Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA


In memoriam

Le Courrier de l'environnement n°17, août 1992

L'Ibis chauve
Chronique d'une disparition annoncée

Historiquement, l'Ibis chauve Geronticus eremita a niché de la Suisse et l'Allemagne à l'Afrique du Nord et au Moyen Orient. Seuls les hiéroglyphes de l'Egypte ancienne nous rappellent son appartenance à l'avifaune de ce pays. En Europe, sa disparition remonte au XVIIe siècle. Il a cessé de nicher en Syrie vers 1928... Dès le début des années 50, il n'existe plus que deux populations relictuelles disjointes en Turquie et en Afrique du Nord (1 colonie en Algérie, plus de 30 au Maroc). Mais là encore, le déclin est rapide comme en témoignent les chiffres alarmants ci-dessous :

La dernière population mondiale libre est établie au Maroc, le long de la côte Atlantique, au sud d'Agadir. Le dérangement et les destructions au niveau des colonies, l'usage croissant des pesticides, l'anéantissement des biotopes d'alimentation par intensification de l'agriculture ou leur dégradation par aridification lors de récentes sécheresses en sont les causes.

L'Ibis chauve verra-t-il l'an 2000 en dehors d'une cage ? Aujourd'hui, il subsiste moins d'Ibis chauves dans ses derniers refuges du Maroc (360 oiseaux en 1982, 220 en 1990) que dans les zoos du Monde (408 en 1982)...

par Philippe Geniez et Michel Thévenot
USTL, Montpellier

Voir d'autres In memoriam dans l'Album


Vers la page d'accueil du Courrier de l'environnement de l'INRA