Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA    


Le Courrier de l'environnement n°27, avril 1996

Sommaire :

En In memoriam : Pittosporum taniatum de Nouvelle Calédonie ; l'Urbi et orbi est en breton ; Abstracts

Les stocks d'exemplaires-papier sont épuisés : l'ensemble des articles est en ligne (L).

PROBLEMATIQUES ET DEBATS
Populations et dialectes : cas du Pinson des arbres (Jean Joachim) ; Les conservatoires botaniques nationaux (Jean-Paul Galland) ; La zootechnie : art ou science ? (Etienne Landais et Joseph Bonnemaire) ; Les risques de la dissémination des plantes transgéniques pour l'environnement (Catherine Goupillon).

Repères dans le PAF
Propos de ministre : Corinne Lepage ; Dis, Monsieur le Chercheur, c'est quoi une belle rivière ? (Jean-Luc Laurent) ; La nature à la reconquête de l'espace rural (Alsace-Nature) ; Jachères : Laissez pousser (François Terrasson) ; La fin de l'Erre (Patrick Legrand).

Autres repères, autres paysages
Erosion génétique en milieu aride en Tunisie (A. Abdelkefi, M. Boussaïd, M. Marrakchi) ; L'état actuel de l'inventaire des flores tropicales (Odile Poncy, Jean-Noël Labat).

APPELS D'OFFRES
Texte d'un appel d'offre du ministère de l'Environnement pour le programme de recherches Environnement et Santé.

ON EN PARLE ENCORE
Le parc naturel régional de Guyane (Francis Hallé, Le pou d'agouti) ; De latinae linguae usu ad circumcolens exponendum (Jean-Pierre Nicol).

COLLOQUES
Comptes-rendus : Pour une charte de la gestion des espaces naturels péri-urbains (André Fleury)
Annonces : ces annonces ont été ou sont encore inscrites dans Colloques.

BIBLIOGRAPHIE
On a lu, on a vu ; On signale (livres, comptes-rendus, périodiques, documents, plaquettes, ouvrages électroniques) ; Textes.

ART & ENVIR
L'art animalier (Claude-Georges Mallet) ; Hymne à l'agriculture (Martini, la citoyenne Pipelet).

LES BREVES DU COURRIER


ci-dessous, quelques lignes à propos de chacun des principaux articles.


[R] Populations et dialectes : cas du Pinson des arbres (L)
Les théories nées de l'observation des peuplements animaux et végétaux d'îles plus ou moins grandes et plus ou moins proches du continent peuvent trouver des illustrations dans des lieux qui nous sont familiers. Le morcellement des habitats - dû par exemple à l'activité de l'Homme - y reproduit en effet les conditions d'un archipel. Ainsi notre Pinson des arbres, Fringilla coelebs, a-t-il à sa disposition, dans le Grand Sud-Ouest de la France, des forêts et des bois très discontinus. Il ne s'y maintient que grâce à des phénomènes d'émigration à partir de foyers, l'ensemble fonctionnant en métapopulation. C'est grâce aux chants, différents d'un individu à l'autre et d'un groupe à l'autre (dialectes), que l'auteur a pu mettre en évidence ces mouvements de population, qui confortent les théories des biogéographes et démécologues.
Par Jean Joachim, INRA, Institut de recherche sur les grands mammifères, BP 27, 31326 Castanet-Tolosan cedex.
joachim@teleirgm.toulouse.inra.fr

[R] Les conservatoires botaniques nationaux (L)
A Brest, à Porquerolles et à Nancy, des installations sont mises en place à la fin des années 1970 pour multiplier en culture les plantes menacées de disparition, en même temps qu'est promulguée la loi sur la protection de la nature. A partir d'elles, sont ensuite créés les conservatoires nationaux (sur ces sites plus Gap-Charance, Bailleul et Mascarin), qui se voient attribuer le rôle de protéger la flore sauvage de France. Conservation in situ (sur place) et ex situ (dans des dispositifs appropriés, suivie de réintroduction) se combinent pour un approche intégrée de la conservation de la flore sauvage.
Par Jean-Paul Galland, ministère de l'Environnement, direction de la Nature et des Paysages, 20, av. de Ségur, 75302 Paris 07 SP.

[R] La Zootechnie : art ou science ? (L)
Les précurseurs furent des vétérinaires, enseignants à l'école d'Alfort, qui voulurent créer à la fin du XVIIIe siècle une science de l'élevage des animaux domestiques et la zootechnie naquit du besoin d'enseigner. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, un effort nouveau de recherche, d'enseignement puis de développement a été consenti en faveur du secteur des Productions animales de l'INRA nouveau-né. Puis la discipline s'est morcelée, tiraillée entre sciences fondamentales et applications. Depuis les années 80, elle ne peut plus avoir comme seules finalités l'approfondissement des connaissances ou la maximisation du rendement des élevages et le profit des éleveurs. Les pratiques et systèmes d'élevage, englobant le milieu, l'homme et l'animal deviennent l'objet des recherches et c'est sur ce complexe que se mesurent les effets des changements proposés. Les métiers de zootechnicien ont complètement changé et la zootechnie représente un projet scientifique nouveau, hybride, ressortissant à la fois aux sciences du vivant et à celles de l'homme et qui peut réhabiliter l'art complet de l'ingénieur qu'elle a été.
Par Etienne Landais, INRA/SAD, route de Saint-Cyr, 78026 versailles cedex et Joseph Bonnemaire, ENESAD, 26, bd du Docteur-Petitjean, 21000 Dijon.

[R] Les risques de la dissémination des végétaux transgénétiques pour l'environnement (L)
Les végétaux modifiés génétiquement en vue d'une meilleure adaptation aux conditions de production ou de commercialisation sortent peu à peu des laboratoires. Extraits d'un important travail mené à partir d'entrevues avec des chercheurs, des industriels, des écologistes, des fonctionnaires des ministères, etc., 3 textes en forme d'articles de périodique ont été choisis.
- La recherche publique privatisée ? constate le poids grandissant du secteur privé dans le financement et donc dans l'orientation de la recherche publique. Traditionnelle et semble-t-il assez fructueuse aux Etats-Unis, l'association privé-public pose, en France et particulièrement dans le secteur de la biotechnologie, bien des problèmes : elle est notamment soupçonnée d'instaurer des zones de secret.
- Les risques, objets scientifiques. Etats des lieux. Ces risques - réels ou imaginés - sont au coeur des débats entre industriels, chercheurs et le public et, avant même qu'un accident majeur ne se soit produit, font l'objet d'études scientifiques. Une première... Et le sujet est difficile car les analogies avec les phénomènes bien observés jusque là - toxicité, introduction d'une plante exotique, etc. - sont douteuses ou incomplètes.
- Mobilisation tiède des écologistes français. Comparativement avec les écolos de beaucoup de pays , les nôtres semblent assez atones vis-à-vis des biotechnologies. Ils ont pourtant vocation à être une passerelle entre le grand public, les chercheurs et le législateur. Seule France-Nature-Environnement - la Fédération française des sociétés de protection de la nature - a été active.
Par Catherine Goupillon, service de presse de l'institut Curie, 26, rue d'Ulm, 75231 Paris cedex 05.

[R] Propos de ministre : Corinne Lepage (L)
Tenus le 25 septembre 1995. En exergue, cette phrase : " Je souhaite voir se créer un espace public dans lequel le scientifique, le politique et la démocratie se confortent régulièrement ".
Corinne Lepage, ministre de l'Environnement, 20, av. de Ségur 75032 Paris SP.

[R] Dis, Monsieur le Chercheur, c'est quoi une belle rivière ? (L)
Aurions-nous oublié que la rivière est un ensemble complexe en interaction avec son milieu et aussi un objet social ? La recherche pourra-t-elle fournir des clés de lecture permettant de juger sa qualité ?
Par Jean-Luc Laurent directeur de l'Eau, ministère de l'Environnement, 20, av. de Ségur 75032 Paris SP.
laurentj@Dialup.FranceNet.fr

[R] La nature à la reconquête de l'espace rural (L)
En Alsace, agriculture et Dame Nature s'entendaient bien pour maintenir des milieux particuliers, comme les vergers et les rieds. L'industrialisation de l'agriculture et la déprise ont dégradé ces paysages traditionnels. En réaction au constat alarmant qu'elles dressent les associations proposent, à travers ce texte, de donner de façon volontariste une place à la nature dans le paysage agricole alsacien.
Par Alsace-Nature, 17, rue du Général-Zimmer, 67000 Strasbourg.

[R] Jachères : Laissez pousser (L)
Eh oui, les écolos désherbent... Les amoureux de la nature s'insurgent contre la végétation spontanée... Trop de naturel fait fuir au galop... L'étude de l'évolution des écosystèmes - plus que la psychiatrie - peut raison ramener.
Par François Terrasson, Muséum national d'histoire naturelle, évolution des systèmes, 36, rue Geoffroy-Saint-Hilaire, 75005 Paris.

[R] La fin de l'erre (L)
Ou comment et pourquoi l'émergence des problèmes d'environnement commence à heurter des habitudes et fait que qui avance avec l'inertie comme moteur passe à côté de son époque. Une époque où les associations jouent un rôle grandissant...
Par Patrick Legrand, INRA/DPEnv., 147, rue de l'Université, 75338 Paris cedex 07.
legrand@jouy.inra.fr

[R] L'érosion dans les milieux arides de la Tunisie (L)
Une céréaliculture limitée, à base de cultivars adaptés, peu agressive pour les sols a préservé la Tunisie de devenir un désert. La mécanisation a provoqué l'érosion des sols et la perte de très précieuses ressources génétiques végétales.
Avec un encadré sur les parcs et réserves naturelles en Tunisie.
Par A. Abdelkefi, M. Bousaïd et M. Marrakchi, laboratoire de génétique de la faculté des Sciences, 1060 Tunis (Tunisie).

[R] Etat actuel de l'inventaire des flores tropicales (L)
Les régions tropicales hébergent une flore particulièrement riche et diverse, mais qui est loin d'avoir été décrite et inventoriée et qui, au rythme actuel de prospection et des travaux de taxinomie et de rédaction ne le sera jamais, pour bien des régions de cette zone. Une description minutieuse des conditions de production de connaissance botanique tropicale.
Par Odile Poncy et Jean-Noël Labat, Muséum national d'histoire naturelle, laboratoire de Phanérogamie, 16, rue Buffon, 75005 Paris.
poncy@mnhn.fr labat@mnhn.fr

[R] De Latinae linguae usu ad circumcolens exponendum, où le traducteur en latin de l'Urbi et orbi du n°26 du Courrier (décembre 1995) revient sur son exploit et explique combien notre vocabulaire agro-environnemental est jeune !
Par Jean-Pierre Nicol, 18, rue Pierre-Bezançon 94440, Marolles-en-Brie.
Ce texte in extenso est rangé dans l'Album.

[R] Pour une charte de gestion des espaces naturels péri-urbains
Colloque tenu à Nîmes, les 2 et 3 novembre 1995.
Par André Fleury, groupe de recherche en agriculture urbaine, Ecole nationale supérieure du paysage, 4, rue Hardy, RP 914, 78009 Versailles cedex

[R] Notes de lecture :
Pierre Zagatti, Bernard Lalanne-Cassou, Jeanne Le Duchet d'Aubigny : Catalogue des lépidoptères des antilles françaises (dans le serveur WWW de l'INRA) (par AF) ;
Philippe Danton et Michel Baffray : Inventaire des plantes protégées en France (Par Jacques d'Aguilar) ;
Des déchets verts... au compost végétal
(par Stéphane Petitjean) ;
L'oeil Nature chez Bordas... La suite (par J. d'A.) ;
HYPP (Hypermédia pour la protection des plantes) (par Claire Villemant). Voir quelques écrans.

[R] Textes : une lettre de G. Pompidou à J. Chaban-Delmas... à propos des arbres des bords de route et Les objectifs d'une politique agricole durable, une réécriture de l'article 39 proposée par le fonds mondial pour la nature-France (WWF)

[R] L'art animalier (L)
Un sujet qu'aucun livre ne traite dans sa globalité, richement illustré de vignettes de la plume de l'auteur.
Par Claude-Georges Mallet, association Culture-Agriculture, 14, rue Rébéval, 75019 Paris.

[R] Hymne à l'agriculture
" Source de l'existence, art de l'agriculture, c'est toi qu'en ce moment célèbrent les Français, rendus à l'union, rendus à la nature [...] "
La musique est de Martini et les paroles de la citoyenne Pipelet (1796).

[R] LES BREVES DU COURRIER

Post-nautisme (la nature reprend ses droits sur une ancienne base de loisirs), Traitez couvert (les agriculteurs prennent peu de précautions), Canal plus ou moins (Patrick Legrand expert du canal Rhin-Rhône et par ailleurs chevalier de l'Ordre du mérite), Il peut s'en sortir (le Rhin, moins gravement pollué), Contre les risques de bâche folle (l'interdiction du bromure de méthyle), Des lapins et des îles (les lapins introduits prolifèrent, c'est la Corse...), Tu le sens mon loup ? (des loups de mer pour détecter des molécules dangereuses) Le million en trop et les millions qui manquent (les sites contaminés et les efforts pour les éliminer), C'est soutenable (définition signée P.L. de la ville durable), The Automatic Journal of Advanced Virtual Research (les chercheurs et les éditeurs sont-ils indispensables aux publications scientifiques ?).


Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA