Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA    


In memoriam

Le Courrier de l'environnement n°31, août 1997

Les Écrevisses

Trois écrevisses sont indigènes en France : la « Pieds blancs », la « Pieds rouges » et l'Écrevisse des torrents. Bien que loin d'être abondante, la première semble se maintenir à peu près dans nombre de ses localisations, avec des effectifs souvent de plus en plus faibles ; la seconde se raréfie et la dernière n'est connue en France que d'un seul endroit.

« Nos » écrevisses autochtones ont eu à supporter successivement : 1) l'arrivée au début du siècle de l'Écrevisse américaine ; 2) l'aphanomycose, introduite par cette écrevisse qui est résistante à cette maladie cryptogamique ; 3) l'arrivée de l'Écrevisse turque ; 4) l'arrivée de l'Écrevisse signal ; 5) l'arrivée de l'Écrevisse rouge de Louisiane ; 6) l'introduction de poissons prédateurs ; 7) la pollution croissante de nos cours d'eau ; et enfin 8) une réglementation parfois inadaptée.

Il y a donc maintenant en France plus d'espèces d'écrevisses introduites que d'espèces ancestrales et les espèces américaines pullulent dans de nombreux endroits, gagnant inexorablement du terrain.

Les écrevisses sont revenues près de chez moi !, entend-on. Si l'Homme n'est pas intervenu à cet endroit, il s'agit toujours d'espèces introduites ... ailleurs (en particulier par des pêcheurs). Les quelques essais de repeuplement en espèces autochtones ont rarement réussi et produisent des mélanges génétiques indésirables. De nombreuses populations d'écrevisses autochtones ont disparu, celles qui restent sont fragiles, la plupart sont menacées à court terme.

Pierre Y. Noël
Biologie des invertébrés marins, URA CNRS n° 699,
Muséum national d'histoire naturelle,
55, rue Buffon, 75005 Paris.
pnoel@mnhn.fr

L'mage ci-dessus, en couverture : l'Écrevisse à pieds rouges, Astacus astacus, l'espèce sans doute la plus menacée en France. D'après un dessin de D. Mertens paru dans l’Atlas préliminaire des Crustacés Décapodes d'eau douce de France, SFF, BIMM-MNHN, CSP, min. Env., Paris, 1993 [signalé dans le Courrier n°22, p.103].

Voir d'autres In memoriam dans l'Album


Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA