Le Courrier de l'environnement n°34 mars 1998

*Have a look on our marvelous web!


Encadré  :Contribution à une systématique peu classique des animaux...


Ici le poste de pilotage de l'infoservice du Courrier (www.inra.fr/dpenv/pa.htm, avec www comme Internet, inra comme l'Institut, fr comme France, dpenv comme... défense et promotion de l'environnement (après avoir signifié délégation permanente à l'Environnement, avant que notre unité ne fût renommée Mission Environnement-Société ou ME&S) et pa comme page d'accueil.
Ici le poste de veille et d'observation internautiques, scrutant la Toile pour y dénicher des choses utiles intéressantes, belles, curieuses... pour les lecteurs du Courrier et les visiteurs du site Internet (plus de 4 000 par mois).
Ici un zoologiste (1) qui a voulu traiter des animaux dans l'environnement en général et dans celui de l'infoservice /dpenv/ en particulier et aussi dans celui du World Wide Web (francophone surtout). Sujet trop complexe ?
Premier point : le Courrier a pas mal publié sur les animaux et ces articles ont été mis en ligne. La page Animaux les présente dans l'ordre chronologique (du Courrier n°5, un papier - devenu écran - de J. Lecomte et J.N. Lhéritier, au Courrier n°33, avec l'article de L. Orsak sur les papillons de Nouvelle-Guinée) avec, pour chacun un résumé de quelques lignes, un lien marqué (L)] vers l'article in extenso (avec graphes, figures, bibliographie et notes) et un autre lien (le cas échéant, mais c'est souvent) vers le dessin de Rousso correspondant [marqué (°)]. En tout une soixantaine d'articles et une quarantaine de Rousso. Ça c'est du contenu ! Et pas en vrac, car, en plus de l'ordre des parutions, un classement thématique est offert, - par Marie Guillaume - sur une page à part (encadré ci-après).
La systématique zoologique des animaux (Invertébrés-Vertébrés, Coléoptères-Diptères-Hyménoptères, etc.) n'est qu'un des moyens de les classer lorsqu'on s'intéresse à eux par rapport à l'environnement, à la société, à l'agriculture. On pourrait bâtir des taxinomies un peu fantaisistes mais non dénuées d'efficacité sur des critères tels que mobile-coloré-gros/immobile-gris-minuscule ou a une bonne tête/a une sale tête ou se mange chez nous/ne se mange pas chez nous ou utile/nuisible ou chante/ne chante pas ou quand on le coupe en deux les 2 bouts gigotent/ou pas (2) ou encore, a une vocation internautique (grand public)/est quasi-ignoré.
Revenons en effet à Internet, à sa cyberfaune, pour constater que l'exploration du sujet révèle tout de suite l'absence d'outils adaptés. Dans une documentation bien gérée, tout ce qui est relatif aux animaux serait doté d'un mot-clé général et de mots-clés traduisant les sous-catégories correspondant au moins aux taxons les plus connus, qui se croiseraient avec d'autres critères. Sur la Toile... Posons " animal, animaux, bête, bestiaux " : nous récoltons beaucoup, de tout et n'importe quoi, avec en bonne place les associations et individus voués à défendre, alimenter, célébrer les animaux de compagnie. Posons " zoologie " ou " zootechnie " : arrivent des sites (beaucoup !) de style universitaire mais pas le site sur la vache. Posons " diptère " et on passe à côté de bien des pages sur les mouches ou sur les drosophiles, car le webmestre n'a pas pensé, sauf s'il est un chercheur entomologiste pourvu de tous les automatismes anciens, à décliner la position systématique de la bête.
Bref, la promenade pédagogique envisagée devient parcours laborieux, brownien ; le ratissage systématique dans les recoins du Web serait nécessaire, mais cela devient un emploi à plein temps. Quelques bons samaritains ont prévu des guides : celui de Naturam cognosco (www.apro.fr/natcog/) est tout à fait intéressant. Dans Agriculture et Agronomie, on trouve une quinzaine de liens sous Élevage et productions animales ; autres rubriques explicites Entomologie (les insectes (3)), Ornithologie (les oiseaux), Zoologie. Mais il faut aussi explorer Océanographie, Protection de la nature. Ouvrons la rubrique Protection des animaux, chasse et pêche de loisir ; elle offre des listes de recherche (anglophones, forcément), une synthèse, des associations et sites personnels, des hôpitaux pour animaux sauvages, une société de zoothérapie, des sites vétérinaires, des pages sur les animaux de compagnie, un groupe de webs aquarium-vivarium, puis les sous-rubriques pêche, chasse, commerce ; le tout sous un très bien venu chapô, ainsi rédigé : " Cette page vous présente deux types de sites "antagonistes", relatifs aux rapports de l'homme et de l'animal : des sites consacrés à la défense des animaux, des sites consacrés à la pêche et à la chasse de loisir. Cette juxtaposition provocante, à laquelle il ne manque plus que l'utilisation purement économique de l'animal, par l'élevage, la pêche (voir océanographie) ou l'expérimentation animale, pose évidemment la question de l'utilisation et du droit des animaux. ".
C'est déjà (Natcog est un site sans cesse mis à jour et perfectionné) une porte d'entrée efficace dans le cyberzoo, qui, disons, laisse à l'internaute le plaisir de recherches complémentaires et d'autres découvertes, tant en francophonie que sur le gros du Web.
Une autre porte d'entrée, plus agricole, se trouve sur notre site, qui s'autoqualifie de " délibérément lacunaire et incomplet ". C'est un " kiosque ", un répertoire de sites expérimental. On y voit que c'est Bos taurus (vache, bœuf, taureau, etc.) qui inspire la plupart des créateurs de sites, que Sus (cochon, sanglier) tient une moindre place, que Gallus gallus (coq, poule...) est très peu présent, situation de tous les autres animaux dans notre cybersystème agro-environnemental.
Une déception, donc. Mais, comme on l'écrit toujours à la fin d'un travail de recherche : " Ce travail a en tous cas montré qu'il fallait poursuivre les investigations et en entreprendre de nouvelles ". Les résultats éventuels ? Rendez-vous sur la pa de dpenv de www.inra.fr
Alain Fraval


Notes

(1) Aidé de Marie Guillaume, étudiante du DESS Communication, information scientifique technique et médicale (CISTEM) de Paris-VII Denis Diderot, stagiaire à la ME&S durant 2 mois.[VU]
(2) Les vers de terre, qui ont la propriété décrite, furent de ce fait appelés insectes, jusque chez La Fontaine.[VU]
(3) Sachant que tout individu qui s'intéresse à ces animaux connaît et revisite avant tout le site www.inra.fr/OPIE-Insectes/pa.htm et qu'il a lu et relu l'Aveulouque à iceux consacré, paru dans le Courrier n°31 et mis en ligne à www.inra.fr/dpenv/entomc31.htm
Sachant également qu'il est un familier de l'encyclopédie illustrée des ravageurs européens des cultures www.inra.fr/HYPPZ /pa.htm. [VU]


[R] Encadré

Contribution à une systématique peu classique des animaux...
dans le Courrier de l'environnement

par Marie Guillaume
Cela fait longtemps qu'ils " bruitent ", broutent, ravissent ou envahissent les pages du Courrier... Suffisamment longtemps pour que EUX - les animaux - fassent l'objet d'un traitement " spécial " : les voici présentés et virtuellement mis en cage...pardon...en page, la page "Animaux" sur cet infoservice.
Depuis la nuit des temps, l'homme et l'animal se côtoient, s'observent, chassent, s'apprivoisent, se domestiquent... A la différence que le premier est un drôle d'oiseau qui, dans son désir de s'approprier la nature, fait du second... son bouc émissaire.
C'est qu'il est fort utile, l'animal !
Enjeu économique de "poids", il est un véritable objet de rentes. "Il", c'est le troupeau, la meute, l'élevage. Les placides ruminants (plus ou moins fous ou tremblants), entre autres, emblèmes de nos campagnes, outil de gestion du paysage, ou denrées alimentaires rejoignent gibiers, insectes et autres animaux, petits ou gros, dans l'enclos des producteurs (1).
Or l'animal ne fait pas seulement partie du paysage. En matière d'environnement, "il" (l'animal) y est acteur, polyvalent de surcroît, puisqu'il est capable d'être un allié efficace (2), ou de s'avérer très... em-"bêtant" (3).
Néanmoins, c'est bien grâce aux animaux que la génétique des populations a vu le jour (rendons hommage aux pinsons de Darwin, des îles Galápagos), ainsi que le contrôle des écosystèmes et la gestion de la biodiversité. Ce dernier point pouvant être, bien évidemment, envisagé sous différents angles de vues.(4)
Mais les connaît-on vraiment, ces animaux ? Objets de multiples passions, à la fois compagnons du dimanche ou sauvages supports de mythes, on les accommode à toutes les sauces (5). Pourtant, on ne se lasse pas de l'étudier sous toutes les coutures : au laboratoire comme sur la toile. Les rapports entre l'homme et l'animal sont suffisamment complexes... pour que l'on s'y prenne les pinceaux !.(6).
Les "zoo"-nautes de tout poil désireux de traquer la faune sur Internet feront leur choix sur le Kiosque animaux (en préparation).
Page bouclée le 6 août 1998
www.inra.fr/dpenv/pagemari.htm
NDLR : les numéros entre parenthèses renvoient à des listes d'articles, avec lien vers le texte in extenso.
[R]


Vers l'Album des Aveulouques