Le Courrier de l’environnement de l’INRA n°43, mai 2001

Sommaire :

En In memoriam : la Truite commune ; l’Urbi et orbi est en arabe marocain. Summary

Tous les articles de ce numéro sont en ligne

PROBLÉMATIQUES ET DÉBATS

Saisir la chance de l’environnement ? Les agricultures françaises au milieu du gué (par Dominique Dron) ; Les OGM, entre hostilité de principe et principe de précaution (par Catherine Larrère et Raphaël Larrère) ; Pour la gestion concertée de l’espace rural : appuyer des médiations territoriales (par Jean-Eudes Beuret et Christophe Trehet) ; Plaidoyer pour une politique européenne en faveur des écosystèmes prairiaux (par Joël Broyer) ; La contractualisation de la société (par Alain Supiot) ; Conservation de la nature : des concepts à l’action (Par Jacques Lecomte).

Repères dans le PAF

Réchauffement climatique : premiers signes chez les oiseaux (par Allain Bougrain-Dubourg) ; La maladie du Chancre coloré du platane ( par André Vigouroux) ; Vache folle : du rôle des médias en temps de crise (par Rémi Mer) ; France Nature Environnement : points de vue sur l’agriculture (par Philippe Pointereau) ; Changer de lunettes pour changer la ville ? (par Patrick Legrand).

Autres repères, autres paysages

De la dégradation à la restauration des sols : utilisation de méthodes traditionnelles et modernes en Haïti (par Pascal Saffache) ; Les Massaïs du Kenya pleurent les vaches folles d’Europe (par Jean-Philippe Rémy) ; Orangs-outans : chronique d’une extinction annoncée (par Emmanuelle Grundmann).

ON EN PARLE ENCORE

BIBLIOGRAPHIE       La rubrique est mise en ligne in extenso

Deux-pages spécial

Boues de curage des cours d’eau (L)
par Grégoire Schneider

ART & ENVIR.

Épouvantails

AVEULOUQUE      Vers l'album des Aveulouques

BRÈVES



Ci-dessous, quelques lignes à propos de chacun des principaux articles

PROBLÉMATIQUES ET DÉBATS

Saisir la chance de l’environnement ? Les agricultures françaises au milieu du gué (L)
La question agricole représente pour la France beaucoup plus que sa part de produit intérieur brut (PIB) et de démographie, et il importe, vu les incertitudes actuelles, de réaliser une analyse stratégique des atouts et des vulnérabilités de « l’entreprise agricole France », au regard du contexte et de ses perspectives, sachant que le monde agricole est solidaire dans la perception qu’en ont les citoyens et les consommateurs.
Dans l’article il est donc peu question des nouvelles donnes énergétiques de 2020 ou 2030, ni d’analyses environnementales, même si les impacts socio-économiques des dommages constatés et prévisibles n’échappent plus à personne, mais seulement de suggestions économiques, à partir de trois constatations : - les atouts fondamentaux des agricultures françaises demeurent puissants ; - mais les vulnérabilités (qui concernent, d’une part, la structure du tissu agricole et, d’autre part, ses rapports au territoire) des systèmes de production sont préoccupantes ; - 3. Le contexte actuel, particulièrement délicat, exige de tirer parti des atouts pour surmonter les vulnérabilités.
Avec, en encadrés, les indicateurs d’intégration des préoccupations environnementales dans la PAC et les indicateurs agri-environnementaux OCDE.
Par Dominique Dron
INRA – Direction générale, 147, rue de l’Université, 75338 Paris cedex 07.
dominique.dron@paris.inra.fr

Les OGM, entre hostilité de principe et principe de précaution (L)
Qu'il s'agisse de la pollution des océans, de l'effet de serre, du nucléaire, de la maladie de la « vache folle » ou de la diffusion à grande échelle d'organismes génétiquement modifiés (OGM), on se réfère de plus en plus au principe de précaution. Les auteurs, en philosophes, se donnent pour objectif de préciser de quoi il s'agit et d’illustrer leur propos au sujet de la commercialisation de plantes transgéniques.
Ils concluent, notamment, que « S'en tenir au principe de précaution, c'est s'assurer que la raison prend le pas sur la peur. C'est ouvrir l'espace d'un débat public sur les risques et les avantages, un débat informé par des expertises contradictoires faisant l'état des connaissances, des hypothèses, des doutes et des controverses scientifiques ».
En 5 chapitres : - De la responsabilité à la précaution ; - De la différence entre précaution et prévention ; - Le principe de précaution ou l’obligation de savoir ; - Les OGM : révolution ou bluff technologique ? : - Transgenèse et précaution.
Par Catherine Larrère et Raphaël Larrère
INRA – STEPE, 65, bd de Brandebourg, 94205 Ivry.
larrere@ivry.inra.fr

Pour la gestion concertée de l’espace rural : appuyer des médiations territoriales (L)
Au sein de chaque territoire, l’exploitation des ressources naturelles se fait essentiellement dans des espaces d’appropriation privée tels que des exploitations agricoles. Mais ces espaces sont aussi porteurs de biens communs tels que le paysage, le patrimoine, l’eau qui court d’une exploitation à l’autre… Des biens qui sont souvent soumis à des usages concurrents et sont l’objet de diverses demandes de la part d’usagers qui n’ont ni les mêmes intérêts, ni les mêmes « visions du territoire »… D’où des controverses à l’échelle nationale - entre agriculteurs, chasseurs, écologistes – mais aussi de multiples conflits à l’échelle locale, là où seule une gestion communautaire permet d’éviter les pièges du statu quo ou d’une gestion arbitraire et de faire émerger des aspirations collectives au-delà de la somme des intérêts particuliers.
Constatant que de nombreux acteurs s’engagent dans ce type de concertation, autour de biens d’environnement ou à l’échelle d’un territoire, les auteurs ont voulu repérer, comparer puis analyser des cas de concertation en Bretagne. Puis ils sont allés à la rencontre d’acteurs-clés impliqués dans de tels processus de concertation. Après avoir décrit les formes de concertation rencontrées, ils s’attachent dans cet article à tracer les contours de la fonction de médiation, telle qu’elle existe de fait, puis à en déduire des propositions visant à appuyer et développer la médiation territoriale.
Par Jean-Eudes Beuret et Christophe Trehet
École nationale supérieure agronomique, département d’Économie rurale et gestion, laboratoire Développement rural
65, rue de Saint-Brieuc, 35042 Rennes cedex.
beuret@agrorennes.educagri.fr

Plaidoyer pour une politique européenne en faveur des écosystèmes prairiaux (L)
Le Râle des genêts, Crex crex, est devenu le symbole de l'altération des écosystèmes prairiaux en Europe. Remarquée dès la fin du XIXe siècle en Angleterre, sa raréfaction a récemment gagné la France. Le Vanneau huppé, Vanellus vanellus, fait quelque peu illusion : l’espèce s’est surtout adaptée à nidifier dans les terres arables. Le Bruant proyer, Miliaria calandra, a subi un glissement écologique : il est aujourd'hui parfaitement subordonné à la culture céréalière, ce qui ne l’empêche pas de se raréfier. Quant aux tout derniers couples de Bergeronnette printanière, Motacilla flava, oiseau jadis caractéristique des prairies et des bords d'étangs des Dombes, ce sont les cultures de céréales qui les hébergent.
Il est clair que l’avifaune a payé un lourd tribut à la modernisation agricole. Il est urgent de mettre en œuvre des pratiques de production fourragère cohérentes, moins productivistes et plus soucieuses de la biodiversité.
Par Joël Broyer
Office national de la chasse et de la faune sauvage, station de la Dombes, Montfort, 01330 Birieux.
j.broyer@onc.gouv.fr

La contractualisation de la société (L)
D’après un vieil adage issu du droit romain, « On lie les bœufs par les cornes et les hommes par les paroles » : bêtes et hommes vivent en sociétés bien différentes, ces derniers usant de paroles… En français courant, on parle de loi et de contrat pour distinguer deux sortes de liens qui nous tiennent et nous font tenir ensemble : du côté de la loi se trouvent les textes et les paroles qui s'imposent à nous indépendamment de notre volonté et du côté du contrat ceux qui procèdent d'un libre accord avec autrui. Toute personne se trouve ainsi tenue à la fois par le statut que la loi lui assigne et par les engagements qu'elle a contractés. Dire que la société se contractualise, c'est dire que la part des liens prescrits y régresse au profit des liens consentis ou, en termes savants, que l'hétéronomie y recule au profit de l'autonomie. Mais la multiplication et la généralisation des liens collectifs ne conduisent-elles pas à une réféodalisation de la société ?
Par Alain Supiot
Maison des sciences de l’Homme Ange-Guépin, BP 76235, 44313 Nantes cedex 02.

Conservation de la nature : des concepts à l’action (L)
La recherche fondamentale et les pratiques de conservation doivent entretenir un dialogue indispensable et c’est dans cet esprit que l’auteur aborde un certain nombre de questions, parfois difficiles. Les réflexions concernant la conservation, la restauration et la gestion d’un écosystème sont souvent conditionnées par la réflexion autour de trois qualités qui lui sont attribuées : la biodiversité, la fonctionnalité et la naturalité.
La biodiversité est la notion la plus facile à concevoir mais, embarrassés par le grand nombre et la disparité, on a besoin d’espèces particulières : des espèces clé de voûte aux espèces parapluie, en passant par les emblématiques et les confidentielles… La fonctionnalité, qui est (grosso modo) l’ensemble des fonctions écologiques nécessaires à la permanence d’un écosystème ou d’un habitat, est plus difficile à appréhender et moins objet de débats que la naturalité, qui fait intervenir entre autres le temps, la connaissance de l’histoire de l’écosystème et l’appréciation de l’importance des perturbations.
En tout cas, la protection de la nature, tâche complexe, requiert des actions différentes, complémentaires, et doit s’exercer, selon des modalités adaptées, en tout point du territoire.
Par Jacques Lecomte
Montée des chèvres, 91190 Gif-sur-Yvette.
Jlecomte@usa.net

Repères dans le PAF

Réchauffement climatique : premiers signes chez les oiseaux (L)
La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), dans le cadre du réseau BirdLife International, commence à récolter des informations convergentes concernant l'impact du réchauffement climatique sur les oiseaux : départs tardifs d'espèces, ou - plus exactement – observation d’oiseaux qui se sont attardés sous nos latitudes. Par exemple, en décembre 2000, d'assez nombreuses Hirondelles rustiques - grandes migratrices qui passent la mauvaise saison principalement en Afrique tropicale - ont été notées un peu partout en France…
Par Allain Bougrain-Dubourg
Ligue pour la protection des oiseaux, La Corderie Royale, BP 263, 17305 Rochefort.
lpo@lpo-birdlife.asso.fr

La maladie du Chancre coloré du platane (L)
Les platanes des mails des villes et des bords des routes sont depuis longtemps en mauvais état, à cause de divers champignons polypores et des conditions très difficiles qu’on leur ménage en général. Mais, depuis une dizaine d'années, un champignon Ascomycète, Ceratocystis fimbriata f. spéciale platani, introduit des États-Unis à la faveur de la IIe Guerre mondiale et d'une virulence extrême pour cette essence, provoque la maladie dite du Chancre coloré. L’INRA met au point des cultivars résistants. En attendant, il faut surveiller et soigner le cas échéant les sujets existants, dont l’ombre est si appréciée…
Par André Vigouroux
INRA-Pathologie
2, place Viala, 34060 Montpellier cedex
Andre.Vigouroux@ensam.inra.fr

Vache folle : du rôle des médias en temps de crise (L)
Classée événement de l’année 2000, l’affaire de la vache folle est un excellent cas d’école pour analyser les rapports entre les médias et l’opinion publique, d’une part, et entre les médias et les acteurs sociaux : économiques, politiques, juridiques..., d’autre part.
L’auteur examine, dans un texte très fouillé, ces points : La crise était-elle prévisible ? Comment s’est faite la circulation de l’information ? Le rôle amplificateur des médias, « Quand on cherche, on trouve… », Y a-t-il eu psychose ? Le rôle rassurant des médias, La couverture multi-média. Avec un point d’interrogation à « Épilogue »…
par Rémi Mer
Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique
Rue de la Géraudière, 44939 Nantes cedex 9.
RMer294415@aol.com

France Nature Environnement : points de vue sur l’agriculture (L)
Partant de la constatation que, dans beaucoup de régions, l’agriculture a des impacts environnementaux négatifs et que la politique agricole favorise les systèmes polluants, l’auteur met en avant les bonnes pratiques agricoles qui doivent préparer les agriculteurs aux nouvelles réglementations. L’agriculture raisonnée, qui ne remet pas au cause les systèmes de production, ne prévoit pas la réduction des intrants et ignore les aspects sociaux n’a pas, pour la Fédération des associations de protection de la nature, à être distinguée par un label.
Par Philippe Pointereau
SOLAGRO, 40, rue Beau Site, 31500 Toulouse.
philippe.pointereau@solagro.asso.fr

Changer de lunettes pour changer la ville ? (L)
L’article est la transcription de la contribution de l’auteur à un colloque intitulé « De l’écologie urbaine à la ville durable : Quels besoins de recherche pour quelles pratiques interdisciplinaires ? La question précisément posée étant : « Faut-il de nouvelles façons de penser le technique ? ». Réponse : il faut avoir désormais une vision de la ville durable en rejetant les anciennes façon de voir, de penser, de décider. Argumentaire en ces points : - Entre ruptures et mots-valises ; - Vous avez dit « ville durable » ? Premier terme de la confrontation ; - Second terme : un sous-système urbain méconnu ; - Conceptions et ingénieries ne résistent pas à la mise en perspective.
par Patrick Legrand
INRA-ME&S, 147 rue de l’Université, 75338 Paris cedex 7
legrand@paris.inra.fr

Autres repères, autres paysages

De la dégradation à la restauration des sols : utilisation de méthodes traditionnelles et modernes en Haïti (L)
Dans ce pays très pauvre et en crise, les paysans en sont venus à transformer le couvert végétal des collines en charbon de bois. Les ravages de l’érosion ne se sont pas fait attendre et plusieurs parades ont été tentées. Des techniques paysannes ingénieuses, mais parfois inefficaces, consistent à recréer une matière organique artificiellement (en tassant des herbes sous une couche de terre), à pratiquer le brûlis (souvent catastrophique), à façonner des billons, à construire des micro-barrages ou même à cultiver en terrasses.
Avec l’appui de chercheurs étrangers, une technique bien plus satisfaisante a été mise au point : celle des murets, associée à une gestion plus rationnelle de l’eau…
Par Pascal Saffache
Université des Antilles et de la Guyane, Département de Géographie, Campus universitaire de Schœlcher, 97233, Schœlcher cedex
Pascal.Saffache@martinique.univ-ag.fr

Les Massaïs du Kenya pleurent les vaches folles d’Europe
En Europe du Nord, la fièvre aphteuse fait rage et la nouvelle parvient dans la vallée du Rift. Cela dépasse l’entendement. D’autant que les abattages en masse sont une insulte à l'ordre universel, une atteinte à la cosmogonie bovine des Massaïs qui enseigne que, « tous les troupeaux du monde » étant leur propriété virtuelle, la vache est un objet de désir ou de convoitise, mais pas de destruction…
Par Jean-Philippe Rémy
(article repris du Monde)

Orangs-outans : chronique d’une extinction annoncée (L)
Dans dix ans, si rien n’est fait, notre cousin l’« homme de la forêt », géant placide arboricole, aura disparu. Se liguent contre lui les incendies de forêt, le défrichement total et la récolte d’arbres précieux, la culture sur brûlis, la guerre civile et le braconnage des « bébés »… Ceux-ci, vendus comme animaux de compagnie, sont parfois récupérés et les centres de réhabilitation tentent de les préparer à leur remise en liberté, une tâche très difficile.
Par Emmanuelle Grundmann
57, rue Condorcet, 93100 Montreuil
emmanuelle.grundmann@wanadoo.fr


ON EN PARLE ENCORE

De Maisons-Rouges
Texte complémentaire à l'article de Pierre-Marie Chapon, paru dans le Courrier n°42, p. 76
par Bernard Boury
président de la Fédération de la Vienne pour la pêche et la protection du milieu aquatique

De l’exploitation agricole en perspective
Réaction à l'article signé Catherine Laurent et Jacques Rémy, paru dans le Courrier n°41 (octobre 2000)
par Natacha Jègues et Matthieu Calame
bergerie@fph.fr

[R]

AVEULOUQUE...

En ligne

[R]

BRÈVES

Matière dernière (le chanvre dans tous ses états), Les malades du 4x4 (un virus décime les mordus), Baromètre (les Français et la science), Le déclin (des papillons au Royaume-Uni), Les surprises du développement (Blow up en Thaïlande), Pièce de veau à l'anglaise (Phénix monte sur les planches), Les progrès du marsisme (Mars, Internet et les OGM...), La fourmi et la mandarine (lutte bio en Chine), Le mal-être animal (brebis irlandaises accablées), Dérabication (à coups d'OGM !), Ballon renifleur (de méthane bovin), L'épuisement des ressources (en tequila), Pour que les publications soient publiques (les chercheurs menacent les éditeurs), Terreur à rayures (le Doryphore), Les abeilles conceptualisent (avec si peu de neurones ?), Un ver ça va, deux verres... (où l'on saoule les hérissons).

En ligne


[R]