Images et imaginaires au coeur des échanges entre agriculture et société

à
la IXe Université d'été de l'innovation rurale
Marciac (Gers), les 6 et 7 août 2003

Textes et contributions du Forum électronique et le compte rendu de Université des 6 et  7 août 2003
Mise à jour : le 25 août 2003
, avec les notes et premières analyses de Rémi Mer.


Quelle place et quelle fonction ont ces représentations ?

Les images, les imaginaires et les représentations que nous avons de l'agriculture, et sur ce qu'elle doit être, apparaissent fréquemment lors des échanges portés sur ce domaine sans que soient précisément définies la place et la fonction qu'ils occupent.

Sentiment d'appartenance, identité, droit d'ingérence ?

Quelle est la nature et la signification de ces images et imaginaires portés sur une agriculture à la croisée de symboliques fortes -nourriture, paysage, nature, eau…- et dont on ne cesse de revisiter les contours. Que nous soyons ruraux ou citadins, consommateurs ou agriculteurs, élus ou même artistes… il semble que nous ayons tous un avis, un sentiment d'appartenance voire, pour certains, un droit d'ingérence sur l'agriculture. Un domaine dans lequel la singularité de chacun semble trouver un terrain propice à son expression.

Apports et contradictions de ces imaginaires dans leurs utilisations par et pour les acteurs ?

Nos comportements de consommateurs et d'usagers se réfèrent souvent implicitement à des représentations, dans une très grande diversité d'expressions. Imaginaires qui sont constamment " revisités " par le marketing des produits alimentaires et dont le secteur agricole cherche à appréhender les termes afin de promouvoir de nouvelles formes d'agricultures… Qu'apporte la connaissance de ces images et imaginaires aux acteurs de la société, agriculteurs, consommateurs, enseignants, élus… ?

Faut-il redouter ces imaginaires ? Comment agir ? Sont-ils porteurs, de tensions, de consensus, de malentendus, de liens,
de prises de décision… ?

Un va et vient de représentations qui fait souvent et confusément corps avec les différents arguments exprimés dans les débats en cours. Les propositions, les tensions, les contestations, les contradictions mais aussi les expressions consensuelles n'échappent pas à ces référents. Comment ces représentations motivent-elles certains aspects de l'organisation, la production et la prise de décision en matière d'agriculture ?

Ce sont ces questions, et bien d'autres, que la IXe UEIR propose à ses participants de débattre, sous le chapiteau, en plein air  et sur la Toile.
Sous les frondaisons de Marciac, les participants seront conviés à débattre sur ces questions. Ces débats se dérouleront en plusieurs groupes restreints d'une douzaine de personnes. Ils seront animés, synthétisés et restitués à l'ensemble du public de l'UEIR.

Des discussions générales participatives pour construire
Ce sera l'occasion pour les intervenants de réagir aux restitutions des groupes dans le cadre de discussions générales. Les participants ne seront pas simplement invités à témoigner de leur expérience, mais aussi à mettre en débat leur approche et comment elle se transforme -ou non- au vu de cette succession d'échanges sur la question des imaginaires.

Des intervenants pour lancer les débats, instruire, analyser et mettre en perspective …

Ils sont invités pour leurs compétences et représentent une diversité de disciplines, de métiers, d'expériences. Ils ont travaillé seuls ou en collectifs autour du thème proposé par l'Université d'Eté. Leurs apports : des séries d'interventions pour lancer le débat sur une diversité de disciplines et de regards ; des conférences pour aborder de manière approfondie deséléments de connaissances, des analyses et des réactions pour relancer les débats sur les questions et les propositions soulevées par les participants.
Des " grands témoins " viendront également réagir " à chaud " et mettre en perspective ces réflexions en regard des différents champs d'acteurs concernés par les rapports entre agriculture et société :
Bertrand Hervieu, président de l'Institut national de recherche agronomique (INRA) ; Gérard Lopez, président directeur général de l'institut de sondage BVA ; Saadi Lahlou, psychologue, spécialiste des représentations sociales, fondateur de l'observatoire des consommations alimentaires ; Rémi Mer, consultant en communication, analyse comparée des phénomènes socio-politiques d'apparition, de propagation et de gestions de crises sanitaires et environnementales, jeu des acteurs, information et communication ; Michel Duvigneau , professeur d'éducation culturelle à la Délégation au développement et à l'action territoriale du ministère de la Culture ; Bernard Guidez, agriculteur et éleveur porcin dans le Tarn, animateur réseau " FARRE " en Midi-Pyrénées ; Catherine Boyer-Durrieu, consultante en sciences et techniques, auteur d'un mémoire sur "La terre, enjeux sociaux et anthropologiques d'un métier en mutation " ; Emmanuelle Auriol, économiste, professeur à l'université de Toulouse-I et directrice de l'Institut universitaire professionnalisé (IUP) d'ingénierie économique de cette même université - elle enseigne également aux USA : universités de Californie-Berkeley et Massachusetts Institute of Technology (MIT) ; Gilles Allaire : économiste, diirecteur de recherche à l'INRA au sein du département Economie et Sociologie rurale où il anime l'équipe " Emploi, territoire, innovation et compétences " ; Jean-Pierre Estrampes, architecte, professeur à l'Ecole d'architecture de Montpellier ; Patrick Denoux , maître de conférences en psychologie interculturelle à l'université  de Toulouse Le Mirail.

Un forum Web pour lancer puis continuer les échanges
Ouvert à tous, à partir du 27 mai, ce forum recueillera des contributions proposées par différents acteurs : chercheurs, professionnels, responsables institutionnels autour de la thématique de l'UEIR. Ces contributions, les réactions et les dialogues qu'elles suscitent seront ensuite transcrits et proposés sous la forme d'un document papier à l'ensemble des participants en tant que support aux échanges. Par ailleurs, un site Web permettra de mettre directement en ligne les débats en cours lors de l'Université d'été et, par la suite, de continuer à l'enrichir.

Un accès aux livres, aux documentaires, des rencontres avec des auteurs
Livres, ressources documentaires et rencontre avec des auteurs…

Sous les platanes, devant le chapiteau, se tiendront des libraires (livres d'actualité et livres anciens), un centre de documentation (documents et accès internet) où seront animées des conversations sur le livre et des rencontres avec des auteurs autour de la thématique de l'Université d'été.


la IXe Université d'été de l'innovation rurale
Marciac (Gers), les 6 et 7 août 2003

De multiples formes d'échanges en plein Gers dans l'ambiance de " Jazz In Marciac ".

Des conversations en petits groupes, des interventions de mise en débat , des discussions générales et des conférences en plein air et sous chapiteau. Des rencontres avec des auteurs, un forum Web, des présentations de livres et de documents…

L'Université d'été de l'innovation rurale propose des mises au point des connaissances concernant les dynamiques du monde agricole et rural, et ses rapports avec la société. Elle a également pour objectif d'engager le débat public sur les sujets qui préoccupent les citoyens dans les domaines de la transformation de l'agriculture et de l'alimentation.

Organisée par :
La Communauté de Communes Bastides et Vallons du Gers
La Mission d'Animation des Agrobiosciences
En collaboration avec :
le Sicoval - Communauté d'Agglomération du Sud-Est Toulousain
La Mission Environnement-Société de l'INRA.

Avec la participation de :
Etablissements d'enseignement supérieur agro-vétérinaire de Toulouse, Agromip.
Ecole Nationale de Formation Agronomique
Centre Technique Régional de la Consommation de Midi-Pyrénées

Avec le concours financier du conseil régional de Midi-Pyrénées et du conseil général du Gers.

Pour s'inscrire :
Christine Barbace
Tél. :  05 62 88 14 50 ; fax : 05 62 88 14 51 ; cbarbace@agrobiosciences.com
Bulletin d'inscription à imprimer.