Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA


Le Courrier de l'environnement n°25, septembre 1995

L'environnement à l'INRA
en 25 points et 5 rubriques

par Alain Perrier

I. Changements climatiques ; II. Protection de la ressource ; III. Espaces ruraux ; IV. Les risques ; V. Les déchets

Vers la présentation de l'ouvrage L'environnement à l'INRA

[R] I. Changements climatiques

L'atmosphère comme les interfaces continentales et marines se modifient sous l'action anthropique. Apparaissent des effets biologiques (ultra-violets), énergétiques et hydriques (réchauffement) et des modifications des éco- et agrosystèmes (albedo, aridification).

1) Ozone : composé actif (absorption des UV) et protecteur des systèmes biologiques, mais en réduction dans la stratosphère et en accroissement dans la basse troposphère, accentuant les effets biologiques nocifs (composé très oxydant, avec une petite contribution à l'effet de serre global, 2%).

2) Composés azotés : les processus de dénitrification conduisent à des émissions gazeuses, participant au cycle de l'azote ; notons parmi les NOx, le monoxyde d'azote N2O, gaz à effet de serre puissant principalement d'origine agricole (300 fois celui du CO2, participant à terme à environ 5% à l'effet de serre global).

3) Bilan de carbone et CO2 : l'analyse des flux et des stocks de carbone à court, moyen et long termes (biomasse : 1 ua, matières organiques des sols : 2 à 3 ua et océan 45 ua) est le seul moyen d'appréhender le devenir du gaz carbonique dans l'atmosphère (gaz participant à terme à 60% à l'effet de serre global) et ses diverses conséquences.

4) Le méthane : la composante animale (ruminants, termites), comme la composante sol (zones humides) participent à l'accroissement atmosphérique de ce gaz (20 fois celui du CO2 et 15% de l'effet de serre global).

5) La déforestation, l'aridification et la désertification : les modifications énergétiques et hydriques des agro- ou écosystèmes de substitution comme la réduction de la production des sols qui les accompagne, accentuent l'aridification et l'évolution vers la désertification en zone climatique difficile.

6) Les changements globaux (réchauffement) : les contraintes anthropiques fortes (structuration de l'espace, pollutions, érosion, changements climatiques...) conduisent à des processus de dégradation lents mais souvent difficilement réversibles.

[R] II. Protection de la ressource

L'homme est dépendant mais responsable à travers ses activités socio-économiques de la valorisation de la qualité et de l'utilisation des ressources du milieu. Compte tenu d'évolutions climatiques, édaphiques et écologiques passées et futures, une gestion efficace s'impose.

7) Quantité et qualité des eaux : les activités agricoles en consomment des quantités - qu'il faut optimiser - et provoquent une pollution diffuse (nitrates, phosphates, pesticides, antiparasitaires, xénobiotiques au sens large, etc.) dont il faut gérer le devenir dans les hydrosystèmes.

8) Qualité de l'air : l'émission de gaz, composés organiques volatiles, particules, etc., leur devenir dans l'atmosphère (formation d'ozone par exemple) et dans les pluies (pluies acides) et finalement leur dépôt (sol, végétation) permettent d'analyser les conséquences environnementales et le devenir de cette qualité.

9) Qualité des sols : le maintien des caractéristiques physiques et biologiques des sols, le devenir des xénobiotiques et métaux lourds, la lutte contre l'érosion conditionnent les potentialités des sols dans le futur.

10) Qualité de vie, qualité des produits et bien-être : la qualité des milieux et leur maintien doit permettre une conduite adaptée aux besoins socio-culturels (cadre de vie, alimentation, respect du bien-être des animaux...).

11) Biodiversité : elle est une composante de la richesse du milieu, de la diversification de ses fonctionnements et souvent de son adaptabilité en vue de répondre à la protection et à la qualité des milieux.

12) Ecotoxicologie : les conséquences des xénobiotiques sur la physico-chimie et la biologie des milieux (microbiologie, flore, faune) et finalement le devenir de la qualité des ressources est une thématique sous-jacente à maîtriser.

[R] III. Espaces ruraux

Les espaces ruraux connaissent de nouveaux modes de faire-valoir (socio-culturels et socio-économiques) qui changent les paysages et leur fonctionnement induisant des effets environnementaux qu'il faut prévoir et maîtriser.

13) Jachère : les surfaces en jachère modifient le fonctionnement de l'espace rural, changent les biocénoses et leur dynamique, cette nouvelle situation doit être maîtrisée pour une meilleure gestion de l'espace.

14) Extensification et zones sensibles : l'intensification, indépendamment de ses conséquences environnementales ne permet pas toujours d'éviter la déprise, alors que d'autres modes d'agriculture plus extensive peuvent s'adapter de façon viable et durable à ces territoires sensibles.

15) Protection des zones naturelles d'intérêt écologique et fragiles, dont les zones humides : la diversité des situations pédoclimatiques et des écosystèmes naturels qui s'y sont adaptés induit une diversité de zones et de paysages à protéger et à valoriser en étroite relation avec le développement rural.

16) Aménagement : la gestion de l'espace dans le cadre d'une gestion environnementale adaptée aux problématiques régionales passe par de nombreuses structurations dont il faut connaître et maîtriser les effets (brise-vent, agroforesterie, bandes enherbées...).

17) Déprise agricole : la modification de l'occupation agricole conduit à des évolutions et des perturbations du fonctionnement et de la structure du milieu qu'il faut comprendre, prévoir et aménager pour une meilleure utilisation de cet espace.

[R] IV. Les risques

L'impact de nos interventions techniques induit, sur les risques naturels, des rétroactions positives ou négatives qu'il faut prévoir et maîtriser.

18) Organismes génétiquement modifiés : le risque de dissémination des gènes modifiés dans diverses autres espèces et leur devenir dans les écosystèmes, demeure la question essentielle.

19) Les risques climatiques : la lutte contre certaines situations extrêmes (sécheresse, gel, échaudage...) fait partie des préoccupations de la gestion du milieu et de ses ressources.

20) Les crues et les inondations : les aléas pluviométriques sont inévitables, mais la maîtrise de l'espace, les pratiques de conduite de ces espaces et les aménagements peuvent améliorer ou accentuer les effets extrêmes ; la recherche de solutions optimales intégrant l'ensemble des problématiques environnementales devient urgente.

21) Environnement et santé : l'évolution des conditions environnementales des milieux à forte activité humaine conduit à des conditions microclimatiques, à des pollutions atmosphériques, à des situations épidémiologiques graves (proliférations de pathogènes), à des toxicités (eau, sol, plante) aux conséquences nombreuses sur la santé.

[R] V. Les déchets

Comment contrôler leur nature et leur production en vue de gérer leur stockage et leur réutilisation de façon acceptable du point de vue socio-économique et en respectant les potentialités du milieu.

22) Les effluents d'élevage et d'industries agro-alimentaires : nombreux sont les rejets dont le stockage, le prétraitement et finalement le recyclage dans le milieu naturel doivent être analysés dans leurs conséquences sur l'atmosphère, les sols, les agro- et écosystèmes, et les hydrosystèmes.

23) Les boues d'épuration : quel devenir dans le milieu naturel, en particulier dans les sols, surtout sur le long terme ?

24) Les composts d'ordures ménagères : l'utilisation de composts est une voie d'amendement et de protection de l'érosion mais aussi source de pollutions hydriques et de modifications considérables des sols.

25) Les décharges : le stockage en zone aménagée doit être analysé sous l'angle des échanges avec le milieu environnant (recueil et traitement des pluvio-lessivats, gaz émis) et surtout sous celui des risques de fuites non contrôlées dans l'environnement.

Vers la présentation de l'ouvrage L'environnement à l'INRA

Retour à l'Album [R]


Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA