In memoriam

Le Courrier de l'environnement n°38, novembre 1999

Le Chevreuil, Capreolus capreolus

Les populations de Chevreuil européen, de même que les populations de Cerf (Cervus elaphus) et de Sanglier (Sus scrofa), étaient réduites dans les années 1960 à des noyaux isolés dans l'espace (au Royaume-Uni, le Chevreuil a même failli s'éteindre à l'image du Sanglier).

Au cours des vingt dernières années, une explosion spectaculaire des effectifs de chevreuils a été enregistrée un peu partout en Europe. Ainsi, en France aujourd'hui, pas moins de 1,5 millions de chevreuils représentent une ressource naturelle très intéressante aux plans cynégétique et touristique.

Cependant, les effectifs de cervidés et de sangliers ne cessant d'augmenter, on peut craindre qu'à terme ces populations soient limitées par l'apparition de pénuries alimentaires et de maladies. Un défi semble donc être lancé aux chasseurs : saurez-vous gérer l'abondance des ongulés aussi bien que vous avez su les faire croître ? Les effets de ces animaux sur la sylviculture posent déjà des problèmes préoccupants, sans parler du nombre accru d'accidents de la route dans lesquels la grande faune est impliquée, ni des inquiétudes sur la transmission de pathogènes aux animaux domestiques, voire aux populations humaines.

par Patrick Duncan
directeur de l'UPR 1934
Centre d'études biologiques de Chizé
79360 Beauvoir-sur-Niort
duncan@cebc.cnrs.fr

[R]

Voir d'autres In memoriam dans l'Album


Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA