In memoriam

Le Courrier de l'environnement n°34, juillet 1998

Le Cul noir de Saint-Yriex

Derrière ce nom très original se cache une des dernières races porcines locales françaises. Cet animal, trapu, au groin fin et allongé, avec deux écussons noirs à ses extrémités - d'où son appellation - était élevé pour son lard abondant et de qualité en plus de sa chair délicatement parfumée. On le rencontre encore en Corrèze, en Dordogne et en Haute-Vienne.

Très présent jusqu'en 1940, son déclin s'annonce et sa disparition est programmée.

L'évolution lente des habitudes alimentaires, les transformations profondes de l'agriculture avec les croisements avec souvent des races étrangères, la production de masse, l'intensification avec l'appui de l'Administration mettent en péril un grand nombre de races animales.

Mais grâce à la persévérance de quelques irréductibles paysans, appuyés par l'Insitut technique du porc (ITP) notamment, la race n'a pas disparu. Aujourd'hui, le Syndicat des éleveurs conjugue conservation, gestion génétique et l'indispensable valorisation économique. Au-delà de cet aspect zootechnique, il faut rappeler la dimension culturelle de nos races locales : repères vrais et permanents pour le consommateur, le citadin et la société.

L'Enseignement agricole, grâce à son réseau Races domestiques en péril regroupant près de 50 établissements de formation, contribue fortement à la sensibilisation des jeunes sur la nécessité de maintenir notre patrimoine animal.

Par Jean-Louis Vergne

Lycée agricole Limoges-les Vaseix
87430 Verneuil-sur-Vienne
jean-louis.vergne@educagri.fr

www.educagri.fr/recherch/reseaux/themageo/thema/diversani/sommaire.htm

Voir d'autres In memoriam dans l'Album


Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA