Les Brèves du Courrier

n°30

Le tabac nuit gravement à la santé (suicides chez les planteurs au Brésil) ; Ne jetez pas l'encre (l'association Handi Terre récupère les cartouches d'imprimante) ; OPEN fermé (l'Observatoire permanent de l'environnement à Bruxelles injoignable ?) ; Logodiversité (synonymes et dénominations dialectales de friche et de jachère) ; Taches vertes (les bases de l'US Army) ; Petite nature (l'"espace nature" du dernier Salon de l'agriculture...) ; Marais-Unis (le réseau WAtER de la DG XII) ; Au poteau (les poteaux télégraphiques américains empoisonnés) ; Radio chevreuils (le radiopistage et ses dérives virtuelles) ; Radio limite (le progrès technique améliore l'enfermement).


BRESIL
Le tabac nuit gravement à la santé

Dans l'extrême-sud du Brésil (Rio Grande do Sul), une vingtaine de planteurs de tabac se sont pendus en un an. C'est un effectif important pour une bourgade de quelque 50 000 habitants et l'on recherche les causes de cette épidémie de suicides.
Première hypothèse : le comportement des agriculteurs est altéré suite à leur intoxication par les pesticides organo-phosphorés ; les agrotoxicos (en brésilien dans le texte) auraient des effets dégénératifs sur le système nerveux central, suite à une exposition lors de traitements effectués sans protection. Seconde hypothèse, avancée par un psychologue : les planteurs sont enclins aux manifestations extrêmes de désespoir du fait de leur ascendance allemande luthérienne. Mais le cas d'Arapiraca plaide pour l'hypothèse insecticide : les suicidés qui y sont anormalement nombreux, sont des caboclos, métis de Portugais, Noirs et Amérindiens.
Et, " bien que rien ne soit scientifiquement prouvé ", Bayer a suspendu la vente de l'organo-phosphoré Tamaron...
D'après le Monde, du 26 décembre 1996

FRANCE
Ne jetez pas l'encre

L'association Handi Terre récolte plus de 60 000 cartouches d'imprimante (à jet d'encre, laser) par mois. Autant de déchets indésirables dans les décharges qui sont recyclés : les cartouches sont reconditionnées pour être réutilisées. Une activité qui a favorisé la création de 120 emplois à ce jour, réservés à des chômeurs handicapés.
Contact : Thierry Vitoz, Handi Terre, 25, rue Louis-Ulbach, 92415 Courbevoie. Tél. : 01 41 88 90 00 ; fax : 01 41 88 90 01.

FRANCE
Radio chevreuils

Une quinzaine parmi les quelque 280 chevreuils (chevrettes et faons) de la forêt de Notre-Dame, (proche de Pontault-Combault à l'est de Paris) viennent d'être équipés d'un émetteur radio (inclus dans un solide collier). Les techniciens de l'Office national de la chasse espèrent par cette opération de radiopistage pouvoir connaître les raisons de la raréfaction de cette espèce - partout ailleurs en expansion. Chasse (très réglementée et chère), bruit du trafic sur l'autoroute qui écorne la forêt, passage des avions à basse altitude, gène occasionnée par le million de visiteurs (sans compter presque autant de chiens) qui fréquentent ce massif miraculeusement conservé, braconnage ? On sait déjà que le jour du 1er mai, nos animaux se déplacent sur 12 km, contre 2 petits kilomètres habituellement. Cherchent-ils désespérément du muguet ? Ou sont-ils dérangés par les chercheurs de cette précieuse plante ?
D'après le Nouvel Observateur, du 7 au 13 novembre 1996
NDLR : Le radiopistage classique consiste à établir le parcours d'un animal dans la nature en localisant par goniométrie (ou technique similaire) la source d'ondes radio dont il est porteur. Un mois pile avant la Fête du travail, une opération bien plus rentable en informations devrait avoir lieu. Les émetteurs chevriportés seront basculés sur la fonction réémetteur, permettant l'écoute - par des services du même nom - des bruits de la forêt : coups de fusil, pétarades des autos et motos, sifflement des avions, conversations, plaisanteries, transistors et aboiement des visiteurs, chuchotements des braconniers...

EUROPE
OPEN fermé

OPEN, l'Observatoire permanent de l'environnement, vient d'ouvrir un service on-line (en français : téléphonique) d'information européenne sur l'environnement accessible à tous les citoyens (n° 0903 99140). Il permettra d'obtenir des informations sur les sujets suivants : 1) législation européenne de l'environnement (références, contenu, commentaires et critiques sur la législation communautaire concernant l'air, l'eau, les déchets, le bruit, le bien-être des animaux, la nature, les substances chimiques, y compris les pesticides) ; 2) fonds destinés à l'environnement dans les différentes politiques communautaires (agriculture, régions, environnement, recherche, pays de l'Est) : montants des ressources, directions générales responsables, procédure et critères d'éligibilité ; 3) industries des technologies propres et techniques de dépollution ; coordonnées des industries compétentes dans les secteurs de l'air, l'eau, des déchets et du sol ; 4) données sur la pollution en Europe : sources officielles (Agence européenne de l'environnement, Commission européenne, Etats membres, OCDE) et non gouvernementales par type de pollution ; 5) pouvoir d'initiative à la disposition des citoyens pour défendre l'environnement au niveau de l'UE ; 6) toute autre information sur la politique communautaire de l'environnement.
Ce service téléphonique fonctionne du lundi au vendredi de 10 h à 13 h et de 15 h à 18 h ; coût : 0,78 FrB par 8 secondes.
OPEN : 25, rue Charles-Meert, B-1030 Bruxelles - Maurizio Cancelmo, Tél. : (02) 216 43 89.
D'après le communiqué de l'Agence Europe du 6 janvier 1997.
NDLR : à l'heure où nous rédigeons ces lignes, le numéro susindiqué est inaccessibe pour le citoyen européen qui ne l'appelle pas depuis la Belgique. OPEN parviendra-il à s'ouvrir ?

FRANCE
Logodiversité

Synonymes et dénominations dialectales de friche : fein, tope, armire, gromonire, banche, champouène, vachère, viard, vacant, garipelé, berdu, bourge, charmé, corbière, coz, distu, erm, erp, eyral, fraud, frachivo, frechiva, fresche, freucha, freuche, frouste, terre gaive, terre gast, gerp, ertaye, léton, ravoire, revatoulié, ripe tiryenn, trehhe, treiche, trescamp, tri, vaque, vauren, veire, venes, yen.
Idem pour jachère : gachière, gakière, jouhire, gicière, boage, bouge, bouige, bouzigue, campas, champas, frasibo, gara, grach, jafuchère, norain, plintse, saumart, semoros, sombres, teppe.
Dans le Vexin français, les mots ayant circulé, outre jachère, friche et lande sont : - larris, attesté sous diverses formes dès le XIe siècle, pour désigner une lande, une friche, ou un sol incultivable, très souvent à flanc de coteau (étymologie germanique : lar, signifiant clairière, lande) ; - luat, terme exclusivement toponymique désignant un bois, une lande (étymologie latine lucus, signifiant bois sacré puis bois, par le bas latin luatum) ; - commune, toponyme témoin de la féodalité, car il évoque une terre vaine et vague appartenant au seigneur et sur laquelle les habitants n'avaient que des droits d'usage et de pâturage ; - coutume, appellation elliptique s'appliquant au droit d'usage sur les " communes " ; - vast, attesté en ancien français sous les formes wast ou gast, pour désigner une terre infertile, une jachère (étymologie germanique, par le latin vastare, signifiant dévaster) ; - gâtine, attesté dès le XIIIe siècle sous les formes gastine ou guatine, pour désigner une terre humide et peu fertile (étymologie bas latine, vastinum) ; - trie, terme d'ancien français d'origine germanique et signifiant - semble-t-il - jachère ; trompe panier, sobriquet s'appliquant à un sol vraiment trop pauvre pour récompenser tout labeur.
D'après Antoine Da Lage, JATBA, 38, 59-82 (1996).
NDLR : a) cette brève est à joindre en codicille au Dossier de l'environnement n°9 " Jachères ", toujours disponible ; b) l'Infoservice du Courrier de l'environnement ouvre une fenêtre sur le Vexin français, précisément sur les terres de la Bergerie, du domaine de Villarceaux, où la Fondation pour le progrès de l'homme mène une expérience de passage à une agriculture durable : voir dans Aveulouque, ci-dessus).

EUROPE
Marais-Unis

La DG XII de la Commission européenne vient de publier un plan scientifique pour le réseau de recherche sur les écosystèmes aquatiques et les zones humides (WAtER), un nouveau réseau de recherche thématique financé dans le cadre du programme communautaire Environnement et climat.
Le réseau WAtER coordonnera en premier lieu les projets de RDT pluridisciplinaires financés par le programme Environnement et climat, et servira pour les décideurs européens de base solide leur permettant de mettre en oeuvre une gestion intégrée des ressources en eau de ruissellement et marécages. Ces projets visent à permettre de mieux comprendre le fonctionnement et la valeur des écosystèmes aquatiques et des marécages, en tenant compte de leurs différences régionales et de leur biodiversité. Par la suite, le réseau WAtER servira aussi à intégrer la recherche des Etats membres sur les écosystèmes aquatiques et les marécages aux projets de recherche financés par la Commission européenne.
Contact : Commission européenne, DG XII - science, recherche et développement
Dr. Hartmut Barth, unité XII/D1 - Environnement et climat, rue de la loi 200 B-1049 Bruxelles
Fax : +32 2 2952097 ; hartmut.barth@dg12.cec.be

USA
Taches vertes

Le ministère américain de la Défense vient de publier, à l'intention des gestionnaires de toutes les bases militaires, un manuel de 400 pages sur la préservation des écosystèmes.
Le domaine de l'Armée (10 millions d'hectares) est aussi vaste que le Tennessee et comporte notamment des zones humides protégées ; il héberge plus de 300 espèces menacées, sans compter 150 sites historiques et plus de 100 000 sites archéologiques.
Les naturalistes ont maintes fois constaté que des espèces qui ne se trouvent plus ailleurs survivent sur les terrains de l'armée, interdits à la plupart des activités humaines " normales " et où le pâturage, la chasse et la cueillette sont sinon absolument interdits, du moins réservés à un très petit nombre. Ce souci de conservation va de pair avec quatre autres objectifs environnementaux de l'Armée américaine : la restauration des lieux pollués par d'anciennes activités, le respect des normes environnementales pour les activités actuelles, la prévention de la pollution et la mise au point de technologies environnementales.
Le département de la Défense (DOD) s'est longtemps retranché derrière la " souveraineté de l'Armée " pour ignorer ce genre de préoccupations et notamment la déclaration de " mobilisation générale pour l'environnement " faite par le président Nixon. La condamnation pour détention et dépôt illégaux de déchets dangereux de trois employés civils du DOD (Aberdeen, Michigan) en 1989 a quelque peu précipité les choses et ce sont quelque 5 milliards de dollars qui sont affectés spécifiquement aux programmes environnementaux de l'Armée désormais. Un budget que le Congrès cherche à limiter ou à couvrir par d'autres sources.
D'après Le Nouvel observateur du 9-15 janvier 1997 et Department of Defense Environmental Programs: Background and Issues for Congress, par K.H. Hicks et S. Daggett, du 6 mars 1996 (http://www.cnie.org/nle/st-4.html)

FRANCE
Radio limite

Des personnes condamnées à des peines de prison inférieures à quelques mois se voient (en Allemagne) munies d'un dispositif électronique (attaché à la cheville) qui leur interdit de quitter leur domicile. Un boîtier électronique relié au téléphone envoie toutes les 20 secondes une impulsion radio qui, renvoyée par le bracelet, " tranquillise " le cerveau électronique du-dit boîtier. Si l'onde n'est pas renvoyée, le même cerveau se dit que le prisonnier a quitté le périmètre de surveillance et appelle la maréchaussée. Sachez que le procédé est légal en France depuis le vote du 25 mars 1997.
Des bovins jusque-là astreints à paître strictement à l'intérieur d'une zone de prairie délimitée par une agressive, coûteuse et laide clôture vont bientôt n'avoir plus à subir cet enfermement carcéral. En effet, et grâce au CEMAGREF, chaque animal sera muni d'un dispositif électronique (au cou) qui détectera l'onde émanant d'un fil métallique discret posé ou enterré le long du pourtour de son aire de récréation. Approchera-t-il de la frontière au-delà de laquelle l'herbe (s'imagine-t-il) est plus verte ? Un signal sonore le préviendra gentiment de freiner et d'infléchir sa trajectoire. Oserait-il faire le sourd ? Un choc électrique le mettra concrètement au courant et le rappellera au respect de limites tracées par des ingénieurs pour son bien.
D'après, notamment Arte du 29 mars 1997, Agriculture Magazine de mars 1997 et Le Monde du 27 mars 1997.

FRANCE
Petite nature

Le Salon international de l'agriculture (SIA 97) a été organisé autour de quatre grands thèmes reflétant " les priorités de la politique menée par les pouvoirs publics et la diversité des missions du ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation " : l'élevage, les produits agro-alimentaires, la formation, l'information et les services et l'espace nature... installé dans le hall 2/1, " transformé en un vaste paysage rassemblant vergers et jardins, champs et prairies, étangs et forêts. Bref, la campagne à la Porte de Versailles ".
Que la nature est belle - dans les communiqués de presse ! Allons voir cet espace car " l'amour pour la nature est le seul qui ne trompe pas les espérances humaines " (H. de Balzac) et dresser l'inventaire des éléments d'une nature représentée, mise en scène, commentée, expliquée, donnée à voir et à désirer dans un lieu d'exposition qui est le " grand rendez-vous " de cette fin d'hiver.
L'on y trouve des stands et aires de démonstration de : serres et vérandas ; huile de vison ; chats siamois avec tout-ce-qu'il-faut-pour-leur-bonheur (habits, jouets, piédestals recouverts de fourrure) ; fleurs en plastique ; paons ; échelles en aluminium (plusieurs tailles, avec de très remarquables modèles pouvant se transformer en échafaudages) ; véhicules 4x4 et kaki et diesel pour la chasse ; fusils, casquettes, vestes chaudes, chiens et sièges pliants pour le même sport ; friandises pour poissons rouges, canards et bien d'autres pans de nature.
En effet, " quand on observe la nature, on y découvre les plaisanteries d'une ironie supérieure " (H. de Balzac, encore lui).
D'après BIMA n° 1457 du 15 janvier 1997, la visite effectuée le 25 février 1997 par les envoyés spéciaux du Courrier - qui ont bien regretté l'absence d'un stand consacré aux nains de jardin - et le Dournon des citations françaises (Belfond, 1992).

USA
Au poteau

Un groupement écologique américain, la Coalition nationale contre la mauvaise utilisation des pesticides, lance une alerte aux dangers des poteaux téléphoniques en bois qui répandraient dans la nature des toxiques puissants dont l'utilisation est généralement interdite dans les lieux où les poteaux sont plantés. En effet, ces derniers sont 100 millions aux Etats-Unis à entretenir à leur pied un " site toxique miniature " du fait du délavage des produits chimiques (arsenic, dioxine, chrome...) dont ils ont été imprégnés pour assurer leur conservation.
Les poteaux de nos campagnes, quand ils ne sont pas en acier galvanisé (avec si possible un chapeau pour ne pas servir de piège à oiseaux nicheurs), doivent leur longévité - quarante à cinquante ans - à un mélange CCA (oxydes de cuivre, chrome et arsenic) qui imprègne bien le bois et n'est que très peu délavé. Pour la créosote (distillat de bois), de moins en moins employée, une preuve de son innocuité serait qu'elle ne dispense pas la SNCF de traiter au désherbant abondamment les voies autour des traverses qui en sont imbibées.


Vers l'Album des Brèves