Bibliographie : Courrier n°17, août 1992

On a lu, on a vu (Télématique, Logiciels), On signale (Livres, Rapports, comptes rendus, thèses, Périodiques, Brochures, documents, etc.).
Le Courrier de la cellule environnement de l'INRA n°17 ; Les ressources bibliographiques du Courrier


[R] On a lu, on a vu : TELEMATIQUE

Le 3615 IDEAL (par Alain Fraval) ; AGRITOX (par Alain Fraval)

[R] Le 3615 IDEAL

"Tout sur l'environnement", annonce le premier écran de ce serveur, qui indique également ses parrains : Le ministère de l'Environnement, celui de la Santé et de l'Aide humanitaire, le conseil de la Santé et de l'Aide humanitaire, le conseil régional d'Ile-de-France, ainsi que les conseils généraux de Seine-et-Marne, des Yvelines, de l'Essonne, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne. Suit un sommaire effectivement impressionnant, regroupant une bonne vingtaine de rubriques.
Ecothek (*) est une base bibliographique répertoriant 160 000 références de documents "sur le développement et l'environnement de votre commune". Trois zones de saisie sont à disposition de qui est en quête de références sur un sujet, pour un lieu défini (commune, département ou région). Ecothek accepte des séries de mots-clés, des mots tronqués. Interrogé, à titre d'essai, sur l'eau potable dans la Nièvre, il nous offre un choix de 9 références. Une fois appelée, chacune se présente alors avec son numéro, le résumé du document, les auteurs, le territoire couvert. Le tout est clair, précis, lisible et la base bibliographique semble tout à fait efficace. Ecothek indique où consulter le document ; il propose en outre d'enregistrer (et d'exécuter) la commande du document souhaité (mais cette manoeuvre a échoué). Beaucoup moins bon : la démonstration guidée, offerte par le logiciel, est exaspérante par sa lenteur et son absence de réaction aux pressions (de plus en plus rageuses) sur les touches du clavier ; seule l'extinction de l'ordinateur (émulant le Minitel) a pu l'interrompre... D'où un agacement certain, qui a nui - mais brièvement - à l'exploration méthodique et sereine des richesses fonctionnelle de cette base...
Reprenons. La rubrique Bruit offre son aide aux victimes de ce fléau (et aux bruiteurs soucieux du bien-être des voisins) ; 12 situations sont recensées et pour chacune d'elle 5 rubriques sont à consulter : - Informations réglementations ; - Quelques solutions ; - Démarches ; Adresses utiles (pour chaque département) ; Jurisprudence (succincte, bien sûr).
Infoplage, créé à l'initiative du ministère de la Santé, et alimenté, on verra de quelle façon, par lui, fournit des indications chiffrées (et une conclusion) sur la qualité des eaux de baignade, en mer comme en rivière ou en lacs. "Baignez-vous en eau propre... Toutes les baignades, en mer comme en eau douce, analysées régulièrement par les services du ministère de la Santé", dit la publicité. La Seine est-elle malsaine ? (*) 3615 IDEAL répond : "Nous ne connaissons pas : SEINE, 2 SEINE ET MARNE DEPARTEMENT, 3 SEINE MARITIME [...]". Quant au département de la Nièvre, il ne possède aucun point recensé... Les rubriques Normes, Contrôle, Résultats et classements, Risques pour la santé et Moyens d'action sont autant d'ensembles de textes courts, clairs et intéressants. La canicule régne sur le VIIe arrondissement de Paris, la Seine n'est pas "baignable", délocalisons-nous (par la pensée) et examinons les risques qu'encourerait un individu ayant le loisir de songer à se baigner dans l'Hérault (34). Cette fois, c'est l'abondance. Pas moins de 118 sites, dont liste s'égrène au fil de 25 ou 26 écrans. Au hasard, nous apprenons que, à Valras-plage, aucun "coliforme fécal" ni aucun Streptocoque n'est détecté. Conclusion : "Bon . Consultons (appui sur la touche "guide") la directive européenne : elle autorise, en effet, 100 "fécaux" et 100 Streptocoques, au delà de quoi la qualité devient moyenne. Bien, mais... Ce sont là les résultats de l'an passé. Un problème chez IDEAL - ou plutôt au ministère de la Santé, la source des informations - ? Pas du tout, c'est comme ça, il faut attendre le plein été (voir post-scriptum encadré ci-dessus). Cherchons toutefois les meilleures plages, sur une base historique, donc. Comment choisir une plage ? Il doit y avoir un tableau, un classement, un guide. Appuyons donc sur "guide" comme il est aimablement proposé et tout s'éclaire : on peut choisir une plage... par son numéro.
PS juin 1992 : les informations sur la qualité des eaux de baignade sont annoncées pour "à partir du 30 juin". Jusqu'à la fin de l'été, les directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS) "alimenteront en direct de leurs ordinateurs le service télématique avec les résultats des analyses effectuées par des laboratoires agréés".
PPS, 23 juillet. Info-Plage doit être au point. Au hasard, comment est l'eau à la plage de la Peyrade à Frontignan ? Eh bien, bonne. En tous cas, elle le fut, l'a été, l'aura été, l'était... à la date du dernier relevé (le second de la saison), le 18 juin (de 1992 toutefois). Devinette : pourquoi ces lenteurs ?
Il semble clair (pour IDEAL, ici relai télématique du ministère de la Santé) qu'il n'y a pas à s'inquiéter et que si les relevés - qui doivent par ailleurs être affichés en mairie - sont peu fréquents, c'est que les risques de voir survenir une aggravation de la pollution sont jugés insignifiants.
Le Pavillon bleu (grande rubrique suivante du 3615 IDEAL) récompense les communes (notamment les plages) propres sous tous rapports. La presse se fait l'écho du palmarès ; les communes qui méritent le Pavillon bleu font des efforts de prévention et de traitement des pollutions diverses et méritent le détour.
Déchets, produit par les Transformeurs (Agence nationale pour la récupération et l'élimination des déchets) propose en premier article de menu d'indiquer "que faire de mes déchets". Plusieurs catégories sont prévues. Je suis à Paris (75) et j'ai un cadavre (d'animal) dans mon laboratoire. Pas de solution directe. Dans quelle catégorie rentrerait un stock d'un insecticide qui n'est plus homologué ?
Soyons nature est un voilier aux couleurs de l'environnement, que l'Association on avance et France-Nature-Environnement veulent "aligner sur les plus grandes traversées".
La rubrique Mécénat est le support d'une opération de Nature et entreprises. Y sont exposés une centaine de projets, fort divers (projet d'un aménagement, d'un livre, d'une enquête, etc.) en attente du parainnage d'une entreprise. Le verger de variétés rares côtoye le centre de promotion des zones humides et le festival du film ornithologique. La description est complète, les projets restent anonymes. Au premier semestre 1992, les contrats sont allés aux opération de reboisement (*).
Le code USH - l'exploration se poursuit suivant l'ordre de l'écran-menu général (fig. de la p.89) -donne accès à quelques pages de présentation de la fondation Ushuaia, qui soutient des projets pédagogiques et/ou scientifique, tandis que, ENV 92 nous offre plusieurs banques d'informations sur les Hauts-de-Seine. Une rubrique originale : l'eau potable, bien documentée, associant les renseignements chiffrés à des aides efficaces pour les interpréter. Mais, comme pour les eaux de baignade, les chiffres datent : ce sont des statistiques, tout à fait rassurantes, a posteriori.
On arrêtera ici la visite du 3615 IDEAL, qui pourrait durer des heures, d'une part à cause de sa richesse, d'autre part à cause de ses lenteurs de fonctionnement. On y trouverait, en tapant NAT, le 3615 NATUR, ainsi que d'autres rubriques et sous-rubriques. Ce service, extrêmement riche, constitue un petit kiosque à lui seul, présentant des sujets liés à des préoccupation environnementales. Le contenu, disparate et forcément inégal, voit son unité soulignée par le dessin des écrans et la panoplie de commande disponibles. Mais la lourde machinerie a des réactions parfois bizarres et, surtout, trop souvent excessivement lentes - qui incitent à déconnecter le Minitel et à lui préférer un bon vieux journal.
A.F.

Le 3615 NATUR, : le programme d'été de la Ligue de protection des oiseaux, les associations, télés et revue snature, les expos, les infos, parcs nationaux, spécial emploi, posez vos questions, petites annonces et... pin's.
(*) Allusion à une Brève du précédent Courrier, p. 113.
(**) Il s'agit d'un programme du Fonds français pour la nature et l'environnement ; cette "Bourse des projets" est sur serveur télématique depuis septembre 1991.

[R] 3617 AGRITOX

La base AGRITOX rassemble des données toxicologiques sur les matières actives pesticides autorisées en France. Elle a été constituée (et est constamment mise à jour) par le département de Phytopharmacie et d'Ecotoxicologie de l'INRA (dépositaire des dossiers toxicologiques d'homologation des pesticides depuis 1943) en accord avec l'Union des industries pour la protecton des plantes (UIPP). A partir de l'automne 1992, le public aura accès au travers de cette base accessible par Minitel (3617), à l'essentiel des données toxicologiques relatives aux 480 matières actives (MA) autorisées en France. Certaines informations, propriété des firmes et confidentielles, ne seront pas fournies ; AGRITOX n'offre pas moins un profil toxicologique très détaillé (voir figure ci-dessous) pour chacune des MA :
1. L'identité de la molécule est définie par l'ensemble des dénominations de la matière active, sa famille chimique et sa composition isomérique, son activité biologique et les différents acteurs industriels, pétitionnaire et obtenteur.
2. Les propriétés physico-chimiques choisies sont en relation avec les propriétés toxicologiques et écotoxicologiques de la molécule.
3. Les propriétés toxicologiques sur animaux de laboratoire sont décrites en terme de toxicité aigüe par des DL 50 et CL 50 (respectivement dose et concentration qui provoquent statistiquement la mort de la moitié des individus soumis à l'épreuve). Le pouvoir irritant sur l'oeil et la peau est exprimé par l'indice de Draize et des appréciations qualitatives. Toutes ces données servent essentiellement à apprécier le risque pour le manipulateur et éventuellement pour les animaux domestiques en cas de contact accidentel avec le produit. La toxicité à terme est définie par des doses sans effet (DSE) à 13, 52 ou 104 semaines. Elle permet d'apprécier la toxicité à long terme et le risque d'ingestion de reliquats pour le consommateur.
4. Les études sur la faune sauvage fournissent des déterminations de toxicité aigüe (CL 50 et DL 50) sur les Poissons, les Oiseaux et les Abeilles.
5. Le comportement dans le sol, apprécié par des tests en laboratoire de mobilité et de dégradation (demi-vie) complète les données sur le devenir des matières actives dans l'environnement.
6. Les dispositions administratives prises par la Comission d'évaluation de la toxicité (France) ou bien par d'autres instances internationales (Organisation mondiale de la santé, Communauté économique européenne), concernent le classement toxicologique et l'étiquetage, le calcul de la DJA (dose journalière acceptable) et les LMR (limites maximum de résidus) admises dans les cultures traitées.
Un premier essai de la version en cours de fignolage d'AGRITOX - non encore ouverte au public -montre à l'évidence la richesse de cette base et donc son intérêt. Mais la consultation demande du temps, vraiment beaucoup de temps. Il est peut-être possible d'améliorer certaines procédures de navigation dans l'information et de présentation des écrans (en mode texte, sur 80 colonnes) pour éviter des affichages inutiles et chronophages ; de toutes façons on touche là, me semble-t-il les limites du Minitel, si pratique mais aux transmissions de faible débit.
Evaluation de la toxicité et des risques d'emploi des produits phytosanitaires
La loi de 1943 sur l'homologation précisait la procédure d'autorisation de vente des produits phytosanitaires et instituait deux organismes chargés de s'assurer, l'un de l'efficacité, l'autre de l'"innocuité" de ces produits, avant leur mise sur le marché. Il s'agit du Comité d'homologation et de la Comission d'étude de la toxicité des produits antiparasitaires à usage agricole et des produits assimilés. Ces deux instances ont toujours fonctionné depuis cette date, avec une participation importante de l'INRA.
La Comission d'étude de la toxicité a pour mission d'évaluer les risques d'emploi des pesticides. Elle a vu sa tâche et ses responsabilités augmenter au cours des années, en raison du nombre croissant des matières actives découvertes par l'industrie et des importants travaux de toxicologie qui se sont developpés parallèlement dans la communauté scientifique.
La Commission est actuellement composée de près de 70 membres, parmi lesquels, des experts spécialistes des différentes disciplines impliquées dans l'évaluation toxicologique des pesticides (chimie, biologie, biochimie, cancérologie, écologie, agronomie...). Pour aider ses experts dans leur travail de rapporteurs, la commission a établi la liste des études qui doivent obligatoirement figurer dans le dossier l'homologation présenté par les industriels. Ces exigences tiennent compte de la Directive européenne 91/414 sur l'homologation des produits phytopharmaceutiques qui sera mise en application en juillet 1993.
Les résultats des différentes études expérimentales présentées dans le dossier d'homologation sont utilisés pour calculer, en tenant compte des conditions, l'utilisation des produits :
- le risque d'exposition de l'utilisateur pendant les traitements ;
- le risque d'absorption de résidus pour le consommateur ;
- le risque de pollution des eaux et de l'environnement en général, par suite de la dispersion et du comportement des produits après leur application.
A côté des experts rapporteurs, la Commission réunit des représentants des différents ministères et autres organismes concernés par l'emploi des pesticides, ce qui lui permet de parvenir finalement à l'établissement d'une règlementation adaptée au contexte national et européen.

A.F.


[R]  LOGICIELS

HYPP

Ce nom vient de "hypermedia (*) pour la protection des plantes" : il désigne pour l'instant un programme de travail financé par la Commission des communautés européennes (DG XIII) visant à réaliser, d'ici moins de deux ans, un logiciel de présentation des ennemis des plantes cultivées : mauvaises herbes, Champignons, Bactéries, Virus Insectes, Acariens, Nématodes, et autres "Petits Vertébrés".
En liaison avec l'Association de coordination des techniques agricoles (ACTA), l'INRA a pris la direction scientifique du projet, auquel oeuvrent divers partenaires européens : Technische Universität München, Ackerbau und Informatik im Pflanzenbau (Allemagne) ; CD-Systems SRL (Italie) ; Consorzio Ricerche in Sardegna (Italie) ; ISPRA Joint Research Center, Center for Information Technology and Electronics - Artificial intelligence laboratory (Italie) ; Ministério da Agricultura, Pescas e Alimentaçao, Secretaria general (Portugal) ; Instituto nacional de investigaciones agrarias (Espagne).
Le logiciel MALHERB pour disque compact (CD-Rom) - dont la version "texte" a été présentée dans le Courrier n°16, p. 79 -, a montré l'intérêt des nouvelles techniques, dites multi-média, associant images en couleurs, textes et outils de navigation rapides et efficaces pour permettre à des non-spécialistes de reconnaître les mauvaises herbes des champs de France. Il a aussi développé et prouvé le savoir-faire de l'équipe d'informaticiens du Centre national d'études et de ressources en technologies avancées (CNERTA) de Dijon, partenaire de HYPP.
HYPP a d'autres ambitions et d'autres dimensions que MALHERB : l'ensemble des (principaux) compétiteurs, parasites et pathogènes des plantes cultivées et des arbres fruitiers (arbres forestiers et d'alignement, plantes condimentaires, plantes à parfum, plantes ornementales, plantes aquatiques feront l'objet d'autres réalisations, sans doute), le territoire de l'Europe, 5 langues. Le logiciel est destiné aux praticiens - appuyés par les techniciens agricoles, aux étudiants des différents cycles des formations agronomiques et agricoles (et à leurs professeurs !), aux professionnels du conseil phytosanitaire en formation ou en post-formation, mais aussi aux personnes curieuses de ces faunes et flores particulières contre lesquelles l'agriculteur se bat ou qu'il apprend à tolérer aussi souvent que c'est possible. HYPP ne contient pas de préconisations de traitements, laissant ceci à d'autres réalisations, mais indiquera les cas d'interventions avec des armes biologiques, quand ils existent.
Images et textes apparaîtront sur l'écran de l'ordinateur, l'accès à chaque information pouvant se faire par appel direct (en tapant au clavier le nom de l'objet souhaité), indirect (en choisissant, par un clic de la souris, dans une liste) ou en cliquant sur un mouvement significatif rencontré dans un texte ou une légende : c'est le mode dit hypertexte, qui permet une navigation dans l'information sans souci de son organisation hiérarchique. Le néophyte se verra guidé, au travers de choix simples, vers l'identification du responsable des symptômes qu'il a observés sur tel ou tel organe de la plante. Enfin, des articles de glossaire regrouperont les définitions et les explications nécessaires à une bonne compréhension des textes, forcément farcis de termes techniques et de dénomination de groupes taxinomiques.
Plusieurs étapes seront nécessaires pour aboutir au produit fini : de la conception , à la distribution du disque compact en passant par la rédaction des "fiches" (tel animal ravageur, tel micro-organisme pathogène) et des articles de glossaire, les vérifications et homogénéisations de style, les traductions, le choix puis la numérisation des diapositives et des dessins, les essais, etc. Plusieurs équipes sont au travail : scientifiques spécialistes des disciplines agronomiques concernées - malherbologie, phytopathologie, zoologie -, informaticiens, traducteurs, fabricant de disques compacts, etc., associant les agents des institutions sus-nommées à des associations et à des experts privés.
Le disque compact est un vecteur d'informations multiples (textes, programmes, images, sons) intéressant par sa capacité de l'ordre de 600 Mo, capable de contenir par exemple les 5 000 images, les textes en 5 langues et le logiciel de HYPP. De nombreuses applications existent (bases bibliographiques, bases de données diverses, catalogues, dictionnaires, encyclopédies, etc.), mais le lecteur de disque compact est encore un accessoire très rare de nos micros de bureau. Situtation qui va évoluer, car de nombreux projets sont en cours ou à l'étude pour créer des disques compacts à propos de sujets variés. L'effort consenti pour élaborer HYPP participe d'une volonté "européenne" de développer les compétences de la CEE dans ce domaine.
NB : A. Fraval (département de Zoologie), par ailleurs secrétaire de rédaction du Courrier de la Cellule Environnement de l'INRA, coordonne, assisté actuellement de Valérie Laporte, la partie zoologie de HYPP au sein de l'équipe INRA, animée pour la Malherbologie et la Phytopathologie respectivement par M. Gasquez (Dijon) et Claudine Lamarque (Versailles) et dont M.-A. Caillaud (direction de l'Information et de la Communication, Paris) assure la coordination.
Alain Fraval & Valérie Laporte
(*) Le terme de "hypermedia" s'applique à des logiciels où l'information à présenter apparaît sur l'écran, non plus en fonction de choix dans des tables des matières hiérarchisées, mais de façon plus libre : le pointage d'un mot ou d'une partie d'image fait apparaître un texte, une image, un son même, liés aux objets déclencheurs. Ces logiciels sont, de plus, souvent "multi-media", puisant dans divers supports d'information (disque dur, disque compact, vidéo-disque, serveur télématique, microphone..., outre des clavier et autres manches à balai) et restituant des images, des sons, voire du papier imprimé. Prévoir un ordinateur très puissant.


[R] On signale : LIVRES

M. Chauvet et Maïté Delmas : Jardins botaniques et arboretums de demain
1991, Lavoisier (Tec&Doc)/BRG, 286 pp.

Ch. Vincent et D. Coderre (ed.) : Lutte biologique
1992, éd. Lavoisier (Tec&Doc)/Gaëtan Morin, 702 pp.

Monique Pastor-Barrué et M. Barrué : Architecture, élevage et société en montagne
1992, éd. CNRS. 386 pp.

Calliope Spanou : Fonctionnaires et militants
1992, L'Harmattan, 314 pp.

G. Chouquer et F. Favory : Les paysages de l' antiquité
1992, éd. Archéologie quoi de neuf ?, 240 pp.

Le jardin astucieux des quatre saisons
1992, éd. Terre Vivante, 72 pp.

J. Guilaine (éd.) : Pour une archéologie agraire
1992, éd. Archéologie quoi de neuf ?, 560 pp.

Hélène Ilbert et Laurence Tubiana : Protection juridique des inventions biotechnologiques: analyse de la directive européenne et propositions
1992, éd. Solagral, 201 pp.

Ph. Arnaud : Le vocabulaire de la ville expliqué et illustré
1992, éd. du CFPJ, 99 pp.

D. Juin, avec A. Comolet, V. Fernandez, F. GrasL'application de la législation : communautaire européenne en France.
Tome 1 : l'environnement industriel : l'eau, l'air, les déchets et les risques.
Tome 2 : l'environnement naturel : eau et protection de la nature.
1992, IPEE, Paris, T1 : 298 pp. ; T2 : 112 pp.

J.-L. Maigrot et X. Poux : Les systèmes agraires du plateau langrois chatillonais
Systèmes de production et développement (Agronomie-Economie-Géographie-Histoire)

1991, coéd. INRA-SAD/DDAF de Haute-Marne/CCDP de Haute-Marne, 259 pp.

Catherine de Silguy : L'agriculture biologique
1991, coll. "Que sais-je?", éd. PUF, Paris, 128 pp.

F. Collin, P.J. Newman et Y.J. Puolanne (ed.) : Recent development in sewage sludge processing
Collection de la Commission des communautés européennes, 1991, éd. Elsevier, Londres-New-york, 93 pp.

P. L'Hermite : Treatment and use of sewage sludge on liquid agriculture wastes
Collection de la commission des communautés européennes, 1991, éd. Elsevier, Londres-New-york, 560 pp.

O.Ch. Bockmah, O. Kaarstad, O.H. Lie et I. Richards : Agriculture et fertilisation. Les engrais, leur avenir
1990, éd. Norsk Hydro, Oslo, 258 pp.

Françoise Ménard : Quelle eau demain ?
1992, éd. INRAP-Ministère de l'Agriculture et de la forêt, Dijon, 189 pp.


[R] RAPPORTS, COMPTES RENDUS, THESES

J. Ruegg. N. Mettan, L. Vodoz (dir.) : La négociation. Son rôle, sa place dans l'aménagement du territoire et la protection de l'environnement
1992, éd. Presses polytechniques et universitaires romandes, 316 pp.

M. Robidon, J.-C. Simon, P. Guy : Elevage intensif et environnement : l'exemple de la Bretagne
Actes du Colloque "Il futuro della foraggicoltura prativa nella pianura padana" tenu à Lodi, les 15 et 16 janvier 1988, pp. 275 à 298.

F. Spitz, G. Janeau, G. Gonzalez et S. Aulagnier. (dir.) : Ongulés/Ungulates 91
1992, éd. SFEPM/IRGM, 661 pp.

R.H. Barrett et F. Spitz : Biology of Suidae
1992, éd. IRGM, 170 pp.

La biomasse : une source d'énergie pour un environnement de qualité
1992, ed. AFB, Paris, 245 pp.

Les produits fermiers prennent de la hauteur : analyses, opinions, expériences
1992, éd. INRA/CIVAM, 150 pp.

L'arbre et le paysage urbain
1992, IFPRA, 268 pp.

Pro Specie Rara
Rapport annuel 1991

BTSPN : 20 ans de protection de la nature
1992, LETGA, Neuvic, 136 pp.

La reconversion à l'agriculture biologique
1992, éd. Nature et Progrès, 230 pp.

Science et Technologie. Indicateurs 1992
1992, éd. Economica, 286 pp.

La gestion écologique des parcs et jardins, publics et privés.
1992, éd. AIDEC.

Un espace sensible : le Vexin français. Perspectives pour l'environnement
1992, éd. UAPNRVF

R. Nungesser et G. Lengagne : Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement.
1992, éd. Assemblée nationale, 99 et 57 pp.


[R]  PERIODIQUES

Hommes & Plantes, n°1, mars 1992

Futuribles, n°163, mars 1992

ARBRE Actuel, n° 2, avril 1992

M. Mennessier : Les sciences naturelles abandonnées, Sciences et Vie, 894 (mars 1992), pp.80-85.

Décision Environnement, n°5, avril-mai 1992

Equ'idée, n°5, janvier 1992

ORSTOM Actualités, n° 34, 1992

Bulletin de liaison Environnement/Sciences Sociales, n°6, avril 1992

La lettre Entreprises & Environnement, n°9, mai 1992

Nature et Progès, n°126/127, mai/août 1992

Sécheresse, n°1, vol. 3, mars 1992

Agronomie, n°12 (2), mars 1992

Journal du parc naturel régional de la Montagne de Reims, n°50, 1er trimestre 1992

L'utilisation rationnelle des ressources naturelles en tant que stratégie de conservation, Gibier Faune Sauvage, vol.8 (n°spécial), décembre 1991

Actes de l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, 1991, vol.11

Décision Environnement, n°4, mars-avril 1992

Courants, n°14, mars-avril 1992

Garde de l'espace littoral, n°18, avril 1992

Espaces pour demain, n°31, 1er trimestre 1992

FNAB Info, n°1, 1992

Courrier de la Planète, n°5, mars 1992

REED Srétie info, n°37, avril 1992

La Lettre de la Biosphère, n°6, mai 1992

La question de l'environnement : naissance d'un débat en Pologne, Strates, n°6, 1991

Lettre du programme environnement, n°6, mai 1992

D. Y. Alexandre : La survie des forêts tropicales, La Recherche, vol. 23 n° 244, juin 1992, pp.692-702.

Association de défense de l'environnement en Vendée, Bulletin annuel, avril 1992, 92 pp.

Repérages, n°4 juin 1992

Le Sadoscope, n°62, mars-avril 1992

La lettre de la société française d'écologie, n°1, mai 1992

Hommes et plantes, n°2, été 1992

Le groupe des verts au Parlement européen, Bulletin du groupe de travail "Environnement, santé publique et protection des consommateurs", n°1, juin 1992

Métamorphose. La lettre de l' environnement, n°8, 1992

Sécheresse, Vol. 3, n°2, juin 1992

Claire Ruault : Dynamique des pratiques agricoles et relations professionnelles locales. Etude comparative de deux villages du Plateau Lorrain - Vosges, 1992, Cahiers du Gerdal n°16, 161 pp. + ann.

Agricultures, Vol. 1, n°2, mai-juin 1992

Protection de l'environnement en Suisse, n°1, 1992

CSL infos, n°18, hiver 1991/1992

Systèmes solaires, n°80/81, 1992

Aménagement et nature, n°105, trimestriel

Bulletin de liaison du Bureau de coopération franco-polonaise dans le domaine de l'environnement, n°3, avril 1992

Pollution atmosphérique, n°133, janvier-mars 1992

InfoZoo, n°7, juillet 1992


[R] BROCHURES, DOCUMENTS, ETC.

D. Chevalier (coord.) : Les matériels d'épandage
1992, AEME/GIAAE/MAF, 50 pp.

Forêt-bois-environnement
1992, AIF, Paris, 317 pp.

J.-P. Moreau et G. Grolleau : Essai de classement des pesticides vis-à-vis des hétérothermes, en prévision de l'extension des pratiques phytosanitaires à des surfaces non cultivées.

La propreté du littoral
1992, Ademe 96 pp.

Nathalie Girard : Utilisation des Equidés pour la gestion, la protection et la valorisation d'espaces en milieu difficile.
1991, éd. CEREOPA, Paris, 122 pp. + annexes.

B. Carlotti : Recueil des bases de préconisations de la fertilisation azotée des cultures
1992, coéd. min. Agriculture / min. Environnement / mission Eau-Nitrates, 246 pp.

La Terre fait son cinéma
1992, éd. min. de l'Environnement/ min. des Affaires étrangères, 107 pp.

G. Castaby et J. Margat : Dictionnaire français d'hydrogéologie  
1977, éd. BRGM, 249 pp.

Le Cadastre vert  
Marque déposée à l'Institut de la propriété industrielle, enregistrée sous le n° 1 711 676, par C.-D. Garnier, P. Legrand (*) et A. Radureau (*)


l'INRA publie

Index des articles publiés en 1988-89-90 dans Productions animales

L'expérimentation animale. Son rôle et son apport dans la recherche biomédicale  
1992, éd. MRT, np

De nouveaux enjeux pour l'agriculture 1992  
éd. INRA, 36 pp.

INRA Mensuel  
n°62, mai 1992

P. Grison Chronique historique de la Zoologie agricole française  
1992, éd. INRA Zoologie, Livre premier, 366 pp.


Le Courrier de l'environnement de l'INRA n°17 ; Les ressources bibliographiques du Courrier