Le Courrier de l’environnement de l’INRA n°40, juin 2000

Sommaire :

Les articles, la Bibliographie et les Brèves sont en ligne

En In memoriam : le Loup de Tasmanie, Thylacinus cynocephalus ; l’Urbi et orbi est en roumain.

PROBLÉMATIQUES ET DÉBATS

L'appropriation du vivant : de la biologie au débat social (par Bernard Chevassus-au-Louis) ; Invasions biologiques et biologie de la conservation - essai de synthèse (par Michel Pascal, Philippe Clergeau et Olivier Lorvelec) ; Agriculture durable, terroirs et pratiques alimentaires  (par Christian Brodhag) ; La composante milieu physique dans l'effet terroir pour la production fromagère : quelques réflexions à partir du cas des fromages des Alpes du Nord (par Jean-Marcel Dorioz, Philippe Fleury, Jean-Baptiste Coulon et Bruno Martin) ;

Repères dans le PAF

Populiculture et gestion des espaces alluviaux (par Hélène Chevallier) ; La Dombes, espace d'équilibre ou simple substrat pour la culture céréalière ? (par Joël Broyer) ; Entre domestique et sauvage : le cas du chien errant. Une liminalité bien dérangeante (par Sophie Bobbé).

Autres repères, autres paysages

Les éleveurs du Jura face à l'écologisation de leur métier (par Valérie Miéville-Ott ) ; L'illusion de la protection intégrée des cultures (par Lester E. Ehler et Dale G. Bottrell)

ON EN PARLE ENCORE
De l'In memoriam de Patrick Duncan sur le chevreuil, sous la plume de Philippe Alessandra. Avec une brève réponse de l'auteur.

COLLOQUES
Comptes rendus
Ethno-écologie (par Alain Bouras)
Annonces

BIBLIOGRAPHIE
On a lu, on a vu 
On signale
Textes
Agriculture durable et pollutions dans la plaine de Bièvres (par Amédée Mollard) ; Supplique.com (de la liste ESB)

AVEULOUQUE

BREVES

[R]



Ci-dessous, quelques lignes à propos de chacun des principaux articles

PROBLÉMATIQUES ET DÉBATS

[R] L'appropriation du vivant : de la biologie au débat social (L)
Si la possession d'êtres vivants individualisés est une pratique ancienne, la volonté de revendiquer une propriété plus globale, s'étendant à un ensemble indéfini d'individus et à leur progéniture, n'est apparue qu'au XXe siècle et s'est particulièrement affirmée avec l'essor des biotechnologies. L'émergence de cette revendication résulte en effet d'une conjonction entre des possibilités techniques nouvelles et des enjeux économiques devenus planétaires.
Nous examinerons dans un premier temps la genèse scientifique et technique de cette " maîtrise de la génération ", en montrant que des procédés sur lesquels la société s'interroge aujourd'hui - transgénèse, clonage, gène " Terminator " - sont l'aboutissement d'une longue quête pour comprendre et maîtriser les processus de la transmission de la vie. Nous évoquerons plus particulièrement trois aspects de cette longue marche :
- la définition des lois de la transmission des caractères, conduisant à la découverte progressive et à la manipulation des supports de l'hérédité ;
- la compréhension des lois de la recombinaison des caractères et l'obtention d'une reproduction à l'identique ;
- le contrôle de la reproduction, pour aboutir à des êtres vivants " non reproductibles ".
Dans un deuxième temps, nous présenterons les différentes facettes du débat social qui s'engage sur les applications concrètes de cette maîtrise, qu'il s'agisse des aspects juridiques, économiques, politiques ou éthiques.
- sur le plan juridique, nous montrerons comment le statut du vivant est passé en une vingtaine d'années de celui de " patrimoine commun de l'humanité, à celui de " matière vivante " pouvant être brevetée.
- sur le plan économique, nous nous interrogerons sur les liens entre protection de la propriété intellectuelle et dynamisme de l'innovation : quel système de protection permet au mieux, à court et surtout à long terme, de favoriser la poursuite de la création de variétés animales et végétales adaptées ?
- enfin, sur le plan éthique, nous examinerons quelles peuvent être les bases d'une éthique de l'action humaine sur la nature, dès lors qu'elle porte sur des modes d'interventions technologiques inédits et donc non prévus par les systèmes éthiques traditionnels.
Nos exemples seront principalement issus des espèces animales et végétales utilisées pour l'agriculture, les questions plus particulièrement liées à l'être humain étant abordées par d'autres conférences [dans le même cadre de l'Université de tous les savoirs]. (résumé de l'auteur)
Par Bernard Chevassus-au-Louis
INRA, Génétique des poissons, domaine de Vilvert, 78352 Jouy-en-Josas
bchevass@jouy.inra.fr

[R] Invasions biologiques et biologie de la conservation - essai de synthèse (L)
Lors de la conférence de Rio, la communauté scientifique a fait prévaloir que l'évolution récente de l'importance et de la nature de l'activité humaine était à l'origine d'une récente et forte accélération du processus naturel d'extinction des espèces. Au nombre des facteurs d'origine anthropique identifiés actuellement comme responsables de cette érosion, figure en seconde place, après la modification des milieux, l'introduction de taxons hors de leur aire de répartition spontanée.
Que recouvre exactement le terme d'invasion biologique souvent associé à une introduction conduisant à l'installation d'une espèce ? Que sait-on de la nature et de l'importance de l'impact passé et présent de ces invasions ? Quelle prédiction peut-on faire quant à la nature et l'importance de cet impact ? Quelle valeur heuristique accorder à l'étude comparée des invasions en milieux insulaires et continentaux ? Ce texte0 n'a aucune prétention exhaustive mais veut tenter de donner quelques définitions nécessaires pour cadrer des questions et un débat d'actualité. (intro des auteurs)
Par Michel Pascal, Philippe Clergeau et Olivier Lorvelec
INRA - Équipe faune sauvage et biologie de la conservation - SCRIBE, 35042 Rennes cedex
pascal@beaulieu.rennes.inra.fr - clergeau@univ-rennes1.fr - lorvelec@beaulieu.rennes.inra.fr

[R] Agriculture durable, terroirs et pratiques alimentaires (L)
En face d'une mondialisation, qui tend à uniformiser les modes de consommation et de production, de nouvelles activités économiques en pleine expansion se fondent sur des produits et des services à forte valeur patrimoniale et culturelle dans les secteurs des loisirs, du tourisme, de l'agro-alimentaire, de l'artisanat. Ces activités pourraient préserver au niveau mondial les diversités culturelles et sociales pour peu qu'elles s'intègrent dans une stratégie locale de développement durable et que les consommateurs soient sensibilisés et correctement informés à travers des systèmes d'étiquetage. L'exemple des appellations d'origine contrôlée en France illustre ce que pourraient être ces approches. (résumé de l'auteur)
Par Christian Brodhag
École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne, 158, cours Fauriel, 42023 Saint-Étienne cedex 2
brodhag@emse.fr

[R] La composante milieu physique dans l'effet terroir pour la production fromagère : quelques réflexions à partir du cas des fromages des Alpes du Nord (L)
On peut considérer le terroir pour le lait et le fromage, comme une aire géographique caractérisée par des conditions de milieu et des types d'animaux qui, exploités par l'homme, conduisent à des produits spécifiques. Milieu physique, herbages ou fourrages, animaux et hommes forment un réseau d'effets du lieu de production sur le produit. Dans les Alpes, le terroir est le fait d'espèces végétales particulières et notamment d'espèces-clefs comportant certains métabolites secondaires ; il est le fait aussi des modifications que fait subir ce milieu particulier à des espèces réapandues. Et le lieu privilégié de l'effet terroir serait l'alpage, berceau du beaufort et du reblochon...
Par Jean-Marcel Dorioz, Philippe Fleury, Jean-Baptiste Coulon et Bruno Martin
INRA et GIS Alpes du nord, BP 511, Thonon-les-Bains
dorioz@thonon.inra.fr
SUACI Montagne - GIS Alpes du Nord, 11, rue Métropole, 73000 Chambéry
fleury.gis@wanadoo.fr
INRA, centre de Clermont-Ferrand-Theix, unité de recherche sur les Herbivores, BP 63122 Saint-Genès-Champanelle
jbp@clermont.inra.fr - martin@clermont.inra.fr

[R] Populiculture et gestion des espaces alluviaux (L)
"Au niveau des espaces alluviaux, la populiculture est parfois le cœur de vifs débats, opposant les soi-disant partisans de la production aux soi-disant protecteurs de la nature. Avant tout, ces oppositions tirent leur origine très souvent d'une méconnaissance des intérêts et contraintes des uns et des autres.
Nous ferons d'abord le point sur la filière populicole en France aujourd'hui.
Nous aborderons ensuite les différents points soulevés fréquemment quant à l'impact du peuplier sur l'environnement : peuplier, eau et sol, peuplier et biodiversité, peuplier et paysage.
La démarche de gestion des espaces alluviaux et populicoles sera ensuite décrite avec des principes de base qu'il conviendrait de respecter." (intro de l'auteur)
Par Hélène Chevallier
Fédération nationale des syndicats de propriétaires forestiers sylviculteurs
6, rue de la Trémoille, 75008 Paris
helen.chevallier@wanadoo.fr

[R] La Dombes, espace d'équilibre ou simple substrat pour la culture céréalière ? (L)
La Dombes s'est dépeuplée de ses canards. Doit-on incriminer la prédation , la pression de chasse ou la dégradation des habitats ? C'est assurément la " modernisation " de l'agriculture qui a détruit ce paradis ornithologique et cynégétique : la moitié des prairies a été convertie à la céréaliculture tandis que l'ensilage d'herbe remplaçait le foin ; actuellement, le maïs progresse...
Par Joël Broyer
Office national de la chasse, CNERA Avifaune migratrice, station de la Dombes " Montfort ", 01330 Birieux.

[R] Entre domestique et sauvage : le cas du chien errant. Une liminalité bien dérangeante (L)
Ours et loup ont la vedette, cependant que le chien errant (abandonné ou échappant régulièrement ou pas à la surveillance de son maître) croque les moutons, à l'ombre de ces deux prédateurs médiatiques. Et ce déviant, ce domestique divagant, omniprésent mais dont il est difficile de reconnaître l'existence, voit ses méfaits attribués aux espèces sauvages menacées ou tout juste réapparues - ce qui condamne celles-ci.
par Sophie Bobbé
115, rue Legendre, 75017 Paris
sbobbe@club-internet.fr

[R] Les éleveurs du Jura face à l'écologisation de leur métier (L)
La dernière décennie a vu l'agriculture suisse passer d'un rôle reconnu de secteur de production pilier de l'indépendance nationale - avec des prix fortement soutenus - à celui d'outil d'entretien de la montagne, avec des paysans au revenu presque exclusivement fait d'aides directes de l'État. Comment les éleveurs vivent cet assujetissement aux PER (prestations écologiques requises) et autres SCE (surfaces de compensation écologiques) ?
par Valérie Miéville-Ott
Port-Roulant 42, CH-2000 Neuchâtel (Suisse)
valerie.mieville@net2000.ch

[R] L'illusion de la protection intégrée des cultures (L)
Cela fait trois décennies que la protection intégrée des cultures - en états-unien IPM ou Integrated Pest Management - est promue par des plans gouvernementaux, où l'on a oublié un peu les principes de base d'une telle stratégie . D'où des dérives, un gâchis… et la nécessité de repartir d'un bon pied, vers des objectifs plus modestes mais clairs en matière de lutte contre les ennemis des cultures.
par Lester E. Ehler et Dale G. Bottrell
leehler@ucdavis.ed - db40@umailsrv0.umd.edu

COLLOQUES

Comptes rendus

[R] La médiation culturelle en ethno-écologie
Colloque organisé par le Musée national des arts et traditions populaires au parc national des Cévennes, qui devait se tenir à Florac, du 22 au 25 mars 2000.
L'ethno-écologie, c'est l'étude des savoirs traditionnels liés à l'observation de la nature, l'ethnographie étant la collecte d'informations sur le terrain, par l'oral et par l'observation, et l'ethnologie le traitement de ces données. Les deux disciplines entrent dans le processus hypothético-déductif qui caractérise la méthode scientifique. Le texte qui suit a été établi pour la plaquette de présentation du colloque. (chapô de l'auteur).
Par Alain Bouras
Musée national des arts et traditions populaires de Paris
alain.bouras@culture.gouv.fr

Annonces :
Récapitulation des annonces publiées dès réception de l'information à la page Colloques.

BIBLIOGRAPHIE

[R] On a lu, on a vu :
Une approche de l'agriculture durable [cédérom] (par Alix Domas) ; Clément Rosset : Lettre sur les chimpanzés - plaidoyer pour une humanité totale ( par Florence Burgat) ; Michel Thomas-Penett, Claude Fouque, Jacques de Givry : Leçons de jardin à travers l'Europe (par Pierre Donadieu) ; René Passet : L'illusion néo-libérale (par Pierre Marsal) ; Gilbert Pons : Le paysage - sauvegarde et création (par Pierre Donadieu) ; Francis Hallé : Éloge de la plante pour une nouvelle biologie (par Daniel Bizet).

[R] On signale : livres, rapports, thèses, comptes-rendus, périodiques, documents, plaquettes, classeurs... et autres médias, ainsi que Textes.

AVEULOUQUE
Où l'internaute momentanément absent de devant son écran prendra connaissance des dernières nouvelles d'Internet, en général - Internet vu par des typologistes (il a la gueule d'un calmar dipétroïde), mû par des pommes de terre (un serveur conçu dans un pub)… - et d'Internet en particulier, c'est-à-dire du site du Courrier de l'environnement, www.inra.fr/dpenv/pa.htm : Quelques chiffres, Mots-clés les plus fréquemment posés, La douzaine plus-cliquée des articles en ligne, Rites périodiques,  Rites permanents, La page d'accueil relouquée, le D17, La Vache folle en ligne, Le point sur la vache folle.
[R]

LES BRÈVES
Du porc pour le museau (des cosmétiques à partir du lisier, via des algues) ; Chasse de précision (un gypaète barbu descendu par un vengeur d'Eschyle ?) ; La Main verte de la pieuvre (écobusiness et mafia) ; Gardes champètres biotech (vétérinaires légistes) ; Île au trésor (Palmyra et ses oiseaux, réchappée de riches projets) ; Le retour du Pèlerin (le faucon, réchappé du DDT, préfère les gratte-ciel) ; Immigration (drôle d'oiseaux à Bruxelles) ; Prem' (Fournel-les-bains, premier site Natura 2000) ; Chers disparus (tuer des animaux menacés est ruineux) ; Désopilant (comment analyser la peau de l'ours sans l'avoir tué) ; La mort des abeilles (Ursus arctos, prédateur du couvain) ; " Asticot " de chez Halieute (parfumez vos appâts) ; Pas qu'une poignée de dirhams en moins (la dégradation de l'environnement coûte cher au Maroc) ; Les dangers de l'at-home (l'éponge, c'est terrible) ; In memoriam ( à Melles, un monument ursin) ; Parents pauvres (des gros crédits pour la loutre, des pièces jaunes pour les libellules) ; Bilan d'un siècle écoulé (un bilan écologique) ; Le large spectre des pesticides (l'avion, le rat et l'insecticide) ; Chasse première (Neandertal passait son temps à chasser) ; Poule vedette (l'artiste, la poule et les réglements sur les cages à poule) ; Chien y es-tu ? (les louves italiennes ne fautent pas) ; Enclumes (l'anvil - insecticide - et l'édile - le maire entêté de New-York) ; Horreur sur la toile (l'abominable Ichneumon et la très complaisante araignée).

[R]