Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA


In memoriam

Le Courrier de l'environnement n°23, novembre 1994

Les Cichlidae du lac Victoria

Véritables laboratoires de l'évolution, les grands lacs d'Afrique de l'Est (lacs Victoria, Tanganyika, Malawi), hébergent une faune de poissons endémiques particulièrement diversifiée appartenant à la famille des Cichlidae. C'est un magnifique exemple de spéciation adaptative.

Dans le lac Victoria on estimait à environ 300 le nombre de ces espèces endémiques appartenant principalement au genre Haplochromis, dont certaines ne sont pas encore décrites. Une grande partie d'entre elles (les 2/3 selon certains auteurs) ont actuellement disparu ou sont fortement menacées.

Parmi les causes majeures de cette catastrophe, la Perche du Nil (Lates niloticus), un prédateur de grande taille qui peut atteindre 100 kg, fait figure d'accusé principal. Ce poisson a été introduit dans les années 50 pour développer la pêche sportive. Pendant vingt-cinq ans il est resté relativement discret, puis il s'est mis à proliférer au début des années 1980 au point de faire pratiquement disparaître les Cichlidés qui lui servaient de proies, et de pratiquer de manière courante le cannibalisme.

On s'est également aperçu, avec un peu de recul, que de nouvelles techniques de pêche introduites dans les années 1970 comme le chalutage, avaient également affecté le stock de Cichlidés endémiques souvent cantonnés dans des habitats limités. Mais surtout, le développement de l'urbanisation et des activités agricoles autour du lac Victoria est à l'origine d'une eutrophisation qui se manifeste par un développement algal beaucoup plus important et l'apparition saisonnière ou permanente d'eaux anoxiques qui limitent les habitats benthiques disponibles pour ces Cichlidés.

On assiste donc sans que la communauté internationale ne s'en émeuve particulièrement, à la disparition de dizaines d'espèces de vertébrés aquatiques. Malgré cela, l'introduction du Lates dans le lac Malawi d'où il est absent, a été suggérée par certains aménageurs...

par Christian Levêque
Délégué à l'Environnement de l'ORSTOM

Représenté ci-dessus : Platytaenodius degeni, espèce éteinte (longueur : environ 15 cm)

Voir d'autres In memoriam dans l'Album


Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA