir présenté du boeuf japonais comme étant du boeuf étranger afin de rassurer ses clients inquiets après l'annonce de trois cas de maladie de la vache folle au Japon, a-t-on appris de sources officielles. AFP sur La Recherche.


Le 13 février 2002

ESB-Info, le 12 février :
Année 2002 = 35 cas confirmés
8 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
15 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
12 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Intervention de Jean Glavany, ministre de l'Agriculture et de la Pêche, à l'inauguration et au lancement des travaux pour l'animalerie protégée de l'INRA à Tours -Nouzilly, le 11 février 2002.

Dans Le Parisien du 12 février : Recherche : Une « étable » à prions pour étudier la vache folle.

Sur Agrisalon, le 12 février : Filière bovine: lancement des groupes de travail sur les mesures structurelles.
Les trois groupes de travail qui doivent proposer les mesures structurelles à mettre en oeuvre afin de consolider l'élevage bovin ont été installés le 12 février, par la directrice du cabinet de Jean GLAVANY.


Le 12 février 2002

INRA, 11 février 2002, Tours-Nouzilly, Dossier de presse : Installation nationale protégée pour la recherche sur les encéphalopathies spongiformes transmissibles
Sommaire :
Qu’est ce qu’une animalerie protégée aux normes de sécurité A3 ?
Etudier simultanément les maladies à prions sur les souris, ovins et bovins : un choix scientifique cohérent
La nouvelle animalerie de Tours : un outil pour étudier une éventuelle transmission de l'ESB aux ovins
La nouvelle animalerie de Tours : un outil pour identifier les obstacles à une éradication complète de l'ESB en Europe
Le Centre INRA de Tours au sein du pôle d’étude des maladies infectieuses de la région Centre
Le dispositif d’étude des prions à l’INRA et avec ses principaux partenaires
Annexes :
1. Appel d’offres 2001 du GIS « Infections à prions » : de nouvelles équipes de l’INRA se sont mobilisées
2. Variabilité de la sensibilité génétique à la tremblante dans différentes races ovines en France et en Europe
3. Développement de souris transgéniques exprimant la protéine PrP ovine normale (PrPc) comme modèle d’étude in vivo de la tremblante et autres ESST
4. Accumulation précoce de la protéine PrP pathologique (PrPsc) dans les tissus lymphoïdes et nerveux du tube digestif d'agneaux atteints de tremblante naturelle.

Dans Le Républicain Lorrain (source : Agrisalon), le 12 février : Un centre pour mieux comprendre l'ESB
Un projet d'envergure pour la recherche sur les maladies à prions: la future animalerie du centre INRA de Tours pourra accueillir des bovins atteints de la maladie de la vache folle.
Tours.- Les ministres de l'Agriculture Jean Glavany et de la Recherche Roger-Gérard Schwartzenberg ont posé hier la première pierre, à Nouzilly (Indre-et-Loire), de la plus grande animalerie de France consacrée aux maladies à prions et permettant notamment l'accueil de bovins atteints de l'ESB. Ce bâtiment, appelé "Installation nationale protégée pour la recherche sur les encéphalopathies spongiformes transmissibles", sera construit dans l'enceinte du centre de Tours-Nouzilly, le plus important de l'Institut national de recherche agronomique (INRA) en termes de santé animale. L'ouverture est prévue en 2004.

----------

Brèves

Tours, 11 février - Les ministres de l'Agriculture Jean Glavany et de la Recherche Roger-Gérard Schwartzenberg ont posé lundi la première pierre, à Nouzilly (Indre-et-Loire), de la plus grande animalerie de France consacrée aux maladies à prions et permettant notamment l'accueil de bovins atteints de l'ESB. AFP sur La Recherche.

Tours, 11 février - La future animalerie du centre INRA de Nouzilly (Indre-et-Loire), au nord de Tours, sera la plus grande de France et pourra accueillir des bovins atteints de la maladie de la vache folle. AFP sur La Recherche.

Sur Terre-Net, le 11 janvier : Royaume-Uni - 746 et 329 cas d’ESB confirmés en 2001.
Dans le cadre du programme de surveillance passive, au 25 janvier 2002, 746 cas d’ESB ont été confirmés en 2001 en Grande-Bretagne.

----------

A lire dans l'hebdomadaire La France Agricole datée du 8 janvier : Congrès de la FNB : les éleveurs déçus par la gestion gouvernementale de la crise.
Les critiques à l’encontre de la gestion gouvernementale de la seconde crise de l’ESB n’ont pas manqué, lors du congrès de la Fédération nationale bovine (FNB), les 6 et 7 février, à Paris.

Sur Agrisalon, le 11 fevrier : La préfecture du Maine-et-Loire a enregistré le 11 février les deux premiers cas d'ESB de cette année dans le département.

----------

Brève

Angers, 11 février - Une 36e cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté dans le Maine-et-Loire, a annoncé lundi la préfecture du département.L'animal malade, une vache de race Prim'holstein née en octobre 1996, a été détecté dans le cadre des tests systématiques à l'équarissage, a précisé la direction des services vétérinaires.  AFP sur La Recherche.


Le 11 février 2002

C'est à lire dans Le Monde du 6 février : Le bœuf revient dans les cantines scolaires.
La viande de bœuf, proscrite des menus d'un bon nombre de cantines scolaires pour cause de maladie de la vache folle, fait un retour discret dans les assiettes des élèves et, semble-t-il, sans susciter de réactions particulières des parents.

Dans La Dépêche du Midi du 11 février, édition de Haute-Garonne : « Le profond malaise » des éleveurs de bovins " Ils annonçent 10,6 millions d'Euros de pertes en Haute-Garonne.
« Avec les consommateurs, les producteurs de viande bovine sont les dindons de la farce ». Cet éleveur du Comminges reflète l'état d'esprit des 2 932 exploitants de Haute- Garonne, confrontés à la deuxième crise de la vache folle.
Et également :
Pourquoi le boeuf est-il si cher ?
Du producteur au consommateur, qu'est-ce-qui peut expliquer la différence de prix, souvent multipliée par quatre ou cinq?

Eurofins Scientific : un potentiel de 70% selon HSBC.
Eurofins Scientific devrait afficher une croissance de ses ventes en 2001 de 146% à 125 millions d'euros. Telle est la prévision de Stefanie Philipp et Marietta Miemietz, les analystes en charge de la valeur chez HSBC. Ces chiffres devraient être publiés le 15 février prochain.

----------

Dans La Tribune - édition du 11/02/2002  : Indre-et-Loire - L'Inra étudiera des bovins atteints de l'ESB.
On pose aujourd'hui à Nouzilly la première pierre d'une animalerie qui accueillera des bovins atteints de l'ESB. Unique en France, cette unité sera abritée dans une enceinte de confinement.

Parution au Journal Officiel du 10 février 2002 de l'Arrêté du 8 février 2002 modifiant l'arrêté du 20 juillet 1998 fixant les conditions techniques et hygiéniques applicables au transport des aliments.
Les termes : « à compter du 1er janvier 2002 », mentionnés au sixième alinéa de l'article 30 bis de l'arrêté du 20 juillet 1998 susvisé, sont remplacés par : « à compter de la date mentionnée au dernier alinéa du i, point p, de l'article 31 de l'arrêté du 17 mars 1992 modifié relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs d'animaux de boucherie pour la production et la mise sur le marché de viandes fraîches et déterminant les conditions de l'inspection sanitaire de ces établissements ».

Sur Les Echos, le 8 février, par M.-J. Cougard : Vache folle : Une nouvelle vague d'inquiétude se confirme au Royaume-Uni.
Le Royaume-Uni n'a appliqué qu'avec un an de retard, en décembre dernier, la réglementation européenne de dépistage systématique de la maladie de la vache folle chez les bovins de plus de trente mois. Les cas découverts ainsi ont déclenché une nouvelle vague d'inquiétude, qui gonfle rapidement.

Sur Les Echos, le 8 février, par M.-J. Cougard : Les laboratoires AES quadruplent leur résultat net au premier semestre 2001.
Dépistage de la maladie de la vache folle, essor des ventes à l'exportation, succès de la microbiologie industrielle, les laboratoires AES, spécialiste des tests et automates pour la recherche des contaminants alimentaires, médicaux et pharmaceutiques ont matière à se réjouir.

Dans La Circulaire de l'Elevage, n° 2586, 8 février 2002 : Assemblée générale de la FNB : Leçons d'une crise et perspectives d'avenir .

----------

Un discours du commissaire Byrne au sujet du rapport Olson au Parlement européeen, le 5 février 2002 (en anglais).

----------

Brèves

Grenoble, 8 février - Environ 400 éleveurs venant d'une dizaine de départements se sont rassemblés vendredi au GAEC de la Raffinière à Colombe (Isère) où 230 vaches risquent d'être abattues, a constaté l'AFP.

Besançon, 8 février - Le tribunal administratif de Besançon (Doubs) a débouté, vendredi, un éleveur jurassien qui contestait l'arrêté préfectoral ordonnant l'abattage de son troupeau, frappé par un cas de vache folle. AFP sur La Recherche.


Le 8 février 2002

ESB-Info, vendredi 8 février :
Année 2002 = 32 cas confirmés
8 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
13 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
11 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Brèves

Le DEFRA britannique annonce le 8 février deux cas d'ESB nés en juillet 1997.

Sur Agrisalon, le 8 février : Les autorités britanniques ont annoncé hier 7 février 2002 la présence en Irlande du Nord d’un cas d’ESB sur une vache âgée de 31 mois.

----------

A lire dans Ouest-France, en ligne ce vendredi 8 février : Boues dans les farines animales : épilogue.
L'ancien directeur régional de la Saria à l'amende. Hier, au tribunal de Quimper, l'affaire des boues d'épuration dans les farines animales destinées à l'alimentation du bétail a connu son épilogue. Reconnu coupable de falsification de denrées et de tromperie sur la marchandise, l'ex-directeur régional de la Saria a été condamné à 15 000 € d'amende.

Sur Les Echos , le 6 février : Premier cas de forme humaine de vache folle suspecté en Italie.
Le ministre italien de la Santé a déclaré que les autorités médicales suspectaient un premier cas de nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jacob, la forme humaine de la maladie de la vache folle. Cette révélation a été faite après plusieurs tests effectués en Italie et en Grande-Bretagne, où on estime à 113 le nombre de personnes affectées par cette maladie neuro-dégénérative mortelle

----------

Brève

Paris, 7 février - Les éleveurs ont manifesté, jeudi, leur déception et leur amertume face à une gestion des pouvoirs publics qui aurait nécessité, selon eux, "une réaction et une solidarité plus renforcées". AFP pour La Recherche.


Le 7 février 2002

Dans Le Figaro, par le docteur Martine Pérez , le 7 février 2002 : Risque minime de contamination des moutons.
Comment gérer l'hypothétique risque d'une contamination des moutons par la maladie de la vache folle ? L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) dans un avis qui devrait être présenté aux professionnels aujourd'hui, montre d'une part que le risque, s'il existe, est sans doute aujourd'hui minime. Elle renvoie la balle aux politiques qui peuvent opter entre plusieurs solutions suggérées par l'Agence, comme notamment ne rien changer à la situation actuelle ou encore mettre en place un dépistage systématique des ovins à l'instar de ce qui se fait déjà pour les bovins.

Sur Agrisalon, le 7 février : Risques liés aux ESST chez les petits ruminants, les travaux de l'AFSSA toujours en cours.
Un communiqué de l'AFSSA daté du 7 février indique qu'elle n'est pas encore en mesure de publier son avis général sur les risques liés aux ESST chez les petits ruminants.
Le comuniqué de l'AFSSA au format pdf est en ligne sur le site de l'Agence.

Parlement Européen : Suivi de la crise de l'ESB
Karl Erik Olsson (ELDR, S)
Procédure : rapport d'initiative. Débat : 05.02.2002, Vote : 06.02.2002
En adoptant le rapport d'initiative de M. Karl Erik Olsson (ELDR, S), le Parlement critique durement l'implantation tardive et inadéquate de la législation européenne par certains Etats membres ainsi que l'échec total d'autres pays membres à se conformer aux normes communautaires. Les députés demandent à la Commission de vérifier que tous les Etats membres appliquent strictement les règles. Lorsque des cas de non-conformité ou de fraude sont établis, la Commission doit imposer des peines sévères, y compris envers les mulitinationales ayant enfreint la législation européenne.

----------

Brèves

Tokyo, 7 février - Le ministère japonais de l'Agriculture a expliqué jeudi qu'il cherchait à protéger les éleveurs japonais en demandant au groupe alimentaire Snow Brand, impliqué dans plusieurs scandales, de refuser les offres éventuelles de reprise provenant de groupes étrangers. AFP sur La Recherche.

Strasbourg (Parlement européen), 6 février - Le Parlement européen a appelé mercredi les pays de l'UE à appliquer de manière rigoureuse les mesures mises en place pour lutter contre les encéphalopathies spongiformes bovines (ESB), en critiquant les "carences et le retard" constatés dans certains pays. AFP sur La Recherche.

----------

Brèves

Rome, 6 février - Le premier cas en Italie de la maladie de Creutzfeldt-Jakob dans sa variante dérivée de la maladie de la vache folle, diagnostiqué chez une jeune Sicilienne de 25 ans, a réveillé les peurs dans la péninsule qui se croyait à l'abri de ce fléau. AFP sur La Recherche.

Berlin, 6 février - La ministre fédérale de la Consommation et de l'Agriculture, Renate Kuenast, a réclamé mercredi des autorités bavaroises qu'elles produisent des listes des stocks de viandes concernés par les tests peu fiables de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). AFP sur La Recherche.

Strasbourg (Parlement européen), 6 février - Le Parlement européen a appelé mercredi les pays de l'UE à appliquer de manière rigoureuse les mesures mises en place pour lutter contre les encéphalopathies spongiformes bovines (ESB), en critiquant les "carences et le retard" constatés dans certains pays. AFP sur La Recherche.


Le 6 février 2002

ESB-Info, mise à jour du mardi 5 février :
Année 2002 = 26 cas confirmés
7 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
10 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
9 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Les Echos, par M.-J. Cougard, le 6 février : 11% d'enfants ne mangent toujours pas de boeuf à la cantine.
La grave crise de confiance du consommateur dans la viande bovine est passée.

Sur Agrisalon du 6 février : Le Parlement Européen critique les mesures de lutte contre l'ESB et demande leur renforcement.
En adoptant le rapport d'initiative de M. Karl Erik Olsson, les eurodéputés critiquent durement la mise en oeuvre "tardive et inadéquate" ou "l'échec total" de la législation européenne par ou sur certains Etats membres. Ils se prononcent également sur l'abattage en présence d'ESB dans un troupeau ainsi que sur certaines mesures à prendre à l'égard des ovins et caprins.

Des séquences video pour aider au diagnostic de l'ESB sont en ligne sur un site suisse.

Sur Les Echos, par M.-J .Cougard, le 5 février : Snow Brand : Le scandale des fausses étiquettes coûtera un millier d'emplois.
La fraude, dont le groupe Snow Brand Food s'est rendu coupable, va se traduire par la suppression d'un millier d'emplois. Le géant de l'agroalimentaire nippon avait étiqueté de la viande australienne comme si c'était de la viande nipponne pour percevoir les aides accordées par le gouvernement depuis l'apparition de la vache folle dans l'empire du Levant.

----------

Brèves

Bourges, 6 février - Un quatrième cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détecté dans le Cher, a annoncé la préfecture mercredi. AFP sur La Recherche.

----------

Toute la presse italienne publie des articles ou des dossiers à l'occasion de la première suspicion d'un cas de v-MCJ dans ce pays. On retiendra tout particulièrement les articles (en italien ,bien sûr) du Corriere de la Sera, , d'Il Sole, de La Stampa et de La Repubblicca.

Intervention de Jean Glavany, ministre de l'Agriculture et de la Pêche à l'Ecole nationale vétérinaire de Toulouse - 31 janvier 2002.

Dans les Dernières Nouvelles d'Alsace du 6 février, en ligne ce jour (source Agrisalon) : Viande : 2001 marqué par les crises sanitaires.
« Rien ne garantit encore un retour durable à la normale. Nous devons combler les fissures apparues entre les éleveurs et les consommateurs et reconquérir l'opinion », soulignait récemment le président de la Fédération nationale bovine Pierre Chevalier.

Dans Le Télégramme du 6 février, un article de Pierre Langault : Le retour du bœuf dans les cantines.
Selon une enquête effectuée par Sylab-Ypsis, pour le compte du Centre d'information des viandes (CIV), 67 % des cantines scolaires dans les écoles primaires avaient supprimé la viande bovine à la suite de l'alerte sur la vache folle, en octobre 2000.Il s'agissait essentiellement de cantines se trouvant dans des communes urbaines de plus de 20.000.

----------

Brève

Rome, 5 février - Une jeune femme de 25 ans résidant en Sicile présente tous les symptomes de la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob dérivée de la maladie dite de la vache folle, a annoncé mardi le ministère italien de la Santé. AFP sur La Recherche.

----------

Agrisalon, le 5 janvier, annonce : "Un nouveau cas d'ESB supernaïf en Suisse". L'Office Vétérinaire Fédéral suisse a confirmé le 5 février un 3ème cas d'ESB pour l'année 2002.

----------

Brèves

Paris, 5 février - La viande de boeuf, qui avait été proscrite des menus d'un bon nombre de cantines scolaires françaises en raison des inquiétudes liées à la maladie de la vache folle, a fait un retour discret dans les assiettes des élèves, selon une étude du cabinet Sylab-Ypsis. AFP sur La Recherche.

Rennes, 5 février - Une vingtaine d'éleveurs normands et bretons de la Confédération paysanne se sont rassemblés mardi devant un centre d'insémination animale à Rennes (Ille-et-Vilaine) pour réclamer un abattage plus sélectif que celui recommandé par l'AFSSA, a constaté l'AFP. AFP sur La Recherche.


Le 5 février 2002

Dans Science et Vie n°1013 (février 2002), par Marie-Laure Moinet : Farines animales. Comment s'en débarrasser.
"Avec la crise de la vache folle, les farines animales n'en finissent pas de s'accumuler en France. Et dans trois mois, les entrepots afficheront complets ! Stockage, incinération, risques... le point sur une situation critique."
Chez votre marchand de journaux.

Dans le quotidien Sud-Ouest du 5 janvier on peu lire un article de Lionel Niedzwieki intitulé Déchets carnés à Mielan : Verdannet dépose son dossier.
Le groupe Verdannet doit déposer cette semaine en préfecture le dossier d'installation d'une usine de traitement de déchets carnés à Miélan. Les opposants se réunissent ce soir dans les Hautes-Pyrénées.

Le ministère de la Santé britannique publie le 4 janvier les statistiques mensuelles de v-MCJ qui s'élèvent à 114 dont 8 sont encore en vie.

En Suisse, Edicom annonce le lundi 4 février la "reprise des exportations de bovins suisses vers l'Allemagne ".
Berne - Sept bovins ont pris le chemin de l'Allemagne vendredi. C'est la première livraison de bêtes sur pied à un pays de l'UE depuis le boycott suscité par la découverte de la «maladie de la vache folle» (ESB) en Suisse.

----------

Brèves

Tokyo, 5 février - Une motion de censure déposée contre le ministre de l'Agriculture japonais, accusé d'avoir mal géré la crise de la vache folle à l'automne dernier, a été facilement rejetée mardi au parlement, a-t-on appris de sources officielles. AFP sur La Recherche.

Tokyo, 5 février - Le géant alimentaire japonais Snow Brand Milk Products a nié mardi être à la recherche d'un partenaire mais a annoncé 1 000 suppressions d'emplois dans sa filiale viande, en difficultés après un scandale de détournement de subventions publiques. AFP sur La Recherche.


Le 4 février 2002

Brèves

Berne, 4 févrie - La Suisse a pu de nouveau exporter des bovins vers un pays de l'Union européenne, l'Allemagne ayant autorisé l'entrée de sept d'entre eux, après un embargo de plus de cinq ans imposé en raison de l'épizootie de la vache folle, a annoncé lundi l'Office vétérinaire fédéral (OVF) dans un communiqué. AFP sur La  Recherche.

Tokyo, 4 février - L'opposition japonaise a déposé lundi une motion de censure contre le ministre de l'Agriculture Tsutomu Takebe, mis en cause pour avoir tenté de minimiser le problème de la maladie de la vache folle. AFP sur La Recherche.

----------

Brève

Paris, 4 février - Le ministre français de l'Agriculture, Jean Glavany (Parti socialiste), a déclaré dimanche soir qu'il est "hors de question de revenir sur la décision d'interdiction des farines animales". Rappelant que "certains Européens" ont "dans la tête" une réintroduction de farines animales "sécurisées", M. Glavany, invité de l'émission "France Europe express" sur la chaîne de télévision publique France-3, a affirmé que "la réponse est non". AFP sur La Recherche.

----------

Dans Le Télégramme du 2 février, Olivier Charujean signait un article consacré au test Proteome intitulé : Un test britannique pour dépister l'ESB sur animal vivant.
La société britannique Proteome Sciences a annoncé avoir déposé une demande de brevet en première mondiale pour un test destiné à dépister l'ESB à partir d'un simple échantillon sanguin.

Sur Edicom, le 2 février : Les Suisses restent des amateurs de viande, malgré l'ESB.
Berne - Près d'un Suisse sur deux mange de la viande deux à quatre fois par semaine et en quantité identique qu'il y a cinq ans. La crise de la vache folle a quand même refroidi un tiers d'entre eux qui ont réduit ou modifié leur consommation.

----------

ESB-Infos, mise à jour des statistiques le 1er février :
Année 2002 = 24 cas confirmés
7 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
8 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
9 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Sur TF 1, le 1er février, par Sophie Lutrand : Glavany tranche pour l'abattage sélectif.
Les vaches nées après le 1er janvier 2002 auront la vie sauve. Le ministre de l'Agriculture a décidé aujourd'hui de remplacer l'abattage total des troupeaux où a été trouvé un cas de vache folle par un abattage sélectif. Les plus jeunes bêtes, n'ayant pu être contaminées par la nourriture, seront épargnées .
Jean Glavany a suivi l'avis de l'AFSSA [qui] s'était déclarée favorable début janvier à un abattage partiel des troupeaux lorsqu'un cas de vache folle est diagnostiqué.

----------

Brève

Chambéry, 1er février - Un nouveau cas de vache folle, le sixième dans le département depuis 1994, a été détecté en Savoie, sur une vache de type Montbéliarde âgée de 7 ans, issue d'un troupeau de 20 bêtes, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 1er février 2002

Dans La Voix du Nord du 1er février, en ligne ce jour : Alors que le coût de la destruction des farines animales s’accroît, l’abattage sélectif bientôt adopté.
Jean Glavany : « la réflexion du gouvernement est terminée, les bêtes nées après le 1er janvier 2002 ne seront pas abattues. Ça semble très peu aujour-d’hui, mais c’est une démarche de sortie de crise s’appuyant sur le fait que de nouvelles mesures de protections ont été prises en 2001, et l’effectif concerné va s’accroître de jour en jour », a précisé le ministre.

Dans Les Echos du 31 janvier, par M.-J. Cougard : Farines animales : une facture de 231 millions d'euros pour l'Etat en 2001.
L'élimination des farines animales, mise en cause dans l'explosion de la maladie de la vache folle, est un casse-tête coûteux. La facture s'est élevée à 231 millions d'euros en 2001 pour l'Etat français, a indiqué la Mission interministérielle pour l'élimination des farines (MIEFA). Elle a pour l'essentiel servi à payer les équarrisseurs, qui transforment les déchets en farines et veillent à leur élimination dans les cimenteries.

L'Ialie annonce son 54e cas d'ESB.

----------

Dans Le Télegramme du 31 janvier, par Pierre Langault, en ligne ce jour : Le retour de la machine à classer.
La crise de la vache folle serait-elle terminée ? Les éleveurs de la Fédération nationale bovine qui se réuniront en Assemblée générale, les 6 et 7 février à Paris ne seront certainement pas d'accord.
Extrait :
"Se tourner vers l'avenir
Certes les éleveurs ont beaucoup de choses à dire et à reprocher au deuxième plan Glavany qui en écarte beaucoup d'entre eux. Mais ce n'est pas sur ces sujets que la Fédération nationale bovine va focaliser ses délégués à son congrès. L'idée est de regarder devant comme l'indique le titre de son rapport d'orientation : « Elevage-Filière et Société : Fonder l'avenir sur des repères communs ».
Etre transparent
La crise aura confirmé au moins une chose aux éleveurs : le manque de transparence de la filière bovine, un sujet récurrent depuis de nombreuses années mais que Guy Hermouet, éleveur en Vendée et vice-président de la Fédération nationale bovine, entend désormais régler une fois pour toutes. "

Dans L'Est Républicain, en ligne ce 31 janvier : Tribunal administratif : recours contre l'abattage total à Besançon.
Une famille d'éleveurs du Jura se bat contre la décision d'abattre son troupeau, dont une génisse, vendue il y a cinq ans en Haute-Vienne, a déclaré l'ESB.

----------

Brèves

Sur Agrisalon, le 30 janvier : Un 5e cas d'ESB détecté en Belgique depuis le début de l'année 2002.

Besançon, 30 janvier - Un éleveur du Jura, frappé par un cas de vache folle, a contesté mercredi, devant le tribunal administratif de Besançon (Doubs), l'arrêté préfectoral qui ordonne l'abattage total de son troupeau. AFP pour La Recherche.

----------

Ben Hirschler, de Reuters, signale le 30 janvier le dépôt de brevet portant sur un test sanguin de la société Proteome Sciences Plc.

Parution au Journal Officiel du 29 janvier de l'arrêté du 21 janvier 2002 modifiant l'arrêté du 23 août 2001 relatif aux conditions sanitaires régissant l'emploi, la commercialisation, les échanges, les importations et les exportations de certains produits d'origine animale destinés à l'alimentation animale et à la fabrication d'aliments des animaux ou à d'autres usages.

Dans la Dépêche du Midi du 30 janvier : Un nouveau cas d'ESB confirmé (déja signalé ici même).
C'est par un bref communiqué que la préfecture du Gers a confirmé hier matin l'existence d'un nouveau cas d'ESB (Encéphalopathie spongiforme bovine) dans le département.
« Dans la cadre du dépistage systématique à l'abattoir, un cas d'encéphalopathie spongiforme bovine vient d'être détecté dans le Gers (le troisième dans le département), sur une vache de race laitière née en novembre 1995. Le troupeau sera éliminé, conformément aux mesures réglementaires en vigueur », conclut le texte officiel de la préfecture.

Le point sur les cas d'ESB en Allemagne : 15 cas en 2002 dont 2 animaux nés en 1997

Le point sur les cas d'ESB en Espagne : 5 cas en 2002.

Le point en Italie où le ministère de la Santé annonce le 28 janvier la réalisation de 521.717 tests (Bollettino test anti-BSE).

Communiqué officiel de la Confédération Helvétique, daté du 25 janvier, à propos de la table-ronde sur l'ESB à Berne.


Le 30 janvier 2002

C'est à lire dans Le Quotidien du Médecin du 30 janvier, en ligne ce jour, sous le titre "Tremblante et ESB : des recommandations du CNA" :
Consulté par le gouvernement après l'avis rendu en novembre dernier par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), le Conseil national de l'alimentation (CNA) demande « un accroissement des efforts de recherche pour des tests rapides permettant de distinguer de façon précoce ESB et tremblante » du mouton.

Londres, 29 janvier - Le secteur agroalimentaire britannique "n'est plus viable", a estimé mardi un rapport officiel en proposant au gouvernement de réorienter une plus grande partie des subventions qui vont aujourd'hui à la production intensive, vers d'autres secteurs dont l'environnement. AFP sur La Recherche.
Ce document est commenté dans tous les quotidiens britanniques et en particulier dans The Guardian (Report brands farm and food industries 'dysfunctional' ) qui met en ligne le rapport en version intégrale

----------

ESB-Info, mise à jour des statistiques le 29 janvier :
Année 2002 = 19 cas confirmés
6 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
5 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
8 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Février 2002 : lancement de la nouvelle campagne d’information du Centre d'information des viandes (CIV) sur la viande bovine, financée avec le concours de la Communauté européenne.
Et le "passeport pour la viande bovine" au format pdf.

Le Forum de Marrakech sur la sécurité sanitaire
Présentation du thème principal : "Améliorer l’efficacité et la transparence dans les système de sécurité sanitaire des aliments – partager les expériences" .
Thème 2. Gestion des risques, document au format pdf, présenté par la délégation françcaise

La vache du mois de février 2002 est en ligne. "Elle nous offre une vision sur un paysage tout droit sorti d'un conte fantastique, glacé et magique."

----------

Brèves

Tokyo, 29 janvier - Le patron du groupe japonais Snow Brand Food, "célèbre" depuis une intoxication alimentaire massive en 2000 et dont la réputation avait été ternie par un autre scandale la semaine dernière, a présenté mardi sa démission alors que deux nouvelles fraudes étaient révélées. AFP sur La Recherche.


Le 29 janvier 2002

Dans Les Echos, du 25 janvier, par Marie-Josée Cougard : Bruxelles n'exclut pas de nouvelles restrictions sur les ventes de boeuf britannique.
Les scientifiques britanniques cherchent à comprendre la brusque hausse du nombre de cas de " vache folle " identifiés chez des animaux nés depuis le renforcement des contrôles de leur alimentation.

En Grande-Bretagne on annonçait (Yahoo!) en fin de semaine le 105e décès du au v-MCJ, un jeune homme de 26 ans mort le 17 janvier.
Dans The Guardian daté du 29 janvier, James Meikle, le correspondant "santé" du quotidien londonien, évoque la contamination de 22 personnes à la suite de dons du sang provenant de 8 donneurs qui se sont avérés atteints du nouveau variant.

----------

Dans Le Quotidien du Médecin, le 28 janvier, par Christian Delahaye ! Un cinquième cas probable de nvMCJ dépose plainte pour empoisonnement.
Une nouvelle plainte pour empoisonnement a été déposée par l'avocat de la cinquième victime du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvMCJ). Elle devrait être instruite, comme les précédentes, par la juge parisienne Bertella-Geffroy.
Le cinquième cas probable de nvMCJ avait été notifié en décembre dernier par l'Institut de veille sanitaire (InVS). Il concerne une jeune femme de 31 ans qui réside en Ile-de-France et qui bénéficierait actuellement, selon l'association des victimes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, de nouveaux essais thérapeutiques.


Le 28 janvier 2002

ESB-Info, mise à jour des indicateurs statistiques le 25 janvier :
Année 2002 = 13 cas confirmés
5 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
5 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
3 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

Dans Le Parisien du 26 janvier, par Corinne Thebault : Maladie de Creutzfeldt-Jakob - Une nouvelle famille porte plainte
Une feùùe âgée de 31 ans, mère de trois enfants et habitant en région parisienne, atteinte par la maladie de Creutzfeldt-Jakob nouveau variant (la forme humaine de la maladie de la vache folle), vient de porter plainte contre X pour « empoisonnement, homicide involontaire et mise en danger d'autrui ».

Sur Edicom, vendredi 25 janvier : L'efficacité des mesures ESB ne sera connue qu'en 2005.
Berne - L'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) n'est pas encore éradiquée en Suisse. Une table ronde réunissant trois offices fédéraux a fait le point à Berne. Ils ont constaté que l'efficacité des mesures prisels ne sera connue qu'en 2005.

----------

Brèves

Deux cas suspects d'ESB dans l'Oise. Beauvais, 25 janvier - AFP sur La Recherche.

Sur Agrisalon, le 25 janvier : 4e cas d'ESB confirmé en Belgique.

Tokyo, 26 janvier - Une société japonaise a annoncé samedi qu'elle arrêtait la vente de 230 produits à base de boeuf après avoir falsifié des étiquettes pour toucher des subventions du gouvernement après l'apparition de la maladie de la vache folle au Japon. AFP sur La Recherche.


Le 25 janvier 2002

Les Suisses et les Anglais s'interrogent sur les cas d'ESB "super-NAIFs" :
- en français sur Agrisalon, le 25 janvier : Table ronde sur l'ESB à Berne
Les cas récents d'ESB, en particulier ceux d'animaux nés en 1998, ont incité l'association Agrarallianz à demander à l'OVF, Office Vétérinaire Fédéral suisse, l'organisation d'un échange d'informations sur l'ESB ;
- en angalis dans The Gardian, ce 25 janvier, et au ministère de l'Agriculture (DEFRA).

----------

Bruxelles, le 24 janvier 2002

Le comité scientifique directeur émet de nouveaux avis concernant l'ESB

Le Comité scientifique directeur (CSD), qui conseille la Commission européenne dans le domaine des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), dont l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), ainsi que sur d'autres questions pluridisciplinaires, a rendu aujourd'hui une série d'avis en rapport avec l'ESB. Ils concernent l'abattage (la destruction d'animaux liée à un cas d'EST), le risque inhérent à l'étourdissement par tige perforante lors de l'abattage et la mise à jour de la liste des matériels sûrs provenant de la tête des bovins, ovins et caprins. Le comité a également actualisé sa méthode d'évaluation du risque géographique d'ESB à la lumière des récents développements et classé la Finlande, l'Autriche et la Slovénie dans la catégorie III.

----------

Brève

Paris, le 25 janvier - La cinquième victime française du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ), une jeune femme de 31 ans, a décidé de porter plainte devant la justice, a confirmé vendredi auprès de l'Associated Press le Dr Annick Alperovitch, directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). AP sur Yahoo.

----------

En ligne aujourd'hui sur le site des Dernières Nouvelles d'Alsace : ESB : front paysan contre l'abattage total.
A Songeson, petite commune du sud du Jura, un front paysan s'est constitué hier pour soutenir Pierre Liboz. Cet éleveur de bovins refuse de laisser abattre son troupeau pour cause de vache folle. Il s'oppose ainsi à la politique d'abattage total du ministère de l'Agriculture.

Dans Le Télégramme du 25 janvier : ESB et mouton : une étude poussée est demandée.
Le Conseil national de l'alimentation (CNA) recommande que l' Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) réalise une « analyse d ' ensemble » des risques liés à une éventuelle transmission de la maladie de la vache folle au mouton .

----------

Brèves

Songeson (Jura), 24 janvier - A Songeson, petite commune du Jura située dans la région des lacs au sud du département, un front paysan s'est élevé jeudi pour soutenir un éleveur de bovins, frappé par un cas de vache folle, et qui refuse de laisser abattre son troupeau. AFP sur La Recherche.

Quatrième cas d'ESB depuis février 2000 en Charente-Maritime. La Rochelle, 24 janvier - AFP sur La Recherche.

Un troisième cas d'ESB signalé dans le Bas-Rhin. Strasbourg, 24 janvier - AFP sur La Recherche.


Le 24 janvier 2002

----------

Brèves

Lons-le-Saunier (Jura), 24 janvier - Un éleveur de Songeson (Jura) refuse de laisser abattre son troupeau après qu'un cas d'ESBeut été détecté en octobre 2001 sur l'une de ses bêtes vendue il y a cinq ans, a-t-on appris jeudi auprès de l'intéressé. AFP sur La Recherche.

Paris, 23 janvier - L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) devrait réaliser une "analyse d'ensemble" des risques liés à une éventuelle transmission de la maladie de la vache folle au mouton, a recommandé mercredi le Conseil national de l'alimentation (CNA). AFP sur La Recherche.

Bahrein interdit l'importation de la viande bovine du Japon. Manama, 23 janvier - AFP sur La Recherche.


Le 23 janvier 2002

Sur Edicom, mardi 22 janvier : Deux premiers cas de vache folle de l'année en Suisse.
Berne - Les deux premiers cas de l'année de vache folle ont été découverts en Suisse dans les cantons de Berne et d'Appenzell Rhodes-extérieures. L'an dernier, 42 cas avaient été enregistrés en Suisse, soit neuf de plus qu'en 2000.
Un des bovins, né en 1991, (....).L'autre bête était née en 1998.

Dans L'Est Républicain du 23 janvier, en ligne ce jour (source Agrisalon) : ESB : la manifestation du refus.
A Songeson (Jura), la famille Liboz refuse de voir son troupeau détruit. Une manifestation est prévue demain, devant les caméras de France 2.

Dans Le Parisien, mardi 22 janvier, un article de Renaud Jousse : Poussée de fièvre des éleveurs mayennais.
Pour matérialiser l'impasse dans laquelle ils se trouvent, les éleveurs mayennais ont choisi hier de construire un mur. Victime : la Direction départementale de l'agriculture de Laval, ceinturée de parpaings et de briques dès 4 heures.

----------

Brève

Berlin, 22 janvier - Une livraison de 6.000 tonnes de viande de boeuf allemand à la Corée du Nord a été interrompue parce que les tests de la maladie de la vache folle ont été réalisé par un laboratoire douteux, a annoncé mardi le secrétaire d'Etat à la Protection des consommateurs, Alexander Mueller. AFP sur La Recherche.


Le 22 janvier 2002

ESB-Info le 22 janvier :
Année 2002 = 11 cas confirmés
5 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
3 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
3 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Conseil de l'Agriculture, Bruxelles, le 21 janvier : Législation alimentaire et création de l'Autorité européenne de sécurité des aliments
"L'Autorité qui est instituée par ce règlement sera en mesure d'exercer immédiatement ses activités qui, conformément aux conclusions du Conseil européen de Laeken, débuteront à Bruxelles en attendant qu'intervienne un accord global sur les sièges des agences. La création de cette nouvelle instance est l'une des principales mesures politiques figurant dans le Livre blanc sur la sécurité alimentaire publié par la Commission en janvier 2000 et approuvé par la suite par le Conseil européen."

----------

Voeux à la presse de Roger-Gérard Schwartzenberg, le 21 janvier 2001
Extrait :
Nous devons donc disposer d' équipements permettant l'élevage et l'étude d'animaux infectés de façon expérimentale, dans les conditions de haute sécurité nécessaires.C'est ce que va permettre bientôt le très grand équipement d'animalerie protégée de niveau P3 construit sur le site de l'INRA à Nouzilly près de Tours, et que j'inaugurerai le 11 février. Il s'agit d'une animalerie en trois modules liés par des services communs : un pour les souris (plusieurs milliers), un pour les bovins (quelques dizaines) et un pour les ovins (quelques dizaines).

Dans Le Républicain Lorrain du 22 janvier : Sécurité alimentaire: une agence européenne.
Les Quinze ont donné hier le feu vert définitif à la création de l'Autorité européenne de la Sécurité alimentaire.

----------

Brèves

Découverte de déchets belges contaminés par la vache folle en Chine. Pékin, 22 janvier - Les autorités sanitaires chinoises ont détruit la semaine dernière 23 tonnes de déchets importés de Belgique après y avoir découvert des traces d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), rapporte mardi la presse chinoise. AFP sur La Recherche.

----------

La BBC annonce le lundi 21 janvier, un second cas de v-MJC qui a été diagnostiqué en Irlande du Nord (New case of CJD detected).

L'Italie annonce son 53e cas d'ESB.

Sur Agrisalon en date du 21 janvier : ESB : de nouveaux moyens pour la recherche.
Le ministre de la Recherche, Roger-Gérard Schwartzenberg, a annoncé, le 21 janvier, de nouvelles initiatives pour développer la recherche sur les ESST et les infections à prions, responsables de l'Encéphalopathie spongiforme bovine ou maladie de la vache folle et de sa forme humaine, le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Un site à visiter : Pas folle la vache.com
"Aujourd’hui, en France, la viande bovine offre aux consommateurs une qualité irréprochable. Pour vous en convaincre, nous, les agriculteurs de la Loire, avons décidé de prendre les choses en main, et de nous mettre à votre disposition pour vous donner toutes les informations que vous recherchez."

Dans Le Parisien du 21 janvier : Quand c'est fini, ça recommence…
Voici, écrit par Patrice Dard, le texte qui, au dos de « Corrida pour une vache folle », à paraître le 19 février, permet à San-Antonio d'annoncer lui-même qu'il continue malgré la disparition de son créateur.

----------

Brèves

Un Institut de la Longévité et un Institut des maladies rares créés.
Paris, 21 janvier - [...] Autre initiative annoncée par le ministre [de la Recherche] : l'inauguration, le 11 février, d'une animalerie construite sur le site de l'IINRA, à Nouzilly, près de Tours, pour l'étude des ESST et maladies à prions (encéphalopathie spongiforme bovine/ESB et son équivalent humain, le nouveau variant de la maladie de Creutzfeld-Jakob...). AFP sur La Recherche.


Le 21 janvier 2002

En ligne ce 21 janvier sur le site des Dernières Nouvelles d'Alsace : Mesures en faveur des éleveurs : le temps presse.
Le temps presse pour l'application du nouveau plan en faveur des éleveurs bovins touchés de plein fouet par la baisse des cours : les premières avances financières devraient être versées en mars, le solde en avril.

----------

Brèves

Farines pour l'alimentation animale: Bruxelles souhaite des explications. Bruxelles, 18 janvier - AFP sur La  Recherche.

Confirmation d'un second cas de vache folle en Slovénie. Lubljana, 18 janvier - AFP sur La Recherche.


Le 18 janvier 2002

L'hebdomadaire Courrier International, n° 585 du 17 janvier, publie dans le journal vendu en kiosque la traduction d'un article de The Independent, sous le titre France, La "vache folle" n'a pas fini d'empoisonner le gouvernement.
"Cette année, il pourrait y avoir davantage de cas d'ESB en France qu'au Royaume-Uni. Déjà illégal, l'embargo sur la viande britannique va donc être encore plus difficile à justifier. "

C'est à lire sans le numéro de décembre de la Revue de l'alimentation animale, version papier : La Vache Folle sur le Net, un article signé Evelyne Henry qui parle longuement de la page " Vache Folle en Ligne " ainsi que de la liste ESB sans oublier le site de Pierre Lavie.

Dans l'hebdomadaire Le Paysan Breton (N° 2438 - 18/01/02) : L'AFSSA ouvre la porte à l'abattage sélectif.
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments s'est déclarée le 9 janvier favorable à un projet d'arrêté qui autorise l'abandon de l'abattage total. Les bovins nés à partir du 1er janvier 2002 seraient épargnés quand un cas de vache folle est détecté dans un troupeau.

Sur Terre-Net, le 16 janvier : Abattage - ESB - Lettre ouverte au premier ministre du collectif Vérité ESB.
L'association Collectif Vérité ESB regroupant des éleveurs a envoyé ce jour une lettre ouverte à Lionel Jospin sur le projet d'arrêté concernant l'abattage sélectif en cas d'ESB.

Dans Le Parisien du 17 janvier , on lira un article d'Yves Boiteau : Des milliers d'usagers des TGV Ouest bloqués par les agriculteurs.
Des manifestations d'agriculteurs contre le plan Glavany d'aide aux éleveurs touchés par la crise de la vache folle ont fortement perturbé le trafic ferroviaire dans l'ouest de la France.

Sur Agrisalon, le 18 janvier : Procès en diffamation : le SNIA contre José Bové et Jean-Claude Jaillette .
Dans un communiqué le Syndicat National des Industries de l'Alimentation Animale fait savoir qu'il a porté plainte en diffamation contre José Bové et le journaliste Jean-Claude Jailette.


Le 17 janvier 2002

----------

Dans l'hebdomadaire Le Paysan Breton (n° 2438 - 18/01/02) : L'AFSSA ouvre la porte à l'abattage sélectif.
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments s'est déclarée le 9 janvier favorable à un projet d'arrêté qui autorise l'abandon de l'abattage total. Les bovins nés à partir du 1er janvier 2002 seraient épargnés quand un cas de vache folle est détecté dans un troupeau.

Dans La Dépêche du Midi du 17 janvier, un article de Jean-Jacques Dard : Le ministre de l'Agriculture, Jean Glavany, le confirme Vache folle : " un scénario de fin de crise ".

----------

A lire dans Sud-Ouest du 17 janvier, un article de Séverine Joubert : Visites surprise en cuisine.
Des éleveurs ont contrôlé, hier, l'origine des viandes servies à la cité administrative et à la préfecture. Ils sont repartis de Périgueux rassurés

Dans le Journal de Saône-et-Loire du 17 janvier (signalé par Agrisalon), on lira un article d'Olivier Charolles daté du jeudi, 17 janvier 2002 : A Branges, un an après l'abattage de ses vaches,  Patrick Louis s'est reconstitué un nouveau troupeau.
Un an après l'abattage de ses 83 montbéliardes suite à la détection d'un cas d'ESB, Patrick Louis, agriculteur de Branges a retrouvé un nouveau troupeau. Toujours marqué, il témoigne.


Le 16 janvier 2002

Mission économique, DREE. Tokyo, le 14 janvier. Revue de presse sur la sécurité alimentaire au Japon, n°52 (format pdf) : articles de presse sur l'ESB et l'hygiène alimentaire au Japon entre le 7/01 et 11/01 2002.

----------

ESB-Info, statistiques mises à jour le mardi 15 janvier
Année 2002 = 7 cas confirmés
3 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
2 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
2 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

----------

A lire sur le site du ministère de l'Agriculture, le 14 janvier : Des procédures accélérées pour une mise en œuvre rapide du nouveau plan d'aide aux éleveurs bovins.

Sur le site d'Agrisalon, daté du 15 janvier : Crise bovine, FNSEA et Jeunes agriculteurs toujours pas satisfaits;
Alors qu'ils viennent d’obtenir le passage du ratio «primes compensatrices OCM bovine/produit de vente de bovins» de 35 à 40 %, les syndicats majoritaires déclarent attendre toujours " un signe fort du Gouvernement envers les éleveurs "

Un article dans Le Télégramme du 15 janvier, signé de Frédérique Le Gall : Fusion dans le négoce de la génisse laitière.
Pour mieux résister aux conséquences des crises de la vache folle et de la fièvre aphteuse, l'heure est aux restructurations dans le négoce de la génisse laitière. Geniva (35), Gen'Armor (22) et Genistere (29) viennent de fusionner pour former Genis'Bretagne SA.

Dans Le Républicain Lorrain du 15 janvier : Les agriculteurs sonnent la mobilisation.
Les jeunes agriculteurs manifesteront ce matin leur colère contre le plan Glavany d'aide aux éleveurs de viande bovine. Les rassemblements sont programmés devant les sous-préfectures de Lorraine.

----------

Brèves

La viande britannique sera de retour en Suisse dès la mi-avril.
Berne, 15 janvier - L'embargo sur les importations de viande britannique sera levé vers la mi-avril, a indiqué Ulrich Kihm, directeur de l'Office vétérinaire suisse dans une interview à paraître mercredi dans le quotidien Thurgauer Zeitung. AFP sur La Recherche.

----------

Vache folle : vers la fin de l'abattage total. L'UFC-Que Choisir pour l'abattage sélectif
"Depuis janvier 2001, le test systématique, en Europe, des bovins de plus de 24 mois entrant dans la chaîne alimentaire et l'interdiction des farines, viandes et os dans l'alimentation des animaux s'ajoutent aux éléments majeurs de la sécurité sanitaire dans le domaine de l'ESB (retrait des matériaux à risques des filières alimentaires en Europe, retrait de la consommation humaine des bovins malades ou accidentés ). L'UFC-Que Choisir considère donc que les consommateurs continueront à être protégés même si l'abattage sélectif est mis en pratique. "


Le 15 janvier 2002

A lire dans Le Parisien (Yvelines) du 15 janvier, un article de Véronique Beaugrand et Olivier Bossut : Pour ou contre le boeuf à la cantine d'Elancourt.
A Elancourt, le boeuf attend toujours le feu vert des parents d'élèves. Ce sont eux qui décideront si sa viande est autorisée à réintégrer les menus des cantines de la ville, alors que d'autres villes se sont déjà prononcées.

----------

En ligne sur le site du ministère de l'Agriculture, au format .pdf, Règles pour l'achat public de viande.

A lire et écouter sur le site de RTL, le dossier "Le vrai coût de la vache folle".
"La crise de la vache folle aura coûté 70 € à chaque foyer français depuis son apparition en 1996, soit un total de 3,2 milliards d’euros (21 milliards de francs): c’est le résultat d’une enquête menée par notre spécialiste Virginie Garin. La moitié de la somme a servi à sauver la filière bovine, l'autre à préserver la santé des consommateurs".

Sur le site des Echos, deux article en ligne de Marie-Josée Cougard :
- Vache folle : Le président de la FNSEA incite Glavany "au courage", daté du 10 janvier ;
- Bruxelles va renforcer les contrôles de l'alimentation, daté du 14 janvier.

Dans Le Républicain Lorrain (signalé par Agrisalon) du 14 janvier : ESB : Alain Yung pétitionne.
Remerciant les nombreux soutiens reçus lors du ramassage et de l'abattage de son troupeau, le 28 octobre dernier, Alain Yung, éleveur à Maizières-lès-Vic, invite la profession à pétitionner contre l'abattage systématique. Il se justifie dans une lettre ouverte où il témoigne de sa colère.

Sur Agrisalon, le 14 janvier : Plan d'aide aux éleveurs bovins : Jean Glavany a signé aujourd'hui la circulaire.
Concernant le volet économique, le ratio « primes compensatrices de l'organisation commune de marché (0CM) bovine/produit des ventes de bovins » est porté de 35% à 40% maximum ,indique un communiqué du ministère.
Rappel : sur le site du ministère de l'Agriculture, au format .pdf, Aides publiques en faveur des éleveurs spcécialisés dans la production de viande bovine .

----------

Brèves

Sixième cas d'ESB signalé dans la Somme. Amiens, le 14 janvier, AFP sur La Recherche.


Le 14 janvier 2002

Institut national de veille sanitaire, le 8 janvier 2002. Données du Réseau national de surveillance des maladies de Creutzfeldt-Jakob et maladies apparentées.
A ce jour 5 cas de vMCJ certains ou probables ont été identifiés en France :
vMCJ certain ou probable décédée : 3
vMCJ probable non décédée : 2.

----------

ESB-Info : statistiques mises à jour le vendredi 11 janvier :
Année 2002 = 4 cas confirmés
2 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
1 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " ("programme 2001-2002")
1 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

La Dépêche du Midi (Aveyron) du 12 janvier publie un article de Lionel Laparade titré : "Confronté à la vache folle en septembre 2000, un éleveur de La-Salvetat-Peyralès juge que l'euthanasie du troupeau, bientôt abandonnée, était alors une mesure nécessaire. La mort de mes bêtes était justifiée ".
C'était en septembre 2000... Michel, petit éleveur bovin à La Salvetat-Peyralès apprend que l'une de ses bêtes a été contaminée par la maladie de la vache folle. Le ruminant, né dans son étable, n'avait jamais consommé de farines animales. (...)

Dans Le Télégramme du 14 janvier, article en ligne ce jour : Fini les promotions, place aux soldes.
Cette deuxième semaine de janvier a tenu toutes ses promesses. L'activité du secteur de l'abattage va se situer à un niveau record supérieur à l'an dernier. Mais fini les promotions, place aux soldes, les besoins du marché vont chuter, le commerce se doit d'élargir ses débouchés

-----------

Brèves

Troisième cas d'ESB en 9 mois dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Pau, 11 janvier - AFP sur La Recherche.

Hausse de 12,82% du trafic du port de Brest en 2001. Brest, 11 janvier. AFP sur La Recherche.

Moscou assouplit son embargo sur les produits d'origine animale du Royaume-Uni. Moscou, 11 janvier - AFP sur La Recherche.


Le 11 janvier 2002

Sur TF1 : Vache folle : vers un abattage sélectif.
A la suite d'un avis des autorités sanitaires en ce sens, la France s'apprête à abandonner l'abattage total des troupeaux lors de la découverte d'un cas de vache folle. Les animaux nés cette année vivront.

Dans La Voix du Nord, le 10 janvier, par Laurent Boucher : Alors que l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments préconise un abattage sélectif , un 4e cas dans le Pas-de-Calais.

Le Parisien, le 11 janvier, publie un article de Jean Darriulat : Filière bovine. Un accord sur les prix contesté.
Le patron de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer, a confirmé hier la perquisition des locaux de la FNSEA et de son bureau, « en (son) absence », le 17 décembre dernier, par des inspecteurs de la Direction de la concurrence de la Commission de Bruxelles.

Dans le Paysan Breton, Hebdomadaire N° 2438 - le 11 janviier 2002 - Alimentation des volailles : L’interdiction des farines a augmenté les coûts de production.
Depuis le 14 novembre 2000, les farines et graisses animales sont interdites dans l’alimentation des volailles. Un après, la filière dinde a fait ses comptes et la ration 100 % végétale a engendré une augmentation des coûts. Les contraintes imposées par la réglementation finissent par détériorer notre compétitivité et favoriser la pénétration des produits importés.

----------

Dans Le Monde : Vache folle : l'abattage total pourrait être levé fin janvier.

Dans Les Echos du 10 janvier : Vache folle : Le président de la FNSEA incite Glavany "au courage "

----------

Brèves

Cas suspect de vache folle en Finlande : fausse alerte. Helsinki 10 janvier - Les tests conduits en Grande-Bretagne sur un possible deuxième cas de vache folle en Finlande ont donné des résultats négatifs, a indiqué jeudi le quotidien Helsingin Sanomat. AFP sur La Recherche.

Sur Agrisalon le 10 janvier : Avis de l'AFSSA sur l'abattage systématique des troupeaux, pourquoi janvier 2002, s'interrogent les syndicats agricoles.

La FNSEA veut une évolution de la recommandation de l'AFSSA sur l'abattage.
Paris, 10 janvier - La FNSEA souhaite que les autorités acceptent d'épargner les bovins nés à partir de janvier 2001, au lieu de janvier 2002 comme le recommande l'Afssa, dans la question de l'abattage des troupeaux lors de la découverte d'un cas de vache folle. AFP sur La Recherche.

----------

Dans Libération du 10 janvier, un article de Catherine Coroller : ESB : l'AFSSA dit oui à l'abattage sélectif.
Le ministère de l'Agriculture ne prendra de décision définitive qu'à la fin du mois.
Et : L'hypothèse du mouton fou à l'étude, Un article de Denis Delbecq.


Le 10 janvier 2002

Dans Les Echos du 9 janvier, Marie-Josée Cougard signe : Vache folle : pas d'abattage partiel sans l'accord des consommateurs.
Le gouvernement se prononcera avant la fin du mois sur la fin éventuelle de l'abattage systématique des troupeaux de bovins dans lesquels il a été identifié un cas de vache folle.
Et également, sur le même site : Bovins : Bruxelles poursuit son enquête sur l'accord français sur un prix minimum.
L'accord passé par les producteurs français de viande bovine avec les abatteurs le 24 octobre dernier n'est pas au goût de Bruxelles.

Dans La Charente Libre du 9 janvier : Les éleveurs ne digèrent pas le plan Glavany.
Propos recueillis par Armel Le Ny.
"Ce plan d'aide ne va avoir qu'une seule conséquence: il va remettre de l'huile sur le feu".
Dans le même journal, un autre article sur le point de vue d'éleveurs charentais : «On va arrêter de vendre notre viande, .....Ce n'est pas une blague.On va arrêter de vendre notre viande».

----------

Brèves

Paris, le 9 janvier - Le ministre de l'Agriculture Jean Glavany a estimé que le nouvel avis rendu mercredi par l'Afssa sur l'abattage sélectif des troupeaux en cas de découverte d'un cas de vache folle était "plus explicite", réaffirmant que la décision à ce sujet serait prise avant la fin du mois. AFP sur La Recherche.

Paris, 9 janvier - L'avis de l'AFSSA sur l'abattage sélectif des troupeaux touchés par la maladie de la vache folle est un "jugement à la Ponce Pilate", a déclaré mercredi Julien Bertau, porte-parole de la Confédération paysanne. AFP sur La Recherche.

Paris, le 9 janvier - Le nombre de morts humaines dues à l'ESB risque d'être beaucoup plus élevé si la maladie de la vache folle s'est transmise aux moutons par l'intermédiaire de farines animales, selon des spécialistes britanniques. Les auteurs de l'étude, paraissant jeudi dans la revue britannique Nature, partent de l'hypothèse, non démontrée, que la maladie s'est effectivement transmise aux moutons, comme pour les vaches, par l'intermédiaire de farines animales. AFP sur La Recherche.

Deux nouveaux cas de "vache folle" détectés dans la Loire . Saint-Etienne, le 9 janvier. AFP sur La Recherche.

Belgique : 67e cas de vache folle découvert en Belgique. Bruxelles, le 9 janvier, AFP sur La Recherche.

----------

AFSSA : Epidémiologie active et épidémiologie clinique.
Données chiffrées au 8 janvier 2002 :
- Epidémiologie active et épidémiologie clinique
- Epidémiologie active et épidémiologie clinique
- Présentation par année de naissance et de diagnostic.

Dans Libération du 9 janvier, un article de Frédéric Pons : Filière bovine: les plans se succèdent et se ressemblent.

Dans Le Bien Public : Une charte pour une viande de qualité dans les hôpitaux.

Le Quotidien du Médecin publie un article d'Isabelle Catala : ESB : vastes incertitudes sur la transmission du mouton à l'homme.
Un article publié dans « Nature » propose différents scénarios permettant d'évaluer le risque de transmission de l'ESB des bovins aux ovins, puis à l'homme. Mais l'appréciation du risque reste encore très difficile en raison d'un manque flagrant de données épidémiologiques.


Le 9 janvier 2002

Brèves

L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) s'est prononcée en faveur d'un abattage sélectif des troupeaux touchés par la maladie de la vache folle, qui épargne les seuls bovins nés après le 1er janvier 2002, selon un avis rendu public mercredi. AFP sur La Recherche.

Belgique : 66e cas de vache folle en Belgique. Bruxelles, 8 janvier (AFP) - Un nouveau cas de vache folle a été découvert en Belgique, portant à 66 le nombre de bêtes atteintes de la maladie dans le pays depuis le premier cas diagnostiqué en 1997, a annoncé mardi l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA). AFP sur La Recherche.

Berlin, 8 janvier - La consommation de viande en Allemagne a reculé l'an dernier, à 60,7 kg par personne, soit 700 g de moins qu'en 2000, en raison de la crise de la vache folle, selon une étude de la société de marketing de l'industrie agricole CMA publiée mardi. AFP sur La Recherche

Paris, 8 janvier - L'abandon de l'abattage total des troupeaux après la découverte d'un cas de vache folle est "aujourd'hui crédible", a déclaré mardi le ministre de l'agriculture Jean Glavany. AFP sur La Recherche.

Chateauroux, 8 janvier - Un premier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle) a! été détecté dans le département de l'Indre, sur une vache de race charolaise, a annoncé mardi la préfecture. AFP sur La Recherche.


Le 8 janvier 2002

Dans Le Télégramme, en ligne ce 8 janvier : Abattage des troupeaux : du nouveau à la fin du mois.

Dans Le Télégramme du 8 janvier : Eleveurs bovins sinistrés : aide de 150 millions d'euros.
Comme prévu, le ministre de l'Agriculture Jean Glavany a annoncé, hier soir à Paris, un plan d'aide aux éleveurs bovins sinistrés par la crise de l'ESB. Doté d'une enveloppe de 150 millions d'euros, ce plan comporte trois volets.
Extrait : "Ce qui exclu la plupart des éleveurs laitiers, dont le quota est supérieur à 120.000 litres. « Nous avons voulu cibler les aides sur les 40.000 exploitations les plus fragilisés » a expliqué Jean Glavany, à l'issue de la rencontre avec les organisations professionnelles."

Dans Le Télégramme du 8 janvier : Déception.
« Nous attendions des signes forts, nous n'avons pas eu ces signes forts », a commenté Jean-Michel Lemétayer, à l'issue de la rencontre avec le ministre.
Le président de la FNSEA aurait préféré un dispositif moins ciblé qui « arrose » davantage tous les éleveurs, et notamment les producteurs de lait. De façon à contenter tout le monde. « Beaucoup d'éleveurs se voient exclus du soutien au revenu », a-t-il regretté.

Au Journal Officiel du 8 janvier, publication de l'Arrêté du 4 janvier 2002 modifiant l'arrêté du 17 mars 1992 relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs d'animaux de boucherie pour la production et la mise sur le marché de viandes fraîches et déterminant les conditions de l'inspection sanitaire de ces établissements

----------

Sur Edicom, le 7 janvier : Le nombre de bovins contaminés par la maladie de la vache folle a augmenté l'an dernier en Suisse. Quarante-deux cas ont été décelés, contre 33 en 2000. Pour la première fois, les statistiques mentionnent des cas découverts lors d'abattages normaux.

A lire sur Agrisalon en date du 7 janvier : Les jeunes agriculteurs de Rhône-Alpes ont lancé une pétition pour demander la suppression de l’abattage total du troupeau en cas d’ESB au ministre de l’Agriculture.

Toujours sur Agrisalon : Jean Glavany vient de présenter son plan d'aide aux éleveurs de bovins, un plan en trois volets. La FNSEA se dit déçue tout en admettant certaines avancées.

Sur TF1, le 7 janvier : Glavany lâche 150 millions d'euros pour la filière bovine.
Le ministre de l'Agriculture a dévoilé lundi son nouveau plan d'aides aux éleveurs de bovins, une filière sinistrée. Au total, 150 millions d'euros seront débloqués. Selon une enquête, sur 100 000 éleveurs bovins, 40 000 sont dans une situation difficile.

Dans L'Humanité du 7 janvier : Un nouveau plan d'aide aux éleveurs bovins.
L'évolution de l'élevage bovin hexagonal doit être pilotée avec le souci réduire les zones de pollution et de maintenir des paysans sur tout le territoire.

----------

Paris, 7 janvier - La décision sur la question de l'abattage total ou partiel des troupeaux après la découverte d'un cas de vache folle sera prise pour "la fin du mois", a annoncé, lundi soir, le ministre de l'Agriculture, Jean Glavany. AFP sur La Recherche.

Grande-Bretagne : les dernières statistiques britanniques du v-MCJ sont publiées ; elles s'élèvent à 113 cas, sans changement par rapport au mois précédent.


Le 7 janvier 2002

Quelques lectures :

----------

Libération du 7 janvier publie un article de Catherine Coroller sous le titre : ESB: hésitation sur l'abattage sélectif. Jean Glavany, qui reçoit les éleveurs bovins, évoquera ce sujet sensible.
Extrait : "Même si la décision du ministre de l'Agriculture n'est pas connue avant la dernière semaine de janvier, il semble pourtant que la France se dirige vers un assouplissement."

----------

Dans Le Télégramme, en ligne le 6 janvier : L'abattage des troupeaux en cas d'ESB pourrait être assoupli.
La question de l ' abattage total ou partiel des troupeaux en cas de découverte d ' une vache folle en leur sein pourrait enfin trouver sa réponse la semaine prochaine . L' Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) doit en effet rendre la semaine prochaine un avis sur un projet d ' arrêté visant à assouplir les mesures d ' abattage.

Dans La Dépêche du Midi, un article paru le 04/01/2002 : Aveyron : L'onde de choc de la crise de la vache folle est forte, analyse Dominique Barrau, responsable de la FDSEA.
Une exploitation sur dix à la peine. La crise de la vache folle, deuxième crise d'une amplitude forte et d'une durée sans précédent qui éclata à la fin de l'année 2000, fait sentir ses effets.

Sur Agrisalon : Un arrêté du 2 janvier 2002 modifiant l'arrêté du 3 avril 1996 fixant les conditions d'agrément des établissements d'entreposage des denrées animales et d'origine animale publié au Jo du 4 janvier 2002.

Dans Le Paysan Breton : Bilan de l’économie agricole en 2001 : Le marché a joué son rôle. Hebdomadaire N° 2437 - 04/01/02.
Deux crises, des petites récoltes mais des prix en hausse : telles sont les trois caractéristiques de l’économie agricole durant l’année qui vient de s’écouler. C’est ce que montre une analyse conjoncturelle du Scees, le service statistique du ministère de l’Agriculture.

----------

La France s'achemine vers un abattage partiel des troupeaux
Paris, 4 janvier - La question de l'abattage total ou partiel des troupeaux en cas de découverte d'une vache folle pourrait enfin trouver sa réponse la semaine prochaine, alors que le coût de la lutte contre cette maladie se chiffre en centaines de millions d'euros. AFP sur La Recherche.


Le 4 janvier 2002

ESB-Info (mis à jour le 4 janvier) :
Année 2001 = 273 cas confirmés
91 cas " réseau d’épidémiosurveillance clinique "
100 cas " épidémiosurveillance sur les bovins à risque " (14 cas "programme 2000-2001" + 86 cas "programme 2001-2002")
82 cas " dépistage systématique à l’abattoir "

Sur Agrisalon du 3 janvier : Le ministère de la Santé italien a confirmé un 49e cas d'ESB sur un bovin âgé de 5 ans.

C'est à lire dans La Dépêche du Midi (Tarn-et-Garonne) datée du 2 janvier : Tests sur l'encéphalopathie spongiforme bovine - Le laboratoire vétérinaire départemental agréé.

Dans L'Humanité du 3 janvier, signé de Gérard Le Puill : L'étiquetage européen est entré en vigueur le 1er janvier 2002.

----------

Brèves

Livradois-Forez - La découpe de la viande bovine pour aller au bout de la chaîne. A lire sur Plein-Champ.

Dans Réussir Bovins Viande de décembre 2001 : Viande bovine et AOC - Des conditions de production très restrictives au cahier des charges. A lire sur Plein-Champ.

Dans Réussir Lait Elevage de décembre 2001 : Cultiver ses protéines - Crise de l'ESB, OGM... Protéagineux et légumineuses remis au goût du jour. A lire sur Plein-Champ

Paris, 4 janvier - L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) doit rendre la semaine prochaine un avis sur un projet d'arrêté visant à assouplir les mesures d'abattage des troupeaux en cas de découverte d'un cas de vache folle, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier. AFP sur La Recherche.


Le 3 janvier 2001

Parution au Journal Officiel du 3 janvier de l' Arrêté du 18 décembre 2001 portant interdiction de la préparation, la mise sur le marché, la prescription, la délivrance et l'administration des autovaccins à usage vétérinaire destinés aux bovins, ovins ou caprins, à base de produits d'origine bovine, ovine ou caprine.


Le 2 janvier 2002

Sur le site Agrisalon, les derniers chiffres de l'ESB pour 2001 :
271 cas d'ESB enregistrés par le ministère de l'Agriculture en 2001
Du 18 au 28 décembre, la cellule ESB-info a confirmé 13 cas d'Encéphalopathie Spongiforme Bovine, ce qui porte à 271 le nombre de cas enregistrés en 2001 et à 513 le nombre total de cas d'ESB en France.

Bruxelles, le 28 décembre 2001 : Nouvelles règles d'étiquetage de la viande bovine : des consommateurs mieux informés à partir du 1er janvier 2002.
À compter du 1er janvier 2002, les règles d'étiquetage obligatoire de la viande bovine seront renforcées afin de fournir aux consommateurs des informations plus détaillées sur le produit qu'ils achètent. Outre les indications relatives aux lieux d'engraissement, d'abattage et de découpe, l'étiquette devra comporter des informations précises au sujet du lieu de naissance et d'élevage de l'animal. Commentant les nouvelles règles, M. Franz Fischler, membre de la Commission responsable de l'agriculture, du développement rural et de la pêche, a déclaré: «Cette décision marque une étape importante en permettant une traçabilité complète des bovins dans l'UE. Les nouvelles règles d'étiquetage contribueront également à restaurer la confiance des consommateurs dans la viande bovine.» David Byrne, membre de la Commission responsable de la Santé et la Protection des Consommateurs, a déclaré : «Les consommateurs ont maintenant la garantie de l'origine de la viande bovine, de la ferme jusqu'à la boucherie ou au supermarché. Ceci contribue à favoriser le choix et à augmenter la confiance du consommateur.»

Archives : les premières nouvelles de 2004 ; celles de 2003, de  2002, de 2001,  2000, de 1999, de 1998 ; les très anciennes nouvelles  de 1997.


Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA