Les peintures d'Alain Fraval : paysages ?

Un aperçu de la technique

Retour à l'entrée de la galerie

Ateliers : actuellement à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et à Vignol par Tannay (Nièvre) pendant la belle saison (vue du grenier-atelier).

Premiers pas :
En 1973, à Rabat, au Maroc : premières peintures, d'emblée avec des couleurs à l'huile, en alternant le travail à la brosse avec celui au couteau. Essais de différents supports et matériaux : toile collée sur bois, papier à détrempe, papier sans grain, miroir, mastic de carrossier, papier d'aluminium (comme substrat), couleurs acryliques et pastels gras (associés avec l'huile). Travail en autodidacte pur ; chaque tableau est une expérience, jamais reproduite.

Pendant l'été et l'automne 1991,à Paris : reprise des travaux de peinture avec des petits formats ; la surface peinte s'élargira par la suite, pour quelques oeuvres plus ambitieuses.

Actuellement :
La technique se stabilise : pour la plupart des travaux, la matière colorée (huile), portée à la saturation et à la viscosité voulues au moyen de médium, est étirée et repoussée, voire grattée, sur un support solide (carton ou papier collé sur carton) très clair, brillant, satiné ou mat, qui donne les dégradés par transparence. L'usage du blanc est banni (presque toujours...). Le tableau est travaillé à plat, sur une table, à la lumière naturelle autant que possible.


1997 (détail)

Les dimensions sont différentes, selon les oeuvres : du très petit format (miniature) au moyen format (75 x 110 cm). Pour les surfaces les plus petites, des gabarits délimitent sur la feuille vierge le pourtour du futur tableau - qui sera peint sans dépasser de beaucoup le trait, puis découpé. L'usage de formats du commerce, peints d'un bord à l'autre et sans retaillage ultérieur, conduit également à des séries, homogènes très souvent par l'inspiration.


Outils : plusieurs couteaux de carossier (lames rectangualaires en acier)
et 1 couteau de peintre de forme losangique
(+ couteau à enduire).

Les assemblages de couleurs sont éclatants, acides, doux . De tels tableaux cohabitent avec des monochromes (ou des camaïeux), dans les bleus pour la plupart puis, dans les derniers temps, dans des noirs, chauds ou froids, ou dans des tons dorés.

L'oeuvre est en général présentée entourée d'une fausse marge large, blanche et affleurant la surface du tableau, entourée d'une discrète latte de bois naturel. Certains petits formats sont réunis en albums.


1997 (détail)


Concernant ce site

Cette page fut mise en ligne à l'occasion de l'exposition de 9 de mes oeuvres à la Galerie 147 (salle d'Actualité de l'INRA, en avril 1996).
Les tableaux exposés ici sont essentiellement des petits formats, directement numérisés ; les couleurs (n=256) sont fidèles. Ceux de l'expo de la Galerie 147 ont été photographés par Gérard Paillard, tirés sur papier puis numérisés.

Pour tout renseignement pictural ou internautique : alain.fraval@wanadoo.fr

Retour à l'entrée de la galerie