In memoriam

Le Courrier de l'environnement n°40, juin 2000

Le Loup de Tasmanie, Thylacinus cynocephalus

Aux antipodes vivait, se nourrissant de kangourous et d'oiseaux coureurs, un " loup " (marsupial). Éliminé d'Australie il y a environ 12 000 ans par les Aborigènes et, surtout, par leurs chiens de compagnie (les dingos), des concurrents efficaces, l'espèce subsistait depuis en Tasmanie. Cette île méridionale fut colonisée vers 1800 par des fermiers qui considérèrent le Tasmanian Pouched Wolf comme un nuisible croqueur de moutons. La prime au loup (mort et scalpé) fut instaurée. Une chasse active fut menée, au fusil, où l'on perdit beaucoup de chiens, la nuque broyée par les mâchoires très puissantes du Thylacine.

Les derniers spécimens ont été recueillis dans des zoos. Benjamin, une femelle comme son nom ne l'indique pas, l'ultime représentante de l'espèce, mourut captive le 7 septembre 1936 à Hobart.

Les cryptozoologistes ont recueilli depuis plusieurs signalisations de supposés survivants (même en Australie), sans preuve irréfutable. De fait, il ne reste de l'espèce que quelques photos - toutes prises en captivité - et 7 jeunes dans des bocaux, en alcool. Du matériel pour un clonage résurrectif qui ne paraît pas hors de portée vu les progrès de ces techniques et leur coût décroissant, l'existence d'un proche parent, le Diable de Tasmanie (Sarcophilus harrisii), la maîtrise du marsupium artificiel et… les progrès de l'élevage en zoo.

Les promoteurs de la recréation du Thylacine y voient le rattrapage d'une erreur commise par l'Homme, l'effacement d'une faute. D'autres déplorent le bricolage d'une bête de cirque.

/D'après, notamment, l'université de Tasmanie (www.zoo.utas.au/), le site du National Thylacine Day (wasg.iinet.au/), les pages Livingplanet de C. Campbell (livingplanet.virtualave.net/) et le Steves Book of the Not-So-Grateful Dead (www.aristotle.net/~swarmack/).

Ill. : Benjamin
dessin C.B., d'après une photographie du Thylacine Museum

[R]

Voir d'autres In memoriam dans l'Album


Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA