Le Courrier de l'environnement n°24, avril 1995

Les solutions agronomiques à la pollution azotée

Une meilleure gestion du cycle de l'azote
Une approche systémique et spatialisée
En conclusion
Résumé

Références bibliographiques


Ce texte s'inscrit dans le cadre d'une recherche plus globale de l'équipe INRA/R&A de Grenoble : Agriculture, environnement et pollution des eaux. Une perspective économique réalisée pour le compte et avec l'aide du Comité " Environnement, société et développement à long terme " du Programme Environnement du CNRS (nov. 1992-nov. 1994). Cette recherche a donné lieu à la rédaction d'un rapport de synthèse et de cinq documents - y compris celui-ci - dont on trouvera la liste détaillée en tête des références.

Face à la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole, trois types de solutions sont envisagés : la solution palliative de la dilution, du changement de captage ou de son approfondissement, la solution curative du traitement des eaux et la solution préventive qui mise sur une évolution des systèmes de production agricole. Bien que les actions palliatives soient actuellement les plus répandues, elles ne sont guère appelées à se développer du fait de l'accroissement du nombre de captages contaminés. Par contre, on pourrait recourir de plus en plus au traitement des nitrates de l'eau potable car, compte tenu des procédés dont on dispose aujourd'hui, cette solution se révèle simple et efficace (document 2 des références bibliographiques). Pourtant, à plus long terme, la prévention s'avère incontournable.
Mais pour l'heure, les solutions agricoles sont loin d'être simples : elles nécessitent la coordination de l'ensemble des acteurs d'un même bassin versant (agriculteurs, organisations professionnelles, acteurs institutionnels, organismes techniques...) et la capacité de tous à modifier des comportements dans un domaine où les routines sont fortes ; d'autant plus que, dans un contexte de baisse des prix, la perspective d'adopter de nouvelles pratiques culturales n'est pas très attractive, la perte de revenu paraissant inévitable. En outre, la prévention ne peut prétendre à des résultats immédiats : d'une part, les nitrates migrent lentement vers les nappes souterraines (selon les sources, la vitesse est estimée entre 1 m (Levesque, 1982) et 1,8 m (Kengni, 1993) par an et, même si leurs émissions étaient stoppées, la qualité de l'eau ne s'en trouverait pas améliorée, compte tenu des quantités de nitrates stockées dans les sols ; d'autre part, la pollution nitrique diffuse est un processus complexe qui varie fortement d'un lieu à un autre et dans lequel les scientifiques n'ont pas encore élucidé tous les phénomènes.
En effet, les agronomes mettent en évidence que le transfert des nitrates dans les sols résulte d'un grand nombre de facteurs interdépendants : facteurs climatologiques (importance des précipitations, leur répartition dans le temps, températures, évapotranspiration), facteurs agrologiques (propriétés physico-chimiques, hydrodynamiques et microbiologiques des sols), facteurs agronomiques (type de culture, travaux culturaux, niveau de fertilisation, couverture végétale, profondeur d'enracinement).
Du fait de la complexité du phénomène, de l'impossibilité de maîtriser certains facteurs et du délai de réponse de certaines nappes, les agronomes raisonnent en général en termes de risques de pollution nitrique. Ces risques sont hiérarchisés en fonction du niveau de vulnérabilité du milieu et de l'appréciation des pratiques culturales qui lui sont associées.
Ainsi, Sebillotte et Meynard (1990) proposent d'évaluer le milieu en fonction de deux critères : d'une part, les risques de lixiviation de l'azote au-delà des racines les plus profondes durant le cycle cultural, risques qui dépendent du bilan hydrique et de la profondeur de sol accessible par les racines et, d'autre part, la variabilité inter-annuelle des potentialités agricoles, sachant que plus celle-ci est grande, plus il est difficile de prévoir correctement les besoins en azote. Et ils soulignent que certains systèmes de culture accroissent ces risques. Ainsi, l'ensemble des agronomes attire l'attention sur le maïs, et ceci pour deux raisons majeures :
- le maïs laisse le sol nu pendant l'hiver qui précède son semis, alors que le drainage et l'entraînement en profondeur des nitrates, bien que dépendants des conditions climatiques et du type de sol (1), restent largement déterminés par la présence ou non d'une couverture végétale durant la période hivernale ;
- une surfertilisation azotée ne pénalise pas son rendement (contrairement au blé, par exemple) et, de ce fait, il est souvent considéré comme une culture " poubelle " capable de recevoir des doses d'azote bien au-delà du nécessaire et ainsi de résorber les excédents d'effluents d'élevage.
Toutefois, certains auteurs ne se bornent pas à repérer les utilisations excessives de fertilisants et à élaborer une échelle de risques pour les différentes cultures ; ils travaillent sur une hypothèse beaucoup plus systématique. Ainsi Mary (1992) considère qu'une partie de la pollution nitrique constatée aujourd'hui pourrait résulter d'une plus forte intensité de la minéralisation des sols qu'autrefois, même si le taux de matière organique a diminué. En effet, quand on apporte de l'azote, une partie (20 à 30 %) est prélevée par la microflore du sol et se trouve convertie en humus (Chaney, 1990) ; or cet azote récemment organisé est plus facilement minéralisable que l'humus ancien. L'augmentation des intrants azotés conduirait donc à augmenter le volume des restitutions organiques du sol dont la vitesse de renouvellement est rapide ; ceci provoquerait un accroissement de la capacité de minéralisation des sols (Shen et al., 1989). Cet accroissement de minéralisation serait donc la conséquence indirecte et à long terme de l'intensification agricole. Cette hypothèse est confirmée par des travaux anglais (Addiscott et al., 1991) et met en évidence que seul un retour à des niveaux de production beaucoup plus faibles pourrait permettre de diminuer notablement la minéralisation dans les sols d'agriculture intensive et donc de réduire les risques de fuites de nitrates.

Les problématiques agronomiques passées en revue ci-dessus révèlent deux manières d'aborder le problème de la pollution nitrique :
- la première consiste à raisonner à univers technique constant et à faire des recommandations dans le cadre d'une agriculture très productive. Ces recommandations, applicables à court terme, visent simplement à améliorer la manière de conduire les cultures, en gérant mieux les intrants azotés et l'interculture ;
- la deuxième opte pour la remise en cause du modèle technique actuel et s'inscrit dans une démarche systémique et spatialisée dans une perspective d'agriculture durable (2). Les solutions avancées, à la fois plus radicales et plus prospectives, commencent seulement à voir le jour ; elles visent la révision des systèmes de culture dans le sens d'une extensification et d'un aménagement adapté de l'espace.

[R] Une meilleure gestion du cycle de l'azote

Les différentes recommandations qui sont faites dans ce cadre : ajustement et fractionnement des apports d'azote, meilleure valorisation des résidus de récolte, implantation de cultures intermédiaires pièges à nitrates, sont en fait complémentaires les unes des autres. En effet, dans la majeure partie des cas et notamment en monoculture de maïs sur sols filtrants, si l'on veut effectivement réduire les risques de pollution, ce n'est pas une de ces recommandations qui doit être mise en oeuvre, mais bien l'ensemble de celles-ci.

Raisonner le niveau de fertilisation azotée
La recommandation la plus évidente consiste à ajuster au mieux la dose d'engrais azoté en s'appuyant sur la méthode du bilan prévisionnel (3). Cette méthode, testée depuis près de 25 ans en France (Hébert, 1969 ; Rémy, 1981) consiste à calculer la quantité d'engrais à apporter en comparant les besoins de la culture aux fournitures. Ainsi,

X = (b.Y+Rf)-(Rh+Mh+Mr+Ma), avec :
X = quantité d'engrais azoté nécessaire
b = azote absorbé par unité de rendement
Y = rendement objectif de la culture
Rf = reliquat d'azote minéral à la fin de la campagne
Rh = reliquat d'azote minéral à la fin de l'hiver
Mh = minéralisation nette de l'humus du sol
Mr = minéralisation nette des résidus de récolte du précédent cultural
Ma = minéralisation nette des amendements organiques.

Les principaux problèmes rencontrés lors de la mise en oeuvre de cette méthode sont dus à la difficulté d'estimer le rendement objectif et les fournitures du sol.
En effet, il s'avère très difficile pour les agriculteurs de se donner un objectif de rendement pertinent. L'enquête de Cerf et Meynard (1988), réalisée pour le compte du COMIFER, met en évidence que les objectifs de rendement des agriculteurs sont souvent plus élevés que les meilleurs rendements atteints les années antérieures et qu'ils sont rarement remis en cause au vu de l'évolution de la végétation en cours de cycle. Fabre et al. (1993) proposent donc de substituer au rendement maximum recherché par les agriculteurs le rendement le plus fréquent dans la région ou mieux sur la parcelle ; plus précisément, ils retiennent le rendement accessible deux années sur cinq.
Prévoir la disponibilité en azote minéral du sol au cours du temps (qui est fonction du précédent cultural, de la gestion des résidus de récolte...) nécessiterait des mesures fines, réalisées sur des pas de temps courts pour quantifier les phénomènes de minéralisation, d'organisation et de transfert de l'azote. Dans un contexte de mesures limitées, Machet (1991) propose de privilégier les profils d'azote minéral en sortie d'hiver parce qu'ils constituent des éléments déterminants pour l'ajustement de la fertilisation azotée. Et dans la mesure où le reliquat de fin d'hiver constitue le premier facteur explicatif du rendement d'une céréale pour une parcelle témoin sans azote, les résultats obtenus sur les parcelles zéro azote s'avèrent de bons indicateurs de l'azote fourni par le sol.
Ceci a ouvert la voie à une écriture simplifiée de la méthode du bilan qui s'appuie sur les résultats de ces parcelles. Des essais conduits en Alsace-Lorraine en culture de maïs (Desvignes et al., 1994) ont permis de proposer l'écriture
suivante :
X = (b.Y-Ns)/CAU, où
X = quantité d'engrais azoté nécessaire
b = azote absorbé par unité de rendement
Y = rendement objectif de la culture
Ns = azote fourni par le sol et absorbé par une culture non fertilisée
CAU = coefficient apparent d'utilisation de l'engrais

Malgré tout, un certain nombre de difficultés demeurent : la fixation de l'objectif de rendement reste problématique ; le coefficient b, longtemps considéré comme fixe (2,3 kg d'azote par quintal de maïs) s'avère variable, d'autant plus faible que le potentiel de rendement serait élevé ; le coefficient CAU, le plus souvent inférieur à 1 du fait que la culture n'utilise jamais la totalité de l'azote apporté au sol, varie fortement, sans qu'il soit toujours possible d'expliquer pourquoi.
Bien que sa mise en oeuvre soit délicate, la méthode du bilan prévisionnel constitue un outil indispensable d'aide à la décision, surtout en culture de maïs où les possibilités de réduction de la fertilisation azotée paraissent importantes. Cependant, cette méthode comporte encore des limites : Carlotti (1992) souligne sa faible précision dans certains milieux (sols hydromorphes) et lorsque les apports organiques sont importants ; Muller (1991) considère qu'il faudrait pouvoir l'étendre à une période plus longue que le seul cycle végétatif de la culture, car ce n'est pas seulement la fertilisation azotée de la culture en place qui détermine les pertes d'azote, mais le système cultural avec des périodes d'interculture plus ou moins longues.
Mais il faut bien noter que dans la majeure partie des cas, l'ajustement de la fertilisation azotée ne suffit pas pour réduire la pollution. Dans le cas des sols filtrants, la quantité d'azote minéral présente à une date donnée ne permet pas de prédire ce qui sera utilisable ultérieurement par la culture, il n'y a donc guère d'autres moyens que de fractionner les apports. En outre, dans la mesure où certains termes de la méthode du bilan (rendement, minéralisation d'azote endogène...) sont en relation avec les facteurs climatiques qui ne sont pas maîtrisables, il existe toujours un risque d'avoir des reliquats d'azote après culture (Chapot, 1987). Ces reliquats augmentent, notamment quand le rendement obtenu est inférieur à l'objectif fixé, et il faut alors envisager l'implantation d'une culture intermédiaire pièges à nitrates pour corriger cet aléa.

Fractionner les apports d'azote
Selon Carlotti (1992), le rythme d'absorption de l'azote par le maïs présente trois phases d'intensité différente : faible jusqu'au stade 10 feuilles (moins de 10% du total absorbé), très forte du stade 10 feuilles à la floraison (60 à 70% du total absorbé), modéré pendant le remplissage du grain (20 à 30% du total). Ce constat ouvre la voie à deux solutions : retarder le plus possible la nitrification (4) en utilisant des engrais ammoniacaux ou uréiques et des inhibiteurs ; fractionner le plus possible les apports d'engrais.
Les techniques pour retarder la nitrification présentent des limites. La nitrification résulte d'abord et avant tout d'actions microbiennes qui sont soumises aux conditions de température, d'humectation et d'aération du sol sur lesquelles les engrais, quelle que soit leur forme, n'ont aucun pouvoir. Les inhibiteurs qui, eux, freinent l'activité des bactéries nitreuses, ont, pour l'heure, une action trop brève (Machet et al., 1990). En outre, ils sont dans l'impossibilité de maîtriser totalement la nitrification ; son synchronisme avec les besoins de la plante reste tributaire des conditions du milieu, elle demeure donc aléatoire. De plus, il est difficile d'éviter une libération brutale de l'azote, au lieu d'une nitrification progressive (Thiollet, 1990).
Le fractionnement paraît donc incontournable. Cependant selon Carlotti (1992), en maïs et sur sols profonds, il n'est pas indispensable du fait de la quasi-absence de pertes d'azote. Par contre, dans les sols superficiels, en cas de fortes pluies ou d'irrigation mal maîtrisée, le fractionnement constitue un bon moyen de limiter la lixiviation des nitrates. Sur sols filtrants, il paraît particulièrement nécessaire en culture irriguée où l'apport de la totalité de l'azote au semis présente un risque de perte par lessivage.
Toutefois, le fractionnement en plus de deux apports, tel qu'on pourrait le réaliser avec l'irrigation fertilisante, ne semble pas présenter un intérêt évident en culture de maïs. Castillon (1990) relate une douzaine d'essais réalisés en France de 1986 à 1989 par l'Association générale des producteurs de maïs (AGPM), l'INRA et l'Institut technique des céréales et fourrages (ITCF), qui montrent que la quantité de nitrates présents dans le sol après la récolte du maïs était plus élevée dans le cas d'apports fortement fractionnés. L'AGPM (1990) constate cependant que ces essais ont tous été réalisés avec des doses d'azote raisonnées et confortables et que, peut-être, le fractionnement en trois ou quatre fois permettrait de tirer meilleur parti de doses très réduites d'engrais.
A partir d'essais en cases lysimétriques, Decau et Pujol (1992) mettent en évidence qu'une répartition des applications d'azote sur maïs (1/3 de la fumure selon la technique agricole classique, 1/3 lors de l'apparition de la panicule mâle, 1/3 au stade de la fécondation par fertirrigation) permet une réduction des pertes hivernales de nitrates pendant l'interculture. Toutefois, cette répartition des apports entraîne des conséquences négatives au niveau de la production et les lixiviations ne sont pas annulées lorsque l'apport d'azote est très élevé.
Plutôt qu'un fractionnement systématique des doses définies a priori et en théorie, on peut envisager de faire des apports en fonction de l'assimilation de l'azote par la plante telle qu'elle peut être constatée. En blé, la méthode Jubil qui mesure la teneur en nitrates des tiges, permet de juger de cette assimilation (5). Cette méthode a été testée en maïs par Desvignes et Plenet (1994) : elle s'avère l'outil le plus pertinent pour diagnostiquer une déficience azotée (6) ; mais elle reste difficilement exploitable sur maïs, car, selon les essais réalisés dans le Sud-Ouest, elle ne fournit une réponse qu'à partir du stade 15-18 feuilles, période où il devient malaisé d'intervenir dans la parcelle.
Dans l'état actuel de la recherche, l'ITCF et l'AGPM préconisent un premier apport de 50 kg au semis et le complément au stade 8-10 feuilles, avant que les besoins en azote ne deviennent très importants. En culture sèche, le deuxième apport doit être obligatoirement enfoui dans l'interligne, du fait du risque de mauvaise utilisation de l'azote s'il ne pleut pas ensuite.
Pourtant, le fractionnement et l'ajustement des apports d'azote s'avèrent insuffisants pour annuler le risque de pollution nitrique. Dans la majeure partie des cas, notamment lorsque la proportion de cultures de printemps dans l'assolement est importante et dans le cas de sols filtrants ou superficiels, il est nécessaire de maîtriser l'azote durant l'interculture (Machet et Mary, 1990). En effet, Mary (1992) insiste sur le fait que la minéralisation d'automne est un processus naturel, inévitable qui n'est que peu influencé par la fertilisation de la culture précédente ; il est quantitativement important (7) et est donc suffisant à lui seul pour engendrer une pollution nitrique.

Gérer l'interculture
Gérer l'interculture consiste, d'abord et avant tout, à mieux valoriser les résidus de récolte (pailles, cannes...). Il s'agit, au cours du processus de décomposition de ces résidus, de valoriser le potentiel de blocage de l'azote minéral sous forme organique par les micro-organismes du sol. Dans le cas du maïs, le Comité d'orientation pour la réduction de la pollution des eaux par les nitrates, les phosphates et les produits phytosanitaires provenant d'activité agricoles - le CORPEN - recommande donc de bannir le brûlage des cannes, de limiter leur exportation et donc de procéder à leur enfouissement (CORPEN, 1991).
Les travaux de Recous et al. (1993) montrent que la vitesse de décomposition des résidus et la dynamique de l'azote qui lui est associée sont extrêmement variables selon les caractéristiques du sol, la température, la teneur en eau, le contact sol-résidu, les techniques culturales (date et mode d'incorporation)... Cette décomposition doit, au même titre que la fertilisation azotée, se piloter si l'on veut en tirer des effets positifs quant à la gestion de l'azote dans le système de culture. Ainsi, il faut améliorer les itinéraires techniques actuels, notamment pour rechercher une décomposition maximale avant l'hiver, pour bloquer le maximum de nitrates en surface avant leur migration en profondeur, lors de la reprise des phénomènes de transfert.
Les résidus de récolte pourraient donc jouer un rôle de piège à nitrates, tout comme les cultures intermédiaires du même nom.
Les cultures intermédiaires pièges à nitrates (8) constituent un moyen efficace pour empêcher le lessivage des nitrates restant dans le sol après la récolte : elles satisfont leurs besoins d'azote à partir de l'azote minéral du sol et consomment de l'eau ce qui réduit le drainage (eau) et donc le lessivage (Chapot, 1990). Decau et Pujol (1992) montrent qu'une culture intermédiaire (blé d'hiver, colza d'hiver, ray-grass d'Italie) après maïs annule toute lixiviation polluante due aux nitrates et que son implantation peut ne pas affecter la production de maïs, et même avoir un effet favorable. Ainsi, Lubet et Juste (1987) mettent en évidence qu'en monoculture de maïs (dans les sols légers du Sud-Ouest Atlantique) l'enfouissement répété d'un ray-grass d'Italie en culture intermédiaire d'hiver exerce une action bénéfique sur le rendement, probablement du fait d'une amélioration du statut organique du sol (stabilité structurale et capacité de rétention en eau). De plus, le semis direct du maïs dans un mulch de ray-grass limiterait considérablement les phénomènes d'érosion éolienne (Duchêne et Chapot, 1988).
Mais, l'effet bénéfique des cultures intermédiaires sur les fuites de nitrates dépend beaucoup des conditions de leur conduite : choix des espèces, modalités d'implantation, d'enfouissement... Ainsi, Chapot (1987) compare la capacité des espèces à prélever l'azote : dans des essais où la disponibilité en azote est de 85 kg/ha, il ne constate pas de différence entre colza, moutarde et radis ; à 150 kg/ha, le colza s'avère apte à prélever davantage que le radis et la moutarde. Les légumineuses (pois, vesce...) sont en général déconseillées parce qu'elles présentent des risques de pertes en nitrates très élevées (Machet et Mary, 1990). Mais une publication récente (Muller et al., 1993) met en évidence les capacités de la luzerne : grâce à son enracinement profond, elle prélève l'essentiel de l'azote minéral présent dans le sol et, contrairement à ce qui est admis, son retournement n'entraînerait pas une libération intempestive d'azote minéral, mais une libération progressive sur plusieurs années.
La conduite des cultures intermédiaires est primordiale aussi parce qu'elle peut avoir un effet nuisible pour la culture suivante du fait d'une concurrence sur l'eau (épuisement du stock hydrique) ou sur l'azote (un enfouissement tardif peut provoquer une forte réorganisation de l'azote minéral et ainsi nuire à la nutrition azotée de la culture suivante). D'après Muller et al. (1987), en dehors de situations exceptionnelles, on n'a pas intérêt à rechercher le maximum de production de matière sèche, mais plutôt à adapter ce niveau de production à un objectif d'azote minéral à mobiliser et à un objectif de consommation d'eau (300 à 400 litres par kg de matière sèche produite).

Chapot (1989) en vient à faire quatre recommandations pour implanter un engrais vert :
- en l'absence d'une analyse des reliquats d'azote après récolte et d'accidents physiologiques, un engrais vert est nécessaire lorsque, en maïs ou blé, le rendement obtenu est inférieur de 8-10 quintaux par hectare à l'objectif de rendement retenu lors du calcul de la dose d'azote à apporter (ce qui correspond approximativement à 20-30 kg d'azote, auxquels il faut ajouter la minéralisation de l'humus après récolte) ;
- les crucifères, et plus particulièrement la moutarde qui est l'espèce la moins chère, sont conseillées. Le semis de ray-grass sous maïs donne de bons résultats dans le Sud-Ouest de la France ; cette technique est en cours d'expérimentation en Allemagne et en Alsace (chambre d'Agriculture) ;
- la date du semis (sachant que le semis direct sur déchaumage est à privilégier) doit être fixée en fonction de la pluviométrie de la région considérée. Des essais à l'INRA Colmar montrent qu'un semis fin août permet facilement d'obtenir à la fin octobre une production de 3,5 à 4 tonnes de matière sèche à l'hectare correspondant à un prélèvement de 50 à 60 kg d'azote ;
- la date d'enfouissement doit être bien raisonnée. En effet, un labour précoce est favorable à l'implantation de la culture suivante, au remplissage hydrique, mais selon les températures hivernales, il peut entraîner des risques de lessivage du fait du début de minéralisation de l'engrais vert. En Alsace, un enfouissement vers le 10 décembre semble un bon compromis : le gel peut émietter le labour et, d'après les premiers essais, la moutarde enfouie à cette date libère peu d'azote au cours de l'hiver.
Mais il ne faut pas oublier que l'enfouissement des résidus et l'implantation d'une culture intermédiaire ne sont que des moyens de différer, dans le temps, la présence d'azote minéral dans le sol ; et il faut donc se préoccuper de la gestion ultérieure de cet azote ainsi stocké. Mary (1992) montre que la culture suivante n'en utilise qu'une faible proportion, car, au cours de la décomposition, une grande partie de l'azote des résidus ou de la culture intermédiaire se trouve assimilée par la microflore du sol. Cette partie se minéralisera au cours des années suivantes et cet azote devra être déduit des apports de fertilisants. Mais à partir de là, Mary attire l'attention sur le fait que la pratique systématique de cultures intermédiaires risque d'accroître à terme la minéralisation et la vitesse de renouvellement dans le cycle interne de l'azote ; elle pourrait donc constituer un élément de plus d'intensification.
En somme, ces différentes recommandations pour mieux gérer l'azote ne permettraient de limiter la pollution nitrique que ponctuellement, et ne résoudraient pas le problème dans le moyen et long terme. Des solutions plus systématiques devraient donc être envisagées dans une perspective d'agriculture durable.

[R] Une approche systémique et spatialisée

Au sein de la recherche agronomique, une approche systémique se formalise peu à peu à partir du bilan qui peut être établi sur les conduites de cultures pratiquées au cours des trente ou quarante dernières années. Cette approche est systématisée dans les recherches et expérimentations autour de la notion de production intégrée. Celle-ci repose sur la valorisation des potentialités locales des agro-écosystèmes et donc sur un réaménagement de l'occupation de l'espace ; elle vise à concilier des exigences d'ordre économique et d'ordre écologique, et donc à promouvoir des systèmes de production agricole qui soient rentables économiquement et reproductibles, c'est-à-dire moins polluants et plus respectueux des écosystèmes.
Cette démarche, qui a pu paraître utopique lorsque l'agriculture intensive était à son apogée, est aujourd'hui rendue crédible par les nouvelles règles de la Politique agricole commune (baisse des prix agricoles, découplage des aides et des quantités produites, gel des terres) et par les différentes mesures qui visent à encourager des initiatives environnementales (mesures agri-environnementales, par exemple). Bien qu'elle paraisse pouvoir constituer une alternative aux systèmes agricoles productivistes, peu de recherches lui sont consacrées, aussi cette démarche est-elle insuffisamment élaborée et trop timide.

Remise en cause des systèmes de culture
L'approche systémique part du constat fait par les agronomes selon lequel on ne gère pas mieux un système de culture en lui appliquant successivement une série de techniques, aussi sophistiquées soient-elles. Elle invite à prendre en compte la complexité des systèmes de culture et les nombreuses interactions qui les structurent. Dans le cadre de cette problématique, les recommandations énoncées plus haut pour réduire la pollution nitrique et qui s'attaquent directement à la gestion de l'azote, se révèlent insuffisantes car, à regarder de plus près, d'autres aspects du système de culture contribueraient à cette pollution. Ainsi, de fortes doses de triazine (simazine, atrazine) pourraient accélérer le lessivage en freinant l'activité des micro-organismes dans l'organisation et la minéralisation de l'azote. Selon Moreau (1992), ceci constituerait un réel problème en culture de maïs, car celui-ci, plus que d'autres cultures, tolère de fortes doses de produits phytosanitaires.
Certains modes de travail du sol tendraient à accroître la minéralisation et limiteraient l'exploration racinaire qui constitue une condition déterminante de la nutrition azotée. Les travaux expérimentaux de Germon et Taureau (1991) suggèrent une interaction positive entre la réduction du volume de sol travaillé et les risques de fuites de nitrates. En effet, la réduction du volume travaillé interférerait sur les transformations de l'azote dans le sol : forte réorganisation en surface, dénitrification des engrais plus importante, réduction de la vitesse de minéralisation. Pourtant, la recherche de Darwis et al. (1993) met en évidence qu'il n'existe pas de liaison significative du type de travail du sol effectué à la récolte avec le niveau de minéralisation à l'automne, ni avec le lessivage potentiel.
Dans ce débat ouvert sur l'utilité de la simplification du travail du sol pour réduire les fuites de nitrates, plusieurs mises en garde sont effectuées : Sebillotte et Meynard (1990) recommandent d'être attentifs aux conditions de travail d'une culture simplifiée (humidité du sol, notamment) et à leurs effets sur l'état structural du sol ; Fabre et al. (1993) notent que la répétition des techniques simplifiées sur une même parcelle modifie la flore adventice avec un développement des espèces vivaces, et, qu'en conséquence, les herbicides utilisés devront être adaptés et le dosage sans doute accru ; Moreau (1992) souligne que le travail minimum des sols pourrait favoriser le développement de la pyrale du maïs.
Un autre débat concerne le rôle de l'irrigation dans le processus de pollution azotée. Au-delà des problèmes de conduite de l'irrigation par les agriculteurs (souvent réalisée en fonction des risques pour la culture et non pas en fonction de ses besoins), il s'agit de savoir si celle-ci participe ou non de ce processus. En régularisant la production, elle permet a priori de réduire les risques de pollution par rapport à la culture non-irriguée. Mais, en fait, elle encourage les cultures de printemps qui laissent le sol nu l'hiver, ce qui constitue un facteur de risque de lessivage. En outre, selon Sebillotte et Meynard (1990), en permettant une augmentation des potentialités, notamment par un accroissement de la densité de semis de maïs, elle a pour effet indirect d'accroître les quantités de matière organique du sol. Pour Carlotti (1992), elle conduit à une minéralisation de l'azote plus importante, du fait de l'alternance humectation-dessication.
A partir de telles interrogations, peu à peu s'est forgée l'idée selon laquelle plutôt qu'aménager les systèmes de culture point par point, il vaudrait mieux les remettre en cause dans leur ensemble.

Changement de perspective
Les systèmes de culture actuels s'avèrent très cohérents, les techniques mises en oeuvre sont toutes liées entre elles par une solide logique agronomique. Cette cohérence repose sur une stratégie de réduction des risques d'aléas de production grâce à l'emploi d'intrants (engrais, phytosanitaires), stratégie qui vise un même objectif : le rendement maximum. En fait, les systèmes de culture ont été sélectionnés et orientés selon le seul critère du rendement puisque, dans la phase de croissance de l'agriculture, ce critère pouvait se confondre avec celui de la rentabilité économique ; en effet, compte tenu du soutien des prix des produits agricoles et la garantie de débouchés que cela représente, les résultats économiques étaient alors proportionnels aux quantités produites.
Aujourd'hui, la donne économique est partiellement modifiée : les débouchés sont saturés, les prix baissent et devront rejoindre peu à peu le niveau de ceux du marché mondial, les aides accordées sont découplées des quantités produites. Dans ce nouveau contexte, la marge à l'hectare constitue un bien meilleur critère de rentabilité que le rendement. En outre, la recherche d'une agriculture moins polluante pour les eaux superficielles et souterraines nécessite d'ajouter un nouveau critère d'évaluation des systèmes de culture : le risque de fuites de nitrates. Alors que l'agriculture n'a jamais contrôlé ses sorties, l'introduction de tout critère environnemental constituerait une réelle nouveauté et c'est bien sur ce point que se focalisent actuellement les oppositions de la profession agricole (cf. document 1).
C'est dans cette double perspective que s'inscrit le principe de Meynard et Girardin (1991) : " produire autrement ". La révision de l'ensemble de l'itinéraire technique s'appuie sur l'hypothèse qu'il est possible sur le plan économique d'accepter des objectifs de rendement inférieurs aux potentialités agricoles si cela s'accompagne d'une réduction substantielle des niveaux des différents intrants. Afin que cette économie d'intrants ne se traduise pas par une grande variabilité du résultat économique, d'autres méthodes de limitation des risques phytosanitaires ou de stress nutritionnel doivent être mises en oeuvre, notamment en valorisant mieux les interactions entre techniques culturales, milieu et peuplement végétal.
Cette proposition rejoint celle de l'Office of Technology Assessment (1990) du Congrès américain qui, après avoir examiné les différentes solutions pour réduire la pollution des eaux par les nitrates et les pesticides, préconise de développer les recherches qui visent une meilleure valorisation de la dynamique des écosystèmes, des interactions entre leurs différents éléments (notamment eau, sol, plante, fertilisants et pesticides).

Des pistes de recherche
Malheureusement, peu de recherches sont effectuées dans ce sens : Girardin (1992) note qu'en 1990, moins de 5% des agronomes de l'INRA travaillaient sur les systèmes de culture. Il explique ce " quasi-désengagement " par deux niveaux de difficultés qui se renforcent mutuellement : la difficulté personnelle des chercheurs à échapper à des stratégies de minimisation des risques intellectuels, financiers et de marginalisation ; la difficulté culturelle à concevoir des méthodes de recherche de synthèse et donc à organiser des programmes pluridisciplinaires sur le long terme.
Parmi les rares recherches qui relèvent de cette orientation, on peut en distinguer deux catégories : celles menées à l'échelle du système de culture et celles menées à travers une approche holistique au niveau de l'exploitation.
Au niveau du système de culture, cette problématique a été lancée en 1970 par des recherches en arboriculture sur ce qu'il convient d'appeler la lutte intégrée. Face à l'utilisation massive et systématique des produits phytosanitaires en verger, des agronomes et des zoologistes suggèrent de combiner des pesticides choisis en fonction de leur moindre incidence écologique et du risque réel encouru par la culture, à des procédés de lutte biologique (emploi d'auxiliaires). Par la suite, l'association de mesures phytotechniques (conduite des arbres, nutrition...) conduisit à la notion de protection intégrée (Altieri et al., 1983).
Peu à peu, cette démarche s'est élargie à d'autres systèmes de culture, notamment les légumes et les céréales. Aux Etats-Unis, le ministère de l'Agriculture (USDA) a lancé en 1990 un programme intitulé Integrated Crop Management qui vise à aider financièrement les producteurs expérimentant des pratiques de fertilisation et de lutte intégrée en cultures de céréales. En France, les travaux de Meynard (1985) comparent deux itinéraires techniques de la culture du blé : l'un se situe dans l'optique de l'intensification, l'autre dans celle d'une extensification raisonnée (9). Il en résulte que les marges brutes obtenues à l'hectare dans les deux cas sont relativement proches ; mais au fur et à mesure que le prix du blé baisse, l'écart se creuse au profit de l'itinéraire d'extensification. De plus, cet itinéraire valorise mieux l'azote apporté et donc réduit les risques de pollution nitrique.
En ce qui concerne le maïs, le changement d'itinéraire technique semble moins évident : un cycle végétatif plus court dissuaderait de prendre des risques en début de culture, car les aléas ne pourraient être corrigés que difficilement par la suite. Moreau (1992) esquisse quelques principes pour une production intégrée du maïs (notamment pour la protection contre la pyrale), mais on est encore loin d'un itinéraire technique construit.
Peu à peu, ces recherches ont donné naissance à un concept plus général de production ou agriculture intégrée (integrated farming systems) qui prend l'ensemble de l'exploitation comme unité de base. La production intégrée vise à utiliser les ressources et les mécanismes de régulation naturels pour réduire au maximum les intrants afin, à la fois, de diminuer les impacts négatifs sur l'environnement et de maintenir le revenu agricole (El Titi et al., 1993). Les principes de cette démarche sont : approche holistique, diversité des situations, complémentarité des productions, rôle moteur des agro-écosystèmes...
" Il ne s'agit pas d'une " révolution technique " mais plutôt d'une réflexion moderne sur les façons de gérer au mieux les agrosystèmes " (Vereijken, Viaux, 1990). En effet, l'agriculture intégrée consiste à combiner des techniques classiques, parmi lesquelles la rotation des cultures joue un rôle central (10), et des techniques modernes, entre autres la sélection et la culture de variétés résistantes qui s'avèrent essentielles. Ces techniques sont adaptées les unes par rapport aux autres et en fonction du type de culture, du type de sol et du climat.
En Europe, les premiers résultats des expérimentations réalisées en grande culture (Vereijken, Viaux, 1990 ; Viaux et al., 1994) mettent en évidence que, par rapport au système conventionnel, le système de production intégrée conduit certes à des rendements plus faibles, mais que l'économie d'intrants qu'il permet de réaliser, compense suffisamment la diminution des recettes. En outre, les bilans entre apports et exportations d'azote y sont plus favorables. Cette comparaison devrait être systématisée dans le cadre d'un programme de l'Union européenne (Competitiveness of Agriculture and Management of Agricultural Resources) qui porte sur un réseau d'essais effectués dans dix pays européens.
Aux Etats-Unis, des expérimentations du même type sont menées dans le cadre d'un programme de l'USDA nommé LISA (Low Input Sustainable Agriculture). Les premiers résultats convergent avec les conclusions européennes (Madden et O'Connell, 1989) ; mais ils sont critiqués : les américains mettent en doute la réalité même de la diminution des intrants. Ils insistent sur l'accroissement d'une nouvelle catégorie d'inputs, à savoir l'information, la gestion technique et économique (information and management inputs) qui viennent se substituer en partie aux intrants achetés du système conventionnel. Ils mettent ainsi en évidence toute la difficulté de la production intégrée qui tient au fait que les techniques mises en oeuvre demandent une plus grande technicité que celles de l'agriculture intensive, car chaque milieu est un cas particulier qu'il faut observer avec précision pour le maîtriser. Parce qu'aujourd'hui, la maîtrise des techniques utilisées est encore insuffisante, les résultats s'avèrent d'une grande variabilité d'une année sur l'autre. Avant que ce type de production ne soit proposée aux agriculteurs, des recherches complémentaires sont donc nécessaires pour stabiliser les connaissances.
Mais au-delà de ces considérations techniques, il faut bien voir que la gestion de l'occupation de l'espace occupe une place essentielle dans la production intégrée.

La gestion de l'occupation de l'espace
En effet, elle intervient à deux niveaux : la répartition spatiale des systèmes de culture qui est fonction non seulement des potentialités du milieu, mais aussi de sa fragilité écologique ; l'instauration de surfaces de compensation écologique (haies, biotopes naturels, fossés...) dont le rôle est d'entretenir la diversité biologique, notamment de maintenir les populations d'auxiliaires.
A travers cette double préoccupation, on rejoint ainsi les recommandations issues d'autres recherches qui ne s'inscrivent pas forcément dans une perspective aussi radicale que l'agriculture intégrée. En effet, un réaménagement de l'espace agricole et rural pourrait aussi constituer une solution pour concilier agriculture intensive et eau non polluée.
Paegelow et al. (1990) montrent que des mesures simples et peu coûteuses d'aménagement rural (boisement ou enherbement des berges d'un ruisseau, implantation d'une haie ou d'une prairie) qui valorisent les capacités d'épuration naturelle du milieu, diminuent sensiblement la concentration en nitrates des eaux. Or, ces actions peuvent tirer parti de sites favorables à la réduction de la concentration, sites souvent très localisés et marginaux pour l'agriculture intensive.
De même, le classement des milieux selon leur niveau de vulnérabilité (Sebillotte, Meynard, 1990) invite à redistribuer les systèmes de culture en fonction des contraintes liées à l'environnement, mais pas pour autant à bannir les systèmes intensifs. Ainsi, Gilibert (1992) propose de remettre en cause l'extension du maïs là où les risques de lessivage des nitrates sont importants et d'y remplacer le maïs fourrage par des prairies artificielles ; plus précisément, en s'appuyant sur les travaux de Muller et al. (1993), il recommande d'y implanter de la luzerne (11). Mais il redoute qu'il soit difficile de détrôner le maïs qui repose sur une dynamique de filière importante et dont la conduite est bien connue des agriculteurs.
Dans certaines zones jugées à risques, plutôt que de supprimer purement et simplement les cultures réputées polluantes, il peut être envisagé d'en réduire la part en admettant que des fuites nitriques peuvent être tolérées sur une parcelle si celle-ci en voisine d'autres qui n'émettent pas de nitrates. De ce point de vue, les jachères imposées par la réforme de la PAC constituent une opportunité. La redéfinition des modalités de cette mise en jachère intervenue en 1994 (sol nu non-autorisé, élargissement du gel fixe) pourrait avoir des effets bénéfiques sur l'environnement. En effet, alors que la jachère nue travaillée comporte des risques de lessivage, la jachère avec couvert végétal (spontané ou semé) présente un intérêt évident puisqu'une couverture du sol réduit les risques de pollution des eaux par les nitrates et les pesticides (Sebillotte et al., 1993). En outre, la jachère fixe pourrait être mise à profit pour geler des sites présentant un intérêt environnemental (surfaces sensibles des bassins versants, bordures de rivière, bas fonds hydromorphes...). Des simulations de gel de parcelles sensibles dans le bassin de Bruyéres, effectuées par Mary et al. (1992) attestent de la possibilité de réduire la concentration moyenne de l'eau en nitrates.
Cependant, la gestion de l'occupation de l'espace pose un sérieux problème de coordination entre les différents acteurs d'un même territoire. En effet, elle ne peut pas être raisonnée au niveau de la seule exploitation ; elle doit être coordonnée au niveau de l'ensemble du bassin versant où les centres de décision sont dispersés. En outre, elle suppose que le conflit entre l'usage privatif du sol et la volonté collective de sauvegarder la ressource soit résolu, c'est-à-dire que les acteurs acceptent de se soumettre à des règles de répartition spatiale des activités. La loi sur l'eau de 1992 crée une nouvelle structure au niveau des bassins : la commission locale de l'eau qui, de fait, a pour tâche d'effectuer cette coordination lors de l'élaboration du schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE). Mais il faudra sans doute attendre des années pour que cette réforme s'inscrive dans les têtes et dans les faits.

[R] En conclusion

Toutes les expérimentations relatées ci-dessus permettent de réduire les teneurs des eaux en nitrates, mais le problème est de savoir dans quelle mesure elles peuvent stabiliser ces teneurs dans la durée. Plus précisément, les infléchissements de l'agriculture intensive qui sont proposés sur la gestion de l'azote et de l'espace, peuvent-ils préserver la qualité de la ressource en eau à long terme ? Les travaux de B. Mary et de ses collègues anglais (Addiscott et al., 1991) mettent en doute une telle perspective, mais mériteraient d'être approfondis.
Par contre, les propositions autour de la notion de production intégrée présentent, de ce point de vue, un réel intérêt : à travers le souci de reproductibilité des agro-écosystèmes, elles se situent d'emblée dans un objectif de long terme. En outre, elles cherchent à traiter l'ensemble des problèmes environnementaux liés à l'agriculture, plutôt qu'à promouvoir des solutions au cas par cas (pollution de l'eau par les nitrates, pollution de l'eau par les pesticides, érosion des sols, réduction de la biodiversité, dégradation des paysages ...). Mais, les expérimentations sont encore trop peu nombreuses pour que le changement d'univers technique qu'elles supposent soit rendu crédible.
En effet, cette deuxième gamme de solutions à la pollution azotée renvoie à un paradigme technico-économique différent du productivisme dans lequel s'inscrit la première série de recommandations. Toutefois, dans les deux cas de figure, on peut noter un certain nombre de convergences dans les modifications que les agriculteurs devraient apporter à la conduite actuelle des cultures :
- la connaissance des potentialités de chaque milieu devient primordiale. Au minimum, une évaluation précise des rendements potentiels permettrait à l'agriculteur d'ajuster ses niveaux d'intrants pour optimiser sa marge brute tout en respectant mieux l'environnement. D'ailleurs, ceci serait d'autant plus nécessaire en maïs, que la plupart des interventions se situent en début de végétation et qu'il existe peu de possibilités de correction en cours de culture (12). Mais au-delà, cette évaluation pourrait ouvrir la voie à une remise en cause de la répartition spatiale actuelle des systèmes de culture, dans la mesure où elle peut mettre en évidence que, localement, certaines cultures ne sont implantées qu'en ayant recours à des techniques qui outrepassent les potentialités du milieu ;
- l'information et la maîtrise technique conditionnent de plus en plus les résultats technico-économiques. En effet, à l'avenir, les agriculteurs devraient user de beaucoup de capacité d'observation, d'analyse et de précision pour adapter localement les techniques. Dans le cadre de la production intégrée, cette exigence est évidente ; mais une meilleure gestion du cycle de l'azote et un aménagement de l'occupation de l'espace vont dans le même sens. Par exemple, pour raisonner le niveau de fertilisation, il faut ajuster les recommandations au niveau de chaque parcelle et notamment prendre en compte la succession culturale ; pour bien conduire une culture piège à nitrates, il faut optimiser localement sa date d'implantation, la date de retournement...
En somme, il n'existerait plus de solutions standardisées et la conduite des systèmes de culture nécessiterait de reconsidérer les routines acquises dans le passé. Un processus d'apprentissage technique et organisationnel serait indispensable dans la mesure où les agriculteurs devraient recourir à un savoir-faire absent dans le cadre de la conduite productiviste des cultures. De ce point de vue, la question majeure qui demeure est de savoir si les infléchissements de cette conduite proposés pour réduire la pollution azotée, peuvent constituer un premier pas dans le changement de paradigme technico-économique, le début du processus d'apprentissage conduisant à une agriculture plus intégrée, voire à une agriculture durable.
Cependant, ces infléchissements posent problème aux agriculteurs car, pour l'heure, ils engendrent des coûts supplémentaires. Certes, le raisonnement de la fertilisation peut, dans la majeure partie des cas, être à l'origine d'une réduction des coûts puisque les agriculteurs ont une nette tendance à la surfertilisation (13). Par contre, les autres préconisations qu'elles relèvent de la gestion de l'azote ou de l'aménagement rural, accroissent sensiblement les charges (CORPEN, 1986 ; Fabre et al., 1993 ; document 5) (14).
Au-delà de ces surcoûts facilement identifiables, la mise en oeuvre de telles recommandations engendre inévitablement un temps de travail supplémentaire : recherche de références locales, ajustement au fonctionnement de l'exploitation, surveillance des systèmes de culture... Dans une étude exploratoire, Le Monnier de Gouville et Viaux (1994) montrent effectivement que le temps consacré par les agriculteurs à la prise de décision et au suivi des cultures augmente avec leur niveau de maîtrise technique.
Le problème est alors de savoir comment les agriculteurs peuvent être incités à suivre ces recommandations. La réforme de la PAC déstabilise les routines acquises et crée de meilleures conditions pour une diminution de la pollution azotée : la baisse des prix encourage une réduction des intrants, le gel des terres offre des possibilités à valoriser... Mais cette réforme ne constitue pas, en elle-même, une politique environnementale (cf. document 1). Et même, on peut se demander dans quelle mesure la diminution des prix n'entre pas en contradiction avec la prise en charge, par les agriculteurs, des surcoûts mentionnés ci-dessus.
Alors, ne faut-il pas envisager d'accompagner et d'inciter les agriculteurs à mettre en oeuvre les recommandations agronomiques ? Une politique de préservation de la ressource en eau, fondée sur des instruments économiques (taxation de l'agriculteur pollueur, subvention à l'agriculteur respectueux de l'environnement), s'avère indispensable pour amorcer cette mutation technico-économique (cf. document 4).

Une première version de ce texte a bénéficié des remarques écrites des membres de l'équipe R&A et de différents agronomes que je remercie vivement : M. Baudrand (chambre d'Agriculture de l'Isère), B. Fabre et Y. Gautronneau (ISARA, Lyon), J.-M. Machet et B. Mary (INRA, Laon), P. Morlon (INRA, Dijon). Je reste seule responsable du contenu de ce texte.


[R] Résumé

Dans ce texte, l'auteur interroge les agronomes sur les solutions qui peu-vent être mises en oeuvre par les agriculteurs pour réduire la teneur des eaux en nitrates. Les problématiques agronomiques passées en revue ré-vèlent deux manières différentes d'aborder ce problème : la première qui fait l'objet de la majeure partie des recherches, consiste à raisonner à uni-vers technique constant et à faire des recommandations applicables im-médiatement dans le cadre d'une agriculture très productive (fertilisation raisonnée, fractionnement des apports, gestion de l'interculture) ; la seconde, encore très minoritaire, opte pour la remise en cause du modèle technique actuel à travers une démarche systémique et spatialisée, dans une perspective d'agriculture durable (changement d'itinéraire technique, de systèmes de culture, production intégrée...). Dans l'un et l'autre cas, les modifications à apporter, par les agriculteurs, à la conduite actuelle des cultures nécessitent un processus d'apprentissage technique et organisa-tionnel important.


Notes

(1) Les sols hydromorphes sont propices à la dénitrification, mais les sols légers donnent lieu à un intense transfert de nitrates. [VU]
(2) La notion d'agriculture durable, habituellement floue, est présentée et définie dans le rapport de synthèse (p. 6-7 [VU]
(3) Cette méthode ne doit pas être confondue avec les différents bilans d'azote à la parcelle ou à l'exploitation, comme par exemple la méthode BASCULE (Benoît, 1992). le rôle de ces bilans n'est pas de gérer la fertilisation, mais d'apprécier les risques de pollution nitrique encourus et d'évaluer l'impact des pratiques agricoles sur les fuites de nitrate. [VU]
(4) La nitrification est la transformation de l'azote ammoniacal qui est peu mobie en azote nitrique qui, lui, est lessivable [VU]
(5) Selon J.M. Meynard (com. pers.), en blé, le recours à cette méthode permettrait une économie de 40 unités d'azote par hectare, mais exige une surveillance (passage toutes les 2 ou 3 semaines).[VU]
(6) Elle permet un gain de temps de 7 à 28 jours sur les autres tests disponibles et elle est très pratique à utiliser.[VU]
(7) Il serait d'autant plus important dans les sols d'agriculture intensive où le turn-over des matières organiques est rapide. [VU]
(8) Le COPREN (1991) différencie les cultures intermédiaires pièges à nitrates des engrais verts qui, eux, peuvent remplir plusieurs fonctions: en effet azote, protection du sol (notamment contre l'érosion éolienne), fonction antagoniste de parasites, amélioration de la portance des sols, amélioration de la structure des sols...[VU]
(9) Il se donne pour objectif une réduction du rendement de l'ordre de 15q/ha, associée à une réduction plus que proportionnelle des charges (diminution des engrais, des régulateurs de croissance, des fongicides et de la densité de peuplement) grâce à l'association de variétés différentes, complémentaires du point de vue de leur résistance aux maladies foliaires. [VU]
(10) Dans la mesure où elle permet de limiter les pullulations de ravageurs dans le sol.[VU]
(11) Dans les zones où le maïs occasionne des problèmes non pas de qualité, mais d equantité d'eau du fait du recours à l'irrigation, il propose de remplacer le maïs fourrage par l'ensilage de céréales d'hiver immatures. [VU]
(12) Dans cette optique, il faut noter que l'INRA travaille actuellement à un modèle (GAO-maïs) qui permet d'évaluer les potentialités de production et de réaliser des zonages régionaux.[VU]
(13) Elle reste néanmoins limitée. Pour les agriculteurs que nous avons enquêtés dans la plaine de Bièvre (la Côte Saint-André, Isère), nous avons estimé cette économie potentielle à 150 FrF/ha de maïs irrigué, soit moins de 3% de la marge réalisée (document 5). [VU]
(14) Nos propres évaluations de différents scénarios alternatifs varient, selon les cas, de 300 à 600 Frf/ha. [VU]


[R] Références bibliographiques

Rapport de synthèse : A. Mollard, A. Lacroix, F. Bel, C. Le Roch, 1994. Agriculture, environnement et pollution des eaux : une perspective économique. Document de travail, INRA/ESR, Grenoble, (94-04), 27 pp. + ann.
Document 1 : A. Lacroix, A. Mollard, 1994. Agriculture et gestion de l'environnement : du conflit au compromis ? Document de travail, INRA/ESR, Grenoble, (94-05), 18 pp.
Document 2 : A. Lacroix, F. Balducchi, 1994. Le traitement des nitrates dans l'eau potable : bilan économique. Document de travail, INRA/ESR, Grenoble, (94-06), 15 pp.
Document 3 : A. Lacroix, 1994, Les solutions agronomiques à la pollution azotée : une lecture d'économiste. Document de travail, INRA/ESR, Grenoble, (94-07), 16 pp.
Document 4 : C. Le Roch, A. Mollard, 1994. Les instruments économiques de réduction de la pollution azotée en grandes cultures. Document de travail, INRA/ESR, Grenoble, (94-08), 21 pp.
Document 5 : F. Bel, C. Le Roch, A. Lacroix et A. Mollard, 1994. Une approche empirique de la pollution diffuse d'origine agricole : le cas de La Côte Saint André. Document de travail, INRA/ESR, Grenoble, (94-09), 21 pp. + ann.
Addiscott T.M., Whitmore A.P., Powlson D.S., 1991. Farming, Fertilizers and the Nitrate Problem. CAB International, Leaper and Gard Ltd, Bristol, 170 pp.
AGPM, 1990, Un maïs bien conduit ne pollue pas. Cultivar, 276, 40.
Altieri M.A., Martin P.B., Lewis W.J., 1983. A quest for ecologically based pest management systems. Environment Management, 7, 91-100.
Benoît, M., 1992. Un indicateur des risques de pollution nommé BASCULE (Balance Azotée Spatialisée des systèmes de CULture de l'Exploitation). Courrier de la Cellule Environnement de l'INRA, 18, 23-28.
Carlotti B., 1992. Recueil des bases de préconisation de la fertilisation azotée des cultures. CORPEN, Paris, 132 pp.
Castillon P., 1990. Fractionnement : deux apports sinon rien. Cultivar, 276, 33-34.
Cerf M., Meynard J.M., 1988. Enquêtes sur la mise en oeuvre des méthodes de fertilisation raisonnée, IIIe Forum de la fertilisation raisonnée, Nancy.
Chaney K., 1990. Effect of nitrogen fertilizer rate on soil nitrate nitrogen content after harvesting winter wheat. Journal of Agricultural Science, Cambridge, 114, 171-176.
Chapot J.Y., 1987. Prélèvement d'azote de différentes espèces d'engrais verts. Estimation sur cases lysimétriques de l'incidence d'un engrais vert sur la réduction du lessivage des nitrates. In CORPEN-COMIFER : Nitrates et " engrais verts ". Recueil des communications, Journée d'Etudes, Paris, 80 pp.
Chapot J.Y., 1989. Engrais verts, un moyen pour lutter contre le lessivage des nitrates. Cultivar, 258, 100.
Chapot J.Y., 1990. Estimation sur lysimètres de l'incidence de l'introduction d'un engrais vert dans une rotation blé-maïs sur la lixiviation des nitrates. In R. Calvet : Nitrates, agriculture, eau, Versailles, INRA-Editions, pp. 411-416.
CORPEN, 1986. Amélioration des pratiques agricoles pour réduire les pertes de nitrates vers les eaux. Ministères de l'Agriculture et de l'Environnement, 39 pp.
CORPEN, 1991. Interculture : gérer l'interculture pour limiter les fuites de nitrates vers les eaux. Ministères de l'Agriculture et de l'Environnement, 40 pp.
Darwis D., Machet J.M., B. Mary, Recous S., 1993. Effect of straw management on nitrogen soil dynamics and nitrate leaching. Document de travail, INRA station d'agronomie de Laon, 6 pp.
Decau J., Pujol B., 1992. Contribution des techniques culturales à la lutte contre la pollution nitrique des nappes phréatiques. Courrier de la Cellule Environnement de l'INRA, 18, 23-28.
Desvignes P., Plenet D., 1994. Azote sur maïs : les jus de bas de tiges. Cultivar, 363, 49-50.
Desvignes P., Jacquin F., Koller R., Limaux F., 1994. L'application au quart Nord-Est de la France du bilan simplifié. Perspectives Agricoles, 191, mai 1994, 31-34.
Duchène, E., Chapot, J.Y., 1988. Engrais verts : quel intérêt ? Cultivar, 225, 62-63.
El Titi A., Boller E.F., Gendrier J.P. (ed.), 1993, Integrated production. Principles and technical guidelines. Organisation internationale de lutte biologique (OILB), 40 pp.
Fabre B., Guglielmi M., Kockmann F., Rabut A., 1993. Le coût d'une politique de moindre pollution azotée : application aux exploitations du Val de Saône. Perspectives Agricoles, 186, 72-83.
Germon J.C., Taureau J.C., 1991. Simplification du travail du sol et transformation de l'azote : conséquences sur le lessivage des nitrates. Perspectives Agricoles, 161, 40-51.
Gilibert J., 1992. Economie de l'eau et élevage : vers un choix plus régionalisé des espèces fourragères ?, Cahiers Agriculture, 1(3), 180-188.
Girardin P, 1992. Agriculture intégrée et recherche : comment lever les barrières ? INRA Mensuel, 64, 29-32.
Hébert J., 1969, La fumure azotée du blé tendre d'hiver. Bulletin Technique d'Informations, 244, 755-766.
Kengni L., 1993. Mesure in-situ des pertes d'azote sous culture de maïs irriguée : application à la plaine de la Bièvre (Isère). Th. univ. Joseph-Fourier, Grenoble.
Le Monnier de Gouville E., Viaux P., 1994. Le temps consacré par les agriculteurs à la prise de décision et au suivi technique des cultures. ITCF/Institut Supérieur Agricole de Beauvais, 91 pp.
Levesque L., 1982. Elimination des nitrates des eaux potables. Mise à jour de l'étude de synthèse AFEE, 266 pp.
Lubet E., Juste C., 1987. Intérêt d'un engrais vert d'hiver en monoculture de maïs dans les sols légers du Sud-Ouest Atlantique. In CORPEN-COMIFER, Nitrates et " engrais verts ". Recueil des communications, Journée d'Etudes, Paris, 80 pp.
Machet J.M., 1991. Pourquoi et quand mesurer l'état minéral du sol en azote ? In P. Duc : L'azote et le soufre dans le sol, Frontières, pp. 151-161.
Machet J.M., Mary, B., 1990. Effet de différentes sucessions culturales sur les risques de pertes de nitrates en région de grande culture. In R. Calvet : Nitrates, agriculture, eau, Versailles, INRA-Editions, pp. 395-403.
Machet J.M., Mary B., Boiffin J., 1990. Les aspects agronomiques du problème de la pollution de la nappe phréatique, particulièrement pour les nitrates. Sucrerie Française, août-sept. 1990, 6-11.
Madden J.P., O'Connell P., 1989. Early results of the LISA program. Agricultural libraries information notes, 15(6/7). National Agricultural Library, USDA, Beltsville, pp. 1-10.
Mary B., 1992. Gérer l'interculture pour maîtriser la pollution nitrique. Journée d'étude " Interculture et nitrates ", CORPEN-COMIFER, 16 p.
Mary B., Vigour N., Machet J.M., 1992. Effet du changement des pratiques culturales sur le fonctionnement de l'azote d'un bassin d'alimentation. Min. Environnement/INRA station d'Agronomie de Laon, 32 pp. + ann.
Meynard J.M., 1985. Construction d'itinéraires techniques pour la conduite du blé d'hiver. Th. docteur-ingénieur, INA-PG, Paris, 258 pp. + ann.
Meynard J.M., Girardin P., 1991. Produire autrement. Courrier de la Cellule Environnement de l'INRA, 15, 1-19.
Moreau J.P., 1992. La culture du maïs peut-elle faire bon ménage avec l'environnement ? Cahiers Agricultures, 1(3),189-194.
Muller M., 1991. Fertilisation azotée des " grandes cultures " : approche en France. In Quelles fertilisations demain ?, 1er forum européen de la fertilisation raisonnée, Strasbourg, sept. 1991, COMIFER, pp. 179-190.
Muller J.C., Denys D., Morlet G., Mariotti A., 1987. Azote minéral après culture : effet des " engrais verts " sur le lessivage et sur l'utilisation par la culture suivante. In CORPEN-COMIFER, Nitrates et " engrais verts ". Recueil des communications, Journée d'Etudes, Paris, 80 pp.
Muller J., Denys D., Thiébeau P., 1993. Présence de légumineuses dans la succession de cultures : luzerne et pois cultivés purs ou en association. Influence sur la dynamique de l'azote. In Matières organiques et agricultures, GEMAS-COMIFER, Blois, pp. 83-92.
Office of Technology Assessment (US Congress), 1990. Beneath the Bottom Line : Agricultural Approach to Reduce Agrichemical Contamination of Groundwater. OTA-F-418, Government Printing Office, Washington, 337 pp.
Paegelow M., Decroux J., Hubschman J., Puginier M., 1990. Des mesures simples d'aménagement rural contre la pollution par les nitrates : l'exemple d'Aurade (Gers, France). In R. Calvet : " Nitrates, agriculture, eau ", Versailles, INRA-Editions, pp. 101-106.
Recous S., Darwis D., Robin D., Machet J.M., 1993. Décomposition des résidus de récolte. Interactions avec la dynamique de l'azote. In Matières organiques et agricultures, GEMAS-COMIFER, Blois.
Rémy J.C., 1981, Etat actuel et perspectives de la mise en oeuvre des techniques de prévision de la fumure azotée. C.R. Académie Agric. France, 67, 859-874.
Sebillotte M., Meynard J.M., 1990, Systèmes de culture, systèmes d'élevage et pollutions azotées. In R. Calvet :
" Nitrates, agriculture, eau ", Versailles, INRA-Editions, pp. 289-308.
Sebillotte M., Allain S., Doré T., Meynard, J.M., 1993. La jachère et ses fonctions agronomiques, économiques et environnementales. Courrier de l'Environnement de l'INRA, 20, 11-22.
Thiollet P., 1990, Quels sont les engrais qui polluent ? Cultivar, 276, 26.
Vereijken P., Viaux P., 1990. Vers une agriculture " intégrée ". La Recherche (supplément), 227, décembre 1990, pp. 22-25.
Viaux P., Lemaître G., Gouet J.P., Robert D., 1994. Contribution méthodologique à l'étude des systèmes grande culture. International symposium " Systems-Oriented Research in Agriculture and Rural Development ", Montpellier, 21-25 novembre 1994, 13 pp.

[R]