Les Brèves du Courrier

n°25

Carte jeunes (remise d'un trophée à un club de lycéens écologistes), Danger : chutes d'aéronefs (une falaise au mont Saint-Odile), Reliefs (le recensement des déchets d'industries agro-alimentaires), Planches de salut (la valorisation de bois de récupération), Procès vers Bâle (des Bâlois amènent leurs ordures en France), Faire-part (une nouvelle unité INRA), Côte à côte (la gestion du littoral tunisien), Les bleus sont manipulés chez les vers (des vers transgéniques bleuissent en eau polluée), Terres en sommeil (du pavot cultivé sur jachère), Les poulets sont au courant (des kW à partir de leurs déjections), Plumes molles ! (les chercheurs ont du mal à écrire), Vive la luzerne et les luzerneux (Pierre Guy honoré), Arrêtez cette spirale ! (escargots polonais), Le problème des réfugiés (afflux de sangliers en Tunisie), Paysage sonore protégé (justice et poulailler), Vogel, les oiseaux ! (en Allemagne, les corbeaux attaquent les vaches), Faire-part (antenne de l'Agence européenne de l'environnement), Barrage planté (le fameux Barrage vert algérien), Mérité (R. Guilbot honoré), Jeunes hommes verts (le service militaire à l'INRA).


FRANCE
Carte jeunes

Le club Sciences du lycée Lacroix de Narbonne (club INRA Jeunesse) a reçu le trophée Chêne décerné par la Région Languedoc-Roussillon et par l'Agence Méditerranéenne de l'environnement. Ce club de lycéens qui étudie les problèmes de pollution dans le Narbonnais a réalisé un jeu de cartes sur les déchets. En guise de prix, les quarante et un lycéens et des professeurs se sont vus offrir un voyage en Crête, durant une semaine au cours des vacances de Pâques, afin de réaliser une étude sur la nature et l'environnement sur cette île greque.
Contact : René Moletta, INRA, laboratoire de biotechnologie de l'environnement, av. des Etangs, 11100 Narbonne.

FRANCE
Danger : chutes d'aéronefs

Des carrières de Saint-Nabor, au pied du mont Sainte-Odile (Bas-Rhin), on a extrait du porphyre jusqu'en 1991. La cessation de l'activité extractive laisse un à-pic de 100 mètres. Deux architectes locaux proposent, pour la mise en sécurité du site, d'aménager des étangs au pied de la falaise. Ceux-ci amortiraient les chutes de petits éboulis et empêcheraient les visiteurs du futur parc botanique (30 ha de plantes en provenance de l'Hymalaya et des Rocheuses) de s'approcher de la zone dangereuse.
D'après Presse-Environnement, du 6 avril 1995.

FRANCE
Reliefs

Le Languedoc-Roussillon est la première région française qui entreprenne le recensement des sous-produits de son industrie agro-alimentaire, dont la variété et les quantités sont mal connues. Il s'agit, par exemple, des déchets de filetage de poissons, des plumes, des pépins de tomate, des talons de biscotte, de fruits abîmés...
L'étude, menée par le CRITT Trial et par l'Association pour la recherche des industries agro-alimentaires (ARIA), est soutenue financièrement par l'Agence pour l'environnement et la maîtrise de l'énergie (ADEME).
D'après Presse Environnement , du 27 avril 1995.

FRANCE
Planches de salut

Après le recyclage des gravats, celui du bois issu des chantiers de démolition. Pionnière en la matière, l'entreprise de démolition Bollinger de Turckeim (Haut-Rhin) s'équipe d'un concasseur (made in USA, 4 MF).
Sont ainsi convertis en granulés combustibles : ais, arbalétriers, barrots, bastings, baux, blindes, boulins, chantignoles, chevêtres, chevilles, chevrons, colombages, contre-fiches, coyaux, croisillons, doubleaux, échafauds, entraits, étais, étançons, faîtages, fermes (et fermettes), lambourdes, lambris, lames, lattes, liernes, linteaux, liteaux, lunettes, madriers, moulures, palplanches, panneaux, pannes, piquets, planches, poinçons, poitrails, poteaux, poutres (et poutrelles), sablières, solives, tasseaux, tournisses, vaigres, ventrières et voliges.
Une aide publique devrait aider l'entrepreneur à acquérir cette installation et.. à créer les quelques emplois correspondants.
D'après Presse Environnement, du 11 mai 1995.

SUISSE
Procès vers Bâle

Les habitants de Bâle (les Bâlois) se voient imposer une taxe de 8 à 9 francs par sac poubelle. Certains préfèrent en conséquence utiliser d'autres emballages pour leurs ordures ménagères et aller de l'autre côté de la frontière, en France, s'en débarrasser, à l'occasion, par exemple, de courses dans un super-marché.
Certains de ces Bâlois sont pris par la main dans le sac ? pardon, la main tenant le sac - par l'administration des Douanes et se voient infliger une amende de 500 à 2 500 FrF pour importation de déchets ménagers.
D'après Presse Environnement, du 6 avril 1995.
NDLR : nul doute qu'on oblige ceux qui trimbâlent leurs bâlayures à les rembâler.

FRANCE
Faire-part

A compter du 1er octobre 1995 est créé, au Mans, une nouvelle unité de recherche de l'INRA. Son titre et son domaine : Economie de la qualité des produits alimentaires. Son directeur : Bertil Sylvander, spécialiste des signes de qualité (et auteur du Courrier - n°18, 1992, pp. 5-21). Logée sur le site de l'université du Maine, cette UR bénéficiera du concours financier du Fonds européen de développement régional (FEDER). Sera mis en place en même temps un centre de ressources en sciences sociales pour l'économie agro-alimentaire. L'ensemble, qui emploiera une quinzaine de personnes, a été mis en place dans le cadre d'une convention agro-alimentaire passée entre l'INRA et 5 partenaires : conseil général de la Sarthe ; université du Maine, Groupement d'intérêt public Atlantech, ARIAPAL et Communauté urbaine du Mans.
D'après Presse info INRA, de juillet-août 1995.

TUNISIE
Côte à côte

Le domaine maritime tunisien (1 300 km de côtes) est désormais géré par l'Agence pour la protection et l'aménagement du littoral (APAL), un établissement public aux compétences plus larges que celles du Conservatoire français du littoral, dont il s'inspire et avec la collaboration duquel il se met en place.
l'APAL a également pour mission de en particulier sur la côte est ; elle sera chargée non seulement de toutes les études d'impact accompagnant les projets qui touchent le littoral mais aussi du contrôle des travaux et des sanctions éventuelles.
D'après la Dépêche de l'environnement, du 11 juillet 1995.

GRANDE-BRETAGNE
Les bleus sont manipulés chez les vers

Un ver aquatique, Caenorhabditis elegans, a la propriété de se colorer en un bleu plus ou moins intense lorsque l'eau qui le baigne est polluée par des molécules toxiques ou des métaux lourds. Il suffirait de le disposer dans le champ d'un capteur photosensible pour réaliser un appareil de détection de la pollution des rivières, capable de donner automatiquement l'alerte.
C'est grâce à une manipulation génétique - la greffe d'un gène issu d'une bactérie - faite par l'équipe du professeur David de Pomerai (université de Nottingham) que le ver bleuit, sous l'effet du stress provoqué par les modifications chimiques de son milieu.
D'après AFP sciences, du 8 juin 1995

FRANCE
Terres en sommeil

Un bon demi-millier d'agriculteurs de Champagne-Ardenne, du Centre et du Poitou-Charente s'adonnent à la culture du pavot (Papaver somniferum). La culture se fait sur jachère et dégage une marge brute qui peut atteindre 8 500 francs par hectare : les superficies consacrées à la plante dont sont tirées la morphine et la codéïne ont augmenté chacune de ces dernières années, atteignant 4 500 ha en 1995. La filière est gérée par une société unique (Francopia), agrée par le ministère de la Santé.
D'après Agra Presse, du 12 juin 1995

FRANCE
Les poulets sont au courant

Que faire des 250 000 tonnes de fiente produites par les volailles bretonnes et qui ne trouve pas preneur ? Le compost - qui serait un débouché intéressant - se vend mal.
Aussi s'oriente-t-on vers leur utilisation comme carburant dans une centrale électrique, comme cela se fait en Angleterre, dans le Suffolk. La centrale envisagée par l'association de groupements avicoles "Bretagne-Energie-Biomasse reviendrait à 350 MF et produirait un courant un peu plus cher que celui d'EDF.
D'après Presse Environnement du 29 juin 1995.

FRANCE
Plumes molles !

De deux enquêtes réalisées l'une auprès d'enseignants-chercheurs de Grenoble, l'autre auprès de chercheurs de l'INRA (200 personnes en tout), il ressort que la plupart n'aiment pas écrire ? encore moins en anglais - alors que l'écriture est vécue comme un passage obligé dans le domaine de l'activité scientifique.
Les difficultés sont nombreuses (depuis les incertitudes sur l'orthographe jusqu'à la nécessité de clarifier sa pensée) et le travail qui occupe entre 30 et 50% du temps du chercheur traîne ; on reprend des expressions qu'on vient de lire... une lecture que les scientifiques pratiquent essentiellement pour trouver des informations (rarement pour s'informer de façon générale...). Presque tous les "enquêtés" estiment n'avoir été que trop peu ou trop mal préparés à la rédaction en français. Quant à l'anglais...
Enquête de Marie-Claude Roland, formatrice en rédaction scientifique.

UNIVERS
Vive la luzerne et les luzerneux

Sur proposition de l'institut de recherche Fleschmann-Rudolf de Compolt, le conseil de l'université des Sciences agricoles de Gödölö a décerné le titre de à notre ami Pierre Guy, de Lusignan (station INRA d'amélioration des plantes), spécialiste mondial de la génétique et de l'amélioration de la luzerne (Medicago spp.).
Pierre Guy a écrit maintes fois dans le Courrier, c'est lui qui a créé et piloté le groupe jachère et il anime en outre la revue Sauve qui peut ! Bref, ses mérites sont en effet immenses.
Université des sciences agronomiques de Gödölö : Pater K. u.l., 2103 Gödölö (Hongrie).
Pierre Guy : INRA-SAPF, 86600 Lusignan.

POLOGNE
Arrêtez cette spirale !

Depuis le 1er avril 1995, la chasse aux escargots est sévèrement limitée en Pologne. Le ramassage de ces gastéropodes ne pourra se faire que pendant le seul mois de mai et tout individu dont la coquille aura un diamètre inférieur à 30 mm sera laissé tranquille. Les escargots sont en effet menacés de disparition en raison de leur exportation massive , entre 200 et 300 tonnes par an, vers la France.
D'après le Monde, du 14 avril 1995

TUNISIE
Le problème des réfugiés

Les paysans tunisiens, et tout particulièrement ceux dont les parcelles ont été gagnées tout récemment sur la forêt, affrontent un ravageur redoutable, connu, mais aux effectifs et à l'appêtit décuplés : le sanglier (Sus scrofa barbarus). Champs retournés, récoltes anéanties mais aussi accidents mortels lors des rencontres sur les routes avec les voitures...
La Tunisie compte plus de 50 réserves ou parcs nationaux, où l'animal prolifère. La sécheresse ? qui a duré 18 mois - a fait sortir les sangliers des forêts tout en rendant plus graves leurs déprédations. Enfin, la lutte de l'armée algérienne contre les maquisards du groupe islamiste armé (GIA) a conduit à l'incendie des forêts des Aurès par celle-là pour en chasser ceux-ci. D'où une immigration forcée des hyènes, chacals et sangliers en Tunisie où... la lutte contre les islamistes armés a conduit à retirer aux gens leurs fusils de chasse.
Et la chasse ? Le sanglier est un inconsommable par un bon musulman, les taxes d'abattage sont inabordables et la vue des viandards venus d'Italie est aussi désagréable que celle des sangliers arrogants.
D'après Taoufik Ben Brik et Denise Williams, SYFIA n°78, juillet 1995

FRANCE
Paysage sonore protégé

"Attendu que la poule est un animal anodin et stupide au point que personne n'est parvenu à la dresser [...], attendu que son voisinage comporte beaucoup de silence, quelques tendres gloussements qui vont du joyeux (ponte d'un oeuf) au serein (dégustation d'un ver de terre) en passant par l'affolé (vue d'un renard), attendu que ce paisible voisinage n'a jamais incommodé que ceux qui, pour d'autres motifs, nourrissent du courroux à l'égard du propriétaire de ces gallinacés, la cour ne jugera pas que le bateau importune le marin, la farine le boulanger, le violon le chef d'orchestre, et la poule un habitant du lieu-dit La Rochette, village de Sallèdes (402 âmes), dans le département du Puy-de-Dôme. " C'est en ces termes inattendus que la cour d'appel de Riom a infirmé un jugement du tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand qui avait ordonné la fermeture d'un poulailler trop bruyant aux oreilles d'un habitant du village, lequel plaignant, insatisfait, avait fait appel pour obtenir des dommages-intérêts (20 000 F).
D'après Libération, du 11 septembre 1995.

ALLEMAGNE
Vogel, les oiseaux !

Dans le pays de Havel (Land de Brandebourg) les kolkhozes de la République démocratique allemande ont disparu, laissant la place à des zones d'élevage extensif. Le bétail, autrefois bien surveillé, est laissé à lui-même. C'est à cette mutation que les spécialistes du ministère de l'Agriculture local attribuent le changement de comportement des corbeaux, lesquels ont attaqué, en 1994, une quarantaine de bêtes isolées.
Selon un éleveur, "les bêtes n'ont aucune chance. Les volatils s'en prennent le plus souvent à des animaux sans défence, des veaux ou des vaches qui viennent de vêler, leur crèvent les yeux et les déchiquettent jusqu'à la colonne vertébrale Le carnage a lieu de préférence par un matin gris ou un jour de brume ". Les corbeaux sont espèce protégée et l'hiver 94/95 a été moins meurtrier.
D'après Les amis des animaux, n°55, mai-juin 1995.
NDLR : les éleveurs se sont entendus conseiller de , ou de faire accompagner les troupeaux par des chiens. Plus simple, partiellement efficace certes, mais tellement plus authentique : coiffer tout bovin ruminant en plein air d'un casque à pointe.

EUROPE
Faire-part

L'agence européenne de l'environnement, organisme sis à Copenhague et en fonctionnement depuis 1993, vient d'installer une antenne au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) de Paris : le centre thématique européen pour la conservation de la nature. Ce CTE/CN est formé d'un consortium de 15 institutions spécialisées, issues de 11 pays européens, agissant en partenariat avec le MNHN. Sa mission pour les trois ans à venir comporte les thèmes suivants : approche générale sur la conservation de la nature en Europe, état et tendance de la biodiversité en Europe, soutien à la mise en oeuvre du Réseau Natura 2000.
Quatre autres centres thématiques sont désignés par l'AEE : le Water Research Centre (Medmenham au Royaume-Uni) pour les eaux douces, le Centro di Ricerca dell'Ambiente Marino (La Spezia en Italie), le Rijksinstitut voor Volksgezondheit en Milieuhygiene (Bilthoven aux Pays-Bas) et le Umweltbundesamt (Berlin en Allemagne).
Contact : Dominique Richard, MNHN, 57, rue Cuvier, 75231 Paris cedex 05. Tél. : 40 79 38 70 ; fax : 40 79 38 67.

ALGÉRIE
Barrage planté

Au début des années 70, l'Algérie, dans l'euphorie de l'après-indépendance et de la manne du pétrole et du gaz, s'est lancée dans l'implantation d'une "muraille verte" entre la frontière marocaine et la frontière tunisienne pour faire barrage à l'avancée du désert vers le nord.
Sur les 3 millions d'hectares qui devaient être boisés, 160 000 ha seulement l'ont été. Commencé par l'armée, le chantier a été poursuivi par le ministère de l'Agriculture et pourrait être confié aux grandes entreprises publiques.
Ces espaces forestiers ont aujourd'hui très triste mine : les pins d'Alep, qui y sont malencontreusement la seule essence, sont ravagés par la chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pytiocampa) malgré les opérations d'échenillage manuel et les traitements. L'écosystème ancestral n'a pas été reconstitué, le désert  "avance", le menu bois ramassé et l'ombre offerte aux troupeaux ne consolent pas les paysans de la perte de terrains pastoraux.
D'après Mohamed Ansar, SYFIA n°75, avril 1995.

UNIVERS
Mérité

Robert Guilbot, secrétaire général de l'Office pour l'information éco-entomologique (OPIE), s'est vu remettre les insignes de chevalier de l'Ordre national du mérite et conséquemment épingler, le 15 septembre 1995, la médaille réglementaire, au nom du Président de la République, par Jacques Lecomte, président, en son temps, de la Cellule Environnement de l'INRA.
Deux choses à retenir du joli discours de J. Lecomte : d'une part son leitmotiv, les boeufs, ceux de La Minière (pour les soins desquels avait été recruté à l'INRA le jeune Guilbot) et ceux de Parthenay, ville natale du récipiendaire, (qui forcèrent un jour J. Lecomte à se réfugier dans un café à Parthenay) et, d'autre part, son tableau de l'évolution de l'OPIE, sous l'impulsion aussi enthousiaste qu'énergique de R. Guilbot, depuis une tendance systématique-entomo agricole vers ses actions actuelles de protection des espèces et des milieux, fort bien vues et efficaces, n'en déplaise à certains collectionneurs.
L'OPIE est installé (insectarium, librairies, salle de conférences et de projections) à La Minière, non loin de Versailles. Adresse postale : BP 9, 78285 Guyancourt cedex. Tél. : 30 44 13 43 ; fax : 30 83 36 58.

FRANCE
Jeunes hommes verts

Le service national peut désormais être effectué dans un laboratoire de l'INRA, au titre de l'Environnement, pour y effectuer des tâches relevant de la protection du milieu naturel et de la prévention des risques.
Les appelés doivent faire acte de candidature 4 mois au moins avant la date souhaitée d'incorporation et se mettre en rapport avec un service ou un laboratoire de l'INRA. Pendant les 10 mois de ce  "service civil"une indemnité (de 1 700 francs, devant couvrir les frais d'hébergement, de nourriture et d'habillement) sera versée par l'INRA, en sus de la solde des militaires appelés.
Renseignements : auprès des secrétaires généraux des centres de l'INRA ou à la DPEnv. :147, rue de l'Université, 75338 Paris cedex 07 ; tél. : 42 75 92 47 ; fax : 42 75 95 08.


Vers l'Album des Brèves