Les Brèves du Courrier

n°29

Coton douteux (le coton transgénique de Monsanto ravagé par les chenilles...) ; Paires de... (des noms de boeufs), Surglandage (les Geais des chênes chassés de Russie par la faim), Évolution (le pape reconnaît l'Évolution), Goupilator (à propos de renards tueurs de fleurs), Scrutateurs verts (l'OCDE classe la France en Environnement), Arrêt sur écran (le XVe festival international du film d'environnement, Rayons verts (rayons sans soja transgénique), La nature vous remercie (lu dans un hôtel), Écrans noirs et nuits blanches (la panne informatique du Ier janvier 2000 et celles que vient d'éprouver la DPEnv.).


ETATS-UNIS
Coton douteux

Le cotonnier transgénique BollGard de Monsanto - capable de secréter une toxine de la bactérie entomopathogène Bacillus thuringiensis (Bt) et commercialisé par Delta and Pine Land (le plus gros marchand de graines de coton) - a été cultivé sur 13% de la surface totale consacrée à cette plante aux Etats-Unis. Son atout : être résistant à au moins 3 espèces de Lépidoptères ravageurs.
Or, au Texas, les dégâts des chenilles de la Noctuelle de la tomate, Helicoverpa armigera, ont été massifs cette année sur ces cotons. Les cultivateurs ont dû procéder à des épandages de produits chimiques insecticides - opération que l'emploi d'une telle plante devait abolir - et ont donc payé deux fois pour la protection de la culture contre le ravageur.
Trois explications sont avancées : - un climat exceptionnellement favorable à l'insecte, explication avancée par Monsanto ; - des populations de Noctuelle de la tomate résistant à la toxine se sont développées (elle résisteront aussi aux épandages de Bt) ; - les lots de graines de coton n'étaient pas homogènes, du coton "normal " s'étant trouvé mélangé au coton transgénique. Les résultats des vérifications en cours pourraient entraîner le retrait de l'autorisation de mise sur le marché de ce coton.
D'après Biofutur n° 160, octobre 1996 et Seeding , octobre 1996.

FRANCE
Paires de...

Chatouillez et Nichon, Malin et Vicieux, Rabattez et Jupon, Jaunet et Matelot, Marocain et Tunisien, Parisien et Libéré, Bourgeois et Rentier, Fonctionnaire et Bienheureux, Négociant et Voleur, Haricot et Fayot, Cassis et Pernod, Colonel et Nasser, Parlez et Bavoir, Monaco et Waterloo, Pano et Rama, Ruban et Violet, Lapin et Sauvaget, Pigeon et Voyageur, Trimard et Baluchon, Bibi et Lolo, Debout et Fainéant, Souris et Mulot, Jumeau et Trop p'tit, Bien fait et Ssac d'os.
Paires de quoi ?
Si vous n'avez pas deviné, allez page 3 de couverture...

FRANCE
Surglandage

La population de Geais des chênes de la Région parisienne a été multipliée par 100. A la mi-octobre, on a pu compter jusqu'à 1 000 individus à l'heure le long des côtes nord de la France. Un tel afflux n'avait pas été noté depuis 1965.
D'où viennent ces beaux oiseaux aux couleurs bleu azur à roux délicat mêlé de blanc et de noir, au cri d'alarme rauque (mais méfiance, ces geais sont capables d'imiter les chants d'autres oiseaux), ces consommateurs de glands (qu'ils enfouissent pour les tenir en réserve), de baies et d'insectes ?
De Russie, d'où ils sont chassés par une grave pénurie de nourriture.
D'après le communiqué de la Ligue pour la protection des oiseaux du 24 octobre 1996.

VATICAN
Evolution

Le pape Jean-Paul II vient de reconnaître que les principes exposés il y a plus d'un siècle par Charles Darwin dans De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle étaient "plus qu'une hypothèse".
D'après Le Monde du 29 novembre 1996

FRANCE
Goupilator

La mairie de Triel (dans une boucle de la Seine en aval de Paris) a pris le 10 février 1996 un arrêté de destruction des animaux " nuisibles ". Une quinzaine de tartarins armés et harnachés de pied en cap ont râtissé cette zone encore (un peu) agricole proche de Poissy. Un tableau de chasse a été immortalisé en photo par la presse locale, où l'on pouvait distinguer 3 renards. Renseignements pris, les renards sont activement pourchassés et 19 d'entre eux ont été " pris " officiellement, en 1995.
De quoi accuse-t-on les renards ? Rien de moins que de causer des déprédations graves dans les platebandes des horticulteurs. Et de " représenter un danger pour les enfants ".
NDLR : ces renards qui agrémentent leur ordinaire de fleurs ne figurent pas dans le long article de C. Rivals et M. Artois qu'on a lu au début de ce document.
Merci à Claude Loiseau, pour cette information qu'il avait développée dans le Kiosque (n°13, mars-avril 1996).
Comité de sauvegarde de Chanteloup-les-Vignes et environs, 2, rue de Dénouve, 78570 Chanteloup-les-Vignes.

FRANCE
Scrutateurs verts

L'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) vient de donner un avant-goût du rapport qu'elle publiera au printemps 1997 sur les performances environnementales de la France. Le panorama sera tout en nuances et désignera quelques points noirs : " dans de nombreux cas les pollueurs ne sont pas identifiés ou bénéficient de dérogations, et les sanctions dissuasives sont rares ", ou quelques privilégiés épargnés, comme les agriculteurs : " la couverture des coûts de l'eau par les prix et la redevance reste très insuffisante pour les activités agricoles "...
Evidemment les transports routiers sont épinglés pour leur contribution majeure à la pollution de l'air, et les administrations pour leur inertie à " verdir " leurs consommateurs. L'OCDE confirmerait par ailleurs que les politiques d'environnement ne grèvent pas, en France comme ailleurs, la compétitivité de l'économie.
D'après Presse-environnement, n°521, 28 novembre 1996.

FRANCE
Arrêt sur écrans

Le XVe Festival international du film d'environnement (RIENA) s'est tenu du 22 au 26 novembre 1996 à la salle Wagram à Paris. Ambiance rétro, bon accueil et atmosphère studieuse, ont pu constater les grands reporters du Courrier.
Le palmarès officiel des films est le suivant : Grand prix du jury à Microcosmos (voir p. 99) ; prix spécial du jury ex aequo à Quest (de Tyron Montgomery) et à l'Envolée sauvage (de Carroll Ballard) ; prix documentaire et reportages à Au rythme de la terre (de Maryse Bergonzat) ; prix de la fiction à Po Di Sangui (de Flora Gomes) ; prix jeunesse à Histoire d'eau (de Jacques-Remy Girerd) ; prix du film institutionnel à De l'inipol au nettoyage des oiseaux (de Bernard Morel) ; prix nature à Banc d'Arguin, le rendez-vous des oiseaux (de Marie-Hélène Baconnet) ; prix environnement urbain à Wild in the streets (de Christine York). Un film sur 3 récompensé.
En ce qui concerne les cédéroms, le prix a été décerné à Falaises vivantes (de Jory Selene). Les explorateurs du Courrier, s'ils n'ont vu aucun de ces films (à part Microcosmos) ont regardé et manipulé une dizaine de productions (un peu au hasard parmi la trentaine proposée en démonstration - ils n'ont pas vu le futur gagnant) et ont apprécié Nature interactive. Ces titres une fois en la cédéthèque de la DPEnv., une recension sera faite pour les lecteurs du Courrier.
Agence régionale de l'environnement et des nouvelles énergies
6, rue Monsieur, 75007 Paris. Tél. : 01 53 85 61 75 ; fax : 01 53 85 61 69.

EUROPE
Rayons verts

Des supermarchés et des grossistes de plusieurs pays européens (Autriche, Suisse, Suède, Norvège) ont annoncé qu'ils ne stockeraient pas et ne vendraient pas de produits alimentaires contenant du soja transgénique, sauf si ceux-ci sont proposés séparément et avec une étiquette spécifique.
Greenpeace, à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation (16 octobre 1996), a invité le géant agro-alimentaire Unilever à agir de même. L'organisation s'inquiète des risques pour la santé et pour l'environnement que pourraient faire courir des plantes transgéniques et milite pour que le consommateur soit précisément informé.
Le soja en question est produit aux Etats-Unis ; il a été créé par Monsanto (voir Coton douteux ci-dessus) par incorporation d'un gène de résistance à un herbicide pour en faciliter le désherbage; il y est cultivé sur 1 à 2% des surfaces consacrées à cette plante.
D'après le communiqué de Greenpeace d'octobre 1996.

EUROPE
La nature vous remercie

Affiché en français, en anglais et en allemand sous le titre ci-dessus dans les salles de bains de l'hôtel Holiday Inn de Strasbourg en novembre 1996 :
" Cher client, imaginez-vous combien de tonnes de serviettes sont lavées chaque jour inutilement dans tous les hôtels du monde ? Imaginez-vous quelles quantité de détergents polluent ainsi inutilement notre eau ? Décidez vous-même : - Si vous jetez les serviettes dans la baignoire, nous vous les changerons avec plaisir. ; - Si vous les raccrochez, nous savons que vous les réutiliserez. "

PLANETE
Ecrans noirs et nuits blanches

Il reste trois ans pour se préparer à affronter les événements terribles qui ne manqueront pas de se produire le samedi 1er janvier 2000. Cette crainte n'est pas à ranger dans les peurs millénaristes puisque le XXIe siècle - comme chacun sait et devrait admettre - commencera un an plus tard, mais est suscitée par les réflexions des informaticiens.
Lesquels informaticiens s'aperçoivent que leurs ancêtres, il y a quelques années, ont, sans le vouloir, mis en place à peu près partout des bombes logicielles programmées pour éclater précisément ce samedi noir (de la couleur qu'aura et conservera peut-être votre écran). En effet, les dates ont été, par souci d'économie et de concision codées sur deux chiffres et le passage de 99 à 00 aura, nul n'en doute, des effets dévastateurs.
Mesure-t-on les conséquences d'une panne informatique ? Peut-on décrire la vie sans ordinateur ? La DPEnv., à la pointe de la recherche et dans le cadre d'un exercice de prévention dont le caractère fortuit a renforcé l'intérêt, a déjà vécu près de deux mois coupée du réseau informatique et sans télécopieur (suite à la réfection de ses locaux) puis, ne reculant devant aucune expérience à très haut risque, s'est vue infectée par plusieurs virus informatiques (dont un très contagieux WordMacro). Avec, pour corser l'affaire, une infrastructure informatique quelque peu hétéroclite et un " environnement " Windows.
Après réanimation vigoureuse, erradication laborieuse des virus et efforts soutenus pour rattraper le temps perdu, les Dossiers numéros 11 et 12, le Sauve qui peut ! n° 9 et ce Courrier n° 29 sont parus, un peu en retard. Merci à nos correspondants et lecteurs de leur compréhension et de leur patience. L'expérience d'infopauvres que nous avons eue et surmontée nous permet de proférer qu'on peut surmonter n'importe quel changement de millénaire.
Voir, notamment, La Bombe logicielle de l'an 2000 de Pierre Vandeginste, article paru dans La Recherche n° 293 de décembre 1996.


Vers l'Album des Brèves