Les Brèves du Courrier

n°41

Décharge mortelle (d'ordures et de fusil) ; Le monstre (un gros champignon) ; Consommateur (de sucre, et non d'électricité) ; Résurrection (d'une Sterne chinoise) ; Bovins branchés (le WAP leur aura au moins servi, à eux...) ; L'hyperactivité est dangereuse (pour les rats guettés par les chats) ; Organisme olfactivement amélioré (ah, l'épuration...) ; Pour ou contre l'abattage total ? (ça n'a rien à voir avec ce dossier) ; Fais aux truies ce que tu voudrais qu'il leur fit (cochon...) ; Chasse en Somme (gros gibier) ; Les borborismes des pélologues (de boue, les mots !) ; Vent favorable (ah, la purification...) ; Sexe et pollution (chez les ours) ; Loup, prend ton élan ! (et ma forêt ira mieux) ; Sous la touche (microspéléologie) ; Message (du ministre) ; De l'art et du cochon (équivalence) ; L'atome et l'espace conservent (la nature, on ne peut mieux !) ; Des magots dans les bois (et accrochés aux branches...).


ESPAGNE
Décharge mortelle

Une décharge d'ordures, à 20 km au sud-est de Séville, nourrissait un bon millier de cigognes. Moins 131 qui ont été trouvées mortes, la plupart au pied de pylônes électriques. Parmi les cadavres, celui d'Édouard, un des individus suivis par le Musée d'histoire naturelle de Fribourg (Suisse) grâce à sa balise embarquée.
Quant à son compère Gantenbein, il a été récupéré blessé sur le site et soigné. Le maladroit s'était heurté à des plombs de chasse. D'ailleurs, les observateurs envoyés sur le terrain ont vu des chasseurs tirer sur les cigognes à proximité de ladite décharge. Sur les oiseaux en vol - déontologie oblige.
Contact : FaselA@fr.ch

ÉTATS-UNIS
Le monstre

Il est âgé de 2 400 ans, s'étale sur 880 ha, est épais d'1 m et vit aux dépens des arbres dans la forêt de Malheur. Il appartient à l'espèce Armilania ostoaye, un champignon dont les carpophores sont à peine comestibles. C'est le plus gros organisme vivant connu ; son développement a vraisemblablement été permis par la difficulté qu'ont les spores, sous ce climat sec de l'est de l'Orégon, de donner naissance à de nouveaux individus concurrents.
D'après une dépêche AP, lue sur quotidien.nouvelobs.com/sciences/

ÉTATS-UNIS
Consommateur

Prêt pour une démonstration à un congrès de robotique, en août, 2000 à Hawaï (États-Unis), Chew Chew est annoncé à grand battage sur Internet comme le premier robot capable de puiser l'énergie de sa locomotion dans son alimentation. L'engin, qui se meut sur 12 roulettes, est un train de 3 plates-formes portant successivement une " tête " (deux yeux, une bouche) sur un cou (surmontant un digesteur où des bactéries produisent du courant par oxydo-réduction), un moteur, un lot de batteries et une pompe.
Ce " gastrobot " qui se nourrit des morceaux de sucre qu'on lui donne (pas de déchets) préfigure, selon ses constructeurs, des brouteurs de pelouse (herbivores), des patrouilleurs de fonds marins (ichtyophages - la chair paraît plus efficace comme nourriture que la matière végétale), voire des chasse-limaces (bien connus de nos lecteurs, cf Courrier n°38) de deuxième type, en évitant de conférer à de telles créatures trop d'attirance pour la viande - ça pourrait devenir dangereux…
D'après Duncan Graham-Rowe, the New Scientist du 22 juillet 2000 et le site des inventeurs www.eng.usf.edu/~wilkinso/gastrobotics/

CHINE
Résurrection

Une espèce de sterne qu'on croyait éteinte depuis les années 1930 doit être réinscrite au catalogue des oiseaux marins de mer de Chine. En effet, 6 couples de Sterna Bersteinirii viennent d'être observés sur un îlot en train de nourrir leurs poussins.
Il s'agit maintenant de protéger cette population en conférant à sa survie un intérêt pour les riverains
- qui pourraient organiser des séjours et des séances d'observation pour les ornithologues.
D'après BBC News, du 26 juillet 2000, lu à news.bbc.co.uk/

ROYAUME-UNI
Bovins branchés

Le protocole WAP (Wireless Application Protocol) permet de se servir de son téléphone portable (haut de gamme) comme terminal Internet. Les quelques lignes disponibles sur l'écran sont suffisantes pour suivre les bovins à la trace, de maquignon en foire, de chevillard en abattoir, ceci afin d'espérer pouvoir ? grâce à une traçabilité sans faille - exporter le beef anglais en ces temps de vache folle (BSE en langue locale). À chaque transaction, le portable est actionné pour transmettre à un serveur central tous les paramètres nécessaires et la fiche de l'animal se complète ainsi à distance, un système qui remplace l'envoi de cartes, que les éleveurs avaient tendance à tarder à envoyer.
D'après BBC News, lu à news.bbc.co.uk/
NDLR : pour suivre à la trace chaque jour tous les développements de la maladie de la vache folle, connectez-vous à www.inra.fr/dpenv/vchfol00.htm

ROYAUME-UNI
L'hyperactivité est dangereuse

En tous cas pour les rats malades d'une toxoplasmose, chez qui l'agent, logé dans le cerveau, déclenche l'abolition du comportement méfiant habituel et une hyperactivité doublée d'une curiosité exacerbée. Ces rats devenus des chercheurs actifs ont bien plus de chance que leurs congénères planqués de périr, sous les crocs d'un chat. Et le parasite, Toxoplasma gondii, de gagner ainsi son hôte préféré, Felis catus. C'est ce que viennent de révéler des chercheurs de l'Université d'Oxford ? lesquels précisent que la toxoplasmose, qui peut être transmise à l'homme via les crottes du chat, n'est dangereuse que pour les personnes immunodéprimées.
D'après les BBC News Online de Matt McGrath, lues à news.bbc.co.uk/ le 25 juillet 2000
NDLR : Cela rappelle un autre comportement fatal provoqué par un parasite " auto-stoppeur ", la Petite Douve du foie (Trématode) qui fait se placer la fourmi-hôte intermédiaire au sommet du brin d'herbe, immobile, en position d'adoration du soleil ", laquelle fourmi se fait ainsi avaler par le mouton-cible.

FRANCE
Organisme olfactivement amélioré

Les installations de la station d'épuration " Seine aval " d'Achères (Yvelines) ne sentaient pas toujours bon. Tandis que leur modernisation ? en vue de réduire les nuisances et d'améliorer la qualité des eaux rejetées dans la Seine - est entreprise, le Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP) a planté 200 000 pieds de lavandin (17 ha) sur les anciens lits de séchage des boues et, le 10 septembre 2000, se tenait, la Ière Fête de la lavande, avec cueillette, mise en sachets et distillation au programme.
D'après une dépêche AFP du 7 septembre 2000 lue sur Sciences Actualités.

CANADA
Pour ou contre l'abattage total ?

A-t-on raison, par précaution, d'abattre et d'incinérer 10 000 sujets de Picea rubens (red spruce ou he-balsam), des pins infestés par Tetropium fuscum (Coléoptère Cérambycidé) ? L'agent qu'on tente ainsi d'éradiquer est une espèce xylophage vorace arrivée en Nouvelle Écosse par le port d'Halifax, avec des emballages bon marché en provenance d'Europe - où l'insecte est fort discret. Pour les uns, on a que trop tardé avant d'appliquer cette mesure ; pour d'autres, elle ne servira pas à grand chose, l'envahisseur étant bon voilier et la date de l'abattage ayant pu favoriser sa dispersion. D'aucuns auraient préféré l'action d'agent de lutte biologique, Hyménoptères parasitoïdes et Pics.
D'après Alison Motluk : " Cull the trees and save a continent's forest ? " lu dans le New Scientist à www.newscientist.com

QUÉBEC - BELGIQUE
Fais aux truies ce que tu voudrais qu'il leur fit

Pour produire du cochon, il faut des truies et des verrats. À quoi sert le verrat ? À détecter l'œstrus, ce qu'il fait beaucoup mieux que l'éleveur. Encore faut-il qu'il soit dans une position géométriquement correcte par rapport aux truies en examen. Le porciculteur dispose désormais d'un robot-promeneur télécommandé qui promène Monsieur devant ces dames, attaché à une laisse. Il peut aussi installer une cage mobile mâle qui défile devant la file des cages femelles en ménageant - c'est capital ? un contact groin à groin. Le badaud qui guetterait l'effet produit sur le verrat ferait là étalage de son incompétence, car c'est la truie qui montre qu'elle est en chaleur : immobile, oreilles dressées, figée " complètement attentive tant que le verrat est là ".
Enfin, on ne saurait trop attirer l'attention du lecteur sur l'intérêt qu'il y a à faire l'emplette d'un Scippy, qui " sent fort comme un verrat, se déplace et grogne en permanence [" faisant attente-saillie "] mieux qu'un bon verrat. Leurs truies qui le verront passer 2 à 3 fois par jour reviendront beaucoup mieux en chaleur ". Scippy est un mannequin rose sur roues muni d'un système sonore, d'une bombe de vaporisation d'odeurs de verrat, d'un moteur, de batteries, de cellules photoélectriques, de la marque du fabricant sur le dessus du groin et d'une " queue-poignée permettant de tracter le robot à la main ". Et il est garanti zéro-lisier.
D'après Porc-magazine, n°335, de juillet-août 2000.

FRANCE
Chasse en Somme

Dans les marais de la Somme, lieu décrit comme " difficilement pénétrable ", plusieurs témoins dignes de foi ont aperçu, fin juillet, deux félins, peut-être des tigres. S'en suivirent des battues, avec l'appoint de 150 gendarmes, la pose d'appâts, la scrutation depuis 2 hélicoptères par caméras thermiques. Pas complètement bredouille, l'équipe de chasseurs de fauves rapporta au moins une touffe de poils, dont le Muséum national d'histoire naturelle a identifié le propriétaire : Felis catus, chat domestique.
D'après une dépêche de l'AFP, lue sur Nomade à actu-nomade.fr

FRANCOPHONIE
Les borborismes des pélologues

La lecture de cette livraison du Courrier lèvera les derniers doutes : l'étude des boues est un sujet de premier ordre en environnement et pour la société. Bien avant cette mise en lumière médiatique, la Mission environnement-société de l'INRA, en la personne de Martine Tercé, s'était dotée d'un département de… quoi ? Pas de nom savant sous la langue. Notre métier, c'est de trouver, non pas par introspection ou incantation mais par le moyen de recherches.
Résultats. L'étude des boues c'est la pélologie (du grec pélos = matière liquide, épaissie… mais aussi lie de vin et torchis) et c'est la borbologie (du grec borboros, très proche du gaulois borboro qui a donné boue et bourbier).
Si cela ne vous convient pas, on vous laisse chercher l'inspiration dans les synonymes de boue : abjection, abomination, alluvion, bas-fond, bassesse, bauge, boueux, bouillasse, bourbe, braye, cloaque, corruption, crotte, curure, débauche, dépôt, éclaboussure, excrément, fagne, fange, gâchis, gadoue, gadouille, immondice, impureté, infamie, limon, marais, margouillis, merde, misère, mortier, ordure, pisé, pus, résidu, ruisseau, saleté, sédiment, stupre, tourbe, turpitude, vase, vice, vilenie.
Encore une contribution à l'augmentation de la logodiversité : en milieu urbain, les éboueurs débarrassent des boues. Au champ, l'opprobre s'abat sur les aboueurs.
Merci à Jean-Pierre Nicol, par ailleurs subtil latiniste (www.inra.fr/dpenv/c26urbil.htm), et au CRISCO (elsap1.unicaen.fr/cherches.html).

FRANCE
Vent favorable

Dans des sites de plaine gérés par le Conservatoire des sites alsaciens (CSA), la tempête de la Saint-Étienne 1999 a mis bas 456 peupliers hybrides américains. L'essence allochtone avait été plantée antérieurement au classement des lieux pour produire vite du bois de caisserie. Le CSA a décidé ? faisant une entorse au principe de non-intervention - d'abattre et d'enlever les chablis, une opération de génie écologique entreprise suite à des intempéries imprévisibles mais qui va dans le (bon) sens d'une renaturation.
D'après Michel Gissy " Les peupliers américains chassés des bois " paru dans les Dernières nouvelles d'Alsace du 2 août 2000, lu à www.dna.fr

NORVEGE
Sexe et pollution

Parmi les 3 000 ours polaires (Ursus maritimus) du Svalbard, 1 sur cent est hermaphrodite - en fait femelle - avec, en plus, un petit pénis. Le phénomène serait dû aux polychlorobiphéniles (PCB) déversés à profusion dans l'océan Arctique par des fleuves russes ou apportés de plus loin par des courants, incorporés le long de la chaîne alimentaire du plancton au poisson planctonophage puis au phoque piscivore (qui ne semble pas concerné ) et, enfin, à l'ours phocivore.
D'après Sciences et avenir, le Quotidien, lu à www.sciences-et-avenir.com

ÉTATS-UNIS
Loup, prend ton élan !

Et les trembles du parc national de Yellowstone et d'autres zones des Rocheuses cesseront vraisemblablement de régresser, indique un travail publié dans Biological Conservation. En effet, la meilleure hypothèse ? étayée par des documents d'archive, des photographies aériennes et des études dendrologiques ? pour expliquer que ces arbres précieux (ce sont, dans ces montagnes, les seuls feuillus et leurs couleurs automnales font alors l'attrait de ces paysages) déclinent et ne sont pas remplacés est celle-ci : leurs jeunes sujets sont broutés à l'excès par les élans que leur prédateur, le loup, laisse tranquilles depuis la fin des années 1920, où on l'a exterminé (au motif de son impact sur les bisons et les élans). Non seulement les élans sont plus nombreux qu'au début du siècle, mais leur comportement alimentaire a changé, une fois la présence du loup définitivement devenue improbable.
Texte original sur le site de l'université de l'Oregon à osu.orst.edu/dept/ncs/newsarch/2000/Sep00/wolves.htm

ROYAUME-UNI
Sous la touche

Tout responsable informatique (d'un bureau, d'un labo, d'une exploitation agricole…) se précipite, en cas de panne, sur le clavier pour vérifier 1°) qu'il est branché et 2°) qu'un trombone ne s'est pas faufilé sous les touches. Il aura fallu attendre la publication d'un travail de chercheurs des Reading Scientific Services (stipendiés par AOL) pour avoir des données quantifiées sur l'accumulation de déchets au fond des claviers.
Selon nos rudologues, la matière (essentiellement organique ) déposée là pendant 1 mois s'élève à 1,89 g en moyenne. Il s'agit à 56% de débris de gâteaux secs et autres barres chocolatées.
Le reste est constitué d'autres reliefs alimentaires mêlés de desquamations, de cheveux et rognures d'ongles d'Homo sapiens sapiens ; les agrafes et les insectes participent chacun pour 1% à ce dépôt.
D'après Computer filth exposed, par Mark Ward, lu sur BBC News Online à news.bbc.co.uk
NDLR 1 : un financement devrait aller à des entomologistes pour qu'on sache si ces insectes sont des mangeurs de miettes (psichophages) ou s'ils ont percuté l'écran trop vivement éclairé.
NDLR 2 : nettoyez à fond votre clavier si vous souhaitez la discrétion sur vos activités réelles devant l'ordinateur.

FRANCE
Message

" J'attends de l'INRA qu'il continue à s'inscrire dans la politique du gouvernement alliant excellence scientifique des travaux, prise en compte des finalités sociales et économiques et insertion dans la société. Quatre thématiques sont actuellement prioritaires 1) garantir la sécurité et la qualité des produits alimentaires, 2) encourager à des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement, 3) promouvoir la multifonctionnalité de l'agriculture, 4) protéger un modèle agricole européen dans une économie mondialisée. Sur tous ces sujets, la contribution de la recherche publique française sera déterminante pour accompagner les acteurs privés et éclairer la décision publique […] ".
Jean Glavany a aussi souligné la nécessité " pour répondre aux enjeux de la science moderne de construire un partenariat équilibré et renouvelé entre la recherche publique, l'enseignement supérieur, les entreprises et le développement agricole. "
Propos tenus lors de la visite du ministre de l'Agriculture et de la Pêche au siège de l'INRA, le 8 novembre 2000 (communiqué de presse).

FRANCE
De l'art et du cochon

Comment gagner son poids en cochonaille ? En allant à Saint-Just-le-Martel, en participant au XIXe Salon international du dessin de presse et d'humour, en se présentant comme collaborateur de plusieurs revues estimables et de l'inestimable Courrier de l'environnement de l'INRA, en faisant bien marrer les concurrents et le jury et en raflant le Premier Grand Prix anti-mal-bouffe. On a reconnu là un haut-fait de Rousso. Honos alit artes.
D'après Saint-Just international news du 30 septembre 2000.

PLANÈTE
L'atome et l'espace conservent

En juillet 2000, l'association Symbiose, grâce à l'appui financier d'EDF, a ouvert une réserve naturelle au pied des tours-cheminées de la centrale atomique de Chooz, dans les Ardennes. Le site est très prisé par les balbuzards pêcheurs, les hérons cendrés, les loutres, les castors et d'autres espèces rares dans nos campagnes et encore plus dans nos usines. En effet à proximité des installations électro-nucléaires, nul ne s'est avisé de lotir, d'aménager une base de loisirs ou de tracer un circuit de courses…
Un coin de paradis, comme à Cap Canaveral, en Floride, où le centre spatial Kennedy gère un terrain de 56 000 ha où prospère une faune plus riche qu'aux environs. C'est, en effet, la plus longue section de plages non aménagées (non loties) de la côte Atlantique ; en retrait, les marais, lagunes, cours d'eau sont gérés soigneusement pour maintenir toutes les espèces et des brûlages contrôlés préviennent des incendies spontanés. Les lanceurs de navettes restent très attentifs : la mousse d'isolation des réservoirs de propergols fait le délice des vautours et des chauves-souris.
D'après Télérama n°2647 du 4 octobre 2000 et Sciences Actualités " Une arche de Noé à l'ombre des fusées " (www.afp.com/ext/francais/citesciences/environnement/)

FRANCE
Des magots dans les bois

Il y en a dans le bois de Vincennes, on en trouvera sans doute dans le bois de Boulogne. Ces Macacus sylvana sont des singes d'Afrique du Nord, connus des primatologues pour leur façon à eux de régler leurs conflits par un usage très particulier d'un bébé-magot et connus des services vétérinaires comme une nouvelle plaie. Apportés du Maroc ? où leur vente semble libre - par des touristes pour en faire un animal de compagnie, ces bêtes se révèlent ce qu'elles sont hors de leur milieu, sales et méchantes. Les zoos et parcs animaliers en sont saturés et les propriétaires se débarrassent de leur animal dans la nature. Où il peut survivre très bien à l'hiver et à la neige ? comme dans son Rif ou son Moyen Atlas natal - et agresser des passants comme des passantes, mais en visant tout particulièrement, dans le cas des premiers et s'ils sont la propriété d'une seconde, leurs pudenda. Ses morsures, où qu'elles soient portées, sont très dangereuses (rage possible, entre autres pathologies).
L'espèce n'est pas (encore ?) acclimatée en France, où les bandes avec leur structure sociale ne sont pas constituées. L'animal est activement pourchassé. Mais que faire des singes recapturés ressortissants d'une espèce protégée ? Il n'est pas question d'introduire son prédateur naturel, Felis panthera, la Panthère, dont quelques individus survivent peut-être encore au Maroc.
D'après, notamment, " Les singes sont dangereux " de Frank Lefebvre, sur TF1 le 27 septembre 2000 (info.tf1.fr) ; dessins repris du Catalogue des mammifères sauvages du Maroc, par Stéphane Aulagnier et Michel Thévenot, publié dans la série Zoologie (n°41) des Travaux de l'Institut scientifique chérifien, Rabat (Maroc), 1986.

Retour à l'Album des Brèves du Courrier.  


Vers l'Album des Brèves