Le Courrier de l'environnement n°49, juin  2003

quel avenir pour la luzerne en France et en Europe ?

Présentation de la culture
Présence de la luzerne en France : état des lieux
Les différentes étapes de la régression des légumineuses, et plus particulièrement de la luzerne, en France
Intérêts de la luzerne
Limites de la luzerne
Aura-t-on encore besoin de la luzerne dans le paysage agricole de demain ?
En conclusion

Références bibliographiques


La luzerne est connue depuis 5 à 10 millénaires, survivra-t-elle au XXe siècle ? L'homme en aura-t-il besoin ? À quelles conditions (Guy, 1994) ? Il y a bientôt 10 ans que ces questions ont été posées. Aujourd'hui, avec un pied dans le XXIe siècle, elles pourraient l'être de nouveau : quelle est l'évolution de la luzerne en France et en Europe ? Quel avenir lui réservons-nous ?
Les crises pétrolières successives que nous subissons depuis les années 1970 ont un impact sur le prix des matières premières protéiques que nous importons, donc sur le prix de revient de la viande que nous consommons. Mais avons-nous changé nos comportements vers une indépendance accrue de nos ressources protéiques vis-à-vis des fluctuations géopolitiques internationales ? La construction européenne nous aide-t-elle à inverser des tendances dénoncées ?
La luzerne est une culture bien connue, ce qui permet de la présenter brièvement. L'évolution de sa culture en France a connu plusieurs étapes. C'est pourquoi, après un état des lieux de sa présence, une analyse des causes de sa disparition des assolements français est réalisée. Cette contribution à la réflexion collective expose les intérêts que cette culture peut procurer, au-delà du seul environnement agricole, et fait des propositions qui pourraient inciter à son maintien dans le paysage agricole français et européen de demain.

[R] Présentation de la culture

La luzerne se caractérise par des organes aériens, tiges et surtout feuilles, qui ont une teneur élevée en matières azotées. Cette teneur varie beaucoup plus lentement que chez les graminées et suit l'évolution du rapport feuille/tige (Lemaire et al., 1985). C'est pourquoi la luzerne est connue des agriculteurs pour son rôle d'enrichissement en protéines des rations animales. Sa production de protéines peut être importante (2 à 3 t/ha/an). Elle est cultivée soit en association avec d'autres espèces fourragères (dactyle, fétuque élevée, brome), soit pure, pour une exploitation en pâture et/ou en fauche, ou en vue de sa déshydratation industrielle.
Généralement, la luzerne est implantée et exploitée pendant au moins 2 ans. Elle est récoltée d'avril à octobre, en 4 coupes (parfois 5) permettant une production moyenne annuelle de 9 à 15 tonnes de matière sèche par hectare selon la région de production et le système de récolte (Agreste, 2001) ; et davantage dans les zones où le déficit hydrique estival peut être compensé par la réserve en eau du sol (cas de la région Champagne-Ardenne).


Figure 1. Évolution des surfaces de luzerne pure en France, de 1930 à 2001

[R] Présence de la luzerne en France : état des lieux

La luzerne est présente sur l'ensemble du territoire national. En 1930, la culture pure de luzerne y occupait 1 139 000 ha. Le point culminant de sa présence est situé en 1962, avec 1 696 000 ha, soit une progression de près de 50% en une trentaine d'années (fig. 1), aux dépens essentiellement du sainfoin dont les surfaces ont régressé de 571 000 ha, en 1930, à 271 000 ha, en 1962 (Picard, 1982), les surfaces de trèfle violet ayant peu évolué dans ce même laps de temps. Ensuite, les surfaces qui ont été consacrées à la luzerne ont régressé pour passer sous le million d'hectares en 1971, puis sous les 500 000 ha en 1988. En 2001, elle n'occupait plus qu'une superficie de 316 000 ha ! Certes, la luzerne n'est pas la seule légumineuse à être cultivée en France, mais elle représente plus de 80% de la superficie totale des légumineuses cultivées en culture pure pour l'affouragement des animaux, suivie par le trèfle violet qui représente environ 10% de la superficie de légumineuses en cultures pures.
Sur la dernière décennie, où la surface de luzerne a régressé de plus de 30%, l'évolution montre un repli des superficies dans toutes les régions d'élevage (tab. I), sauf l'Auvergne, qui a stabilisé cette diminution avec un repli limité à 3,6%, et la Corse, où elle a progressé de 40%.
La Champagne-Ardenne, région de grandes cultures, est la première région de France de culture de luzerne pure avec 73 370 ha, une position due à deux raisons principales : le contexte pédo-climatique convient très bien à la croissance de cette plante (pH basiques), d'une part, et l'industrie régionale de déshydratation de la luzerne a besoin du maintien de cette culture pour exister, d'autre part. Ce sont, en effet, des coopératives détenues par les agriculteurs, qui doivent les faire fonctionner pour rentabiliser leur investissement. En conséquence, la régression de superficie enregistrée entre 1989 et 2001 reste limitée à 5,7%.

Tableau I. Évolution des surfaces cultivées en luzerne pure en France, par région, de 1989 à 2001
Région Superficie (ha) Evolution
1989 2001 (%)
Alsace
Aquitaine
Auvergne
Bourgogne
Bretagne
Centre
Champagne-Ardenne
Corse
Franche-Comté
Ile-de-France
Languedoc-Roussillon
Limousin
Lorraine
Midi-Pyrénées
Nord-Pas-de-Calais
Basse-Normandie
Haute-Normandie
Pays-de-la-Loire
Picardie
Poitou-Charentes
Provence-Alpes-Côte-d'Azur
Rhône-Alpes
2 750
22 300
14 850
21 200
5 500
21 500
77 800
1 960
5 100
3 426
17 885
900
9 470
82 000
2 050
5 800
5 500
19 200
10 410
71 000
25 007
36 650
615
15 270
14 320
12 700
3 700
8 300
73 370
2 750
2 730
2 415
14 575
770
2 050
66 300
1 250
4 240
4 700
9 470
4 530
29 950
16 660
2 5820
-77,6
-31,5
-3,6
-40,1
-32,7
-61,4
-5,7
+40,3
-46,5
-29,5
-18,5
-14,4
-78,4
-19,1
-39,0
-26,9
-14,5
-50,7
-56,5
-57,8
-33,4
-29,5
France 462 258 316 485 -31,5

Source : AGRESTE - Statistique Agricole Annuelle

[R] Les différentes étapes de la régression des légumineuses, et plus particulièrement de la luzerne, en France

Picard (1982) a proposé d'étudier les raisons de cette régression en analysant des critères liés à l'occupation du territoire agricole. Ainsi, à la fin des années 1970, il montrait que l'augmentation des surfaces en maïs fourrage et en prairies temporaires (au total : 2 172 000 ha) compensait intégralement la diminution constatée des surfaces en légumineuses (2 160 000 ha). Ce qui permettait de conclure que l'extension de ces cultures s'était réalisée au détriment des légumineuses, donc de la luzerne qui n'occupait plus alors que 713 000 ha.
Mais entre 1979 et 1989, si le maïs fourrage a continué sa progression au même rythme que les années précédentes, avec un accroissement de 514 000 ha, les surfaces en prairies temporaires ont cette fois régressé de 557 000 ha, compensant ainsi la progression du maïs. Alors que, dans ce même laps de temps, les surfaces en luzerne pure ont également régressé de 251 000 ha.
Cette dégringolade des surfaces cultivées en luzerne pure ne s'est pas arrêtée là, puisque de 1989 à 1999, un repli supplémentaire de 142 000 ha est enregistré pour la luzerne, pendant que la surface en maïs fourrage régressait cette fois de 264 000 ha.


Figure 2. Évolution de la production de viandes en France, de 1960 à 2000

Les variations des surfaces en maïs fourrage et en prairies temporaires ne suffisent donc plus, à elles seules, à justifier la poursuite des diminutions régulières de surfaces de luzerne pure, notamment au sein des régions d'élevage. Par ailleurs, l'étude de l'évolution d'autres cultures tendant à trouver une justification de ces nouvelles évolutions devient compliquée. En effet, la Politique agricole commune (PAC) a énormément complexifié les raisonnements des agriculteurs, par exemple en imposant la mise en place de jachères ou en supprimant les prix garantis pour instaurer des aides directes aux agriculteurs. En revanche, un diagnostic peut être réalisé en analysant l'évolution des productions de viandes en France, ce qui peut montrer des changements d'orientation qui expliqueraient ce désintérêt pour la culture de la luzerne.
L'étude de la production de viandes en France (fig. 2), réalisée à partir des 4 catégories représentatives (bovins, porcins, ovins-caprins et volailles), montre que la production s'accroît jusqu'en 1980. Ensuite, les trajectoires différent (CA, 2002) :
- la production bovine se stabilise entre 1980 et 1990, avec une baisse de 2%, à 1 927 000 t, avant de régresser plus sévèrement entre 1990 et 2000, de près de 9%, à 1 755 000 t. Cette régression est imputée à la crise de confiance des consommateurs, provoquée par la découverte de cas d'Encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) en France. Malgré cette baisse de production, le taux d'auto-approvisionnement national de viande bovine (113%) reste légèrement excédentaire en 2000 ;
- la production porcine a continué de progresser : +9% entre 1980 et 1990, à 1 730 000 t, et +33% entre 1990 et 2000, à 2 304 000 t. Le taux d'auto-approvisionnement national en viande de porc (106%) est, comme la catégorie précédente, légèrement excédentaire en 2000 ;
- la production de volailles continue sur l'envolée débutée en 1970. Elle a évolué de 1 133 000 t, en 1980, à 2 243 000 t, en 2000, soit une production qui a presque été doublée en 20 ans. Le taux d'auto-approvisionnement national (150%) est très excédentaire en 2000 ;
- les productions ovines et caprines restent stables entre 1980 et 1990 avec 174 000 t, puis elles accusent un repli de près de 20%, entre 1990 et 2000, à 140 000 t. Le taux d'auto-approvisionnement national de ces catégories (47%) est très déficitaire en 2000.
En résumé, la production de viande des ruminants n'a pas évolué entre 1980 et 1990, mais elle a régressé significativement entre 1990 et 2000 ; ce qui peut effectivement expliquer qu'une partie des luzernières disparaisse des surfaces destinées à l'affouragement de ces animaux. Quant au cheptel essentiellement élevé en système " hors-sol " (porcs et volailles), la croissance continue de la production de viande par cette catégorie doit se répercuter par un accroissement significatif de la production d'aliments composés, leur principale source alimentaire.


Figure 3. Évolution de la production d'aliments composés en France, de 1960 à 2000


L'examen de l'évolution de la production d'aliments composés (fig. 2 et 3, CA, 2002) montre effectivement que leurs productions suivent les productions de viande des ateliers " hors-sol ". On peut néanmoins s'étonner de l'accroissement de production d'aliments composés pour les bovins entre 1980 et 1990, mais surtout entre 1990 et 2000, alors que leur production de viande régresse significativement. Celle-ci peut être justifiée par le fait que les animaux gardés sont des cheptels reproducteurs de haute qualité génétique ou des vaches laitières à très haut potentiel, dont il convient de complémenter la ration de base à l'aide d'aliments composés. En effet, à partir d'un certain niveau de production de lait par jour, il devient nécessaire de substituer des fourrages grossiers de la ration par des aliments composés, pour respecter un équilibre entre l'énergie et les protéines ingérées, et la capacité d'ingestion des animaux.
Globalement, il faut constater que les besoins en aliments composés, complément des rations de base, s'accroissent. Ceci peut aussi être favorable à la luzerne, lorsqu'elle est commercialisée après avoir été déshydratée.
Or, autrefois, les animaux d'élevage tiraient leur nourriture essentiellement des ressources des exploitations. Celles-ci étaient surtout de type polyculture-élevage. Ainsi, les fourrages à base de graminées-légumineuses (mélange graminées-légumineuses ou prairies naturelles qui contiennent généralement 20% de légumineuses) exploitées au stade optimum, permettaient de couvrir, dans l'exemple d'un élevage laitier, la production de 20 l de lait par jour, équilibrée tant au niveau des protéines que des calories (Pointereau, 2001). Il n'était donc guère question d'acheter des aliments du commerce. Mais l'introduction de cultures allochtones, comme le maïs (ensilé ou grain) qui se révèle pauvre en protéines (moins de 10%) mais riche en énergie, a conduit les éleveurs à trouver d'autres ressources protéiques que celles produites sur l'exploitation. Les échanges de matières premières-aliments entre pays se sont alors développés. À l'époque, les moyens de production étaient bon marché. La mise en place d'une industrie de l'alimentation animale a donc pu se faire sans trop de difficulté, assurant une garantie d'approvisionnement de l'exploitation en quantités, pour ne pas risquer des ruptures de stock, mais aussi en qualité bien définie, pour que les caractéristiques des rations soient aussi peu variables que possible. Cela a permis d'établir des rations standards simplifiées qui nourrissent les animaux avec des matières premières provenant de l'autre bout du monde (manioc de Thaïlande, tourteau de soja du Brésil ou d'Argentine), alors que nos régions agricoles sont suffisamment riches pour satisfaire les besoins. En effet, les nombreuses matières premières alimentaires qui sont produites sur le sol national apportent les mêmes éléments nutritifs que le tourteau de soja, principal concurrent de nos productions végétales riches en protéines. C'est encore plus vrai si l'on évite les transports en utilisant localement les graines, les tourteaux et les sous-produits industriels obtenus sur place.


Figure 4. Évolution de la consommation de luzerne déshydratée en France, de 1978 à 2001

Pour donner un exemple de l'application de ce concept en France, on peut citer la consommation de luzerne déshydratée. En effet, elle a significativement évolué entre les années 1980 et les années 1990, pour passer de 500-600 000 t/an à 850-950 000 t/an (fig. 4) (Thiébeau et Vanloot, 2000), dont 42% sont incorporés dans les aliments composés (Seyssen, 2002). Ce bond, par rapport à la décennie précédente, est aussi le résultat d'une diversification des gammes de produits. Par exemple, le marché des lapins et des chevaux nécessite une teneur en cellulose brute de 28 à 30%, ce qu'offre les luzernes déshydratées à faible teneur en protéines (17%). Autre exemple, le marché des ruminants, où l'ensemble des qualités de luzerne, de 17 à 23% de protéines (tab. II), peut trouver sa place. En effet, grâce à l'effet de la chaleur lors de sa déshydratation (la température est de 800°C à l'entrée du tambour de séchage), la protéine de luzerne bénéficie d'un effet by-pass qui lui permet d'échapper à la dégradation dans le rumen ; ce qui augmente la valeur PDI affectée à ce produit par rapport à une plante fauchée au même stade physiologique, mais récoltée et distribuée en foin. Les industriels ont donc cherché à diversifier leur offre sur ce marché des bovins. On trouve ainsi (tab. II) :
- des luzernes enrichies en urée à hauteur de 3% avant la déshydratation. Ce sont des luzernes destinées aux vaches laitières hautes productrices (VLHP), dont la capacité d'ingestion doit être optimisée. Les produits obtenus présentent des teneurs en protéines de 26% ;
- des luzernes associées à du maïs, à hauteur de 50% de luzerne déshydratée de 4e coupe et 50% de maïs plante entière. Le maïs apporte de l'énergie qui a la particularité d'être lentement dégradable, facteur favorable à une meilleure assimilation. Le produit contient 15% de protéines.
Cette diversité d'offre permet d'atteindre des niches jusqu'alors peu exploitées par la profession (VLHP) et de concurrencer, autant que faire se peut, le tourteau de soja. En effet, la valeur en protéines digestibles dans l'intestin d'origine azotée (PDIN) du tourteau de soja est de 371g/kg (type 48), alors que celle d'une luzerne à 18% de protéines est de 115 g/kg. Il en résulte qu'il faut 3,2 fois plus de luzerne que de tourteau de soja pour équilibrer une ration. Dans le cadre de rations pour VLHP, une luzerne à 23% de protéines prend alors tout son sens puisque le ratio de déséquilibre par rapport au soja n'est plus que de 2,5, ce qui est déjà beaucoup.

Tableau II. Valeurs nutritionnelles de quelques luzernes déshydratées (valeurs sur produit sec)
Luzerne pure Luz. +Urée Luz. +Maïs
Teneur en protéines
Cellulose brute (%)
Phosphore (%)
Calcium (%)
Magnésium (%)
PDIN (g/kg)
PDIE (g/kg)
UFV (/kg)
UFL (/kg)
17%
30.0
0.25
2.50
0.23
108
94
0.64
0.75
18%
27.0
0.28
2.50
0.25
115
97
0.68
0.78
19%
28.0
0.30
3.00
0.30
118
110
0.71
0.81
21%
23.0
0.30
2.90
0.28
132
112
0.79
0.88
22%
20.0
0.30
3.00
0.30
140
114
0.83
0.91
23%
18.0
0.35
3.00
0.30
145
118
0.87
0.95
26%
26.0
0.27
2.50
0.24
170
110
0.75
0.85
15%
23.0
0.22
1.80
0.22
95
105
0.78
0.88

PDIN : Protéine digestible dans l'intestin, d'origine azotée
PDIE : Protéine digestible dans l'intestin, d'origine énergétique
UFV : Unité fourragère viande
UFL : Unité fourragère lait

[R] Intérêts de la luzerne

La diffusion de la luzerne dans le monde est la conséquence de ses rôles agronomique, écologique et socio-économique.

Son rôle agronomique

Il est à la base de son introduction et du fort développement de l'agriculture de l'Europe de l'Ouest au cours du XIXe siècle. La luzerne, de la famille botanique des Fabacées, est une légumineuse fourragère pérenne qui partage, avec quelques très rares espèces appartenant à d'autres familles botaniques (Césalpiniacées et Mimosacées), la particularité de pouvoir utiliser l'azote atmosphérique. Ainsi, elle s'est développée partout, sauf là où les conditions édaphiques donnaient priorité à d'autres espèces, telles que le trèfle violet dans les sols acides, le sainfoin dans les terres calcaires de l'Europe du Centre ou du Sud (Talamucci, 1994).
Les effets positifs de la luzerne sur la fertilité du sol se manifestent à travers la fixation symbiotique de l'azote dans la biomasse. En effet, la symbiose avec la bactérie Rhizobium meliloti utilise l'énergie provenant de la photosynthèse pour assurer la transformation de l'azote de l'air, qui entre ainsi dans le circuit de la synthèse des protéines végétales. Cette opération se fait grâce à une enzyme, la nitrogénase.
La chimie de synthèse des engrais azotés reproduit les mêmes réactions, mais avec un apport d'énergie considérable pour réaliser des températures de 500 à 600°C et des pressions importantes. Ainsi, le coût énergétique d'1 kg d'azote fixé par une légumineuse est estimé entre 5 142 et 10 285 kcal (Brill, 1977 ; cité par Catroux et al., 1980), tandis qu'il est compris entre 17 600 et 19 486 kcal pour un engrais de synthèse (Pimentel, 1976 ; Spedding, 1975 ; cités par Catroux et al., 1980), auquel il faut ajouter les dépenses de stockage et de distribution.
Au début du XXe siècle, et jusqu'à la découverte des nitrates du Chili, puis la mise en place de l'industrie de synthèse, la fixation symbiotique constituait donc la seule possibilité d'accroissement du taux d'azote dans les sols (Picard, 1982). En effet, l'azote contenu dans les déjections animales résulte uniquement d'un recyclage de l'azote ingéré sous forme d'aliment à un autre moment de sa vie, donc prélevé par la plante dans le sol, ce qui ne constitue pas un accroissement du stock d'azote initial.
D'autres effets positifs de la luzerne peuvent être cités : la luzerne rétrocède progressivement l'azote contenu dans sa biomasse lors de sa destruction. Un effet positif a été constaté sur une période d'au moins 18 mois après sa destruction, ce qui doit être pris en compte pour ajuster la fertilisation azotée des cultures suivantes (Jacquard et al., 1969 ; Muller et al., 1993 ; Justes et al., 2001) ; son système racinaire pivotant, puissant, exploite les sols profonds (> 1,5 m). L'amélioration physique du sol qui en résulte (structure, drainage) confère donc à la luzerne une place en tête de rotation.

Son rôle écologique

Il se manifeste sur la conservation du sol et de sa fertilité. La luzerne joue une fonction régulatrice de la dispersion des eaux très efficace. Par rapport aux cultures qui demandent des labours fréquents, la luzerne donne lieu à des pertes de sols plus limitées : trois fois plus petites d'après Boschi et al. (1984). En outre, la présence de la luzerne dans les assolements réduit la durée pendant laquelle le sol reste nu.
Dans les systèmes de culture, la luzerne représente aussi une sauvegarde contre la pollution, soit de façon indirecte, pour la limitation des effets polluants des monocultures céréalières (Talamucci, 1994), soit directement pour son rôle épurateur des nitrates (Beaudoin et al., 1992). En effet, la luzerne prélève préférentiellement l'azote du sol avant d'utiliser l'azote fourni par sa symbiose avec Rhizobium meliloti. La raison scientifique de ce comportement n'est pas élucidée complètement mais il semble principalement lié au coût énergétique qu'induit le fonctionnement de la symbiose pour la plante. Des travaux ont montré que la luzerne permet à l'industrie agro-alimentaire de résoudre ses problèmes de gestion d'effluents, riches en azote, par des épandages raisonnés (Muller et Ledain, 1992), de même pour les agriculteurs disposant d'ateliers porcins hors-sol, en offrant des surfaces d'épandage de leurs effluents (Larbre et Usunier, 1995). En culture associée à un pois protéagineux, elle montre son aptitude à piéger l'azote que cette culture commence à libérer avant sa récolte et qui, dans un assolement traditionnel, se retrouverait hors de portée des racines de la culture suivante, une céréale, avant la période de lessivage hivernal (Muller et al., 1993 ; Thiébeau et Larbre, 2002). L'illustration de ces qualités est donnée par Spallacci et al. (1996) qui parlent de plante " nitratophage " pour qualifier l'absorption importante de nitrates par la luzerne, bien que ce soit une légumineuse. Ce rôle, très important pour réduire la lixiviation d'azote nitrique vers les aquifères profonds, est trop souvent méconnu du public, y compris du conseil agricole ; c'est pourquoi nous insistons sur cette qualité.
La luzerne assure également la durabilité des systèmes fourragers qui la comprennent. Sa culture nécessite très peu d'intrants chimiques. De ce fait, elle contribue à la diversité : de la flore, notamment en région de grandes cultures ; mais aussi de la faune : par son couvert, elle est un lieu de refuge, de source alimentaire et/ou de reproduction de plusieurs espèces animales (insectes, mulots, alouettes, perdrix, lièvres, chevreuil, etc.). Elle contribue également à la diversité de petits métiers, comme l'apiculture. Pour ces raisons, la luzerne est appréciée des gestionnaires cynégétiques et de la nature.

Son rôle socio-économique

Il est important. Il est dû essentiellement à sa grande productivité et, surtout, au fait que son produit est destiné à des utilisations très différentes. L'utilisation alimentaire, et plus précisément l'utilisation fourragère même s'il y a des usages pour la nourriture de l'homme, est de loin la plus importante, soit comme fourrage vert (affouragement à l'auge, pâture), soit comme fourrage conservé (foin, ensilage), soit comme concentré (luzerne déshydratée).
La luzerne verte distribuée à l'auge constitue une excellente forme d'utilisation pour sa bonne qualité et ingestibilité, surtout durant la période estivale (Journet, 1992).
La luzerne pâturée est un moyen de garantir un stock d'affouragement estival : elle assure donc un stock fourrager de sécurité pour cette période critique grâce à son pivot racinaire qui autorise des repousses même en période de déficit hydrique. Traditionnellement, la pâture de la luzerne concerne les repousses après la première coupe, mais cette forme d'utilisation peut couvrir toute l'année. Le danger de la météorisation , dû au contenu en saponine de la luzerne, peut être maîtrisé par une gestion correcte des troupeaux (Talamucci, 1994).
La luzerne fanée, pratique de récolte la plus répandue, est cependant la forme de récolte qui détériore le plus les qualités de la légumineuse. La cause en est la chute des feuilles que le nombre de manipulations que cette technique de récolte induit.
La luzerne ensilée est la solution la plus intéressante en terme de conservation des qualités fourragères de la luzerne. L'herbe doit être préfanée à 35-36% de matière sèche au minimum, être hachée finement et doit éviter la contamination avec la terre. La technique des balles enrubannées, qui demande une teneur en matière sèche comprise entre 40 et 50%, ce qui impose 2 jours de séchage au champ, facilite davantage la conservation (Le Gall, 1993).
La luzerne déshydratée, par rapport aux autres formes de récolte, présente des avantages considérables. Elle permet de réduire les pertes de feuilles au champ, donc de préserver la qualité de la matière sèche exportée. La luzerne déshydratée peut suivre deux filières de consommation différentes : après sa déshydratation, elle peut soit être conditionnée en granulés, pour les aliments composés des lapins, volailles, porcs et ruminants ; soit être conditionnée en balles, pour être distribuée aux ruminants et, en petite partie, aux équins (SNDF, 1991). En tant qu'aliment concentré complémentaire, la luzerne déshydratée présente une très bonne valeur azotée et une valeur énergétique satisfaisante (tab. II). Elle est riche en calcium, phosphore et magnésium. Dans l'alimentation des vaches laitières, la luzerne déshydratée peut être utilisée comme complément azoté, en substitution des tourteaux ou d'une partie des fourrages, en combinaison avec le foin ou l'ensilage de maïs. En conséquence du transit rapide dans le rumen, elle accroît la capacité d'ingestion au détriment de la digestibilité ; pour atténuer ce dernier inconvénient, il est préférable d'utiliser une préparation sous forme de fibre longue, qui permet une vitesse de transit dans le rumen plus appropriée (Mauriès, 1991).

De la luzerne dans nos assiettes ?

La destination de la luzerne déshydratée s'élargit, depuis une dizaine d'année, à l'alimentation humaine. En effet, en 1975-1980, des responsables de la filière luzerne en Champagne remarquent qu'une de leur fabrication, un concentré de feuilles de luzerne, pourrait convenir à la consommation humaine, moyennant quelques modifications du procédé d'extraction. À partir de feuilles de luzerne, le procédé permet d'obtenir des protéines blanches (Lamarche et Landry, 1992) qui possèdent d'excellentes propriétés technologiques moussantes, émulsifiantes et gélifiantes, et surtout, à faible teneur en saponines dont les effets antinutritionnels sont bien répertoriés (Monties, 1981). Plusieurs essais de consommation de ces extraits foliaires (coagulum filtré, déshydraté et ensaché hermétiquement pour une utilisation ultérieure) ont été et sont toujours réalisés avec succès en Roumanie, en Chine et au Nicaragua. Ils sont utilisés comme suppléments nutritionnels des rations chez les populations souffrant de malnutrition. À raison de 6 à 10 g/j, ils corrigent efficacement les carences nutritionnelles, améliorent la santé des individus et le développement des enfants, leur évitant des maladies carentielles associées à la malnutrition comme l'anémie, les diarrhées, les affections respiratoires et la cécité (xérophtalmie).
Les co-produits résultant de cette extraction sont recyclés pour l'alimentation animale. Par exemple, les extraits de protéines totales ou de protéines membranaires pigmentés, habituellement désignés sous le sigle PX, pour protéine et xanthophylle, sont commercialisés pour les poulets de chairs et les poules pondeuses (jaune des œufs).
De surcroît, cette technologie d'extraits foliaires aboutit à deux résultats principaux : une économie d'énergie de l'ordre de 40% par rapport à la déshydratation de la luzerne (De Mathan, 1990) et l'obtention de plusieurs co-produits qui contribuent à la valorisation de la culture de luzerne industrielle (Tazaki, 1995).
La luzerne en tant que plante industrielle offre un nombre de produits qu'on peut obtenir par le processus de fractionnement. Une liste, non exhaustive, des produits industriels issus de la luzerne comprend : les fibres papetières (plus faciles à obtenir quand le rapport feuille/tige est faible et lorsqu'il est possible de séparer les feuilles, destinées à l'alimentation, des tiges, destinées à l'industrie) ; les polymères pour la production de plastiques biodégradables ; l'éthanol, l'acide lactique, les enzymes, hormones, saponine pour préparer des produits insecticides (Tava et al., 1992), etc.
La luzerne présente donc un éventail d'usages large, et des potentialités importantes ; ce qui, toutefois, ne doit pas occulter ses limites.

[R] Limites de la luzerne

La luzerne a des exigences d'ordre agronomique

La phase d'implantation de la luzerne est une étape importante de la culture de cette plante pérenne. En effet, de celle-ci dépendra la production de fourrage les années suivantes. Sans exposer l'ensemble de l'itinéraire technique à respecter pour réussir une bonne implantation, on peut mentionner que la luzerne apprécie les sols à pH neutre ou basique ; ce qui n'est pas le cas des régions de montagne ou de moyenne montagne, tirant leurs revenus principalement de l'élevage, où les sols ont des pH proches de 5. La culture de la luzerne peut être envisagée sur des sols légèrement acides, sous réserve de réaliser un apport d'inoculum de la bactérie Rhizobium meliloti au moment du semis et de réaliser des apports calciques compensant au moins les pertes de CaO liées aux pertes par lessivage ainsi qu'aux exportations de la culture. La luzerne est, en effet, en plus des éléments phosphore, potassium et magnésium, très consommatrice de calcium (30 kg de CaO par tonne de matière sèche - MS), ce qui peut être une contrainte pour certaines exploitations.
La luzerne est également une plante très consommatrice en eau : 50 mm/t de MS. Il faut donc lui réserver des parcelles à bonne réserve hydrique et se ressuyant bien pour éviter l'asphyxie des racines.

Quelques règles sont à respecter pour limiter les difficultés en cours d'exploitation

Chaque repousse de luzerne se réalise à partir des réserves des pivots racinaires. Celles-ci sont reconstituées lorsque la plante atteint le stade bourgeonnement, stade également considéré comme optimal pour la qualité de la récolte et la pérennité de la culture. Néanmoins, pour une exploitation en pâture, il n'est pas toujours possible d'attendre ce stade puisqu'ensuite la maturité évolue rapidement, les tiges deviennent difficiles à paître et à ruminer, et la digestibilité du fourrage ingéré diminue rapidement (Lemaire et Allirand, 1993). Néanmoins, ce stade phénologique n'est pas toujours un bon indicateur de la qualité de la plante. En effet, lorsqu'une plante subit un stress de plusieurs jours dans le milieu où elle évolue, elle va activer une fonction de conservation de l'espèce en accélérant l'émission des organes reproducteurs pour produire la semence qui va assurer la pérennité de son espèce. C'est ainsi qu'en été, à la suite d'un stress hydrique par exemple, les repousses de luzerne atteignent le stade bourgeonnement et floraison plus rapidement qu'une repousse de printemps, alors que la teneur en protéines de leur fourrage atteint ou dépasse encore 20% (à somme de degrés-jour et/ou de rayonnement intercepté identique). Il y a donc aussi des idées reçues qu'il convient de corriger.
Que la luzerne soit pâturée ou fauchée, il faut s'assurer que le sol est suffisamment ressuyé avant d'intervenir dans la parcelle. En effet, malgré son enracinement pivotant, a priori robuste, les pivots sont mis à rude épreuve lorsque les conditions d'exploitation ne sont pas favorables. Le piétinement des animaux et les passages de roues peuvent provoquer leur déformation et induire des nécroses qui peuvent affecter de façon irrémédiable leur pérennité (Thiébeau, 2001). Pour limiter cet effet, notamment dans le cadre d'une exploitation en pâture, il faut utiliser la technique du pâturage tournant. Ainsi, les bourgeons émis par les pivots racinaires, pour la repousse, dans les premiers jours qui suivent cette défoliation, sont préservés. Cette technique de gestion du pâturage permet également de maîtriser les quantités de biomasse ingérées par les animaux, ce qui limite les risques de météorisation évoqués précédemment par Talamucci (1994).
La conservation de cette plante fourragère est souvent considérée comme une étape délicate. Plusieurs techniques de récolte ont été évoquées précédemment, que nous n'allons pas rappeler. Elles demandent une bonne maîtrise de la technique de récolte retenue, afin de limiter les pertes de feuilles du champ à l'auge, ainsi que de la patience, pour engager la récolte lorsque l'ensemble des critères agro-météorologiques est réuni, ce qui assure la pérennité de la luzernière et la bonne conservation du fourrage récolté.

La luzerne présente également quelques contraintes pour l'alimentation animale

D'après Cheeke (1976), cité par Monties (1981), la consommation de luzerne peut conduire à la réduction de prise volontaire d'aliments par les animaux, à cause des saponines qu'elle contient. En effet, les saponines sont considérées comme des substances qui, bien que naturellement présentes dans les plantes, peuvent en diminuer la qualité nutritionnelle. Selon Cheeke, elles ont un effet majeur sur le goût des aliments, donc sur les quantités ingérées qui, dans des rations riches en saponines, provoquent chez les monogastriques des réductions sensibles de croissance.
Cela dit, le fait que la luzerne contient des saponines ne doit pas constituer un argument qui limite son emploi. En effet, pour la luzerne comme pour d'autres espèces, il existe des variétés qui en contiennent beaucoup (jusqu'à 2% de la matière sèche) et d'autres moins (0,1% de la matière sèche). En France, les variétés que nous cultivons sont issues de croisements de ces deux types ; elles ont donc des teneurs intermédiaires. Et la sélection de variétés qui en contiennent peu a montré des variations corrélatives avec d'autres constituants, tels que les protéines ou les fibres végétales.
Dans la pratique de l'alimentation animale, ces notions sont rarement évoquées, parce que les teneurs en saponines ne se trouvent pas en position de représenter une menace ni pour la santé de l'animal, ni pour la quantité de fourrage qu'il est susceptible d'ingérer.
Comme nous pouvons l'observer sur le tableau II, la luzerne exploitée en culture pure n'est pas un fourrage " équilibré ", car, proportionnellement à sa teneur en PDI, sa teneur en énergie est faible. On doit donc l'utiliser en association avec un autre fourrage qui compense son déficit énergétique. C'est pourquoi on la retrouve fréquemment dans des rations à base de graminées, telles que des ensilages d'herbe ou de maïs, où sa teneur élevée en calcium permet par ailleurs de réduire les risques d'acidose que ces rations induisent chez les VLHP.

[R] Aura-t-on encore besoin de la luzerne dans le paysage agricole de demain ?

La luzerne permet une production de protéines par hectare sans équivalent en Europe

Plusieurs productions végétales entrent dans la composition des aliments composés pour les animaux, dont quelques-unes sont présentées dans le tableau III. De manière à pouvoir les comparer entre elles en terme de protéines produites, l'Union européenne a retenu un coefficient de conversion correspondant à la teneur moyenne en protéines de la matière première par espèce, applicable à l'ensemble des pays membres sur les rendements obtenus chaque année. Nous constatons que ces valeurs oscillent du simple, avec une coefficient de 0,12 pour le blé, au triple, avec un coefficient de 0,34 pour le lin oléagineux, ou davantage, avec 0,38 pour le soja. Pour réaliser cette comparaison au niveau national, nous avons retenu les rendements moyens de 6 campagnes culturales, de 1994 à 1999. Nous n'avons pas souhaité prendre en compte des années antérieures car le progrès génétique étant en constante évolution, l'effet sur la moyenne retenue pénaliserait la quantité de protéines produite actuellement. Après avoir calculé la quantité de protéines produite par espèce lors de chacune de ces campagnes culturales, nous avons réalisé une analyse de variance, suivie d'une comparaison de moyenne (test de Newman et Keuls) afin de constituer des groupes homogènes d'espèces produisant des quantités de protéines statistiquement égales.

Tableau III. Comparaison de la production de protéines de cultures entrant dans la fabrication d'aliments composés pour les animaux
Culture
Rendement moyen (1994-1999)
en t/ha
Coefficient de
conversion
Protéines produites en t/ha
Blé tendre
Colza d'hiver
Féverole
Lin oléagineux
Luzerne déshydratée
Maïs grain
Pois protéagineux
Soja
Tournesol
7,1
3,2
4,0
1,9
13,2
8,4
5,1
2,6
2,2
0,12
0,20
0,25
0,34
0,16
0,08
0,22
0,38
0,16
0,852D
0,643E
0,992C
0,638E
2,117A
0,672E
1,118B
1,001C
0,352F

XA, B, … : Classement en groupe homogène selon le test de Newman & Keuls (p<0.05)

Cette analyse montre que la luzerne présente une production de protéines significativement différente de son premier concurrent européen, le pois protéagineux, devançant lui-même significativement un autre groupe comprenant le soja et la féverole (tab. III). Ainsi, il est nécessaire de cultiver 1,9 ha de pois protéagineux pour obtenir la même quantité de protéines qu'un hectare de luzerne ! Devant toute la publicité qui est faite pour favoriser la culture du pois protéagineux au sein de revues spécialisées sur les grandes cultures, on peut raisonnablement s'étonner qu'une petite place ne soit pas accordée pour mettre en avant l'intérêt procuré par la luzerne. Peut-être faudrait-il se pencher sur une répartition différente des aides communautaires, établies non pas à la surface de protéagineux cultivés, mais sur la quantité de protéines produites par unité de surface ? Cela servirait les intérêts d'une agriculture respectueuse de l'environnement et/ou dite " durable ".
Il faut souligner encore un aspect qui concerne le coefficient de conversion retenu par l'Union européenne pour la luzerne. En effet, celui-ci est très en dessous de la teneur moyenne en protéines produites par les déshydrateurs français. Un coefficient de 0,18 serait plus approprié à une qualité minimale couramment produite en France. L'intérêt de produire de la luzerne serait donc accru vis-à-vis du pois.
Parmi les productions végétales retenues dans la fabrication d'aliments composés pour les animaux, la luzerne déshydratée est la culture qui produit la quantité de protéine la plus importante par unité de surface au sein de l'Union européenne. Refuser de considérer cet aspect au sein de la PAC serait une erreur de stratégie importante à moyen et long terme.

La luzerne a un rôle agronomique important dans les systèmes de production où elle est présente

Le rôle agronomique de la luzerne, déjà évoqué, est la raison la plus importante de la maintenir ou de l'introduire dans les systèmes de production et dans les assolements. Toutefois, l'évaluation de ses effets doit être faite tout en examinant les conséquences sur l'exploitation agricole (calendrier de travail, modification des coûts, etc.) pour hiérarchiser les différents rôles de la luzerne en fonction de la situation locale (Bellon, 1993)
Dans les systèmes de production où la luzerne est cultivée avec une graminée (dactyle, fétuque, brome) recevant 80 kg/ha d'azote, Lavoinne et Pérès (1993) ont montré que la production de matière sèche exportée de la parcelle était identique à celle d'une culture de graminée pure en recevant 160 kg/ha. La luzerne cultivée en association avec une graminée permet donc de réaliser une économie d'azote.
Compte tenu des différentes préoccupations environnementales pour atténuer les effets de l'homme sur l'environnement, la luzerne a, plus que jamais, une contribution à apporter. Mais les différentes modifications de la PAC rendent moins attrayante son insertion dans les assolements. Pour pallier ceci, il faudrait remettre en œuvre une stratégie politique capable de recréer les conditions d'intérêt économique (écotaxe) pour la luzerne et les systèmes qui peuvent représenter un bon compromis entre la productivité et la conservation de l'environnement.
Les rôles agronomiques de la luzerne peuvent être valorisés si des initiatives publiques sont prises.

Une distribution mieux spatialisée des élevages en France ?

La luzerne, avec d'autres espèces cultivées (betterave, colza, pomme de terre, tournesol, etc.), n'appartient pas à la famille des graminées. De ce fait, le cortège parasitaire qui l'accompagne est différent de celui des céréales. Introduites dans les rotations, ces cultures peuvent rompre l'évolution parasitaire qui accompagne les rotations céréalières et freiner l'emploi des spécialités phytopharmaceutiques. C'est particulièrement vrai pour la luzerne qui ne nécessite qu'une à deux interventions phytosanitaires par an.
Par conséquent, la luzerne contribue à diminuer l'emploi de produits de synthèse sur l'exploitation et accroît l'autonomie protéique de celles qui élèvent des ruminants.
Mais ces animaux se trouvent pour une large part en dehors des zones céréalières, où la luzerne pourrait représenter un apport intéressant (Picard, 1982). On peut citer de nouveau l'exemple de la région Champagne-Ardenne, zone de grandes cultures où la luzerne est très implantée (46 000 ha dans le seul département de la Marne, en 2001) et où sa présence est presque exclusivement liée à celle de l'activité de déshydratation. Néanmoins, son aptitude à absorber préférentiellement l'azote du sol en fait une culture où les épandages d'élevages ou d'installations agroalimentaires sont autorisés dans la limite de 200 kg/ha/an d'azote total (organique et minéral) (source : Code permanent " Environnement et Nuisances "). A contrario, on peut également donner l'exemple du Grand Ouest (Bretagne et Pays-de-la-Loire) où la luzerne accuse un repli de 11 530 ha (46,7%), cette dernière décennie (tab. I). En effet, le développement agricole de ces 40 dernières années dans ces régions s'est fondé sur l'intensification fourragère et la production de lait, puis sur la multiplication des élevages hors-sol de porcs et de volailles (Neveu, 2002), à tel point que Bourgeois et Desriers (2002) n'hésitent pas à dire qu'elles se sont " taillé la part du lion " au niveau national. Cette intensification, qui correspondait à une demande, ne se fait pas sans risque pour l'environnement puisque l'on assiste à la pollution des rivières et des nappes phréatiques, ce qui inquiète les habitants et indispose les touristes. Or, ces productions, au moins les plus industrialisées, sont relativement faciles à délocaliser vers des régions où leur incidence environnementale peut être maîtrisée. L'idée peut faire peur, mais ne pas l'évoquer serait manquer de responsabilité face à l'urgence et la gravité du problème qui grandit. À cet effet, rappelons qu'un jugement du tribunal administratif de Rennes, ainsi que de la Cour de Justice des Communautés européennes ont condamné la France à verser près de 115 000 Æ d'amende à la société chargée du traitement des eaux du département des Côtes-d'Armor, en vertu de la directive européenne du 12 décembre 1991, relative à la protection des eaux contre la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles (Nicol, 2002).
Ainsi, l'introduction de la luzerne comme nouvelle tête d'assolement, dans d'autres régions de grandes cultures, pourrait permettre de mieux répartir les élevages sur le territoire national et, par conséquent, de mieux gérer et valoriser l'épandage des effluents produits aussi bien par les élevages que par l'agro-industrie.

Des productions animales cohérentes avec notre consommation, pour réduire le recours au tourteau de soja…

L'étude des différentes catégories de productions animales montre que la France couvre correctement ses besoins pour les productions bovines et porcines. Par contre, elle est très excédentaire en production de volailles (un tiers de plus que ses besoins) et très déficitaire en production d'ovins-caprins (la moitié de sa consommation).
Compte tenu du fait que la production de volailles est destinataire de plus de 34% des tourteaux de soja importés en France (Lapierre et Pressenda, 2002), nous pouvons nous interroger sur les raisons qui justifient la poursuite d'implantations ou d'extensions de nouveaux ateliers hors-sol de volailles sur le territoire national, ce qui accroît encore nos besoins en protéines d'aliments composés et augmente la quantité d'effluents à gérer.
En revanche, une politique visant à soutenir les productions ovines et caprines, qui tirent la presque totalité de leurs besoins en protéines des fourrages produits sur l'exploitation, permettrait à la France d'être moins dépendante de l'offre en viande ovin-caprin extérieure. En outre, et selon toute vraisemblance, ceci pourrait être en faveur d'un accroissement des surfaces en luzerne, source de protéines. L'exemple de la Corse montre, en effet, qu'un accroissement significatif des surfaces de luzerne pure (+40% en 10 ans) dans cette région d'élevage est une chose possible. L'idée d'envisager une inversion de la tendance nationale actuelle est donc réaliste. En effet, grâce à ses réserves racinaires, la luzerne autorise des repousses estivales, même en conditions de faible pluviométrie ; ce qui est un atout important dans ces systèmes de production.
Une politique de productions animales cohérente, nationale et/ou européenne, doit pouvoir mettre en concordance productions et consommations. Ainsi, la quantité de protéines importée pourrait s'en trouver significativement modifiée ; au bénéfice de la culture de la luzerne.

Une demande croissante de traçabilité des produits et d'absence d'OGM : des engagements que les producteurs de luzerne pourraient prendre

À la suite de plusieurs " affaires " concernant la qualité des produits que nous consommons (traces de métaux dans des eaux minérales, traces de pesticides supérieures aux normes en vigueur dans les céréales des petits déjeuner, prions dans les viandes bovines, etc.), l'opinion publique demande de plus en plus que soient justifiées l'origine et la qualité des produits commercialisés pour la consommation humaine. Les gouvernements ont réagi en instituant un contrôle de la qualité et de la " traçabilité " des produits (Bourgeois et Servolin, 2002). Les firmes agroalimentaires et les grands groupes commerciaux ont adopté la même démarche et s'efforcent de conduire une diversification et une identification claires des produits offerts : légumes et viandes. Mais aucun producteur de légumes ne peut garantir l'absence de résidus de pesticides sur les produits qu'il commercialise, comme le boucher ne sera pas en mesure de garantir l'absence de consommation d'organismes génétiquement modifiés (OGM) par le bovin qu'il commercialise, surtout si l'agriculteur qui l'a élevé achète du tourteau de soja. Cela entraîne donc une méfiance vis-à-vis des approvisionnements ponctuels à caractère spéculatif, dont fait partie la luzerne déshydratée, aux différences près que la luzerne produite sur l'exploitation d'élevage de l'animal en question et/ou déshydratée peut apporter une garantie sur son itinéraire cultural (absence d'utilisation de produit phytosanitaire pendant sa croissance, par exemple), sur son lieu de production, ainsi que sur l'absence d'OGM puisqu'à ce jour, aucune semence de luzerne européenne ne comprend d'organismes génétiquement modifiés.
C'est pourquoi, d'une part, les firmes agroalimentaires européennes sont encouragées de plus en plus à mettre en œuvre une politique d'approvisionnement de " proximité ", soit dans l'espace national, soit dans les autres pays membres de l'Union européenne (Bourgeois et Servolin, 2002) ; et, d'autre part, les producteurs de luzerne pourraient s'engager à fournir un produit n'ayant reçu aucun produit de traitement pendant sa croissance.


Figure 5. Évolution du taux de couverture en matières riches en protéines pour l'alimentation animale, de l'Europe et de la France,
de 1973 à 2000


Un nouveau plan " protéine " pour l'Europe ?

À la suite du choc pétrolier et de l'embargo américain sur les tourteaux de soja de 1973, la Communauté européenne avait mis en place un plan " Protéines " pour combler ses carences d'approvisionnement (Sauvant, 2001). Une politique financière incitative permit de développer la production d'oléagineux et de protéagineux, dont la luzerne. Octroyée dès 1974, cette aide a eu l'effet escompté puisqu'en 1990, l'Europe a doublé ses capacités d'auto-approvisionnement sur son marché intérieur.
Mais, à la suite des accords de Blair House, qui ont mis un coup d'arrêt au développement des oléagineux en Europe, et de la réforme de la PAC de 1992/1993, qui a provoqué une chute notable de la production de protéagineux, le déficit protéique européen s'accroît de nouveau. En effet, le taux de couverture des besoins est passé de 38%, en 1990, à 29%, en 1994, pour l'Europe, et de 69%, en 1990, à 54%, en 1994, pour la France.
En 1999, l'auto-approvisionnement de l'Europe couvrait environ 30% des besoins de protéines végétales, tandis que la France avait une couverture d'environ 60% de ses besoins (fig. 5). Est-ce néanmoins un seuil satisfaisant ? Non, car depuis le 14 novembre 2000, un arrêté ministériel et un texte européen du 4 décembre 2000 suspendent totalement l'usage des protéines animales pour l'alimentation des animaux de rente. Ceci se traduit par un recours plus important aux tourteaux d'importation, et particulièrement de soja (AAC, 2001). Pour remplacer 350 à 400 000 t de farines de viande consommées auparavant en année pleine, la France doit importer l'équivalent de 400 à 470 000 t de tourteaux de soja supplémentaires, portant ainsi son déficit global en protéines de 37 à 40% en 2000.
Pour l'Union européenne, le volume de 1,7 à 2 millions de tonnes de farines animales équivaut à 2, voire 2,3 millions de tonnes de tourteaux de soja : ce qui porte le déficit européen en matières riches en protéines à plus de 75% en 2000 (AAC, 2001), soit un niveau comparable à celui de 1973 ! Ce constat est effarant et ne peut laisser les responsables politiques indifférents !
Pour satisfaire les besoins alimentaires de ses élevages qui consomment annuellement 20 millions de tonnes de protéines, soit l'équivalent de 45 millions de tonnes de tourteau de soja, l'Union européenne doit importer 35 millions de tonnes d'équivalent tourteau de soja.
Quand on sait que ces importations proviennent à 90% du seul continent américain, dont 80% du Brésil (Circuit Culture, 2002), on mesure le danger économique, voire politique, que représente une telle dépendance. En cas de flambée des cours sur les marchés internationaux, comme cela a été le cas en 1996 et surtout en 1997, la facture se révèle lourde pour l'élevage européen. De plus, une grande partie de ces importations ne sont pas exemptes d'OGM, garantie qu'apporte la luzerne produite en France.
Améliorer notre situation d'indépendance doit donc être considéré comme un enjeu vital pour l'avenir. C'est pourquoi un nouveau plan pour favoriser ces cultures doit être le bien venu. Dans le cas contraire, l'enveloppe budgétaire de l'Union européenne destinée à ce secteur doit assurer le maintien du niveau de couverture actuel pour, au moins, ne pas annihiler les efforts accomplis depuis 1973, en France.


Colaspidema atrum
Larousse agricole, 1921
Cet insecte est l'un des principaux ravageurs de la luzerne.
On consultera sa fiche sur HYPPZ, encyclopédie des ravageurs européens des cultures,  à www.inra.fr/hyppz/RAVAGEUR/3colatr.htm

Le soutien financier européen doit-il concerner l'activité de déshydratation de luzerne ?

Produire du fourrage ici, en dépensant de l'énergie fossile pour le déshydrater, le conserver et le faire consommer dans d'autres régions de France et d'Europe est souvent considéré comme du gaspillage d'énergie. C'est vrai. Selon l'étude réalisée par Thiébeau et al. (2001) sur la durée de vie d'une luzernière dont la production est exclusivement destinée à la déshydratation, le bilan énergétique est déficitaire d'environ 860 à 890 000 kcal/t de luzerne déshydratée, selon le type d'énergie de séchage employée : le charbon ou le gaz.
Mais cette étude a été complétée par des bilans concernant les éléments carbone et azote. Ainsi, ces auteurs montrent que la quantité de carbone qu'une culture de luzerne pure fixe au terme de 2 années d'exploitation est 2 à 3 fois plus importante, à la tonne de luzerne déshydratée, que la quantité de carbone rejetée par l'énergie fossile utilisée pour sa déshydratation. Pour l'élément azote, en considérant non seulement l'absorption et la fixation d'azote en cours de culture mais aussi les restitutions après la destruction de la luzerne, ils montrent un effet positif de la culture de luzerne pour l'environnement, identique quelle que soit la source énergétique utilisée pour le séchage. Compte tenu des efforts déployés ces dernières années pour inciter le monde agricole à raisonner ses intrants azotés, de manière à réduire les fuites de nitrates et la pollution des nappes phréatiques, la culture de la luzerne paraît s'inscrire parfaitement dans cet objectif. L'azote soustrait à l'environnement est transféré à l'alimentation animale par le biais de la filière de la déshydratation, en lieu et place de tourteaux d'importation.
Dans ce contexte, il paraît nécessaire de soutenir ce secteur d'activité qui, positionné en région de grandes cultures, contribue à la diversité du paysage agricole. Depuis le début des années 1990, ce secteur a été considérablement fragilisé par le désengagement financier de l'Europe dans les différentes réformes de la PAC, poursuivi à travers l'Agenda 2000 qui ne fait aucunement mention de la luzerne déshydratée alors qu'il est établi pour une période allant jusqu'en 2006. Sans une prise de conscience rapide par les instances publiques nationales et européennes de cette position délicate, l'avenir de ce secteur d'activité, qui concerne au moins 23% de la surface nationale de luzerne pure, est incertain.

[R] En conclusion

La luzerne apparaît comme une culture à promouvoir dans le cadre d'une réduction des impacts environnementaux de l'homme. Or, ce sont chaque fois des crises économiques liées aux fluctuations des marchés de matières premières qui raniment nos inquiétudes, car une part importante des ressources protéiques, qui servent à équilibrer la ration alimentaire des animaux d'élevage que nous consommons, est importée du continent américain.
Lors de ces épreuves, la presse spécialisée du monde agricole prête alors un intérêt aux cultures nationales d'oléo-protéagineux, ce qui se manifeste par l'édition de dossiers spécialisés " protéagineux ". Mais ils excluent pratiquement tous la culture de la luzerne !
La luzerne est pourtant une ressource de protéines importante de l'alimentation animale, qu'elle soit cultivée seule ou en association avec une ou plusieurs graminées. Persévérer à l'exclure de ces dossiers, c'est aussi pousser cette culture hors du paysage agricole de demain.
La luzerne présente pourtant de nombreux atouts, dont les partisans d'une agriculture respectueuse de l'environnement et durable, devraient tenir compte.
Grâce au plan " Protéines " mis en place au cours des années 1970, la France a accru son taux de couverture parmi les plus élevés de l'Union européenne, avec près de 60% de ses besoins. Ces efforts doivent être poursuivis par une réforme de la PAC cohérente. Pour être encore présents demain, la luzerne et les autres protéagineux ont besoin d'un second plan " Protéines " qui permette d'avoir des perspectives à moyen et long termes de soutien financier de l'Europe politique. Ce soutien n'implique pas une augmentation de l'aide communautaire, mais au moins le maintien de l'enveloppe actuelle et/ou une meilleure redistribution de cette aide. Ce n'est qu'à ce prix que des secteurs d'activités, comme celui de la déshydratation, pourront prolonger leur activité et envisager le renouvellement leur outil de travail vieillissant.
Enfin, compte tenu des usages étendus qu'il est possible de faire de la luzerne, il serait cohérent que cette culture garde sa place au sein des assolements agricoles européens. En 40 ans, les surfaces ont été divisées par plus de 5 en France. Il y a donc, à présent, urgence à prendre les mesures adéquates pour stopper cette hémorragie.


[R] Références bibliographiques

AAC, 2001. L'alimentation animale au cœur des filières alimentaires. In Anonyme : Alimentation animale et coopération - Chiffres clés 2001, 42-60.
AGRESTE, 2001. Annuaire statistique.
Beaudouin N., Denys D., Muller J.C., Monbrun M.D., Ledain C., 1992. Influence d'une culture de luzerne sur le lessivage du nitrate dans les sols de Champagne-Crayeuse. Fourrages, 129, 45-57.
Bellon S., 1993. Mieux connaître la place des légumineuses fourragères. L'expérience méditerranéenne. Fourrages, 135, 289-310.
Boschi V., Chisci G., Ghelfi R., 1984. Effetto regimante del medicaio sul ruscellamento delle acque e l'erosione del suolo negli avvicendamenti collinari. Riv. Di Agron., 18, 3/4, 199-215.
Bourgeois L., Desriers M., 2002. L'évolution des productions agricoles départementales depuis 1970. Une concentration géographique très limitée. C.R. Acad. Agric. Fr., 88 (2), 99-104.
Bourgeois L., Servolin C., 2002. Politique Agricole Commune et localisation des productions agricoles dans l'Union Européenne. C.R. Acad. Agric. Fr., 88 (2), 105-115.
CA, 2002. L'agriculture française : repères économiques. In : Chambres d'Agriculture, éd. 2002/2003, 914, 13-21.
Calet C., 1982. Le problème national des ressources en protéines et l'alimentation animale. Fourrages, 90, 11-16.
Catroux G., Amarger N., Lagacherie B., Picard J., 1980. La culture des légumineuses : une possibilité d'économiser l'énergie en agriculture. In : Cahiers du CENECA - C.I. 80, Agriculture et Énergie, 27, 28 et 29 février, Paris, 322-325.
Circuit Culture, 2002. Tourteaux de Soja : la dépendance s'accroît en 2002-2003. 364, 53.
De Mathan O., 1990. Large scale commercial operations in Europe. Proc. of the third international conference on leaf protein research. Chioriotti Ed., Pinerolo, Italie, 36-49.
Guy P., 1994. Lucerne for multiple purposes at the beginning of the XXIth century. What future ? Management and breeding of perennial lucerne for diversified purposes. Coll. EUCARPIA/FAO, Lusignan, France, 2-4.
Jacquard P., Croisier L., Monnier G., 1969. Etude des effets résiduels des cultures fourragères sur les cultures arables. I. Effets résiduels de la luzerne sur le blé et le maïs. Annales agronomiques, 20 (4), 371-433.
Journet M., 1992. La luzerne dans l'alimentation des ruminants. Proc. X Int. Conf. EUCARPIA, Lodi, Italy, 18-32.
Justes E., Thiebeau P., Cattin G., Larbre D., Nicolardot B., 2001. Libération d'azote après retournement d'une culture de luzerne : un effet sur deux campagnes. Perspectives Agricoles, 264, 22-28.
Lamarche F., Landry L., 1992. Les nouvelles protéines alimentaires à base végétales. Interface, sept.-oct., 22-33.
Larbre D., Usunier J., 1995. Valorisation des lisiers sur luzerne : un apport qui limite les fuites de nitrates. Perspectives Agricoles, 207, 53-54.
Lapierre O., Pressenda F., 2002. Pas facile de remplacer le soja importé par des protéines locales. In : La place des oléagineux dans l'approvisionnement en protéines. Oléoscope, 67, 13-15.
Lavoinne M., Peres M., 1993. Intérêt des associations fourragères graminée-luzerne pour économiser la fumure azotée. Fourrages, 134, 205-210.
Le Gall A., 1993. Les grandes légumineuses : situation actuelle, atouts et perspectives dans le nouveau paysage fourrager français. Fourrages, 134, 121-144.
Lemaire G., Allirand JM., 1993. Relation entre croissance et qualité de la luzerne : interaction génotype-mode d'exploitation. Fourrages, 134, 183-198.
Lemaire G., Cruz P., Gosse G., Chartier M., 1985. Etude des relations entre la dynamique de prélèvement d'azote et la dynamique de croissance en matière sèche d'un peuplement de luzerne (Medicago sativa L.). Agronomie, 5, 685-692.
Mauries M., 1991. Utilisation de la luzerne déshydratée par les vaches laitières : revue bibliographique. Fourrages, 128, 455-464.
Monties B., 1981. Les antinutritionnels des protéines foliaires. In C. Costes : Protéines foliaires et alimentation. Gauthier-Villars, Saint-Étienne, 93-120.
Muller J.C., Denys D., Thiebeau P., 1993. Présence de légumineuses dans la succession de cultures : luzerne et pois cultivés purs ou en association, influence sur la dynamique de l'azote. Matières organiques et agricultures. Congrès GEMAS-COMIFER, Blois, nov. 1993, 83-92.
Muller J.C., Ledain C., 1992. Epandage des eaux résiduaires des industries alimentaires et agricoles et valorisation agronomique en Champagne-Ardenne : évolution des idées et solutions techniques. IAA juillet-août, 531-536.
Neveu A., 2002. Crise agricole et délocalisation des productions. C.R. Acad. Agric. Fr., 88(2), 89-98.
Nicol J.P., 2002. L'état de l'eau de l'État. Le Courrier de l'Environnement de l'INRA, 45, 54-56.
Picard J., 1982. Les légumineuses dans la production fourragère française - évolution au cours des vingt dernières années. Fourrages, 90, 17-26.
Pointereau P., 2001. Légumineuses : quels enjeux écologiques ? Le Courrier de l'Environnement de l'INRA, 44, 69-72.
Sauvant D., 2001. Les pratiques de l'alimentation animale au ban de la société. Le Courrier de l'Environnement de l'INRA, 42, 71-74.
Seysen S., 2002. Communiquer sur l'intérêt de la luzerne. Circuits Culture, 364, 50-51.
SNDF, 1991. Luzerne : une dynamique de qualité. Châlons-sur-Marne, 50 p.
Spallacci P., Ceotto E., Papini R., Marchetti R., 1996. Lucerne as a nitrate scavenger for silty clay soil manured with pig slurry. Book of abstracts 4th ESA Congress, 492-493.
Talamucci P., 1994. Lucerne role in farming systems, technical itineraries and managements for different uses in diverse physical and socio-economic environments. Management and breeding of perennial lucerne for diversified purposes. Coll. EUCARPIA/FAO, Lusignan, France, 4-8 sept. 1994, 6-17.
Tava A., Forti D., Odoardi M., 1992. Alfalfa saponins : isolation, chemical characterization and biological activity against insects. Proc. X Int. Conf. EUCARPIA, Lodi, 283-288.
Tazaki I., 1995. Recent advances in leaf protein research. Nagoya University Farm, Togocho, Aichiken 470-01, Japon.
Thiebeau P., 2001. En absorbant l'azote minéral du sol, la luzerne permet de réduire les fuites de nitrates. Réussir Lait/Elevage, 134, 121-122.
Thiebeau P., Larbre D., 2002. Luzerne sous couvert de pois protéagineux : un seul travail du sol pour implanter deux cultures principales. Cultivar, 524, 28-30.
Thiebeau P., Vanloot P., 2000. La filière luzerne en France. Mémoire d'économie agro-alimentaire. INRA, Agronomie Reims, 40 p.
Thiebeau P., Justes E., Vanloot P., 2001. Filière luzerne en France : des atouts en faveur de l'environnement. Perspectives Agricoles, 266, 32-36.